Suite

5.4.11 : Résumé - Géosciences


Aperçu

Malgré sa faible sismicité, la zone de subduction de Cascadia s'est révélée être une source sismique majeure, capable d'un tremblement de terre de magnitude 9. Les Amérindiens qui vivaient ici en 1700 après JC ont rapporté le tremblement de terre dans leurs traditions orales transmises de génération en génération. Certains des premiers tremblements de terre ont peut-être été plus petits car l'affaissement qui les accompagnait était inférieur à l'affaissement de 1700. Cependant, le nombre constant de turbidites générées par le tremblement de terre identifiées dans les canaux sous-marins de la plaque Juan de Fuca de Washington au sud de l'Oregon plaide en faveur d'un magnitude 9 pour la plupart de ces événements antérieurs. Les modèles théoriques de Roy Hyndman et Kelin Wang indiquent également une magnitude 9. Goldfinger a montré qu'au moins deux des premiers tremblements de terre avaient des magnitudes supérieures au tremblement de terre de 1700.

Dans les comtés de Del Norte et de Humboldt, dans le nord de la Californie, la situation est différente. Cette région a non seulement la sismicité la plus élevée du nord-ouest du Pacifique, elle a également la sismicité la plus élevée de Californie, supérieure à celle de la faille de San Andreas. La zone de subduction de Cascadia dans cette région a été frappée par un tremblement de terre de taille modérée en 1992 qui, parce qu'elle était plus proche de la tranchée, a soulevé le littoral plutôt que de le faire descendre comme cela s'est produit plus au nord. De plus, les séismes reviennent plus fréquemment dans cette zone, comme en témoignent les plateformes marines côtières soulevées et l'apparition plus fréquente de turbidites dans les chenaux sous-marins.

L'enregistrement paléosismologique de Cascadia est le plus documenté au monde, mais l'enregistrement ne nous permet pas de prévoir de près l'heure d'arrivée du prochain séisme de la zone de subduction, ni de prévoir si le prochain séisme sera un 9 ou plus grand ou plus petit. La reconnaissance de tremblements et de glissements épisodiques démontre que la zone de subduction est active, mais son activité actuelle consiste en des événements de glissement lent accompagnés de tremblements de terre. Cela permet de reconnaître la limite terrestre de cette partie de la zone de subduction, et suggère également que le prochain grand tremblement de terre pourrait être précédé d'un événement de glissement lent ou ETS.

Cependant, nous avons encore beaucoup à apprendre.


Suggestions de lectures complémentaires

Atwater, B. F. et E. Hemphill-Haley. 1997. Intervalles de récurrence pour les grands tremblements de terre des 3500 dernières années au nord-est de Willapa Bay, Washington. Papier professionnel USGS 1576, 108 p.

Clague, J. J. Preuve de grands tremblements de terre dans la zone de subduction de Cascadia. Revues de géophysique, v. 35, p. 439-60.

Clague, J., B. Atwater, K. Wang, M. Wang et I. Wong. 2000. Tricentenaire du grand tremblement de terre de Cascadia. Actes de la Conférence Penrose de la Geological Society of America, imprimés par le Département de géologie et des industries minérales de l'Oregon, 131 p.

Clarke, S.H. et G.A. Carver. 1992. Tectonique et paléosismicité de l'Holocène supérieur, zone de subduction sud de Cascadia. Sciences, v. 255, p. 188-92.

Dengler, L., G. Carver et R. McPherson. Sources de sismicité de la côte nord. California Geology, v. 45, p. 40-53.

Dengler, L. et K. Moley. 1999. Vivre sur un sol vacillant : comment survivre aux tremblements de terre et aux tsunamis sur la côte nord. Humboldt Earthquake Education Center, Humboldt State University, 3e édition, 24 p. (Un guide simple pour la protection contre les tremblements de terre et les tsunamis). Libre. Site Internet : http://sorrel.humboldt.edu/~geodept/ tremblements de terre/eqk_info.html

Goldfinger, C., C.H. Nelson et J.E. Johnson. 2003. Enregistrements de séismes holocènes de la zone de subduction de Cascadia et du nord de la faille de San Andreas basés sur la datation précise des turbidites offshore. Revues annuelles des sciences de la Terre et des planètes, v. 31, p. 555-77.

Goldfinger, C., Nelson, C.H., Johnson, J.E., et al., 2012, Turbidite event history: Methods and implications for Holocene paleosisology of the Cascadia subduction zone: U.S. Geol. Survey Prof. Paper 1661F, http://pubs.usgs.gov/pp/pp1661f/

Goldfinger, C., Ikeda, Y., et Yeats, R.S., 2013, Superquakes, supercycles et global tremblement de terre clustering : Earth, v. 58, no. 1, p. 34-43.

Gomberg, J., et le groupe de travail Cascadia 2007 et au-delà, 2010, Phénomènes de glissement lent à Cascadia à partir de 2007 et au-delà : une revue : Geological Society of America Bulletin, v. 122, p. 963-978.

Gore, R. et J. Richardson. 1998. Cascadia : Vivre sur le feu. National Geographic, v. 193, no. 5, p. 6-37

Henderson, B., 2014, Le prochain tsunami : vivre sur une côte agitée : OSU Press, Corvallis, 322 p .

Houtman, N., Ashford, S., Mason, B., Barbosa, A., Bethel, J. et Olsen, M., 2013, Terra, Oregon 9.0, disponible sur http://oregonstate.edu/terra/ 2013/05/oregon-9-0/.

Hyndman, R. D. 1995. Grands tremblements de terre du nord-ouest du Pacifique. Scientific American, v. 273, no. 6, p. 50-57. Écrit pour le lecteur profane.

Kelsey, H. M., R. C. Witter et E. 2002. Séismes et tsunamis aux limites des plaques des 5 500 dernières années, estuaire de la rivière Sixes, sud de l'Oregon. Bulletin de la Société géologique d'Amérique, v. 114, p. 298-314.

Lienau, M., pour Global Net Industries. Cascadia : le feu caché. Vidéo documentaire pédagogique d'une heure, www.globalnetproductions.com

McCrory, P. 1996. Évaluation des risques de faille, côte nord de la Californie. Rapport USGS Open-File 96-656, 87 p.

Miller, M. M., T. Melbourne, D. Johnson et W. Q. Sumner. Séismes lents périodiques de la zone de subduction de Cascadia. 295, p. 2423.

Mitchell, C.E., P. Vincent, R. Weldon et M. Richards. 1994. Déformation verticale actuelle de la marge Cascadia, Pacific Northwest, États-Unis. Journal de recherche géophysique, v. 99, p. 12, 257-12, 277.

Oppenheimer, D., et autres. 1993. Le cap Mendocino, Californie, tremblements de terre d'avril 1992 : subduction à la triple jonction. Sciences, v261, p. 433-38.

Rogers, G., et H. Dragert., 2003. Tremblement épisodique et glissement sur la zone de subduction de Cascadia : le bavardage du glissement silencieux. 300, p. 1942-43.

Satake, K., K. Shimazaki, Y. Tsuji et K. Ueda. L'heure et la taille d'un grand tremblement de terre à Cascadia déduites des enregistrements japonais du tsunami de janvier 1700. Nature, v. 379, p. 246-49.

Schulz, K., 2015, The very big one : New Yorker, 20 juillet 2015, p. 52-59.

Wang, K., R. Wells, S. Mazzotti, R. Hyndman. et T. Sagiya. Un modèle de dislocation révisé de la déformation intersismique de la zone de subduction de Cascadia. Journal de recherche géophysique v. 261, p. 433-38.


Voir la vidéo: QUEST-CE QUE LES GÉOSCIENCES? (Octobre 2021).