Suite

Comprendre la configuration d'Openlayers MapServer ?


J'ai besoin d'implémenter des fonctionnalités comme celle-ci http://www.mpbhuabhilekh.nic.in/bhunakshaweb/. J'ai cherché sur le net et j'ai trouvé que cela pouvait être fait en utilisant Openlayers. J'ai besoin d'étapes simples et claires pour configurer Openlayers, Mapserver ou WMS.

Je travaille sur windows 7 avec xampp. J'utilise Openlayers2 avec Mapserver dans lequel nous avons besoin d'un fichier de carte pour afficher la carte. Mon nom de fichier de carte estexemple.mapet son emplacement estC:/ms4w/apps/mapserv-demo/sample.map

Contenu de mon fichier sample.map :

#Début du fichier de carte NOM DE LA CARTE "échantillon" STATUT SUR TAILLE 600 600 ÉTENDUE 388107.634400379 5203120.88405952 500896.339019834 5310243.30613897 IMAGECOLOR 255 255 255 #Début de la définition de l'interface Web WEB #CONFIG "MS_ERRORFILE" "/ms4SCALE 15tmp/ms_error.txt" MAX50000 IMAGEPATH "C:/ms4w/tmp/ms_tmp/" IMAGEURL "/ms_tmp/" METADATA WMS_TITLE "Sample Demo" WMS_ABSTRACT "Ceci est un exemple de démo" WMS_ACCESSCONSTRAINTS "none" #modifiez cette valeur pour qu'elle corresponde à votre configuration WMS_ONLINERESOURCE "http:// localhost/cgi-bin/mapserv.exe?" WMS_SRS "EPSG:30134" END END #WEB #Début des définitions de couche NOM DE LA COUCHE 'global' TYPE ÉTAT DU RASTER NOM DE LA CLASSE PAR DÉFAUT 'Digital Raster Graphic' KEYIMAGE graphics/drgs_keyimage.png">mapserver openlayers-2 

MapServer : aide à l'ajout de données et à la configuration de WMS

J'essaie d'utiliser MapServer pour configurer et exécuter un serveur WMS hébergeant des données que j'ai dans un ensemble de fichiers de formes.

J'ai commencé par installer MS4W (car je pensais que ce serait simple) et j'ai téléchargé le formulaire british_isles.shp.zip ici :

J'ai maintenant suivi la documentation sur MapServer deux fois et je ne vois toujours pas où elle me dit comment faire tout ce dont j'ai besoin.

La page WMS ne fait que parler des mapfiles mais n'explique pas comment ajouter les données ou comment pointer le WMS vers les données, la section des données ne vous dit pas comment faire entrer les données sur le serveur, vous suivez simplement un tas de liens qui ne vous donnent aucune information.

Cette configuration de serveur de carte une fois terminée devra être la plus simple à réinstaller, car elle sera nécessaire sur plusieurs machines distinctes.

J'aimerais vraiment un tutoriel simple sur la façon de prendre un fichier shp et de l'exécuter via MapServer en tant que serveur WMS, et éventuellement de mettre en cache les tuiles pour améliorer les performances.

Quelqu'un peut-il m'indiquer la ressource dont j'ai besoin pour y parvenir ou m'aider avec les mesures que je dois prendre ?


Visualiser l'émancipation

« Visualiser l'émancipation » fournit une carte détaillée de tous les endroits connus aux États-Unis où un esclave a été émancipé à l'époque de la guerre civile. Ce projet en particulier a grandement bénéficié de sa création numérique, car il fournit une interface interactive et simple à utiliser pour trouver une pléthore d'informations sur les esclaves émancipés.

Le projet consiste en une carte avec un certain nombre de points rouges, chacun représentant un endroit dans lequel un esclave a été émancipé. En plus des points rouges, des marqueurs bleus représentent les forces de l'Union au fur et à mesure de leur progression dans la confédération.

Ces marques servent à montrer la relation entre l'avancement des soldats et l'augmentation des taux d'émancipation.

L'objectif du projet est de fournir un enregistrement des émancipations telles qu'elles se sont produites aux États-Unis, tout en fournissant également un moyen de visualiser l'emplacement et la fréquence de ces émancipations. Le projet fait progresser le travail des sciences humaines consistant à organiser des événements culturels, à analyser des événements historiques et à explorer les relations entre les événements et les lieux. Le projet fait avancer un objectif traditionnel des sciences humaines car l'interface numérique du projet permet d'organiser l'information d'une manière beaucoup plus facile à lire et à accéder. Plutôt que de parcourir de nombreux livres pour trouver des records d'émancipation, vous pouvez simplement cliquer sur un point sur la carte et il se trouve juste là. Le projet a utilisé l'encodage XML, javascript, OpenLayers et GeoServer.

Bien qu'il soit impossible de capturer pleinement chaque acte d'émancipation qui s'est produit au cours de la période, le projet fait un travail efficace en affichant les informations d'une manière facile à comprendre, qui regorge d'informations sur les événements.


Migrer une plate-forme géospatiale 10 ans après – Microstation Geographics – Oracle Spatial

Il s'agit d'un défi commun à de nombreux projets de cadastre ou de cartographie, qui, au cours de la période 2000-2010, ont intégré Microstation Geographics en tant que pilote de données spatiales, en tenant compte des raisons suivantes :

  • La gestion des arch-noeuds était et continue d'être très pratique, pour le cadastre
  • Le DGN est une alternative séduisante, alors que sa version dans le même fichier, qui n'a pas changé depuis 15 ans, contrairement à d'autres formats dans lesquels on a vu de nombreuses versions incompatibles tous les trois ans.
  • En 2002, le logiciel libre était un rêve lointain de ce que nous avons aujourd'hui.
  • Les normes OGC n'étaient même pas importantes pour les logiciels propriétaires.
  • Les fichiers shp étaient limités aux projets de grande profondeur et les bases spatiales étaient encore très fermées aux schémas non standard qui engageaient les performances et l'argent des serveurs.
  • La connectivité à distance était naissante par rapport à ce que nous avons maintenant.

Ainsi, mettre en œuvre un SIG basé sur un schéma « CAO liée » était une solution viable, bien que la convivialité ait été sacrifiée à des fins de présentation attrayantes. L'API VBA était abondante pour les routines de gestion transactionnelle programmées connectées à ProjectWise pour le contrôle des fichiers physiques et la possibilité d'utiliser GeoWeb Publisher pour l'analyse de serveur spatial, bien que la publication se limitait à ActiveX dans Internet Explorer (qui était cette année-là le seul navigateur).

Le problème n'est pas d'avoir progressivement évolué et plutôt que de passer à Geospatial Server, ou à des versions plus robustes de ProjectWise, ce que nous voulons c'est survivre à un SIG à partir de fichiers physiques, en prenant le plein potentiel d'Oracle Spatial sous licence et en ayant la capacité de se développer. C'était donc notre défi.

1. La base de données : Postgres, SQL Server ou Oracle ?

En particulier, j'aurais préféré le premier. Mais lorsque vous êtes confronté à un système transactionnel non orienté service mais qui fonctionne bien, dans lequel une partie de la logique et de l'intégrité est en tant que PL dans la base de données, le passage à une base OpenSource n'est pas une urgence. Non, sauf si vous avez pour objectif de développer une nouvelle version du système qui n'est pas dans l'immédiat.

Ce n'est pas non plus une action des talibans qui déprécie tout ce qui sent la propriété. Donc rester avec Oracle est une sage décision, s'il fonctionne bien, si la taille et la demande sont importantes, s'il est bien conçu, protégé et s'il profite du support. Sujet pour une autre fois.

Alors qu'il ne restait plus qu'à développer des fonctionnalités pour que les données soient migrées vers cette base, des services d'édition et des outils de gestion transactionnelle de données vectorielles.

Pour contrôler les rôles et les utilisateurs, qui étaient auparavant gérés depuis ProjectWise, il a été créé un outil modulaire permettant :

  • Gérez les utilisateurs et les rôles depuis VBA et Bentley
  • Attribuer, de la part de l'utilisateur disposant de droits d'administration, le droit aux départements et aux communes.
  • Attribuer le droit à l'onglet cadastral par projet.
  • Avoir droit aux outils disponibles dans les modules de construction, d'édition, de publication, de consultation et d'administration. De cette façon, de nouvelles applications sont uniquement créées et présentées aux utilisateurs en fonction de leur rôle ou de leur mission spécifique.
  • Ce panneau de connexion simplifie également les projets de complexité courante de BentleyMap, par exemple en saisissant uniquement l'arborescence des catégories et des attributs définis dans l'administrateur géospatial.

Un panneau comme celui-ci résout peu de problèmes de compréhension et les nouveaux risques des utilisateurs pour des fonctionnalités telles que l'interopérabilité des données. C'est un autre sujet, car Bentley édite nativement dans Oracle Spatial, ce qui est merveilleux mais aussi risqué si vous n'avez pas le contrôle transactionnel.

Ainsi, par exemple, le module de construction disposait des outils suivants :

  • Attribuer des fonctionnalités
  • Assistant Lien géographique
  • Migration spatiale par lots
  • Supprimer des objets
  • Modifier les polygones
  • Exportation expédition/CAD
  • Importation expédition/CAD
  • Migration de géoligne
  • Migration Geodot
  • Migration de la géorégion
  • Carte S'inscrire
  • Lien Géo-ligne
  • Lien géopoint
  • Région Lien Géo-

Les outils complémentaires ont été progressivement ajoutés, dont certains pour éditer directement Geospatial Administrator.

  • Administrateur pour afficher les fonctionnalités
  • Analyse topologique
  • Consultation SAFT
  • Vérifier la fonctionnalité
  • Convertir la courbe en LineString
  • Créer des fonctionnalités
  • Créer des propriétés
  • Configuration DBConnect
  • Demande DBConnect
  • Modifier la fonctionnalité Xfm
  • Modifier le projet Xfm
  • Éliminer les fonctionnalités Xfm
  • Identification des terres
  • Modifier la symbologie
  • Fonctionnalités d'écriture
  • Thématisation par classes
  • Thématique
  • Thème par liste déroulante
  • Utilitaires Xfm

2. Les données : Migration du DGN vers l'espace : Oracle Buider ou Bentley Map ?

Le défi le plus intéressant était que cela nécessitait une migration contrôlée et que les fichiers DGN après avoir reçu une mise à jour pendant plus de 10 ans pouvaient avoir des problèmes de topologie, une véritable folie.

En effet, c'était le cas. Les principaux problèmes de cartes sont ici :

  • La modification du tracé à la frontière du fichier (secteur ou zone) implique qu'il doit y avoir une modification des deux, y compris les nœuds correspondants dans des cas tels que lorsqu'un secteur est une seule ligne mais que dans le voisin cette ligne est segmentée.
  • Certains fichiers peuvent être corrompus après 300 transactions de maintenance stockées dans l'historique DGN.
  • Il y a des problèmes plus complexes non contrôlables en Cabinet, comme lorsqu'une zone chevauche une autre voisine dans un autre fichier, par des montants qui ne peuvent être résolus sur la carte car cela impliquerait une inspection sur le terrain pour éviter d'affecter un tiers.
  • Les mauvaises pratiques, telles que l'inclusion de cartes dans différentes projections, dans ce cas, il y avait des secteurs dans NAD27, bien que la norme soit WGS84. Dans les cas extrêmes, des ajustements entre les données de différentes projections ont été effectués, directement sur le mode méchant.

La solution était un outil de type Wizzard pour une migration de masse, qui permet de migrer une carte individuellement, plusieurs voire l'ensemble d'une commune (Mairie) ou d'un Département.

Fondamentalement, l'outil prend les données du projet Geographics et les promeut vers les fonctionnalités de Benltey Map, puis effectue des séries de validations, telles que :

  • Relation un à un entre géométrie et base de données,
  • Validation des non doublons,
  • Validation de la cohérence de la zone centroïde,
  • Validation des objets par rapport aux objets inactifs de la base de données,
  • Validation de la topologie par rapport aux topologies spatiales existantes

Après les validations, le panel vous permet d'ajouter des informations à grande échelle, telles que la méthode de mesure et le contrôle qualité standard de ces données.

Enfin, il publie dans la base de données, générant éventuellement un rapport. Du dit au fait il y a une extension énorme, mais il s'est finalement adapté aux aléas d'Oracle Spatial qui ne cesse d'être aussi fou que Bentleys et sa façon de voir les plots complexes ou à nombreux sommets.

3. La publication : Geoserver ou MapServer ? OpenLayers ou Leaflet ?

Il a été construit une visionneuse utilisant OpenLayers et quelques plugins. Pour la première fois après 10 ans de négligence dans le développement de la partie spatiale, un nouveau Viewer qui a remplacé l'ActiveX de GeoWeb Publisher était visible. Le code MapFish a été utilisé pour l'impression, geojson pour contrôler l'arborescence latérale et les couches Geoserver OracleSpatial ont été servies.

Enfin le remplacement des technologies s'est fait selon le schéma suivant. Comme vous pouvez le voir, une combinaison de code gratuite, gardant la base de données et la gestion des terres à l'aide d'un logiciel propriétaire.

4. Construction et édition, directement vers Oracle Spatial. Carte Bentley ou QGIS ?

Ceci est une autre histoire. Bentley Map édite le natif à la base spatiale, ce qui génère des conflits si ce n'est pas le cas, fonctionnera avec un Web Feature Service Transactional (WFS). Le conflit est :

Comment résoudre une règle qui n'autorise pas la topologie de chevauchement, si vous éditez et lorsque vous publiez des rapports que l'objet s'affecte ?

Ceci est résolu en le versionnant avant, en éditant directement et en validant que lors de la publication, si quelque chose échoue, le versioning récupère mais laisse la transaction en état d'échec.

Un autre problème qui a dû être surmonté est la saisie massive de données, étant donné que les utilisateurs devraient cesser d'utiliser Geographics et avaient plusieurs projets d'augmentation du cadastre massif.

C'était facile car cela n'a été fait qu'avec un outil similaire à celui existant pour intégrer les données dans Microstation Geographics, facilitant la tâche avec le potentiel BentleyMap et un assistant plus contrôlé.

L'image montre comment cet outil a été développé, avec quelques particularités, telles que la création et l'enregistrement de sommets et l'inclusion de Dotplot, en tant que fonctionnalité prête au cas où la méthode de mesure de certains sommets ne répondrait pas à une norme de qualité.

Décidément, ce flux était très bien, car les utilisateurs savaient quels outils étaient les plus fréquemment utilisés. Il a fallu leur faire un changement de mentalité entre le passage de fonctionnalités multiples à des niveaux de gestion, favorisant de nouveaux avantages pour qu'ils oublient l'archaïque Microstation V8 2004, comme le service WMS, les transparents et les fichiers DWG la reconnaissance native des versions récentes quoi ne pas être dit à propos de l'interopérabilité avec shp, kml, gml pour les plus astral.

De même ont été créés des outils pour la maintenance cadastrale, ayant la possibilité de modifier directement les formes ou de les abaisser en nœud d'arc pour les cas complexes.


Ordre des axes dans WMS 1.3.0

La norme WMS 1.3.0 dit "Les coordonnées doivent être répertoriées dans l'ordre défini par le CRS et doivent être mappées de manière appropriée. ". Les codes durs MapServer 5.6.5 que EPSG code entre 4000 et 5000 ont tous des axes avec un ordre inversé.

Actuellement, je dois mettre à jour mes serveurs de données pour ajouter les codes EPSG pour les DOM-TOM (avec GRS80). De plus je dois ajouter les codes de la directive INSPIRE (pour la France métropolitaine).

Il s'avère que les codes EPSG :4559 (Antilles françaises) et EPSG :4471 (Mayotte) sont dans la plage 4000-5000 mais n'ont pas inversé l'ordre des axes dans la base de données EPSG (ce qui est correct). Ainsi, les clients qui interrogent mes serveurs WMS doivent faire de mauvaises requêtes pour avoir un bon résultat !

Avec les codes EPSG recommandés par la directive européenne INSPIRE, seul l'EPSG:4258 est correctement géré par MapServer 5.6.5 (plage 4000-5000). Tous les autres concernant la France (EPSG:3042, EPSG:3043 et EPSG:3044) et Pan-Europe EPSG:3034 et EPSG:3035, par définition, ont un ordre d'axe inversé. Cependant, ils ne sont pas dans la gamme 4000-5000, MapServer prend comme systèmes de coordonnées avec l'ordre des axes "normal" (longitude, latitude). Encore une fois, les clients qui demandent mes serveurs WMS doivent faire (si possible.) de fausses requêtes pour des réponses correctes !

Je me rends compte que le standard WMS 1.3.0 (et WFS 1.1.0) apporte des nouveautés dans les systèmes de coordonnées qui ne sont pas faciles à intégrer. OpenLayers ? 2.10 a ajouté le paramètre yx pour les "couches" (ce qui permet une grande flexibilité).


Développeur sénior de logiciels SIG

  • Type d'emploi Temps plein
  • Diplôme MBA/MSc/MA
  • Expérience 4 ans
  • Localisation Kano
  • Domaine d'emploi TIC / Informatique 

Résumé : Le développeur SIG principal fournit un soutien dédié aux projets de développement d'applications SIG eHealth Africa (eHA). Il / elle développe l'environnement SIG Web eHA&rsquos et crée des applications Web et mobiles pour prendre en charge des flux de travail, des projets et des programmes ciblés pris en charge par le département SIG.

Tâches et responsabilités essentielles : Pour effectuer ce travail avec succès, le développeur SIG principal travaillera sous la supervision du chef de service SIG pour effectuer les responsabilités suivantes.

  • Développer des applications SIG de bureau, mobiles et Web pour soutenir les projets internes et externes à eHealth Africa Soutenir le développement de services Web et de portails de données à eHealth Africa
  • Assurer la liaison avec les clients internes et externes pour effectuer une collecte appropriée des besoins
  • Collaborer avec l'équipe de développement de logiciels d'eHealth Africa pour assurer un soutien adéquat à tous les besoins de développement de SIG
  • Contribuer au développement d'applications, d'outils et de capacités SIG OpenSource à eHealth Africa
  • Maintenir un style de travail collégial, collaboratif et accessible
  • Effectuer toute autre tâche assignée par la direction
  • Peut fréquemment se déplacer entre les chantiers de l'entreprise
  • Veiller au respect des lois et règlements.
  • Peut fréquemment se déplacer entre les sites de travail de l'entreprise. Certains déplacements internationaux peuvent être nécessaires.
  • Présentez une attitude professionnelle en tout temps. Approche les autres avec tact. Réagit bien sous pression. Traite les autres avec respect et considération, quel que soit leur statut ou leur position. Accepte la responsabilité de ses propres actions. Répond bien aux demandes et aux commentaires des superviseurs.
  • Soyez constamment au travail et à l'heure.
  • Participer et promouvoir un environnement d'équipe positif, solidaire et coopératif.
  • Adhérer aux politiques et procédures.
  • Adhérer au Code de conduite eHealth Africa ainsi qu'aux normes éthiques du domaine.

Qualifications : Les exigences énumérées ci-dessous sont représentatives des connaissances, des compétences et/ou des capacités requises pour exécuter avec succès ce travail.

Expérience d'éducation

  • Master en génie logiciel, informatique, systèmes d'information géographique, arpentage et géoinformatique, géographie ou autre domaine connexe
  • Minimum de 4 ans d'expérience en développement SIG / génie logiciel
  • Une expérience significative et avancée en développement de SIG et de logiciels peut se substituer au Master Expérience dans les bibliothèques Javascript et JavaScript - AngularJS, LeafletJS
  • Expérience dans le développement d'applications SIG Web et mobiles à l'aide de solutions SIG open source, par ex. PostgreSQL, Geoserver, MapServer, OpenLayers
  • Connaissance pratique du développement de services Web reposants et d'interfaces de programmation d'applications (API)
  • Expérience de travail dans un environnement d'équipe avec github (création de branches, fusion de branches, sélection de commits, annulation de commits, stockage, fusion de squash, marquage, etc.)
  • Familiarité avec le développement piloté par les tests
  • Familiarité avec les meilleures pratiques en matière de codage et de conception, y compris les modèles d'entreprise.
  • Sensibilité culturelle, bon jugement et fort intérêt à travailler dans un environnement exigeant et intellectuellement stimulant, avec la capacité organisationnelle de gérer plusieurs tâches dans des délais ambitieux
  • Une expérience de travail internationale est un plus
  • Capacité à identifier et promouvoir les meilleures pratiques
  • Excellentes compétences en communication interpersonnelle, sens de l'organisation et grand souci du détail. Capacité à travailler en collaboration avec d'autres au sein d'une équipe de projet et de manière autonome sur des tâches
  • Doit être capable de travailler en tant que leader et membre d'une équipe et posséder de bonnes compétences en résolution de problèmes
  • Bonne capacité d'apprentissage. Orienté vers l'action et résilient dans un environnement en évolution rapide

Compétences techniques

  • Connaissance pratique de la pile SIG open source (QGIS, PostGIS et Geoserver), des outils de transformation de données (FME Desktop et/ou Kettle) et de la pile SIG commerciale (ArcInfo, ArcView, ArcCatalog, ArcToolbox), ArcSDE, ArcGIS Server
  • Solide connaissance de Javascript et des bibliothèques et frameworks javascript associés
  • Solides compétences en programmation avec Python
  • Connaissance pratique de la plate-forme de visualisation carto
  • Capacité à utiliser les systèmes de gestion de versions de code source (Git est souhaité)
  • Connaissance pratique des outils de développement Agile (JIRA)

Caractéristiques personnelles

Le développeur SIG principal doit démontrer ses compétences dans tout ou partie des domaines suivants :

  • Adaptabilité : Démontre une volonté d'être flexible, polyvalent et/ou tolérant dans un environnement de travail changeant tout en maintenant l'efficacité et l'efficience.
  • Se comporter de manière éthique : comprendre le comportement éthique et les pratiques commerciales, et s'assurer que son propre comportement et celui des autres sont cohérents avec ces normes et s'alignent sur les valeurs de l'organisation
  • Établir des relations : établir et maintenir des relations de travail positives avec les autres, tant à l'interne qu'à l'externe, pour atteindre les objectifs de l'organisation
  • Communiquer efficacement : Parler, écouter et écrire de manière claire, approfondie et opportune en utilisant des outils et des techniques de communication appropriés et efficaces
  • Créativité/Innovation : Développer des moyens nouveaux et uniques d'améliorer les opérations de l'organisation et de créer de nouvelles opportunités
  • Se concentrer sur les besoins des partenaires/clients : anticiper, comprendre et répondre aux besoins des clients et partenaires internes et externes pour répondre ou dépasser leurs attentes dans le cadre des paramètres organisationnels
  • Favoriser le travail d'équipe : travaillez en collaboration et efficacement avec les autres pour définir des objectifs, résoudre des problèmes et prendre des décisions qui améliorent l'efficacité de l'organisation.
  • Diriger : influencer positivement les autres pour obtenir des résultats qui sont dans le meilleur intérêt de l'organisation
  • Prendre des décisions : évaluer les situations pour déterminer l'importance, l'urgence et les risques, et prendre des décisions claires qui sont opportunes et dans le meilleur intérêt de l'organisation.
  • Organiser : définir des priorités, élaborer un calendrier de travail, surveiller les progrès vers les objectifs et suivre les détails, les données, les informations et les activités
  • Planifier : Déterminer des stratégies pour faire avancer l'organisation, fixer des objectifs, créer et mettre en œuvre des plans d'action et évaluer le processus et les résultats.
  • Résoudre les problèmes : évalue les situations problématiques pour identifier les causes, rassembler et traiter les informations pertinentes, générer des solutions possibles et faire des recommandations et/ou résoudre le problème.
  • Penser stratégiquement : évalue les options et les actions en fonction des tendances et des conditions de l'environnement, ainsi que de la vision et des valeurs de l'organisation.

La capacité de la langue

  • L'anglais est la langue parlée et écrite
  • Capacité de lire, d'analyser, de vérifier et d'éditer des documents et d'interpréter des périodiques commerciaux généraux, des revues professionnelles ou des réglementations gouvernementales
  • Capacité à rédiger des rapports, de la correspondance commerciale et des manuels de procédures
  • Capacité à présenter efficacement l'information et à répondre aux questions des cadres supérieurs et supérieurs, des employés, du grand public et des clients/partenaires

SIG dans la vie humaine

Aujourd'hui, nous apprenons quelque chose sur le SIG et son rôle dans la vie humaine. Peu de questions se posent dans notre esprit lorsque nous travaillons dans ce domaine.
1. Le SIG est-il un domaine en croissance comme la banque, la finance, etc. ?
2. Pourquoi le SIG ?
3. Quels sont les différents logiciels requis pour créer une application SIG ?
4. Quel est le rôle clé de l'Open Source dans les SIG ?
5. En quoi est-ce difficile pour les autres ?
6. Centres d'études SIG disponibles ?
7. Carrière en SIG ?

Après ce blog, nous sommes en mesure de répondre à ces cinq questions importantes. Le SIG est un outil utilisé par des individus et des organisations, des écoles, des gouvernements et des entreprises à la recherche de moyens innovants de résoudre leurs problèmes.
Un système d'information géographique ou SIG vous permet de rassembler tous les types de données en fonction de la composante géographique et de localisation des données.
Vous pourrez intégrer, visualiser, gérer, résoudre et présenter les informations d'une nouvelle manière.
Maintenant je parle de ma question –
1. Oui, le SIG est un domaine en croissance pas dans les pays européens, mais maintenant nous pouvons voir une application commune dans notre téléphone portable GPS qui est bien connue de tous et nous y sommes habitués.
2. Des milliers d'organisations utilisent le SIG pour résoudre des problèmes et améliorer les processus. Découvrez les meilleures pratiques et obtenez des idées sur la façon dont vous pouvez mettre en œuvre un SIG dans votre organisation ou votre communauté.
Découvrez comment les entreprises, les gouvernements, les éducateurs et les scientifiques, les organisations environnementales et de conservation, les groupes de ressources naturelles et les services publics bénéficient de l'utilisation du SIG.

Zones suivantes où nous avons vu des SIG
Gestion de l'alimentation
Le processus d'acheminement de l'énergie dépend fortement de l'information géographique. De la conception du réseau à la gestion des pannes, plus de 80 % de la gestion des données des services publics contient des composants spatiaux. De nombreuses entreprises de services publics combinent leurs services de gaz et d'électricité aux clients. La Jiangsu Provincial Power Company of China cartographie quatre types de données dans son SIG : les données cartographiques de base de la ville, le géoschéma du réseau, les données sur les installations et les données en temps réel.
Électricité
PPL, cotée au Fortune 500, utilise le SIG depuis près de 30 ans pour tirer parti de la gestion des installations (FM). PPL utilise sa base de données des installations électriques (EFD) pour répondre aux pannes causées par les tempêtes. Le répartiteur clique sur un poteau et l'EFD affiche toutes les pièces jointes à ce poteau, qu'elles proviennent d'un câblodistributeur ou d'une entreprise de services publics. Les entreprises peuvent être informées de la panne et rétablir rapidement les services.
Gaz
La gestion des sources de gaz et des canalisations physiques dépend du SIG pour chaque détail, des stations et des pressions des canalisations aux vannes et au diamètre des canalisations. METROGAS, le plus grand distributeur de gaz naturel au Chili, utilise des applications FM SIG pour la gestion des pannes, les interventions d'urgence, la distribution de gaz, l'exploitation du réseau, la planification et la recherche, les ventes, l'ingénierie et la construction.
Télécommunications
GIS fournit aux entreprises de télécommunications de nombreuses solutions telles que l'analyse des relations entre la couverture du signal, les résultats des tests, les tickets d'incident, les demandes des clients, les revenus et l'analyse des écarts. Velocom de Argentina utilise le SIG pour géocoder les antennes, analyser les zones de service, géocoder les clients et corréler les besoins en équipement à la demande de la zone de service.
Eau et eaux usées
Les cartes haute résolution du Colorado Springs Utility Water Resources Department détaillent l'emplacement de ses canalisations souterraines, de ses bassins versants, de ses réservoirs et de ses installations hydroélectriques. Sa base de données d'informations acquises dans son complexe de traitement des eaux brutes aidera le ministère à évaluer les possibilités d'expansion.

3 & 4 : Je décris ici quelques outils avec une description très courte –
GDAL "GDAL est une bibliothèque de traduction pour les formats de données géospatiales raster qui est publiée sous une licence Open Source. En tant que bibliothèque, elle présente un seul modèle de données abstrait à l'application appelante pour tous les formats pris en charge." [ Licence : Licence publique générale GNU (GPL) ]

Géocodeur "C'est la soumission qui a remporté le concours de programmation Google 2002. Il comprend un géocodeur (qui utilise les données TIGER/Line pour transformer les adresses des rues en coordonnées de latitude/longitude), un indexeur simple qui recherche les adresses et les mots-clés dans les documents, et un moteur de requête pour rechercher des documents correspondant à certains mots-clés qui contiennent également des adresses à une certaine distance d'un emplacement cible." [ Licence : GPL et Google ]
GeoNetwork OpenSource "Un site Web de portail de métadonnées de données spatiales qui implémente la norme internationale pour les métadonnées géographiques (ISO19115) et (très bientôt!) la norme OpenGIS Web Catalog Service pour la recherche de bases de données distribuées. En utilisant l'application, vous pouvez rapidement configurer un portail de métadonnées qui permet la maintenance en ligne des métadonnées et des données à usage interne sur un intranet et/ou la publication sur Internet. [Licence : Licence publique générale limitée GNU (LGPL)]
GeoServer Le projet GeoServer est une implémentation Java J2EE de la spécification Web Feature Server du Consortium OpenGeospatial, et est maintenu par The Open Planning Project (TOPP) http://www.openplans.org/. [ Licence : Licence publique générale GNU (GPL) ]
InterMap "InterMap est une application de cartographie Internet qui permet à l'utilisateur de combiner des cartes interactives à partir de serveurs de cartes Internet distribués dans un navigateur. InterMap prend en charge OpenGIS WMS et ESRI-ArcIMS et peut être entièrement intégré au portail de métadonnées GeoNetwork." [Licence : Licence publique générale limitée GNU (LGPL)]
ka-Map "ka-Map ("ka" comme dans ka-boom !) est un projet open source qui vise à fournir une API javascript pour développer des interfaces de cartographie Web hautement interactives à l'aide de fonctionnalités disponibles dans les navigateurs Web modernes." [ Licence : DM Solutions ]
MapServer "MapServer est un environnement de développement OpenSource pour créer des applications Internet spatialement activées. Le logiciel s'appuie sur d'autres systèmes OpenSource ou freeware populaires tels que Shapelib, FreeType, Proj.4, libTIFF, Perl et autres. MapServer fonctionnera là où la plupart des systèmes commerciaux ne fonctionneront pas ou ne peut pas, sur les plates-formes Linux/Apache. MapServer est connu pour compiler sur la plupart des UNIX et fonctionnera sous Windows NT/98/95." [ Licence : Licence MapServer ]
OGR « La bibliothèque de fonctionnalités simples OGR est une bibliothèque open source C++ (et des outils de ligne de commande) offrant un accès en lecture (et parfois en écriture) à une variété de formats de fichiers vectoriels, y compris ESRI Shapefiles et Mapinfo mid/mif et les formats TAB. » [ Licence : MIT ]
OGCConnector " L'OGCConnector est un connecteur de servlet ArcIMS open source développé par l'USGS Mid-Continent Mapping Center - Rolla, MO. L'OGCConnector implémente la prise en charge de la spécification OGC Styled Layer Descriptor (SLD), gère correctement les demandes de reprojection, et parce qu'il peut être connecté au connecteur de servlet ArcIMS, maintient les mêmes exigences d'authentification imposées par le servlet ArcIMS. [ Licence : ? ]
OpenLayers "OpenLayers permet de mettre facilement une carte dynamique dans n'importe quelle page Web. Il peut afficher des tuiles de carte et des marqueurs chargés à partir de n'importe quelle source." [ Licence: ? ]
p.mapper "Le framework p.mapper est destiné à offrir de larges fonctionnalités et de multiples configurations afin de faciliter la mise en place d'une application MapServer basée sur PHP/MapScript." [ Licence : Licence MapServer ]
PostGIS "PostGIS ajoute la prise en charge des objets géographiques à la base de données relationnelle objet PostgreSQL. En effet, PostGIS "active spatialement" le serveur PostgreSQL, lui permettant d'être utilisé comme base de données spatiale principale pour les systèmes d'information géographique (GI), un peu comme le SDE d'ESRI ou l'extension spatiale d'Oracle." [ Licence : Licence publique générale GNU (GPL) ]
PROJ.4 La bibliothèque de projections cartographiques PROJ.4 est utilisée dans plusieurs projets IG Open Source dont GRASS, MapServer et OGDI. [ Licence : MIT ]
Quantum GIS "Quantum GIS (QGIS) est un système d'information géographique (SIG) qui fonctionne sous Linux, Unix, Mac OSX et Windows. QGIS prend en charge les formats vectoriels, raster et de base de données." [ Licence : Licence publique générale GNU (GPL) ]
rmap "Ce package est né de mon besoin personnel d'un système de cartographie précis dans le monde entier en termes de positionnement en longitude et latitude. J'ai trouvé des références à la banque de données II de la CIA qui se compose de 3 bandes à 9 pistes de données COBAL qui ont couru sur d'anciens mainframes qui avaient des données vectorielles décentes de la terre, et qui étaient également dans le domaine public. " [ Licence : GNU General Public License (GPL) ]
Simple Map Server "Simple Map Server produit des images de carte géographique. Il doit être conforme aux spécifications OpenGIS 1.0.0 et 1.1.1. [Licence : ?]
Terraform "Terraform est un programme open source interactif de génération et de manipulation de champs de hauteur, vous donnant la possibilité de générer un terrain aléatoire et de le transformer." [ Licence : Licence publique générale GNU (GPL) ]
uDig « uDig est un visualiseur/éditeur de données spatiales open source, avec un accent particulier sur les normes OpenGIS pour les SIG Internet, les normes Web Map Server et Web Feature Server. uDig fournira une plate-forme Java commune pour la création d'applications spatiales avec des composants open source. " [Licence : Licence publique générale limitée GNU (LGPL)]
Open 3D GIS "Open 3D GIS est un projet Open Source dont l'objectif principal est de mettre à disposition un moyen simple d'afficher des objets 3D à partir d'une géodatabase sur le Web." [ Licence: ? ]
OGC
ArcView APR Parser "Le travail avec ArcView conduit à de gros répertoires avec de nombreux fichiers composés de nombreux projets et tables et vues, etc. En raison de la complexité des répertoires, il est impossible de voir tous les liens entre ces tables, thèmes. Une base de données contenant toutes les informations pertinentes aideraient à localiser les données et réduiraient le temps de recherche." [Licence : Licence publique générale limitée GNU (LGPL)]
Les défis SIG sont plus susceptibles de traiter du monde réel. You can observe the result seen the result and interpret or analyze or visualize the result.
If you are a beginner then the ESRI has a good one option where you can familiar with some of the GIS terms. What is Layer, Map, Map Server, Map Provider, Vector Data, Raster Data, Geometry, Polygon, Map Service, Cartographic Map Service and GIS Standards like OGC. So I recommend please be familiar first with these terms.
For Development purpose you are able to understand JavaScript (for client side communication), AJAX, ATLAS and for server side you would be able to work on C# or as well as Java (because of lot’s of freeware Open Source are available only in JAVA).

If you are able to deal with real time problems GIS is the better option you opt my dear because when you are working in this domain you visualize your output.


Trainers Comments

Impressive organization, everything worked just perfect. The training time was to short for the rich selection of topics - or put it the other way round, it was way too much content for five days.

One day should have been spent completely on how to efficiently use a command line interface, read a technical manual and understand basic networking - things that cannot be expected from Windows end users. One day is enough and would make life so much easier for people, especially when they get back to their existing environment and finally understand how things work. The IT background of the GIS specialists was surprisingly thin. The time was good to build a solid foundation and give an overview of the different GIS tools ranging from libraries over Desktop GIS, spatial databases to web services.


OSGeo Planet

A Geocursos lançou uma nova promoção que vai sortear uma bolsa de estudos de 100% no dia 15 de fevereiro. O ganhador poderá escolher entre os cursos de:

Veja como participar, lendo o regulamento logo abaixo.

REGULAMENTO DO SORTEIO

– SIGA o perfil da @geocursos no instagram
– CURTA a foto oficial da promoção (no instagram)
– MARQUE um amigo(a) nos comentário da publicação do instagram (não vale fake, empresas ou famosos)
– Pensamento POSITIVO

Participe quantas vezes quiser, quanto mais comentar, mais chances de ganhar, desde que usando nomes de amigos diferentes.

Informações sobre os cursos é só falar com a @geocursos no direct.

O Resultado será divulgado no dia 15/02 nos stories.

PS1: O perfil do ganhador deve estar público/aberto.
PS2: O ganhador tem até dia 18/02 para se manifestar via direct (@geocursos), caso contrário, realizaremos novo sorteio.
PS3: A inscrição no curso (OpenLayers ou PostgreSQL) se dará 3 dias após divulgação do resultado, e o ganhador terá 3 meses para realizar o curso.
PS4: O Curso DBA PostGIS, é online e ao vivo, e tem início no dia 16/03 (sábado).

Just van den Broecke: Cheers to 2018

Never too late to look back. Inspired by the concise bullet-point-style of Tom Kralidis’ Cheers to 2018, my personal highlights of living and working in the Open Source Geospatial and OSGeo(.nl|org)-world in 2018. I’ll post 2019 reso’s later. Not just personal projects, but also events from the OSGeo.nl Local Chapter in which I am involved since its beginnings.

  • One of my 2018-resolutions was to focus more on SensorWeb/Spatiotemporal inspired by working since 2015 on the Smart Emission project. Started a blog-post-series “Emits”.
  • With OSGeo.nl we always start the year (since 2011) with a joint OSGeo.nl and OpenStreetMap NL new-years party at Cafe Dudok in Hilversum. Many of the 2018-plans discussed there became reality. Not at least the two QGIS-Days and FOSS4G-NL 2018 conference (see below).
  • The first Dutch QGIS Day hosted by the IHE Delft Institute for Water Education. Very well attended (160?) by both regular QGIS-users and IHE-students. Big thanks to Erik Meerburg (what would OSGeo.nl be without Erik?) and Hans van der Kwast (IHE).
  • Started working on a contract for the European Commission Joint Research Center (Ispra, Italy) to deploy five AirSensEUR air-quality stations within the Netherlands, connecting these to the Smart Emission Platform. More in this blog-post.
  • As first-timer went to TheThingsNetwork Conference. What an amazing event! For some years already into Lora(WAN) and maintaining a TTN Gateway, I learned so much, also from the workshops there, that I wrote a separate blog-post about this event.
  • Started contracting (eventually until sept 30, 2018) at Dutch Kadaster to migrate the entire Smart Emission (SE) Platform to Kadaster infrastructure. Initially just migrating the SE Docker Images, normally two-weeks (to be honest, a day’s) work, BUT, as a (nice) surprise learned we had to move SE “To The Cloud”, that is to Azure Kubernetes (AKS), well that kept me and one Kadaster-colleague (learned a lot from you Gerwin!) busy till end of september at least 2-3 days a week!
  • As first-timer went to the OSGeo 2018 Code Sprint in Bonn. Mainly to work on GeoHealthCheck. (GHC). Another highlight! Not the least since I finally met the great Tom Kralidis! I had been working on GHC with Tom a couple of years but we somehow never met IRL. Spent most of week on a single PR (per-Resource scheduling) which required a re-architecture of GHC. But more importantly socializing with Tom and other folks there, well, Bonn, need I say more…Thanks organizers: Astrid Emde et al. for this great week!
  • In that same codesprint week I also attended several talks at the yearly FOSSGIS Conference there. The FOSSGIS Conference is a major event in Europe as it involves all German-speaking (DACH) countries, plus their OpenStreetMap communities. Even with my high-school German language knowledge very well to follow. As an exception to the rule I was grateful to be allowed to give a GeoHealthCheck presentation in English. Thanks to CCC, FOSSGIS always videotapes all talks, so you can watch some of my stuttering here.
  • With OSGeo.nl we and our community-members more and more try to organize small, hands-on events that are lightweight to organize. The NLExtract Hacking Day was a success! Thanks to organizer Frank Steggink (who also wrote the report), and a great space offered by WebMapper (Edward MacGillavry) in the Social Impact Factory Utrecht.
  • What happened in this month? Luckily GitHub tracks my activity. Many commits for the Smart Emission Kubernetes challenge. I see a week without commits in May: made a great hiking trip with friends in Ireland: the Kerry Way. Rain? Only one evening when walking to the pub (always live music there)!

  • More work on map5.nl, a subscription service for Dutch topographic, historical- and embellished hillshade and arial maps I started to host in 2015. Plus ongoing Smart Emission stuff.
  • Gradually, a heat-wave was overtaking The Netherlands. Climate change?
  • Heat-wave more and more building up.. But that did not stop the great OSGeo.nl organizing team to host the second FOSS4G-NL in Almere. July 10-11. Kudos to Erik Meerburg and team for two great days of workshops and conf!
  • At the FOSS4G-NL I had the honor to open the conference and present the national Dutch GeoForum: geoforum.nl. We jointly (Kadaster, WebMapper, OSGeo.nl) extended the existing Dutch Kadaster PDOK Forum. As OSGeo.nl we did not want to launch yet another forum but to bundle forces. Since that launch hundreds of folks registered.
  • Week after: off to FOSS4G-EU in Guimarães,Portugal. FOSS4G-EU is always something special. Folks gather from literally every country in Europe. From the Baltic States to Croatia. In a cosy atmosphere Jorge Gustavo Rocha and the LOC made this into a great event. Great talks during the day and every evening (and sometimes nights) in this small-town university city it was easy to find and gather with the OSGeo-folks on the main square Largo da Oliveira.
  • Started to seriously deploy the five AirSensEUR (ASE) stations. First at an RIVM air quality station in Breukelen next to the main A2 highway. With the great help of Jan Vonk of RIVM we managed to attach and digitally connect these stations at their premises. To have an idea, read my blog post on this effort. The ASE stations will gather raw, uncalibrated, Air Quality data there for two months and use the onsite RIVM measurements as reference for later calibration.

  • Again a small gap in my GitHub commit history: two weeks with my family (and our great Labrador Jamie) in rural France: Auvergne and Ardeche. I always love to set out GPS-hikes at home, hacking some of the French IGN topo-maps for personal use, and see how these turn out on the spot.

  • Contract with Dutch Kadaster ended on sept 30. Just in time we migrated the entire Smart Emission stack to Azure Kubernetes (AKS). Well, IMHO Kubernetes is just awesome, especially after a few years of ad-hoc Docker deployment. Yes, a learning curve and devops-paradigm shift. Though for smaller projects in 2019 I am now combining Ansible with Docker (Compose).
  • After two months of gathering data for calibration, deployed the five AirSensEUR (ASE) stations at their target locations within The Netherlands. At each location challenges: an ASE needs 3 things: 1) to be firmly/rain-protected mounted physically, 2) 220V current and 3) WIFI. That combination turned out to be a challenge at each spot. But finally all five ASEs are now humming at their spots.

  • And with OSGeo.nl we had the second 2018 QGIS-Day at Ordina Utrecht. Thanks to the LOC: Jonas, Coen et al. Observation: all hands-on workshops were overcrowded!
  • More work on map5.nl and working on a next SAAS: GeoHealthCheck in the Cloud, as a subscription service, under the name geoqos (“Geo-Cause”) on geoqos.com. Hopefully that makes the GeoHealthCheck project sustainable.
  • Presented Smart Emission at the Geo Users Festival by Geonovum. Bit of beamer issues, my slides on Slideshare.

  • What’s that day after the GIS Day? Yes, the PostGIS Day! That’s exactly what the LOC team (Steven M. Ottens and Tom van Tilburg) organized. Deliberately keeping it low-profile to attract high-profile PostGIS hackers. And how they did! The format was an unconference. Even as a considered PostGIS veteran (starting with a PostGIS workshop from Paul Ramsey in Lausanne 2006) my brain was crushing hearing stuff like from Martijn Meijers – Indexing AIS data / point clouds with a Space Filling Curve.

  • Through my various projects thinking: All GeoData is Spatio-Temporal. Presented in Eindhoven at a Ruimteschepper event: LoRaWAN TheThingsNetwork makers event. Slides are here. For one thing attempted to bridge the world of IoT with OGC SensorWeb via the SensorThings API in a PoC.

  • That’s almost it of 2018. A last brainwave on GeoHealthCheck usability made me to introduce interactive Plotly.js based interactive history Run-graphs. Together with and thanks to Tom Kralidis reviewing that was my final GitHub commit in 2018. Ok finalized on jan 3, 2019 but what a year!

Fernando Quadro: Curso DBA PostGIS – Turma 5

Você tem interesse em aprender a trabalhar com banco de dados espacial, e possui conhecimento prévio em algum banco de dados? Então esta é a sua oportunidade!

A GEOCURSOS acaba de lançar a Turma 5 do Curso DBA PostGIS. Este curso online oferece uma visão completa que vai desde uma revisão sobre o PostgreSQL até tópicos avançados do PostGIS, apresentando como trabalhar em sua totalidade com esta poderosa extensão espacial do banco PostgreSQL.

Este curso é formado pelos nossos cursos PostGIS Básico (16 horas online) + PostGIS Avançado (20 horas online) e acontecerá entre os dias 16 de março e 19 de maio (aos sábados).

Se você fosse comprar os cursos separadamente sairia pelo valor de R$ 798,00. Porém o curso esta com uma super promoção, e está saindo por apenas R$ 549,00.

Para maiores informações e para ver a ementa completa do curso, acesse:

FOSS4G 2019 Bucharest: Registration for FOSS4G 2019 Bucharest is now open!

We are honored to announce the international geospatial community that the registration for the geospatial event of the year FOSS4G 2019 is now open! And more…

We’ve made a promise to the community and we are delighted to stand before you today and say that we kept our word. We promised to do our best to make this global FOSS4G the most affordable of all times and it is! Joining the geospatial international community for one week packed with dynamic, valuable, timely events in a vibrant European capital city is more at hand than ever before. The EarlyBird for FOSS4G 2019 Bucharest is at the historical level of 330 EUR and it offers you everything you could ever need for such a tech gathering: access to plenary session (28-30 august), access to conference tracks (28- 30 august), access to 300+ talks, access to mobile app, ability to contact attendees, access to Ice Breaker Party (29 august), access to Gala Dinner (29 august), access to Pub Race Offers (28-30 august), access to Academic papers post event, access to presentations post event, conference kit, email support.

Furthermore, FOSS4G 2019 #historicalearlybird comes with a surprise not to be missed! For the first 100 participants, we have prepared 100 special FOSS4G 2019 T-shirts! This way, we – the Bucharest Local Organizing Committee – show our appreciation for your early, comforting support for the conference. If this you might have expected, our next surprise will definitely.. surprise you! We are deeply thankful for the opportunity to invite you in our home, Romania and we would like to offer you a small, captivating Romanian Passport. Curious? Be among the first 100 FOSS4G 2019 participants and you’ll receive a wonderful collection of interesting facts of Romania all packed in the Curious Passport.

No FOSS4G would be possible without the valuable input of sponsors. They are the conference’s backbone contributing to the values, principles and progress of our community. Support us in our work to organize FOSS4G2019 Bucharest as one of the most memorable FOSS4G events. The call for sponsors is now open. Please, take a look at our suggestions and find the one that best suits your needs and preferences.

Sponsoring is not yet possible but you want to actively contribute to the success of FOSS4G 2019 Bucharest? Become a volunteer! Besides valuable input in making FOSS4G 2019 happen, you will receive a free ticket to the conference (including the ice breaker and gala dinner). Interested?

Sponsorship is not for you, neither volunteering but you still want to help FOSS4G 2019, then Spread the Word!

Of course, FOSS4G 2019 is much much more than T-shirts and wonderful new places to visit. Program, Workshop and Academic committees are almost fully formed and ready for action! We are honored to say that the FOSS4G 2019 program will be shaped by remarkable people in the geospatial international community. Check out the Committee webpage to see who will review your FOSS4G 2019 contribution as Call for Papers and Workshop will open next week!

Follow us in the following months and find out all about the geospatial event of the year!

GvSIG Team: Analysis of prospection results: Vector geoprocessing. GIS applied to Archaeology

A new module of the free GIS course applied to Archeology is now available. With this module we are already starting to explore some of the advanced tools of Geographic Information Systems.

We will see how to apply vector geoprocesses to analyze the geographic information related to an archaeological site. We will also work with the information obtained from a GPS in a GPX file.

If you have not done the previous exercises, we recommend you to start with the first module.

We remind you that the Les données to follow the course can be downloaded in a compressed .zip file from this link.

Remember that for doubts about software use, carrying out the exercises, and problems that you find when carrying out the course, you can use the gvSIG users mailing list.


Abstrait

Despite the important role of wetlands in our society, they are continuously threatened by human activity. In Canada, the critical loss of these habitats has fostered the application of preventive measures to at least reduce, if not avoid, their accelerated disappearance. In order to implement adequate environmental practices to protect these ecosystems, managers need to have a global knowledge of their situation. In this context, Web Geographic Information Systems (GIS) offer the possibility to visualize and share multiple integrated data as well as geoprocessings that can provide essential information to understand the relative risks wetlands are undergoing. In this work, we present the extension of an existing open source Web-GIS platform to manage wetlands in the province of Quebec, eastern Canada. The current platform offers new systematic and generalist spatial processing tools inspired on the metapopulation theory and on the concept of ecological integrity to evaluate changes in landscape that could affect wetlands systems. These new functionalities provides more compact and valuable information about wetlands' state that can inform decision-making in conservation of these habitats and biodiversity. The functions proposed can be used by different type of users without any particular or specific knowledge.


Voir la vidéo: Formation en Web Mapping Open Source avec PostgreSQL u0026 PostGIS, GeoServer et OpenLayers (Octobre 2021).