Suite

Obtention/téléchargement du fichier de formes à partir de la page OpenLayers/Web et enregistrement sur le disque local


J'ai développé une application Web où j'utilise GeoServer et OpenLayers. J'ai affiché des calques sur une carte Google dans une page Web ASP.Net. Je veux savoir s'il existe une méthode ou un script disponible dans OpenLayers pour télécharger et enregistrer un fichier de formes (le fichier de formes affiché sur la carte Google dans la page Web) à partir de l'interface Web.

En fait, l'utilisateur souhaite télécharger le fichier de formes à partir de l'interface Web et l'ouvrir dans son système Dektop GIS (ArcView).


Utilisez WFS avec le format de sortie défini sur shape.


Ajouter&outputformat=FORME-ZIPà la demande, comme dans cet exemple (remplacez lews_world:world_citiesavec votre espace de travail et votre couche)

http://hostname.com/geoserver/ws_world/ows?service=WFS&version=1.0.0&request=GetFeature&typeName=ws_world:world_cities&maxfeatures=50&outputformat=SHAPE-ZIP


Avez-vous peut-être des exemples de référence pour cela? Dès que je modifie mon format de sortie WFS de 'outputFormat=application/json' à 'outputFormat=shape', la couche est complètement supprimée.


Couches¶

Dans GeoServer, le terme “layer” fait référence à un jeu de données raster ou vectoriel qui représente une collection d'entités géographiques. Les couches vectorielles sont analogues aux “featureTypes” et les couches raster sont analogues aux “couvertures”. Toutes les couches ont une source de données, appelée Store. La couche est associée à l'espace de travail dans lequel le magasin est défini.

Dans la section Couches de l'interface Web, vous pouvez afficher et modifier des couches existantes, ajouter (enregistrer) une nouvelle couche ou supprimer (désenregistrer) une couche. La page Vue des couches affiche la liste des couches, ainsi que le magasin et l'espace de travail dans lesquels chaque couche est contenue. La page Afficher affiche également l'état de la couche et le SRS natif.


Des exceptions¶

Formats dans lesquels WMS peut signaler des exceptions. Les valeurs prises en charge pour les exceptions sont :

Format Syntaxe Remarques
XML EXCEPTIONS=application/vnd.ogc.se_xml Sortie XML. (Le format par défaut)
INIMAGE EXCEPTIONS=application/vnd.ogc.se_inimage Génère une image
VIDE EXCEPTIONS=application/vnd.ogc.se_blank Génère une image vierge
CARTE PARTIELLE EXCEPTIONS=application/vnd.gs.wms_partial Il s'agit d'un paramètre du fournisseur GeoServer et applicable uniquement pour les requêtes getMap. Renvoie tout ce qui a été rendu au moment où le processus de rendu a levé une exception. Peut être utilisé avec les limites de configuration WMS pour renvoyer une image partielle même si la demande est terminée pour avoir dépassé l'une de ces limites. Il fonctionne également avec le paramètre fournisseur de délai d'expiration.
JSON EXCEPTIONS=application/json Représentation Json simple.
JSONP EXCEPTIONS=texte/javascript Renvoie un JsonP sous la forme : paddingOutput(.jsonp. ). Consultez les paramètres du fournisseur WMS pour modifier le nom du rappel. Notez que ce format est désactivé par défaut (Voir Variables globales affectant WMS ).


Flux de travail

Le schéma suivant illustre quels types de données sont traitées dans quels outils, et quelle est la succession des étapes du workflow. Veuillez noter que la génération de supertextures de base (sat, masque) dans QGIS est facultative.

Dans un premier temps, vous devez rassembler les données décrivant votre terrain : modèle altimétrique numérique (= MNT maillage de terrain), quelques données vectorielles (routes, forêts, points d'intérêt etc.), supertextures (veuillez noter que nous vous fournissons un échantillon morceau d'ortho-photographie de Chernarus, mais vous pouvez également créer une base de supertextures de travail à l'aide de QGIS).

Les données géographiques peuvent ensuite être traitées dans le Terrain Processor : le DEM peut être traité et du bruit peut y être ajouté, des arbres peuvent être placés à l'étendue des forêts, des objets supplémentaires peuvent être placés de manière aléatoire dans le paysage, ou le long des routes ou sur points particuliers. Une fois que TP a traité les géodonnées, vous pouvez configurer un projet Terrain Builder et y importer le terrain, les textures et les objets.

Le reste est le travail commun de création de cartes et de publication de la tuberculose. :)


Dans ce livre, vous trouverez un certain nombre de styles de texte qui distinguent les différents types d'informations. Voici quelques exemples de ces styles et une explication de leur signification.

Les mots de code dans le texte sont affichés comme suit : Les actions topLayer() et bottomLayer() sont également similaires, elles déplacent le calque spécifié vers le haut ou le bas de la pile.

Un bloc de code est défini comme suit :

Les nouveaux termes et les mots importants sont indiqués en gras. Les mots que vous voyez à l'écran, dans les menus ou les boîtes de dialogue par exemple, apparaissent dans le texte comme ceci : L'opacité du calque est fixée à 50 % dans la capture d'écran suivante.


Voir la vidéo: Videotutorial OpenLayers Plugins qGIS (Octobre 2021).