Suite

Quelle caractéristique a la valeur la plus élevée dans l'étendue


J'ai une couche dans laquelle je dois trouver la valeur maximale d'un champ donné dans l'étendue actuelle de la carte, puis renvoyer la valeur d'un champ différent.

par exemple. Recherchez l'état avec la population la plus élevée dans l'étendue actuelle et renvoyez le nom de l'état.

Il s'agit d'un service hébergé sur ArcGIS Online, j'ai donc pensé que la bonne façon de procéder était d'utiliser outStatistics pour déterminer la valeur maximale de mon champ à l'aide de la propriété max. Cependant, même si je spécifie les outFields pour inclure le champ sur lequel je dois faire un rapport, tout ce que je reçois est le résultat des outStatistics.

Par exemple, consultez cette requête GET.

Champs de sortie : POP2007,STATE_NAME,NAME Étendue :  Statistiques de sortie : [{"statisticType":"max","onStatisticField":"POP2007","outStatisticFieldName":"maxPop"}] Résultat : maxPop : 1483460

Réponse souhaitée :

Résultat : maxPop : 1483460, POP2007 : 1483460, STATE_NAME : Middlesex

Quelle est la manière la plus efficace/élégante de calculer la valeur maximale d'un champ dans l'étendue actuelle, de trouver cet enregistrement et de renvoyer une valeur à partir d'un champ différent ?

Dans l'exemple ci-dessus, nous pouvons oublier l'étendue, je veux juste qu'il renvoie le nom de l'état qui a la valeur de population maximale. Veuillez également ignorer le fait que les comtés sont impliqués.


la syntaxe peut varier d'une base de données sous-jacente à l'autre, mais vous avez besoin de quelque chose comme ceci :

WHERE > FIELDNAME=(SELECT MAX(FIELDNAME) FROM TABLENAME)

en substance « rendez-moi la caractéristique avec une valeur égale à la valeur la plus élevée pour ce champ particulier »

http://sampleserver6.arcgisonline.com/arcgis/rest/services/Census/MapServer/3/query?where=POP2007%3D%28SELECT+MAX%28POP2007%29+FROM+states%29…

cela peut être utilisé en conjonction avec un opérateur spatial.


Dimension

Le Dimension d'un objet (que ce soit dans le monde réel ou une représentation numérique) est une mesure ordinale de son étendue spatiale. Les caractéristiques géographiques et leurs représentations dans les SIG et les cartes sont généralement classées par dimension en points, lignes, régions et volumes. En mathématiques, il est défini comme le nombre de coordonnées nécessaires pour spécifier un emplacement dans son étendue. Ainsi, un seul indiquer a 0 dimensions (puisqu'il n'y a pas plusieurs points dans son étendue) a ligne est unidimensionnel (on ne peut mesurer qu'une distance le long de il) un Région est bidimensionnel (nécessitant deux coordonnées cartésiennes pour identifier un point constitutif) et un le volume est en trois dimensions [1] . Lorsque vous travaillez avec des informations géographiques dans des SIG et des cartes, il est important de reconnaître la dimension à la fois des phénomènes du monde réel représentés et de la dimension de leurs représentations numériques, car celles-ci ne sont pas nécessairement les mêmes. [2] .


Maintenance des ressources Fréquence de mise à jour inconnue

Système de coordonnées ArcGIS * Type Projeté * Référence de coordonnées géographiques GCS_North_American_1983 * Projection NAD_1983_UTM_Zone_15N * Détails de la référence des coordonnées Système de coordonnées projeté Identificateur bien connu 26915 Origine X -5120900 Origine Y -9998100 Échelle XY 10000 Origine Z -100000 Échelle Z 10000 M origine -100000 M échelle 10000 Tolérance XY 0,001 Tolérance Z 0,001 Tolérance M 0,001 Haute précision vrai Dernier identifiant bien connu 26915 Texte bien connu PROJCS["NAD_1983_UTM_Zone_15N",GEOGCS["GCS_North_American_1983",DATUM["D_North_American_1983",SPHEROID["GRS_980",632782217.0, ]],PRIMEM["Greenwich",0.0],UNIT["Degree",0.0174532925199433]],PROJECTION["Transverse_Mercator"],PARAMETER["False_Easting",500000.0],PARAMETER["False_Northing",0.0],PARAMETER[" Central_Meridian",-93.0],PARAMETER["Scale_Factor",0.9996],PARAMETER["Latitude_Of_Origin",0.0],UNIT["Meter",1.0],AUTHORITY["EPSG",26915]]
Identifiant du système de référence * Valeur 26915 * Espace de code EPSG * Version 8.2.6


Annexe B. Structure et composition du FGDC

La croissance explosive des technologies qui produisent et exploitent l'information géospatiale a créé d'énormes opportunités ainsi que des défis considérables pour le gouvernement fédéral.

L'utilisation efficace de l'information géospatiale nécessite une étroite coordination entre les nombreuses agences impliquées dans son développement. La circulaire A-16 de l'Office of Management and Budget (OMB) a été publiée à l'origine en 1953, révisée en 1967 et révisée à nouveau en 1990 et 2002. Elle a créé le Comité fédéral des données géographiques (FGDC) en tant qu'organe de coordination interinstitutions pour promouvoir le développement, le partage , et la diffusion de données géospatiales. Par décret exécutif 12906 en 1994, le FGDC a été chargé de développer l'infrastructure nationale de données spatiales (NSDI).

Le NSDI englobe la technologie, les politiques, les normes et les ressources humaines nécessaires pour acquérir, traiter, stocker, distribuer et améliorer l'utilisation des données géospatiales pour une variété d'utilisateurs à l'échelle nationale. Le rôle de leadership du FGDC est essentiel car l'importance des capacités géospatiales pour améliorer l'efficience et l'efficacité du gouvernement est reconnue.

La circulaire A-16 de l'OMB (révisée en août 2002) incorpore le décret 12906 et réaffirme le rôle du FGDC de fournir un leadership pour le NSDI avec le développement, l'utilisation, le partage et la diffusion coordonnés des données géospatiales de la nation. En 2008, le National Geospatial Advisory Committee (NGAC) a été créé en tant que comité consultatif fédéral parrainé par le département américain de l'Intérieur.

Le FGDC est dirigé par un comité de pilotage qui fixe ses orientations stratégiques de haut niveau. Un comité exécutif composé de représentants d'agences ayant une composante géospatiale majeure dans leur mission fournit des orientations supplémentaires au comité directeur. Les conseils et recommandations sur les programmes géospatiaux fédéraux et nationaux proviennent du NGAC. Le groupe de coordination donne des conseils sur les activités quotidiennes du FGDC, qui sont menées par le secrétariat du FGDC situé au U.S. Geological Survey à Reston, en Virginie.

L'infrastructure du FGDC comprend également des comités, des groupes de travail et des sous-comités dirigés par des agences, et des partenaires collaborateurs représentant des organisations des gouvernements étatiques, tribaux et locaux, ainsi que des groupes industriels et universitaires et professionnels. Tous initient et soutiennent les activités suivantes cruciales pour l'expansion de la NSDI :

  • Développer et établir le Centre national d'échange de données géospatiales sur Internet.
  • Élaboration et mise en œuvre de normes.
  • Création d'un cadre national de données géospatiales numériques. Le cadre couvre sept thèmes géographiques fondamentaux : le contrôle géodésique, l'élévation, l'ortho-imagerie, le transport, l'hydrographie, les unités gouvernementales et les informations cadastrales.
  • Promouvoir des relations de collaboration pour le partage de données géospatiales entre partenaires non fédéraux.
  • Développer des politiques et des processus pour mieux harmoniser l'action collective.

Graphique montrant la structure du Comité fédéral des données géographiques.

Le comité directeur est le groupe interinstitutions au niveau des politiques chargé de superviser les activités liées à la circulaire A-16 de l'OMB et la mise en œuvre de la NSDI. Il assure le leadership exécutif et établit une politique pour coordonner les activités géospatiales entre, parmi et au sein des agences fédérales. Le Comité se réunit trois à quatre fois par an à Washington, D.C., et est composé de hauts fonctionnaires d'agences chargées de l'information géospatiale (SAOGI).

Le secrétaire de l'Intérieur ou une personne désignée préside le comité directeur du FGDC, qui est composé de représentants d'organisations fédérales, y compris le bureau exécutif du président et des agences fédérales indépendantes et au niveau du Cabinet. Le directeur adjoint de la gestion de l'OMB ou sa personne désignée fait fonction de vice-président.

Un sous-ensemble du comité directeur, le comité exécutif, se réunit plus fréquemment et est chargé de fournir des conseils et d'aider à faire avancer les décisions critiques. Le comité exécutif fait des recommandations au comité directeur et fournit un point focal pour la coordination avec le NGAC.

Président, sous-secrétaire, Département de l'intérieur des États-Unis

?James E. Cason

Vice-président, administrateur, Gouvernement électronique et technologies de l'information (TI), Bureau de la gestion et du budget

?Karen S. Evans

Département américain de l'Agriculture

*?Charles R. Christopherson, Jr.

Département du Commerce des États-Unis

*?Joseph F. Klimavicz

*?Steven P. Wallach

Département américain de l'Éducation

Département américain de la Santé et des Services sociaux

Département américain du logement et du développement urbain

Département américain de la sécurité intérieure

*?Richard F. Mangogna

Département américain de l'Intérieur

Département américain de l'Intérieur

Département américain des transports

Département du Trésor des États-Unis

Département américain des Anciens Combattants

Agence de protection de l'environnement des États-Unis

*?Molly A. O'Neill

Commission fédérale des communications

Administration des services généraux

Administration Nationale de l'Espace et de l'Aéronautique

*?Charles J. Gay

Archives nationales et administration des dossiers

Fondation nationale de la science

Commission de réglementation nucléaire

Bureau de la gestion du personnel

Gestion des petites entreprises

Administration de la sécurité sociale

Autorité de la vallée du Tennessee

Agence des États-Unis pour le développement international

Corps d'ingénieurs de l'armée américaine

*Responsable principal désigné de l'Agence pour l'information géospatiale
?Membres du Comité Exécutif

Le groupe de coordination du FGDC donne des conseils sur les affaires courantes du FGDC, en assurant la coordination interinstitutions et la mise en œuvre de la NSDI au niveau opérationnel. Il facilite et supervise également le travail des sous-comités et groupes de travail du FGDC. Le groupe de coordination se réunit mensuellement à Washington, D.C., et est composé de représentants d'agences fédérales et de partenaires collaborateurs.

Département américain de l'Agriculture

Chef de projets géospatiaux USDA

Service de conservation des ressources naturelles

Département du Commerce des États-Unis

L'administration nationale des océans et de l'atmosphère

Agence nationale de renseignement géospatial

Corps des ingénieurs de l'armée américaine

Département américain de l'Éducation

Département américain de la Santé et des Services sociaux

Département américain de la sécurité intérieure

Département américain du logement et du développement urbain

Département américain de l'Intérieur

Bureau de la gestion des terres

Service de gestion des minéraux

Service américain de la pêche et de la faune

Institut national de la justice

Lew Sanford
Alt : Rani Balasubramanyam

Département américain des transports

Département du Trésor des États-Unis

Département américain des Anciens Combattants

Dat Tran
Alt : Pheakdey Lim

Agence de protection de l'environnement des États-Unis

Commission fédérale des communications

Commission fédérale de réglementation de l'énergie

Administration des services généraux

Jean d'Alexandre
Alt : Sandra Downie

Colleen Cahill et
Jacqueline Nolan

Académie nationale des sciences

Archives nationales et administration des dossiers

Administration Nationale de l'Espace et de l'Aéronautique

Commission de planification de la capitale nationale

Fondation nationale de la science

Commission de réglementation nucléaire

Bureau de la gestion du personnel

Gestion des petites entreprises

Administration de la sécurité sociale

Autorité de la vallée du Tennessee

Agence des États-Unis pour le développement international

Comité consultatif national géospatial

Le National Geospatial Advisory Committee a été créé en vertu de la Federal Advisory Committee Act et est parrainé par le ministère de l'Intérieur des États-Unis. Il s'agit d'un organisme consultatif qui fournit des conseils et des recommandations sur les questions de politique et de gestion géospatiales fédérales et un forum pour transmettre des opinions représentatives des partenaires de la communauté géospatiale. Les membres du NGAC comprennent des représentants de 28 organisations gouvernementales et non gouvernementales. Le NGAC organise des forums publics pour discuter des activités géospatiales et sollicite la contribution des gouvernements étatiques, tribaux, régionaux et locaux, des établissements universitaires et du secteur privé.

Énoncé de mission du Comité consultatif géospatial national

La mission du NGAC est de fournir des conseils sur les stratégies concernant la création, la gestion et la diffusion de données, d'informations et de connaissances géospatiales cohérentes pour permettre aux organisations commerciales, universitaires et à but non lucratif et à tous les niveaux de gouvernement de plus efficacement :

  • Responsabiliser et servir le public
  • Protéger la patrie
  • Favoriser la croissance économique
  • Faire avancer la science
  • Gérer les ressources de la Nation
  • Gouverner la nation
  • Se préparer et répondre aux urgences

Anne Hale Miglarese, présidente du NGAC

Steven P. Wallach, vice-président du NGAC

Agence nationale de renseignement géospatial

Hunter College ? Université de la ville de New York

Association des collèges tribaux du Dakota du Nord

Société géographique nationale

Université de Caroline du Sud

Comté de Waukesha, Wisconsin

Comté de Hennepin, Minnesota

Conseil métropolitain, St. Paul, Minnesota

Agence de protection de l'environnement des États-Unis

Association de gestion des géomètres privés en photogrammétrie

Consortium géospatial ouvert, Inc.

District de gestion de l'eau du sud-ouest de la Floride

Ivan B. DeLoatch, NGAC Agent fédéral désigné (MPO)

Comité fédéral des données géographiques

Le personnel du secrétariat du FGDC apporte son soutien aux sous-comités du FGDC et effectue les tâches suivantes :


STR_CO

Mots clés
environnement, eaux intérieures, océans, hydrographie, eau, ruisseau, hydro, lac, plans d'eau, rivage, puget sound, réservoir, retenue, barrage, glacier, bassin versant, système de drainage, océan, zone humide, fossé, canal, inondation, écloserie, étang, île, névé, plan d'eau, Hydro, public

La couche de flux public du comté de Clallam, qui est un dérivé de la couche STR_CO_MSTR avec les lignes médianes des ruisseaux et des lacs supprimées pour plus de clarté sur les cartes Web. Composé de ruisseaux obtenus du département des ressources naturelles de l'État de Washington et adapté pour l'utilisation du comté de Clallam, il comprend la dernière mise à jour du ruisseau de septembre 2012. Mappé à 1:24k

Il s'agit actuellement de la couche de ruisseaux publics du comté de Clallam, qui se compose de 24 000 ruisseaux extraits à l'origine de la couche de ruisseaux du département des ressources naturelles de l'État de Washington (DNR) et mis à jour avec d'autres projets de cartographie à valeur ajoutée. Il reflète maintenant la nouvelle cartographie de l'extrémité est du comté (de l'est de la rivière Lyre à la limite du comté). Ce remappage a commencé en 2006 et s'est terminé le 12 septembre 2012. Au cours de ce remappage, les flux ont été déplacés pour correspondre au LIDAR, aux Contours ou à l'Orthophotographie de 2005-2006, certains flux étant ajoutés et d'autres supprimés. Les nouveaux segments de flux ont été saisis par le comté de Clallam s'ils n'avaient pas déjà été saisis par le DNR. Ce typage a été déduit à l'aide des données d'attributs supplémentaires contenues ici. Veuillez consulter le champ INFERRÉ pour plus d'informations. Cette couche est dérivée de la couche STR_CO_MSTR en supprimant les lignes médianes des lacs et des ruisseaux à double ligne pour créer de la clarté sur les cartes Web. Cartographié à 1:24k

Département des ressources naturelles de l'État de Washington et SIG du comté de Clallam : Tom Shindler, Susan Lundstedt et Starla Jodoin.

Cette couche de données est réservée à l'usage du comté. Les lignes médianes des lacs et des cours d'eau ont été supprimées pour plus de clarté dans la version Web publique. (Voir STR_CO_MSTR pour l'ensemble de données complet.)

* Type de contenu Données téléchargeables

Formats de présentation * carte numérique

Langues du jeu de données * Anglais (ÉTATS-UNIS)

Type de représentation spatiale * vecteur

* Environnement de traitement Microsoft Windows XP Version 5.1 (Build 2600) Service Pack 3 ESRI ArcGIS 10.0.5.4400

Crédits Propriétés de l'élément ArcGIS * Nom STR_CO * Taille 23.365 * Emplacement file://PC3832ShapefilesSTR_CO.shp * Protocole d'accès Réseau local

Système de coordonnées ArcGIS * Type Projeté * Référence de coordonnées géographiques GCS_North_American_1983_HARN * Projection NAD_1983_HARN_StatePlane_Washington_North_FIPS_4601_Feet * Détails de la référence des coordonnées Système de coordonnées projetées Identificateur bien connu 2926 Origine X -117104300 Origine Y -99539600 Échelle d'origine M 379000-10024036 10000 Tolérance XY 0,0032808333333333335 Tolérance Z 0,001 Tolérance M 0,001 Vrai haute précision VCSWKID 5703 Texte bien connu PROJCS["NAD_1983_HARN_StatePlane_Washington_North_FIPS_4601_Feet",GEOGCS["GCS_North_American_1983_HARN",["NAD_1983_HARN_StatePlane_Washington_North_FIPS_4601_Feet",GEOGCS["GCS_North_American_1983_HARN",["American_ARN_1",D_197.2297,057, GEOGCS["GCS_North_American_1983_HARN",["American_1», DATUM["D_197,079 ["Greenwich",0.0],UNIT["Degree",0.0174532925199433]],PROJECTION["Lambert_Conformal_Conic"],PARAMETRE["False_Easting",1640416.666666667],PARAMETRE["False_Northing",0.0],PARAMETRE["Central_Meridian",- 120.8333333333333],PARAMETRE["Standard_Parallel_1",47.5],PARAMETER["Standard_Parallel_2",48.7333333333 3333],PARAMETER["Latitude_Of_Origin",47.0],UNIT["Foot_US",0.3048006096012192]],VERTCS["NAVD_1988",VDATUM["North_American_Vertical_Datum_1988"],PARAMETER["Vertical_Shift",0.0],PARAMETER["Direction", 1.0],UNIT["Mètre",1.0]]
Identifiant du système de référence * Valeur 2926 * Espace de code EPSG * Version 7.4.1

* Niveau de topologie pour cette géométrie de jeu de données uniquement

Objets géométriques Nom de la classe d'entités STR_CO * Type d'objet composite * Nombre d'objets 83018


15 mètres dans toutes les directions. Dans ORTHO_HF ces tuiles sont présentées comme une seule mosaïque. ORTHO_HF est disponible au Maine GIS sous deux formats de présentation. Le premier est une mosaïque transparente de 906 ODI stockés dans Oracle 9i pour les utilisateurs d'ArcSDE 8.x et d'ArcIMS. La seconde se compose de 3624 images quart, au format de compression MrSID, disponibles pour distribution via le Maine GIS Data Catalog. Il y a une certaine perte de résolution en compression. Les noms d'image des fichiers MrSID ont été créés de sorte que les 3 premiers chiffres du nom augmentent de un d'ouest en est. Les 4 derniers chiffres augmentent de un du sud au nord. Les images situées au sud-ouest auront toujours le nom numéroté le plus bas et les images situées au nord-est auront toujours le nom numéroté le plus élevé. Un index de fichier avec les mêmes noms est également disponible dans ArcSDE 8.x et dans la présentation ArcIMS.

Description de la mesure Les ODI CITIPIX dans ORTHO_HF ont été acquis dans le cadre d'un effort plus large de la Maine Library of Geographic Information (créée le 9 avril 2002 par L.D.2116) pour obtenir et/ou créer une nouvelle orthophotographie numérique haute résolution pour le Maine. Les CITPIX ODI ont été pilotés en 2001 et couvrent tout le comté de Cumberland et une partie du comté d'Androscoggin.

Description de la mesure La précision et la qualité des ODI CITIPIX dans ORTHOS_HF sont conformes aux normes nationales de précision des cartes à l'échelle 1:1200, plus/moins 1 mètre ou 3,33 pieds, et sont précises pour les applications cartographiques à 1" = 100'.

Résultats des tests quantitatifs Valeur 1

Méthode d'évaluation Les caractéristiques des fichiers numériques incluent un géoréférencement de haute qualité au niveau du sol, dérivé d'un positionnement précis et de corrections géométriques, et fournissent une carte photographique numérique adaptée aux applications nécessitant une norme nationale de précision cartographique (NMAS) 1:1200.


Encodage de caractère¶

Gémeaux:Encodage de caractère
INSPIRER:Encodage des caractères (metadata/2.0/req/isdss/character-encoding)
ISO19115 :MD_DataIdentification.characterSet
Obligation:Conditionnel (obligatoire sinon UTF-8)
occurrence :Beaucoup
Définition:Le codage de caractères utilisé dans l'ensemble de données.
Conseils:Cet élément permet de traiter des données dans des codages de caractères non standard. Par défaut, l'encodage est défini sur UTF8, mais d'autres options sont disponibles à l'aide de la liste déroulante. La majorité des utilisateurs n'auront pas besoin de modifier cet élément.


FUTURS CENTRES ÉLECTRIQUES

Le croisement des cultures et des traditions tant entre l'Europe occidentale et l'Europe orientale qu'entre l'Europe et l'Asie marquait, pour Mackinder, une région d'une importance stratégique potentielle pour déterminer les centres de pouvoir de l'avenir. On pourrait soutenir que la théorie de Mackinder était trop unilatérale. Il s'est concentré sur le cœur eurasien, alors qu'un cœur opposé pourrait également exister, par exemple, en Amérique. Cela pourrait aider à expliquer la confrontation du capitalisme et du communisme : le pôle opposé étant l'Amérique, qui aurait une périphérie en Europe, en Amérique du Sud et au CANADA.

Avec l'effondrement du communisme et l'affaiblissement de la domination russe sur l'Europe de l'Est, la théorie de Mackinder pourrait être considérée comme un peu dépassée. Bien que la Russie conserve encore une influence considérable et même un certain pouvoir sur les pays qui étaient autrefois membres de l'Union soviétique, cette influence a sensiblement diminué en Europe de l'Est. Si le cœur existe toujours, il ne domine plus un cercle protecteur de soutien. La bataille entre le capitalisme occidental et le communisme oriental progresse maintenant vers une combinaison, peut-être à travers l'UNION EUROPÉENNE, en gardant des nationalités distinctes mais en devenant une Europe au lieu de deux.

On pourrait soutenir que les mentalités et les attitudes mondiales sont en train de changer. La domination mondiale, l'impérialisme et l'expansion ne sont peut-être plus les moteurs du développement national et international, autant que l'importance croissante de l'intégration économique, du commerce mondial et de la stabilité financière. Cela ne signifie pas nécessairement que la théorie de Mackinder n'est plus applicable. Il se pourrait que le cœur du pivot soit juste passé d'un moyen de contrôle à un autre, où la nouvelle région d'intérêt au 21e siècle semble être « celui qui contrôle les marchés chinois, contrôle le monde ».

Il reste à voir à quel point la géographie et la topographie sont vraiment nécessaires à une explication et une analyse solides de notre monde politique. Un argument général peut être avancé que ces considérations sont de moins en moins importantes : que les innovations technologiques dans les communications et les transports rendent les contraintes géographiques moins contraignantes, du moins pour le monde industrialisé.

Les biens et services ont un caractère de plus en plus mondial et les frontières nationales sont de plus en plus poreuses, ce qui donne un avantage énorme aux États-marchés administrativement flexibles, mais nuit et sape les États qui ne peuvent pas ou ne veulent pas s'adapter à la dynamique de la mondialisation. La technologie militaire pour les pays au plus haut niveau est également moins contrainte que jamais par la géographie, la topographie et le climat. La prochaine génération d'avancées scientifiques et techniques accélérera de tels processus, rendant complètement obsolètes les anciennes contraintes imposées par la géographie et la topographie.

Cependant, alors que la géographie peut ne pas contraindre sérieusement les États-Unis et quelques autres sociétés avancées, elle continuera à contraindre la plupart des États du monde la plupart du temps.


Script de vos tâches de géotraitement ArcGIS (partie 1)

Cette semaine, je commencerai une nouvelle série d'articles couvrant l'utilisation de scripts pour l'automatisation des tâches de géotraitement ArcGIS. En particulier, nous couvrirons l'utilisation du langage Python pour automatiser bon nombre de vos tâches courantes. Dans ce premier article, nous examinerons le diagramme du modèle d'objet du géoprocesseur. Avant de pouvoir commencer à scripter vos tâches de géotraitement avec n'importe quel langage, vous devez avoir une compréhension fondamentale des objets avec lesquels vous travaillerez et de la manière dont ils interagissent.

Un diagramme de modèle d'objet représente graphiquement les classes, méthodes, propriétés et événements disponibles dans la bibliothèque de classes ainsi que les interrelations entre les objets. Il s'agit d'un document de haut niveau qui vous permet de rechercher les fonctionnalités disponibles sur chaque classe. Vous pouvez considérer le diagramme du modèle d'objet du géoprocesseur comme un modèle pour l'écriture de scripts de géotraitement ArcGIS. Dans ce diagramme, notez que chaque classe est codée par couleur par fonctionnalité. Par exemple, la classe Geoprocessor (arcgisscripting/GpDispatch) est de couleur cyan. Ce n'est pas toujours le cas car les OMD ArcObjects ne sont pas codés par couleur.

Symbologie OMD
Discutons de certains des symboles que vous verrez en regardant le diagramme du modèle objet. Chaque classe est représentée par une case colorée qui permet de regrouper les objets par catégorie fonctionnelle. Le nom de la classe est indiqué en haut de la boîte. Ci-dessous, la classe GpDispatch ou arcgisscripting est affichée dans une couleur cyan.

Propriétés de classe sont symbolisés par des haltères. Certaines propriétés ont une seule barre tandis que d'autres en ont deux. Une seule barre représente une propriété en lecture seule, tandis qu'une double barre représente une propriété en lecture-écriture. Les propriétés en lecture-écriture vous permettent de modifier la valeur existante d'une propriété en lui attribuant une valeur. La propriété en lecture seule vous permet uniquement de lire la valeur actuelle stockée dans la propriété.

Méthodes de classe sont représentés par des flèches sur le diagramme du modèle objet. Les méthodes sont des actions qu'un objet effectue et peuvent éventuellement prendre des arguments. Par exemple, Describe(InputValue) prend une valeur d'entrée qui représente un chemin d'accès à un ensemble de données et effectue l'action de renvoyer un objet contenant des informations descriptives sur l'ensemble de données.

Objet géoprocesseur (également appelé GpDispatch ou arcgisscripting
L'objet Geoprocessor, également connu sous ses noms techniques, GpDispatch et arcgisscripting, est l'objet de plus haut niveau de la bibliothèque Geoprocessor. Cet objet est le point d'entrée pour l'écriture de tous les scripts de géotraitement en Python et peut être utilisé pour accomplir de nombreuses tâches SIG. L'objet Géoprocesseur possède de nombreuses méthodes et propriétés dont certaines sont dynamiques. Tous les outils de géotraitement (c'est-à-dire Buffer, Merge, Dissolve, etc.) sont des méthodes dynamiques trouvées sur Geoprocessor. Parce qu'elles sont si nombreuses et dépendent du niveau de licence du logiciel utilisé, ces méthodes ne sont pas incluses dans le diagramme du modèle objet. Par exemple, l'outil tampon est un outil fréquemment utilisé dans ArcGIS, mais aucune référence à cet outil n'est trouvée sur le géoprocesseur OMD. Au lieu de cela, l'OMD a une référence aux méthodes et propriétés dynamiques trouvées au bas de l'objet GpDispatch. La méthode Outil dynamique (paramètres d'outil) est une référence générique à tous les outils actuellement disponibles au niveau de votre licence ArcGIS.

Comme il s'agit du point d'entrée de toutes les tâches de géotraitement, vous devez obtenir une référence à GpDispatch dans chaque script de géotraitement que vous écrivez. Pour accéder à cet objet, vous devez suivre un processus en deux étapes. Ci-dessous, vous verrez un exemple de code de ce processus utilisant à la fois le module natif ArcGIS 9.2 et la méthode de répartition (pré ArcGIS 9.2). Étant donné qu'ArcObjects a été construit sur le protocole COM et que Python prend en charge COM via le module win32com.client, vous devez d'abord importer le module Python, et c'est ce que la première ligne de chaque script accomplit. La deuxième étape du processus crée l'objet Géoprocesseur. Ceci est accompli via la méthode create() sur arcgisscripting ou la méthode Dispatch sur win32com.client.

Nous aurons plus à dire sur cet objet dans les prochains articles.

Objets curseur
J'ai déjà couvert les objets curseurs et je le republierai sur le blog dans un proche avenir. Pour l'instant, je vais brièvement indiquer que les curseurs sont des objets en mémoire qui contiennent des enregistrements d'une table ou d'une classe d'entités. Il existe trois types de curseurs : recherche, insertion et mise à jour. Les curseurs de recherche sont créés pour un accès en lecture seule aux enregistrements. Les curseurs d'insertion sont utilisés pour insérer de nouveaux enregistrements et les curseurs de mise à jour sont utilisés pour mettre à jour ou supprimer des données. Nous couvrirons les curseurs plus en détail dans un prochain article.

Objets d'énumération (méthodes de listes)
Les objets d'énumération contiennent des listes d'un certain type d'objet. Cette liste peut inclure les champs ou les index disponibles sur une classe d'entités ou une table ou simplement une liste de tous les jeux de données raster dans un espace de travail donné. Comme vous le verrez, plusieurs méthodes d'énumération sont disponibles dans la structure de géotraitement.

Comme leur nom l'indique, les méthodes List sur Geoprocessor sont utilisées pour créer des listes de divers objets (champs, index, jeux de données, classes d'entités, rasters, tables, etc.). Voici la liste des méthodes disponibles sur Geoprocessor pour créer ces objets d'énumération.

Décrire des objets
La méthode Describe sur GpDispatch est utilisée pour obtenir des informations détaillées sur vos données, notamment le type de données, le nom, la référence spatiale et bien d'autres. Cette méthode renvoie un objet describe contenant des informations descriptives sur le type de données. Par exemple, l'appel de la méthode Describe() sur une classe d'entités renverrait un objet FeatureClass. Cet objet est souvent utilisé pour tester le type de données (point, ligne ou polygone) avant un traitement ultérieur. Diverses propriétés en lecture seule sont disponibles via cet objet, notamment ShapeType qui renvoie le type de données de base tel que point, ligne ou polygone, ShapeFieldName, Fields et Extent.

Objets divers
Le géoprocesseur OMD contient un certain nombre d'objets divers supplémentaires, notamment SpatialReference, FieldMappings, FieldMap, Result et quelques autres. Nous couvrirons ces objets dans un prochain article.

Plus d'information
Comme vous l'avez peut-être lu, nous présenterons un nouveau cours Virtual GIS Classroom, “GIS Programming 101: Mastering Python for Geoprocessing in ArcGIS”, du 24 mars au 18 avril.


Cartographie des eaux souterraines du géofabric - V2.1.1

Résumé : Le produit Geofabric Groundwater Cartography est un ensemble de données nationales de premier passage sur les eaux souterraines rassemblant la cartographie existante des eaux souterraines en rassemblant et en intégrant les « meilleurs » ensembles de données cartographiques des eaux souterraines disponibles du Commonwealth, des États et de la région à travers l'Australie. Bien qu'il existe des lacunes dans les informations, tous les efforts ont été déployés pour réduire ou minimiser les incohérences et les conflits dans les ensembles de données qui se chevauchent et se jouxtent et dans l'attribution et les définitions des ensembles de données d'entrée. En générant les divers ensembles de données sur les aquifères nationaux, un cadre national provisoire sur les eaux souterraines a été développé pour relier les unités géologiques et les unités régionales et nationales de cartographie des aquifères souterraines à un ensemble d'aquifères et d'aquitards cohérent au niveau national. Le but de ce cadre est de fournir une cartographie transparente des aquifères à partir des unités géologiques, une cartographie des aquifères des eaux souterraines de l'État ou de la région (le cas échéant) et le produit national provisoire. Une telle approche était nécessaire pour résoudre les incohérences dans la dénomination et la définition des aquifères au-delà des frontières des États. Ce produit contient cinq types de caractéristiques de géofabrication, notamment : limite d'aquifère, affleurement d'aquifère, contour, aquifère de la nappe phréatique et unité d'hydrogéologie de surface). Il contient également cinq types de caractéristiques provisoires des eaux souterraines (IGW), notamment : la salinité de l'aquifère IGW, le rendement de l'aquifère IGW, la salinité de la nappe phréatique IGW, le rendement de la nappe phréatique IGW et la conductivité hydraulique de la nappe phréatique.

Métadonnées ISO-19139 :

Informations sur les métadonnées :

Langue des métadonnées : eng Jeu de caractères des métadonnées : utf8

Contraintes des métadonnées : Contraintes de sécurité : Classification : non classé

Contact métadonnées - pointOfContact : Nom de la personne : Unité des données géospatiales Nom de l'organisation : Bureau de météorologie, Division des systèmes d'information et des services Poste du contact : Chef de projet Geofabric

Coordonnées : Téléphone :
Adresse : Point de livraison : Ville : Canberra Zone administrative : ACT Code postal : 2601 Pays : Australie Adresse e-mail : [email protected]
Portée des données décrites par les métadonnées : dataset Nom de la portée : dataset

Nom de la norme de métadonnées utilisée : ANZLIC Metadata Profile : An Australian/New Zealand Profile of AS/NZS ISO 19115:2005, Geographic information - Metadata Version of the metadata standard : 1.1

Identificateur de métadonnées : ANZCW0503900106

Informations d'identification des ressources :

Citation : Titre : Geofabric Groundwater Cartography - V2.1.1 Titres alternatifs : Geofabric Groundwater Hydrology Cartography 2014,

Date de référence - création : 2014-06 Date de référence - publication : 2014-06-20 Date de référence - révision : 2014

Autres détails de la citation : ANZCW0503900106

Thèmes ou catégories de la ressource : frontières, eaux intérieures, informations géoscientifiques, environnement, élévation

Mots-clés du thème : Mots-clés : auxiliaire

Citation : Titre : Noms des programmes OSDM

Date de référence - révision : 2008-11-10

Édition : Version 1.1 Date d'édition : 2008-11-10

Party responsible for the resource - custodian: Organization's name: Office of Spatial Data Management

Theme keywords: Keywords: Australia

Citation: Title: ANZLIC Jurisdictions

Reference date - revision: 2008-10-29

Edition: Version 2.1 Edition date: 2008-10-29

Party responsible for the resource - custodian: Organization's name: ANZLIC the Spatial Information Council

Abstract:
Objectif:
Dataset language: eng Dataset character set: utf8

Status: onGoing Maintenance: Date of next update: Update frequency: asNeeded

Resource constraints: Security constraints: Classification: unclassified

Resource constraints: Legal constraints: Access constraints: license,

Limitations of use: Licenced for use under Creative Commons Australia Attribution. We request attribution as © Commonwealth of Australia (Bureau of Meteorology) 2014

Resource constraints: Legal constraints: Use constraints:

Resource constraints: Legal constraints: Use constraints:

Resource constraints: Legal constraints: Use constraints:

Limitations of use: Licenced for use under Creative Commons Australia Attribution. We request attribution as © Commonwealth of Australia (Bureau of Meteorology) 2014.

Spatial representation type: vector Format: Format name: *.xml Format version: Unknown

Extent: Geographic extent: Bounding rectangle: West longitude: 112.9 East longitude: 153.6 North latitude: -8.9 South latitude: -43.7
Extent: Vertical extent: Minimum value: -2800 Maximum value: 1800 Coordinate reference system: Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Credits:
Back to Top

Reference System Information:

Reference system identifier: Value: 4283 Value: GCS_GDA_1994

Data Quality Information:

Distribution Information:

Distributor: Distributor information - pointOfContact: Individual's name: Geospatial Data Unit Organization's name: Bureau of Meteorology, Information Systems and Services Division Contact's position: Geofabric Project Manager