Suite

La meilleure façon de faire une fausse pente ?


Quelqu'un a-t-il déjà dû faire une fausse pente de colline? ou un faux modèle numérique d'élévation (MNE) ? Quelles sont les meilleures méthodes pour le faire ?

Pour plus de détails, supposons que je veuille faire une fausse pente de colline, de 200 m de large sur 300 m de long. Si je choisis une hauteur initiale de 150 m et une hauteur finale de 100 m. Comment dois-je procéder pour générer cette pente de colline? Quels outils (R, ArcMap, etc… ) seraient la meilleure méthode pour générer une telle pente de colline ? Des outils permettent-ils une variation aléatoire des valeurs d'altitude sur le DEM (hauteur et largeur) tout en maintenant la valeur de pente (ou la plage de pentes) pour laquelle je photographie ?

Demandé d'une autre manière, comment créer une surface 3D qui rappelle une vraie pente de colline ?

La réponse de WhiteBoxDev ci-dessous est assez proche d'être la réponse pour laquelle je vise. Mes seules questions supplémentaires concernent la modification aléatoire de l'élévation de la pente de la colline (peut-être avec une erreur aléatoire?) Pour la rendre plus réaliste - et pas parfaitement lisse.


Une bonne approximation d'une pente de colline « de manuel » avec une pente supérieure convexe, une pente médiane droite et une pente inférieure concave serait un sigmoïde. La fonction sigmoïde la plus courante pour ce type d'application serait la fonction logistique.

Une forme standard de cette fonction serait :

z = 1 / (1 + e-X)

Et voici à quoi cela ressemble lorsque vous modélisez la fonction en tant que DEM raster :

ÉDITER

Vous avez demandé plus de détails sur la façon de recréer mon image ci-dessus, alors voilà :

  1. Exécutez le Attribuer un numéro de ligne ou de colonne aux cellules de la grille outil, en saisissant une image de base (avec les lignes et les colonnes souhaitées) et en attribuant à chaque cellule de la grille le numéro de colonne. Appelez la grille de sortie 'Colonnes'

  2. Calculez le nombre de colonnes dans l'image (NCOLS, disons que c'est 1000 dans cet exemple), ouvrez la calculatrice raster et tapez l'expression [xVal]=[Colonnes]/1000*12-6 presse Évaluer. Une fois terminé, il devrait afficher automatiquement le raster nouvellement créé 'xVal'

  3. Effacez maintenant l'expression de la calculatrice raster et saisissez cette nouvelle expression dans : [z]=1/(1+Exp([xVal])).

Le raster 'z' devrait ressembler à l'image ci-dessus. Si vous voulez qu'il augmente de gauche à droite, au lieu de droite à gauche illustré ci-dessus, multipliez simplement xVal par -1 dans l'équation finale.

Par ailleurs, vous pouvez utiliser une évaluation conditionnelle pour ajouter une face d'escarpement au profil de pente si vous le souhaitez, ce qui serait l'équivalent d'une fonction par morceaux. La partie vraiment amusante serait si vous deviez ajouter des parties convergentes et divergentes à la pente. Et bien sûr, vous pouvez jouer avec chacun des paramètres de l'équation pour positionner la pente et déterminer sa hauteur. Faites moi savoir si vous avez des questions.


Voici une méthode pour accomplir cela dans R :

# Construire une fausse pente # Cette pente est de 6 lignes sur 5 colonnes # modifiez les bacs / largeur pour modifier les lignes / colonnes x <- seq(-15, 15, by=0.01) z <- 1/(1+1.5^-x ) # équation utilisée pour générer la forme de la pente plot(z) z <- 150 - (1-z)*5 plot(z) # le faire par boucles <- 6 # pourrait également être considéré comme la longueur ou la pente - AKa le nombre de colonnes elev1 <- numeric(bins) for(i in 0:(bins-1)) { begin <- floor( (0 + (length(z)/bins)*i) ) print(begin) end <- floor( ( (length(z)/bins) * (i+1) ) ) print(end) print(mean(z[begin:end])) elev1[i+1] <- Mean(z[ begin:end]) } plot(elev1, type="l") # Rendre la pente large - AKA créant une largeur de cols identique <- 5 # créant une pente matricielle vide <- matrix(0, nrow=bins, ncol=width) # écraser la matrice avec la colonne d'altitude system.time( { for(i in 1:width) hillslope[,i] <- elev1; hillslope <- as.data.frame(hillslope) } ) # application d'une grille d'erreur aléatoire - Doesn' t vraiment faire tout ce qui est utile erreur <- rnorm((width*bins), Mean = 0, sd = 0,05) error.matrix <- as.matrix(error, nrow=bins ) random.hillslope <- as.matrix(hillslope + error.matrix) # examen des images image(random.hillslope) image(hillslope)

Voici une solution très simple et rapide pour générer une colline conique en R, en utilisant lednormune fonction:

library(raster) a <- matrix(rep(dnorm(1:100, 50, sd = 25)), nrow = 100, ncol = 100, byrow = TRUE) hill <- raster(a * dnorm(1:100, 50, sd = 25)) parcelle (colline)

Vous pouvez également ajouter quelques variations/hétérogénéité avec :

hill2 <- hill + rnorm(10000)/100000 plot(hill2)


Meilleure conception de base de données et de table pour des milliards de lignes de données [fermé]

Vous voulez améliorer cette question ? Mettez à jour la question afin qu'elle se concentre sur un seul problème en éditant ce message.

J'écris une application qui doit stocker et analyser de grandes quantités de données électriques et de température.

Fondamentalement, je dois stocker de grandes quantités de mesures de consommation d'électricité horaire au cours des dernières années et pendant de nombreuses années à venir pour des dizaines de milliers d'emplacements, puis analyser les données de manière peu complexe.

Les informations que j'ai besoin de stocker (pour l'instant) sont l'ID d'emplacement, l'horodatage (date et heure), la température et la consommation d'électricité.

À propos de la quantité de données à stocker, il s'agit d'une approximation, mais quelque chose du genre :
Plus de 20 000 emplacements, 720 enregistrements par mois (mesures horaires, environ 720 heures par mois), 120 mois (depuis 10 ans) et de nombreuses années dans le futur. Des calculs simples donnent les résultats suivants :

20 000 emplacements x 720 enregistrements x 120 mois (il y a 10 ans) = 1 728 000 000 d'enregistrements.

Ce sont les enregistrements passés, les nouveaux enregistrements seront importés mensuellement, soit environ 20 000 x 720 = 14 400 000 nouveaux enregistrements par mois.

Le nombre total d'emplacements augmentera également régulièrement.

Sur toutes ces données, les opérations suivantes devront être exécutées :

  1. Récupérer les données pour une certaine date ET période : tous les enregistrements pour un certain ID de lieu entre les dates 01.01.2013 et 01.01.2017 et entre 07h00 et 13h00.
  2. Opérations mathématiques simples pour une certaine date ET plage horaire, par ex. Température MIN, MAX et AVG et consommation d'électricité pour un certain ID d'emplacement pendant 5 ans entre 07h00 et 13h00.

Les données seront écrites mensuellement, mais seront lues par des centaines d'utilisateurs (au moins) en permanence, la vitesse de lecture est donc beaucoup plus importante.

Je n'ai aucune expérience avec les bases de données NoSQL, mais d'après ce que j'ai compris, elles constituent la meilleure solution à utiliser ici. J'ai lu sur les bases de données NoSQL les plus populaires, mais comme elles sont assez différentes et permettent également une architecture de table très différente, je n'ai pas pu décider quelle est la meilleure base de données à utiliser.

Mes principaux choix étaient Cassandra et MongoDB, mais j'ai des connaissances très limitées et aucune expérience réelle en matière de données volumineuses et de NoSQL, je n'en suis pas très sûr. J'ai également lu que PostreSQL gère également bien de telles quantités de données.

Mes questions sont les suivantes :

  1. Dois-je utiliser une base de données NoSQL pour de telles quantités de données. Sinon, puis-je m'en tenir à MySQL ?
  2. Quelle base de données dois-je utiliser ?
  3. Dois-je conserver la date et l'heure dans des colonnes séparées et indexées (si possible) pour récupérer et traiter les données rapidement pour certaines périodes et dates, ou cela peut-il être fait en conservant l'horodatage dans une seule colonne ?
  4. Une approche de modélisation de données de séries chronologiques est-elle appropriée ici, et sinon pourriez-vous me donner des conseils pour une bonne conception de table ?

Nous aimons les enseignants (littéralement)

Je m'appelle Trent O. J'ai commencé à créer MyAttendanceTracker parce que ma charmante épouse, Jen O, m'a demandé de l'aider à suivre l'assiduité de ses élèves plus facilement que les moyens qui s'offraient à elle. Je lui ai donc créé un moyen simple et facile de suivre, d'afficher et de rendre compte de la fréquentation de tous ses cours en ligne.

Lorsque j'avais un système qu'elle adorait, d'autres enseignants n'arrêtaient pas de lui demander comment ils pouvaient l'utiliser et MyAttendanceTracker est né ! Je continue d'améliorer et de mettre à jour le logiciel chaque jour, en écoutant les commentaires de plus de 50 000 utilisateurs et surtout d'un utilisateur en particulier. Merci, Jen O !
Trent O - Mari, papa, fondateur MyAttendanceTracker

Logiciel de suivi des présences apprécié par plus de 50 000 clients incroyables !

Je viens juste de commencer à utiliser le programme, mais je suis impressionné !
Je fais une formation en leadership, et cela implique des écoles à différents endroits, peut causer tout un problème logistique. J'ai utilisé Excel ordinaire, mais c'est tellement manuel! :)
J'aime!!

- Sonia V

Merci pour la super application. Je suis la seule de toutes nos écoles privées à utiliser mon outil de suivi des présences ! La plupart utilisent l'ancienne méthode des feuilles longues et cela fonctionne très bien pour moi et pour les salles de classe ! Merci de m'avoir permis d'avoir ce super outil.

- Cerena C

Merci, Trente. Vous offrez un excellent service. Nous sommes reconnaissants pour votre travail!

- Tristan B

Ce site correspond parfaitement à mes besoins. Je le trouve facile à utiliser dans l'ensemble et cela m'aide à garder une trace des absences au jour le jour. Merci!

-Alison T

Passez plus de temps à enseigner en utilisant MyAttendanceTracker

Bien que nous ayons initialement conçu MyAttendanceTracker pour les enseignants des écoles, l'application fonctionne parfaitement pour suivre l'assiduité en ligne de n'importe quelle classe, groupe ou rassemblement ! Il y en a des milliers d'autres qui l'utilisent pour suivre :

  • Participation aux cours de yoga
  • Groupes religieux
  • Cours d'arts martiaux
  • Garderie
  • Présence des employés
  • La liste se rallonge de plus en plus!

La technologie n'est qu'un outil. Pour ce qui est de faire travailler les enfants ensemble et de les motiver, l'enseignant est la chose la plus importante.

Suivi des présences en ligne pour tous ! Suivez la participation à n'importe quel cours, événement ou rassemblement !

Économisez du temps, de l'argent et des efforts en utilisant l'outil le plus simple disponible pour suivre la présence de votre classe, groupe, événement ou employé.


Quelle est une adresse IP que vous pouvez demander?

Eh bien, votre adresse IP est un numéro unique qui est attribué à votre appareil connecté à Internet ou au réseau. Ce numéro peut être utilisé pour identifier votre appareil particulier, y compris votre emplacement physique.

Vous pouvez le voir comme une empreinte digitale. Il n'y a pas deux appareils qui se voient attribuer une seule adresse IP. Lorsque vous vous connectez à Internet et surfez sur des sites Web, l'adresse IP de votre appareil est diffusée pour que tous la voient, sauf si vous masquez votre adresse IP.

Quelques exemples de sites Web populaires et quelles sont leurs adresses IP :
​amazon.com 72.21.211.176
reddit.com 72.247.244.88
youtube.com 74.125.65.91

Chaque site Web sur lequel vous surfez sur Internet et chaque réseau auquel vous accédez connaîtra l'adresse IP de votre appareil, et ils peuvent l'utiliser à de nombreuses fins différentes, certaines tout à fait correctes, et d'autres devraient vous inquiéter. En cette ère numérique, il est logique de masquer ou de cacher votre adresse IP.

En utilisant une fausse adresse IP, il peut effectivement changer votre emplacement vers un autre pays afin que vous n'ayez aucune difficulté à accéder aux sites Web bloqués ou restreints dans votre pays. Vous pourrez toujours utiliser n'importe quel appareil et il fonctionnera avec la plupart des fournisseurs de services Internet (FAI).

Le géoblocage se produit dans presque tous les pays.

Par exemple, certains fournisseurs de contenu et leurs sites Web (par exemple, BBC iPlayer) ne diffuseront du contenu qu'à des adresses IP dans un emplacement géographique particulier (par exemple, le Royaume-Uni), ce qui signifie que toutes les adresses IP ne provenant pas de cette région seront bloquées. . Ce type de censure est appelé Géoblocage.

Certains sites Web d'actualités diffusent des actualités différentes dans différentes régions du monde en fonction de l'adresse IP du lecteur. Peut-être que vous visitez la Turquie et que vous souhaitez toujours lire des articles de presse en ligne spécifiques à votre pays d'origine, les États-Unis. De même, vous ne pouvez pas utiliser le fournisseur de services de messagerie Gmail le plus populaire en Chine et dans d'autres pays fortement censurés.

Pour contourner ces restrictions, vous devez changer votre adresse IP et son emplacement de diffusion pour un autre, cela donnera alors l'impression que vous êtes réellement à l'endroit où vous voulez apparaître.

Avec une fausse adresse IP, vous pouvez regarder tout le contenu de sites Web de streaming tels que BBC iPlayer, Netflix, Hulu, HBO et bien d'autres. Mais une fausse adresse IP n'est pas seulement utile pour regarder le contenu de sites tels que BBC iPlayer. Avoir une adresse IP modifiée et fausse peut s'avérer utile dans de nombreuses autres situations.

Il y a des tonnes d'avantages à changer votre adresse IP et l'emplacement de l'IP.


Comment pouvez-vous usurper ces méthodes de localisation ?

Maintenant que nous savons comment Chrome sait où vous êtes, comment pouvons-nous le faire croire que vous êtes ailleurs ?

Désactiver l'accès au GPS

L'un des moyens de simuler votre position consiste à désactiver vos fonctions GPS sur votre smartphone ou votre tablette afin que Chrome n'ait pas accès aux informations. Si vous accédez à un site Web dans Chrome et que vous voyez une petite alerte dans votre navigateur indiquant que "ldquo1234567.com veut connaître votre emplacement" ou des mots à cet effet, cela signifie que l'API de géolocalisation HTML 5 est utilisée.

Cliquer sur &ldquoBlock&rdquo sur cette fenêtre contextuelle à chaque fois peut être ennuyeux. Pour désactiver le partage de position dans Google Chrome et bloquer définitivement cette fenêtre contextuelle, procédez comme suit :

  1. Cliquez sur l'icône de menu à droite de la barre d'outils. C'est une rangée de trois points verticaux.
  2. Dans la liste déroulante, cliquez sur Paramètres.
  3. Faites défiler jusqu'à Confidentialité et sécurité, puis clique Paramètres du site.
  4. Cliquez sur Lieu.
  5. Basculez le Demander avant d'accéder bouton activé.
  6. Cliquez sur l'icône Corbeille à côté des sites Web si vous souhaitez interdire à des sites spécifiques d'accéder à votre emplacement.

Désormais, les sites Web ne pourront plus accéder à votre position. Si vous êtes sur mobile, cependant, Chrome aura accès à votre adresse IP par défaut. Vous n'avez pas le choix sur votre adresse IP utilisée pour vous localiser. Pour les données GPS, cependant, vous pouvez soit refuser l'accès à l'application, soit laisser le GPS complètement désactivé.

Si vous n'êtes pas sûr qu'il soit important ou non que votre navigateur connaisse votre position, cliquez ici pour voir à quel point votre appareil peut suivre votre position. Autorisez l'application à accéder aux données de localisation et votre position devrait apparaître sur la carte au centre de l'écran.

Faux votre emplacement à l'intérieur du navigateur

Une autre option pour empêcher les sites Web de voir votre position est de la simuler. Feindre votre position dans Chrome ne vous permettra pas d'accéder à Hulu depuis l'extérieur des États-Unis, mais cela vous permettra de voir des actualités régionales ou du contenu Web statique que vous ne pourriez généralement pas voir. Si vous souhaitez accéder à des sites Web géo-verrouillés, vous devrez utiliser la méthode VPN expliquée ci-dessous.

Vous pouvez simuler votre position dans le navigateur lui-même, ou vous pouvez utiliser un VPN. Faire semblant dans Chrome est temporaire, et vous devrez le faire chaque fois que vous ouvrez une nouvelle session de navigateur. Mais il fait le travail. Pour simuler votre position sur le bureau de Google Chrome.

    . Faites glisser l'icône rouge n'importe où, et la latitude et la longueur apparaîtront dans la zone située au-dessus.
  1. Ouvrez Google Chrome sur votre appareil.
  2. Appuyez sur Alt + Maj + I sur PC ou CMD + Option + I sur Mac pour accéder aux outils de développement.
  3. Sélectionnez le menu à trois points en haut à droite du volet.
  4. Sélectionner Plus d'outils et Capteurs.
  5. Changement Géolocalisation à Autre.
  6. Ajouter le latitude et Longue coordonnées que vous avez copiées plus tôt dans les cases en dessous Géolocalisation.
  7. Rechargez la page Web.

Vous pouvez tester les paramètres en ouvrant Google Maps. Plutôt que d'afficher votre domicile ou votre dernier emplacement connu, il doit se concentrer sur la position marquée par les coordonnées que vous avez définies. Vous ne pouvez pas résoudre ce problème de manière permanente et devrez effectuer les étapes ci-dessus pour chaque nouvelle session de navigateur que vous ouvrez. Sinon, cela fonctionne comme un charme.

Feindre votre position dans Google Chrome est simple et fonctionnera pour la plupart des choses que vous voudrez peut-être faire en ligne. Vous pouvez utiliser le même principe si vous utilisez Firefox, Opera et d'autres navigateurs majeurs. La syntaxe du menu peut différer un peu, mais vous devriez pouvoir la comprendre.

Faux votre position avec une extension Chrome

Vous pouvez modifier manuellement votre emplacement toute la journée, mais serait-il plus simple d'avoir une extension de navigateur pour le faire pour vous ? Entrez Location Guard, une extension Chrome gratuite qui vous permet d'ajouter &ldquonoise&rdquo à votre emplacement dans Chrome pour protéger votre vie privée. Location Guard vous permet de bénéficier de la géolocalisation "assez bonne" (par exemple, obtenir vos nouvelles locales et la météo pour la bonne partie de votre état) en ajoutant une certaine quantité de &ldquonoise&rdquo à votre emplacement réel. Ce décalage signifie que votre emplacement réel ne peut pas être détecté, seulement votre région générale.

Location Guard vous permet de définir l'un des trois niveaux de confidentialité, avec des niveaux plus élevés augmentant le &ldquoslop&rdquo dans votre emplacement. Vous pouvez configurer les paramètres site par site Web afin que votre application de rencontres puisse obtenir des informations très précises tandis que votre lecteur de nouvelles obtient les informations les moins précises. Vous pouvez également définir un emplacement fictif fixe.

Faux votre position avec un VPN

De loin, la meilleure façon de simuler votre position est d'utiliser un VPN. Non seulement il s'agit d'une solution permanente, mais elle présente également l'avantage supplémentaire de chiffrer tout le trafic Web et d'empêcher la surveillance du gouvernement et des FAI. Il existe de nombreux bons services VPN, mais notre préféré reste ExpressVPN, l'un des meilleurs et des plus premium VPN du marché aujourd'hui. Non seulement ExpressVPN vous permettra de modifier et de simuler votre emplacement dans Chrome, mais avec une solide équipe de support, des applications et une prise en charge des appareils pour presque toutes les plates-formes sous le soleil, et le meilleur Netflix régional que nous ayons vu de n'importe quel VPN à ce jour, c'est le choix évident pour tous ceux qui cherchent à investir dans un excellent VPN.

Les VPN ne vous permettront pas de spécifier votre emplacement exact de la manière dont les applications d'usurpation GPS le permettront, mais ils peuvent faciliter le changement de votre emplacement général dans votre ville ou votre pays en vous attribuant une nouvelle adresse IP. Pour ceux qui essaient de tromper leurs amis en leur faisant croire qu'ils sont juste à côté d'eux, ce n'est peut-être pas le meilleur outil, mais pour ceux qui essaient de contourner les blocages régionaux pour le contenu et d'autres astuces nécessitant de nouveaux emplacements dans votre navigateur, l'utilisation d'un VPN est parfaite .

Il y a plusieurs raisons de recommander ExpressVPN pour cela, comme nous l'avons vu ci-dessus. Bien qu'ils soient le seul VPN sur le marché, leur nombre de serveurs et plus de 3000 serveurs répartis sur 160 emplacements et mdashin en plus des applications pour chaque plate-forme majeure sous le soleil, en font un choix évident pour votre choix VPN. Pouvoir traduire automatiquement votre adresse IP vers l'un de ces 160 emplacements est simple. Une fois que vous êtes connecté, il n'y a pratiquement aucun service qui ne puisse vous dire que vous y êtes. Cela inclut Netflix, une plate-forme connue pour travailler dur pour s'assurer que ceux qui falsifient leurs emplacements IP ne peuvent pas accéder au contenu hors de la région. Lors de nos tests avec ExpressVPN, sur lesquels vous pouvez en savoir plus ici, nous n'avons eu aucun problème pour nous connecter à Netflix depuis des régions comme le Canada et le Royaume-Uni pour diffuser des films que nous pouvions habituellement voir.

Comme la plupart des VPN, ExpressVPN prend en charge une multitude de plates-formes différentes pour protéger vos données de navigation. Nous ne vivons pas dans un monde à un seul appareil en 2019, et ExpressVPN s'assure que vous êtes couvert, quel que soit l'appareil que vous utilisez. Des applications dédiées existent pour iOS et Android sur l'App Store et le Play Store, respectivement. Cela vous permet d'activer votre VPN sur votre téléphone chaque fois que vous avez besoin de sécuriser votre Internet. Les applications de bureau habituelles sont ici, avec la prise en charge de Windows, Mac et Linux, ce qui en fait une option quelle que soit la plate-forme que vous utilisez pour votre informatique quotidienne.

La prise en charge des appareils ne s'arrête pas là. Après avoir protégé votre ordinateur et votre smartphone pendant la navigation, vous pouvez également installer ExpressVPN sur plusieurs autres plateformes, peut-être la plus connue à ce jour. Express propose des applications pour Amazon & rsquos Fire Stick et Fire Tablet, Google & rsquos Chrome OS, des extensions pour Chrome, Firefox et Safari. Il existe même des tutoriels pour mettre en place un VPN sur votre PlayStation, Xbox, Apple TV ou Nintendo Switch. Pouvoir utiliser un VPN sur un appareil de streaming intelligent est quelque chose que chaque VPN prend en charge, il est donc formidable de voir l'application offrant une assistance aux utilisateurs sur ces plates-formes.

La meilleure raison d'utiliser ExpressVPN est peut-être leur équipe d'assistance. ExpressVPN offre une assistance 24h/24 et 7j/7 à ses clients, disponible à la fois par chat en direct et par e-mail. Cela signifie que vous devriez être en mesure de résoudre vos problèmes Internet, quelle que soit l'heure de la journée. Si vous êtes prêt à franchir le pas avec ExpressVPN, vous pouvez consulter leurs prix ici. Avec une garantie de remboursement de 30 jours, il n'y a aucune raison de ne pas consulter l'un des meilleurs VPN pour simuler votre position en ligne aujourd'hui.

Connaissez-vous d'autres moyens de simuler votre position dans Google Chrome ? Parlez-nous d'eux ci-dessous si vous le faites!


Fascination surnaturelle

Les histoires sur les crânes se concentrent fortement sur leurs pouvoirs surnaturels perçus.

Joshua Shapiro, co-auteur de Les mystères des crânes de cristal révélés, cite des allégations de guérisons et de capacités psychiques étendues de personnes qui ont été en présence de tels crânes.

"Nous pensons que les crânes de cristal sont une forme d'ordinateur capable d'enregistrer l'énergie et les vibrations qui se produisent autour d'eux", écrit-il. " Le crâne rejouera de manière imagée tous les événements ou images des personnes qui sont entrées en contact avec eux (c'est-à-dire qu'ils contiennent l'histoire de notre monde)."

La plupart des archéologues et des scientifiques sont pour le moins sceptiques.

Les crânes étaient importants dans les œuvres d'art mésoaméricaines anciennes, en particulier chez les Aztèques, de sorte que le lien entre ces artefacts et ces civilisations est approprié.

"[C] était un symbole de régénération", explique Michael Smith, professeur d'anthropologie à l'Arizona State University. "Il y avait plusieurs dieux aztèques qui étaient représentés par des crânes, donc ils invoquaient probablement ces dieux. Je ne pense pas qu'ils étaient censés avoir des pouvoirs spécifiques ou quelque chose comme ça."


Niveau 3 : Cachez votre adresse IP et votre emplacement

La prochaine chose importante que vous pouvez faire pour rester anonyme est de masquer votre adresse IP, ce qui est le moyen le plus simple de retracer l'activité en ligne jusqu'à vous. Si quelqu'un connaît votre adresse IP, il peut facilement déterminer l'emplacement géographique du serveur qui héberge cette adresse et avoir une idée approximative de l'endroit où vous vous trouvez. De manière générale, il existe trois façons de masquer votre adresse IP et de masquer votre emplacement.

Tout d'abord, vous pouvez utiliser un réseau privé virtuel (VPN). Dans la plupart des cas, un VPN masque votre adresse IP et un proxy fait de même — et dans certains cas, même mieux. Un VPN est un réseau privé et crypté qui passe par un réseau public (généralement Internet) pour connecter des sites ou des utilisateurs distants. Cependant, les VPN d'aujourd'hui font bien plus que chiffrer vos données. Vous pouvez choisir le serveur VPN avec lequel vous souhaitez vous connecter n'importe où dans le monde, ce qui donne l'impression que votre point d'origine est là où vous le souhaitez. Les meilleurs VPN refusent également de suivre eux-mêmes votre activité (certains conservent des journaux) et disposent de fonctionnalités supplémentaires telles que des commutateurs d'arrêt qui couperont instantanément votre connexion s'il semble que quelque chose ne va pas avec le cryptage.

Cependant, vous pouvez également utiliser TOR. Abréviation de The Onion Router, TOR est un réseau de tunnels virtuels qui permet aux personnes et aux groupes d'améliorer leur confidentialité et leur sécurité sur Internet. Naviguer avec TOR, c'est un peu comme utiliser simultanément des centaines de proxys différents qui sont randomisés périodiquement.


Usurpation d'emplacement Android

Recherchez "faux GPS" sur Google Play et vous trouverez des tonnes d'options, certaines gratuites et d'autres non, et d'autres qui nécessitent que votre téléphone soit enraciné.

Une application qui n'a pas besoin que votre téléphone soit enraciné, tant que vous utilisez Android 6.0 ou une version plus récente, s'appelle Fake GPS Free, et il est très facile de l'utiliser pour simuler l'emplacement de votre téléphone Android.

Les informations ci-dessous doivent s'appliquer quel que soit le fabricant de votre téléphone Android : Samsung, Google, Huawei, Xiaomi, etc.

Ouvrez l'application et appuyez sur Activer sur le message en bas sur les emplacements fictifs.

Robinet Paramètres du développeur pour ouvrir cet écran, puis allez à Sélectionnez l'application de localisation fictive > Faux GPS gratuit.

Si vous ne voyez pas cet écran, activez d'abord les options de développement, puis revenez à cette étape. Dans certaines versions d'Android, vous devez cocher la case à côté du Autoriser les emplacements fictifs option sur le Options de développeur filtrer.

Utilisez le bouton Retour pour revenir à Fake GPS Free et recherchez l'emplacement que vous souhaitez simuler sur votre téléphone. Si vous créez un itinéraire, appuyez longuement n'importe où sur la carte pour déposer le premier marqueur.

Utilisez le bouton de lecture dans le coin inférieur de la carte pour activer le faux paramètre GPS.

Vous pouvez fermer Fake GPS Free et ouvrir Google Maps ou une autre application qui utilise votre position pour voir si elle a vraiment été usurpée.

Pour récupérer votre position réelle et désactiver la fausse position GPS, revenez à l'application et appuyez sur le bouton d'arrêt en bas.

Si vous avez Android 5.01 ou une version antérieure et que votre téléphone est enraciné, vous pouvez acheter une version professionnelle de l'application qui peut modifier votre position GPS sans utiliser Emplacement maquette, ce qui peut être utile si l'application dans laquelle vous souhaitez que votre faux emplacement fonctionne peut détecter lorsque vous utilisez un paramètre GPS fictif.

Si vous souhaitez essayer un autre spoofer de localisation Android, nous avons confirmé que les applications de modification de localisation gratuites suivantes fonctionnent un peu comme Fake GPS Free : Fake GPS, Fly GPS et Fake GPS Location.

Une autre façon de simuler l'emplacement de votre téléphone Android est d'utiliser Xposed Framework. Vous pouvez installer un faux GPS comme Fake My GPS pour permettre à certaines applications d'utiliser le faux emplacement et d'autres d'utiliser votre emplacement réel. Vous pouvez trouver d'autres modules Xposed comme Fake My GPS en effectuant une recherche dans le référentiel de modules Xposed sur votre ordinateur ou via l'application Xposed Installer sur votre téléphone.


De nouvelles recherches suggèrent que nos émotions, tout comme notre cerveau, jouent un rôle clé dans la façon dont nous percevons et interagissons avec le monde. Parles nous de L'étude de Lauri Nummenmaa.

Oui! À divers moments de l'histoire, les gens ont été sensibilisés à la façon dont le corps et le cerveau coordonnent les émotions. Une étude fascinante publiée il y a quelques années a demandé aux participants de cartographier, sur des images de leur propre corps, où ils ressentent des sensations lorsqu'ils expérimentent différentes émotions. Les enquêteurs ont examiné quelque chose comme 15 émotions variées et ont trouvé différentes cartes corporelles pour chacune de ces choses. Le premier groupe de participants était finlandais. Pour tester les préjugés culturels, ils ont examiné un deuxième groupe, je pense japonais, et ont trouvé des réponses similaires.

La personne la plus célèbre qui a défendu l'idée que les émotions sont la clé de l'apprentissage ou du comportement est probablement Daniel Kahneman. Ses études ont montré qu'il existe cette façon apparemment rapide, irrationnelle et directe de prendre des décisions, ce qui est important du côté comportemental de l'économie. Dans notre domaine des neurosciences, Antonio Damasio soutient depuis de nombreuses années qu'il existe une boucle entre le corps et le cerveau. Cela implique des signatures corporelles qui sont liées à différents contextes de notre environnement et nous orientent vers différents résultats comportementaux. C'est une façon dont le corps est cognitivement impliqué dans nos actions, d'une manière que beaucoup de gens ne croiraient pas lorsqu'ils sont confrontés aux vues plus mystiques du cerveau en tant que machine autonome.


Découvrez comment Smartsheet peut vous aider à être plus efficace

Regardez la démo pour voir comment vous pouvez gérer plus efficacement votre équipe, vos projets et vos processus avec la gestion du travail en temps réel dans Smartsheet.

Principes de gestion de l'information

Il existe de nombreux principes de gestion de l'information. Un ensemble bien connu est l'Information Management Body of Knowledge (IMBOK), qui est un cadre qui décompose les compétences de gestion en six domaines de connaissances et quatre domaines de processus.

Les domaines de connaissances comprennent les suivants :

  • Technologies de l'information (TI) : matériel et logiciel
  • Systèmes d'information : informatique intégrée dans un système qui répond aux besoins et aux politiques de l'entreprise
  • Informations commerciales : créées en analysant et en contextualisant les données à l'aide d'outils tels que le système d'information
  • Processus commerciaux : comment évaluer et utiliser les informations commerciales pour prendre des décisions
  • Avantage commercial : l'avantage souhaité que les informations commerciales fourniront
  • Stratégie d'entreprise : Le plan directeur qui donne une direction à une entreprise. Idéalement, les décisions prises par le biais des processus commerciaux, qui sont basées sur des informations commerciales, guideront la stratégie et conduiront à la réalisation des avantages commerciaux.

Les domaines de processus IMBOK sont :

  • Projets : Ajout de nouvelles capacités, logiciels et matériels aux systèmes d'information
  • Changement d'entreprise : évaluer les informations pour améliorer les processus
  • Opérations commerciales : Le quotidien d'une entreprise. Ceux-ci guideront les améliorations basées sur les mises à jour des processus et, espérons-le, augmenteront les avantages.
  • Gestion des performances : essayer de s'assurer que les opérations fonctionnent à pleine capacité

Les données en tant que produit
De la même manière qu'une entreprise produit quelque chose comme des écrous et des boulons, un département de l'entreprise (comme l'informatique) peut produire des données que d'autres départements (comme les finances ou le marketing) ou une autre entreprise traitent comme un produit ou un service. Dans cet état d'esprit, l'entité prestataire verra l'entité réceptrice comme un client et pourra donc être plus sensible à ses besoins.

Stefan Haase, directeur de Whitecap Consulting à Leeds, au Royaume-Uni, explique :
« La gestion de l'information est une discipline à multiples facettes qui se concentre sur la conformité des données. Une organisation accède, crée, distribue, gère, stocke, protège et sécurise une grande variété d'informations qui nécessitent une gouvernance des données, une gestion des accès et une protection des données solides.

Quelles sont les stratégies de gestion de l'information ?

Les stratégies de gestion de l'information sont des plans qui guident une entreprise pour synchroniser ses pratiques de gestion de l'information, améliorer ses processus et se préparer pour l'avenir. Ces plans peuvent inclure les informations suivantes :

  • Statut actuel
  • Objectifs pour l'avenir
  • Des mesures concrètes pour atteindre ces objectifs
  • Projets d'acquisition de nouvelles ressources
  • Processus et politiques d'interaction avec les services commerciaux
  • Attribuer la responsabilité de la mise en œuvre et du rapport de chaque

D'où viennent les données et les informations ?

Les mots données et informations sont souvent utilisés de manière interchangeable, mais il existe une distinction importante, en particulier dans le monde de la gestion de l'information. Les données sont des faits bruts. Les informations sont des données qui ont été traitées, structurées, interprétées et organisées, afin qu'elles puissent éclairer les décisions et les plans. Les entreprises peuvent obtenir des données à partir de nombreuses sources, dont les suivantes :

  • Systèmes hérités : Utilisé pour les données qui s'accumulent depuis longtemps. Les systèmes hérités d'une entreprise (par exemple, la gestion de l'apprentissage, les dossiers des employés, l'historique financier) contiennent tous des données utiles qui peuvent être exploitées.
  • Création de données : Les transactions, la fabrication, les paiements, les achats et les avis des employés (pour n'en nommer que quelques-uns) créent tous des données. Pour un détaillant, les données pourraient être le nombre de ventes de marteaux et de scies suivies par son système de point de vente. Pour un fabricant, cela pourrait être le nombre d'écrans d'ordinateur qui ont été assemblés. Pour une entreprise de livraison, cela pourrait être le moment où un colis a été déposé à un endroit désigné.
  • Collecte de données: Données provenant de sources externes, telles que les tendances météorologiques, les reportages, les avis de fermeture de route ou les tendances d'embauche. Ce type de données peut être acheté ou collecté gratuitement.

Comment les données deviennent des informations
Les données deviennent des informations par interprétation, analyse, contextualisation, traitement et autres activités de GI.

R. Rebecca Carter, stratège de contenu senior chez Global Team Blue à Detroit, déclare : « Les données sont des chiffres bruts. Les données passent à travers un filtre d'outils et/ou de personnes qui organisent, catégorisent, analysent, balisent et distribuent les données pour devenir des informations significatives en contexte.

Par exemple : le dossier d'un conducteur sur le nombre de gallons d'essence qu'il achète est une donnée. Ce même conducteur qui calcule son kilométrage en fait une information. S'ils tracent leur kilométrage en fonction des conditions météorologiques ou de la ville par rapport à la conduite sur autoroute, ce sont des informations plus riches.

In a business context, the number of pairs of shoes sold and the price paid per pair is data. Charting sales by store, comparing sales numbers to the previous period, or tracking how many customers used a coupon makes it information.

While there are many ways of conceptualizing the way data becomes information, a well-known concept is the portfolio model created by Andy Bytheway, a Professor of Computer Science at University of the Western Cape in South Africa. This model posits two axes:

  • Source: Internal vs. External - Whether data comes from within an organization (sales figures, email) or outside (news reports, hourly road conditions).
  • Structure: Structured versus Unstructured - Whether data has been analyzed or put in context or is just a collection of facts.

The most valuable quadrant is internal structured. This information has been vetted, processed, put in context, and provides the best basis for business operational decision making.

Data and Information Have Value

Data and information are corporate assets that are created or gathered by a company. Because they can make the business more valuable, they need protection. Unlike computers or buildings, data and information are intangible, so it’s often difficult to assign a real value.

A 2015 Information Digital Transformation MaturityScape report by IDC states, “Information is at the core of the new digital ecosystem.” In order to get the most value out of data and information, organizations can consider the information value chain model, created by Elias Bizannes. While he created this model with B2C in mind, B2B or inter-departmental relationships can adapt it. The model includes the following steps:

  • Collect and Create Data: The data has value as a resource.
  • Process Data: The value is in the ability to combine, contextualize, etc.
  • Generate Information: The diverse patterns and connections that become visible are the value created in this step.
  • Apply Knowledge: The value comes from using what’s been created to make changes to operations, processes, etc..

Security and Information Management

Security protocols for data are beyond the scope of this article, but they are a vital part of any information management program. Criminals and hackers understand the value of company data, which is why they go after it. Data is not always given the protection it deserves based on its value — consider the recent Equifax breaches as examples. Learn more about protecting data by reading Network Security 101: Problems & Best Practices.

What Is Strategic Information Management?

Strategic information management (SIM) helps businesses and organizations categorize and process the information they create and receive. It can also help companies recognize opportunities to improve operations through analysis of data usage. In a 2006 paper titled Strategic Information Management under Leakage in a Supply Chain, Krishnan S. Anand and Manu Goyal define SIM as “. actively managing the firm’s informational imperative, and making appropriate tradeoffs with the operational imperative should conflicts arise, in order to maximize profits.” In a 1996 paper titled Strategic Information Management vs. Strategic Business Management, Bela J. Berci explains, “Strategic information management attempts to identify and deal with how data is and should be handled, in a proactive manner.” In short, SIM is planning how to use information to have the biggest positive impact on profits.

What’s an Information Management System?

An information management system (IMS) is a set of hardware and software that stores, organizes, and accesses data stored in a database. It also provides tools that allow for the creation of standardized and ad-hoc reports.

There are numerous kinds of IMSs that can perform specialized business functions, including the following examples:

  • Business Intelligence System: Operations use a business intelligence system to make business decisions based on the collection, integration, and analysis of the collected data and information.
  • Customer Relationship Management System: Stores key information about customers, including previous sales, contact information, and sales opportunities. Marketing, customer service, sales, and business development teams often use CRM.
  • Sales Force Automation System: A specialized component of a CRM system that automates many tasks performed by sales teams. It can include contact management, lead tracking and generation, and order management.
  • Transaction Processing System: An IMS that completes a sale and manages related details. On a basic level, it could be a point-of-sale (POS) system, or a system that allows a traveller to search for a hotel, and include room options, such as price range, the type and number of beds, or a swimming pool, then select and book it.
  • Knowledge Management System: Customer service can use a KM system to answer questions and troubleshoot problems.

R. Rebecca Carter advises, “An information system is made up of process and tools. Often you see that process must adapt to tools, when process should drive and inform the tool. Ideally tools should be subservient to the processes.”

Where Information Management Can Have a Positive Impact

Analyzing data and information to look for improvement opportunities is a useful method to drive and manage changes and improvements anywhere in a business. Here are some key areas where information management can make the biggest impact:

Projects: Track the effectiveness of projects and apply the lessons learned to future projects.
Business Operations: Find out which processes are effective and which are not.
Performance Management: Study the productivity of teams, managers, and employees, and look for ways to increase it.

Best Practices for Information Management

An article on i-SCOOP states, “By being strategic about it all and looking at the business reality and priorities, we can make sure that we don’t belong to the two-thirds of enterprises that fail to meet best practice standards for data control.” While best practices may vary, the list below is a good starting point, compiled from a survey of numerous sources.

    Ease of Use: An IM system must be easy to use. If the user interface isn’t well-designed, managers and employees may get frustrated and find other, non-sanctioned ways to share information, which means that they won’t follow security protocols. Addressing usability concerns early also means few updates to the system later. The third edition of Strategic Information Management: Challenges and Strategies in Managing Information Systems, edited by Robert D. Galliers and Dorothy E. Leidner, states “The notion that systems should be made to appeal to their users in every stage of development and in their final form encouraged the development of ‘user friendly’ systems, in the hope that early usability would reduce the requests for subsequent maintenance.”

Benefits of Information Management

As mentioned earlier, data and information are assets. In order for those assets to create benefits, they have to be put to use. N. Venkatraman, Professor of Information at Boston University, developed DIKAR (Data, Information, Knowledge, Action, Results), a well-known model for realizing benefits of an IM program:

  • Données has to be interpreted to render information
  • Information has to be understood to emerge as knowledge
  • Connaissance allows managers to make effective decisions
  • Effective decisions lead to appropriate Actions
  • Appropriate actions lead to meaningful résultats

What’s a Data Warehouse, and How Is it Used in IM?

A data warehouse is a collection of servers to store digital data and information. The concept started in the 80s, and data warehouses became more prominent in the 90s. A data warehouse allows for the centralized storage and easy access to data across departments and systems. Initially, data warehouses were on dedicated servers that were owned or leased to a company, but with the falling cost and greater availability of cloud storage, many companies have moved their data warehouses to the cloud.

What’s Big Data, and How Does it Affect IM?

Big data is a term that refers to large data sets that standard data processing applications can’t handle. While the term as defined here has been around since the 90s, the use of it has increased greatly in the last few years. Here’s what Google’s Ngram viewer shows:


The definition of what qualifies as big data is still in flux, but it’s generally associated with the following characteristics:

  • Volume: A terabyte is usually the minimum capacity size.
  • Variety: The data comes from multiple sources in mixed formats.
  • Velocity: The data needs to be processed quickly in order to become usable information.

The falling cost of data storage, increasing speed of processors, and complexity of software is bringing big data to the reach of more companies.

Planning a Strategy and Creating an Information Management Program

If your business needs to implement an information management program, choosing best practices and building the program to meet those will help reduce problems later. Stefan Haase advises:

There are several activities required to deliver an effective information management strategy:

  1. Create a governance framework - Identify roles and responsibilities in regard to the access, protection, and distribution of the organization’s data.
  2. Categorize information - Most organizations treat all data the same as the keepers of data (typically the IT department) are not the owners of data (i.e. end users or department heads). Owners of data are too busy with day-to-day activities that they are unconcerned with information management. The keepers of data are not allowed to remove or delete data, even if the data is old and no longer required from a legal or business perspective. Thus the organizations needs to categorize information to manage it according to its value. Typical categories are mission critical (data that has been created or accessed in the last three months), important data (data that has been created or accessed in the last 12 months), legacy data (data that needs to be kept for compliance reasons e.g. for three, five, or seven years) and non-business data (e.g. personal data such as personal photos)
  3. Store data according to its value – All mission critical data needs to be instantly accessible and should be stored on tier one storage, important data stored on tier two, archive legacy data permanently offsite and delete personal data.
  4. Protect data according to its value – Replicate ll mission critical data throughout the day to ensure no data loss incurs, backup important data to an alternative location daily, legacy data is already archived permanently offsite.
  5. Data recovery/business continuity/disaster recovery planning – Ensure the organization tests data recovery and business continuity/disaster recovery regularly to ensure it can overcome any potential data loss as soon as possible.
  6. Access management – Ensure types of users are identified and enforced, such as administrator, read and write access, read only access or no access.

Of course, the best place to start is with the people who use the information management systems. These users will have ideas, often based on their pain points and what they’d like to see in an ideal system. But they may not be able to clearly communicate the processes that are supported without friction. And they may not be able to recognize where processes could be supported by new technologies or automation. So it’s essential that designers study the tasks within the real-time work environment to be able to effectively design a system for the end users.

The most effective strategies will consider the entire ecosystem, integrating for efficiencies whenever possible. I have often seen organizations give attention and resources to tools for individual task groups, but giving no attention to the bigger picture, which leads to inefficiencies across the organization. Groups end up with several different systems that are not integrated with each other, and the overall organization cobbles these legacy systems together. By designing for the whole ecosystem, teams can share, leverage, and reuse information most effectively.

It’s also vital to acknowledge that with unforeseen advances in technology occurring at an ever-increasing pace, any system designed today will become obsolete tomorrow without planning for adaptability. You don’t just build a system and walk away. Organizations must acknowledge the importance of devoting resources to maintain and improve information management systems, so that they can grow and react to changes in evolving processes.

Once your IM program is up and running, following your best practices you’ve settled is crucial. Carter explains, “All content has a lifecycle. Research, publish, monitor, and then sunset or archive. Build in an auditing process to see if your information is still useful.”

“Ensure the activities… are continuously reviewed, updated and challenged. And adhere that the latest sector or industry-specific as well national or international data regulation and compliance requirements rate,” advises Haase.

Challenges and Criticisms of Information Management

Information Management has hurdles and detractors, as is the case for any business discipline. Listed below are challenges and the best practices that will help mitigate or overcome these issues:

Related Best Practices

Competition and Lack of Coordination Between Disparate IM Systems

Design for integration with other applications

Interoperability between systems

Legacy Systems to be Upgraded or Retired

IT and business collaboration

Centralized data management and governance

No Clear Strategic Technical or Organizational Direction

Centralized data management and governance

IT and business collaboration

Limited adoption by managers and employees

Training, rules, and accountability

Centralized data management and governance

Poor quality data and information (e.g. inconsistent, duplicate, outdated)

IT and business collaboration

Design for integration with other applications and interoperability between systems

Lack of senior management support

Centralized data management and governance

Large number of business needs

IT and business collaboration

Centralized data management and governance

Difficulty of changing processes/training staff

Training, rules, and accountability

Centralized data management and governance

Limited resources to deploy manage, or improve systems

Some challenges will always be present, but this one might be helped by the best practices of:

IT and business collaboration

Centralized data management and governance

Rule and processes can prevent good decisions and slow down the process of making decisions

Plan for continuous improvement

Make data and information available

IM has often meant deploying new technology, which has a poor track record

IT and business collaboration

IM systems are often custom built for a single purpose

Plan and design at the enterprise level

Enterprise-wide reuse, Create a taxonomy

Recent Developments and Future Trends

Big data will continue to drive growth in, and changes to information management as the concept becomes more mainstream.

The promise of artificial intelligence (AI) has been floating around for decades. Advances in computing power and software have finally brought AI within reach. In the realm of IM, here are some possible impacts of AI:

  • Analytics Augmentation: Data preparation and pattern matching will be more automated, speeding data processing.
  • Intelligent Devices: This includes driverless cars, auto-piloted drones, and smart machines. Each of these will increase the amount of data, and require increasing amounts of information to operate.
  • Intelligent Agents: Siri and Alexa will have many new cousins. AI will allow these agents to answer complex customer questions, assist in the booking hotel rooms, and set up a meeting by sending invitations and ordering everybody’s lunches based on dietary restrictions. These activities will also create data and require information.

How Should Your Information Management Strategy Change in 2018 and Beyond?

The business environment constantly changes, and tools and processes need to respond to that change. That includes your information management program.

Establish a dedicated group whose purpose it is to evaluate and improve information management from an enterprise-wide perspective. You can’t just let systems grow organically, as individuals will always have a blind spot toward performing the functions of their group. Effective enterprise information management needs a dedicated eye on this important function.

There should be better synergy between the company and outside consultants. Bring in consultants to help create systems and tools as they can more easily take a strategic view. This frees internal IT departments to stay focused on day-to-day operations.

AI and data analytics help organizations with the growing influx of information to make sense of data. However, the basics of an information management strategy still apply.

AI and data analytics can only help if the organization has put the building blocks of an information management strategy in place.

AI and data analytics allows data from multiple sources and platforms to combine and correlate information. This process could be to protect the organization from data security breaches, arrive at improved business decisions to deliver more value to end user clients (e.g. combining inputs and feeds from multiple financial services such as accounts, investments, shares etc.) to deliver real-time financial information to end users.

While this article can’t touch on every facet of the discipline, the best practices and common challenges, advice from experts, and discussion of the value of data and importance of security should give you a better idea of what IM is and why it’s important.

Improve Information Management with Smartsheet

Empower your people to go above and beyond with a flexible platform designed to match the needs of your team — and adapt as those needs change.

The Smartsheet platform makes it easy to plan, capture, manage, and report on work from anywhere, helping your team be more effective and get more done. Report on key metrics and get real-time visibility into work as it happens with roll-up reports, dashboards, and automated workflows built to keep your team connected and informed.

When teams have clarity into the work getting done, there’s no telling how much more they can accomplish in the same amount of time. Try Smartsheet for free, today.