Suite

Créer un raster de poids pour l'accumulation de flux dans ArcGIS for Desktop ?


J'étudie le débit de crue à l'aide d'ArcGIS for Desktop.

Lors de la création d'une accumulation de débit en hydrologie, il existe un raster de poids.

Cependant, si vous ne l'avez pas, le programme met sa valeur à 1 ce qui n'est pas une approximation convenable pour les simulations.

Comment créer un raster de pondération dans ArcGIS for Desktop ?


Cette réponse est probablement un peu tardive, mais j'espère mieux que jamais. William Huber a proposé une réponse il y a quelques années et je l'ai implémentée en tant que modèle dans Model Builder.

Voir l'outil suivant - http://www.arcgis.com/home/item.html?id=40d33968c44e4c9395c9c1ff1edd2bbe

et article de blog - http://gislandscapeecology.blogspot.com/2015/04/better-flow-accumulation-with-positive.html


Une utilisation principale de l'outil Flow Length est de calculer la longueur du plus long chemin d'écoulement dans un bassin donné. Cette mesure est souvent utilisée pour calculer le temps de concentration d'un bassin. Cela serait fait en utilisant l'option en amont.

L'outil peut également être utilisé pour créer des diagrammes distance-surface d'événements hypothétiques de précipitations et de ruissellement en utilisant le raster de poids comme impédance au mouvement vers le bas.

Le type de valeur du raster en sortie Flow Length est à virgule flottante.

Voir Environnements d'analyse et Spatial Analyst pour plus de détails sur les environnements de géotraitement qui s'appliquent à cet outil.


Créer un raster de poids pour l'accumulation de flux dans ArcGIS for Desktop ? - Systèmes d'information géographique

Effectuer une substitution de lecteur

Effectuer une substitution de lecteur pour créer les lecteurs virtuels L et M.

Démarrez ArcGIS et ouvrez une nouvelle carte

    Supprimez tout de votre lecteur amovible.

    Met le Espace de travail actuel, Espace de travail Scratch, et Etendue de la sortie comme ci-dessous :

Délimitation du bassin versant

Créer un DEM sans dépression

Il est important de commencer avec une grille d'élévation qui n'a pas de dépressions.

    Ouvrir le jeu d'outils ArcToolbox Outils Spatial Analyst > Hydrologie. C'est là que se trouvent les outils d'hydrologie de surface.

Pendant que la grille se remplit, ce qui peut prendre quelques minutes, vous voudrez peut-être vous divertir avec l'oignon.

Notez que la différence dans la valeur d'altitude la plus basse dans les cellules puits de légende dans l'ensemble de données d'origine a été remplie.

Il est important d'avoir un MNT sans dépression pour toutes les analyses hydrologiques ultérieures. Les zones de drainage interne peuvent causer des problèmes plus tard dans le processus de délimitation du bassin versant.

  1. Ouvrez le Sens de l'écoulement outil.
    1. La surface d'entrée est la Remplir_dem1 la grille.
    2. Le raster en sortie doit être défini sur C:UsersNetIDDocumentArcGISFlowDir_fill1 (le défaut)

    La direction de l'écoulement doit être connue pour chaque cellule, car c'est la direction de l'écoulement qui détermine la destination finale de l'eau s'écoulant à travers la surface.

      Ouvrez le Débit Accumulation outil.

    1. Définir le raster de direction de flux en entrée (FlowDir_fill1) à la sortie de la dernière tâche.
    2. Définissez le raster en sortie sur C:UsersNetIDDocumentArcGISFlowAcc_flow1 (nom par défaut).

      Changez la méthode de symbologie pour classifié. Utilisez 2 classes.

    Désormais, les cellules affichées en rouge sont traversées par un flux d'au moins 5 000 cellules en amont. Cela se traduit par une superficie en amont de 11,5 acres. 5000 cellules * (100 pi^2 / cellule) * (1 ac / 43560 pi^2) = 11,5 ac.

    Vous devriez également voir que le réseau de drainage généré par le DEM ressemble un peu aux ruisseaux vectoriels, bien que si vous regardez les détails, vous verrez où les ensembles de données ne s'alignent pas..


    Les accumulations de flux sont importantes car elles nous permettent de localiser les cellules à fort débit cumulé. Points d'écoulement doit être situés dans des cellules à fort débit cumulatif, ou les bassins hydrographiques résultants seront très petits.

    Créer des points de sortie du bassin versant ("pour")

      Créer un nouveau fichier de formes de points dans ArcCatalog (M:hydropour_points copier les paramètres du système de coordonnées de l'un des autres jeux de données Pack Forest).

    Point ouest : notez la position du ruisseau 27 (le réseau de cours d'eau au centre de cette image du bloc de données). Le bassin versant que nous créons se trouve juste à l'ouest du confluent du ruisseau 27 et de la rivière Mashel. À cet endroit, il n'y a pas de flux dans les données vectorielles.


    Point est : ce bassin versant (Little Mashel) est à l'est du ruisseau 27. Le point d'écoulement se situe en amont du confluent de la rivière Little Mashel.

    Vous devez zoomer assez loin pour le faire, sinon votre point d'écoulement pourrait ne pas être situé dans une voie à haut débit !
    Si vos points ne se trouvent pas dans une voie à haut débit, déplacez-les avant de continuer.

    Si l'étendue de l'analyse et la taille des cellules ne correspondent pas à une couche existante, il peut y avoir des problèmes d'alignement entre la grille de coulée et les autres grilles nécessaires pour délimiter les bassins versants. Par conséquent, il est toujours judicieux de définir la taille de la cellule et l'étendue de l'analyse par rapport à une couche de grille existante.

    Délimitation des bassins versants

      Ouvrez le Bassin versant outil. Notez que l'une des options pour les données en entrée (comme indiqué ci-dessous) est le jeu de données d'entités ponctuelles (pour_points). N'UTILISEZ PAS LES POINTS !!La sélection d'un jeu de données d'entités ponctuelles fonctionnera en théorie, mais il n'y a aucun moyen de vérifier que vos entités ponctuelles tomberont dans une voie à haut débit. C'est la raison de la conversion en raster à l'étape précédente. Il est recommandé d'avoir d'abord converti les points en une grille, qui vérifie que les emplacements des points d'écoulement se trouvent dans la voie à haut débit.

    1. Sélectionnez la grille de direction de flux comme raster de direction de flux en entrée.
    2. Sélectionnez la version raster des points d'écoulement comme raster en entrée.
    3. Acceptez les autres valeurs par défaut.

    Ces deux grandes zones de quadrillage représentent les zones en amont des points d'écoulement sélectionnés. Le point d'écoulement ouest définit l'ensemble du système de bassin versant (les deux zones de quadrillage). Le bassin au sud et à l'est est en réalité un sous-bassin du système plus vaste. Son point d'écoulement est en amont du point d'écoulement ouest.

    Délimitation automatique des bassins versants

    Comparez votre méthode manuelle avec une méthode automatisée.

      Ouvrez le Bassin outil.
        Sélectionnez la grille de direction d'écoulement créée précédemment.

      Les bassins versants délimités automatiquement sont définis par des points d'écoulement au bord de la grille.

      Vous venez de laisser ArcGIS générer automatiquement une série de bassins versants. La délimitation automatique des bassins versants est facile, mais ne vous donne pas le contrôle pour créer des bassins spécifiquement pour les points d'écoulement de votre propre sélection. Pour cette raison, la méthode manuelle est utilisée presque exclusivement.

      Calcul de la longueur d'écoulement

      La longueur du débit indique la distance que l'eau devra parcourir à travers la grille.

      1. Ouvrez le Longueur du débit outil.
        1. Le raster en entrée est la grille de direction de flux créée précédemment.
        2. Utilisez les valeurs par défaut pour les autres contrôles.

        Cela montre la longueur d'écoulement jusqu'au point d'écoulement ultime pour chaque cellule. Supposons que vous souhaitiez la longueur du débit jusqu'à la voie de débit élevé en aval la plus proche, plutôt que jusqu'à la sortie finale. C'est possible, en utilisant longueur d'écoulement avec une grille de pondération.

        "créer une nouvelle grille où les cellules d'accumulation de flux ont une valeur supérieure ou égale à 5000, rendre ces cellules de sortie nulles où les cellules d'accumulation de flux ont une valeur inférieure à 5000, faire que les cellules de sortie aient une valeur de 1"

        Conversion raster en vecteur (réseau de flux sous forme de ligne)

        Les ensembles de données raster peuvent représenter des réseaux de drainage (par exemple, les cellules d'accumulation de flux qui ont au moins 5 000 cellules en amont). Lorsque vous créez des cartes qui présentent les résultats de la délimitation des bassins versants, vous souhaiterez peut-être montrer le réseau d'écoulement basé sur une grille au lieu ou en plus du réseau de flux vectoriels, en particulier si les deux réseaux d'écoulement ne concordent pas.

          Tout d'abord, créez une grille qui ne représente que les cellules à haut débit (5000 +). Ceci est également fait dans la calculatrice raster, similaire à ce qui a été fait dans la dernière étape.

        1. Le raster de flux d'entrée est le résultat du dernier calcul.
        2. Le raster de direction de flux en entrée est la grille de direction de flux qui a été créée auparavant.

        Visualisation du bassin versant

        La dernière étape de cette leçon sera de visualiser les bassins versants créés précédemment avec d'autres données.


        Créer un raster de poids pour l'accumulation de flux dans ArcGIS for Desktop ? - Systèmes d'information géographique

        Programme de sciences de l'environnement, de politiques et d'ingénierie

        Hiver 2022

        SYSTÈMES D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

        Professeur Dr Ashraf Ghaly, P.E.
        département Ingénierie
        Bureau Oline 102D
        Tél., e-mail 518-388-6515, [email protected]

        Cours : TTH 9h05-10h50, Wold-028. Labos : choisissez-en un le T ou le TH 14h25-17h15, Wold-028. (Cliquez sur ICI pour les présentations de classe de l'instructeur)

        Une introduction à la technologie des systèmes d'information géographique (SIG) et à ses utilisations pratiques. Une gamme complète de sujets fondamentaux seront couverts, y compris l'histoire du SIG, l'aperçu de la technologie, les types de données géographiques, les structures de données primaires, la conception du système, les systèmes de coordonnées cartographiques, les sources de données, les métadonnées, les données de recensement, le codage géographique et la correspondance d'adresses, la numérisation, l'imagerie de détection, les mesures de la qualité des données et l'évaluation des besoins. L'accent sera mis sur l'enseignement pratique à l'aide du logiciel SIG (ArcGIS). Les étudiants travailleront avec ArcGIS tout au long du trimestre pour effectuer des devoirs et un projet de classe. Les domaines d'intervention comprennent l'archéologie, les services publics d'électricité et de gaz, l'arpentage, la santé et les services sociaux, les assurances, l'application de la loi et la justice pénale, les médias et les télécommunications, les transports, l'eau et les eaux usées, et les ressources naturelles. L'objectif ultime est d'utiliser la composante spatiale des données pour effectuer des analyses et prendre des décisions. Deux heures de cours et deux heures de laboratoire par semaine. Prérequis : Une bonne connaissance de l'utilisation des logiciels informatiques modernes.

        • Devoirs et questionnaires = 20%
        • Laboratoires = 20%
        • Test à mi-parcours (6ème semaine) = 20%
        • GIST du projet = 20%
        • Examen final = 20%
        • Les devoirs sont dus comme cela sera arrangé. Une soumission tardive entraîne une perte partielle de la note. Chaque jour de soumission tardive entraîne une perte de 2 points (sur dix).
        • La présence aux laboratoires est obligatoire.
        • La présence aux examens est obligatoire. Si vous devez manquer le test de mi-session en raison de circonstances extraordinaires indépendantes de votre volonté (une lettre du doyen des étudiants sera requise dans ce cas), vos 20 points du test de mi-session seront automatiquement transférés à l'examen final, c'est-à-dire votre sera noté sur 40 points. Aucun maquillage pour le test de mi-parcours ne sera autorisé pour quelque raison que ce soit. Si vous manquez la mi-session sans lettre de motivation du doyen des étudiants, il y aura une pénalité de 5 points, c'est-à-dire que la note maximale que vous pouvez obtenir à votre examen final est de 35/40.
        • Si vous devez manquer l'examen final en raison de circonstances extraordinaires indépendantes de votre volonté (une lettre du doyen des étudiants sera requise dans ce cas), votre note dans le cours sera calculée au prorata en fonction des éléments de votre travail de session. Aucun maquillage pour l'examen final ne sera autorisé pour quelque raison que ce soit.
        • Les performances académiques des étudiants de ce cours seront conformes aux normes du code d'honneur de l'Union College.
        • Les étudiants handicapés seront logés conformément à la politique de l'Union College.
        • Chang, Kang-tsung (2018). Introduction aux systèmes d'information géographique, 9e édition, McGraw Hill Higher Education, New York (ISBN 1259929647).
        • Law, Michael et Collins, Amy (2018). Présentation d'ArcGIS Desktop, 5e édition, ESRI Press, Redlands CA (ISBN 1589485106). (Ce livre est fourni avec une licence de 180 jours de la dernière version du programme ArcGIS).

        RÉSULTAT ATTENDU

        Acquérir une compréhension des principes SIG.

        Acquérir une connaissance préliminaire des outils logiciels SIG populaires.

        Comprendre comment obtenir des données spatiales à partir de diverses sources.

        Acquérir une connaissance préliminaire de l'analyse et de la modélisation des données SIG.

        Utilisez les outils SIG pour développer des solutions aux problèmes du monde réel.

        Pratiquez les compétences de communication spatiale et utilisez ces compétences dans des applications pratiques.

        Données référencées géographiquement

        Organisation de ce livre

        Système de coordonnées géographiques

        Projections cartographiques couramment utilisées

        Systèmes de coordonnées projetées

        Utilisation des systèmes de coordonnées dans le SIG

        Représentation de fonctionnalités simples

        Données vectorielles non topologiques

        Modèles de données pour les entités composites

        Le modèle de données de géodatabase

        Avantages du modèle de données de géodatabase

        Éléments du modèle de données raster

        Intégration de données raster et vectorielles

        Conversion de données existantes

        Transformations géométriques

        Erreur quadratique moyenne (RMS)

        Interprétation des erreurs RMS sur les cartes numérisées

        Rééchantillonnage des valeurs de pixels

        Normes d'exactitude des données spatiales

        8.6 Autres opérations d'édition

        Saisie et gestion des données d'attribut

        Manipulation des champs et des données d'attribut

        Affichage des données et cartographie

        Environnement d'analyse de données

        Opérations de mesure de distance

        Autres opérations de données raster

        Comparaison des analyses de données vectorielles et matricielles

        Cartographie et analyse du terrain

        Données pour la cartographie et l'analyse du terrain

        Bassins visuels et bassins versants

        Paramètres de l'analyse du champ de vision

        Applications de l'analyse du champ de vision

        Facteurs influençant l'analyse des bassins versants

        Applications de l'analyse des bassins versants

        Interpolation spatiale

        Éléments d'interpolation spatiale

        Comparaison des méthodes d'interpolation spatiale

        Géocodage et segmentation dynamique

        Applications du géocodage

        Applications de la segmentation dynamique

        Analyse de chemin et applications réseau

        Applications de l'analyse de chemin

        Constituer un réseau

        Modèles SIG et modélisation

        Éléments de base de la modélisation SIG

        Mission (1) : Introduction & Systèmes de coordonnées

        Mission (2) : Modèles de données vectorielles géorelationnelles et basées sur des objets

        Mission (3) : Modèle de données raster et entrée de données

        Mission (4) : Transformation géométrique et édition de données spatiales

        Mission (5) : Saisie et gestion des données d'attributs et affichage et cartographie des données

        Mission (6) : Exploration des données et analyse des données vectorielles

        Mission (7) : Analyse de données raster et cartographie et analyse de terrain

        Mission (8) : Bassins visuels et bassins versants et interpolation spatiale

        Mission (9) : Géocodage et segmentation dynamique, analyse de chemin et applications réseau et modèles et modélisation SIG

        PROJET GIS TRAIT (GIST)

        Le projet GIST est un projet SIG passionnant qui donne aux étudiants la possibilité de mettre en pratique les connaissances acquises dans ce cours. Le projet implique une réflexion critique sur un problème de nature spatiale afin d'identifier une solution qui s'appuie sur une logique impliquant un raisonnement convaincant. Les étudiants doivent travailler en équipes de deux partenaires. Les partenaires de l'équipe recevront la même note dans le projet. Il appartient aux étudiants de faire équipe avec des partenaires ayant des centres d'intérêt communs et qui partagent des objectifs ultimes.

        Chaque équipe de deux partenaires dispose d'une liberté absolue dans le choix du sujet de projet qu'elle souhaite étudier et du problème qu'elle souhaite aborder. Les étudiants de ce cours viennent de divers départements. Les équipes peuvent souhaiter aborder dans leur projet un problème qui est étroitement lié à leur spécialité puisque le SIG est un outil qui peut être applicable à toutes sortes de problèmes. Les élèves peuvent également souhaiter explorer un nouveau domaine d'intérêt ou utiliser le thème d'un sujet qui les a intrigués. Les étudiants doivent cependant comprendre que trouver les données nécessaires pour travailler sur les projets sélectionnés pourrait être un problème. Les données que les élèves recherchent peuvent exister ou non, ou elles peuvent être disponibles dans un format qui rend l'accomplissement de la tâche trop difficile ou irréalisable. La disponibilité des données pourrait être un réel obstacle et la portée du projet sélectionné doit être réalisable avec des données qu'il est possible d'obtenir. Les étudiants peuvent également souhaiter créer leurs propres données en utilisant les techniques apprises en classe (création d'une base de données, numérisation, numérisation ou réduction/extension de données existantes).

        Dans le sixième semaine du mandat, chaque équipe est tenue de présenter un rapport d'étape. Cela devrait inclure les noms des partenaires, le titre du projet, une déclaration décrivant le sujet, la méthodologie à utiliser dans l'analyse, un organigramme indiquant les étapes à suivre pour mettre en œuvre la solution et le résultat final attendu. L'instructeur fournira des commentaires et approuvera le sujet du projet s'il implique le niveau de rigueur attendu.

        Dans le neuvième semaine du mandat, chaque équipe doit soumettre les éléments suivants :

        1. Un rapport diffusant toutes les informations relatives au projet, y compris le problème qu'il a tenté de résoudre, les données utilisées, la ou les sources de données, l'approche analytique, les résultats de l'analyse et les conclusions.

        2. Le rapport doit contenir toutes les informations pertinentes, y compris des illustrations, des tableaux, des graphiques, des diagrammes, des cartes et des modèles utilisés dans l'analyse.

        Les critères de notation accorderont un poids égal aux éléments suivants :

        1. Niveau de sophistication dans le traitement du sujet du projet.

        2. Méthodologie utilisée dans l'analyse.

        3. Exactitude et validité de l'approche analytique.

        4. Pensée critique utilisée pour identifier une solution et tirer des conclusions.

        5. Présentation du projet tel que décrit ci-dessous.

        Dans le dixième semaine du trimestre, chaque équipe devra faire une présentation en classe de son projet. Les équipes doivent présenter des projets entièrement fonctionnels, y compris une démonstration ArcGIS. Chaque présentation sera suivie d'une période de questions et réponses.

        RECONNAISSANCE ET OPPORTUNITÉS

        1. L'instructeur parrainera les trois meilleurs projets pour présentation au Symposium Steinmetz de l'Union College et dans d'autres lieux locaux, régionaux ou nationaux.

        2. L'instructeur parrainera le projet le mieux noté pour une présentation lors de conférences locales, régionales ou nationales.

        3. L'instructeur nommera le projet le mieux noté pour le prix Ashraf M. Ghaly Geo Research, qui est décerné chaque année et comprend un prix en espèces.


        Exemple

        Un exemple d'utilisation de l'outil d'accumulation de flux avec un raster de pondération en entrée peut être de déterminer la quantité de pluie tombée dans un bassin versant donné. Dans un tel cas, le raster de poids peut être un raster continu représentant les précipitations moyennes au cours d'une tempête donnée. La sortie de l'outil représenterait alors la quantité de pluie qui s'écoulerait à travers chaque cellule, en supposant que toute la pluie est devenue un ruissellement et qu'il n'y a pas eu d'interception, d'évapotranspiration ou de perte dans les eaux souterraines. Cela pourrait également être considéré comme la quantité de pluie qui est tombée à la surface, en amont de chaque cellule.

        Les résultats de Flow Accumulation peuvent être utilisés pour créer un réseau de flux en appliquant une valeur seuil pour sélectionner des cellules avec un débit accumulé élevé.

        Par exemple, la procédure de création d'un raster où la valeur 1 représente le réseau de flux sur un arrière-plan de NoData peut utiliser l'un des éléments suivants :

        Raster conditionnel en entrée : Flowacc

        Raster vrai ou constante en entrée : 1

        Raster conditionnel en entrée : : Flowacc

        Entrée faux raster ou constante : : 1

        Dans les deux exemples, toutes les cellules qui contiennent plus de 100 cellules se voient attribuer 1, toutes les autres cellules se voient attribuer NoData. Pour le traitement futur, il est important que le réseau de cours d'eau, un ensemble d'entités linéaires raster, soit représenté sous forme de valeurs sur un arrière-plan de NoData.

        Cette méthode de calcul du débit accumulé à partir d'un MNA est présentée dans Jenson et Domingue (1988). Une méthode analytique pour déterminer une valeur seuil appropriée pour la délimitation du réseau hydrographique est présentée dans Tarboton et al. (1991).


        Réduire la taille des données

        Tout logiciel qui traite les données fonctionne plus rapidement lorsque l'ensemble de données est petit. Il existe plusieurs façons de réduire la taille de vos données géographiques :

        • Supprimez les attributs inutiles sur vos données de projet avec l'outil Supprimer le champ.
        • Les entités linéaires et surfaciques ont des sommets qui définissent leur forme. Chaque sommet est une coordonnée x,y. Il se peut que vos entités aient plus de sommets qu'elles n'en ont besoin, ce qui augmente inutilement la taille de votre jeu de données.
          • Si vos données proviennent d'une source externe, elles peuvent contenir des sommets en double ou des sommets si proches les uns des autres qu'ils ne contribuent pas à la définition de l'entité.
          • Le nombre de sommets ne correspond pas à l'échelle d'analyse. Par exemple, vos fonctionnalités contiennent des détails appropriés à grande échelle, mais votre analyse ou présentation est à petite échelle.

          Collaboration distribuée à 10.6.1

          Les fonctionnalités suivantes sont nouvelles dans la collaboration distribuée :

          • L'option de synchroniser un espace de travail de collaboration à la demande est désormais disponible. L'option de synchronisation de l'espace de travail est disponible pour les participants invités pour chaque espace de travail de collaboration et synchronisera le contenu du groupe avec la collaboration. Cette fonctionnalité peut être utilisée lorsqu'il est nécessaire de se synchroniser avec l'espace de travail de collaboration en dehors du calendrier de synchronisation configuré.
          • Les applications Web peuvent désormais être partagées via une collaboration distribuée. Cette option est disponible pour tous les destinataires de la collaboration utilisant ArcGIS Enterprise 10.6.1 ou lors du partage d'ArcGIS Enterprise vers ArcGIS Online . Il n'est pas possible de partager des applications Web d'ArcGIS Online vers ArcGIS Enterprise dans cette version.
          • Un administrateur de portail peut configurer un seuil de contenu pour limiter le moment où le contenu de collaboration peut être reçu. Cette fonctionnalité permet de mettre à jour la valeur par défaut de l'espace disque disponible (10 Go) avec une valeur absolue personnalisée. Les administrateurs peuvent mettre à jour cette propriété dans le répertoire de l'administrateur du portail où elle requiert un seuil minimum de 1 Go. Consultez la documentation de l'API REST ArcGIS pour plus de détails.

          • Les services de carte peuvent être publiés et remplacés sur un site ArcGIS Server autonome à l'aide d'une connexion au serveur d'éditeur ou d'administrateur.
          • De nouvelles options de partage et de téléchargement sont disponibles dans la fenêtre Options, y compris les paramètres permettant de spécifier les emplacements pour la préparation, le déballage et le téléchargement de cartes hors ligne.
          • L'outil Stage Service analyse désormais la ressource à la recherche d'erreurs ou d'avertissements lors de la préparation d'une définition de service. Les analyseurs sont écrits dans les messages de géotraitement.
          • Vous pouvez remplacer une couche Web de votre portail par une autre couche qui conserve la même URL et le même ID d'élément. Dans ArcGIS Pro 2.4, seules les couches de tuiles vectorielles sont prises en charge. En remplaçant une couche Web, vous pouvez tester la couche de mise à jour dans un environnement intermédiaire et remplacer immédiatement la couche cible pour une expérience utilisateur transparente. Une copie d'archive de la couche remplacée est créée automatiquement.
          • Le SDK ArcGIS Pro pour Microsoft .NET vous permet d'étendre ArcGIS Pro avec vos propres outils et workflows uniques à l'aide de compléments et de configurations SDK.

          Paramètres

          Raster en entrée représentant le résultat vrai ou faux de la condition souhaitée.

          Il peut être de type entier ou à virgule flottante.

          L'entrée dont les valeurs seront utilisées comme valeurs de cellule de sortie si la condition est vraie.

          Il peut s'agir d'un nombre entier ou d'un raster à virgule flottante, ou d'une valeur constante.

          L'entrée dont les valeurs seront utilisées comme valeurs de cellule de sortie si la condition est fausse.

          Il peut s'agir d'un nombre entier ou d'un raster à virgule flottante, ou d'une valeur constante.

          Une expression logique qui détermine laquelle des cellules d'entrée doit être vraie ou fausse.

          La clause Where suit la forme générale d'une expression SQL. Il peut être saisi directement, par exemple VALUE > 100 , si vous cliquez sur le bouton Edit SQL mode . Si dans le mode Modifier la clause , vous pouvez commencer à construire l'expression en cliquant sur le bouton Ajouter un mode de clause.

          Valeur de retour

          Raster en entrée représentant le résultat vrai ou faux de la condition souhaitée.

          Il peut être de type entier ou à virgule flottante.

          L'entrée dont les valeurs seront utilisées comme valeurs de cellule de sortie si la condition est vraie.

          Il peut s'agir d'un nombre entier ou d'un raster à virgule flottante, ou d'une valeur constante.

          L'entrée dont les valeurs seront utilisées comme valeurs de cellule de sortie si la condition est fausse.

          Il peut s'agir d'un nombre entier ou d'un raster à virgule flottante, ou d'une valeur constante.

          Une expression logique qui détermine laquelle des cellules d'entrée doit être vraie ou fausse.

          L'expression suit la forme générale d'une expression SQL. Un exemple de clause where_clause est "VALUE > 100" .

          Valeur de retour

          Exemple de code

          Dans cet exemple, la valeur d'origine sera conservée dans la sortie lorsque la valeur raster conditionnelle en entrée est supérieure à 2 000, la valeur sera NoData lorsqu'elle ne l'est pas.

          Dans cet exemple, la valeur d'origine sera conservée dans la sortie, à l'exception de NoData, qui sera remplacée par 0.

          Dans cet exemple, deux rasters différents sont utilisés pour créer le raster conditionnel.

          Dans cet exemple, plusieurs outils Con sont utilisés dans un Con .

          Dans cet exemple, lorsque la valeur du raster conditionnel en entrée est supérieure ou égale à 1500, la valeur en sortie sera 1 lorsqu'elle est inférieure à 1500, la valeur en sortie sera 0.


          Modèle numérique d'élévation (MNE) couplé à un système d'information géographique (SIG) : une approche de la modélisation de l'érosion du bassin versant de Gumara, Éthiopie

          Cette étude décrit les efforts visant à identifier les zones sujettes à l'érosion dans le bassin versant de Gumara à l'aide de données de modèle numérique d'élévation (DEM) couplées à un système d'information géographique (SIG). Le logiciel utilisé pour effectuer l'analyse globale était ESRI ArcGIS v10.3.1 avec l'extension ESRI Spatial Analyst et ArcHydro. Toutes les couches thématiques (à savoir, pente, indice de puissance du cours d'eau, fréquence de drainage, densité de drainage, texture de drainage, relief relatif, courbure du plan, courbure du profil) ont été intégrées et analysées dans un SIG. Une échelle d'évaluation numérique de 1 à 4 a été choisie pour classer les sous-classes de thèmes. La valeur la plus élevée, 4, représente les impacts les plus élevés, tandis que la valeur la plus faible, 1, représente l'impact le plus faible. Environ 21,71 % de la superficie totale du bassin versant est sous une zone d'érosion sévère. Alors que 32,13 %, 23,75 % et 22,42 % de la superficie totale du bassin versant se situent respectivement dans des zones d'érosion modérée, faible et très faible. Dans cet article, le schéma de classification numérique présenté constitue une approche intégrée qui montre comment tirer parti des informations de base sur les bassins versants pour délimiter des zones et des mesures potentielles d'érosion à différentes échelles aux fins de la gestion des bassins versants.

          Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.