Suite

Comment définir les options QGIS dans une application pyqgis autonome


J'ai une application autonome qui utilise l'API QGS pour afficher et interroger les couches de carte. Une couche est une couche WMS-C qui met automatiquement en cache les tuiles, ce qui est génial. Je souhaite également activer un paramètre présent dans QGIS mais je ne sais pas comment l'implémenter dans mon application, à savoir :

  • Utiliser la mise en cache de rendu… (Paramètres -> Options -> Rendu)

J'ai trouvé la clé QSettings pour cela dans QGIS en parcourant la sortie de :

de PyQt4.QtCore importer QSettings s = QSettings().allKeys() pour k dans s : imprimer k

Celui dont j'ai besoin pour accéder/émuler/implémenter est:

Qgis/enable_render_caching

Où puis-je activer/implémenter ces paramètres dans mon application autonome ? Est-ce le paramètre qui est lu par QgsMapCanvas.setCachingEnabled(bool)?


Où puis-je activer/implémenter ces paramètres dans mon application autonome ? Est-ce le paramètre qui est lu parQgsMapCanvas.setCachingEnabled(bool)?

Oui, à ce dernier. C'est ce qui est appelé lorsque la boîte de dialogue Options est confirmée et fermée.

Curieusement, le paramètre de mise en cache n'est lu que surQgisApp::QgisAppinitialisation quandQgisApp::createOverview()est appelé. Dans tous les cas, la valeur par défaut est ON jusqu'à ce que l'utilisateur le définisse autrement.

UtilisantQgsMapCanvas.setCachingEnabled(bool)devrait changer la mise en cache du paramètre à la demande pour vous dans votre application PyQGIS.

Pour régler leqgis/enable_render_caching(notez que la clé peut être sensible à la casse sur certaines plates-formes, c'est-à-dire qu'il s'agit de 'qgis', pas de 'Qgis'), voyez comment cela est fait dans QgsOptions.


Python dans QGIS¶

L'application principale et les bibliothèques de QGIS sont programmées en C++. Néanmoins, Python joue un rôle important dans son écosystème : la plupart des plugins pré-installés et même certains des modules de fournisseur de données sont écrits en Python, et pratiquement toutes les fonctions de l'interface et des bibliothèques sont exportées vers une API Python (Application Programming Interface). Il ne faut qu'un effort modéré pour créer des extensions à QGIS qui s'intègrent de manière transparente dans son interface utilisateur, créer des applications autonomes à l'aide de composants de QGIS, tels qu'une fenêtre de carte ou un backend de données, ou exécuter des scripts personnalisés dans QGIS. Pour vraiment vous plonger dans l'utilisation de Python dans QGIS, consultez le PyQGIS Developer Cookbook qui vous guide d'exemples simples Hello World à l'écriture de vos propres applications.

Aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur les fonctionnalités de base de Python dans QGIS, ou PyQGIS en abrégé. Vous apprendrez à exécuter du code à partir de la console Python intégrée, puis à écrire un script Python simple et enfin à appliquer les fonctionnalités du script à votre propre plugin.


Le rendu¶

Par défaut, QGIS rend toutes les couches visibles chaque fois que le canevas de la carte est actualisé. Les événements qui déclenchent une actualisation du canevas de la carte incluent :

  • Ajout d'une couche
  • Panoramique ou zoom
  • Redimensionner la fenêtre QGIS
  • Modification de la visibilité d'un ou plusieurs calques

QGIS vous permet de contrôler le processus de rendu de plusieurs manières.

Rendu dépendant de l'échelle¶

Le rendu dépendant de l'échelle vous permet de spécifier les échelles minimale et maximale auxquelles une couche (raster ou vecteur) sera visible. Pour définir le rendu dépendant de l'échelle, ouvrez le Propriétés dialogue en double-cliquant sur le calque dans la légende. Sur le Général onglet, cochez la case Visibilité dépendante de l'échelle case à cocher et entrez le Minimum (exclusif) et Maximum (inclus) valeurs d'échelle.

Vous pouvez également activer la visibilité dépendante de l'échelle sur un calque à partir du panneau Calques. Faites un clic droit sur le calque et dans le menu contextuel, sélectionnez Définir la visibilité de l'échelle du calque.

Le bouton Définir à l'échelle actuelle du canevas vous aide à utiliser l'échelle actuelle du canevas de la carte comme limite de la visibilité de la plage.

Lorsqu'une couche n'est pas rendue dans le canevas de la carte en raison de l'échelle de la carte en dehors de sa plage d'échelle de visibilité, la couche est grisée dans le panneau Couches et une nouvelle option Zoom à l'échelle visible apparaît dans le menu contextuel du calque. Sélectionnez-le et la carte est agrandie à l'échelle de visibilité la plus proche de la couche.

Contrôler le rendu de la carte¶

Le rendu de la carte peut être contrôlé de différentes manières, comme décrit ci-dessous.

Suspendre le rendu¶

Pour suspendre le rendu, cliquez sur le bouton /> Rendre case à cocher dans le coin inférieur droit de la barre d'état. Lorsque le /> Rendre la case à cocher n'est pas cochée, QGIS ne redessine pas le canevas en réponse à l'un des événements décrits dans la section Le rendu. Voici des exemples de situations dans lesquelles vous souhaiterez peut-être suspendre le rendu :

  • Ajouter de nombreuses couches et les symboliser avant de dessiner
  • Ajout d'un ou plusieurs grands calques et définition de la dépendance d'échelle avant de dessiner
  • Ajout d'un ou plusieurs grands calques et zoom sur une vue spécifique avant de dessiner
  • Toute combinaison de ce qui précède

Vérification du Rendre La case à cocher active le rendu et provoque une actualisation immédiate du canevas de la carte.

Paramétrer l'option d'ajout de couche¶

Vous pouvez définir une option pour toujours charger de nouveaux calques sans les dessiner. Cela signifie que la couche sera ajoutée à la carte, mais sa case à cocher de visibilité dans la légende sera décochée par défaut. Pour définir cette option, choisissez l'option de menu Paramètres ‣ Options et cliquez sur le Le rendu languette. Décochez la Par défaut, les nouvelles couches ajoutées à la carte doivent être affichées case à cocher. Toute couche ajoutée ultérieurement à la carte sera désactivée (invisible) par défaut.

Arrêter le rendu¶

Pour arrêter le dessin de la carte, appuyez sur la ESC clé. Cela arrêtera l'actualisation du canevas de la carte et laissera la carte partiellement dessinée. Cela peut prendre un peu de temps entre la pression ESC et l'heure à laquelle le dessin de la carte est arrêté.

Il n'est actuellement pas possible d'arrêter le rendu — cela a été désactivé dans le port Qt4 en raison de problèmes d'interface utilisateur (UI) et de plantages.

Influencer la qualité du rendu¶

QGIS a une option pour influencer la qualité de rendu de la carte. Choisissez l'option de menu Paramètres ‣ Options, clique sur le Le rendu onglet et sélectionnez ou désélectionnez Rendre les lignes moins irrégulières au détriment de certaines performances de dessin.

Rendu accéléré¶

Certains paramètres vous permettent d'améliorer la vitesse de rendu. Ouvrez la boîte de dialogue des options de QGIS en utilisant Paramètres ‣ Options, allez au Le rendu et cochez ou décochez les cases suivantes :

    Utilisez la mise en cache de rendu dans la mesure du possible pour accélérer les rafraîchissementsRendu des couches en parallèle en utilisant de nombreux cœurs de processeur puis réglez le Nombre maximum de cœurs à utiliser.
  • La carte s'affiche en arrière-plan sur une image distincte et chaque Intervalle de mise à jour de la carte, le contenu de cette image (hors écran) sera utilisé pour mettre à jour la représentation visible à l'écran. Cependant, si le rendu se termine plus rapidement que cette durée, il sera affiché instantanément.
  • Avec Activer la simplification des fonctionnalités par défaut pour les couches nouvellement ajoutées, vous simplifiez la géométrie des entités (moins de nœuds) et, par conséquent, elles s'affichent rapidement. Sachez que vous pouvez également faire face à des incohérences de rendu.

3 réponses 3

Je pense que QGIS 3.0 et QGIS 3.2 sont essentiellement la même série. QGIS 3.4 sort le 26/10/2018 et appartient également à la même série.

De plus, de nombreux plugins et fonctionnalités sont portés vers les nouvelles versions. Je crois que notre énergie serait mieux utilisée pour essayer d'optimiser la dernière version.

Je crois que seulement 2 balises sont nécessaires à l'avenir : qgis-2 et qgis-3. La balise qgis-3 doit faire référence à l'ensemble de la série "3.x". Les balises qgis-3.0, qgis-3.2 et qgis-3.4 doivent toutes être fusionnées dans qgis-3.

Je pense que la balise qgis n'est pas assez spécifique et posera le même problème lorsque QGIS 4 sortira dans quelques années.

Il n'est pas clair dans la réponse de MapInfoNewbie quoi faire avec la balise qgis, par conséquent, je suppose que la suggestion ici (en réponse à ce qui a été demandé en question) est simplement d'éliminer/synonymiser mineur balises de version telles que qgis-2.8 et qgis-3.2 en faveur respectivement de Majeur balises de version qgis-2 et qgis-3.

Je pense que nous devrions conserver qgis et utiliser les balises de version uniquement lorsque le sujet de la question est spécifique à une version ou à l'autre. D'autre part, la version du logiciel utilisé peut toujours être spécifiée dans le corps du message.

À mon avis, les réponses doivent spécifier la version pour laquelle elles sont écrites. Si l'API change au fil du temps, une mise à jour de la réponse ou une nouvelle réponse doit être ajoutée pour signaler le changement d'API.

Je ne suis pas un ami d'avoir dix copies de la même question pour dix versions de QGIS car cela rend impossible la recherche et la conservation des réponses.

À l'appui de la réponse de MapInfoNewbie, je préférerais supprimer complètement Soit toutes les balises de supplément (qgis.x & qgis-x.x) ou alors la balise sans version qgis, mais alors j'aimerais l'idée de mieux maintenir les balises de version majeure qgis-3 & qgis-2, la raison étant que ces versions fais ont des différences significatives dans la plupart des aspects du logiciel.

J'ai également la foi que la plupart des utilisateurs assumeront la bonne balise de cette façon, contrairement à la situation actuelle et avec la continuation de la balise sans version.

Les très rares cas où une question fait référence à QGIS en général, par ex. en tant que projet (et donc peut-être adapté à une balise sans version) pourrait être intercepté avec, par ex. une balise qgis-project ? Existe-t-il ou existe-t-il déjà des balises similaires et pourrait-il également être nécessaire de les nettoyer ?

Je n'ai aucune connaissance des capacités des systèmes de balises et je ne sais pas si c'est la façon de le faire, mais : serait-il possible de transformer toutes les balises qgis avant la date de sortie de QGIS 3 en la balise qgis-2 de la version principale ? Cela signifierait-il, par conséquent, manuellement modifier toutes les balises chronologiquement suivantes en fonction de la version majeure ?


Classe : QgsCoordinateReferenceSystem¶

Il prend en charge les formats suivants : - "EPSG:<code>" - géré avec createFromOgcWms() - "POSTGIS:<srid>" - géré avec createFromSrid() - "INTERNAL:<srsid>" - géré avec createFromSrsId() - "PROJ4:<proj4>" - géré avec createFromProj4() - "WKT:<wkt>" - géré avec createFromWkt()

Si aucun préfixe n'est spécifié, la définition WKT est supposée.

Paramètres:définition – Une chaîne contenant une définition de système de référence de coordonnées.

createFromString() / // TODO QGIS 3 : supprimez « POSTGIS » et « INTERNAL », autorisez PROJ4 sans le préfixe

QgsCoordinateReferenceSystem(id : int, type : QgsCoordinateReferenceSystem.CrsType = QgsCoordinateReferenceSystem.PostgisCrsId) Constructeur d'un objet CRS à l'aide d'un SRID PostGIS, d'un code EPSG ou d'un ID QGIS CRS interne.

Nous vous encourageons à utiliser le code EPSG, WKT ou Proj4 pour décrire les SCR dans votre code dans la mesure du possible. Les identifiants internes de QGIS CRS ne sont pas garantis comme permanents/involatils.

  • identifiant – L'ID valide pour le type d'ID CRS choisi
  • taper – L'un des types décrits dans CrsType / // TODO QGIS 3 : supprimez le type et utilisez toujours le code EPSG

QgsCoordinateReferenceSystem(srs: QgsCoordinateReferenceSystem) Copier le constructeur

Cette classe représente un système de coordonnées de référence (CRS).

L'objet du système de référence de coordonnées définit une projection cartographique spécifique, ainsi que des transformations entre différents systèmes de référence de coordonnées. Il existe différentes manières de définir un CRS : en utilisant un texte connu (WKT), une chaîne PROJ ou une combinaison d'autorité et de code (par exemple, EPSG:4326). QGIS est livré avec sa base de données interne de systèmes de référence de coordonnées (stockés dans SQLite) qui permet des recherches de CRS et des conversions transparentes entre les différentes définitions.

Le plus souvent, on rencontre deux types de systèmes de coordonnées :

1. Systèmes de coordonnées géographiques - basé sur un système géodésique, normalement avec des coordonnées latitude/longitude en degrés. Le plus courant est le World Geodetic System 84 (WGS84). 2. Systèmes de coordonnées projetées - basé sur un système géodésique avec des coordonnées projetées sur un plan, utilisant généralement des mètres ou des pieds comme unités. Les systèmes de coordonnées projetés courants sont Universal Transverse Mercator ou Albers Equal Area.

En interne, QGIS utilise la bibliothèque proj4 pour tous les calculs derrière les transformations de coordonnées, donc en cas de problème avec les projections, il est préférable d'examiner la représentation PROJ dans l'objet, car c'est la représentation qui sera finalement utilisée.

Les méthodes qui permettent l'inspection des instances CRS incluent isValid(), authid(), description(), toWkt(), toProj4(), mapUnits() et autres. La création d'instances CRS est décrite plus en détail dans la section ref crs_construct_and_copy ci-dessous. Les transformations entre les systèmes de référence de coordonnées sont effectuées à l'aide de la classe QgsCoordinateTransform.

Par exemple, le code suivant créera et inspectera le CRS « réseau national britannique » :

Cela produira la sortie suivante :

Cette section donne un aperçu des différents formats de définition CRS pris en charge :

1. Autorité et Code. Également appelé format OGC WMS dans QGIS, car il a été largement utilisé dans les normes OGC. Ceux-ci sont codés sous la forme <auth>:<code> , par exemple EPSG:4326 fait référence au système WGS84. EPSG est l'autorité la plus couramment utilisée qui couvre un large éventail de systèmes de coordonnées à travers le monde.

Une variante étendue de ce format est OGC URN. La syntaxe de l'URN pour la définition du CRS est urn:ogc:def:crs:<auth>:[<version>]:<code> . Cette classe peut également analyser les URN (les versions sont actuellement ignorées). Par exemple, WGS84 peut être codé sous la forme urn:ogc:def:crs:OGC:1.3:CRS84 .

QGIS ajoute la prise en charge de l'autorité « USER » qui fait référence aux identifiants utilisés en interne dans QGIS. Cette variante est à éviter ou à utiliser avec prudence car les identifiants ne sont pas permanents et font référence à différents CRS sur différentes machines ou profils d'utilisateurs.

Voir les méthodes authid() et createFromOgcWmsCrs().

2. Chaîne PROJ. Il s'agit d'une chaîne constituée d'une série de paires clé/valeur au format suivant : +param1=value1 +param2=value2 […] . C'est le format utilisé nativement par la bibliothèque proj4 sous-jacente. Par exemple, la définition de WGS84 ressemble à ceci :

+proj=longlat +datum=WGS84 +no_defs

Voir les méthodes toProj4() et createFromProj4().

3. Texte connu (WKT). Défini par Open Geospatial Consortium (OGC), il s'agit d'un autre format courant pour définir le CRS. Pour WGS84, la définition de l'OGC WKT est la suivante :

GEOGCS["WGS 84", DATUM["WGS_1984", SPHEROID["WGS 84",6378137,298.257223563,AUTORITÉ["EPSG",,"7030"]], AUTORITÉ["EPSG", "6326"]], PRIMEM[ “Greenwich”,0,AUTORITÉ[“EPSG”,,”8901”]], UNITÉ[“degré”,0.0174532925199433,AUTORITÉ[“EPSG”,,”9122”]], AUTORITE[“EPSG”,,”4326”]]

Voir les méthodes toWkt() et createFromWkt().

La base de données CRS fournie avec QGIS est stockée dans une base de données SQLite (voir QgsApplication.srsDatabaseFilePath()) et elle est basée sur les fichiers de données gérés par le projet GDAL (une variété de fichiers .csv et .wkt).

Parfois, il arrive que les utilisateurs aient besoin d'utiliser une définition de CRS qui n'est pas bien connue ou qui a été créée uniquement dans un but précis (et donc sa définition n'est pas disponible dans notre base de données de CRS). Chaque fois qu'une nouvelle définition CRS est vue, elle sera ajoutée à la base de données locale (dans le répertoire personnel de l'utilisateur, voir QgsApplication.qgisUserDatabaseFilePath()). QGIS dispose également d'une interface graphique pour la gestion des définitions CRS personnalisées locales.

Il existe donc deux bases de données : une pour les définitions CRS expédiées et une pour les définitions CRS personnalisées. Les CRS personnalisés ont des identifiants internes (accessibles avec srsid()) supérieurs ou égaux à la référence USER_CRS_START_ID. Les bases de données CRS locales ne doivent jamais être accessibles directement avec les fonctions SQLite, mais vous devez utiliser l'API QgsCoordinateReferenceSystem pour les recherches CRS et pour la gestion des CRS personnalisés.

Dans certains cas (surtout lors du chargement d'une couche de carte), QGIS essaiera de s'assurer que la couche de carte CRS donnée est valide en utilisant l'appel validate(). Sinon, une fonction de validation personnalisée sera appelée - une telle fonction peut par exemple afficher une interface graphique pour la sélection manuelle du CRS. La fonction de validation est configurée à l'aide de setCustomCrsValidation(). Si la validation échoue ou qu'aucune fonction de validation n'est définie, le CRS par défaut est attribué (WGS84). L'application QGIS enregistre sa fonction de validation qui agira en fonction des paramètres de l'utilisateur (soit afficher la boîte de dialogue de sélection du CRS, soit utiliser le projet/le CRS personnalisé).

Le moyen le plus simple de créer des instances CRS consiste à utiliser le constructeur QgsCoordinateReferenceSystem(const QString&) qui reconnaît automatiquement le format de définition de la chaîne donnée.

La création d'un objet CRS implique certaines requêtes dans une base de données SQLite locale, ce qui peut être potentiellement coûteux. Par conséquent, les méthodes de création de CRS utilisent un cache interne pour éviter les recherches inutiles dans la base de données. Si la base de données CRS est modifiée, il est alors nécessaire d'appeler invalidateCache() pour s'assurer que les enregistrements obsolètes ne sont pas renvoyés depuis le cache.

Depuis QGIS 2.16, les objets QgsCoordinateReferenceSystem sont implicitement partagés.

Il existe deux versions différentes de WKT : l'une est définie par l'OGC, l'autre est la norme utilisée par ESRI. Ils se ressemblent beaucoup, mais ce ne sont pas les mêmes. QGIS est capable de consommer les deux saveurs.

authentifié Renvoie l'identifiant d'autorité pour le CRS.
bornes Renvoie les limites approximatives de la région dans laquelle le SCR est utilisable.
createFromId Définit ce SCR en recherchant l'ID donné dans la base de données du SCR.
createFromOgcWmsCrs Définit ce SCR sur les systèmes de référence de coordonnées au format OGC WMS.
createFromProj4 Définit ce SCR en lui passant une chaîne formatée de style PROJ.
createFromSrid Définit ce SCR en recherchant le SRID PostGIS donné dans la base de données du SCR.
createFromSrsId Définit ce CRS en recherchant l'ID QGIS CRS interne dans la base de données CRS.
createFromString Configurez ce SCR à partir d'une définition de chaîne.
createFromUserInput Configurez ce SCR à partir de divers formats de texte.
créer à partir de la semaine Définit ce SCR à l'aide d'une définition WKT.
la description Renvoie le nom descriptif du CRS, par exemple « WGS 84 » ou « GDA 94 / Vicgrid94 ».
ellipsoïdeAcronyme Renvoie l'acronyme ellipsoïde de l'ellipsoïde utilisé par le CRS.
findMatchingProj Parcourt les bases de données CRS (base de données système et utilisateur) en essayant de faire correspondre la chaîne PROJ stockée à une entrée de base de données afin de remplir d'autres informations sur CRS.
de EpsgId Crée un CRS à partir d'un ID EPSG donné.
deOgcWmsCrs Crée un CRS à partir d'une chaîne de système de référence de coordonnées au format OGC WMS.
deProj4 Crée un SCR à partir d'une chaîne formatée de style proj4.
deSrsId Crée un CRS à partir d'un ID QGIS SRS spécifié.
deWkt Crée un SCR à partir d'une chaîne de définition de système de référence spatiale WKT.
géographiqueCrsAuthId Renvoie l'identifiant d'authentification du CRS géographique associé
aAxeInversé Renvoie si l'axe est inversé (par exemple, pour WMS 1.3) pour le CRS.
invaliderCache Efface le cache interne utilisé pour initialiser les objets QgsCoordinateReferenceSystem.
estGéographique Renvoie si le SCR est un SCR géographique (en utilisant les coordonnées lat/lon)
est valable Retourne si ce CRS est correctement initialisé et utilisable
mapUnités Renvoie les unités de la projection utilisée par le SCR.
postgisSrid Renvoie le SRID PostGIS pour le CRS.
projectionAcronyme Renvoie l'acronyme de projection pour la projection utilisée par le SCR.
lireXml Restaure l'état du nœud DOM donné.
récentesProjections Renvoie une liste des projections récemment utilisées
saveAsUserCrs Enregistrez la chaîne proj4 en tant que CRS personnalisé.
setValidationHint Définir un indice utilisateur pour la validation
setupESRIWktFix Assurez-vous que l'importation ESRI WKT est effectuée correctement.
srsid Renvoie l'ID CRS interne, s'il est disponible.
syncBase de données Mettre à jour les paramètres du proj.4 dans notre base de données à partir du proj.4
àProj4 Renvoie une représentation sous forme de chaîne Proj4 de ce SCR.
àWkt Renvoie une représentation WKT de ce SCR.
valideSrsIds Renvoie une liste de tous les ID SRS valides présents dans la base de données CRS.
valider Effectuez une validation sur ce SCR.
validationIndice Obtient un indice utilisateur pour la validation
écrireXml Stocke l'état dans le nœud Dom donné dans le document donné.

EpsgCrsId = 2InternalCrsId = 0PostgisCrsId = 1authentifié ( soi ) → str¶

Renvoie l'identifiant d'autorité pour le CRS.

L'identifiant comprend à la fois l'autorité (par exemple, EPSG) et le numéro CRS (par exemple, 4326). C'est la meilleure méthode à utiliser lors de l'affichage d'un identifiant CRS très court à un utilisateur, par exemple, "EPSG:4326".

Si l'objet CRS est un CRS personnalisé (introuvable dans la base de données), la méthode renverra l'ID QGIS CRS interne avec l'autorité "QGIS", par exemple "QGIS:100005"

Retour:l'identifiant d'autorité pour ce SIR

Renvoie les limites approximatives de la région dans laquelle le SCR est utilisable.

Les limites renvoyées représentent l'étendue de latitude et de longitude pour la projection dans le WGS 84 CRS.

Définit ce SCR en recherchant l'ID donné dans la base de données du SCR.

Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

Nous vous encourageons à utiliser le code EPSG, WKT ou Proj4 pour décrire les SCR dans votre code dans la mesure du possible. Les identifiants internes de QGIS CRS ne sont pas garantis comme permanents/involatils. / // TODO QGIS 3: supprimer le type et toujours utiliser le code EPSG, renommer en createFromEpsg

Définit ce SCR sur les systèmes de référence de coordonnées au format OGC WMS.

Accepte à la fois le format "<auth>:<code>" et l'URN OGC "urn:ogc:def:crs:<auth>:[<version>]:<code>". Il reconnaît également les autorités « QGIS », « USER », « CUSTOM », qui ont toutes la même signification et font référence aux ID CRS internes de QGIS.

Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

cette méthode utilise un cache interne. Appelez invalidateCache() pour vider le cache.

fromOgcWmsCrs() / // TODO QGIS 3 : supprimez "QGIS" et "CUSTOM", ne supporte que "USER" (également renvoyé par authid())

Définit ce SCR en lui passant une chaîne formatée de style PROJ.

La chaîne sera analysée et les membres de projection et d'ellipsoïde définis et le reste de la chaîne proj4 sera stocké dans le membre parameters. La raison en est que nous pouvons facilement présenter à l'utilisateur une représentation en « langage naturel » de la projection et de l'ellipsoïde en les recherchant dans la base de données sqlite srs.db.

Nous essayons de faire correspondre la chaîne proj4 à l'ID QGIS CRS interne en utilisant la logique suivante :

  • effectuer une recherche de texte entier sur la chaîne proj4 (si non nulle)
  • si aucune correspondance n'est trouvée, divisez proj4 en paramètres individuels et essayez de trouver

une correspondance où les paramètres sont dans un ordre différent - si aucun des éléments ci-dessus ne correspond, utilisez findMatchingProj()

Paramètres:chaîneproj – Une chaîne au format proj4
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

Certains membres peuvent être laissés vides si aucune correspondance ne peut être trouvée dans la base de données CRS.

cette méthode utilise un cache interne. Appelez invalidateCache() pour vider le cache.

Définit ce SCR en recherchant le SRID PostGIS donné dans la base de données du SCR.

Paramètres:srid – Le SRID PostGIS pour le système de référence spatiale souhaité.
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux / // TODO QGIS 3: supprimer à moins que cela ne soit vraiment nécessaire - utilisons plutôt les codes EPSG
createFromSrsId ( soi, srsId : entier ) → bool

Définit ce CRS en recherchant l'ID QGIS CRS interne dans la base de données CRS.

Si le srsid est < USER_CRS_START_ID, la base de données CRS système est utilisée, sinon la base de données CRS locale de l'utilisateur du répertoire de base est utilisée.

Paramètres:srsId – L'ID QGIS CRS interne pour le système de référence spatiale souhaité.
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

cette méthode utilise un cache interne. Appelez invalidateCache() pour vider le cache.

Configurez ce SCR à partir d'une définition de chaîne.

Il prend en charge les formats suivants : - "EPSG:<code>" - géré avec createFromOgcWms() - "POSTGIS:<srid>" - géré avec createFromSrid() - "INTERNAL:<srsid>" - géré avec createFromSrsId() - "PROJ4:<proj4>" - géré avec createFromProj4() - "WKT:<wkt>" - géré avec createFromWkt()

Si aucun préfixe n'est spécifié, la définition WKT est supposée.

Paramètres:définition – Une chaîne contenant une définition de système de référence de coordonnées.
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux
createFromUserInput ( soi, définition : str ) → bool

Configurez ce SCR à partir de divers formats de texte.

Formats valides : chaîne WKT, "EPSG:n", "EPSGA:n", "AUTO:proj_id,unit_id,lon0,lat0", "urn:ogc:def:crs:EPSG.n", chaîne PROJ, nom de fichier (avec Chaîne WKT, XML ou PROJ), nom bien connu (comme NAD27, NAD83, WGS84 ou WGS72), ESRI.[chaîne WKT] (directement ou dans un fichier), « IGNF:xxx »

Paramètres:définition – Une chaîne contenant une définition de système de référence de coordonnées.
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

cette fonction génère une chaîne WKT en utilisant OSRSetFromUserInput() et la transmet à la fonction createFromWkt(). / // TODO QGIS3: renommer en createFromStringOGR donc il est clair que c'est similaire à createFromString, juste un backend différent

Définit ce SCR à l'aide d'une définition WKT.

Si le code EPSG de la définition WKT peut être déterminé, il est extrait et createFromOgcWmsCrs() est utilisé pour initialiser l'objet. Sinon, le WKT sera converti en une chaîne proj4 et createFromProj4() configurera l'objet.

Paramètres:sem – Le WKT pour le système de référence spatiale souhaité.
Retour:Vrai en cas de succès sinon faux

Certains membres peuvent être laissés vides si aucune correspondance ne peut être trouvée dans la base de données CRS.

cette méthode utilise un cache interne. Appelez invalidateCache() pour vider le cache.

Renvoie le nom descriptif du CRS, par exemple « WGS 84 » ou « GDA 94 / Vicgrid94 ». Dans la plupart des cas, c'est la meilleure méthode à utiliser pour montrer un identifiant convivial pour le CRS à un utilisateur.

Retour:nom descriptif du CRS

une chaîne vide sera retournée si la description n'est pas disponible pour le CRS

Renvoie l'acronyme ellipsoïde de l'ellipsoïde utilisé par le CRS.

Retour:l'acronyme officiel proj4 de l'ellipoïde

une chaîne vide sera retournée si l'ellipsoidAcronym n'est pas disponible pour le CRS

Parcourt les bases de données CRS (base de données système et utilisateur) en essayant de faire correspondre la chaîne PROJ stockée à une entrée de base de données afin de remplir d'autres informations sur CRS.

Les acronymes ellipsoïde et projection doivent être définis ainsi que la chaîne proj4 !

Retour:long le SrsId du CRS correspondant, zéro si aucune correspondance n'a été trouvée // TODO QGIS 3: semble complètement obsolète maintenant (ne compare que proj4 - déjà fait dans createFromProj4)
fromEpsgId ( epsg : entier ) → QgsCoordinateReferenceSystem¶

Crée un SCR à partir d'un ID EPSG donné.

Paramètres:EPSG – ID CRS epsg
Retour:CRS correspondant, ou CRS invalide si la chaîne n'a pas pu être trouvée

Crée un CRS à partir d'une chaîne de système de référence de coordonnées au format OGC WMS.

Paramètres:ogcCrs – Définition CRS conforme à l'OGR, par exemple, « EPSG:4326 »
Retour:CRS correspondant, ou CRS invalide si la chaîne n'a pas pu être trouvée

Crée un SCR à partir d'une chaîne formatée de style proj4.

Paramètres:proj4 – chaîne de format proj4
Retour:CRS correspondant, ou CRS invalide si la chaîne n'a pas pu être trouvée

Crée un CRS à partir d'un ID QGIS SRS spécifié.

Paramètres:srsId – ID QGIS SRS interne
Retour:CRS correspondant, ou CRS invalide si l'ID n'a pas pu être trouvé

Crée un SCR à partir d'une chaîne de définition de système de référence spatiale WKT.

Paramètres:sem – WKT pour le système de référence spatial souhaité.
Retour:CRS correspondant, ou CRS invalide si la chaîne n'a pas pu être trouvée

Renvoie l'identifiant d'authentification du CRS géographique associé

aAxeInversé ( soi ) → bool

Renvoie si l'axe est inversé (par exemple, pour WMS 1.3) pour le CRS.

Retour:vrai si l'axe CRS est inversé
invaliderCache ( ) ¶

Efface le cache interne utilisé pour initialiser les objets QgsCoordinateReferenceSystem. Cela doit être appelé chaque fois que la base de données srs a été modifiée afin de s'assurer que des objets CRS obsolètes ne sont pas créés.

Renvoie si le SCR est un SCR géographique (en utilisant les coordonnées lat/lon)

Retour:vrai si le SCR est géographique, ou faux s'il s'agit d'un SCR projeté
est valable ( soi ) → bool

Retourne si ce CRS est correctement initialisé et utilisable

mapUnits ( soi ) → QgsUnitTypes.DistanceUnit¶

Renvoie les unités de la projection utilisée par le SCR.

Renvoie le SRID PostGIS pour le CRS.

Retour:l'identifiant PostGIS spatial_ref_sys pour ce CRS (par défaut à 0) / // TODO QGIS 3: supprimer sauf si vraiment nécessaire - utilisons plutôt les codes EPSG
projectionAcronyme ( soi ) → str¶

Renvoie l'acronyme de projection pour la projection utilisée par le SCR.

Retour:l'acronyme officiel proj4 pour la famille de projection

une chaîne vide sera renvoyée si projectionAcronym n'est pas disponible pour le CRS

Restaure l'état du nœud DOM donné. S'il échoue ou si le nœud est vide, un CRS vide par défaut sera renvoyé.

Paramètres:nœud – Le nœud à partir duquel l'état sera restauré
Retour:bool Vrai en cas de succès, Faux en cas d'échec
recentProjections ( ) → List[str]¶

Renvoie une liste des projections récemment utilisées

Retour:liste des srsid pour les projections récemment utilisées

Enregistrez la chaîne proj4 en tant que CRS personnalisé.

Renvoie le nouveau SCR srsid(), ou -1 si le SCR n'a pas pu être enregistré.

setValidationHint ( soi, html : chaîne ) ¶

Définir un indice utilisateur pour la validation

Assurez-vous que l'importation ESRI WKT est effectuée correctement. Ceci est requis pour une importation correcte du fichier de formes CRS lorsque vous utilisez gdal>= 1.9.

Cette fonction est appelée par createFromUserInput() et QgsOgrProvider.crs(), il n'est généralement pas nécessaire de l'appeler d'ailleurs.

Cette fonction définit l'option de configuration CPL GDAL_FIX_ESRI_WKT sur une valeur appropriée, à moins qu'elle n'ait été définie par l'utilisateur via la ligne de commande ou une variable d'environnement. Pour plus de détails, reportez-vous à OGRSpatialReference.morphFromESRI() .

Renvoie l'ID CRS interne, s'il est disponible.

Retour:la clé primaire interne sqlite3 srs.db pour ce CRS
staticMetaObject = <PyQt5.QtCore.QMetaObject objet>¶ syncDatabase ( ) → int¶

Mettre à jour les paramètres du proj.4 dans notre base de données à partir du proj.4

Retour:nombre de CRS mis à jour en cas de succès et nombre négatif de mises à jour échouées en cas d'erreurs.

Ceci est utilisé en interne et ne devrait pas être nécessaire pour appeler le code client

Renvoie une représentation sous forme de chaîne Proj4 de ce SCR.

Si des clés proj et ellps sont trouvées dans les paramètres, elles seront supprimées et les acronymes de projection et d'ellipsoïde seront remplacés par ceux-ci.

Retour:Chaîne de format Proj4 qui définit ce SCR.

une chaîne vide sera retournée si le CRS n'a pas pu être représenté par une chaîne Proj4

Renvoie une représentation WKT de ce SCR.

Retour:chaîne contenant WKT du CRS

Renvoie une liste de tous les ID SRS valides présents dans la base de données CRS. Toutes les valeurs renvoyées peuvent être transmises en toute sécurité à fromSrsId() pour créer un nouvel objet QgsCoordinateReferenceSystem valide.

Effectuez une validation sur ce SCR. Si le CRS ne valide pas, les paramètres de comportement par défaut des couches avec un CRS inconnu seront consultés et traités en conséquence. En enfer ou en haute mer, cette méthode fera de son mieux pour s'assurer que ce CRS est valide - même si cela implique de recourir à une valeur par défaut codée en dur de geocs:wgs84.

Il n'est généralement pas nécessaire d'utiliser cette fonction, sauf si vous essayez de forcer ce SCR à être valide.

Obtient un indice utilisateur pour la validation

writeXml ( soi, nœud : QDomNode, doc : QDomDocument ) → bool


Cette page comporte plusieurs onglets qui vous guideront tout au long du processus de téléchargement, d'installation et de licence d'une copie personnelle des applications répertoriées ici. Vous devez être un étudiant, un professeur ou un membre du personnel actuel de l'Université de Washington et avoir des informations d'identification WUSTL Key valides pour accéder aux fichiers d'installation.

Sélectionnez l'onglet associé à l'application que vous souhaitez utiliser puis Suivez les instructions pour terminer le processus.

Lorsque vous êtes dirigé vers le dossier de téléchargement, assurez-vous de sélectionner les bons fichiers correspondant aux instructions que vous suivez.

Le SIG et d'autres applications sont disponibles dans le Research Studio au niveau A de la bibliothèque Olin. Consultez le guide du Studio de recherche pour plus d'informations.

Les étudiants, les professeurs et le personnel actuels de WashU peuvent obtenir une copie entièrement fonctionnelle du ArcGIS Desktop Logiciel. Cette application est un système d'information géographique populaire qui permet la création de cartes, la création et la gestion de données spatiales et l'analyse spatiale. La plupart des cours SIG enseignés à WashU utilisent actuellement la plate-forme ArcGIS Desktop. si vous installez cette application à utiliser pour un cours spécifique, vérifiez auprès de votre instructeur pour vous assurer que vous installez la bonne version. Consultez cette page pour voir si votre ordinateur répond à la configuration système minimale requise pour exécuter ArcGIS Desktop. Les utilisateurs disposant d'informations d'identification de clé WUSTL actives peuvent suivre les étapes ci-dessous pour télécharger et installer le logiciel :

  1. To install or renew your copy of ArcGIS Desktop, access the Data Services Software Request form to enter your personal information. Upon completion, the form will provide a link to our software distribution folder on Box you will need to login using your WUSTL Key to gain access.
    • If you are installing the software for the first time:
      • Open the ArcGIS Desktop folder and save all files to your local system.
    • If you are renewing an existing license:
      • Open the software folder and download the file with the (.prvc) extension
      • Right click the PRVC file and "Open with Software Administrator"
      • Proceed to Step 8 below to complete the authorization process.
  2. On your local system, browse to the downloaded files, right click the 'exe' file, and choose "Run as Administrator"
  3. The installation application will prompt you to accept the location to extract files. click Next to accept. The installation files will extract to the target directory. when the process completes, ensure that 'Launch the setup program' is checked and click Close.

  4. The installation will begin, click Next. accept the Master Agreement by clicking the radio button, then click Next to continue.
  5. Click through the next few screens to:
    ensure the setup type is "Compete", click Next . accept the default installation location, click Next.

The license will expire on the same schedule as our WU ESRI Site License. You will receive warning notices when you open ArcMap (or other ArcGIS application) beginning several weeks prior to the expiration date. We will post instructions on this page so that you may renew when new licenses are available.

Current WashU students, faculty and staff may obtain a fully functional copy of the ArcGIS Pro software. This application enables map creation, spatial data creation and management, and spatial analysis. Most of the courses taught at WashU currently use the ArcGIS Desktop platform. if you are installing ArcGIS to use for a specific class check with your instructor to make sure you install the correct version. Check this page to see if your computer meets the minimum system requirements to run ArcGIS Pro. Users with active WUSTL Key credentials can follow the steps below to download and install the software:

  1. Access the Data Services Software Request form to enter your personal information. Upon completion, the form will provide a link to our software distribution folder on Box you will need to login using your WUSTL Key to gain access.
  2. Open the ArcGIS Pro folder and save all file(s) to your local system.
  3. On your local system, browse to the downloaded file(s), right click the 'exe' file, and choose "Run as Administrator"

  4. Most of the subsequent windows will include the appropriate default setting. verify that your screens match those shown below and then click Next to proceed. once the files are extracted, click Done.

  • To activate the software, "Sign In" to the WUSTL ArcGIS Online Organization using the link at the top right.
  • Sign in using the Enterprise Login prompt as follows:
    Enter "wustl" as your Organization's URL.

Click on Washington University and.

ArcGIS Online is a cloud based suite of GIS tools that run in your browser and facilitate web map creation and publishing. Washington University students, faculty, and staff may use their active WUSTL Key credentials to open an account in the WU AGOL Organization in order to create and share interactive online maps the account will also give you access to many ESRI training resources. Keep in mind, certain functions on the AGOL platform consume 'credits' and your account will initially be assigned a limited credit budget. If you attempt an operation that requires more credits than you currently have, you will receive an error. Contact Data Services to describe your needs and discuss options to resolve the issue.

To set up your account

At the Enterprise Login prompt, click on Washington University

If you are prompted for the URL, enter "wustl" and click Continue

Enter your WUSTL Key Credentials in the familiar prompt

You now have an account in the WashU ArcGIS AGOL Organization and should now see the AGOL Home screen (see below). Please take a moment to open your profile (click the 'person' icon at the upper right) and fill in your page to include:

Please use the "Bio" section to add:

Status: Student, Faculty, Staff, other

WU department or affiliation

To get started with ArcGIS Online, see this page for tutorials and links to online training content. To work with Storymaps, use the App Launcher icon (grid pattern of squares in the upper right of the AGOL window) to access that application or visit storymaps.arcgis.com and "Sign In" with your WUSTL Key if prompted.

GIS software can be installed at no cost in WashU computing labs and on any other university computers. Labs that are open to general student usage, should install both the ArcGIS Desktop and ArcGIS Pro applications since users may have different needs. For lab-based systems, teaching labs, or other desktop systems that will always be connected to the WU network license authentication will be handled by our License Server. Laptops or desktop systems that will be 'offline', (i.e. away from the WU network) will need to authenticate using a 'single-use' license (see this page for those instructions). The following steps will guide you through the process of installing both ArcGIS Desktop (step 2) and ArcGIS Pro (step 3) applications on a WU networked computer. Contact Data Services if you experience any problems.

  1. Access the Data Services Software Request form to enter your personal information. Upon completion, the form will provide a link to our software distribution folder on Box you will need to login using your WSUTL Key to gain access. Save the ArcGIS Desktop and ArcGIS Pro folders to the target systems.
  2. To install ArcGIS Desktop:
    • Browse to the downloaded ArcGIS Desktop folder, right click the 'exe' file, and choose "Run as Administrator"
    • The installation application will prompt you to accept the location to extract files. click Next to accept. The installation files will extract to the target directory. when the process completes, ensure that 'Launch the setup program' is checked and click Close.

    • The installation will begin, click Next. accept the Master Agreement by clicking the radio button, then click Next to continue.
    • Click through the next few screens to:
      ensure the setup type is "Compete", click Next . accept the default installation location, click Next.

    • . set the Python Destination folder, click Next. check (or not) the ESRI User Experience Program, then click Install.
    • The software will install. a progress bar indicates the system is working. click Finish when the process completes.

    • Now the Authorization wizard will open and you will authorize the software as follows.
      Click on Advanced (ArcInfo) Concurrent Use, then fill in the name of the License Manager server "gis_license.wustl.edu" as shown below. click OK to continue.

    • The installation is complete and the ArcGIS Administrator will open. Verify the software is installed and authorized by clicking the "Availability" window. Ensure that a mid-August expiration date of the appropriate year appears.
    • Cancel this window and open ArcMap to test the installation. The application will automatically authenticate when a user starts the program. Our license server is usually updated with a renewed license in mid-August. Your system should not require any attention to update the license.
  3. To install ArcGIS Pro:


  • The Setup Program should launch automatically.
    Close any running programs and click Next. Accept the master Agreement, click Next.





  • ArcGIS Pro is licensed using a 'Named User' model and you will need to join the WashU ArcGIS Online Organization to become a named user. To activate the software, Users will need to "Sign In" to the WUSTL ArcGIS Online Organization using the link at the top right.
  • Sign in using the Enterprise Login prompt as follows:
    • Enter "wustl" as your Organization's URL.

    • . enter your WUSTL Key credentials

    • Now the User will see their login name in the upper right corner and may begin using the software.

    Updating QGIS

    QGIS software typically needs to be updated in the following cases:

    • A maintenance release fixes bugs or provides a useful new feature. For example QGIS version 3.12.2 is released and updates previously installed 3.12.1.
    • A version that was previously installed as the current release needs to be updated to be the long-term release. This has the side-effect that (on Windows) the C:Program FilesQGIS 3.12appsqgis-ltrpython folder is used for long-term release rather than C:Program FilesQGIS 3.12appsqgispython folder that is used for latest release. Python tools should therefore check for the qgis-ltr folder as well as qgis in order to always find necessary files for PYTHONPATH .

    The version number for running QGIS software can be determined by using the Help / About menu. The version for standalone QGIS should agree with the installation folder and Start / QGIS N.N menu. The version for OSGeo4W installation must be determined using the Help / About menu.

    Performing an update may cause the old version to be uninstalled and the new version to install. Therefore, additional installation steps may be required after an update, for example if additional Python packages need to be reinstalled.

    See details in subsections for each operating system:


    9.6. Running QGIS with advanced settings¶

    9.6.1. Command line and environment variables¶

    We’ve seen that launching QGIS is done as for any application on your OS. QGIS provides command line options for more advanced use cases (in some cases you can use an environment variable instead of the command line option). To get a list of the options, enter qgis --help on the command line, which returns:

    Example Using command line arguments

    You can start QGIS by specifying one or more data files on the command line. For example, assuming you are in the qgis_sample_data directory, you could start QGIS with a vector layer and a raster file set to load on startup using the following command: qgis ./raster/landcover.img ./gml/lakes.gml

    9.6.1.1. --version ¶

    This option returns QGIS version information.

    9.6.1.2. --snapshot ¶

    This option allows you to create a snapshot in PNG format from the current view. This comes in handy when you have many projects and want to generate snapshots from your data, or when you need to create snapshots of the same project with updated data.

    Currently, it generates a PNG file with 800x600 pixels. The size can be adjusted using the --width and --height arguments. The filename can be added after --snapshot . Par example:

    9.6.1.3. --width ¶

    This option returns the width of the snapshot to be emitted (used with --snapshot ).

    9.6.1.4. --height ¶

    This option returns the height of the snapshot to be emitted (used with --snapshot ).

    9.6.1.5. --lang ¶

    Based on your locale, QGIS selects the correct localization. If you would like to change your language, you can specify a language code. For example, qgis --lang it starts QGIS in Italian localization.

    9.6.1.6. --project ¶

    Starting QGIS with an existing project file is also possible. Just add the command line option --project followed by your project name and QGIS will open with all layers in the given file loaded.

    9.6.1.7. --extent ¶

    To start with a specific map extent use this option. You need to add the bounding box of your extent in the following order separated by a comma:

    This option probably makes more sense when paired with the --project option to open a specific project at the desired extent.

    9.6.1.8. --nologo ¶

    This option hides the splash screen when you start QGIS.

    9.6.1.9. --noversioncheck ¶

    Skip searching for a new version of QGIS at startup.

    9.6.1.10. --noplugins ¶

    If you have trouble at start-up with plugins, you can avoid loading them at start-up with this option. They will still be available from the Plugins Manager afterwards.

    9.6.1.11. --nocustomization ¶

    Using this option, any existing GUI customization will not be applied at startup. This means that any hidden buttons, menu items, toolbars, and so on, will show up on QGIS start up. This is not a permanent change. The customization will be applied again if QGIS is launched without this option.

    This option is useful for temporarily allowing access to tools that have been removed by customization.

    9.6.1.12. --customizationfile ¶

    Using this option, you can define a UI customization file, that will be used at startup.

    9.6.1.13. --globalsettingsfile ¶

    Using this option, you can specify the path for a Global Settings file ( .ini ), also known as the Default Settings. The settings in the specified file replace the original inline default ones, but the user profiles’ settings will be set on top of those. The default global settings is located in your_QGIS_PKG_path/resources/qgis_global_settings.ini .

    Presently, there’s no way to specify a file to write settings to therefore, you can create a copy of an original settings file, rename, and adapt it.

    Setting the qgis_global_setting.ini file path to a network shared folder, allows a system administrator to change global settings and defaults in several machines by only editing one file.

    The equivalent environment variable is QGIS_GLOBAL_SETTINGS_FILE .

    9.6.1.14. --authdbdirectory ¶

    This option is similar to --globalsettingsfile , but defines the path to the directory where the authentication database will be stored and loaded.

    9.6.1.15. --code ¶

    This option can be used to run a given python file directly after QGIS has started.

    For example, when you have a python file named load_alaska.py with following content:

    Assuming you are in the directory where the file load_alaska.py is located, you can start QGIS, load the raster file landcover.img and give the layer the name ‘Alaska’ using the following command:

    9.6.1.16. --defaultui ¶

    On load, permanently resets the user interface (UI) to the default settings. This option will restore the panels and toolbars visibility, position, and size. Unless it’s changed again, the default UI settings will be used in the following sessions.

    Notice that this option doesn’t have any effect on GUI customization . Items hidden by GUI customization (e.g. the status bar) will remain hidden even using the --defaultui option. See also the --nocustomization option.

    9.6.1.17. --hide-browser ¶

    On load, hides the Browser panel from the user interface. The panel can be enabled by right-clicking a space in the toolbars or using the View ► Panels ( Settings ► Panels in Linux KDE).

    Unless it’s enabled again, the Browser panel will remain hidden in the following sessions.

    9.6.1.18. --dxf-* ¶

    These options can be used to export a QGIS project into a DXF file. Several options are available:

    –dxf-export: the DXF filename into which to export the layers

    –dxf-extent: the extent of the final DXF file

    –dxf-symbology-mode: several values can be used here: none (no symbology), symbollayer (Symbol layer symbology), feature (feature symbology)

    –dxf-scale-denom: the scale denominator of the symbology

    –dxf-encoding: the file encoding

    –dxf-map-theme: choose a map theme from the layer tree configuration.

    9.6.1.19. --take-screenshots ¶

    Takes screenshots for the user documentation. Can be used together with --screenshots-categories to filter which categories/sections of the documentation screenshots should be created (see QgsAppScreenShots::Categories).

    9.6.1.20. --profile ¶

    Loads QGIS using a specific profile from the user’s profile folder. Unless changed, the selected profile will be used in the following QGIS sessions.

    9.6.1.21. --profiles-path ¶

    With this option, you can choose a path to load and save the profiles (user settings). It creates profiles inside a profiles folder, which includes settings, installed plugins, processing models and scripts, and so on.

    This option allows you to, for instance, carry all your plugins and settings in a flash drive, or, for example, share the settings between different computers using a file sharing service.

    The equivalent environment variable is QGIS_CUSTOM_CONFIG_PATH .

    9.6.1.22. --version-migration ¶

    If settings from an older version are found (par exemple., the .qgis2 folder from QGIS 2.18), this option will import them into the default QGIS profile.

    9.6.1.23. --openclprogramfolder ¶

    Using this option, you can specify an alternative path for your OpenCL programs. This is useful for developers while testing new versions of the programs without needing to replace the existing ones.

    The equivalent environment variable is QGIS_OPENCL_PROGRAM_FOLDER .

    9.6.2. Deploying QGIS within an organization¶

    If you need to deploy QGIS within an organization with a custom configuration file, first you need to copy/paste the content of the default settings file located in your_QGIS_PKG_path/resources/qgis_global_settings.ini . This file already contains some default sections identified by a block starting with [] . We recommend that you keep these defaults values and add your own sections at the bottom of the file. If a section is duplicated in the file, QGIS will take the last one from top to bottom.

    You can change allowVersionCheck=false to disable the QGIS version check.

    If you do not want to display the migration window after a fresh install, you need the following section:

    If you want to add a custom variable in the global scope:

    To discover the possibilities of the settings INI file, we suggest that you set the config you would like in QGIS Desktop and then search for it in your INI file located in your profile using a text editor. A lot of settings can be set using the INI file such as WMS/WMTS, PostGIS connections, proxy settings, maptips…

    Finally, you need to set the environment variable QGIS_GLOBAL_SETTINGS_FILE to the path of your customized file.

    In addition, you can also deploy files such as Python macros, color palettes, layout templates, project templates… either in the QGIS system directory or in the QGIS user profile.

    Layout templates must be deployed in the composer_templates directory.

    Project templates must be deployed in the project_templates directory.

    Custom Python macros must be deployed in the python directory.

    © Copyright 2002-now, QGIS project. Last updated on Jul 01, 2021 09:02.


    Sample Session: Load raster and vector layers¶

    Now that you have QGIS installed and a sample dataset available, we would like to demonstrate a short and simple QGIS sample session. We will visualize a raster and a vector layer. We will use:

    • les landcover raster layer i.e., qgis_sample_data/raster/landcover.img
    • et le lakes vector layer i.e., qgis_sample_data/gml/lakes.gml .
    1. Start QGIS as seen in Starting and Stopping QGIS
    2. Clique sur le Add Raster Layer icon.
    3. Browse to the folder qgis_sample_data/raster/ , select the ERDAS IMG file landcover.img and click [Open].
    4. If the file is not listed, check if the Files of type combo box at the bottom of the dialog is set on the right type, in this case Erdas Imagine Images (*.img *.IMG).
    5. Now click on the Add Vector Layer icon.
    6. Déposer should be selected as Source Type in the new Add vector layer dialog. Now click [Browse] to select the vector layer.
    7. Browse to the folder qgis_sample_data/gml/ , select Geography Markup Language [GML] [OGR] (*.gml *.GML) du Filtre combo box, then select the GML file lakes.gml and click [Open]. Dans le Add vector layer dialog, click [OK]. le Coordinate Reference System Selector dialog opens with NAD27 / Alaska Alberts selected, click [OK].
    8. Zoom in a bit to your favourite area with some lakes.
    9. Double click the lakes layer in the map legend to open the Properties dialog.
    10. Clique sur le Style tab and select a blue as fill color.
    11. Clique sur le Labels tab and select Show labels for this layer in the drop-down menu to enable labeling. Then from the Label with list, choose the NAMES field as the field containing labels.
    12. To improve readability of labels, you can add a white buffer around them by clicking Buffer in the list on the left, checking Draw text buffer and choosing 3 as buffer size.
    13. Cliquez sur [Apply]. Check if the result looks good, and finally click [OK].

    You can see how easy it is to visualize raster and vector layers in QGIS. Let’s move on to the sections that follow to learn more about the available functionality, features and settings, and how to use them.


    Your Answer


    StackExchange.ready(function() <
    var channelOptions = <
    tags: "".split(" "),
    id: "79"
    >
    initTagRenderer("".split(" "), "".split(" "), channelOptions)

    StackExchange.using("externalEditor", function() <
    // Have to fire editor after snippets, if snippets enabled
    if (StackExchange.settings.snippets.snippetsEnabled) <
    StackExchange.using("snippets", function() <
    createEditor()
    >)
    >
    else <
    createEditor()
    >
    >)

    function createEditor() <
    StackExchange.prepareEditor( <
    heartbeatType: 'answer',
    autoActivateHeartbeat: false,
    convertImagesToLinks: false,
    noModals: true,
    showLowRepImageUploadWarning: true,
    reputationToPostImages: null,
    bindNavPrevention: true,
    postfix: "",
    imageUploader: <
    brandingHtml: "Powered by u003ca href="https://imgur.com/"u003eu003c/au003e",
    contentPolicyHtml: "User contributions licensed under u003ca href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/"u003ecc by-sa 3.0 with attribution requiredu003c/au003e u003ca href="https://stackoverflow.com/legal/content-policy"u003e(content policy)u003c/au003e",
    allowUrls: true
    >,
    onDemand: true,
    discardSelector: ".discard-answer"
    ,immediatelyShowMarkdownHelp:true
    >)

    Thanks for contributing an answer to Geographic Information Systems Stack Exchange!


  • Asking for help, clarification, or responding to other answers.
  • Making statements based on opinion back them up with references or personal experience.
  • To learn more, see our tips on writing great answers.

    Some of your past answers have not been well-received, and you're in danger of being blocked from answering.


    Voir la vidéo: QGIS Python PyQGIS - Get raster band data with GDAL (Octobre 2021).