Suite

Reprojeter la couche vectorielle d'EPSG 3857 à 4326 ?


Sur la base d'exemples de :

http://acanimal.github.io/thebookofopenlayers3/chapter03_10_reading_writing_features.html

http://acanimal.github.io/thebookofopenlayers3/chapter07_07_editing_features.html

J'ai réussi à créer un éditeur simple, qui me colle les vecteurs créés dans la zone de texte, puis j'ai créé des boutons, qui télécharge cette chaîne GeoJSON dans un fichier.

Je ne sais pas pourquoi, mais mon application me donne toujours des vecteurs créés dans EPSG:3857 au lieu de EPSG:4326 et peu importe que j'aie défini EPSG sur 4326 à la fois dans vectorLayer et pour View.

var vectorLayer = new ol.layer.Vector({ source : new ol.source.StaticVector({ format : format, **projection : 'EPSG:3857'** })

'

var map = new ol.Map({… }) ]), view: new ol.View({ **projection: 'EPSG:4326',** }) });

Le problème est que cet utilisateur commun n'est pas assez intelligent pour travailler avec GeoJSON (télécharger, ouvrir dans QGIS, configurer EPSG:3857 et enregistrer sous EPSG:4326 dans un autre format), j'ai donc décidé de créer un deuxième bouton (pour télécharger ) et définivar format = new ol.format.KML();qui est facile à utiliser (un double clic s'ouvre et l'affiche dans Google Earth), mais ce n'est pas possible, car cela ne fonctionne qu'avec les coordonnées WGS84 dans ce fichier KML et pas avec d'autres systèmes.

Existe-t-il (dans OpenLayers) une possibilité de créer facilement un nouveau calque en double avec un système de coordonnées différent (la géométrie sera reprojetée et je peux simplement exporter) ?

Par exemple quelque chose comme ça pourrait être sympa :

var DuplicateWithDifferentEPSG = ol.proj.transformVectorlayer(vectorlayer, 'EPSG:3857', 'EPSG:4326')

Comment tout reprojeter simplement dans ma couche ?

Des idées?

Dois-je poster une copie exacte de mon code ?

Je ne reçois aucune erreur.


Je ne suis pas tout à fait sûr de comprendre ce que vous voulez faire. Mais en appelantécritureFonctionnalitéssur un format, vous pouvez spécifier ledonnéesProjection(la projection que vous voulez avoir dans votre format de sortie) et lefonctionProjection(la projection de vos caractéristiques que vous souhaitez exporter). Voir ol.format.GeoJSON.writeFeatures.

Ainsi, par exemple, si vos fonctionnalités sont dans 'EPSG:4326' et que vous souhaitez avoir un GeoJSON dans 'EPSG:3857', vous feriez :

var geoJson3857 = new ol.format.GeoJSON.writeFeatures(features4326, { dataProjection: 'EPSG:3857', featureProjection: 'EPSG:4326' });

Reprojeter la couche vectorielle d'EPSG 3857 à 4326 ? - Systèmes d'information géographique

Pour récupérer une carte à partir d'un serveur WMS, utilisez la fonction wmsread ou, dans quelques situations spécifiques, la méthode WebMapServer.getMap. Utilisez la méthode getMap lorsque :

Travailler avec des systèmes de référence non EPSG:4326

Création d'une animation d'une zone géographique spécifique au fil du temps

Récupérer plusieurs couches d'un serveur WMS

Dans la plupart des cas, utilisez wmsread pour récupérer votre carte. Pour utiliser wmsread , spécifiez un objet WMSLayer ou une URL de demande de carte. Obtenez un objet WMSLayer en utilisant wmsfind pour rechercher la base de données WMS. Obtenez une URL de demande de carte à partir de :

La propriété RequestURL d'un objet WMSMapRequest

Le vecteur de caractères d'URL de demande de carte est composé d'une URL de serveur WMS avec des paramètres WMS supplémentaires. L'URL de demande de carte peut être insérée dans un navigateur pour faire une demande à un serveur, qui renvoie ensuite une carte raster.

Comprendre les codes du système de référence de coordonnées

Lorsque vous utilisez wmsread , demandez une carte qui utilise le système de référence de coordonnées EPSG:4326. EPSG signifie European Petroleum Survey Group. Ce groupe, une organisation de spécialistes travaillant dans le domaine de l'exploration pétrolière, a développé une base de données de systèmes de référence de coordonnées. Les systèmes de référence de coordonnées identifient la position sans ambiguïté. Les codes de système de référence de coordonnées sont des nombres qui représentent des systèmes de référence de coordonnées spécifiques.

EPSG:4326 est basé sur le système géodésique mondial de 1984 (WGS84) et le système de coordonnées de latitude et de longitude, avec des angles en degrés et Greenwich comme méridien central. Tous les serveurs de la base de données WMS, et probablement tous les serveurs WMS en général, utilisent le système de référence EPSG:4326. Ce système est une exigence de la spécification OGC ® WMS. Si une couche n'utilise pas EPSG:4326, le logiciel Mapping Toolbox™ utilise le prochain code de système de référence de coordonnées disponible. Mapping Toolbox ne prend pas en charge les systèmes de référence de coordonnées automatiques (systèmes dans lesquels l'utilisateur choisit le centre de projection). Pour plus d'informations sur les codes du système de référence de coordonnées, veuillez consulter le site Web de référence spatiale.

Récupérez votre carte avec wmsread

La couche Blue Marble Next Generation de la NASA montre la surface de la Terre pour chaque mois de 2004 à haute résolution (500 mètres/pixel). Lisez et affichez le calque Blue Marble Next Generation.

Recherchez dans la base de données WMS toutes les couches avec « nasa » dans le champ ServerURL.

Utilisez la méthode WMSLayer.refine pour affiner votre recherche afin d'inclure uniquement les couches avec l'expression « bluemarbleng » dans le champ LayerName. Cette syntaxe crée une recherche exacte.

Utilisez la fonction wmsread pour récupérer le premier calque Blue Marble Next Generation.

La fonction wmsread renvoie A , une carte raster référencée géographiquement, et R , un objet de référence raster qui lie A au système de coordonnées géographiques EPSG:4326. Les limites géographiques de A couvrent toute l'étendue de latitude et de longitude de la couche.

Ouvrez une fenêtre de figure, configurez les axes de votre carte et affichez votre carte.

La couche utilisée dans cet exemple est une gracieuseté de NASA/JPL-Caltech.

Utiliser wmsread avec des paramètres facultatifs

La fonction wmsread vous permet de définir de nombreux paramètres facultatifs, tels que la hauteur et la largeur de l'image et la couleur d'arrière-plan. Cet exemple montre comment afficher une carte d'altitude avec une résolution de 0,5 degré en modifiant la taille de la cellule et comment afficher l'océan en bleu clair en définissant la couleur d'arrière-plan. Pour une liste complète des paramètres, consultez wmsread .

Recherchez dans la base de données WMS les couches qui contiennent foundation.gtopo30 dans le champ LayerName. GTOPO30, un modèle d'élévation numérique développé par le United States Geological Survey (USGS), a un espacement de grille horizontal de 30 secondes d'arc.

Définissez une couleur d'arrière-plan en spécifiant les niveaux de rouge, vert et bleu.

Utilisez les paramètres BackgroundColor et CellSize de la fonction wmsread pour définir la couleur d'arrière-plan et la taille de cellule de votre carte récupérée.

Ouvrez une fenêtre de figurine et configurez les axes d'une carte du monde. Affichez votre carte avec un titre.

Ajouter une légende à votre carte

Un serveur WMS restitue une couche sous forme d'image. Sans une légende correspondante, l'interprétation des couleurs des pixels peut être difficile. Certains serveurs WMS permettent d'accéder à une image de légende pour une couche particulière via une URL qui apparaît dans le champ Details.Style.LegendURL de la couche. (Voir la page de référence WMSLayer.Details pour plus d'informations.)

Bien qu'une légende fournisse des informations précieuses pour aider à interpréter les couleurs des pixels de l'image, seulement environ 45 % des serveurs de la base de données WMS contiennent au moins une couche avec une légende disponible. Moins de 10 % des couches de la base de données WMS contiennent une légende, mais près de 80 % des couches de la base de données se trouvent sur le serveur columbo.nrlssci.navy.mil. Ce serveur a toujours des champs LegendURL vides. Vous ne pouvez pas utiliser wmsfind pour rechercher uniquement des couches avec des légendes car la base de données ne stocke pas ce niveau de détail. Vous devez mettre à jour une couche à partir du serveur avant de pouvoir accéder au champ LegendURL.

Cet exemple montre comment créer une carte de température de surface, puis obtenir et afficher l'image de légende associée :

Recherchez des couches à partir du serveur d'images SVS du vol spatial Goddard de la NASA. Ce serveur contient des couches qui ont des images de légende. Vous pouvez dire que les images de légende sont disponibles car les couches ont du contenu dans le champ LegendURL.

Trouvez la couche contenant les signatures de température urbaine et affichez le résumé :


Abstrait

Les changements des conditions environnementales, qu'ils soient liés ou non aux activités humaines, modifient en permanence la répartition géographique des vecteurs, ce qui affecte à son tour la dynamique et la répartition des maladies infectieuses à transmission vectorielle. Déterminer les principaux facteurs écologiques de la distribution des vecteurs et comment les changements prévus dans ces facteurs peuvent modifier leurs distributions futures est donc d'une importance majeure. Cependant, les moteurs des populations de vecteurs sont largement spécifiques à chaque espèce et région vectrice. Ici, nous identifions les prédicteurs bioclimatiques et liés à l'activité humaine les plus importants affectant la répartition actuelle et l'adéquation de l'habitat du moustique. Culex pipiens et les futurs changements potentiels de sa distribution en Espagne. Nous avons déterminé la niche d'occurrence (NOO) de l'espèce, qui ne prend en compte que les zones situées dans la plage de conditions environnementales appropriées à l'aide de données de présence. Bien que presque omniprésente, la distribution des Cx. pipiens s'explique principalement par l'altitude et le degré d'urbanisation mais aussi, dans une moindre mesure, par les températures moyennes pendant la saison la plus humide et la saisonnalité des températures. La combinaison de ces prédicteurs met en évidence l'existence d'un modèle hétérogène d'adéquation de l'habitat, avec les zones les plus appropriées situées dans les zones côtières du sud et du nord-est de l'Espagne et des zones inappropriées situées à une altitude plus élevée et dans des régions plus froides. Les prévisions climatiques futures indiquent une diminution nette de la distribution allant jusqu'à 29,55 %, probablement en raison du réchauffement et des oscillations de température plus importantes. Malgré ces changements prévus dans la distribution des vecteurs, leurs effets sur l'incidence des maladies infectieuses sont cependant difficiles à prévoir, car différents processus tels que l'adaptation locale à la température, les interactions vecteur-pathogène et les modifications du paysage d'origine humaine peuvent jouer un rôle important dans façonner la dynamique future de la transmission des agents pathogènes.


Conversions spatiales

Les conversions entre systèmes de référence spatiale soulèvent toujours de nombreuses questions. Par conséquent, certains des problèmes que j'ai rencontrés ces dernières années en travaillant avec les SIG et les références spatiales ont été rassemblés sur cette page.
On essaie de donner des exemples aux utilisateurs d'ArcGIS ainsi qu'aux utilisateurs de QuantumGIS.

Sources d'informations de référence spatiale

Il existe plusieurs sources d'informations de référence spatiale. L'un d'eux est le plus fiable et le plus largement utilisé dans la communauté open source et est http://spatialreference.org

Conversion au système de coordonnées Ducth (RD-NEW, Rijksdriehoekstel, EPSG:28992)

La combinaison de données avec diverses références spatiales au sein de projets dans le nouveau système de coordonnées RD n'est pas toujours simple dans ArcGIS. Par exemple, les couches du système belge Lambert Conformal Conic ne peuvent pas être importées directement dans un projet ArcGIS. Il n'y a pas de conversion correcte dans ArcGIS standard disponible pour convertir Lambert en RD. Il existe cependant une solution de contournement via WGS84. Les étapes à effectuer sont :

Utilisation de données raster sans référence spatiale

Un cas particulier de conversions de coordonnées concerne les données raster sans référence spatiale (comme les données raster ASCII). Dans la plupart des cas, il n'y a qu'une description de la référence spatiale, comme les données raster SRTM. Les données raster SRTM sont fournies dans le système de coordonnées géographiques WGS84 (EPSG:4326).
Si vous souhaitez travailler dans un système de coordonnées géographiques projetées ou autre, vous pouvez suivre les étapes ci-dessous pour réussir à les reprojeter.