Suite

Convertir les résultats Arcpy en classe d'entités dans ArcMap 10.1


J'utilise ArcGIS 10.1 et je suis un débutant en Python. Actuellement, nous exécutons une procédure stockée (à partir du serveur SQL) via ArcPy dans ArcMap. Je souhaite créer une classe d'entités à partir de l'exécution du script python suivant.

J'ai fait des recherches sur Google mais je n'ai pas trouvé le bon moyen/paramètre dans ArcPy. Passant actuellement par les paramètres suivants GetParameter & GetMessage

Toute aide/étapes seront formidables !

Mon script ArcPy :

import sys import arcpy from arcpy import env try: # Rendre le chemin de données relatif arcpy.env.workspace = sys.path[0] # Deux façons de créer l'objet, qui crée également la # connexion à ArcSDE. # En utilisant la première méthode, passez un ensemble de chaînes contenant # les propriétés de connexion : # , , , ,  # arcpy.ArcSDESQLExecute("locolhost","5151","#","Admin","password") # En utilisant la deuxième méthode, transmettez le chemin d'accès à un fichier de connexion ArcSDE valide sde_conn = arcpy.ArcSDESQLExecute(r"C: UsersAdministratorAppDataRoamingESRIDesktop10.1ArcCatalog	est.sde") # Récupère les instructions SQL, séparées par ; à partir d'une chaîne de texte. #sql_statement = 'select Name from all_points' sql_statement = 'Exec [dbo].[sp_test]' sql_statement_list = sql_statement.split(";") print("++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++
") # Pour chaque instruction SQL passée, exécutez-la. pour sql dans sql_statement_list : print("Execute SQL Statement : {0}".format(sql)) try : # Transmettez l'instruction SQL à la base de données. sde_return = sde_conn.execute(sql) except Exception as err: print(err) sde_return = False # Si la valeur de retour est une liste (une liste de listes), affiche # chaque liste comme une ligne de la table interrogée. if isinstance(sde_return, list): print("Nombre de lignes renvoyées par la requête : {0} rows".format( len(sde_return))) pour la ligne dans sde_return : print(row) print("++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
") else : # Si la valeur de retour n'était pas une liste, la déclaration était # très probablement une déclaration DDL. Vérifiez son état. if sde_return == True : print("instruction SQL : {0} s'est exécutée avec succès.".format(sql)) else : print("instruction SQL : {0} FAILED.".format(sql)) print("++ +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
")

Fonctionnalité vers raster

Toute classe d'entités (géodatabase, fichier de formes ou couverture) contenant des entités ponctuelles, linéaires ou surfaciques peut être convertie en jeu de données raster.

Le type de champ en entrée détermine le type de raster en sortie. Si le champ est un entier, le raster en sortie sera un entier s'il est en virgule flottante, la sortie sera en virgule flottante.

Cet outil utilise toujours le centre de la cellule pour décider de la valeur d'un pixel raster. Pour mieux contrôler la façon dont les différents types de géométries d'entités en entrée doivent être convertis, reportez-vous aux outils de conversion spécifiques respectifs : Point vers raster , Polyligne vers raster et Polygone vers raster .

Cet outil est un complément aux outils Raster vers point , Raster vers polyligne et Raster vers polygone , qui convertissent un raster en différents types de géométries de jeux de classes d'entités.

Lors de la sélection des données d'entité en entrée, le champ par défaut sera le premier champ valide disponible. Si aucun autre champ valide n'existe, le champ ObjectID (par exemple, OID ou FID ) sera la valeur par défaut.

Certains environnements de stockage raster peuvent s'appliquer à cet outil.

Pour les paramètres d'environnement Pyramide, seul le paramètre Construire des pyramides est respecté. Les autres paramètres d'environnement Pyramid sont ignorés. Plus de contrôle sur la nature des pyramides peut être obtenu dans une étape ultérieure en utilisant l'outil Construire des pyramides.

Pour les paramètres d'environnement de compression, seul le type de compression peut être respecté. Ceci est uniquement pour les formats raster autres que Esri Grid.


Cet outil identifie des groupes spatiaux statistiquement significatifs de valeurs élevées (points chauds) et de valeurs faibles (points froids). Il crée une nouvelle classe d'entités en sortie avec un score z, une valeur p et un niveau de confiance ( Gi_Bin ) pour chaque entité de la classe d'entités en entrée .

Les scores z et les valeurs p sont des mesures de signification statistique qui vous indiquent s'il faut ou non rejeter l'hypothèse nulle, caractéristique par caractéristique. En effet, ils indiquent si le regroupement spatial observé de valeurs élevées ou faibles est plus prononcé que ce à quoi on pourrait s'attendre dans une distribution aléatoire de ces mêmes valeurs. Les champs z-score et p-value ne reflètent aucun type de correction FDR (False Discovery Rate).

Le champ Gi_Bin identifie les points chauds et froids statistiquement significatifs, que la correction FDR soit appliquée ou non. Les caractéristiques dans les classes +/-3 reflètent une signification statistique avec un niveau de confiance de 99 % les caractéristiques dans les classes +/-2 reflètent un niveau de confiance de 95 % les caractéristiques dans les classes +/-1 reflètent un niveau de confiance de 90 % et le regroupement des caractéristiques dans le bac 0 n'est pas statistiquement significatif. Sans correction FDR, la signification statistique est basée sur les champs de valeur p et de score z. Lorsque vous cochez le paramètre facultatif Appliquer la correction du taux de fausse découverte (FDR), les valeurs p critiques déterminant les niveaux de confiance sont réduites pour tenir compte des tests multiples et de la dépendance spatiale.

Un score z élevé et une valeur p faible pour une caractéristique indiquent un regroupement spatial de valeurs élevées. Un faible score z négatif et une faible valeur p indiquent un regroupement spatial de valeurs faibles. Plus le score z est élevé (ou inférieur), plus le clustering est intense. Un score z proche de zéro n'indique aucun regroupement spatial apparent.

Le score z est basé sur le calcul de l'hypothèse nulle de randomisation. Pour plus d'informations sur les scores z, consultez Qu'est-ce qu'un score z ? Qu'est-ce qu'une valeur p?

Lorsque la classe d'entités en entrée n'est pas projetée (c'est-à-dire lorsque les coordonnées sont données en degrés, minutes et secondes) ou lorsque le système de coordonnées en sortie est défini sur un système de coordonnées géographiques, les distances sont calculées à l'aide de mesures de corde. Les mesures de distance à la corde sont utilisées car elles peuvent être calculées rapidement et fournissent de très bonnes estimations des vraies distances géodésiques, au moins pour des points situés à environ trente degrés les uns des autres. Les distances de corde sont basées sur un sphéroïde aplati. Étant donné deux points quelconques à la surface de la Terre, la distance à la corde qui les sépare est la longueur d'une ligne passant par la Terre en trois dimensions pour relier ces deux points. Les distances en cordes sont indiquées en mètres.

Mise en garde:

Assurez-vous de projeter vos données si votre zone d'étude s'étend au-delà de 30 degrés. Les distances à la corde ne sont pas une bonne estimation des distances géodésiques au-delà de 30 degrés.

Lorsque des distances de corde sont utilisées dans l'analyse, le paramètre Bande de distance ou Distance de seuil, s'il est spécifié, doit être donné en mètres.

Avant ArcGIS 10.2.1, un message d'avertissement s'affichait si les paramètres et les paramètres d'environnement que vous aviez sélectionnés entraînaient des calculs effectués à l'aide de coordonnées géographiques (degrés, minutes, secondes). Cet avertissement vous a conseillé de projeter vos données dans un système de coordonnées projetées afin que les calculs de distance soient précis. À partir de 10.2.1, cependant, cet outil calcule les distances à la corde chaque fois que des calculs du système de coordonnées géographiques sont requis.

Mise en garde:

En raison de ce changement, il est peu probable que vous deviez modifier les modèles qui intègrent cet outil si vos modèles ont été créés avant ArcGIS 10.2.1 et si vos modèles incluent des valeurs de paramètres de système de coordonnées géographiques codées en dur. Si, par exemple, un paramètre de distance est défini sur quelque chose comme 0,0025 degrés, vous devrez convertir cette valeur fixe de degrés en mètres et réenregistrer votre modèle.

Pour les entités linéaires et surfaciques, les centroïdes d'entités sont utilisés dans les calculs de distance. Pour les multipoints, les polylignes ou les polygones avec plusieurs parties, le centroïde est calculé en utilisant le centre moyen pondéré de toutes les parties d'entités. La pondération pour les entités ponctuelles est 1, pour les entités linéaires est la longueur et pour les entités surfaciques est la surface.

Le champ d'entrée doit contenir une variété de valeurs. Le calcul de cette statistique nécessite une certaine variation dans la variable analysée qu'il ne peut pas résoudre si toutes les valeurs d'entrée sont 1, par exemple. Si vous souhaitez utiliser cet outil pour analyser le modèle spatial des données d'incident, envisagez d'agréger vos données d'incident ou d'utiliser l'outil d'analyse optimisée des points chauds.

Les données d'incident sont des points représentant des événements (criminalité, accidents de la circulation) ou des objets (arbres, magasins) où vous vous concentrez sur la présence ou l'absence plutôt que sur un attribut mesuré associé à chaque point.

L'outil d'analyse optimisée des points chauds interroge vos données pour sélectionner automatiquement les paramètres qui optimiseront vos résultats de points chauds. Il regroupera les données d'incident, sélectionnera une échelle d'analyse appropriée et ajustera les résultats pour les tests multiples et la dépendance spatiale. Les options de paramètres qu'il sélectionne sont signalées dans la fenêtre Résultats et peuvent vous aider à affiner vos choix de paramètres lorsque vous utilisez cet outil. Cet outil vous donne un contrôle total et une flexibilité sur vos réglages de paramètres.

La bande de distance ou la distance de seuil par défaut garantira que chaque entité a au moins un voisin, ce qui est important. Mais souvent, cette distance par défaut ne sera pas la distance la plus appropriée à utiliser pour votre analyse. Des stratégies supplémentaires pour sélectionner une échelle appropriée (bande de distance) pour votre analyse sont décrites dans Sélection d'une valeur de bande de distance fixe.

Lorsque zéro est entré pour le paramètre Distance Band ou Threshold Distance, toutes les entités sont considérées comme voisines de toutes les autres entités lorsque ce paramètre est laissé vide, la distance par défaut sera appliquée.

Les poids pour les distances inférieures à 1 deviennent instables lorsqu'ils sont inversés. Par conséquent, la pondération des entités séparées par moins d'une unité de distance se voit attribuer une pondération de 1.

Pour les options de distance inverse ( INVERSE_DISTANCE , INVERSE_DISTANCE_SQUARED ou ZONE_OF_INDIFFERENCE ), deux points coïncidents se verront attribuer un poids de un pour éviter une division nulle. Cela garantit que les caractéristiques ne sont pas exclues de l'analyse.

Des options supplémentaires pour le paramètre Conceptualisation des relations spatiales, y compris les relations spatio-temporelles, sont disponibles à l'aide des outils Générer la matrice de pondérations spatiales ou Générer des pondérations spatiales du réseau. Pour tirer parti de ces options supplémentaires, utilisez l'un de ces outils pour construire le fichier de matrice de pondérations spatiales avant l'analyse, sélectionnez GET_SPATIAL_WEIGHTS_FROM_FILE pour le paramètre Conceptualization of Spatial Relationships et pour le paramètre Weights Matrix File, spécifiez le chemin d'accès au fichier de pondérations spatiales que vous avez créé. .

Plus d'informations sur l'analyse de cluster spatio-temporel sont fournies dans la documentation sur l'analyse spatio-temporelle.

Les couches de carte peuvent être utilisées pour définir la classe d'entités en entrée. Lorsque vous utilisez une couche avec une sélection, seules les entités sélectionnées sont incluses dans l'analyse.

  • Fichiers de matrice de pondérations spatiales au format ASCII :
    • Les poids sont utilisés tels quels. Les relations entité à entité manquantes sont traitées comme des zéros.
    • La pondération par défaut pour le potentiel propre est zéro, sauf si vous spécifiez une valeur Champ de potentiel personnel ou incluez explicitement les pondérations du potentiel personnel.
    • Si les poids sont normalisés par rangée, les résultats seront probablement incorrects pour les analyses sur les ensembles de sélection. Si vous devez exécuter votre analyse sur un ensemble de sélection, convertissez le fichier de pondérations spatiales ASCII en un fichier SWM en lisant les données ASCII dans une table, puis en utilisant l'option CONVERT_TABLE avec l'outil Générer la matrice de pondérations spatiales.
    • Si les poids sont normalisés par ligne, ils seront renormalisés pour les ensembles de sélection, sinon, les poids sont utilisés tels quels.
    • La pondération par défaut du potentiel personnel est de un, sauf si vous spécifiez une valeur Champ de potentiel propre.

    L'exécution de votre analyse avec un fichier de matrice de pondérations spatiales au format ASCII est gourmande en mémoire. Pour les analyses sur plus de 5 000 entités, envisagez de convertir votre fichier de matrice de pondérations spatiales au format ASCII en un fichier au format SWM. Mettez d'abord vos poids ASCII dans un tableau formaté (à l'aide d'Excel, par exemple). Ensuite, exécutez l'outil Générer la matrice de pondérations spatiales à l'aide de CONVERT_TABLE pour le paramètre Conceptualisation des relations spatiales. La sortie sera un fichier de matrice de pondérations spatiales au format SWM.

    Lorsque cet outil s'exécute dans ArcMap , la classe d'entités en sortie est automatiquement ajoutée à la table des matières avec un rendu par défaut appliqué au champ Gi_Bin. Le rendu chaud-froid appliqué est défini par un fichier de couche dans <ArcGIS>/Desktop10.x/ArcToolbox/Templates/Layers . Vous pouvez réappliquer le rendu par défaut, si nécessaire, en important la symbologie de la couche modèle.

    La classe d'entités en sortie comprend un champ SOURCE_ID qui vous permet de la joindre à la classe d'entités en entrée , si nécessaire.

    La rubrique d'aide Modélisation des relations spatiales fournit des informations supplémentaires sur les paramètres de cet outil.

    Mise en garde:

    Lorsque vous utilisez des fichiers de formes, gardez à l'esprit qu'ils ne peuvent pas stocker de valeurs nulles. Les outils ou autres procédures qui créent des fichiers de formes à partir d'entrées autres que des fichiers de formes peuvent stocker ou interpréter des valeurs nulles comme zéro. Dans certains cas, les valeurs NULL sont stockées sous forme de très grandes valeurs négatives dans les fichiers de formes. Cela peut conduire à des résultats inattendus. Voir Considérations relatives au géotraitement pour la sortie du fichier de formes pour plus d'informations.

    Héritage:

    Avant ArcGIS 10.0 , la classe d'entités en sortie était un doublon de la classe d'entités en entrée avec les champs de résultats de score z et de valeur p ajoutés. Après ArcGIS 10.0 , la classe d'entités en sortie inclut uniquement les champs de score z et de valeur p ainsi que les champs d'entrée pour l'analyse. Pour joindre d'autres champs en entrée à la classe d'entités en sortie, utilisez le champ SOURCE_ID pour joindre les champs à l'aide des outils du jeu d'outils Jointures.

    Héritage:

    La standardisation des lignes n'a aucun impact sur cet outil : les résultats de l'analyse des points chauds (statistique Getis-Ord Gi*) seraient identiques avec ou sans la standardisation des lignes. Le paramètre est par conséquent désactivé, il reste en tant que paramètre d'outil uniquement pour prendre en charge la rétrocompatibilité.

    Lors de l'utilisation de cet outil dans des scripts Python, l'objet de résultat renvoyé par l'exécution de l'outil a les sorties suivantes :


    Créer une couche d'événements XY dans les plantages Python, mais pas dans Model Builder

    J'essaie d'automatiser une table (dans la géodatabase) avec des latitudes longues et de la convertir en classe d'entités. J'ai d'abord créé les étapes dans le générateur de modèles où cela fonctionne bien. Mais lorsque j'exporte dans un script Python et que je l'exécute sans aucune modification du script, cela échoue et me donne l'erreur ci-dessous.

    ExecuteError : échec de l'exécution. Les paramètres ne sont pas valides.
    ERREUR 000732 : Table XY : L'ensemble de données C:Spatial.mdbWELLS n'existe pas ou n'est pas pris en charge
    Échec de l'exécution (MakeXYEventLayer)

    J'exécute également Win 7 64 bits 10.1 SP1 avec Geoprocessing pour SP1.

    . désolé si un peu hors sujet Adam -- je remets en question votre déclaration originale :

    "J'exécute également Win 7 64 bits 10.1 SP1 avec Geoprocessing pour SP1 mis à jour."

    Avez-vous installé le géotraitement en arrière-plan 64 bits ? Si c'est le cas, vous avez peut-être du mal à lire les applications 32 bits. xls, mdb, etc.

    Si c'est votre problème, consultez le commentaire de Kevin Hibma ici :

    "Si vous avez 64 bits BG et que vous souhaitez exécuter sur Python 32 bits (32 bits Desktop) parce que vous utilisez des pGDB, forcez votre script à s'exécuter sur 32 bits. "
    http://forums.arcgis.com/threads/70241-10.1-sp-1-and-32-64-bit-Python-versions?p=245700#post245700


    PS - Merci à Caleb pour cette information de référence spatiale. pense qu'Adam en aura besoin aussi.

    Désolé, voici le code. C'est une exportation directe du modèle construit.


    C'est probablement l'un de vos problèmes. Je commencerais par nettoyer votre code pour qu'il soit lisible.

    Je ne vois pas non plus de référence au chemin de votre erreur C:Spatial.mdbWELLS.

    Désolé, je ne connais pas très bien Python. J'apprends encore les tenants et les aboutissants, donc l'exportation vers un script à partir du constructeur de modèles.

    L'erreur complète est ici. J'ai accidentellement supprimé le chemin complet du répertoire dans le premier message.


    Paramètres de requête

    Le tableau de géométries à décaler. La référence spatiale des géométries est spécifiée par sr . La structure de chaque géométrie du tableau est la même que la structure des objets de géométrie JSON renvoyés par l'API REST ArcGIS.

    La propriété geometries est un tableau de géométries en entrée. Toutes les géométries de ce tableau doivent être du type défini par la propriété geometryType.

    L'ID bien connu (WKID) ou un objet JSON de référence spatiale pour les géométries d'entrée . Pour obtenir une liste des valeurs WKID valides, consultez Systèmes de coordonnées projetées et Systèmes de coordonnées géographiques.

    Spécifie la distance pour construire un décalage en fonction des géométries d'entrée. Si le paramètre offsetDistance est positif, le décalage construit sera sur le côté droit de la courbe. Les décalages du côté gauche sont construits avec des valeurs négatives.

    Une unité pour la distance de décalage. Si aucune unité n'est spécifiée, les unités sont dérivées de sr .

    • esriGeometryOffsetRounded — Arrondit le coin entre les décalages étendus.
    • esriGeometryOffsetBevelled : ajuste le coin après une distance de rapport donnée.
    • esriGeometryOffsetMitered — Tente de permettre aux décalages étendus de se croiser naturellement, mais si cette intersection se produit trop loin du coin, le coin est finalement biseauté à une distance fixe.

    bevelRatio est multiplié par la distance de décalage et le résultat détermine la distance à laquelle une intersection de décalage à onglet peut être localisée avant qu'elle ne soit biseautée. Lorsque mitered est spécifié, bevelRatio est ignoré et 10 est utilisé en interne. Lorsque biseauté est spécifié, 1.1 sera utilisé si bevelRatio n'est pas spécifié. bevelRatio est ignoré pour le décalage arrondi.

    Si simplifieResult est défini sur true , les boucles auto-sécantes seront supprimées des géométries de décalage de résultat. Le défaut est faux .


    Convertir les résultats Arcpy en classe d'entités dans ArcMap 10.1 - Systèmes d'information géographique

    Les services publics d'électricité d'aujourd'hui réalisent les avantages de la technologie SIG dans la gestion des installations à des fins d'ingénierie, de construction et d'exploitation. Les exigences typiques de ces utilitaires reflètent les besoins de l'entreprise pour :

    • Mettez à jour les bases de données SIG avec des données de conception et de construction.
    • Produisez des produits cartographiques standard et personnalisés.
    • Intégrez les dessins de conception assistée par ordinateur (CAO) au réseau SIG.
    • Intégration avec d'autres systèmes d'entreprise tels que les systèmes de gestion du travail, les systèmes de gestion des pannes, les systèmes de gestion des documents, les systèmes de gestion du matériel et les systèmes d'information client.
    • Analyser le réseau installé pour la planification de la capacité et les projets d'amélioration des immobilisations.
    • Gérer le système d'alimentation, les systèmes de conduits et les opérations d'inspection.

    Le modèle de distribution électrique d'ArcGIS prend en charge ces besoins commerciaux typiques en fournissant une implémentation qui se concentre sur les parties d'exploitation et de maintenance du cycle de vie de l'installation et fournit un composant visuel crucial.

    La technologie objet au cœur d'ArcInfo combine la modélisation des données et du comportement des applications. En conséquence, le modèle ArcGIS comprend non seulement un ensemble essentiel de classes et de propriétés d'entités d'appareils électriques, de structures, de segments de circuit et d'informations client, mais il comprend également des règles et des relations qui définissent le comportement des objets. La technologie d'objet de base et le modèle de distribution électrique ArcGIS appliqué permettent de réduire considérablement les efforts de configuration et de personnalisation pour la mise en œuvre globale par site.

    L'énergie livrée par les services publics d'électricité est transmise des centrales aux sites industriels et aux sous-stations qui distribuent l'électricité aux utilisateurs résidentiels et commerciaux. L'activité de service public est donc divisée en ces deux domaines : transport et distribution. Les réseaux de transport relient les générateurs aux sous-stations via des réseaux de transport. Le système de distribution fournit l'électricité des sous-stations aux utilisateurs résidentiels et commerciaux. Cette section couvre les aspects de l'entreprise de service public d'électricité traitant de la distribution.

    La distribution représente environ 35 à 50 % de l'investissement d'un service public. La mission du service public est de fournir de l'électricité aux consommateurs à une tension appropriée avec un certain degré de fiabilité. Les composants de distribution comprennent généralement :

    • Circuits de sous-transmission avec des tensions nominales comprises entre 12,47 et 345 kV
    • Sous-stations de distribution qui convertissent l'énergie des niveaux du réseau de transport en des tensions plus basses du système primaire
    • Alimentations, ou circuits primaires, qui fonctionnent entre 4,16 et 34,5 kV et fournissent une charge à des zones géographiques spécifiques
    • Transformateur de distribution généralement évalué de 10 à 2 500 kVA qui transforme la tension primaire en tension d'utilisation
    • Circuits secondaires qui transportent le courant du transformateur le long de la rue
    • Chutes de service qui transportent le courant des transformateurs au point d'utilisation du client

    Les systèmes de distribution aérienne primaires typiques sont exploités comme des circuits radiaux à partir de la sous-station vers l'extérieur. Dans les systèmes aériens, des structures telles que des poteaux et des cadres en H supportent les conducteurs primaires et secondaires. Les structures de surface telles que les plots enserrent et protègent les appareils électriques au sol.

    L'infrastructure du service public d'électricité est également composée de dispositifs tels que des transformateurs et des fusibles et de segments de circuit tels que des conducteurs aériens et souterrains. Ces composants se répartissent en quatre catégories logiques générales :

    Les modèles de données - y compris Electric Distribution, Transmission et International - peuvent être téléchargés à partir du site Web de Telvent-GIS. Ceux-ci sont fournis au format Visio.


    Nous avons trouvé au moins 10 Liste de sites Web ci-dessous lors de la recherche avec arcmap polygones en points sur le moteur de recherche

    Conversion de polygones en points—ArcMap Documentation

    • Sélectionnez le polygone fonctionnalités vers lesquelles vous souhaitez convertir points. Dans la fenêtre Feature Manager, cliquez sur l'onglet Créer
    • Sélectionnez le point modèle que vous souhaitez utiliser pour le polygone conversion
    • Cliquez sur la production Polygone À Point dans la barre d'outils Édition avancée de production.

    Comment : convertir des entités surfaciques en entités ponctuelles

    • Conversion polygone fonctionnalités à point fonctionnalités peuvent être effectuées à l'aide de la production Polygone à Point l'outil, qui est disponible avec une licence Production Mapping, ou le Feature To Point outil, qui est disponible avec une licence ArcGIS Desktop Advanced
    • La conversion est également possible avec une licence Basic ou Standard.

    Comment : localiser les centroïdes des polygones et les convertir

    • Comment : localiser polygone centroïdes et les convertir en points dans ArcView et ArcEditor Résumé
    • Les instructions fournies décrivent comment trouver le centroïde de polygones et les convertir en points avec une licence ArcEditor et ArcView
    • Remarque : le contenu de cet article concerne ArcGIS versions 9.x et 10 uniquement

    Polygone à pointer en utilisant la licence ArcGIS de base – Derrière

    • Voici un exemple de conversion polygone centroïdes à points (les Polygone à Point l'outil nécessite la licence avancée)
    • Ouvrez le tableau du Polygone couche et ajoutez 2 nouveaux champs appelés « x » et « y »
    • Assurez-vous que le type est « double » ou au moins « entier long »
    • Toujours dans la vue du tableau, faites un clic droit sur le nom du champ « x » et sélectionnez

    Résolu : extraction de valeurs vers des points à partir de polygones.

    • Convertir le polygones aux rasters (en utilisant la zone comme raster value) puis extraire la valeur raster dans le points est le processus "facile" évident
    • Faire une intersection entre le polygones et le points « extraire » les valeurs dans un autre point couche que vous pouvez joindre et copier la valeur dans votre points.

    Jointures spatiales par type d'entité—Aide ArcGIS Desktop

    • 10 rangées · Polygone
    • Une jointure point correspond à une cible polygone qu'il croise ou se trouve à l'intérieur de

    Comment sélectionner des polygones contenant des points dans ArcMap

    Utheguru.com AD : 16 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 72

    Comment sélectionner Polygones qui contiennent Points dans ArcMap 17 janvier 2008 De temps en temps, j'écris sur ce site des choses que je n'ai pas pu découvrir facilement via une recherche Google - en voici une - j'ai récemment effectué des travaux de SIG pour un client et je me suis retrouvé déconcerté par un simple problème.

    Comment découper des entités ponctuelles et polygonales dans ArcGIS Pro

    Choisir "polygone” sous Sélectionner pour sélectionner rapidement le polygones de votre choix, par exemple comme ceci : Pour écrire ces entités sélectionnées dans une nouvelle classe d'entités, recherchez l'outil Copier des entités et remplissez les paramètres : Le résultat est une sélection de la polygone calque avec lequel nous pouvons utiliser l'outil Diviser : En utilisant ce nouveau calque avec le points comme

    Entité à point (gestion des données)—ArcGIS Pro Documentation

    Pro.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 72

    • Pour une entrée multipoint : la sortie point coïncidera avec l'un des points dans le multipoint
    • Pour une ligne d'entrée : la sortie point sera en ligne
    • Si la ligne est une courbe paramétrique (vraie), la sortie point sera au milieu de la ligne
    • Pour une entrée polygone: le résultat point sera à l'intérieur du polygone.

    Comment : créer des polygones à partir de points dans ArcGIS Pro

    • Utilisez le Agréger les points de la boîte à outils Cartographie pour créer polygones autour groupé points situé à une distance globale spécifique
    • Cliquez sur Analyse > Outils pour ouvrir le volet Géotraitement dans ArcGIS Pro
    • Rechercher le Agréger les points (Cartographie) et cliquez dessus
    • Configurez les paramètres dans le Agréger les points vitre.

    Comment calculer le centroïde d'un polygone dans ArcGIS :

    Grindgis.com AD : 12 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 72

    • Trouvez l'outil appelé « Fonctionnalité pour Point" à l'aide de la zone de recherche sur ArcGIS 10.x
    • Ou il se trouve sous « Outils de gestion des données »
    • Ouvrez l'outil, puis sélectionnez votre polygone"

    Conversion de points en lignes ou en polygones—ArcMap Documentation

    • La production Points à la ligne ou Polygone l'outil vous permet de générer un linéaire ou polygone caractéristique d'un ensemble sélectionné de points selon le modèle choisi
    • Par exemple, vous pouvez charger un ensemble de points d'une unité de système de positionnement global (GPS) dans ArcGIS et utilisez cet outil pour créer une polyligne ou polygone caractéristiques de ceux points.

    Comment : convertir une classe d'entités points en polygone

    Utilisez le Points Outil Vers la ligne avec l'option "Fermer la ligne" cochée pour garantir la fin de chaque entité de ligne de sortie point correspond à son début point, suivi de la fonction à Polygone outil pour connecter le points créer un polygone. Dans ArcMap, cliquez sur l'onglet Géotraitement ou ouvrez la fenêtre ArcToolbox et accédez à Outils de gestion des données > Entités.

    Plus d'aventures en superposition : point en polygone

    Esri.com AD : 12 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 75

    • Pour trouver la limite points, utilisez l'outil Sélectionner par emplacement qui se trouve dans le menu Sélection de ArcMap
    • La couche cible est la point couche (Ménages) et la couche Source est la polygone couche (Districts)
    • La méthode de sélection spatiale consiste à « toucher la limite de l'entité de la couche source »
    • Le résultat est une sélection de points qui tombent exactement sur

    Combinaison d'une table attributaire de fichiers de formes de polygones et de points

    • Lorsque in_features est un point shapefile et un polygone shapefile alors le out_feature_class peut être un point shapefile avec tous les attributs des deux en utilisant "ALL" pour vos join_attributes
    • En d'autres termes, l'outil Intersection peut être utilisé pour transférer une copie du polygone attribue à n'importe quel points qui relèvent d'eux.

    Téléchargement de données géospatiales d'ArcMap vers votre GPS Garmin

    Nrcs.usda.gov AD : 17 PENNSYLVANIE: 44 Rang MOZ : 76

    • Démarrer ArcMap soit par lui-même, soit à partir d'un dossier Toolkit sur lequel vous travaillez
    • Étape 5 Si vous souhaitez télécharger une limite de plan, entraînez-vous polygone, ligne de pratique, pratique point ou un fichier de formes, vous devrez mettre en surbrillance le nom du calque que vous souhaitez télécharger
    • Dans l'exemple ci-dessous, nous avons sélectionné les pratiques (polygones) couche à télécharger

    Points d'agrégation dynamiques dans les entités polygonales pour

    Esri.com AD : 12 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 78

    • Télécharger un ArcGIS Package Pro pour commencer avec des exemples de données
    • Double-cliquez sur le fichier de package que vous avez téléchargé pour l'ouvrir dans ArcGIS Pro
    • La carte des crimes contient (1) un point couche représentant les lieux du crime et (2) un polygone couche pour les districts de police.

    Comment : compter le nombre d'entités ponctuelles dans un

    • Comment : compter le nombre de point fonctionnalités au sein d'un polygone dans ArcGIS Résumé du pro
    • Compter le nombre de point fonctionnalités au sein d'un polygone est une statistique de base et utile pour effectuer une analyse spatiale
    • L'image ci-dessous montre un polygone couche de certaines régions hypothétiques de l'État de Washington, et une point couche de villes en leur sein.

    Sommets d'entités vers points (gestion des données)—ArcGIS Pro

    Pro.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 82

    • TOUS — Un point sera créé à chaque sommet d'entité en entrée
    • MI - A point sera créé au milieu, pas nécessairement un sommet, de chaque ligne d'entrée ou polygone frontière. COMMENCER UN point sera créé au départ point (premier sommet) de chaque entité en entrée. FIN — A point sera créé à la fin point (dernier sommet) de chaque entité en entrée.

    Styles de points, de lignes et de polygones Documentation ArcGIS

    Quels sont point, ligne et polygone modes? Vous pouvez styliser et afficher points, lignes et polygones dans une carte ou une scène en définissant des symboles pour les entités. Pour styliser des entités dans une couche d'entités, vous définissez des symboles et les appliquez à l'aide d'un moteur de rendu. points, lignes et polygones est également appelé fonctions de style, car chaque fonction contient une géométrie et est stylisée avec un symbole.

    Comment : extraire des valeurs raster à des emplacements ponctuels dans ArcGIS Pro

    • ArcGIS Pro contient les outils d'analyse spatiale et de modélisation pour les données raster (à base de cellules) et d'entités (vecteur) dans ArcGIS Pro
    • Cet article décrit les outils d'extraction utilisés pour extraire les valeurs de chaque cellule d'un raster par les attributs des cellules ou leur point emplacement.

    Une grande quantité de points pour créer des polygones séparés

    • il y a 3 heures · Parce que ces points se chevauchent parfois, je ne peux pas utiliser le "Aggregate Points" tâche, car elle est uniquement basée sur la distance
    • Je veux faire polygones automatiquement, en utilisant une sorte de script
    • Ce qui pourrait aider, c'est le fait qu'un temps maximum entre deux points (Photos AKA prises) est de 10 à 20 secondes, donc si la distance temporelle est supérieure à 3 minutes, c'est une autre "mission".

    Dessiner un polygone—Documentation de Community Analyst

    Doc.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 43 Rang MOZ : 79

    • Dessine un polygone utilisation personnalisée polygone
    • Placez le pointeur sur la carte et cliquez sur l'emplacement du premier point commencer à dessiner
    • Déplacer le pointeur vers le suivant point et cliquez
    • Continuez à cliquer à chaque coin de la forme jusqu'à ce que vous ayez créé le polygone.

    Comment générer des points aléatoires dans ArcGIS Geographic

    Gis.mtu.edu AD : 11 PENNSYLVANIE: 11 Rang MOZ : 45

    • Il s'applique à ArcGIS 9.x et 10
    • Génération aléatoire Points dans ArcGIS A) Préparez une carte en ArcMap
    • Ajoutez toutes les couches dont vous avez besoin, y compris un polygone couche dans laquelle vous souhaitez générer aléatoirement points (par exemple, les limites des peuplements)
    • Si nécessaire, sélectionnez le polygone dans lequel vous voudriez le points

    Agréger des points (analyse d'entités standard)—ArcGIS Pro

    Pro.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 88

    • Utilise une couche de point fonctionnalités et une couche de polygone caractéristiques pour déterminer quelles points relèvent de chaque polygone surface
    • Après avoir déterminé ce point-dans-polygone relation spatiale, statistiques sur tous points dans le polygone sont calculés et affectés à la zone
    • La statistique la plus élémentaire est le nombre de points au sein de la

    Résumer dans (analyse)—ArcGIS Pro Documentation

    Pro.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 89

    ArcGIS outil de géotraitement qui superpose un polygone couche avec une autre couche pour résumer le nombre de points, la longueur des lignes ou l'aire de la polygones au sein de chaque polygone, et calculer les statistiques de champ attributaire sur ces entités dans le polygones.

    Numérisation dans ArcMap – Tutoriel SIG

    • Numérisation dans ArcMap Dans ce didacticiel, je mettrai en évidence les étapes de base pour effectuer la numérisation à l'écran des entités cartographiques dans ArcMap
    • Objectifs Création d'une géodatabase Création d'un jeu de classes d'entités Création d'une classe d'entités ( point, ligne et polygone) Numériser des entités sur une carte/image satellite Préambules Création d'une géo-base de données personnelle à l'aide d'ArcCatalog Lancez ArcCatalog.

    Fonctionnement de Intersection—ArcGIS Pro Documentation

    Pro.arcgis.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 91

    • Le résultat point les entités sont l'endroit où les extrémités des lignes se touchent à un point sur le polygone limite et où les lignes se croisent polygone limites
    • Non points sont générés dans la sortie où les lignes se trouvent directement le long polygone limites
    • Polygone, ligne et point entrée pour point production
    • Le graphique ci-dessous illustre le résultat de l'intersection point, ligne et

    How to add Point Data and to create Thiessen Polygon in ArcGIS

    Youtube.com DA: 15 PA: 6 MOZ Rank: 49

    Here in this video you will come to know how to add a point data containing latitude and longitude (X-Y Coordinate) and later how to create thiessen polygon.


    Presentation Transcript

    July 24, 2012 Network Analysis with ArcGIS for Server Deelesh Mandloi Dmitry Kudinov

    introduction • Who are we? • Network Analyst Product Engineers • Who are you? • Current Network Analyst users? • Current ArcGIS Server users? • Worked with ArcGIS 10.1 for Server? • Familiarity with Geoprocessing framework?

    Les sujets • ArcGIS Network Analyst extension and concepts • ArcGIS for Server workflow • Geoprocessing services • Network analysis services • Choosing the correct option • What is new at 10.1 and what is coming • Support and resources

    Network Analyst Extension More Information: What is Network Analyst in ArcGIS help

    ArcGIS Network Analyst ExtensionSolving transportation problems Route Closest Facility Service Area Origin-Destination Cost Matrix Vehicle Routing Problem Location-Allocation

    Network Analyst Concepts More Information: Essential Network Analyst vocabulary in ArcGIS help

    Network Dataset Network Dataset Data Model Transportation Network Geodatabase Shapefile StreetMap

    Where do you get street data? • Government data • TIGER • Community data • OpenStreetMap • OSM to NDS tools • No street data at all • Network analysis services on ArcGIS online • StreetMap Premium for ArcGIS • Vendor data • NAVTEQ or TomTom • Vendor street data processing tools • Data and Maps media • Included with ArcGIS • North America ready-to-route dataset • Your own data

    Network Analysis Layer • Composite layer configured for a specific solver • Stores analysis properties, inputs, and outputs from the solver

    Network Analysis withArcGIS for Server More Information: Network analysis services in ArcGIS help

    ArcGIS for Server Workflow Author GIS Resources Publish GIS Services Use GIS Services

    Network Analysis with ArcGIS for Server ArcGIS Server ArcGIS for Server Geoprocessing Services Network Analysis Services

    Geoprocessing Services More Information: Sharing workflows with geoprocessing services in ArcGIS help

    What is a Geoprocessing Service? • A web service for performing analysis using geoprocessing tools • Full use of the geoprocessing framework • Synchronous and Asynchronous execution • Provides SOAP and REST endpoints for working with all Network Analyst solvers • Out-of-the-box clients

    Authoring Geoprocessing Services • Create geoprocessing tools that perform your network analysis in a toolbox • The geoprocessing tools can be • Model tool created using ModelBuilder • Script tool created using Script tool wizard that runs a script file (usually a Python file) • Tools in Python Toolboxes • Custom tool created using ArcObjects and a compiled programming language like C#, VB.Net, Java, C++

    Authoring Geoprocessing Services 2 • Make or Edit Network Analysis Layer • Add locations to one or more Network Analysis Classes • Solve • Use the results Python 1 3 4 Network Analysis Workflow

    Authoring Geoprocessing Services • Generate Service Areas tool • Single tool for service area analysis • Use hierarchy for fast execution and large problems • Solve Vehicle Routing Problem tool • Single tool for solving vehicle routing problems • Faster than executing multiple tools • Chain multiple tools for other solvers

    Authoring Geoprocessing Services • Network analysis layer is a non-transportable dataset • Convert sublayers to feature classes • Network dataset becomes project data for the service • Document the tools • Acts as an API reference for the tasks

    Use layers for project data Network dataset layers and network analysis layers Preprocess network analysis layers used by the tasks Prepopulate network analysis classes Pre-calculate network locations for permanent facilities Calculate Locations tool Write outputs to in_memory workspace Use file geodatabase for very large analysis outputs Dissolve large network datasets Authoring Geoprocessing Services Performance Tips

    Demo: Author Store Site Selection Service Author a tool to generate drive time polygons around given points Author a tool to choose store locations that would generate the most business for a retail chain.

    Publishing Geoprocessing Services • Execute the tool • Tool should execute without any errors • Create small output datasets • From Results window, share the result as a service • Publisher or Administrator privilege is required

    Publishing Geoprocessing Services • Register project data with ArcGIS for Server before sharing your tools • Multiple services can use the same network dataset • Easy to apply data updates • Can use local path to the data when using clusters • ArcGIS will not copy the network datasets to the server machine

    Publishing Geoprocessing Services • Set service settings • Synchronous or Asynchronous execution • Message level as Warning • Execution timeouts • Add results • Multiple tasks within a service • Set task settings • Input mode for task parameters

    Publishing Geoprocessing Services • Analyze your service • Examine the messages in the Prepare window • Often provide a performance improvement tip

    Using Geoprocessing Services • Can be used without writing any code in: • ArcMap • ArcGIS Explorer Desktop • Silverlight Viewer • Flex Viewer • Requires client side code to use from Web, Mobile and Runtime APIs • Samples available for JavaScript, Flex, Silverlight, and Windows Phone

    Demo: Publish & Use Store Site Selection Service Share the Locate Stores and Calculate Drive-Time Polygons tools as a service Use the tasks in a web application created with ArcGIS Viewer for Silverlight

    Network Analysis Services More Information: Network analysis services in ArcGIS help

    What is a Network Analysis Service? • A map service published with network analysis capability • Server object extension that works with network analysis layers • Synchronous execution only • SOAP endpoints for all solvers and REST endpoints for Route, Closest Facility and Service Area solvers • Limited out-of-the-box clients

    Authoring Network Analysis Services • Create a map document with one or more network analysis layers • Set analysis properties on the network analysis layers • Optionally include any data layers that will be used by the services • For example: census block group centroids to be used as demand points with location-allocation service

    Publishing Network Analysis Services Share the map document as a service

    Publishing Network Analysis Services • Register project data with ArcGIS for Server before sharing your map • Multiple services can use the same network dataset • Easy to apply data updates • Can use local path to the data when using clusters • ArcGIS will not copy the network datasets to the server machine

    Publishing Network Analysis Services • Enable the network analysis capability • Creates a map service and network analysis service • Set the service properties • Generalization tolerance for output features • Auto-hierarchy distance • Maximum number of input features supported by the service

    Publishing Network Analysis Services • Analyze your service • Examine the messages in the Prepare window • Often provide a performance improvement tip

    Using Network Analysis Services • Routing service can be used without writing any code in: • ArcMap • ArcReader • ArcGIS Explorer Desktop • Requires client side code to use from Web and Mobile APIs • Samples available for JavaScript, Flex, Silverlight, Windows Phone, iOSAPIs • Support for Android API coming soon

    Demo: Network Analysis Service for Routing Author and publish a network analysis service that can find shortest route based on traffic conditions Find best route that avoids traffic during rush hour using a web application

    Geoprocessing or Network Analysis Service? • Both geoprocessing and network analysis service support the full network analysis capabilities • Select geprocessing service if • Analysis runs for long duration (greater than 60 seconds) • Out-of-the box client support is important • Network analysis is just one part of a larger analysis • Need to access the traversal result for further analysis • Need to access OD Cost Matrix, Vehicle Routing Problem, or Location Allocation Solvers from REST based Web APIs • Select network analysis service if • Analysis runs for short duration (less than 60 seconds) • Need very fast execution

    Pop Quiz • A commercial equipment provider needs to generate up to one hour service areas around their facilities to determine premium support eligibility for their customers. The service area around each facility can take about 30 minutes to process. • Choose geoprocessing service • Since the analysis runs for longer duration, the asynchronous execution provided with geoprocessing services is required to complete such long running jobs.

    Pop Quiz • A logistics company needs a fast point to point routing service. Often times the service needs to process multiple route requests per second. • Choose network analysis service • The service requires fast execution. The overall time to complete analysis (find routes) is very small. The constant overhead associated with the execution of geoprocessing services will not provide the desired performance.

    Pop Quiz • A web developer needs to build a bike routing app that can find best routes for bikes and provide further quality assessment of a route such as percentage of route that uses bike lanes and highlight sections that use streets without bike lanes. • Choose geoprocessing service • The service needs to analyze the routes and relate them to the street features to get further information about the edges that make up the routes. This requires using the traversal results which is easily available from a geoprocessing service.

    Pop Quiz • A GIS service provider needs to develop a custom routing product to support routing school buses for school districts. Along with routing, the product should also support other analyses such as determining the locations of bus stops and school redistricting. The product needs to have a simple web based user interface. • Choose geoprocessing service • The product needs to perform Vehicle Routing Problem and Location-Allocation network analyses. The JavaScript API does not provide support for these solvers with network analysis services. The product also needs some integration between Network Analyst solvers and other third party optimization solvers for school redistricting. Geoprocessing services provides easy access to other GIS analyses and are supported with JavaScript API.

    Performance Optimization Checklist • Use file geodatabase based network datasets • Faster than streetmap premium datasets • Use local paths to data • Copy network datasets to all machines in the cluster • Dissolve large network datasets • Dissolve Network tool • Load network datasets into memory • Data warm up tool • Minimizes disk I/O and maximizes service throughput

    Résumé ArcGIS for Server Network Analysis Service • Map document with network analysis layers • Synchronous execution • SOAP endpoints for all solvers • REST endpoint for Route, Closest Facility, and Service Area solvers • Few out-of-the-box clients • Geoprocessing Service • A toolbox with geoprocessing tools • Full use of the geoprocessing framework • Synchronous and Asynchronous execution • SOAP and REST endpoints for all solvers • Out-of-the-box clients

    Network Analysis with ArcGIS Server ArcGIS Server ArcGIS for Server Geoprocessing Services Network Analysis Services

    Network Analyst: New Features • Enhanced restrictions • Real-time traffic support • All solvers are time aware • Fast service area polygons • Capacitated location-allocation • Server tools • Additional geoprocessing tools • Network analysis services on ArcGIS Online with organizational subscriptions (coming soon)


    Voir la vidéo: ArcGis - Cours 2: Couches et importation de tableaux dans ArcMap (Octobre 2021).