Suite

Enregistrer la couche vectorielle et mettre à jour le fichier de projet .qgs (PyQGIS)


Besoin d'aide pour résoudre le cas d'utilisation suivant :

  1. QGIS a démarré avec un nouveau projet (pas de couches)
  2. Une nouvelle couche est créée par programmation et les données sont remplies :

    vl = QgsVectorLayer("Point", "temporary_points", "memory") pr = vl.dataProvider() vl.startEditing() <… mettre les données dans vl> vl.commitChanges() QgsMapLayerRegistry.instance().addMapLayer(vl)
  3. Le nouveau calque est enregistré en tant que fichier de formes :

    QgsVectorFileWriter.writeAsVectorFormat(vl, "c:	empmy_shapes.shp", "CP1250", None, "ESRI Shapefile")
  4. Ensuite, je suppose que je dois mettre à jour mon calque pour changer le type de données de "mémoire" à "ogr" avec le chemin d'accès au fichier de formes à partir de l'étape 3.

  5. Ensuite, mettez à jour le fichier de projet avec ces informations ; donc la prochaine fois que ce projet est chargé, la couche lira les données de my_shapes.shp.

Je sais "en quelque sorte" comment faire ces étapes n ° 4 et n ° 5 à l'aide de l'interface utilisateur QGIS :

  • enregistrer la couche en tant que fichier de formes et cochez la case "Ajouter une couche enregistrée à la carte".
  • supprimer le calque d'origine
  • sauvegarder le projet

Dois-je mettre en œuvre ces étapes par programme ou existe-t-il un meilleur moyen ?


Avez-vous besoin de la couche mémoire ?

Jetez un œil à l'exemple « directly from features » dans le livre de recettes PyQGIS pour voir comment créer un fichier de formes persistant à partir d'entités, afin d'éviter de créer une couche mémoire.


Données d'ouverture¶

Dans le cadre d'un écosystème de logiciels Open Source, QGIS repose sur différentes bibliothèques qui, combinées à ses propres fournisseurs, offrent des capacités de lecture et souvent d'écriture de nombreux formats :

Les formats de données vectorielles incluent les formats ESRI (Shapefile, Geodatabase…), les formats de fichiers MapInfo et MicroStation, AutoCAD DWG/DXF, GeoPackage, GeoJSON, GRASS, GPX, KML, Comma Separated Values, et bien d'autres… Lire la liste complète des vecteurs OGR pris en charge formatage.

Les formats de données raster incluent ArcInfo Binary Grid, ArcInfo ASCII Grid, JPEG, GeoTIFF, ERDAS IMAGINE, MBTiles, R ou Idrisi rasters, ASCII Gridded XYZ, GDAL Virtual, SRTM, Sentinel Data, et bien d'autres… Lire la liste complète des formats raster pris en charge .

Les formats de base de données incluent PostgreSQL/PostGIS, SQLite/SpatiaLite, Oracle, DB2 ou MSSQL Spatial, MySQL…

La prise en charge des services de données Web (WM(T)S, WFS, WCS, CSW, ArcGIS Servers…) est également gérée par les fournisseurs QGIS (voir QGIS as OGC Data Client ).

Vous pouvez également lire les fichiers pris en charge à partir de dossiers archivés et utiliser les formats natifs de QGIS tels que les couches virtuelles et mémoire.

À la date de ce document, plus de 80 formats vectoriels et 140 formats raster sont pris en charge par les fournisseurs natifs GDAL/OGR et QGIS.

Tous les formats répertoriés peuvent ne pas fonctionner dans QGIS pour diverses raisons. Par exemple, certains nécessitent des bibliothèques propriétaires externes, ou l'installation GDAL/OGR de votre système d'exploitation peut ne pas avoir été conçue pour prendre en charge le format que vous souhaitez utiliser. Pour voir la liste des formats disponibles, exécutez la ligne de commande ogrinfo --formats (pour le vecteur) et gdalinfo --formats (pour le raster), ou vérifiez Paramètres ‣ Options ‣ menu GDAL (pour le raster) dans QGIS.

Dans QGIS, selon le format des données, il existe différents outils pour l'ouvrir, principalement disponibles dans le menu Couche Ajouter une couche ‣ ou à partir de la barre d'outils Gérer les couches (activée via le menu Affichage ‣ Barres d'outils). Cependant, tous ces outils pointent vers une boîte de dialogue unique, la boîte de dialogue Gestionnaire de sources de données que vous pouvez ouvrir directement avec le Ouvrir le bouton Gestionnaire de source de données disponible dans la barre d'outils du gestionnaire de source de données ou en appuyant sur Ctrl+L . En effet, la boîte de dialogue Data Source Manager offre une interface unifiée pour ouvrir des données basées sur des fichiers vectoriels ou raster ainsi que des bases de données ou des services Web pris en charge par QGIS. Il peut être réglé modal ou non avec le Boîte de dialogue du gestionnaire de source de données non modale dans le menu Paramètres ‣ Options ‣ Général.

Boîte de dialogue Gestionnaire de sources de données QGIS ¶

A côté de ce point d'entrée principal, vous avez également le plugin DB Manager qui offre des capacités avancées pour analyser et manipuler les bases de données connectées. Plus d'informations sur les capacités de DB Manager sont exposées dans DB Manager Plugin .

Il existe également de nombreux autres outils, plug-ins natifs ou tiers, qui vous aident à ouvrir des formats de données dédiés.

Ce chapitre décrira uniquement les outils fournis par défaut dans QGIS pour charger des données. Il se concentrera principalement sur la boîte de dialogue Gestionnaire de sources de données, mais plus que de décrire chaque onglet, il explorera également les outils basés sur les spécificités du fournisseur de données ou du format.


Réexécutez le modèle de didacticiel 01 pour créer des fichiers de vérification

Une fois prêt, copiez et enregistrez le Créer_Vide.fvc fichier dans le TUFLOWFVs'exécute dossier en tant que trap_steady_04.fvc et ouvrez ce fichier dans Notepad++. Ce fichier ne contient plus que la commande pour définir le format SIG et la projection du modèle. Nous allons éditer ce fichier pour créer un nouveau fichier d'exécution.

Mettre à jour le fichier FVC

1. Commentez la dernière commande car nous n'avons pas besoin de générer à nouveau des fichiers vides.

Remarque : si vous avez terminé les 6 premières sections de ce didacticiel et que vous avez créé et exécuté avec succès trap_steady_01.fvc du dossier TUFLOWFV uns, passez à l'étape 5.

2. Allez dans le dossier Complete_ModelTUFLOWFV uns, copiez le fichier FVC original du didacticiel trap_steady_01.fvc dans notre dossier de travail le dossier TUFLOWFV uns.

3. Copier à travers les données de limite d'entrée stableQ_01.csv et stableWL_01.csv de Modèle_completTUFLOWFVc_dbase à nos dossiers de travail du modèle .TUFLOWFVc_dbase

4. Copiez le fichier de maillage trap_steady_01.2dm de Complete_ModelTUFLOWFVmodelgeo sur notre dossier de maillage de travail .TUFLOWFVmodelgeo

5. Copiez à travers TOUT commandes de trap_steady_01.fvc au nouvellement créé trap_steady_04.fvc fichier, sous les lignes de code existantes.

6. Modifiez le type de sortie en xmdf pour une visualisation plus facile à l'aide de la visionneuse TUFLOW dans QGIS :

7. De plus, à la fin du fichier, ajoutez :

8. Nous sommes maintenant prêts à relancer notre simulation avec les fichiers de vérification SIG activés. Nous exécuterons TUFLOW FV à l'aide d'un fichier batch Windows comme détaillé dans la section suivante.

Exécution à partir d'un fichier batch.

La méthode préférée pour exécuter TUFLOW FV consiste à utiliser un fichier batch Windows. Nous allons créer un fichier batch dans le .TUFLOWFVs'exécute dossier appelé _run.bat. Pour ce faire, faites un clic droit dans le dossier des courses, en créant un nouveau fichier texte comme suit :


Renommez le fichier texte nouvellement créé en _run.bat et ouvrez-le dans Notepad++ (ou votre éditeur de texte préféré).


1. Une fois dans un éditeur de texte, ajoutez cette commande pour définir le chemin vers l'exécutable FV :

où chemin est le chemin d'accès à votre exécutable TUFLOW FV.

2. Définissez le nombre de threads CPU utilisés dans la simulation en fonction des spécifications de votre PC :

3. Ajoutez la commande suivante pour exécuter le fichier FVC à l'aide de l'exécutable FV ci-dessus :


4. Exécutez le modèle en double-cliquant sur le fichier batch. Si vous voulez en savoir plus sur l'exécution de TUFLOW FV à partir d'un lot, consultez notre page Wiki Exécution de TUFLOW FV à partir d'un fichier de lot.

Inspecter les fichiers de vérification

Avec le SIG activé et en utilisant le Écrire des fichiers de vérification == ..Chèque La commande TUFLOW FV 2019 peut exporter des fichiers SIG qui vous aident à examiner ce que TUFLOW FV a utilisé comme entrée. Nous commencerons par étudier les trois fichiers de contrôle générés pour trap_sready_04.fvc indiqués ci-dessous.

1. Allez dans le dossier TUFLOWFV unlog, ouvrez trap_steady_04.qgs en faisant glisser ce fichier dans QGIS ou simplement en double-cliquant dessus.

Maintenant, tous les fichiers de contrôle sont ouverts dans les « couches de sortie ». (Ce modèle n'a pas de couche SIG en entrée, donc le groupe "Couches en entrée" est vide).

2. Utilisez le Appliquer le style TUFLOW aux calques ouverts bouton pour vérifier les styles des calques de contrôle.

Remarque : Si vous ne pouvez pas voir le maillage à ce stade, sélectionnez le calque « trap_steady_04_mesh_check (R) », accédez à la vue > « zoomer sur le calque ».

3. Faites un clic droit sur le _mesh_check_R couche et ouvrez la table attributaire.

Les informations suivantes peuvent être vérifiées à partir des attributs :

  • IDX2: ID de cellule 2D,
  • IDX3: ID de cellule 3D (Si le mode est 2D l'IDX2 sera égal à IDX3),
  • CTRDX: Coordonnée X du centre de la cellule,
  • CTRDY: Coordonnée Y du centre de la cellule,
  • Tapis: ID du matériau de la cellule,
  • ZB: Élévation du lit du centre cellulaire,
  • BRough: Rugosité du lit.


4. Décochez la case _ns_check_L check dans le panneau Layer pour afficher uniquement le fichier de contrôle de maillage et le fichier de contrôle BC. Toutes les faces des cellules limites sont représentées par un segment de ligne. Sélectionnez le _bc_check_L vérifier le fichier dans le panneau des calques.


Utilisez l'outil Identifier l'entité et cliquez sur l'une des faces de la cellule pour ouvrir une fenêtre d'attributs d'entité.

  • identifiant: ID de chaîne de nœud associé à la limite
  • TAPER: Type de la condition aux limites. Dans ce modèle, « Q » pour limite d'écoulement ou « WL » pour limite de niveau d'eau.
  • Sous-type: Sous-type de la frontière
  • La source: Fichier source de frontière lié à la frontière



5. Décochez la case _bc_check_L et vérifiez le _ns_check_L dans le panneau des calques pour revoir l'emplacement et la direction des chaînes de nœuds. Si les nodestrings sont correctement définies, les flèches doivent pointer dans le sens du flux.

Affichage des résultats de la modélisation à l'aide de TUFLOW Viewer

Cette section du didacticiel nous montrera comment utiliser la visionneuse TUFLOW dans QGIS pour afficher nos résultats XMDF.

1. Cliquez sur le Visionneuse TUFLOW (TuPlot) pour ouvrir la fenêtre TUFLOW Viewer. Accédez à Fichier>>>Charger les résultats - Sorties de la carte.

2. Dans la fenêtre contextuelle, accédez à TUFLOWFV ésultats et ouvrir trap_steady_04.xmdf.sup

3. Dans la visionneuse TUFLOW, essayez :

  • Cliquez sur Basculer le rendu du maillage pour afficher et masquer le maillage du modèle
  • Changez le vecteur et le scalaire pour tracer sur le Type de résultat panneau
  • Utilisez le curseur/boutons de pas de temps pour avancer dans le temps

4. Cliquez avec le bouton droit sur le type de résultat et modifiez le style de tracé dans les onglets Contour/Vecteur/Maillage.


GAZON¶

La configuration de GRASS n'est pas très différente de la configuration de SAGA. Tout d'abord, le chemin d'accès au dossier GRASS doit être défini, mais uniquement si vous utilisez Windows. De plus, un interpréteur shell (généralement msys.exe , que l'on peut trouver dans la plupart des distributions GRASS pour Windows) doit être défini et son chemin également configuré.

Par défaut, SEXTANTE essaie de configurer son connecteur GRASS pour utiliser la distribution GRASS fournie avec QGIS. Cela devrait fonctionner sans problème dans la plupart des systèmes, mais si vous rencontrez des problèmes, vous devrez peut-être le faire manuellement. De plus, si vous souhaitez utiliser une version différente de GRASS, vous pouvez modifier ce paramètre et pointer vers le dossier où cette autre version est conservée. GRASS 6.4 est nécessaire pour que les algorithmes fonctionnent correctement.

Si vous utilisez Linux, il vous suffit de vous assurer que GRASS est correctement installé, et qu'il peut être lancé sans problème depuis une console.

Les algorithmes GRASS utilisent une région pour les calculs. Cette région peut être définie manuellement en utilisant des valeurs similaires à celles trouvées dans la configuration SAGA, ou automatiquement, en prenant l'étendue minimale qui couvre toutes les couches d'entrée utilisées pour exécuter l'algorithme à chaque fois. Si c'est le comportement que vous préférez, cochez simplement la Utiliser la zone de couverture minimale dans les paramètres de configuration de GRASS.

GRASS comprend des fichiers d'aide décrivant chaque algorithme. Si vous définissez le Dossier d'aide GRASS paramètre, SEXTANTE les ouvrira lorsque vous utiliserez le [Afficher l'aide] bouton de la fenêtre des paramètres de l'algorithme.

Le dernier paramètre à configurer est lié au jeu de cartes. Un jeu de cartes est nécessaire pour exécuter GRASS, et SEXTANTE en crée un temporaire pour chaque exécution. Vous devez indiquer à SEXTANTE si les données avec lesquelles vous travaillez utilisent des coordonnées géographiques (lat/lon) ou projetées.

Aucune configuration supplémentaire n'est nécessaire pour exécuter les algorithmes GDAL, car il est déjà intégré à QGIS et SEXTANTE peut en déduire sa configuration.


Méthodes menées dans SAGA GIS pour l'analyse hydrologique

Configuration de base de SAGA GIS

Avant de commencer à configurer SAGA GIS pour l'utilisation, il est recommandé d'acquérir les données que vous prévoyez d'utiliser pour votre projet, de savoir où se trouvent vos données dans un dossier et de vous assurer que toutes les données que vous utilisez se trouvent dans ce dossier. dossier.

Ouverture de SAGA GIS

Pour exécuter vos analyses hydrologiques, assurez-vous que SAGA GIS est correctement installé sur votre ordinateur et fonctionnel. Si vous n'avez pas SAGA GIS, vous pouvez le télécharger sur la page d'accueil de SAGA GIS.

  • S'il est installé et fonctionnel, il suffit de localiser et de cliquer sur l'icône SAGA GIS, cela ouvrira la fenêtre initiale de SAGA GIS.
  • Une fois SAGA GIS ouvert, votre interface utilisateur s'affichera comme ci-dessous.

Figure 1. Capture d'écran de l'interface utilisateur graphique de SAGA GIS au démarrage

Importation de DEM

Cette section vous expliquera comment importer de manière appropriée un MNT traité dans SAGA GIS afin que vous puissiez effectuer efficacement une analyse hydrologique.

  • Dans l'interface utilisateur graphique (gui) de SAGA GIS, vous devrez d'abord naviguer vers le Modules menu déroulant situé dans la barre d'outils du menu principal en haut de l'écran.
  • Dans le menu Modules, accédez à Déposer et ensuite à GDAL/OGR et ouvrez le GDAL : Importer un raster commander.
  • Une fois la boîte de dialogue Importer un raster ouverte, vous verrez que la première ligne contient le mot Fichier dans la colonne de gauche et rien dans la colonne de droite. Vous devez cliquer sur la colonne vide, ce qui entraînera la boîte affichant un bouton points de suspension (. ). Vous cliquerez ensuite sur ce bouton, ce qui ouvrira un navigateur de fichiers et naviguera jusqu'à votre fichier DEM. Lorsque vous avez localisé votre fichier de modèle d'élévation, cliquez sur Ouvert puis dans la boîte de dialogue Importer un raster, cliquez sur D'accord. Remarque : lors du téléchargement lors de l'importation d'un DEM dans SAGA, il peut être dans n'importe quel format raster (par exemple, .rst, .GRID, .tiff), mais le format tiff est préféré.
  • Après avoir lancé le processus d'importation du fichier DEM, vous pouvez voir la progression du module dans la fenêtre de messages située dans la partie inférieure de l'interface graphique SAGA. Lorsque la fenêtre de message s'affiche Exécution du module réussie, votre DEM a été correctement importé dans SAGA.
  • Un aspect important à retenir lors de l'importation de tout fichier dans SAGA, y compris le fichier raster DEM, est que le fichier importé apparaîtra dans l'onglet données de l'espace de travail, cependant afin de voir visuellement vos données, vous devez double-cliquer sur le nom du fichier qui ouvrira une nouvelle fenêtre intitulée Ajouter une couche à la carte sélectionnée, puis sélectionnez Nouveau et cliquez d'accord.
  • Maintenant, le DEM a été complètement et précisément importé dans SAGA GIS et sera affiché comme la figure 2.

Figure 2. Modèle numérique d'élévation du lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada (Source : RNCan, 2013)

Sauvegarde des données dans SAGA GIS

Pour qu'un utilisateur puisse enregistrer des données importées ou des données générées à l'aide d'un outil d'analyse, il doit enregistrer chaque fichier raster individuellement. En effet, les fichiers ne sont pas enregistrés automatiquement n'importe où sur l'ordinateur et l'enregistrement de tout votre travail en tant que projet SAGA (.sprj) n'enregistre pas réellement les fichiers raster individuels et si les fichiers ne sont pas enregistrés, ils ne peuvent pas être remanipulés ou traités. si le document est fermé ou se bloque. Pour enregistrer correctement les fichiers raster dans SAGA GIS :

  • Accédez au fichier raster à partir de la liste des fichiers dans le Données onglet du espace de travail.
  • Maintenant, faites un clic droit sur le nom du fichier et faites défiler jusqu'à Enregistrer sous. .
  • En cliquant sur Enregistrer sous, une nouvelle fenêtre s'ouvrira qui vous permettra de spécifier où vous souhaitez enregistrer le fichier, le nom que vous souhaitez lui donner et le format dans lequel il doit être (Remarque : l'extension .sgrd est le format de grille natif pour SAGA GIS et fonctionne généralement mieux).
  • Une fois toutes les informations spécifiées dans ce Enregistrer la grille fenêtre, cliquez sur Sauvegarder. Vos données raster ont maintenant été enregistrées avec succès.

Projeter correctement les données pour effectuer une analyse

Dans SAGA GIS, vous devrez commencer vos analyses en projetant d'abord votre fichier DEM dans un système de projection Universal Transverse Mercator (UTM) car SAGA fonctionne mieux avec ce système de référence de coordonnées en ce qui concerne les outils hydrologiques. Si votre DEM était déjà dans un système UTM et dans la bonne zone pour la région d'étude, vous pouvez ignorer cette étape, sinon vous devez suivre les étapes suivantes pour convertir la projection originale du fichier DEM en un système de zone UTM que SAGA peut travailler dans.

Étapes pour projeter des fichiers dans SAGA GIS :

  • Recherchez votre code proj.4 spécifique en ligne pour votre domaine d'intérêt sur spatialreference.org. Remarque : Assurez-vous de trouver un code pour votre DEM qui se trouve dans l'UTM NAD83(CSRS) et assurez-vous également que vous le projetez dans la zone UTM appropriée pour votre région d'étude.
  • Une fois que vous avez le code proj.4, vous revenez dans SAGA GIS et ouvrez le Modules onglet dans la fenêtre de l'espace de travail.
  • Accédez à l'ensemble d'outils intitulé Projection - Proj.4 et développez-le en cliquant sur le petit bouton du signe plus.

  • Descendez maintenant à l'outil intitulé Proj.4 (Arguments de ligne de commande, Grille).
  • Vous verrez maintenant une boîte de dialogue contextuelle avec deux champs principaux, le premier appelé Paramètres source et le second appelé Paramètres cible.
  • Dans la deuxième rangée de Paramètres source, appelée Système de grille, vous devrez utiliser le menu déroulant pour sélectionner le système de grille sous lequel votre jeu de données d'altitude est répertorié (en fonction de ce qui est écrit dans la section de données de la fenêtre de l'espace de travail.

  • Ensuite, vous devez sélectionner votre fichier DEM en utilisant le menu déroulant de la ligne intitulée la source.
  • La saisie du fichier DEM dans la boîte de dialogue modifiera automatiquement la saisie de la première ligne appelée Paramètres de projection source à la projection appropriée.
  • Maintenant, dans les paramètres cibles, saisissez le code de projection Proj.4 récupéré sur le site Web de référence spatiale.
  • Laissez la case Créer des grilles X/Y décochée et passez à la ligne suivante.
  • Dans le fichier d'interpolation, sélectionnez l'interpolation de surface que vous préférez dans la liste déroulante (Natural Neighbor est utilisé pour ce didacticiel et c'est généralement une bonne idée en fonction de votre projet).
  • Dans le dernier champ de la boîte de dialogue, utilisez à nouveau le menu déroulant et sélectionnez défini par l'utilisateur.
  • La prochaine étape du processus de projection consiste à cliquer sur D'accord.
  • Cela fera à nouveau apparaître une nouvelle fenêtre qui vous permettra de manipuler la grille définie par l'utilisateur pour votre projection.
  • Dans cette fenêtre utilisateur, les quatre premières lignes auront déjà des entrées correctes en fonction de vos paramètres cibles, mais vous devrez entrer des paramètres définis dans le champ de taille de cellule.
  • Veuillez vous assurer que la taille de cellule appropriée est définie, sinon votre nouveau fichier DEM projeté ne fonctionnera pas correctement pour l'analyse hydrologique. Votre entrée de taille de cellule doit être la même que la taille de cellule sur le DEM d'origine. Pour ce tutoriel sur Lac Okanagan la délimitation du bassin versant, la taille des cellules a été fixée à 30.

  • Après cela, il ne reste plus qu'à cliquer D'accord.
  • Vous avez maintenant re-projeté avec succès le MNT d'origine en coordonnées UTM appropriées pour votre analyse hydrologique.
  • Cet outil de projection fournit au fichier un système de référence de coordonnées interne (CRS), cependant pour appliquer un CRS au fichier raster réel, vous devez utiliser le Définir le système de coordonnées de référence.
  • L'outil Définir le système de coordonnées de référence se trouve sous Module | Projections | Définir le système de coordonnées de référence.

  • Dans la fenêtre de l'outil, vous devrez saisir le code EPSG de la projection qui a été appliqué au DEM à l'aide de l'outil de projection Proj.4. Ce code EPSG est également disponible sur le site de référence spatiale.
  • Une fois le code EPSG défini, le champ Paramètres Proj4 changera automatiquement en fonction du code de projection.
  • Ensuite, descendez au Grilles champ sous le Objets de données section et cliquez sur la colonne vide pour afficher le bouton Parcourir .
  • En cliquant sur le bouton Parcourir, vous accédez à une fenêtre contextuelle interne dans laquelle vous devrez sélectionner votre fichier DEM que tu as déjà projeté et transférez-le dans la colonne de droite qui doit être vide.
  • Cliquez sur D'accord.
  • Cliquez sur D'accord également dans la boîte de dialogue principale de l'outil Définir le système de coordonnées de référence.
  • Enfin votre application de projection de votre DEM est terminée et votre fichier raster est prêt pour les analyses hydrologiques.

Remplissage des éviers d'un DEM

Il est absolument vital pour les personnes réalisant des analyses hydrologiques de combler les puits contenus dans les modèles altimétriques numériques. En remplissant ces caractéristiques de puits, vous limitez essentiellement le nombre d'artefacts géométriques, d'erreurs dues à la réflexion spéculaire de l'eau et d'autres erreurs dans le modèle d'élévation causées par divers aspects. Pour remplir les éviers, procédez comme suit :

  • Allez au Modules menu dans la barre d'outils principale.
  • Naviguez ensuite jusqu'au Analyse de terrain menu, développez-le puis passez la souris sur Pré-traitement.
  • Une fois que le menu Pré-traitement s'est ouvert à côté de l'analyse du terrain, vous devrez localiser l'outil de remplissage intitulé Remplir les éviers (Wang Lui).

  • Une fois que vous avez ouvert le Remplir les éviers (Wang Lui) onglet, vous sélectionnez votre système de grille (sous lequel vos données DEM sont enregistrées) via le menu déroulant à côté de la ligne intitulée Système de grille.
  • Après avoir sélectionné votre système de grille, vous accédez à la ligne intitulée DEM et sélectionnez votre fichier DEM via le menu déroulant.
  • Une fois que vous avez fait cela, assurez-vous que les champs DEM rempli,Sens d'écoulement, et Bassins versants à travers leurs menus déroulants ont [créer] choisi.

  • L'étape suivante consiste à cliquer D'accord, car vous n'avez généralement pas besoin de modifier la ligne facultative de pente minimale.
  • Après toutes ces étapes, vous aurez un nouveau fichier DEM dans lequel tous les éviers sont remplis, faisant ainsi de votre DEM un DEM hydrologiquement correct et ceci est illustré à la Figure 3 pour le Lac Okanagan DEM.

Figure 3. Modèle numérique d'altitude pour le lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada après que tous les puits aient été remplis (Projection : NAD83(SCRS) UTM Zone 10N).

Cartes d'aspect et cartes de pente

Les cartes d'aspect et de pentes ont été créées dans ce didacticiel de projet car ces cartes sont un excellent moyen de visualiser les informations DEM et vous permettent de voir à quoi ressemble la topographie dans la région comme si vous survoliez la région dans un avion. Pour effectuer ces analyses, suivez les procédures suivantes :

  • Accédez à la fenêtre de l'espace de travail de l'interface graphique SAGA GIS et faites défiler jusqu'à l'ensemble d'outils intitulé Analyse de terrain - Morphométrie

  • Une fois là, développez l'ensemble d'outils à l'aide du petit bouton du signe plus à côté du nom de l'ensemble d'outils.
  • Double-cliquez Pente, aspect, courbure, et cela ouvrira une fenêtre pour la boîte de dialogue de l'outil d'analyse.
  • Sélectionnez votre système de grille, sous lequel se trouve votre fichier de données DEM, avec le menu déroulant à droite de la fenêtre dans la ligne intitulée Système de grille.
  • Vous descendez ensuite à la rangée Élévation et allez vers la droite et sélectionnez vos données d'altitude, qui est votre fichier DEM, via le menu déroulant.
  • Pour créer vos cartes de pente et d'aspect, assurez-vous de sélectionner [créer] dans le menu déroulant de droite pour ces lignes respectives.
  • Assurez-vous que les lignes intitulées Courbure, Courbure du plan, et Courbure du profil avoir [pas encore défini] sélectionnés dans leurs menus déroulants respectifs.
  • Dans la rangée intitulée Méthode vous pouvez choisir l'algorithme que vous désirez, mais il a été constaté que le Fit 2.Degree Polynom (Zevenbergen & Thorne 1987) semble très bien fonctionner et c'est donc celui utilisé pour la région du lac Okanagan.

  • Après avoir terminé ces étapes, cliquez sur D'accord en haut à droite de la fenêtre.
  • Cela créera vos cartes.

Figure 4. Carte d'aspect de la zone d'étude du lac Okanagan.

Figure 5. Carte des pentes de la région d'étude du lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada.

Conversion d'un polygone vectoriel en raster

Cette section du didacticiel passera en revue les procédures nécessaires pour prendre un fichier au format polygone vectoriel et le convertir au format raster. Cette étape est très importante puisqu'elle est requise pour l'une des entrées de la prochaine partie de l'analyse hydrologique, où nous évaluons la délimitation des bassins versants. Lors de la création d'un bassin versant, il est nécessaire de spécifier une zone cible en fonction de laquelle le bassin versant sera construit, et cette zone doit être une caractéristique hydrologique comme un lac ou une rivière. Étant donné que les entités hydrologiques ne sont généralement pas trouvées au format raster, il est important de suivre les procédures de cette section pour convertir le polygone en raster pour une analyse SIG SAGA plus précise.

Pour convertir un vecteur en raster :

  • Naviguez d'abord vers le Modules onglet de la barre d'outils du menu principal.
  • Ouvrez l'onglet Modules en cliquant dessus, puis naviguez dans la liste déroulante pour Grille.
  • Dans le menu Grille qui aurait dû s'ouvrir après avoir navigué jusqu'au Grille sélection, vous devrez trouver le Maillage ensemble d'outils.
  • Dans cet ensemble d'outils, descendez la liste jusqu'au Formes à griller outil et ouvrez-le.

  • La boîte de dialogue de l'outil s'ouvrira maintenant avec de nombreuses options de saisie.
  • Les deux premières lignes de l'outil sont étiquetées Formes et Attribut et ces options donnent à l'utilisateur les champs dans lesquels le fichier de polygones vectoriels qui doit être converti doit être spécifié. Ainsi, dans la première ligne, vous devrez utiliser le menu déroulant et sélectionner le fichier de polygone vectoriel à convertir. Pour ce projet, le polygone vectoriel du lac Okanagan a été sélectionné.
  • Dans la deuxième ligne, vous devrez sélectionner l'attribut du fichier vectoriel qui déterminera les limites du contour du fichier. Remarque : comme le fichier vient d'être converti dans ce cas pour la délimitation du bassin versant, n'importe quel attribut peut être choisi, et dans ce projet, le champ ID d'objet a été utilisé.
  • La ligne suivante intitulée Méthode pour plusieurs valeurs vous devrez sélectionner le Moyenne option dans le menu déroulant. Cela indique à l'algorithme de conversion de prendre la moyenne si deux valeurs similaires ou plus sont trouvées dans le fichier vectoriel.
  • Le champ appelé Méthode pour les lignes peut être spécifié comme vous le souhaitez. Cela signifie simplement que le contour de votre polygone vectoriel sera soit épais, soit mince. Pour ce projet, l'option mince a été utilisée.
  • Type de grille cible préféré varie en fonction du type de fichier de données vectorielles dont vous disposez. Dans ce projet, le polygone vectoriel pour le lac Okanagan était un vecteur de 8 octets et donc le virgule flottante (8 octets) option a été choisie.
  • Le dernier champ Grille cible doit être réglé sur Grille afin que SAGA sache qu'une nouvelle grille doit être créée.
  • L'outil Formes en grille peut être vu ci-dessous pour vous aider à mieux comprendre les procédures.

  • Une fois que vous avez entré tous les paramètres requis pour l'outil, cliquez sur D'accord et votre entité hydrologique de polygone vectoriel deviendra un raster. Ci-dessous, le raster du lac Okanagan est affiché après avoir été converti à partir d'un polygone vectoriel.

Création d'une carte de bassin versant

Cette section passera en revue l'analyse hydrologique réelle de la génération de cartes de bassins versants pour une région. Dans ce tutoriel spécifique, le Lac Okanagan bassin versant est généré uniquement, mais les procédures s'appliqueraient à n'importe quelle région d'étude. Pour créer une carte de bassin versant :

  • Allez dans la fenêtre de l'espace de travail Modules Tab et faites défiler jusqu'à Analyse de terrain - Hydrologie et l'étendre.
  • Faites défiler jusqu'à Zone de pente ascendante et ouvrez l'outil en double-cliquant.

  • Sélectionnez votre système de grille via le menu déroulant sur le côté droit de la fenêtre sur le Système de grille ligne .
  • Descendez jusqu'à la ligne intitulée Zone cible et sélectionnez votre zone d'intérêt, qui est la caractéristique hydrologique vectorielle convertie sur laquelle le bassin versant sera basé. Dans ce didacticiel, la zone cible est la Limite du lac Okanagan fichier raster.
  • Descendre au Élévation ligne et sélectionnez votre DEM rempli données dans le menu déroulant sur le côté droit de la fenêtre.
  • Assurez-vous que la ligne intitulée Routes d'évier possède [pas encore défini] sélectionné via le menu déroulant. Ce champ est spécifié comme [non défini] car le DEM rempli prend déjà en compte les routes de récepteur des données.
  • Descendez jusqu'à la ligne intitulée Zone de pente ascendante et assurez-vous [créer] est sélectionné dans le menu déroulant. C'est le champ qui indique à l'algorithme de générer la carte du bassin versant, également connue sous le nom de carte de la zone de pente ascendante.
  • Aller en-desous Options et à la ligne intitulée Méthode et assurez-vous Déterministe 8 est sélectionné dans le menu déroulant. Remarque : L'algorithme déterministe 8 (D8) est choisi dans ce projet car il s'avère être la meilleure option lors de la génération de cartes de bassin versant. Cet algorithme D8 suppose que chaque cellule du DEM rempli a un écoulement d'eau unidirectionnel, tandis que les autres algorithmes supposent qu'une cellule peut avoir de l'eau s'écoulant dans plusieurs directions. Pour créer une carte de délimitation des bassins versants plus précise et plus compréhensible, l'algorithme D8 est le meilleur.
  • Maintenant, le champ suivant s'intitule Convergence et pour cette ligne, il est conseillé de Merci d'ignorer le champ et laissez la valeur par défaut. Il est important de laisser le champ intact car ce facteur de convergence ne s'applique que si vous utilisez le sens d'écoulement multiple mais parce que nous avons utilisé l'algorithme D8, ce champ ne s'appliquera pas à la sortie.

  • Après avoir effectué toutes les étapes, cliquez sur D'accord en haut à droite de la fenêtre.
  • Cela crée votre carte des bassins versants.

Figure 6. Bassin hydrographique du lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada.

Maintenant, comme le montre la figure 6, une excellente carte de délimitation du bassin versant a été générée pour la région d'étude, mais vous pouvez également voir que la carte du bassin versant est projetée sur un fond blanc uniquement, ce qui rend les informations ambiguës et ne fournit aucune signification géospatiale. Pour que les hydrologues et/ou les chercheurs du monde réel puissent utiliser cette carte avec succès, vous devrez certainement draper cette carte sur une autre carte (comme un DEM, une carte de base de la région d'étude ou une carte d'aspect) qui fournit un contexte géospatial à l'information afin que les chercheurs puissent réellement voir quelles zones de la région d'étude contribuent au débit d'eau dans le lac Okanagan. Dans ce projet, le bassin versant a reçu un contexte géospatial en le drapant sur la carte d'aspect, car cette carte représente clairement le paysage de la région d'étude et aide à identifier les zones qui contribuent à l'écoulement de l'eau vers la zone cible.

Figure 7. Bassin versant du lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada représenté drapé sur la carte d'aspect afin de rendre les données plus significatives.

Dans la figure 7, vous pouvez voir la carte du bassin versant drapée sur la carte d'aspect. Pour draper le bassin versant sur d'autres cartes, vous devez d'abord convertir le fichier de bassin versant raster en un polygone vectoriel et pour ce faire :

  • Vous devrez d'abord ouvrir l'outil appelé Vectorisation des classes de grille en naviguant dans les menus de la barre d'outils principale en suivant les étapes suivantes : Modules | Formes | Grille | Vectorisation | Vectorisation des classes de grille.

  • Une fois la boîte de dialogue de l'outil ouverte, vous devrez à nouveau sélectionner votre système de grille dans la liste déroulante de la ligne correspondante.
  • Descendez ensuite au Grille champ et saisissez le Zone de pente ascendante carte qui a été créée pour la carte du bassin versant.
  • Dans le champ intitulé Polygones peut être sûr que la colonne de sélection est définie comme [créer] afin que l'algorithme sache qu'un polygone vectoriel doit être généré.
  • Le champ suivant appelé La sélection de classe doit être définie comme Tous les cours et le identifiant de classe doit être défini comme 1. Ce champ spécifiera le nombre de classes que vous souhaitez générer dans le polygone vectoriel en sortie.
  • Le dernier champ de saisie appelé Classe vectorisée comme. devrait être réglé sur un seul objet (multi-)polygone parce que nous voulons qu'un seul polygone soit créé. L'autre option de ce champ créerait un fichier vectoriel de la zone de pente ascendante mais avec beaucoup de polygones pour le construire, et en utilisant la seule option, vous obtiendrez un polygone qui sera nécessaire pour le draper sur la carte d'aspect.
  • Cliquez maintenant D'accord et un nouveau fichier vectoriel sera généré à partir de la carte du bassin versant.

Les étapes ci-dessus décrivent les étapes nécessaires pour convertir un raster en polygone vectoriel afin que la carte du bassin versant puisse être drapée sur la carte d'aspect. Une fois que la carte du bassin versant a été vectorisée, d'autres mesures peuvent être prises pour la draper sur d'autres cartes pour le contexte géospatial. Pour faire ça:

  • Allez au Données onglet de la fenêtre de l'espace de travail et recherchez le polygone de vecteur de zone de pente ascendante déposer.
  • Cliquez sur le nom du fichier pour le sélectionner et lorsqu'il est mis en surbrillance allez dans le fenêtre de propriétés qui se trouve sur le côté droit de l'écran.
  • Dans la fenêtre des propriétés, assurez-vous que vous êtes dans le Paramètres puis naviguez jusqu'au champ intitulé Transparence [%].
  • Dans ce champ, vous pouvez saisir la valeur que vous préférez en fonction du degré de transparence que vous souhaitez que votre carte de bassin versant apparaisse lorsqu'elle est affichée sur la carte d'aspect. Pour la zone d'étude du lac Okanagan, une transparence de 40 des sélectionnés.
  • Une fois le pourcentage de transparence spécifié, cliquez sur Appliquer et alors Sauvegarder en bas de la fenêtre des propriétés.
  • Now go back to the Data tab of the workspace window and right click on the watershed vector file.
  • Select the Add layer to Map option.
  • In the Map Selection Window that pops up select the Upslope area map.
  • Finally click OK and now your Watershed map is fully completed and has great geospatial information along with its hydrological information just like Figure 7.

Creating a Wetness Index Map

This section will run through the analysis of defining a region's wetness, which describes how susceptible specific areas in a study region are to becoming saturated if high inputs of precipitation occur in a relatively short amount of time. To run a wetness index analysis conduct the following:

  • In the workspace window under the Modules tab scroll down toTerrain Analysis - Hydrology' and expand it using the small plus sign button.
  • Scroll down to SAGA Wetness Index tool and double click it to open the dialogue box to the analysis tool dialogue box.

  • Select your grid system through the drop down menu on the right side of the window on the Grid System row .
  • Go down to the Elevation row and select your Filled DEM data from the drop down menu in the empty column beside the row title.
  • Ensure Catchment area, Catchment slope, Modified catchment area et Wetness index all have [create] in each of the row's drop down menu of the window.
  • In the row titled t make sure the row value is set to ten (10), since that is the default for the tool and it causes the wetness index values to being floating point numbers with a precision of ten points.

  • After you have done this click Okay at the top right of the window.
  • This creates your Wetness Index Map.

Figure 8. Map displaying the Wetness Index of the Lake Okanagan Region where red shows highest wetness and blue shows driest areas.


Voir la vidéo: Qgis: Enregistrer une coucheEnregistrer une sélection (Octobre 2021).