Suite

Comment créer un raster de points équidistants avec une distance en mètres à l'aide de QGIS ?


J'ai besoin d'un ensemble de points équidistants (comme un raster) chacun à une distance de 1 km les uns des autres sur une certaine zone, dans mon cas l'Allemagne. Je connais la fonctionnalité "points réguliers" dans QGIS où je peux faire exactement cela, mais la distance que vous pouvez y entrer n'est pas en mètres mais en coordonnées ou quelque chose du genre.

Je l'ai essayé en WGS 84 ainsi qu'en EPSG:31467 (Gauss-Kruger, courant en Allemagne) qui est censé être en mètres mais les résultats semblent être les mêmes. Je n'arrive tout simplement pas à trouver un moyen de définir une certaine distance en mètres.


Si ton projet CRS est défini sur EPSG:31467, et vous avez une couche vectorielle dans le même CRS pour l'étendue de la frontière, la couche de sortie depoints réguliersaura le même CRS.

Entrez une distance de 1000 pour obtenir des points à 1 km de distance.

S'assurer NE PAS pour utiliser toutes les couches WGS84 qui ont des degrés comme unités.


Comment créer un raster de points équidistants avec une distance en mètres à l'aide de QGIS ? - Systèmes d'information géographique

J'essaie de créer des points (nouvelle couche) à une distance spécifique le long de la route (couche existante) dans QGIS. Créer des points réguliers chaque mètre au niveau du comté à l'aide d'ArcGIS Desktop ? donne une solution pour ArcGIS. Comment y parvenir dans QGIS ? Ajouter des points à une couche vectorielle de points à l'aide de QGIS ? explique comment créer des points mais ne fait rien sur la distance.

(J'ai appliqué les solutions proposées avec différentes mesures de longueurs car je ne connaissais pas la conversion) La solution de @Nathans a fonctionné dans une certaine mesure, j'ai compris.

. Ici, la projection de ces points équidistants est différente de la ligne d'origine.

Avec la suggestion de @underdark, j'ai eu

où les points ne semblent pas équidistants. Je suppose qu'il y a un problème de projection avec les deux que je ne comprends pas.

Noter: Il existe maintenant un plugin QGIS QChainage . Il fait tout cela et plus encore. Le code ci-dessous est obsolète avec QGIS 2.0 et supérieur.

Voici du code Python que vous pouvez coller dans un fichier et utiliser dans QGIS :

QGIS a une méthode dans son API pour faire le référencement de la doublure, mais je n'ai pas pu le faire fonctionner correctement, mais je vais contacter l'auteur du code et voir si je faisais quelque chose de mal.

Pour l'instant, vous aurez besoin du galbé Bibliothèque Python, que vous devriez quand même installer car c'est pratique à avoir à portée de main. Il contient également une excellente documentation sur http://toblerity.github.com/shapely/manual.html

La plupart du code suivant est du code standard QGIS créant simplement les fonctionnalités, les couches, la conversion de wkb et wkt et inversement. Le bit de base est le point = line.interpolate(currentdistance) qui renvoie un point à une certaine distance le long d'une ligne. Nous enveloppons simplement cela dans une boucle jusqu'à ce que nous manquions de ligne.

Copiez et collez le code ci-dessus dans le fichier, j'ai appelé mon locate.py, dans

./qgis/python (car il se trouve dans le chemin Python) et faites-le simplement dans la console Python à l'intérieur de QGIS.

Cela créera une nouvelle couche de points avec des points tous les 30 mètres le long des lignes sélectionnées, comme ceci :

Remarque : Le code est assez approximatif et peut nécessiter un certain nettoyage.

EDIT : La dernière version de développement de QGIS peut désormais le faire nativement.


Comment créer un raster de points équidistants avec une distance en mètres à l'aide de QGIS ? - Systèmes d'information géographique

Carte 1- Projection : Plate Carrée, créée sur l'Album interactif de projections cartographiques Penn State Online GIS Education (2005).

Carte 1- Assiette Carrée
Méridien central 120°W
Étendue de la carte
Lat : 130° W à 60° W
Long : 25° N à 55° N


La projection Plate Carrée est souvent appelée projection cylindrique équidistante ou projection géographique. Comme son nom l'indique, la projection est équidistante, elle a des méridiens et des parallèles standard équidistants, et est cylindrique, le graticule tridimensionnel est projeté sur une grille cartésienne bidimensionnelle. En d'autres termes, le globe tridimensionnel est projeté sur une grille cartésienne avec des angles de 90 degrés entre toutes les lignes d'intersection, les parallèles standards et les méridiens. A l'équateur, la parallèle à 0° est tangente au plan à deux dimensions. La moindre distorsion se produit près de cette ligne tangente, là où le cylindre touche la sphère (sans distorsion au niveau de la ligne tangente) et augmente à mesure que la distance par rapport à la ligne tangente augmente (ESRI, 2007). La projection Plate Carrée est une projection cartographique simple, idéale pour les latitudes les plus proches de l'équateur, avec une distorsion considérable aux pôles. Cette projection est la mieux adaptée à la cartographie thématique et à l'illustration de données graphiques, bien qu'elle conserve l'étendue de la distance aux méridiens et aux parallèles standard, ce n'est pas une bonne projection pour le calcul des distances et des angles. Cette projection semblait bien fonctionner en tant qu'indice, illustrant l'emplacement de Reno, Nevada pertinent pour les hémisphères nord-ouest. C'est un bon comparatif à la projection conique conforme de Lambert en termes de distorsion (voir Comparaison). Dans la projection Plate Carrée ci-dessus, il est clair comment la distorsion est distribuée à mesure que la distance par rapport à l'équateur augmente. La forme des cercles de distorsion est plus circulaire qu'elliptique près de l'équateur, alors que le long de la latitude 30° à 40° au nord de l'équateur, sa forme est plus elliptique que circulaire indiquant des distorsions angulaires. À 60° nord et à des latitudes plus élevées, la taille et la forme des cercles de distorsion augmentent considérablement, la forme indiquant une distorsion angulaire et la taille la quantité de distorsion (Wikipedia, 2009).

Carte 2- Projection : Projection conique conforme de Lambert, créée sur l'album interactif des projections cartographiques Penn State Online GIS Education (2005).

Carte 2 - Projection conique conforme de Lambert
Méridien central 120°W
Carte Etendue Standard Parallèle 1 : 35°
Parallèle standard 2 : 45°
Méridien central : 120° W
Latitude d'origine : 40° N
Lat : 125° W à 65° W
Longue : 20° N à 60° N

La conique conforme de Lambert est une projection produite en plaçant un cône sur une sphère tridimensionnelle, où deux lignes parallèles standard l'intersectent, créant une ligne sécante sur la courbe. La ligne sécante minimise la distorsion car elle crée en effet deux lignes tangentes aux parallèles standard, ce qui en fait une projection très favorable pour projeter une sphère géographique tridimensionnelle sur un plan bidimensionnel. La projection conique conforme de Lambert est largement utilisée comme l'une des projections de base pour les systèmes de coordonnées State Plane dans toutes les zones, où l'objectif est de présenter de moins en moins de distorsion aux échelles locales. Comme son nom l'indique, cette projection est conforme, ce qui signifie qu'elle préserve la distance angulaire. Le rendre de plus en plus favorable pour l'arpentage, la navigation et d'autres domaines et la précision des mesures angulaires est essentiel. Il ressort clairement des cercles de distorsion montrés dans l'image, dont la forme et la taille sont presque constantes, à la fois la distance angulaire et la forme géométrique, sont assez bien conservées. Réglage du premier parallèle standard à 35° N et le second à 45° N avec un méridien central à 120° W (où les coordonnées géographiques de Reno se trouvent dans ces paramètres à 39°33 '05" N, 119°51'05" W) . Les coordonnées de délimitation ont été choisies entre 125° W à 65° W et 20° N à 60° N, afin d'illustrer le facteur de distorsion à diverses latitudes, et comme discuté ci-dessus, il est minimal.

Les coordonnées géographiques

La ville de Reno, Nevada (où je réside) se trouve sur le globe à la latitude 39°33 '05" et à la longitude 119°51'05W indiquées dans les coordonnées du système de coordonnées géographiques (GCS). Ces coordonnées géographiques, prises du site Web de l'USGS GNSI (Geographical Names Informational System), indiquez l'emplacement d'un point particulier sur une sphère tridimensionnelle (notre représentation la plus fondamentale de la terre réelle) exprimée en degrés, minutes et secondes. la mesure des degrés minutes et secondes, il faut comprendre que la sphère est divisée en parallèles (cercles de latitudes), qui coupent le méridien convergent (lignes de longitude) à 90°.La ligne de l'équateur est le cercle de latitude avec la plus grande circonférence qui se trouve au milieu de la sphère à 0 °, à partir de là la sphère est divisée en latitudes Nord et Sud. De même la sphère est divisée en méridiens, lignes de longitude qui convergent aux pôles, où le premier méridien est à 0 ° an d divisé en 180 ° à l'est et à l'ouest du premier méridien. La mesure des degrés, minutes et secondes est une mesure de distance angulaire par rapport à un point situé à l'intersection de l'équateur et du premier méridien. En gardant à l'esprit que la circonférence de la terre est de 40 075 161,2 mètres (Wikipédia, 2009), et le fait que les méridiens divisent la terre en (2 moitiés*180 °=) 360 °, alors chaque degré mesure environ 111 km à l'équateur , et les minutes et les secondes sont des parties supplémentaires d'une fraction (1/60e de degré d'arc et 1/60e de minute d'arc respectivement) qui en font une mesure plus précise de la distance angulaire. Le calcul des degrés minutes et secondes (DDMMSS) aux degrés décimaux (DD) est effectué en divisant les secondes par 60, en les ajoutant aux minutes, puis en divisant les minutes par 60 et en les ajoutant aux degrés. Ainsi, Latitude : 39°33 '05" N en DDMMSS, est exprimé en DD en divisant les secondes par 60, (05/60) =.0833 + 33 Minutes= 33.0833, en divisant les minutes par 60 (33.0833/60) = .55139 et en ajoutant à degrés = 39,55139. La latitude de Reno, Nevada en degrés décimaux Latitude : 39,55139 N, Longitude : 119,8514 W. De là, il est clair que la mesure de la distance en un point donné sur le gant dépend de la latitude de la point donné car la circonférence du gant y sera différente.Dans le système de coordonnées géographiques il n'y a pas de projection, c'est le modèle uniforme le plus proche que les humains ont pour approximer le géoïde.

UTM Coordonnées

Dans le système de coordonnées Universal Transverse Mercator (UTM) (North American Datum of 1983 Zone 11), l'emplacement de Reno, Nevada a une abscisse de 255001.702 mètres et une ordonnée de 4381851.419 mètres, selon UTM Utility du National Geodetic Survey. Le système UTM a été écrit par l'US Army Corps of Engineers dans le but d'aplatir la terre de forme sphéroïdale et de la projeter sur un plan ou une grille à deux dimensions. Le système de coordonnées UTM est basé sur une projection cylindrique, par laquelle les méridiens sont projetés sous forme de lignes d'espacement égal et les parallèles (cercles de latitudes) sont projetés sous forme de lignes horizontales (Wikipedia, 2009). La projection cylindrique se fait en projetant d'abord sa forme géométrique, puis en rapprochant les points du système de coordonnées géographiques à un plan, au moyen d'une formule mathématique qui préserve la distance, l'angle et la surface d'origine. La terre aplatie est divisée en 60 zones, chacune s'étendant de 6° de longitude. La zone 1 se trouve à -180 ° W du premier méridien et s'étend verticalement au nord et au sud dans une direction est avec des limites à 80 ° sud et 84 ° nord de l'équateur (ESRI, 2007), ce qui signifie que ce système de coordonnées n'englobe pas les régions polaires. Comme indiqué ci-dessus, chaque degré est d'environ 111 km à l'équateur ou 666 (111 km * 6 °) km par zone dans la partie la plus large, puis diminue à mesure que la distance par rapport à l'équateur augmente ( Sloan, 2009). Chaque zone est à 10 000 000 mètres au nord et au sud de l'équateur, et chaque zone a son propre méridien central, où le méridien central est situé à 500 000 mètres à l'est de son origine pour s'assurer que toutes les coordonnées sont positives. L'origine des zones nord est située à l'équateur, tandis que l'origine de la zone sud est proche du pôle Sud. Reno est situé à 255 01 702 mètres à l'est de son origine, à mi-chemin entre l'origine et le méridien central de cette zone, et à 381 851,402 mètres au nord de l'équateur, presque à mi-chemin au nord de cette zone, à la zone 11. Le système de référence utilisé pour obtenir les coordonnées de la L'emplacement de Reno provient de la référence NAD83, référence qui relie les points d'emplacement géographique à l'emplacement modélisé sur la base de la projection cylindrique.

Coordonnées nationales ou régionales

Les coordonnées du plan d'État (NAD83) de Reno Nevada sont : Est : 691019.765 mètres, Nord : 4533575,966 mètres, Zone : NV W, ZONE 2703 Le système de coordonnées du plan d'État incorpore les 50 États, Porto Rico et les îles Vierges américaines en zones à l'aide d'un Projection conique conforme de Lambert pour les États plus larges d'est en ouest, projection de Mercator transversale cylindrique pour les États plus longs du nord au sud ou/et une projection de Mercator oblique pour l'Alaska, qui est projetée par les trois projections (USGS, 2009). Chaque zone a ses propres parallèles standard et les systèmes se composent de 124 zones. (Sloan, 2009). Chaque zone a une ordonnée provenant des comtés au sud de cette zone et une abscisse variant de 200 000 à 8 000 000 mètres dans la largeur des zones d'est en ouest, garantissant que chaque point est un nombre positif. Reno, dans le Nevada, par exemple, est situé dans la zone ouest du Nevada, à l'est de 691.019,765 mètres au nord et à 4.533.575.966 mètres à l'est de l'origine de cette zone. L'état du Nevada est divisé en trois zones, E (est), C (centre) et W (ouest), toutes situées dans la zone UTM 11 (Rick King, 2004). Dans SPCS, les unités sont exprimées en mètres afin de simplifier le calcul : l'objectif de l'utilisation du SPCS est de pouvoir minimiser les distorsions de surface, de distance et d'angles causées par la projection de la sphère tridimensionnelle sur un plan bidimensionnel. Avec le SPCS, étant donné que la zone cible est plus petite et que des parallèles standard sont définis pour cette zone particulière, les résultats de la distorsion sont minimes à l'échelle locale. Les coordonnées obtenues à partir du National Geodetic Survey SPC Utilities sont des coordonnées NAD 83 Datum référençant les points de localisation géographique de la sphère aux systèmes de coordonnées SPCS modélisés au moyen de la projection conique conforme de Lambert, de la projection cylindrique transversale de Mercator et/ou de la projection oblique de Mercator.

La Plate Carrée et les Projections Coniques Conformes de Lambert sont des projections très différentes dans la mesure où chacune préserve et déforme des caractéristiques géographiques spécifiques. Cela illustre le fait que chaque projection est axée sur les objectifs. La projection Plate Carrée est une projection simple avec une forme et une distorsion de surface considérables en raison des méridiens et des cercles de latitude également espacés, ayant son utilisation principale dans la cartographie thématique. La projection conique conforme de Lambert superpose un cône à la zone d'intérêt en minimisant la distorsion de surface et de forme près de la ou des lignes tangentes, mais compromet l'échelle. Le choix d'une projection cartographique pour représenter une certaine région géographique est souvent un compromis entre quelles caractéristiques de la géographie seront déformées et ce qui sera préservé. De même, les trois systèmes de coordonnées décrits ci-dessus fourniront une précision de mesure dans une certaine marge d'erreur en fonction du but d'utilisation. Le système de coordonnées géographiques est le meilleur pour définir des points de position sur la terre de forme sphérique par mesure d'angles en utilisant la latitude et la longitude, la meilleure mesure de distance et de mesures angulaires peut être obtenue de cette façon, mais un globe peut être encombrant à transporter. Alternativement, un système de coordonnées UTM ou State Plane caractérise les coordonnées GCS sur les coordonnées planes. Le système UTM est le meilleur pour définir des points de position en unités métriques, pour une relation de distance constante à une échelle globale, et le système de coordonnées State Plane est le meilleur pour définir des points de localisation à l'échelle locale.


Projet 2 : Création et interprétation de cartes

Carte de référence 39°27'10.19"N 119°46'33.12"W

Figure 1 : Carte des quartiers environnants près de chez moi à Reno, NV. L'échelle de la carte est de 1 : 11 600 (U.S. Bureau of the Census, American FactFinder 2002) Remarque : L'échelle de la carte est calculée sur la base de la largeur en pixels de l'image. La carte apparaîtra plus petite ou plus grande si elle est visualisée à une résolution supérieure ou inférieure.


Légende Figure 1

Interprétation de la figure 1 : La zone environnante à Reno, Nevada dans le code postal 89511, une carte de référence très simpliste montrant les routes principales, les rues, les plans d'eau (bien que non présents à cette échelle) et les limites du recensement. Lors de la création de cette carte à partir des American Fact Finders du US Census Bureau, j'ai choisi d'afficher les données des pistes et blocs de recensement de 2000 à partir de la liste des ensembles de données possibles, car elle capture 100 % de données démographiques et est la plus récente du genre en tant que par opposition aux données d'échantillon. La manière dont les données géospatiales sont liées aux données de recensement du U.S Census Bureau se fait par des fichiers TIGER/Line (Topologically Integrated Geographic Encoding and referencement). Comme son nom l'indique, TIGER est un système basé sur des vecteurs qui permet au Bureau de « coder » et de « référencer » les données de recensement à des fichiers vectoriels composés de lignes de points et de polygones en géocodant les informations de population à l'emplacement relatif (DiBiase, 2009). En plus des données démographiques codées telles que les secteurs de recensement, les groupes d'îlots de recensement et les îlots de recensement. Code postal et zones de tabulation, les fichiers TIGER/Line contiennent également des données d'entités telles que les routes, les voies ferrées et les rivières. Le fichier TIGER/Line a été développé par le U.S Census Bureau en collaboration avec l'USGS pour prendre en charge les données décennales

Calcul de l'échelle de la carte de la figure 1 :

Mesure de l'affichage ( JR Ruler Version 1.5, 2007 ) calculée à 575 pixels (mesure/vue sur la page du document Word zoomée à 100 % avec une taille d'image intégrée de 4,44 pouces de hauteur et 6 pouces de largeur). Il y a 96 pixels par pouce comme paramètre par défaut de la règle, donc environ 6 pouces (575 pixels au total/96 pixels par pouce =

5,99 pouces). La carte mesure environ 1,1 miles, donc 1 pouce représente 0,18333 miles. Il y a 63 360 pouces dans un mile, donc l'échelle est de 1:11 600.

Cartographie thématique : carte choroplèthe


Figure 2 : Carte choroplèthe d'une partie du comté de Washoe centrée sur les villes de Reno et Sparks, Nevada Cette carte représente la population totale tabulée par secteur de recensement. L'échelle de la carte est de 1:686,000. (Bureau du recensement des États-Unis, American FactFinder 2002) Remarque : L'échelle de la carte est calculée sur la base de la largeur en pixels de l'image. La carte apparaîtra plus petite ou plus grande si elle est visualisée à une résolution supérieure ou inférieure.

Légende Figure 2

Interprétation de la figure 2 : Dans une tentative de visualiser la population répartie dans les régions de Reno-Sparks, j'ai créé une carte Choroplèthe représentant les données des ensembles de données décennal d'American FactFinder, Census 2000 File Summary (SF1). Il s'agit d'un ensemble de données quantitatives contenant des informations sur les caractéristiques des populations et de leurs ménages. Ces données peuvent être facilement affichées dans une cartographie thématique et sont visuellement attrayantes pour démontrer les caractéristiques d'une certaine population. La figure 2 illustre le nombre total de personnes par secteur de recensement zoomé sur 65 miles du comté de Washoe autour des villes de Reno et Sparks.Les données du recensement sont accessibles via un fichier de ligne TIGER, qui les rend ensuite dans un espace géographique proportionné.


Projet 3 : Acquisition de données géographiques : la navette spatiale Endeavour (STS-99)

La mission

Développé par la National Aeronautics Space Administration (NASA) et la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA) et en collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et l'Agence spatiale italienne (ASI), la Shuttle Radar Topography Mission (STMR), est un effort international pour cartographier la « topographie numérique haute résolution la plus complète » (Wikipédia, 2009) de la surface de la Terre. La navette spatiale Endeavour (STS-99) a été lancée équipée de deux antennes radar, l'une sur son mât de 60 mètres et l'autre sur sa soute, avec une inclinaison de 57 degrés couvrant la terre de 60 degrés nord à 56 degrés sud en latitude. . Il orbiterait autour de la terre dans une mission de cartographie de l'élévation de la surface de la terre commençant le 11 février 2000 et terminant la mission après 11 jours, 5 heures et 38 minutes. Cette mission pas comme les autres serait la collection la plus complète de topographie de surface couvrant 80 pour cent de la surface de la terre à l'usage des entreprises civiles, militaires, commerciales et scientifiques.

La technologie

La conception de la navette utilisait l'interférométrie, une technique mesurant le modèle d'interférence à l'aide de deux antennes radar pour transmettre et recevoir des longueurs d'onde vers et depuis deux emplacements différents sur la surface de la terre. La navette était équipée d'un mât rétractable de 60 mètres déployable par un astronaute, cette avancée est la clé de l'interférométrie, elle permet donc de recevoir deux signaux radar en même temps. L'antenne principale est située sur la soute utile cette antenne émet et reçoit des signaux radar. Les deux antennes radar, une bande C et une bande X situées sur le mât et l'autre sur la soute, sont constituées de panneaux qui transmettent des signaux d'ondes. Ces signaux sont émis à la surface de la terre comme des flots de lumière, où ils sont dispersés et renvoyés pour être mesurés par l'interféromètre. L'élévation de la surface est calculée en mesurant la distance entre les antennes, la ligne de base et les différences dans les signaux émis en retour depuis la surface de la terre des deux emplacements.

La qualité des données


1 réponse 1

Dans la carte de dérivation de l'émetteur, il n'y a qu'une LED, rien de plus. Les commentaires dans la page liée du fournisseur indiquent que la broche 5V de celui-ci n'est connectée à rien. Cela signifie que vous pilotez la LED directement à partir de la broche Arduinos, qui ne peut pas fournir plus de 40 mA. Le fournisseur indique un courant direct de 30 à 60 mA. Vous pouvez utiliser un petit MOSFET en combinaison avec une résistance, qui limite le courant à peut-être 55 mA, pour piloter la LED indirectement.

Avec cela, vous ne ferez pas frire le matériel des broches et pourrez fournir plus de courant, ce qui signifie que la LED peut briller plus fort. Si vous pouvez savoir quelle LED est réellement utilisée pour cette carte, vous pouvez vous référer directement à sa fiche technique. Je n'ai pas trouvé de référence sur le site.


Comprendre les données raster

1 Introduction Le document suivant est destiné à fournir une compréhension de base des données raster. Les couches de données raster (communément appelées grilles) sont les couches de données essentielles utilisées dans tous les outils développés par la National Interagency Fuels Technology Team (NIFTT). Si vous êtes un utilisateur expérimenté d'ArcGIS et que vous connaissez bien les données raster, vous pouvez ignorer ce guide d'introduction ou le consulter pour une mise à jour. Qu'est-ce que les données raster ? Dans sa forme la plus simple, un raster se compose d'une matrice de cellules (ou pixels) organisée en lignes et colonnes (ou une grille), comme le montre le graphique ci-dessous, où chaque cellule contient une valeur représentant des informations, telles que la température. Les rasters sont des photographies aériennes numériques, des images provenant de satellites, des images numériques ou même des cartes numérisées. Les données stockées dans un format raster représentent des phénomènes du monde réel tels que : Des données thématiques (également appelées données discrètes), représentant des caractéristiques telles que l'utilisation des terres ou les données sur les sols. Les couches de données LANDFIRE représentant les combustibles, la végétation, les régimes d'incendie et d'autres caractéristiques en sont également des exemples. Des données continues représentant des phénomènes tels que des données de température et d'altitude ou des données spectrales, y compris, par exemple, des images satellitaires et des photographies aériennes. Les exemples d'images incluent des cartes ou des dessins numérisés et des photographies de bâtiments. Les rasters thématiques et continus peuvent être affichés sous forme de couches de données avec d'autres données géographiques sur une carte, mais ils sont souvent utilisés comme données source pour l'analyse spatiale avec l'extension ArcGIS Spatial Analyst. Les rasters d'images sont souvent utilisés comme attributs dans les tableaux, ils peuvent être affichés avec des données géographiques et sont utilisés pour transmettre 1

2 informations sur les caractéristiques de la carte. Bien que la structure des données raster soit simple, elle est exceptionnellement utile pour un large éventail d'applications. Dans un SIG, les utilisations des données raster se répartissent en quatre catégories principales : 1) Rasters en tant que cartes de base Une utilisation courante des données raster dans un SIG est l'affichage d'arrière-plan pour d'autres couches d'entités. Par exemple, les orthophotographies affichées sous d'autres couches fournissent à l'utilisateur de la carte l'assurance que les couches de la carte sont alignées spatialement et représentent des objets réels, comme le montre l'image ci-dessous. Les trois principales sources de fond de carte raster sont les orthophotos de la photographie aérienne, l'imagerie satellitaire et les cartes numérisées. 2) Les rasters en tant que cartes de surface Les rasters sont bien adaptés pour représenter des données qui changent continuellement à travers un paysage (surface). Ils fournissent une méthode efficace pour stocker la continuité sous forme de surface. Ils fournissent également une représentation régulièrement espacée des surfaces. Les valeurs d'altitude mesurées à partir de la surface de la terre sont l'application la plus courante des cartes de surface, comme illustré dans le graphique ci-dessous. D'autres valeurs, telles que les précipitations, la température, la concentration et la densité de population, peuvent également définir des surfaces qui peuvent être analysées spatialement. 2

3 3) Les rasters en tant que cartes thématiques Les rasters représentant des données thématiques peuvent être dérivés de l'analyse d'autres données. Une application d'analyse courante est la classification d'une image satellite par catégories d'occupation du sol. Fondamentalement, cette activité regroupe les valeurs des données multispectrales en classes (telles que les paramètres biophysiques illustrés dans le graphique ci-dessous) et attribue une valeur catégorielle. Les cartes thématiques peuvent également résulter d'opérations de géotraitement qui combinent des données provenant de diverses sources, telles que des données vectorielles, raster et de terrain. Par exemple, un utilisateur peut traiter des données via un modèle de géotraitement pour créer un jeu de données raster qui mappe l'adéquation pour une activité spécifique. La plupart des couches de données LANDFIRE sont dérivées de cette manière. 4) Rasters en tant qu'attributs d'une entité Les rasters utilisés comme attributs d'une entité peuvent être des photographies numériques (voir l'image ci-dessous), des documents numérisés ou des dessins numérisés liés à un objet ou un emplacement géographique. Une couche de parcelle peut avoir numérisé des documents juridiques identifiant la dernière transaction pour cette parcelle, ou une couche représentant les ouvertures de grotte peut avoir des images de la grotte réelle 3

4 ouvertures associées aux entités ponctuelles. Pourquoi stocker des données sous forme de raster ? Parfois, il n'y a pas de choix quant à la façon dont les données sont stockées, par exemple, les images peuvent n'être disponibles que sous forme de raster. Cependant, il existe de nombreuses autres caractéristiques (telles que des points) et mesures (telles que les précipitations) qui peuvent être stockées sous forme de données raster ou de type de données d'entité (vecteur). Voici une liste des avantages du stockage de données sous forme de raster : Une structure de données simple Une matrice de cellules avec des valeurs représentant une coordonnée et parfois liées à une table attributaire Un format puissant pour une analyse spatiale et statistique avancée La capacité de représenter des surfaces continues et effectuer une analyse de surface La possibilité de stocker uniformément des points, des lignes, des polygones et des surfaces La possibilité d'effectuer des superpositions rapides avec des ensembles de données complexes L'espace de stockage doit être pris en compte lorsque vous travaillez avec des rasters, car ils peuvent être des ensembles de données potentiellement très volumineux. La résolution augmente à mesure que la taille de la cellule diminue, cependant, le coût augmente normalement aussi à la fois en termes d'espace disque et de vitesse de traitement. Pour une zone donnée, changer des cellules à la moitié de la taille actuelle nécessite jusqu'à quatre fois l'espace de stockage, selon le type de données et les techniques de stockage utilisées. Il existe également une perte de précision qui accompagne la restructuration des données vers une limite de cellule raster régulièrement espacée. Caractéristiques générales des données raster Dans les jeux de données raster, chaque cellule (également appelée pixel) a une valeur. Les valeurs de cellule représentent le phénomène représenté par le jeu de données raster tel qu'une catégorie, une magnitude, une hauteur ou une valeur spectrale. La catégorie pourrait être une classe d'utilisation des terres telle que 4

5 prairie, forêt ou route. Une magnitude peut représenter la gravité, la pollution sonore ou le pourcentage de précipitations. La hauteur (distance) pourrait représenter l'élévation de la surface au-dessus du niveau moyen de la mer, qui peut être utilisée pour dériver les propriétés de pente, d'aspect et de bassin versant. Les valeurs spectrales sont utilisées dans l'imagerie satellitaire et la photographie aérienne pour représenter la réflectance et la couleur de la lumière. Les valeurs de cellule peuvent être positives ou négatives, entières ou à virgule flottante. Les valeurs entières sont mieux utilisées pour représenter des données catégorielles (discrètes) et les valeurs à virgule flottante pour représenter des surfaces continues. Toutes les couches de données LANDFIRE sont stockées sous forme de rasters de valeurs entières. Les cellules peuvent également avoir une valeur NoData pour représenter l'absence de données. Une valeur de cellule s'applique au point central de la cellule et à toute la zone de la cellule, comme illustré ci-dessous, en fonction de l'application raster. La zone (ou surface) représentée par chaque cellule se compose de la même largeur et de la même hauteur et est une partie égale de la surface entière représentée par le raster (voir graphique ci-dessous). Par exemple, un raster représentant l'altitude (c'est-à-dire un modèle numérique d'altitude) peut couvrir une zone de 100 kilomètres carrés. S'il y avait 100 cellules dans ce raster, chaque cellule représenterait un kilomètre carré de largeur et de hauteur égales (c'est-à-dire 1 km x 1 km). Les cellules de données LANDFIRE mesurent 30 mètres sur 30 mètres, chaque cellule ou pixel représentant une superficie de 900 mètres carrés, soit 2224 acres. 5

6 La dimension des cellules peut être aussi grande ou aussi petite que nécessaire pour représenter la surface véhiculée par le jeu de données raster et les entités à l'intérieur de la surface, comme un kilomètre carré, un pied carré ou même un centimètre carré. La taille de cellule détermine l'aspect grossier ou fin des motifs ou des entités dans le raster. Plus la taille de la cellule est petite, plus le raster sera lisse ou détaillé. Cependant, plus le nombre de cellules est élevé, plus le traitement prendra du temps et augmentera la demande d'espace de stockage. Si la taille d'une cellule est trop grande, des informations peuvent être perdues ou des motifs subtils peuvent être masqués. Par exemple, si la taille de la cellule est supérieure à la largeur d'une route, la route peut ne pas exister dans le jeu de données raster. Dans le diagramme ci-dessous, vous pouvez voir comment cette entité surfacique simple sera représentée par un jeu de données raster à différentes tailles de cellule. Tables attributaires raster Les ensembles de données raster qui contiennent des tables attributaires ont généralement des valeurs de cellule qui représentent ou définissent une classe, un groupe, une catégorie ou une appartenance. Par exemple, une image satellite peut avoir subi une analyse de classification pour créer un ensemble de données raster qui définit les utilisations des terres. Certaines des classes de la classification de l'utilisation des terres peuvent être les terres forestières, les terres humides, les terres cultivées et les zones urbaines. Les nombres ci-dessous pourraient représenter quelle valeur de cellule dans le jeu de données raster définirait l'utilisation des terres : 6

7 1 Terres forestières 2 Zones humides 3 Terres cultivées 4 Urbaines En créant une table attributaire de raster, vous pouvez conserver les informations attributaires de cette table avec cet ensemble de données raster classifiées, ainsi que définir des champs supplémentaires à y stocker. Par exemple, il peut y avoir des codes spécifiques associés à ces classes ou d'autres descriptions de ce que ces classes représentent. Vous pouvez également effectuer des calculs sur les informations du tableau. Par exemple, vous pouvez conserver des enregistrements de la superficie totale représentée par ces classes en calculant le nombre de cellules multiplié par la superficie que chaque cellule représente. Vous pouvez également joindre la table attributaire de raster à d'autres tables. Le graphique ci-dessous illustre un jeu de données raster avec table attributaire. Les valeurs NoData ne sont pas calculées dans la table attributaire de raster. Il existe également trois colonnes qui sont calculées par défaut, les autres colonnes peuvent être ajoutées individuellement ou en utilisant une opération de jointure. Lorsqu'une table attributaire de raster est générée, trois champs par défaut sont créés dans la table : OID, VALUE et COUNT. Il n'est pas possible de modifier le contenu de ces champs. L'ObjectID (OID) est un numéro d'identification d'objet unique défini par le système pour chaque ligne de la table. VALUE est une liste de chaque valeur de cellule unique dans les jeux de données raster. COUNT représente le nombre de cellules dans l'ensemble de données raster avec la valeur de cellule dans la colonne VALUE. Les valeurs de cellule représentées par NoData ne sont pas calculées dans la table attributaire de raster. En résumé, comprendre la structure et la fonction des données raster est une base importante pour travailler avec les données LANDFIRE et la suite d'outils NIFTT. Pour 7


Glossaire

Veuillez noter que toutes les fonctionnalités d'AutoCAD Map 3D ne sont pas incluses dans AutoCAD Civil 3D.

Fichier de définition de couche. Dans AutoCAD Map 3D , fichier qui enregistre toutes les informations requises pour recréer un calque, c'est-à-dire les références aux données source et les styles qui lui ont été appliqués.

Un bloc d'annotation utilisé pour indiquer les tuiles adjacentes.

L'emplacement sur un objet de dessin qui détermine la position de toute annotation attachée à cet objet.

Un moyen d'afficher des valeurs associées sur un objet de dessin. Pour annoter des entités géospatiales, utilisez une étiquette .

Blocs spécialement créés contenant des attributs avec des expressions Map affectées aux propriétés d'attribut. Utilisé avec les données de dessin.

Les informations à afficher dans une annotation et la mise en page de ces informations. Les gabarits d'annotation sont stockés sous forme de blocs spécialement nommés dans votre dessin. Ils peuvent inclure du texte et des graphiques.

Dans un modèle métier, description de la relation spatiale entre les entités de zone géographique. Les topologies de zone contiennent des chaînes de lignes et des centroïdes. Dans un modèle métier d'entreprise, les polygones sont générés automatiquement à partir des chaînes de lignes environnantes. Des exemples de topologies de zone sont les parcelles, l'utilisation des terres, la couverture terrestre et les frontières politiques.

Données qui décrivent la configuration finale installée (physique ou fonctionnelle). Les données telles que construites intègrent toutes les annotations de terrain sur les dessins de construction d'origine.

Données qui décrivent le plan original de construction ou d'installation, par exemple, la conception d'un nouveau service électrique ou d'une nouvelle installation de canalisation.

Direction de la pente du sol.

Données tabulaires décrivant les caractéristiques d'entités ou d'objets de dessin , par exemple, le nombre de voies et le type de chaussée appartenant à une route. Pour les entités, les attributs peuvent être stockés avec la géométrie ou stockés dans une base de données et joints aux données d'entité. Pour les objets de dessin, les attributs sont stockés dans une base de données et liés aux objets de dessin sélectionnés. Voir aussi propriété , données externes et données d' objet .

Un calque dans AutoCAD. Un calque AutoCAD diffère d'un calque de carte que vous créez dans le gestionnaire d'affichage . Voir aussi couche , couche de dessin , couche d'entités ou couche de surface .

La visionneuse et l'éditeur gratuits pour le format de fichier DWF (anciennement DWF Viewer).

Composant qui expose les services offerts par Autodesk Infrastructure Map Server aux applications clientes sur Internet ou sur un intranet à l'aide du protocole HTTP.

Type de champ dans la fonction Métadonnées, dont la valeur est dérivée de la source de données et renseignée automatiquement par AutoCAD Map 3D . La génération automatique de métadonnées est déclenchée en sélectionnant la ressource dans la visionneuse de métadonnées . Voir aussi : champ de mise à jour forcée

Un angle dans le sens des aiguilles d'une montre mesuré à partir d'un méridien de référence. Également connu sous le nom d'azimut nord. Il peut aller de 0 à 360 degrés. Un azimut négatif est converti en une valeur dans le sens des aiguilles d'une montre.

Un angle mesuré à partir du nord ou du sud, selon ce qui est le plus proche, avec la désignation supplémentaire de l'est ou de l'ouest. L'angle est toujours inférieur à 90 degrés (PI/2 radians ou 100 degrés) et est généralement référencé par un numéro de quadrant.

Calcule le chemin le plus court ou l'itinéraire optimal à partir d'un point de départ dans un dessin, un ou plusieurs points intermédiaires et retour au point de départ. Par exemple, le meilleur itinéraire à suivre sur une carte routière lors de la visite de plusieurs sites clients.

Dans AutoCAD ou AutoCAD Map 3D , objets composés qui ont été enregistrés pour être réutilisés dans le dessin ou dans plusieurs dessins, par exemple, une flèche Nord. Dans Autodesk Infrastructure Studio, les blocs sont convertis en symboles lorsqu'ils sont chargés. Voir aussi le symbole .

Une zone d'un rayon spécifique créée autour d'une entité sélectionnée. Utilisé pour sélectionner des entités à une distance spécifique d'une autre entité. Dans AutoCAD Map 3D , vous pouvez définir des zones tampon pour les topologies de dessin et pour les entités, mais vous les définissez différemment.

Une clôture, ou une ligne, à une distance spécifiée d'une ligne centrale. Utilisé pour définir une limite de sélection.

Pour les contours qui contiennent des courbes, la valeur de renflement est une distance médiane maximale le long d'une courbe polyligne. Si la distance médiane est plus longue que celle spécifiée, des points sont ajoutés pour mieux définir la forme de la courbe.

Le facteur de renflement peut ajouter plus de sommets à une courbe polyligne, la faisant apparaître plus semblable à une courbe. Plus la valeur est petite, plus il y a de sommets ajoutés.

Un système de coordonnées global défini à l'aide de trois axes perpendiculaires (X, Y et Z) pour spécifier des emplacements dans un espace tridimensionnel. Comparez avec le système de coordonnées sphériques.

Points ou blocs faisant partie d'un polygone dans une topologie de dessin. Le centre de gravité contient des informations sur la zone et le périmètre du polygone.

Un type de jointure avancé, dans lequel deux ou plusieurs tables secondaires sont jointes à une table principale en chaîne, c'est-à-dire principale liée à secondaire liée à une autre secondaire, et ainsi de suite.

Action de verrouiller des entités dans un magasin de données avant de les modifier. Voir aussi retrait explicite , retrait implicite .

Un fichier AutoCAD Map 3D DWG (dessin) qui contient des classes d'objets et les utilise pour représenter des objets du monde réel dans le dessin. Un fichier DWG qui contient des définitions de classe d'objets, mais n'a aucun objet auquel ces définitions sont appliquées, n'est pas considéré comme un fichier DWG classé.

Nœuds dans une tolérance spécifiée les uns des autres.

Abréviation de géométrie de coordonnées. Les commandes d'interrogation COGO extraient des informations géométriques à partir d'objets de dessin tels que des lignes, des courbes, des polylignes fermées et des polygones. Ces informations sont utiles si vous souhaitez vérifier l'exactitude de vos données, ou envoyer les données sur le terrain. Les commandes d'interrogation sont spécifiques aux objets de dessin. Ils ne fonctionnent pas sur les fonctionnalités. Cependant, il existe des commandes COGO spécifiques pour les données de modèle métier d'entreprise.

Catégorie spécifique d'informations dans une table, telle que l'adresse ou le diamètre, également appelée champ . Voir aussi le tableau.

Un groupe d'éléments de données dans la norme FGDC CSDGM . Un élément composé peut être constitué d'éléments de données individuels, d'autres éléments composés ou des deux.

Les projections conformes maintiennent les angles locaux.Une projection cartographique est conforme lorsque l'échelle est la même dans toutes les directions en tout point. Les méridiens et les parallèles se coupent à angle droit, la forme de petites zones et les angles à côtés très courts sont conservés. La plupart des zones plus grandes sont déformées.

Une projection cartographique dans laquelle la surface de la Terre est dessinée telle qu'elle apparaîtrait si elle était projetée sur un cône enroulé autour de la Terre. La conique conforme de Lambert est souvent utilisée pour les cartes des États-Unis continentaux, de la France et d'autres pays.

Dans une base de données, restriction spécifiée pour une certaine classe d'entités , qui est validée lorsqu'une nouvelle entité est ajoutée à cette classe. Par exemple, une classe d'entités « route secondaire » peut avoir une contrainte qui spécifie que l'attribut de vitesse doit toujours être de 25, 30 ou 50 miles par heure.

Des données qui peuvent se situer n'importe où dans une large plage. Lors de la création d'un thème, les données continues sont généralement organisées en plages plus petites qui montrent les tendances des données. Par exemple, la valeur de propriété est une donnée continue qui peut être placée dans les plages 0 à 50 000 $, 50 000 $ à 100 000 $ et plus de 100 000 $, chaque plage étant affichée dans une couleur différente. Comparer avec des données discrètes.

Une ligne qui relie des points de même altitude ou valeur par rapport à une référence spécifiée. Les lignes peuvent vous aider à déterminer l'altitude à un emplacement spécifique sur une surface, à clarifier et à analyser le terrain de surface 3D et à faciliter des choses comme la navigation.

Emplacements avec une latitude et une longitude établies, et souvent une élévation, utilisés pour l'exactitude et l'emplacement précis des cartes. Un système de points de contrôle géodésiques couvre l'ensemble des États-Unis. Des systèmes similaires existent pour tous les pays, tels que les repères et les points de trigonométrie au Royaume-Uni. Voir aussi monuments , système de coordonnées géodésiques .

L'interface utilisateur principale pour créer des surfaces de grille à partir de données de nuages ​​de points.

L'ID utilisateur et le mot de passe requis pour se connecter à une base de données.

Une projection cartographique, dans laquelle la surface de la Terre est dessinée telle qu'elle apparaîtrait si elle était projetée sur un cylindre enroulé autour de la Terre dans une direction nord-sud. Comparer avec la projection cylindrique transversale. Voir aussi projection de Mercator et projection conique .

Un lien ou une ligne dont une extrémité n'est pas connectée à un autre lien ou nœud.

Un ensemble de conditions pour spécifier la sélection d'enregistrements à partir d'une base de données. Les requêtes de base de données externes, également appelées vues, sont créées à l'aide de votre logiciel de base de données et peuvent être exécutées à partir de l'onglet Explorateur de cartes du volet des tâches . Voir aussi requête de carte .

La fenêtre que vous utilisez pour connecter un magasin de données géospatiales à votre carte. Vous spécifiez chaque classe d'entités de ce magasin de données à ajouter à votre carte.

Une seule donnée qui peut être saisie directement, en tant que valeur dans un champ. Dans la fonction Métadonnées, les éléments de données uniques sont exprimés sous forme de champs à compléter avec les valeurs définies dans la norme FGDC CSDGM . Voir aussi : élément composé (métadonnées) .

Un fournisseur de source d'entités FDO reconnu, utilisé pour se connecter aux données géospatiales.

Un fichier UDL (universal data link) qui pointe vers une collection de données et fournit des informations sur la façon d'accéder aux données.

Dans FDO , collection de classes d'entités contenues dans un seul emplacement de stockage. Le magasin de données se compose d'un ensemble intégré d'objets, qui sont modélisés par des classes ou des classes d'entités définies dans un ou plusieurs schémas. Les magasins de données peuvent être basés sur des fichiers, tels que SDF, ou une base de données, telle qu'Oracle Spatial. Voir aussi fournisseur FDO et classe d'entités .

Dans AutoCAD Map 3D , grille basée sur des données FDO, dans laquelle vous pouvez afficher et modifier les attributs des entités cartographiques sélectionnées, effectuer des recherches et utiliser des jeux de sélection.

Dans AutoCAD Map 3D , grille dans laquelle vous pouvez afficher et modifier les tables de base de données externes liées aux objets de dessin.

Un modèle mathématique qui fournit une approximation douce de la surface de la terre. Chaque donnée comprend à la fois un ellipsoïde, qui spécifie la taille et la forme de la Terre, et un point de base pour la latitude et la longitude. Si deux cartes utilisent des références différentes, les points sur la carte peuvent ne pas s'aligner. Voir aussi système de coordonnées géodésiques .

Modèle d'élévation numérique. Un fichier qui contient une représentation du terrain de surface. La surface est stockée sous la forme d'une grille dans laquelle chaque cellule peut avoir l'une des différentes significations, telles que l'altitude, la couleur, la densité, etc.

Pour convertir les données existantes à partir de cartes papier, de photos aériennes ou d'images matricielles sous forme numérique en traçant les cartes sur un numériseur. Les emplacements des objets sont enregistrés sous forme de coordonnées X,Y.

Données entrant dans des catégories explicites. Pour une couche d'entités qui utilise un thème , chaque valeur est affichée différemment. Par exemple, une carte thématique agricole peut montrer chaque culture dans une couleur différente. Comparez avec des données continues.

Une description de l'apparence d'un objet de dessin : comprend des éléments tels que le calque, la couleur, le motif de hachures et le type de ligne.

Une vue du volet des tâches qui affiche chaque couche du gestionnaire d'affichage dans votre carte d'affichage actuelle et contient des commandes pour le style et la gestion de ces couches. Pour afficher le gestionnaire d'affichage, sélectionnez son onglet dans le volet des tâches.

Un ensemble d'objets dans le gestionnaire d'affichage . L'ensemble peut être tous les objets d'un calque ou d'une classe d'entités , ou des objets partageant une certaine propriété. Chaque couche peut être stylisée ou thématique individuellement.

Un ensemble de présentations cartographiques, composé de couches du gestionnaire d'affichage, pouvant être stockées dans un fichier DWG. Voir Couche du gestionnaire d'affichage .

Dans un modèle métier d'entreprise, méthode d'administration des vues thématiques. Une définition de modèle d'affichage spécifie quel ensemble de fichiers de couches (couches d'entités) est chargé dans le gestionnaire d'affichage. De plus, le modèle d'affichage définit plusieurs fenêtres cartographiques et des couches à chargement automatique.

Pour supprimer les limites qui existent entre les polygones partageant un attribut spécifique.

Pour utiliser un motif de points pleins pour simuler plus de couleurs que celles disponibles lors de l'affichage des images.

Ensembles de valeurs. Par exemple, un domaine définit les valeurs autorisées pour un attribut d'entité. Les modèles métiers d'entreprise stockent les domaines dans des tables de domaine, qui sont créées à l'aide de l'administrateur de modèles de données.

Dans la fonction Métadonnées, le domaine fait référence aux valeurs d'élément définies comme valides dans la norme FGDC CSDGM . Un domaine peut être une liste de valeurs prédéfinies dans un menu, une plage de nombres, un texte de forme libre ou tout autre type de valeur pouvant être affecté à un champ donné.

Variable qui fait référence à une propriété d'objet. Il se compose d'un point (.) suivi du nom de la variable pour cette propriété. Les variables à points peuvent être saisies dans les expressions utilisées pour créer un fichier modèle pour les requêtes en mode Rapport et pour la modification des propriétés. Voir aussi requête et expression .

Processus de superposition d'entités ou d'une image raster sur une surface afin que les entités ou l'image reflètent le terrain sous-jacent.

Le processus de superposition d'un ensemble d'entités ou d'une image raster sur une surface afin que les entités ou l'image reflètent le terrain sous-jacent.

Un calque dans le gestionnaire d'affichage qui contient des objets de dessin à partir d'un fichier DWG. Voir aussi calque AutoCAD , calque de dessin , calque d'objets et calque de surface .

Un objet dans un fichier DWG ou qui provient d'un dessin associé. Comparer aux fonctionnalités.

Objets qui existent dans un fichier de dessin (DWG) ou proviennent d'un dessin associé. Comparer aux fonctionnalités .

L'ensemble des dessins source attachés à un dessin. Voir le dessin source.

Dans AutoCAD Map 3D , une source de dessin est un fichier de dessin (DWG) ainsi que ses informations associées, telles que les fichiers de dessin attachés, les classes d'objets basées sur le dessin, les données de gabarit liées et les topologies. Comparez avec la source d'objets .

Le mécanisme qui pointe vers le dossier dans lequel les fichiers DWG attachés sont stockés.

Dans AutoCAD Map 3D , mécanisme qui pointe vers le dossier dans lequel les fichiers DWG joints sont stockés.

Données numériques d'altitude du terrain.

Objets qui partagent les mêmes points de départ et de fin. Les types d'objets pouvant être considérés comme dupliqués incluent les objets linéaires, les points, les blocs, le texte et le texte multiple.

Format de fichier Autodesk pour le partage de données de conception 2D, 3D et spatiales. Les fichiers DWF sont faciles à publier et à afficher sur le Web. Voir aussi DWF géoréférencé , Design Review .

Fichier de dessin. Format de fichier Autodesk pour le stockage des données de conception 2D, 3D et spatiales.

Une fonction de nettoyage DWG disponible dans AutoCAD Map 3D qui permet la distorsion entre les cartes adjacentes et produit une véritable correspondance des objets de dessin sur les bords des cartes.

Lorsque les utilisateurs décident de verrouiller des objets dans Oracle Spatial, ces objets sont immédiatement verrouillés. Les modifications des objets verrouillés sont placées dans un EditSet. Vous pouvez ensuite mettre à jour la base de données, qui met à jour les enregistrements verrouillés avec le contenu de l'EditSet.

Le bloc de construction de base d'une géométrie Oracle Spatial (base de données Oracle Spatial) . Les types d'éléments spatiaux pris en charge sont les points, les chaînes de lignes et les polygones. Par exemple, les éléments peuvent modéliser des puits d'eau (groupes de points), des routes (chaînes de lignes) et des limites de comté (polygones).

La distance verticale entre une donnée et un point ou un objet à la surface de la Terre. Le système de référence est généralement considéré comme étant au niveau de la mer. Équivalent à la coordonnée Z dans un système de coordonnées XYZ.

Une approximation de la forme de la Terre qui ne tient pas compte des variations causées par la densité non uniforme de la Terre. Synonyme de sphéroïde. Voir aussi géoïde.

Une projection cartographique dans laquelle chaque partie, ainsi que le tout, a la même surface que la partie correspondante sur la terre, à la même échelle réduite. Aucune carte plate ne peut avoir une surface égale et représenter une forme réelle.

Projections montrant les distances réelles uniquement à partir du centre de la projection ou le long d'un ensemble spécial de lignes. Aucune carte plate ne peut être à la fois équidistante et égale.

Action d'extraction d'entités à l'aide de la commande Extraire les entités. Voir aussi retrait , retrait implicite .

Un fichier avec une extension .epf qui stocke les paramètres d'une opération d'exportation.

Un calcul automatique utilisé pour spécifier des valeurs pour l'URL, l'info-bulle et les étiquettes d'entité. Par exemple, vous pouvez créer une expression de texte qui spécifie un nom d'état et une population pour une étiquette. Pour exprimer la population en millions, vous pouvez appliquer une expression numérique qui divise la valeur de la population par 1 000 000.

Le mécanisme qui analyse l'instruction que vous entrez dans la zone Expression de la boîte de dialogue Options de rapport de sortie ou de la boîte de dialogue Modification des propriétés.

Données d'attribut liées à un objet de dessin mais contenues dans une base de données en dehors du fichier de dessin. Voir aussi attributs ou données d'attribut et données d'objet .

Technologie d'accès aux données Feature Data Objects (FDO). Un logiciel Autodesk standard et une API à usage général pour accéder aux entités et aux données géospatiales quel que soit le magasin de données sous-jacent. Voir aussi entité(s) , classe d'entités .

Implémentation de l'API FDO qui permet d'accéder aux données d'un magasin de données particulier, tel qu'une base de données Oracle ou ArcSDE, ou à un magasin de données basé sur des fichiers, tel que SDF ou SHP.

Une abstraction d'un objet du monde réel naturel ou artificiel. Une entité spatiale possède une ou plusieurs propriétés géométriques. Par exemple, une entité routière peut être représentée par une ligne et une bouche d'incendie peut être représentée par un point. Une entité non spatiale n'a pas de géométrie, mais peut être liée à une entité spatiale qui en possède. Par exemple, une entité route peut contenir une entité trottoir définie comme ne contenant aucune géométrie. Dans AutoCAD Map 3D , les objets sont accessibles et ajoutés aux cartes à l'aide de Data Connect ( FDO ) ou en ouvrant un dessin de modèle métier ou un modèle métier d'entreprise. Voir aussi attributs ou données d'attributs . Comparer aux objets de dessin.

Pour les données d'entité, élément de schéma qui décrit un type d'objet du monde réel. Il comprend un nom de classe et des définitions de propriété. Couramment utilisé pour désigner un ensemble d'entités d'une classe particulière, par exemple, la classe d'entités « routes » ou la classe d'entités « hydrants ». Voir aussi FDO , propriété , schéma .

Un moyen d'afficher, de modifier et de générer des rapports sur les données attributaires d'un objet individuel dans un dessin de modèle métier ou un modèle métier d'entreprise.

Une couche dans le gestionnaire d'affichage contenant des entités d'une source d'entités telle que SDF, ESRI SHP ou ArcSDE. Les couches d'entités sont importées à l'aide de Data Connect . Voir aussi calque AutoCAD , calque , calque de dessin ou calque de surface .

Dans un modèle métier d'entreprise, recherche l'emplacement d'un certain objet, tel qu'un bâtiment, une parcelle ou tout autre type d'objet ayant une géométrie. La géométrie trouvée sera le centre d'une génération graphique ou d'un zoom GoTo. Il existe plusieurs types de recherche tels que la recherche séquentielle et la recherche plate.

Dans AutoCAD Map 3D , toute source de données d'objet qui a été connectée au moyen de FDO . Dans Autodesk Infrastructure Studio, l'un des deux types de ressources créées soit en chargeant des données basées sur des fichiers, soit en se connectant à une base de données spatiale. Les sources d'entités sont stockées dans le référentiel au format SDF 3 ou en tant que connexions de base de données et contiennent uniquement de la géométrie brute. Comparez avec la source du dessin.

Norme de contenu pour les métadonnées géospatiales numériques. Un schéma XML standard pour la publication et le partage de métadonnées SIG, publié par le Federal Geographic Data Committee (FGDC) des États-Unis en 1998. Le schéma est composé de sept sections principales, dont chacune contient plusieurs éléments de données individuels et éléments composés. Selon la nature des données SIG, chaque section, élément et élément composé est obligatoire, facultatif ou conditionnel (obligatoire le cas échéant).

Une catégorie spécifique d'informations dans un fichier de données, comme l'adresse ou le diamètre. Aussi appelée colonne. Voir aussi le tableau.

Un enregistrement qui correspond aux conditions d'un filtre SQL ou d'un filtre spatial et est donc disponible pour la sélection.

Pour une topologie de réseau , trace qui commence à un point spécifié et se poursuit dans toutes les directions pour une distance ou une résistance spécifiée.

Un type de champ généré automatiquement (métadonnées) dans la fonction Métadonnées, dont la valeur doit être dérivée de la source de données au sein d'une ressource SIG (métadonnées) , conformément aux règles de la norme FGDC CSDGM . Les champs de mise à jour forcée sont mis à jour chaque fois que les métadonnées sont mises à jour.

Méthode de réduction du nombre de sommets dans les données source d'un pourcentage spécifique.

Un système de coordonnées qui est référencé directement à une référence. Comparer avec le système de coordonnées cartographiques.

Techniques analytiques qui identifient les conditions existantes d'un emplacement géographique, d'une zone spatiale ou d'un réseau linéaire, et prédisent les effets de certains événements futurs sur ces caractéristiques.

Informations sur les caractéristiques géographiques. Voir fonctionnalité(s) .

Un ellipsoïde avec une surface très irrégulière utilisé pour décrire la forme de la terre. Voir aussi ellipsoïde.

La représentation d'une ou plusieurs entité(s) spatiale(s) , modélisée comme un ensemble ordonné d'éléments primitifs. Voir élément (base de données Oracle Spatial) .

Processus de transformation des éléments géométriques des objets AutoCAD Map 3D en géométrie Oracle Spatial et de la reconversion des éléments géométriques des enregistrements en objets AutoCAD Map 3D.

Un fichier DWF publié par AutoCAD Map 3D ou AutoCAD Civil 3D 2008 ou une version ultérieure qui contient un système de coordonnées global et des coordonnées de latitude et de longitude définies en fonction du système de référence WGS84. Voir aussi DWF, Design Review.

Une image qui référence des coordonnées du monde réel dans sa source de corrélation. Exemple : Les images géoréférencées incluent GeoSPOT, GeoTIFF et les images qui utilisent des fichiers du monde comme source de corrélation.

Un type de format de fichier image balisé (TIFF) qui prend en charge les informations de géoréférencement.

Un système informatisé d'aide à la décision qui intègre des données géographiques, des données d'attributs et d'autres données référencées spatialement. Un SIG est utilisé pour capturer, stocker, récupérer, analyser et afficher des données spatiales.

Méthode qui convertit les coordonnées sphériques de la Terre représentant la latitude et la longitude en un système de coordonnées cartésiennes de dessins AutoCAD Map 3D, et tient compte de la courbure de la surface de la Terre avec une projection. Un système de coordonnées est généralement défini par une projection, une définition d'ellipsoïde, une définition de référence, un ou plusieurs parallèles standard et un méridien central.

Un réseau de lignes géographiques, telles que des lignes de latitude et de longitude. Voir aussi système de référence de grille .

Un système de coordonnées cartésiennes basé sur une grille. Le système de coordonnées Universal Transverse Mercator (UTM) est un système de référence de grille.

La première partie d'une coordonnée de système de référence de grille. L'indicateur de zone de grille spécifie le numéro de zone UTM de 6 par 8 degrés et la lettre de latitude.

Un motif régulier utilisé pour remplir une zone avec une série de lignes croisées.

L'ajout d'ombrage à une surface pour suggérer une tridimensionnalité, une ombre ou des degrés de lumière et d'obscurité. L'ombrage ajoute de l'ombrage en projetant la lumière du soleil sur une surface à partir de la direction et de l'angle que vous spécifiez.

Action d'extraire des entités en les sélectionnant, sans utiliser la commande Extraire des entités. Voir aussi checkout , checkout explicite .

Un fichier de stockage de données de nuages ​​de points créé par le gestionnaire de nuages ​​de points . Les fichiers d'index permettent à AutoCAD Map 3D d'accéder plus rapidement et plus efficacement aux données des nuages ​​de points.

Type de jointure dans lequel les enregistrements de la table principale sont affichés uniquement s'il existe un enregistrement correspondant dans la table secondaire jointe. Voir aussi jointure, jointure externe gauche.

Deux ou plusieurs conditions jointes avec l'opérateur logique Et. Un élément est sélectionné uniquement s'il remplit toutes les conditions spécifiées. Comparez avec l'union.

Emplacement où une ligne, une surface ou un solide en croise une autre de manière à avoir un ou plusieurs points en commun.

Toutes les modifications apportées à un modèle métier d'entreprise peuvent être contrôlées et effectuées par des rapports précis sur les étapes de traitement appropriées, si elles sont effectuées dans une tâche. L'utilisation de jobs vous permet de contrôler la version. Un travail comprend divers états de traitement (en cours, en attente, projet). Pour chaque état de traitement, une application définit exactement quelles actions sont autorisées.

La zone spatiale dans laquelle un travail peut être traité. Vous pouvez utiliser des périmètres de tâche pour contrôler où les modifications de la tâche en cours sont autorisées. Les entités en dehors du périmètre de la tâche ne peuvent pas être traitées. En outre, vous pouvez définir des règles d'objet à appliquer aux objets dans le périmètre.

Une relation qui est établie entre les données d'attributs et les sources d'entités dans le but de créer une nouvelle vue des données ou pour une analyse ad-hoc.

Un format d'image raster avancé du Joint Photographics Expert Group, proposant des options de compression sans perte, de compression par ondelettes, de décompression incrémentielle et de prise en charge de la couleur jusqu'à 48 bits.

Une ou plusieurs colonnes d'une table dont les valeurs sont utilisées pour identifier de manière unique un enregistrement. Pour fournir des liens utiles, une colonne clé doit contenir une valeur unique pour chaque enregistrement. Également appelé champ clé.

Une valeur stockée sur un objet qui spécifie cette valeur à faire correspondre dans le champ clé d'une table.

Dans un atlas, une vue d'ensemble de la carte entière avec les limites actuelles des tuiles affichées.

Dans un modèle métier d'entreprise, toutes les données d'attribut d'un objet peuvent être affichées sous forme de texte, à l'aide d'objets d'étiquette.Les entités d'étiquettes sont générées par des instructions de sélection arbitraires que vous pouvez définir. Les définitions d'étiquettes (instructions select et autres paramètres) sont stockées dans la table système TB_LABEL_DEF. Les définitions d'étiquettes peuvent être créées ou modifiées à l'aide d'Infrastructure Administrator. Les entités d'étiquettes peuvent être stylisées avec le gestionnaire d'affichage en affichant la propriété LABEL_TEXT.

Texte placé sur ou à proximité d'entités cartographiques pour les décrire ou les identifier.

Sélectionnez les instructions qui créent des étiquettes. La définition d'étiquette interroge les données de la base de données et spécifie le positionnement et l'orientation du texte. Ces informations sont utilisées dans le gestionnaire d'affichage pour la stylisation.

Relevé aérien LiDAR. LAS est un format de fichier standard défini par l'American Society of Photogrammetry and Remote Sensing. La norme LAS inclut une classification par points LiDAR.

Première partie d'un système de coordonnées sphériques utilisé pour enregistrer les positions à la surface de la Terre. La latitude indique la distance angulaire au nord ou au sud de l'équateur. Voir aussi longitude.

Une ressource qui référence une source d'objets ou une source de dessin. La couche contient des informations de style et de thème, et éventuellement une collection de plages d'échelle. Vous ajoutez une couche à votre carte à l'aide du gestionnaire d'affichage . Les types spécifiques de couches sont la couche de dessin, la couche d'entités et la couche de surface.

Dans un atlas, composition nommée de fenêtres et d'annotations dans l'espace papier. Il comprend le format de papier et l'échelle de sortie prévus pour le traçage et la publication. Voir aussi modèle d'atlas .

Type de jointure où tous les enregistrements de la table principale sont affichés, qu'ils aient ou non un enregistrement correspondant dans la table secondaire jointe.

Détection de la lumière et télémétrie. Une méthode de télédétection qui peut être utilisée pour générer une image d'une surface.

La connexion entre un objet de dessin et ses données de base de données associées. Les données de lien sont stockées sur l'objet de dessin lié et contiennent le nom du gabarit de lien et la valeur clé utilisée pour identifier l'enregistrement associé dans la table liée. Un objet peut avoir plusieurs liens.

Un élément de la géométrie qui relie les nœuds. Dans une topologie de polygone, un lien définit une arête de polygone. Les liens peuvent contenir des sommets et des arcs réels et peuvent être représentés sous forme de ligne, de polyligne ou d'arc. Voir aussi nœud .

Structure de données qui contient les informations de chemin d'accès à une table de base de données et spécifie un ou plusieurs champs clés dans cette table.

Rendre tout ou partie d'un fichier disque en lecture seule afin qu'il ne puisse pas être modifié par d'autres utilisateurs sur un réseau. Le verrouillage d'objet s'applique aux objets en cours de modification par un autre utilisateur. Le verrouillage de fichier s'applique à des fichiers entiers, par exemple lorsqu'un utilisateur d'AutoCAD souhaite ouvrir un fichier pendant qu'il est en cours de modification dans AutoCAD Map 3D .

Un symbole tel que Et, Ou, Non, =, >, >=, < et <= utilisé pour définir des relations logiques.

Dans un modèle métier, description de la relation des objets de toutes les classes d'objets, qu'il s'agisse de classes d'objets d'attribut ou de géométrie. Les entités n'ont pas besoin d'être spatialement connectées. Une topologie logique relie des points à des points, des lignes à des lignes, des lignes à des points ou des entités attributaires à des entités d'attribution. Les réseaux de distribution sont basés sur des topologies logiques qui relient des points (nœuds) et des lignes (arêtes). Par exemple, une topologie logique peut représenter un réseau d'eaux usées ou des lignes de transmission électrique. Aussi appelé un topologie de réseau.

La deuxième partie d'un système de coordonnées sphériques utilisé pour enregistrer les positions à la surface de la Terre. La longitude mesure la distance angulaire à l'est ou à l'ouest du méridien principal, qui traverse Greenwich, en Angleterre. Voir aussi latitude .

Les transactions de base de données qui s'étendent sur des heures, des jours ou des mois, contrairement aux transactions de base de données plus classiques qui ne durent que quelques secondes. Les transactions longues prennent en charge l'atomicité, la cohérence et la durabilité, et peuvent être validées ou annulées.

La fenêtre qui représente une tuile de carte dans une feuille. Voir aussi viewport (espace papier) .

Ensemble de couches affichées dans un système de coordonnées et des étendues cohérents. Voir aussi couche .

Une option de publication qui divise une carte en tuiles et les formate en pages avec une légende et un index/clé. Créez et modifiez des atlas à partir de l'onglet Atlas du volet des tâches .

Gère votre atlas et contient des commandes pour les créer, les modifier et les publier. Pour afficher l'atlas, cliquez sur son onglet dans le volet des tâches.

Type spécial de modèle de jeu de feuilles utilisé par un atlas pour générer des feuilles. Les tuiles de carte sont générées en fonction des propriétés d'espace réservé de la disposition et de la fenêtre.

Gère vos ressources cartographiques. Pour afficher l'explorateur de cartes, cliquez sur son onglet dans le volet des tâches.

Plateforme logicielle de diffusion de données spatiales sur Internet ou sur un intranet. MapGuideOpen Source est soutenu par la communauté (www.mapguide.osgeo.org). La version Autodesk de MapGuide s'appelle Autodesk Infrastructure Map Server.

Représentation systématique d'un corps sphérique, tel que la Terre, sur une surface plate (planaire). Chaque projection cartographique a des propriétés spécifiques qui la rendent adaptée à des besoins cartographiques spécifiques.

Ensemble de conditions qui spécifient la sélection d'objets de dessin à partir des dessins source. Les conditions d'une requête Carte peuvent être basées sur l'emplacement ou les propriétés d'un objet ou sur des données stockées dans le dessin ou dans une table de base de données liée. Voir aussi requête de topologie et requête de base de données .

Nom par défaut du composant serveur de modèle métier d'entreprise qui stocke les paramètres d'application et les procédures stockées côté serveur. Pour utiliser un modèle métier d'entreprise, vous devez vous connecter à MAPSYS ou MAPMAIN.

Une région spécifique d'une carte (vue de l'espace objet) à utiliser sur une feuille individuelle.

Un formulaire de classe d'entités dans lequel les enregistrements associés sont affichés dans un sous-formulaire incorporé sur un ou plusieurs onglets.

Une projection cartographique, conçue par Gerhardus Mercator, dans laquelle la surface de la Terre est dessinée telle qu'elle apparaîtrait si elle était projetée sur un cylindre enroulé autour de la Terre. Voir aussi projection cylindrique .

Un grand cercle passant par les deux pôles, correspondant à une ligne de longitude.

Données sur les données. Dans le contexte du SIG, les métadonnées se composent d'informations qui décrivent les caractéristiques essentielles des ensembles de données géospatiales. Voir aussi la norme FGDC CSDGM .

Une projection Universal Transverse Mercator (UTM) - et un système de référence de grille basé sur la stéréographie polaire universelle (UPS) utilisé par l'armée américaine et l'OTAN.

Caractéristiques avec des coordonnées connues, utilisées pour établir un emplacement précis et précis sur une carte. Voir aussi points de contrôle .

Un objet polygone. Un polygone diffère d'une polyligne fermée en ce qu'il stocke des informations sur ses limites intérieures et extérieures.

La méthode de détermination d'un nom de tuile de carte individuelle. Les exemples incluent colonne/ligne, séquentiel et piloté par les données.

Une description de la relation spatiale entre les objets de dessin linéaire (liens et, parfois, nœuds). Par exemple, une topologie de réseau peut représenter des pipelines, des rues, des lignes de transmission électrique et des rivières.

Point unique ou point d'extrémité ou intersection d'un lien dans une topologie. Un nœud peut être représenté comme un bloc ou un objet point.

Description de la relation spatiale entre les objets ponctuels géographiques dans un dessin. Des exemples de topologies de nœuds incluent des sources ponctuelles de pollution et des panneaux de signalisation.

Dans un thème, mise à l'échelle des valeurs de données par rapport à une autre valeur de données. Un exemple courant consiste à ajuster la valeur thématique en fonction de la superficie, de la longueur ou du périmètre de l'entité.

Tous les objets de dessin qui ont été créés à l'aide d'une définition de classe d'objets spécifique. Utilisez la classification d'objets pour organiser les objets de votre dessin en fonction des caractéristiques du monde réel qu'ils représentent, telles que les routes. Les classes d'objets vous permettent de créer de nouveaux objets qui possèdent automatiquement les propriétés et valeurs appropriées pour les objets de votre dessin. Voir aussi classe d'objets .

Une définition de la façon de créer un objet de dessin classé dans un dessin. Une définition de classe d'objets peut inclure des informations sur le type d'objet, les propriétés par défaut de l'objet ou les données par défaut qui doivent être attachées à l'objet.

Données d'attribut attachées à un objet et stockées dans le fichier de dessin. Comparez avec des données externes.

Consortium géospatial ouvert. Un organisme de normalisation volontaire, international et volontaire à but non lucratif qui dirige l'élaboration de normes pour les services géospatiaux et basés sur la localisation. (www.opengeospatial.org)

Jointure dans laquelle un enregistrement de la table primaire correspond à plusieurs enregistrements de la table secondaire.

Jointure dans laquelle un enregistrement de la table primaire correspond à un enregistrement de la table secondaire.

Composant d'Autodesk Infrastructure Application Extension qui implémente plusieurs protocoles de cartographie Web OpenGIS pour exposer les services offerts par le serveur aux clients OpenGIS basés sur des normes.

Une version antérieure de la fonctionnalité Feature Data Objects ( FDO ), utilisée pour stocker des cartes dans Oracle Spatial.

Fondation Géospatiale Open Source. Une fondation créée pour soutenir et créer des logiciels géospatiaux open source de la plus haute qualité. L'objectif de la fondation est d'encourager l'utilisation et le développement collaboratif de projets menés par la communauté. (www.osgeo.org)

Créer une nouvelle topologie en combinant des éléments de deux topologies distinctes. Au moins une des topologies d'origine doit être une topologie de type polygone.

Dans AutoCAD Map 3D , un outil qui fournit des capacités d'analyse spatiale et de données pour deux ensembles d'entités géospatiales.

Dans Autodesk Infrastructure Map Server, fichier compressé qui peut accélérer le processus de chargement des données sur le serveur. Les gros fichiers de données source peuvent être compressés dans ce format de fichier et enregistrés sur un emplacement réseau ou copiés sur un CD.

Degré de latitude qui fait le tour de la terre parallèlement à l'équateur.

Pour une topologie de réseau, une trace commence à un point spécifié, trouve la distance la plus courte vers un autre point et est basée sur la résistance (la longueur par défaut).

La possibilité de modifier les objets extraits lorsque vous êtes hors ligne, puis d'enregistrer vos modifications dans la source de données lorsque vous revenez en ligne.

Spécifie l'emplacement et la taille des éléments (fenêtres, barre d'échelle, flèche nord, légende) dans une feuille de carte.

Un bloc AutoCAD qui contient des informations de traçage telles que le texte de la page de titre, les mises en page des tracés, la légende et d'autres annotations de carte .

Ensemble de points représentés sous forme d'objet AutoCAD.

L'interface utilisateur principale pour convertir les données LiDAR en un format de fichier de base de données de nuages ​​de points.

Un polygone est une zone fermée qui stocke des informations sur ses limites intérieures et extérieures, et sur d'autres polygones imbriqués à l'intérieur ou regroupés avec elle. Dans une topologie polygonale, le polygone peut être entouré de n'importe quelles lignes ou arcs du dessin. De plus, AutoCAD Map 3D prend en charge un objet polygone, parfois appelé mpolygone ou polygone de mappage.

Une description de la relation spatiale entre les entités de la zone géographique. Les topologies de polygone contiennent des liens géométriques, des nœuds et des centroïdes. Des exemples de topologies de polygones sont les cartes d'utilisation et d'occupation des sols, les limites politiques, les parcelles et les types de sols.

Propriété dont la valeur identifie de manière unique chaque entité au sein d'une classe d'entités. De nombreuses classes d'entités utilisent une seule propriété à cette fin, par exemple, FeatureId. Cependant, une classe d'entités peut avoir une liste de propriétés telles que le numéro de rue, le nom de rue et le type de rue pour identifier de manière unique une adresse de maison. Vous ne pouvez pas modifier les valeurs de clé primaire pour les données jointes.

La ligne de longitude tracée à travers Greenwich, en Angleterre, utilisée comme origine pour les mesures de longitude.

Une section longitudinale d'entités linéaires. Un profil est créé en projetant des entités sur un axe.

Paramètres définis par l'utilisateur et spécifiques à un dessin donné.

Un ensemble de tables système de profil et un ensemble arbitraire de classes d'entités de profil. Les tables système de profil stockent la configuration et les paramètres de base. Les classes d'objets de profil stockent les composants de chaque dessin de profil.

Un projet comprend un ou plusieurs modèles métiers. La sélection d'un projet charge tous les objets nécessaires, y compris les menus et barres d'outils appropriés, pour tous les modèles métiers de ce projet. Pour les modèles métiers d'entreprise, un projet est l'unité de workflow centrale que vous devez ouvrir pour utiliser le modèle métier d'entreprise. Pour les modèles métiers basés sur des fichiers, un projet est identique à un dessin ou gabarit de modèle métier.

Pour différents groupes d'utilisateurs, tels que EDITOR, VIEWER ou ADMIN, vous pouvez définir les projets appropriés avec des rôles et des droits respectifs dans Infrastructure Administrator.

Pour les données d'entité(s), un seul attribut d'une classe. Une classe est décrite par une ou plusieurs définitions de propriétés. Par exemple, une classe d'entités Road peut avoir des propriétés appelées Name, NumberLanes ou Location. Voir aussi attributs ou données d'attributs .

La définition des propriétés que vous souhaitez modifier lors d'une requête.

Valeurs associées à un objet géographique, telles que la profondeur de la rivière, la largeur de la route ou le diamètre de la canalisation. Dans AutoCAD Map 3D , ces éléments sont représentés sous forme d'attributs de bloc, de valeurs dans des tables de données d'objets ou de valeurs dans une base de données externe liée.

Un nœud inutile dans un lien géométrique. Un pseudo-nœud peut être utilisé pour stocker des informations sur l'emplacement d'un point géographique ou pour représenter le changement d'un lien à un autre.

Pour générer une sortie à partir d'un atlas.

Pour supprimer toutes les définitions d'objet inutilisées d'un dessin ouvert.

Un ensemble d'instructions exécutables qui récupèrent des objets spécifiques. Par exemple, une requête basée sur des couches qui affiche uniquement les objets sur les couches qui contiennent les limites d'état et de district. Voir requête de carte , requête de topologie et requête de base de données .

Ensemble de requêtes enregistrées dans un dessin. Vous pouvez ajouter, supprimer et modifier des requêtes dans la bibliothèque de requêtes .

Une séquence de propriétés d'affichage utilisée pour rendre un thème, par exemple, une séquence de couleurs, de styles de ligne ou de motifs de hachures.

Dans un thème, segment de données le long d'un continuum, comme la valeur d'une propriété, la température ou la population.

Images contenant des points individuels (appelés pixels ou cellules) avec des valeurs de couleur, disposés dans un tableau rectangulaire espacé régulièrement. Les photographies aériennes et les images satellites sont des exemples d'images matricielles utilisées dans la cartographie. Comparer avec le vecteur.

Pour un symbole, point qui contrôle la position d'un symbole sur une entité dans une carte. Le point de référence par défaut est le centre du symbole.

La préparation d'une carte à numériser en calibrant une table de numérisation pour convertir une source analogique en un fichier numérique. Voir numériser .

La résistance est une mesure de la difficulté de parcourir un lien. La mesure de résistance par défaut est la longueur du lien. Vous pouvez définir la résistance en fonction de ce que représente le lien, comme le diamètre du tuyau ou la vitesse du trafic.

Dans une image raster, la densité de pixels par pouce (PPI) ou de points par pouce.

Dans Autodesk Infrastructure Map Server, source d'objets, source de dessin ou composant d'application stocké dans le référentiel de ressources et pouvant être réutilisé et partagé.

Dans la fonction Métadonnées, une ressource est un terme générique désignant tout type de jeu de données pour lequel AutoCAD Map 3D peut générer des métadonnées . Une ressource peut être une classe d'entités, une classe d'objets, un schéma ou un fichier.

Dans , base de données XML qui stocke les ressources créées soit en chargeant des données basées sur des fichiers, soit en se connectant à des bases de données.

Une méthode d'édition, utilisée uniquement lorsque cela est nécessaire, qui tente de corriger les erreurs en étirant une carte pour l'adapter aux points de contrôle ou aux monuments connus.

Un thème de fonctionnalité consiste en un ensemble de règles. Chaque règle spécifie un style et une étiquette de fonction pour les fonctions qui remplissent la condition spécifiée. Vous pouvez ajouter une étiquette de légende pour fournir une description de la condition d'une règle. Lorsqu'une couche est dessinée, chaque entité est comparée aux règles dans l'ordre dans lequel elles sont répertoriées. La première règle pour laquelle l'entité remplit la condition est utilisée pour spécifier le style et l'étiquette de l'entité pour cette entité.

Une méthode ou un déclencheur qui traite les données en fonction d'algorithmes prédéfinis. Par exemple, les règles effectuent des vérifications complexes de cohérence et de dépendance lors de certains événements, par exemple avant l'insertion ou après la modification d'une fonctionnalité.

Objets qui ont été créés ou modifiés dans le dessin courant et qui sont marqués pour être enregistrés dans les dessins source.

Le rapport entre la distance sur une carte papier et la distance au sol. Si une carte papier a une échelle de 1/100 000 (également représentée par 1/100 000), alors une distance de 1 unité sur la carte papier correspond à 100 000 unités au sol. Sur une carte numérique, l'échelle représente l'échelle de la carte à partir de laquelle la carte numérique a été dérivée.

Vous pouvez définir différentes stylisations à différents seuils d'échelle. Par exemple, activez l'affichage des noms de route uniquement lorsque le facteur d'échelle du dessin est inférieur à 1:5000.

La définition de plusieurs classes d'entités et les relations entre elles. Un schéma est la description logique des types de données utilisés pour modéliser des objets du monde réel et ne fait pas référence aux instances de données réelles (une route ou une parcelle de terrain particulière). Ce sont plutôt des métadonnées. Voir aussi classe d'objets .

Diagramme schématique qui représente des entités du monde réel en transformant la géométrie d'entité d'origine en un autre emplacement, par exemple en appliquant un décalage de coordonnées. Le plan de schéma représente les fonctionnalités du monde réel dans une structure claire et préserve la topologie. Un plan de schéma peut être affiché en superposition sur les entités d'origine ou dans une fenêtre secondaire. Utilisez Infrastructure Administrator pour définir des plans de schéma.

Fichier de données spatiales. Une géodatabase open source basée sur un fichier qui peut contenir plusieurs classes d'entités ou types de données stockées dans des tables avec des attributs et une géométrie. Voir SDF 2 , SDF 3 .

La version précédente du format de fichier SDF. Il s'agissait du format de fichier natif pour Autodesk MapGuide 6.5 et versions antérieures. Chaque fichier SDF 2 contenait généralement une classe d'entités ou un type de données, par exemple des points, des lignes, des polygones ou du texte.

La version actuelle du format SDF. Il s'agit du format natif pour Autodesk Infrastructure Map Server et Open Source. Chaque fichier SDF 3 peut contenir plusieurs classes d'entités ou types de données stockées dans des tables avec des attributs et une géométrie. Voir classe d'objets .

Un objet nommé individuel dans un jeu de feuilles qui peut être publié. Fait référence à une mise en page. Dans un fichier DWF, une présentation de tracé contenant une vue spécifique des données d'origine.

Une collection nommée de feuilles et de sous-ensembles pour la publication.

Une collection nommée de feuilles dans un jeu de feuilles. Une feuille individuelle ne peut être membre que d'un seul sous-ensemble.

Un fichier de dessin qui définit un cartouche et une présentation à utiliser dans les feuilles. Peut être spécifié pour les jeux de feuilles et les sous-jeux de feuilles.

Ensemble de serveurs qui traitent les demandes Autodesk Infrastructure Map Server.

Une application Web, installée avec Autodesk Infrastructure Map Server, pour gérer un site et ses serveurs.

L'arborescence d'Autodesk Infrastructure Studio qui affiche les ressources stockées dans le référentiel de ressources.

Dans un site, le serveur qui contient le référentiel de ressources.

Méthode de rapport de l'inclinaison de la surface sous la forme d'un rapport qui exprime la distance horizontale sur laquelle l'élévation change d'une unité linéaire. Par exemple, si le sol s'élève de 3 unités sur une distance horizontale de 15 unités linéaires (mètres ou pieds), la pente est de 5:1 (5 à 1).

Un fichier de dessin attaché à un autre dessin. L'ensemble de tous les dessins source attachés à un dessin est appelé l'ensemble de dessins. Utilisez une requête pour récupérer les objets sélectionnés à partir de plusieurs dessins source.

Terme générique utilisé pour désigner le concept mathématique de m-données dimensionnelles.

Processus de compréhension, d'extraction ou de création d'informations sur un ensemble d'objets. L'analyse spatiale comprend des techniques utilisées pour déterminer la distribution des objets sur un réseau ou une zone, et les relations entre ces objets. L'emplacement, la proximité et l'orientation des objets peuvent être analysés avec une analyse spatiale. Il est utile pour évaluer l'adéquation et la capacité, pour estimer et prédire, et pour interpréter.

Métadonnées ou paramètres généraux dans lesquels réside la géométrie d'un ensemble d'entités. En particulier, le contexte spatial comprend la définition du système de coordonnées, des paramètres sphéroïdes, des unités, des étendues spatiales, etc., pour une collection de géométries appartenant à des entités.

Informations sur l'emplacement et la forme des entités géographiques, et les relations entre ces entités. Voir aussi caractéristique(s) .

Une base de données contenant des informations indexées par emplacement.

Une sélection d'objets qui spécifient les enregistrements à afficher dans la table ou la requête active. Lorsqu'un filtre spatial est actif, la vue des données affiche uniquement les enregistrements liés aux objets sélectionnés. Comparez avec le filtre SQL.

Index créé dans une base de données Oracle Spatial en divisant l'étendue des dessins de la base de données en tuiles rectangulaires. AutoCAD Map 3D utilise l'index pour localiser la géométrie à importer.

Système de coordonnées mesuré à la surface d'une sphère et exprimé en distances angulaires. Comparer avec le système de coordonnées cartésiennes.

Une série d'expressions SQL qui spécifient les enregistrements à sélectionner dans la table ou la requête active. Lorsqu'un filtre SQL est actif, la vue de données affiche uniquement les enregistrements qui correspondent aux critères de filtre. Comparez avec le filtre spatial .

Paramètres qui spécifient comment afficher la ou les entités ou les objets de dessin dans un calque du gestionnaire d'affichage. Par exemple, un style de polygone qui rend les polygones de parcelle transparents à 50 % et qui apparaît à une échelle de 1:50000. Un ou plusieurs styles peuvent être appliqués à un seul élément.

Utilisez la bibliothèque de styles pour stocker les styles que vous utilisez fréquemment. Vous pouvez faire glisser et déposer ces styles sur n'importe quel élément de n'importe quelle autre carte d'affichage.

Processus d'attribution de caractéristiques d'affichage (telles que la couleur de ligne, le motif de ligne, la couleur de remplissage, le motif de remplissage, etc.) aux entités (points, polylignes, polygones). Voir aussi la thématique .

Changer visuellement ou textuellement l'affichage des objets de dessin en fonction des styles attribués, plutôt que de les afficher avec leurs propriétés d'objet natives. Voir aussi style.

Un utilisateur qui contrôle les ID utilisateur, les mots de passe et l'accès aux procédures sensibles.

La distance maximale entre les sommets des polylignes 3D. Si la distance entre les sommets est supérieure à celle spécifiée, des points sont ajoutés le long de la polyligne 3D par incréments égaux qui sont inférieurs ou égaux à la distance complémentaire.

Ajoutez des sommets le long de polylignes 3D longues et contenant peu de sommets. La distance complémentaire est la distance maximale entre les sommets. Si la distance entre les sommets est supérieure à celle spécifiée, des points sont ajoutés le long de la polyligne 3D par incréments égaux qui sont inférieurs ou égaux à la distance complémentaire. Plus la distance est petite, plus le nombre de points complétés est grand.

Un réseau de données d'altitude. AutoCAD Map 3D prend en charge les surfaces de grille raster, telles que DEM, DTED et ESRI Grid. Dans ces types de surfaces, les points d'une surface sont connectés dans une grille, qui sont ensuite utilisés pour interpoler les contours et pour générer des profils et des sections transversales. Une surface représente l'état du sol à un moment ou à un événement particulier.

Une couche dans le gestionnaire d'affichage contenant une surface raster telle qu'un modèle numérique d'altitude (DEM), un fichier de grille ESRI ou des données numériques d'altitude de terrain (DTED). Une couche de surface est importée à l'aide de Data Connect . Voir aussi couche d'entités, couche de dessin, couche AutoCAD.

Type de mesure prise par un géomètre à l'aide d'une distance connue plus un décalage angulaire. Une cravate est une mesure directe, faite avec un ruban ou une chaîne. Le swing fait référence au décalage angulaire de la cravate.

Image bitmap ou vectorielle utilisée pour représenter un point.

Dans Autodesk Infrastructure Studio, collection de symboles associés. Les fichiers image sont convertis en symboles lorsqu'ils sont importés dans la bibliothèque de symboles. La bibliothèque de symboles est stockée dans le référentiel de ressources.

Terme désignant le stockage d'objets nommés, y compris les types de ligne, les calques, les styles de texte et les blocs.

Un ensemble de données organisées en enregistrements (lignes) et en champs (colonnes). Lorsqu'un tableau est affiché dans une grille, les enregistrements s'affichent dans des lignes horizontales et les champs s'affichent dans des colonnes verticales. Chaque valeur de champ du tableau s'affiche dans une cellule.

Une fenêtre AutoCAD Map 3D qui fournit les outils dont vous avez besoin pour accomplir vos principales tâches de cartographie : création, affichage, style, analyse et publication de cartes. Le volet des tâches contient des vues à onglets : Explorateur de cartes , Gestionnaire d'affichage , Enquête et Carnet de cartes . Map Explorer vous permet de gérer les ressources que vous utilisez pour créer vos cartes. Le gestionnaire d'affichage fournit des outils pour créer des cartes et créer des styles et des thèmes. Avec Map Book , vous pouvez imprimer, publier et partager des cartes. Vous pouvez redimensionner et déplacer la palette du volet des tâches.

Un aperçu des étapes pour effectuer des tâches SIG courantes.

Un fichier qui formate un autre fichier, tel qu'un fichier texte pour enregistrer les informations des objets interrogés. Voir aussi variable point , requête et modèle de lien .

Texte statique stocké dans un magasin de données SDF distinct, indépendant de la carte actuelle. Vous pouvez positionner avec précision le texte sur le calque, styliser et faire pivoter le texte.

Un thème est un style spécial utilisé pour faire varier la stylisation en fonction de certaines propriétés des objets. Par exemple, au lieu de simplement colorer les lacs en bleu, vous pouvez varier la nuance de bleu en fonction de la profondeur du lac. Au lieu de simplement modifier la largeur de ligne des routes, vous pouvez modifier la largeur de ligne en fonction du flux de circulation.

Le processus de stylisation des caractéristiques en fonction d'une valeur d'attribut. Voir aussi style .

La méthode pour diviser une grande carte en plusieurs tuiles plus petites. Les options incluent par zone, par numéro et personnalisé.

Un rayon autour d'un nœud ou d'un objet linéaire utilisé pour rechercher des erreurs de dessin.

Distance minimale autorisée entre les objets linéaires ou les nœuds lors du nettoyage du dessin. Si deux objets ou nœuds linéaires sont séparés par une distance inférieure à la tolérance, AutoCAD Map 3D corrige l'erreur.

Ensemble de tables de classes d'entités, telles que des conteneurs, utilisées pour organiser les classes d'entités. Dans le cas d'un transfert de données, les sujets sont totalement indépendants les uns des autres. Chaque thème peut avoir des sous-thèmes.

Pour créer une structure de données claire et transparente, vous pouvez regrouper des classes d'entités en rubriques, regrouper plusieurs rubriques en rubriques principales et définir des classes d'entités avec des sous-classes d'entités. Ces relations entre les rubriques et les classes d'entités servent uniquement d'illustration de la structure des données. Il n'y a pas nécessairement une relation réelle entre les tables.

Un ensemble de relations géométriques entre des objets de dessin, y compris des liens, des nœuds et des centres de gravité. La topologie décrit comment les lignes, les nœuds et les polygones se connectent et se rapportent les uns aux autres, et constitue la base des fonctions SIG avancées telles que le traçage de réseau, l'analyse spatiale, l'analyse de tampon, l'analyse de superposition et la dissolution d'une topologie de polygone.

Extension d'une requête Map qui s'applique à une topologie chargée. Voir aussi requête de carte .

Une commande a démarré alors qu'une autre est en cours. Faites précéder les commandes transparentes d'une apostrophe.

Une projection cartographique, dans laquelle la surface de la Terre est dessinée telle qu'elle apparaîtrait si elle était projetée sur un cylindre enroulé autour de la Terre dans une direction est-ouest. Comparer avec la projection cylindrique.

Fichier avec l'extension .udl qui inclut le nom et l'emplacement de la table de base de données et le logiciel utilisé pour créer le fichier. Windows utilise un fichier UDL pour identifier une source de données. À l'aide des informations contenues dans ce fichier, des programmes tels qu'AutoCAD Map 3D peuvent afficher et mettre à jour les données de bases de données externes.

Deux ou plusieurs lignes dans une tolérance spécifiée l'une de l'autre qui ne se rencontrent pas.

Deux ou plusieurs conditions jointes à l'opérateur logique Ou. Un élément est sélectionné uniquement s'il répond à au moins un des critères spécifiés. Comparer avec intersection (expression) .

Une implémentation spécifique de la projection Mercator, conçue pour une utilisation dans le monde entier. Voir aussi projection de Mercator .

Un calcul mathématique d'un objet avec une direction et une longueur précises. Les données vectorielles sont stockées sous forme de coordonnées X,Y qui forment des points, des lignes et des zones. Comparez avec raster .

Fonction de base de données qui permet de stocker et de suivre plusieurs copies d'un jeu de données spatiales par date de création, données de modification, etc.

Une augmentation de l'échelle verticale par rapport à l'échelle horizontale, utilisée pour rendre les changements d'altitude plus faciles à différencier.

Une vue de l'espace objet à partir d'une mise en page.

Un fichier image à plusieurs résolutions compressé à l'aide d'une compression avec perte qui permet de charger de grands graphiques beaucoup plus rapidement en raison de la réduction de la taille du fichier. La compression par ondelettes est basée sur un algorithme mathématique dans lequel les images graphiques peuvent être réduites à une petite fraction de leur taille d'origine.

La suppression de points le long d'une polyligne 3D sélectionnée, qui peut représenter un contour. Les facteurs de désherbage déterminent le nombre de points supprimés. Vous pouvez utiliser le désherbage pour réduire la quantité d'informations ponctuelles extraites des contours qui peuvent ne pas être nécessaires pour générer une surface précise.

Vous pouvez utiliser les paramètres de facteur de généralisation pour réduire les points redondants le long des polylignes 3D en ignorant les sommets proches les uns des autres ou le long d'une ligne droite. Une distance et un angle de déviation plus importants élimineront un plus grand nombre de points. La distance est une mesure absolue et l'angle est mesuré en degrés. Plus la valeur de distance est élevée, plus le nombre de points sarclés est important. Les facteurs de désherbage doivent être inférieurs aux facteurs de supplémentation.

Un point est désherbé en calculant sa position par rapport aux sommets avant et après lui. Si la longueur entre ces trois points est inférieure à la valeur de la longueur de désherbage et que l'angle de déviation est inférieur à la valeur de l'angle de désherbage, alors le point central n'est pas ajouté au fichier de données de contour.

Service de fonctionnalités Web. Un service web basé sur le cahier des charges défini par l'OGC. Agit comme une source de données sur les caractéristiques.

Service de carte Web. Un service web basé sur le cahier des charges défini par l'OGC. Génère une image (par exemple, une image PNG ou JPG) de données géospatiales.

Un ensemble automatisé de tâches qui peuvent être organisées pour s'exécuter en série ou en parallèle. La sortie d'une tâche peut être utilisée comme entrée d'une autre tâche. L'utilisateur peut configurer graphiquement la séquence et les paramètres d'exécution.

Un guide pour l'utilisateur à travers des tâches telles que l'acquisition, l'analyse et les rapports.

Une seule étape dans un workflow qui exécute une commande ou un ensemble de commandes.

Une relation entre les activités telle que la sortie d'une activité est utilisée comme entrée d'une autre.

Contient les commandes et les outils pour des tâches spécifiques. L'espace de travail de dessin 2D est adapté aux personnes familiarisées avec le ruban AutoCAD. L'espace de travail Planification et analyse est optimisé pour travailler avec AutoCAD Map 3D . L'espace de travail Maintenance est conçu pour travailler avec des modèles métiers d'entreprise. L'espace de travail Map Classic est un espace de travail de menu pour les utilisateurs hérités.

Pour modifier votre espace de travail, cliquez sur le nom de l'espace de travail actuel dans la barre d'état et sélectionnez un autre espace de travail dans la liste.

Pour modifier l'agrandissement de l'affichage afin qu'il se concentre sur des zones progressivement plus petites (lorsque vous effectuez un zoom avant) ou des zones plus grandes (lorsque vous effectuez un zoom arrière) d'une image.

Pour agrandir un dessin en fonction de son étendue afin que la vue affiche la plus grande vue possible de tous les objets spatiaux.


Les références

1 INEGI, « Modelos Digitales de Elevación : Generalidades y Especificaciones », 2016. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2Ibyoo7 [Consulté le 23 novembre 2018].

2 EUKA, « A drone's eye view », 2018. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2Th4pBK [Consulté le 16 10 2018].

3 P. SA, « Pix4Dcapture », 2018. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2VBu7lI [Consulté le 25 12 2018].

4 DroneDeploy, « Travailler plus intelligemment avec les données de drones », 1er juillet 2019. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/32KouTY

5 T. M. Cover et J. A. Thomas, Éléments de théorie de l'information, John Wiley & Sons, 2012.

6 J. P. Lewis, « Corrélation croisée normalisée rapide », dans Vision interface, vol. 10, pages 120-123, 1995.

7 T. Botterill, M. Steven et G. Richard, « Real-time Aerial image mosaicing », dans la 25e Conférence internationale de l'informatique en image et en vision, Nouvelle-Zélande, 2010.

8 M. D. Kokate, V. A. Wankhede et R. S. Patil, « Mosaïque d'images basée sur l'extraction de caractéristiques », dans International Journal of Computer Applications, vol. 165, non. 1, 2017.

9 J. Martınez-Carranza et W. Mayol-Cuevas, « Real-time Continuous 6d relocalisation for depth camera », dans IEEE/RSJ International Conference on Intelligent Robots and Systems (IROS), Tokyo, Japon, 2013.

10 R. de Lima et J. Martinez-Carranza, « Mosaique d'images aériennes en temps réel à l'aide d'une correspondance basée sur le hachage », dans Workshop on Research, Education and Development of Unmanned Aerial Systems (RED-UAS), Linköping, Suède, 2017.

11 Y. Saeed, D. Wischounig-Strucl, M. Quaritsch et B. Rinner, « Mosaïque incrémentielle d'images à partir d'UAV autonomes à petite échelle », dans la septième conférence internationale de l'IEEE sur la vidéosurveillance avancée et la surveillance basée sur les signaux, 2010.

12 A. Brown, G. Chris, H. Heather et L. Yan, « Diffusion en temps quasi réel d'images géoréférencées par un serveur d'entreprise », Ottawa, Ontario, Canada, 2006.

13 C. Zou, W. Pei et X. Zeqian, « Research on seamless image stitching based on depth map », dans ICPRAM, 2017.

14 S. Bu, Z. Yong, W. Gang et L. Zhenbao, « Map2dfusion : real-time incremental uav image mosaicing based on monoocular slam », dans IEEE/RSJ International Conference on Intelligent Robots and Systems (IROS), Daejeon, 2016.

15 J. Zhang, C. Guangxue et J. Zhaoyang, « Un algorithme d'assemblage d'images basé sur l'appariement d'histogrammes et l'algorithme de tamisage », dans International Journal of Pattern Recognition and Artificial Intelligence, vol. 31, non. 04, 2017.

16 AirMap, Inc., « Airspace Intelligence : to Power the Drone Economy », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2TeLFCE [Consulté le 01 10 2018].

17 Analytica, LLC., « Solutions axées sur les données », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/38mNJNu [Consulté le 15 01 2017].

18 U. Forecast, « UAV Forecast », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/3amusNi [Consulté le 15 08 2018].

19 Département des transports des États-Unis, « Administration, Federal Aviation », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/39kTAnu [Consulté le 13 02 2018].

20 DJI Technology CO, LTD, « DJI GO », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/38fl10W [Consulté le 25 mars 2017].

21 VC Technology, LTD, « Litchi pour DJI Mavic/ Phantom/ Inspire/ Spark », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2Ti15pC [Consulté le 19 06 2017].

22 L. Verifly Technology, « Verifly, Drone Insurance », 2017. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/32P6GHh [Consulté le 17 03 2017].

23 I. Kittyhawk, « Kittyhawk : Enterprise Drone Flight Operations », 2018. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2VEEdm8 [Consulté le 24 11 2018].

24 Q. Morgan, K. Conley, B. Gerkey, J. Faust, T. Foote, J. Leibs, R. Wheeler et AY Ng., « ROS : an open-source Robot Operating System », dans ICRA Workshop on Open Source Software, Kobe, Japon, 2009.

25 H. Hoppe, D. Tony, D. Tom, M. John et S. Werner, « Reconstruction de surface à partir de points non organisés », vol. 26, non. 2, pages 71-78, 1992.

26 R. Mur-Artal, J. M. Martinez Montiel et J. D. Tardos, « ORB-SLAM : un système SLAM monoculaire polyvalent et précis », dans IEEE transactions on robotics, vol. 31, non. 5, pages 1147-1163, 2015.

27 M. De Berg, M. Van Kreveld, M. Overmars et O. Schwarzkopf, Computational Geometry., Berlin, Heidelberg : Springer, 1997, pp. 1-17.

28 G. Rong et T. Tiow-Seng, « Jump flooding in GPU with applications to Voronoi diagram and distance transform », dans In Proceedings of the 2006 Symposium on Interactive 3D graphics and games, Redwood City, Californie, 2006.

29 F. Cazals et J. Giesen, Delaunay triangulation based surface reconstruction : ideas and algorithms, France : INRIA, 2004.

30 contributeurs OpenDroneMap, « Drone Mapping Software », [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/3ajhMqw [Consulté le 13 02 2015].

31 M. Kazhdan et H. Hugues, « Screened poisson surface reconstruction », dans ACM Transactions on Graphics, vol. 32, non. 3, p. 1-29, 2013.

32 B. Fondation, « https://www.blender.org/foundation/ », 2016. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/2x5I5ST [Consulté le 01 02 2016].

33 Fondation O. S. R., « Open Source Robotics Foundation », 2018. [En ligne]. Disponible : https://bit.ly/3crQT5u [Consulté le 01 01 2016].

34 Z. Z. Wang F., « A survey of iterative Nearly Point algorithm », dans Chinese Automation Congress (CAC), Jinan, 2017.

35 M. Längkvist, A. Kiselev, M. Alirezaie et A. Loutfi, « Classification and Segmentation of Satellite Orthoimagery Using Convolutional Neural Networks », dans Journal Remote Sensing, vol. 8, non. 329, p. 1-21, 2016.

36 P. Gamba et B. Houshmand, « Analyse conjointe de l'imagerie SAR, LIDAR et aérienne pour l'extraction simultanée de la couverture terrestre, du MNT et de la forme 3D des bâtiments », dans International Journal of Remote Sensing, vol. 23, non. 20, pages 4439-4450, 2002.

37 R. A. Vázquez Espinoza de los Monteros, J. Ambrosio Bastián et G. A. Sandoval Sánchez, « Clasificación de cultivos agrícolas utilizando técnicas clásicas de procesamiento de imágenes y redes neuronales artificiales », Realidad, Datos y Espacio. Revista Internacional de Estadística y Geografía, vol. 6, non. 3, p. 62-77, 2015.

38 J. Aguirre-Gutiérrez, S. Arie C. et D.Joost F., «Optimisation de la précision de la classification de la couverture terrestre pour la détection des changements, une approche combinée basée sur les pixels et sur les objets dans une zone montagneuse du Mexique», dans Applied Geography, vol. 34, non. 29, p. 29-37, 2012.

39 L. Weibo, Z. Wang, X. Liu, N. Zeng, Y. Liu et F. E. Alsaadi, « Une enquête sur les architectures de réseaux de neurones profonds et leurs applications », dans Neurocomputing, vol. 234, non. 1, p. 11-26, 2017.

[1] Chaque pixel du raster de Magdalena Contreras couvre une surface de 2 x 2 mètres au sol.

[2] Ground true est utilisé dans l'apprentissage supervisé et définit la sortie correcte et attendue du modèle.


Voir la vidéo: Different methods of calculating distances between points using QGIS (Octobre 2021).