Suite

Convertir l'ancien outil VBA ArcGIS 9 en nouvel outil de script Python pour ArcGIS 10


J'ai un fichier ArcGIS .mxd avec un script VBA intégré qui est exécuté à partir d'un bouton de la barre d'outils. J'aimerais convertir cet outil de script VBA en un outil de script python à utiliser dans ArcGIS 10. Est-ce possible ?


Oui, avec la mise en garde qu'il vivra dans l'application et non dans le MXD. Si vous créez un outil de script de géotraitement en Python avec zéro paramètre, vous pouvez l'ajouter à n'importe quelle barre d'outils à partir du menu Personnaliser et il s'exécutera lorsque vous cliquerez dessus. S'il a 1 ou plusieurs paramètres, il fera apparaître la boîte de dialogue de l'outil GP.


***Remarque : Vous apporterez des modifications au registre de votre ordinateur. Esri n'est pas responsable des modifications incorrectes apportées au registre de votre machine. Veuillez apporter les modifications avec votre propre autorisation.

1) désinstallez ArcGIS et toutes les applications ArcGIS sur la machine. Désinstallez tous les programmes Python de la liste.

3) Supprimez les répertoires suivants s'ils existent encore :
-C:Users*nom-utilisateur*AppDataRoamingESRI
-C:Users*nom-utilisateur*AppDataLocalESRI
-C:Program Files (x86)ArcGIS
-C:Program Files (x86)Common FilesArcGIS

4) Ouvrez l'éditeur de registre (à partir de Démarrer, tapez “Regedit”) et supprimez les clés de registre suivantes si elles existent toujours.
-HKEY_CURRENT_USERSoftwareESRI
-HKEY_LOCAL_MACHINESOFTWAREESRI
-HKEY_LOCAL_MACHINESOFTWAREWow6432NodeESRI

Sessions plénières

Les séances plénières sont désormais accessibles à tous sur la chaîne YouTube d'Esri Events. Voici une liste de lecture : LIEN

Présentations utilisateurs et sessions techniques

Les présentations des utilisateurs, les ateliers techniques et les présentations de démonstration sont disponibles exclusivement pour les participants inscrits jusqu'au 1er septembre 2020. Après le 1er septembre 2020, le contenu sera ouvert au public et disponible au moins jusqu'à l'UC 2021.

Participants inscrits peuvent accéder aux enregistrements de session via le site uc2020.esri.com. Vous devrez vous connecter sous le compte que vous avez utilisé pour vous inscrire à l'événement.

Si vous ne vous êtes pas inscrit pour l'UC 2020, vous aurez accès aux enregistrements de session après le 1er septembre sur le site Proceedings, Proceedings.esri.com.

Les débats sont également disponibles à l'achat sur une clé USB, ce qui peut être utile pour ceux qui ont une connectivité Internet limitée. Pour plus d'informations, voir store.eventcapture.com/collections/esri-online.

Galerie de cartes

Un service d'entités Web (WFS) est une spécification ouverte pour la diffusion d'entités géographiques sur le Web. Contrairement à un service de carte Web (WMS), un service WFS renvoie des entités réelles avec une géométrie et des attributs. Vous pouvez vous connecter à un service WFS de l'Open Geospatial Consortium (OGC) dans ArcMap ou ArcGIS Pro en créant une connexion au service WFS ou en ajoutant un élément WFS à partir de votre portail actif.

ArcMap (version 10.8, reportez-vous au lien pour les versions antérieures)

Avant d'utiliser les services d'entités Web dans ArcMap, le Interopérabilité des données l'extension doit être installée.

L'extension Data Interoperability pour ArcGIS Desktop est proposée à deux niveaux de licence :

  • L'installation de Data Interoperability vous donne un accès immédiat aux ensembles de données WFS et GML-SF (fonctionnalités simples). Vous pouvez créer des connexions d'interopérabilité pour les données WFS et GML-SF, les ajouter à des cartes et les utiliser avec des outils de géotraitement. Vous pouvez également utiliser des outils de conversion dans la boîte à outils d'interopérabilité des données pour lire les services WFS et lire et écrire des ensembles de données GML-SF.
  • Autoriser l'interopérabilité des données avec une licence valide et l'activer dans l'application ArcGIS Desktop ajoute une prise en charge supplémentaire prête à l'emploi pour plus de 100 formats SIG, CAO, raster et de base de données, et vous donne accès à l'application FME Workbench.

L'extension peut être installée en exécutant le fichier setup.exe, situé dans le dossier du même nom fourni avec le support d'installation d'ArcGIS. Après cela, l'extension doit être autorisée avec une licence valide dont le flux de travail diffère légèrement si vous travaillez avec une installation à usage unique ou une installation à usage simultané. Plus d'informations peuvent être trouvées ici.

Une fois l'extension installée, vous pouvez vous connecter à un service WFS via le Catalogue, en ajoutant un nouveau Connexion d'interopérabilité. Par la suite, ajoutez le service à votre carte par le Ajouter des données fenêtre de dialogue ou par un simple glisser-déposer depuis la fenêtre Catalogue.

La documentation en ligne sur l'interopérabilité des données est disponible ici et :

Dans le Catalogue fenêtre, développez le dossier Connexions d'interopérabilité.

Double-cliquez Ajouter une connexion d'interopérabilité.

Clique le Format Parcourir (points de suspension) pour ouvrir FME Reader Gallery.

Choisir WFS (service de fonctionnalités Web) et cliquez d'accord.

Tapez l'URL dans le Base de données zone de texte.

Pour un workflow plus détaillé, reportez-vous à la documentation Ajout d'un service WFS à ArcMap.

Une connexion peut être ajoutée en allant dans l'onglet Insertion, sous le groupe Projet, puis en cliquant sur la liste déroulante des connexions et enfin en sélectionnant Nouveau serveur WFS. Vous pouvez ensuite saisir l'URL du site du serveur WFS auquel vous souhaitez vous connecter dans la zone de texte URL du serveur. L'URL varie en fonction de la configuration du site, mais ressemble généralement à ceci : http://sampleserver6.arcgisonline.com/arcgis/services/SampleWorldCities/MapServer/WFSServer

Vous devez ensuite sélectionner la version WFS à laquelle vous souhaitez vous connecter et votre connexion est définie. Des paramètres supplémentaires peuvent être trouvés ici.


Outils de gestion de données dans le programme vb.net autonome

Les outils de la barre d'outils du gestionnaire de données sont accessibles par programmation en dehors d'une session ArcMap. Comment? J'ai un programme autonome qui utilise la boîte à outils ArcPad pour effectuer les enregistrements et les sorties. Le programme est utilisé depuis 7 ans maintenant, mais après la mise à niveau vers ArcGIS 10.3, nous obtenons des erreurs d'exécution C++. J'aimerais essayer de mettre à jour le programme pour utiliser les outils de gestion de données, mais je ne sais pas par où commencer. Toute suggestion serait utile. Notre programme est développé en vb.net.

par RebeccaStrauch_ _GISP

Je ne suis pas sûr de l'erreur d'exécution C++, mais avez-vous installé le logiciel de compatibilité VBA pour 10.3.x ? Mon arcpad est généralement à sens unique (collecte vers de nouveaux fichiers), je n'ai donc pas utilisé la synchronisation de la boîte à outils, mais cela peut aider.

edit : Jon, oui désolé pour ça. VB.net mon esprit auto a vu VBA. Pardon.

Je n'ai pas utilisé le logiciel de compatibilité VBA. Notre programme autonome est purement vb.net. Nos procédures d'enregistrement et de sortie font référence à la boîte à outils ArcPad et elles fonctionnent toujours, mais après la mise à niveau vers ArcGIS 10.3, nous obtenons une erreur d'exécution C++ dès que le géoprocesseur est lancé, avant même d'utiliser les outils ArcPad. J'espérais que si les outils du gestionnaire de données pouvaient désormais être utilisés en dehors d'une session ArcMap, je pourrais éviter d'utiliser l'objet géoprocesseur et ainsi éviter les problèmes que nous avons rencontrés.

par MarikaVertzonis

Jon - Quelle version d'ArcPad utilisez-vous ?

Dans la version 10.2.2, nous avons apporté quelques améliorations aux outils afin qu'ils puissent être mieux exécutés en dehors d'ArcMap.

De plus, à partir de quelle version d'ArcMap avez-vous mis à niveau ? Ceci est important, car il y a eu des changements clés avec l'enregistrement des outils après ArcMap 10.0. Pour plus d'informations, voir arcgis desktop - Script Python pour ArcPad Checkin

Notre configuration actuelle utilise ArcPad 10.2.0.99 avec ArcEngine 10.1. Nous sommes en train de passer à ArcEngine 10.3. la configuration actuelle fonctionne toujours, mais nous obtenons maintenant une erreur d'exécution C++. j'ai fait ça

http://support.esri.com/technical-article/000013127 et je pense que cela a peut-être résolu ce problème d'exécution.

Voici plus ou moins notre code actuel : aucun Python n'est utilisé, strictement vb.net

Dim pGeoProcessor2 As IGeoProcessor = New GeoProcessorClass ()

Paramètres Dim As IVariantArray = New VarArrayClass ()

pGeoProcessor2.Execute( "ArcPadCheckout_ArcPad" , paramètres, Rien )

J'ai une procédure personnalisée qui traque ajoute la boîte à outils si l'outil n'est pas trouvé.

Nous obtenons souvent cette erreur, mais elle est intermittente et pas du tout cohérente quant au moment où elle se produit :

Check-out Com Error : -2147417851 - Le serveur a généré une exception. (Exception de HRESULT : 0x80010105 (RPC_E_SERVERFAULT)) -- à ESRI.ArcGIS.Geoprocessing.GeoProcessorClass.Execute (String Name, IVariantArray ipValues, ITrackCancel pTrackCancel)

J'ai eu l'impression des nouveautés du dernier ArcPad, c'est-à-dire qu'elles pouvaient accéder aux outils d'extraction et d'enregistrement sans utiliser le géoprocesseur, mais je ne trouve aucune information sur la façon de procéder. J'ai installé ArcPad 10.2.3.36 pour l'essayer mais il n'y a aucune mention dans l'aide comment accéder aux outils de gestion de données. J'ai également remarqué qu'il y a trois paramètres supplémentaires lors de l'utilisation de l'outil de paiement via la boîte à outils (en ce qui concerne les images), mais l'aide de l'outil ne mentionne pas ces nouveaux paramètres et ne montre pas qu'ils sont utilisés dans le script. Avec le dernier ArcPad installé, j'espérais que l'accès direct aux outils de gestion de données éliminerait peut-être une fois pour toutes l'erreur ci-dessus. J'ai 400 copies de mon programme en cours d'exécution et il a effectué plus de 30 000 check-ins au cours des 7 dernières années.

Depuis la mise à niveau vers le dernier ArcPad, le code ci-dessus renvoie l'erreur com à chaque fois. J'ai essayé d'ajouter les paramètres supplémentaires dans l'ordre dans lequel ils apparaissent dans la fenêtre de la boîte à outils d'ArcMap, mais toujours sans succès. Aujourd'hui, je vais faire plus de tests sur une machine avec 10.2.0.99 et une avec 10.2.3.36.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le code ou si vous avez des suggestions pour améliorer nos méthodes de départ et d'enregistrement. Nos utilisateurs ont tous ArcPad pour faire leur collecte de données, mon programme pour faire les check-in et check-out et soit ArcEngine ou ArcDesktop.


VBA contre Python

Je suis donc étudiant dans un programme SIG aux États-Unis et j'ai besoin d'un cours de programmation SIG. La classe actuelle enseigne environ 50/50 VBA et Python, mais étant donné que VBA ne sera pas utilisé dans la prochaine version d'ArcGIS, suis-je justifié d'essayer d'obtenir une formation en programmation qui se concentre davantage sur python ?

D'après ce que j'ai compris, c'est une langue plus facile à apprendre, et vu que j'utiliserai les compétences que j'apprends en classe pendant un certain temps à l'avenir, je ne voudrais pas que beaucoup d'entre elles se désapprouvent très rapidement.

En aparté, j'ai très peu d'expérience en programmation.

Python est un excellent langage à connaître dans l'ensemble, pas seulement pour le travail SIG. Je ne suis en aucun cas un "programmeur de quotas", mais je l'utilise tout le temps pour le traitement de fichiers et les opérations par lots. Mais oui, c'est aussi la "voie du futur" pour de nombreuses fonctions SIG. Les outils de géotraitement d'ArcGIS l'utiliseront désormais. Le populaire QGIS open source y est écrit. Certains projets SIG basés sur le Web utilisent également le langage.

Cela dit, on ne sait pas quelle version d'arcgis vous allez rencontrer dans le monde réel, donc pour les prochains temps, il peut être avantageux d'avoir au moins une base de VBA à partir de laquelle travailler si vous en avez besoin. VBA peut également être utile si vous devez manipuler des données dans Excel.

Python est la voie à suivre pour les SIG (et d'autres choses bien sûr), mais cela ne pourrait pas faire de mal d'apprendre le VBA également, car il existe dans les scripts Arc hérités ainsi que dans toutes les sortes de produits MS Office, et vous. #x27ll le rencontrera sans aucun doute dans la nature. Cela pourrait également vous apprendre à apprécier les cadeaux que le python a déposés sur votre table. Lorsque vous vous habituez à python, écrire du code VB vous fera mal.

Ce qui est bizarre pour moi, c'est qu'ils mélangent les deux dans la même classe. Il me semble qu'il serait déroutant d'apprendre les deux en même temps, surtout si vous débutez en programmation.

Ce qui est bizarre pour moi, c'est qu'ils mélangent les deux dans la même classe.

Cette classe ressemble à celle que j'avais il y a quelques années. Le premier tiers du cours était entièrement en python, utilisant arcgisscripting pour accéder à la boîte à outils. Puis ce fut quelques semaines sur les fondamentaux de VBA avant de passer à VBA/ArcObjects.

Il y avait des étudiants qui n'avaient aucune expérience en programmation, mais à la fin, tout le monde a réalisé des projets finaux décents.

Étant donné que VBA est obsolète, il y a probablement de l'argent dans la conversion d'anciens scripts en Python de toute façon.

Vous devriez concentrer la majorité de votre attention sur Python, mais n'ayez pas peur d'apprendre un peu de VBA. Je suis sûr qu'il y aura toujours une utilité à un certain niveau.

Dans un environnement commercial réel, vous trouverez quotidiennement une utilité pour les scripts python.

VBA est plus facile à comprendre mais aussi beaucoup moins performant. Apprendre le python fera de VBA un ajout facile à vos études.

Je remercie tout le monde pour leur contribution expérimentée.

En regardant le programme, cela semble être le contraire de ce que j'aime, beaucoup de VBA et pas beaucoup de python, avec le temps restant passé avec ArcObjects et l'intégration.

Je suis toujours en train de régler ce que je vais faire, car l'école ne changera pas de classe avant la prochaine fois qu'elle sera enseignée, mais le fait d'avoir la contribution de tout le monde m'a permis de mieux comprendre cette question.

Je suis également novice en programmation dans ArcGIS et je suis curieux de savoir quel type de matériel l'instructeur utilise pour le composant Python du cours. Savez-vous s'il existe un manuel obligatoire? J'ai utilisé des scripts Python au travail, mais je suis encore assez vert et j'aimerais une compréhension plus approfondie !

Bien que VBA soit en voie de disparition, il sera probablement encore largement utilisé pendant un certain nombre d'années, le temps que les entreprises décident de réviser ou non leur SIG et d'obtenir le dernier ArcGIS. C'est cher et les versions actuelles sont encore assez performantes, vous trouverez donc certainement ceux qui choisiront de s'y accrocher.

Le passage d'ArcGIS 9.3 + Windows XP à Win 7 + Arc 10 a fait disparaître tous mes ulcères.

Vraiment, la plupart des changements dans Arc 10 sont en coulisses, dans les fonctionnalités les plus profondes du programme, à l'exception d'un changement majeur : la stabilité.

J'ai trouvé que Arc10 était nettement plus stable que 9.3

Je n'avais aucune expérience en programmation et j'ai pu apprendre moi-même le python. ESRI a une formation python qui a vraiment aidé.

En tant que personne qui est dans un bateau similaire au vôtre (j'obtiens un maître dans GIST, je ne sais pas à quel niveau vous êtes), mais la classe de programmation que je suis pour le SIG est principalement Python avec du VBA qui s'y accroche . En plus de cela, ils cherchent à supprimer le composant VBA d'ici la fin du prochain semestre, offrant l'instruction en plus selon la demande. Pour remplacer VBA, les professeurs/département examinent C#, .NET et Silverlight en remplacement de ce que je peux comprendre. Encore une fois, en tant que personne qui n'a pas encore terminé le cours ni programmé dans aucune de ces langues, je ne peux pas vraiment vous dire à quel point je les trouve utiles. Cependant, en tant que personne qui doit concevoir un outil de géotraitement par lots pour son projet final en classe, je dirai que Python est un langage incroyable qui mérite d'être connu.


Mise à niveau des métadonnées existantes

Pour gérer le contenu des métadonnées que vous avez créé à l'aide de l'éditeur de métadonnées ArcGIS 9.3.1 FGDC dans la version actuelle d'ArcGIS for Desktop , vous devez d'abord mettre à niveau les métadonnées de l'élément à l'aide de l'outil Mettre à niveau les métadonnées. Ce processus copie tout le contenu FGDC existant dans les éléments de métadonnées ArcGIS appropriés.

Lorsque vous affichez un élément avec des métadonnées existantes au format FGDC, vous serez immédiatement informé qu'il doit être mis à niveau vers le format de métadonnées ArcGIS avant de pouvoir être utilisé dans l'onglet Description .

Cliquez sur Oui pour mettre immédiatement à niveau le contenu des métadonnées FGDC existantes. L'outil Mettre à niveau les métadonnées s'ouvre et le type de mise à niveau est automatiquement défini sur FGDC_TO_ARCGIS .

Si vous préférez attendre, cliquez sur Non. Un bouton Mettre à niveau sera disponible dans l'onglet Description. Vous pouvez l'utiliser plus tard pour mettre à niveau les métadonnées de l'élément. Vous ne pourrez pas créer ou gérer le contenu des métadonnées FGDC dans l'onglet Description tant que les métadonnées de l'élément n'auront pas été mises à niveau.

Vous verrez la notification et le bouton Mettre à niveau lorsque toutes les conditions suivantes sont vraies :

  • Une partie du contenu des métadonnées au format FGDC de l'élément a été saisie dans un éditeur de métadonnées, et n'a pas été ajoutée automatiquement par ArcGIS Desktop 9.3.1.
  • Aucun contenu n'a été saisi dans un éditeur de métadonnées qui stockait des informations au format de métadonnées ESRI-ISO. Le contenu ajouté automatiquement par ArcGIS Desktop 9.3.1 dans ce format est ignoré.
  • Aucune métadonnée n'a été saisie dans l'onglet Description et enregistrée ailleurs que sur la page Description de l'élément.

Si vous ne voyez pas la notification ou le bouton Mettre à niveau dans l'onglet Description et que l'élément contient des métadonnées au format FGDC qui n'ont pas encore été mises à niveau, recherchez l'outil Mettre à niveau les métadonnées, puis exécutez-le en suivant les étapes ci-dessous. Par exemple, cela peut se produire en raison de problèmes connus dans ArcGIS Desktop 10.0 qui ont été corrigés dans le Service Pack 3. Si les métadonnées au format FGDC d'un élément ont été mises à niveau avec une version précédente d'ArcGIS Desktop 10.0, vous pouvez à nouveau mettre à niveau les métadonnées de l'élément en suivant les étapes au dessous de. Une deuxième mise à niveau ne doit être effectuée que si vous n'avez pas passé de temps à modifier les métadonnées mises à niveau dans l'onglet Description — vos modifications seront ignorées par le processus de mise à niveau.

    Cliquez sur Géotraitement > Rechercher des outils.

L'outil Mettre à niveau les métadonnées est répertorié dans les résultats de la recherche.

Si vous avez de nombreux éléments dont les métadonnées doivent être mises à niveau, vous pouvez mettre à niveau toutes leurs métadonnées en même temps en exécutant cet outil en mode batch ou en écrivant un script Python approprié. Vous pouvez trouver l'outil Mettre à niveau les métadonnées dans la boîte à outils Conversion du jeu d'outils Métadonnées.

Après la mise à niveau, l'ancien contenu des métadonnées FGDC 9.3.1 n'est pas supprimé, vous verrez donc les mêmes informations sous l'en-tête Métadonnées ArcGIS et l'en-tête Métadonnées FGDC (lecture seule) lorsque vous affichez les métadonnées de l'élément dans l'onglet Description . Cependant, lorsque vous modifiez vos métadonnées dans l'onglet Description , vos modifications n'apparaîtront que sous l'en-tête Métadonnées ArcGIS. Le contenu sous l'en-tête FGDC Metadata (lecture seule) est effectivement en lecture seule, à l'exception des descriptions d'attributs.


Intégration réussie de Hawth's Tools et ArcGIS 10.1 via Python ?

J'ai donc travaillé sur l'intégration des outils de l'environnement de modélisation géospatiale (anciennement Hawth's) avec ArcGIS 10.1 via Python. Vous trouverez ci-dessous le code que j'utilise, qui fonctionne très bien, pour créer un fichier texte de code, puis appeler GME via Python pour traiter les fichiers de formes que j'utilise. Pour autant que je sache, j'ai pu imiter textuellement ce que le créateur déclare fonctionner en Python (voir sa documentation ici : http://www.spatialecology.com/gme/images/SpatialEcologyGME.pdf)

Cependant, bien que ce processus fonctionne bien, je finis par me heurter à un autre mur. Il ouvre GME, mais hélas, il ne fait rien. Il ne semble finalement pas exécuter le fichier texte créé. L'outil isectpolyrst fonctionne comme Tabulate Area, donc en théorie, les valeurs devraient toutes être ajoutées aux données du polygone, mais via Python, cela ne semble pas le faire. (et j'utilise GME car Tabulate Area ne peut pas gérer la taille de mes fichiers de données et plante à la fois dans Arc mais aussi en tant que script Python).

Je me demande si quelqu'un a réussi à exécuter GME via Python pour une utilisation dans ce qui sera un script ArcPy, afin que la tâche puisse être automatisée, plutôt que d'avoir à passer par GME puis dans Arc. Ma recherche suggère qu'il s'agit d'un problème courant pour ceux qui essaient d'automatiser le processus, mais pour autant que je sache, il me manque juste un deux-points quelque part, ou un autre morceau de code.


À l'intérieur d'ArcToolbox

Les outils dans ArcToolbox sont regroupés logiquement sous :

  • Toolbox - Conteneur pour ensembles d'outils et outils
    • Une boîte à outils peut contenir 'n' nombres d'ensembles d'outils
    • Une boîte à outils système ne peut pas être supprimée, mais elle peut être supprimée de la fenêtre ArcToolbox
    • On peut créer sa propre boîte à outils personnalisée et l'ajouter à la structure ArcToolbox
    • Une boîte à outils personnalisée peut être stockée à n'importe quel emplacement personnalisé
    • Une boîte à outils ne peut pas contenir une autre boîte à outils
    • Ensemble d'outils - Conteneur logique d'outils et d'autres ensembles d'outils (c'est-à-dire un dossier)
      • Un ensemble d'outils personnalisé peut être ajouté, renommé ou supprimé des boîtes à outils [2]
      • Les ensembles d'outils système peuvent être supprimés de la boîte à outils
      • Il n'est pas obligatoire d'avoir un ensemble d'outils dans une boîte à outils. Sur la base de diverses actions effectuées par les outils stockés dans une boîte à outils, on peut décider de créer ou non un ensemble d'outils.
      • Un outil peut être stocké au niveau de la boîte à outils ou dans le jeu d'outils
      • Dans le cas où des outils portant les mêmes noms sont stockés, le regroupement logique est recommandé
      • La présence d'outils dépend des extensions disponibles

      Général - Toutes les boîtes à outils, jeux d'outils et outils d'ArcToolbox sont triés par ordre alphabétique.

      Mode d'accès Mode d'accès Avantages
      Fenêtre ArcToolbox Application ArcGIS Fournit une interface graphique conviviale pour travailler avec des outils
      Ligne de commande Invite de commande Très efficace pour les aficionados de la ligne de commande
      Prise en charge de l'auto-complétion intelligente des commandes
      Constructeur de modèles Modèle Un « organigramme exécutable » pour le traitement du SIG
      Traitement puissant en plusieurs étapes, mais simple à créer et à utiliser
      Script ou programme Appel de fonction dans un script ou un programme Prise de décision et mise en boucle pour prendre en charge le traitement par lots


      Azimuts

      J'ai une série de polygones (représentant les marges des glaciers) et j'aimerais connaître l'azimut de chaque segment du bord d'un polygone. Il semble qu'il y avait des moyens de le faire dans le calculateur de terrain, mais je n'ai pas pu trouver comment le faire dans Arc 10.1. Quelqu'un sait-il comment obtenir ces azimuts ?

      Notez que ma licence ne couvre pas l'outil Polygon to Line. Je me demande donc si je pourrais avoir besoin de redessiner les polygones sous la forme d'une série de polylignes séparées - est-ce nécessaire et comment puis-je obtenir l'azimut de chaque polyligne?

      Merci d'avance pour votre aide!

      Vous pouvez utiliser Et Geowizard pour convertir Polygon en Polyline et peut-être utiliser cet ancien script :

      J'ai fait fonctionner ET Geowizard et j'ai exécuté la conversion de polygones en polylignes (merci de m'avoir indiqué la direction de ce logiciel - il a l'air d'être très utile !). Mais je n'arrive pas à faire fonctionner cet ancien script Find Angle dans Arc 10.1.

      Peut-être qu'il me manque quelque chose sur la façon d'amener Arc à exécuter ce script, mais je ne trouve pas de moyen de le faire. Le script est en VB, donc je ne peux pas l'exécuter dans la fenêtre Python. Existe-t-il une autre façon d'exécuter ce script ? J'ai essayé de convertir le langage en Python via un convertisseur de code en ligne, puis de l'exécuter dans la fenêtre Python. Cela produit un script qui s'exécute sans générer d'erreurs, mais il ne semble rien faire. Je suis assez nouveau dans le jeu de programmation, il se peut donc bien qu'il me manque quelque chose de très évident. Des pensées?


      Décrocher un emploi SIG et développement des compétences SIG en 2013

      Noter: Cet article est une mise à jour de 2013 de mon article précédent sur l'apprentissage des SIG et l'obtention d'un emploi en SIG - Quelques trucs et astuces, qui a été publié à l'origine en 2009.

      En 2009, j'ai écrit un article sur la façon d'obtenir un emploi SIG qui se concentrait sur les voies d'apprentissage des SIG, les compétences essentielles que tout analyste SIG devrait connaître et les moyens d'augmenter les voies d'apprentissage traditionnelles pour vous démarquer des autres candidats à l'emploi. Même si cet article a bien plus de 3 ans, il est toujours lu par des personnes intéressées par le sujet et je reçois toujours des commentaires.

      J'ai récemment relu le message et j'ai décidé qu'une mise à jour s'imposait. Les logiciels ont changé et les anciennes compétences doivent être remplacées par de nouvelles pour suivre l'évolution de l'industrie des logiciels SIG. Par souci de concision, j'ai concentré ce nouveau message sur les modifications et les révisions apportées aux recommandations que j'ai faites dans mon précédent message. J'ai également ajouté des liens vers des ressources et développé certains sujets que j'ai présentés la dernière fois. Alors, assurez-vous de lire ce message avant celui-ci afin d'avoir une image complète de ce qui a changé.

      Pour simplifier, je me suis concentré sur les compétences requises pour un poste d'analyste/spécialiste SIG. Les développeurs de SIG et les postes de gestionnaire de bases de données SIG ont un ensemble différent de compétences qui peuvent se chevaucher avec certaines d'entre elles, mais comprennent également des compétences spécifiques qui ne font pas partie de la boîte à outils quotidienne des analystes SIG et ne sont pas incluses ici.

      Parcours d'apprentissage

      Il existe une variété de raisons pour lesquelles vous voulez apprendre les SIG. Vous pouvez être employé dans un domaine non SIG et apprendre les SIG dans le cadre de votre travail. Peut-être que vous changez de carrière ou que vous vous recyclez pour trouver un nouvel emploi dans l'industrie géospatiale en pleine croissance. Peut-être êtes-vous un étudiant qui souhaite apprendre les SIG pour soutenir votre domaine d'études, ou vous êtes un étudiant qui se spécialise en SIG ou en géographie avec l'ambition de décrocher un emploi dans le domaine des SIG.

      Selon votre objectif, il existe différentes voies pour commencer à apprendre les SIG :

      Diplôme officiel en SIG/géographie

      Si vous souhaitez obtenir un baccalauréat ou une maîtrise avec spécialisation en SIG ou en géographie, vous devriez commencer dans un collège communautaire ou une université où vous pourrez suivre des cours de SIG accrédités qui s'appliqueront aux exigences de votre majeure.

      Professionnelle, Formation Continue

      Si vous recherchez des compétences en SIG pour votre emploi actuel ou si vous souhaitez vous réoutiller pour un emploi immédiat, vous serez peut-être mieux servi en trouvant un programme de certificat professionnel en SIG dans un collège communautaire local ou une extension universitaire. Ces programmes ne sont généralement pas accrédités, ce qui signifie qu'ils ne compteront probablement pas pour satisfaire aux exigences d'un diplôme formel en SIG, mais ils constituent un excellent moyen d'apprendre rapidement les SIG et d'acquérir des compétences facilement employables pour vous aider à entrer sur le marché. De plus, de nombreux programmes de certificat professionnel sont enseignés par des professionnels travaillant sur le terrain, vous obtiendrez donc des informations de première main sur la façon dont le SIG est utilisé par les personnes qui l'utilisent quotidiennement. Ces programmes sont également des endroits fantastiques pour réseauter avec de futurs employeurs potentiels.

      Si la voie du certificat professionnel est ce dont vous avez besoin, vérifiez auprès des collèges communautaires et des universités de votre région pour voir s'ils ont un programme de certificat professionnel, étendu ou continu en SIG ou en sciences géospatiales. S'il n'y a pas d'école dans votre région offrant des certificats ou des diplômes en SIG, il existe aujourd'hui un certain nombre d'excellents programmes en ligne, notamment :

      Cette liste n'est en aucun cas complète, donc si vous connaissez d'autres programmes non répertoriés, veuillez les ajouter en commentaire à cet article.

      L'URISA et l'ESRI maintiennent également une liste d'universités, vous pouvez donc également consulter leurs sites Web :

      Il existe également un certain nombre de cours de courte durée et d'ateliers techniques gratuits spécifiques disponibles sur le site Web du campus virtuel ESRI.

      Découvrez ce que veulent les employeurs

      Ne croyez pas nécessairement que votre certificat ou programme d'études SIG vous enseignera toutes les compétences dont vous avez besoin pour décrocher un emploi SIG. J'ai interviewé trop de candidats diplômés d'un programme de certificat SIG mais qui ne savaient que faire fonctionner ArcGIS. Bien que la maîtrise d'ArcGIS soit un ensemble de compétences essentielles à posséder en tant qu'analyste SIG, il existe un certain nombre d'autres compétences/techniques techniques et techniques que vous devez connaître pour être un candidat digne de ce nom.

      Au minimum, vous devez maîtriser l'utilisation du logiciel ESRI ArcGIS (et des extensions telles que Spatial et 3D Analyst) et vous devez être capable de produire des résultats cartographiques satisfaisants. Cependant, les analystes et techniciens SIG doivent également connaître les éléments suivants :

      • Production cartographique
      • Création de données
      • Conception et création de géodatabase
      • Édition de données
      • Topologie
      • Projections
      • Analyse SIG
      • Géotraitement
      • Saisie des données GPS
      • Interprétation de la photographie aérienne
      • Géoréférencement
      • Conversion de données
      • Implémentation des métadonnées

      Les employeurs s'attendent également à ce que les analystes SIG aient de l'expérience dans les domaines suivants :

      • Au moins un système de gestion de base de données non spatial (Microsoft Access, Oracle, MySQL, etc.)
      • Microsoft Office (Excel, Word, Outlook, PowerPoint et Access).

      Enfin, la plupart des offres d'emploi exigent également que les analystes SIG soient titulaires d'un baccalauréat en géographie, systèmes d'information géographique (SIG), cartographie, informatique ou dans une discipline connexe. (Les disciplines connexes peuvent être l'architecture de paysage, l'urbanisme, la géologie, etc.). Dans de nombreux cas, les employeurs accepteront un diplôme dans un domaine non lié avec la preuve de l'achèvement d'un programme de certification SIG ou d'une expérience démontrable avec le SIG. Alors que les postes de technicien SIG nécessitent souvent très peu d'années d'expérience, il est courant de voir les employeurs exiger au moins 3 ans d'expérience SIG pour les analystes SIG. Cependant, ne laissez pas ces chiffres vous dissuader de postuler à n'importe quel poste. Dans la plupart des cas, il s'agit de qualifications « souhaitées » pour un candidat « parfait ». Les candidats « parfaits » sont rares, les employeurs acceptent donc fréquemment des candidats moins qualifiés, et c'est ici que vous pouvez briller par votre expérience et vos compétences.

      En plus des compétences minimales, les compétences suivantes sont généralement répertoriées dans les annonces pour les postes d'analyste SIG :

      • SQL
      • Programmation/script avec Python
      • Serveur ArcGIS/SDE
      • Constructeur de modèles
      • Éclaireur Trimble
      • ArcGIS Mobile
      • AutoCAD et intégration de SIG et CAO
      • Adobe Photoshop
      • Adobe Acrobat Pro
      • Adobe Illustrator
      • Expérience en développement d'applications Web (Net, Java, Python, PHP, HTML, JavaScript ou Flex)

      Enfin, il ne s'agit pas seulement de compétences techniques, les employeurs recherchent également des personnes SIG qui :

      • Peut apprendre rapidement de nouvelles technologies, compétences et plates-formes/extensions logicielles avec un minimum de supervision
      • Sont bons pour la résolution de problèmes et le dépannage
      • Sont motivés et proactifs
      • Peut effectuer plusieurs tâches à la fois et équilibrer les priorités avec la charge de travail
      • Peut être flexible dans le travail sur des projets/événements imprévus
      • Peut travailler à la fois indépendamment et bien fonctionner dans un environnement d'équipe
      • Sont capables de communiquer des concepts SIG complexes aux utilisateurs débutants.
      • Faire preuve d'attention aux détails et au processus
      • Faire preuve d'initiative en travaillant efficacement et en cherchant du travail
      • Avoir une approche centrée sur le client/à valeur ajoutée
      • Posséder de solides compétences en communication verbale et écrite

      Expertise du domaine, ne soyez pas seulement un jockey SIG, sachez l'appliquer à un gouvernement ou à une industrie tels que l'analyse environnementale, les services publics, la planification et le développement urbain, le marketing, etc. Quel que soit votre intérêt, apprenez à utiliser le SIG dans votre région . Cela fera de vous une personne plus précieuse et intéressante qu'une simple personne qui sait utiliser ArcGIS.

      Lire les magazines et sites Web SIG

      Les portails de sites Web et les magazines SIG sont un excellent moyen d'avoir une idée de la direction que prend l'industrie, des sujets d'actualité et de la manière dont les personnes et les organisations mettent en œuvre le SIG. Ils sont également utiles pour se tenir au courant des dernières nouvelles liées aux SIG. Alors, explorez certains des magazines et sites Web disponibles. Certaines des sources les plus connues incluent :

      Assister aux réunions des groupes d'utilisateurs

      Je l'ai dit dans mon article précédent, mais je le répète parce que c'est important : pratiquement tous ceux que je connais qui travaillent dans les SIG ont obtenu leur premier emploi ou un emploi ultérieur grâce à la mise en réseau d'un groupe d'utilisateurs local ou régional. Trouvez-en un et assistez-y souvent. Posez des questions, parlez aux gens – ce sont (ou seront) vos collègues et pairs.

      Pour commencer, consultez les sites Web suivants pour voir s'il existe un groupe d'utilisateurs dans votre région :

      S'il n'y a pas de groupe d'utilisateurs local ou régional dans votre région, créez-en un. Il y a probablement beaucoup de personnes SIG travaillant dans votre région qui aimeraient participer à un groupe d'utilisateurs. C'est un excellent moyen d'établir très rapidement des contacts dans l'industrie des SIG. De nombreuses agences peuvent utiliser gratuitement leurs salles de réunion. La plupart des vendeurs locaux sauteront sur l'occasion de commercialiser leur produit dans une salle pleine de clients potentiels, de sorte que les vendeurs peuvent être utiles pour remplir les créneaux de présentation et faire passer le mot. Avec un peu de tact, vous pouvez généralement demander à un vendeur de parrainer des collations s'il présente.

      Obtenez une expérience du monde réel et créez un portefeuille

      Dans mon article précédent, j'ai mentionné la nécessité d'acquérir une expérience du monde réel pour vous démarquer des autres candidats à l'emploi qui n'ont qu'une expérience de travail en classe SIG. Today, more schools are integrating GIS into their curricula, and more schools offer GIS courses and certificates than they did a few years ago. This means there are potentially more people competing for a GIS job with you, so what will set you apart from the others is your experience.

      So get real-world experience, read what I wrote in my earlier post as it’s important to develop real-world skills that will set you apart from your competition.

      In addition, build a portfolio of your work that you can take to interviews. My first portfolio consisted of printed 8.5 x 11 copies of maps that I had made, scripts I had written, and reports or documents I had developed. I placed these items in clear plastic sleeves made for a 3-hole binder and brought the binder with me to interviews. Later I made PDFs of my maps, reports and scripts and burned them to CDs that I would give to potential employers when interviewing – but I still brought my binder so I could show these items during the interview.

      So create a portfolio and bring it with you to interviews. It provides a great way to show off your discuss your experience and show off your cartographic skills. These will set you apart from most of the competition that will just show up to an interview with a copy of their resume.

      Auxiliary skills

      These days everyone applying for a GIS job can use ArcGIS Desktop. Sorry but that skill alone doesn’t make you special anymore (it doesn’t make me special anymore either). So potential employers are going to be asking what else you can do.

      Any GIS person worth their salt knows how to set up and manage a database. Whether it’s Microsoft Access, SQL Server, Oracle, MySQL, or PostGreSQL, if you don’t know how to use a database, learn to.

      If you are not familiar with databases, then learn Microsoft Access. It’s a good database system that’s easy to learn and use. Plus many organizations commonly use it and many people already have it on their computers – as it comes with many versions of Microsoft Office.

      If you don’t have a copy of Microsoft Access and can’t justify buying one, Open Office Base offers many of the same features as Microsoft Access and can serve as a suitable replacement for learning about databases. You can download Open Office at: http://www.openoffice.org/

      From there you can graduate to the workgroup and enterprise systems such as Microsoft SQL Server, Oracle, MySQL, PostGreSQL, etc. All of these database management systems offer free versions for development or personal use that you can download to get experience using them. See the links below for each software application:

      Model Builder

      There are many actions we routinely perform in GIS which can be manually repetitive. Consider the example where you are given a disk with 100 shapefiles that are in the WGS84 projection and you need to import them into your GIS data library (a geodatabase). To do this you’ll need to re-project them to the coordinate system you use (NAD 83, UTM Zone 11). You could do this manually in ArcCatalog or ArcMap but it would be better to construct a workflow that could automate the process and do it 100 times.

      Model Builder is perfect for this kind of task. ModelBuilder is an application you use to create, edit, and manage workflows that string together sequences of geoprocessing tools, in which the tools feed the output of one tool into another tool as input. ModelBuilder is a visual programming language for building these workflows.

      Why learn it? Model Builder is a key GIS Analysis skill because:

      • Performing actions like manually importing 100 shapefiles is tedious and not a good use of your time.
      • Complicated analyses often require a lot of geoprocessing actions and you’ll often find that you may need to repeat an analysis. If you need to run a complex analysis again and you didn’t build a model, you’ll have to re-do all your geoprocessing tasks manually and hope you took really good notes of your processing steps.
      • If you’re working with large datasets, geoprocessing tasks can take a long time. In this case, it’s best to construct a model to perform these tasks after hours instead of doing each task step by step (by hand) and waiting long periods for the output.
      • Models can be incorporated into ArcGIS Toolboxes and easily distributed to other users so they can quickly repeat an analysis.
      • Models can be uploaded to ArGIS Servers to enable processing of files on a server or in the cloud.
      • Finally, savvy employers know about Model Builder and it shows up as either a required or desired skill in job advertisements.

      To get started learning Model Builder, visit the following links:

      ArcGIS Server

      If you are going after a GIS job in a large organization with an existing GIS program, there’s a chance that you’ll be asked about your experience with ESRI’s ArcGIS Server product. ArcGIS Server is a web server application that allows you to share GIS resources (maps, globes, tools, geoprocessing workflows, etc.) over the web. These resources are hosted on the ArcGIS Serve to facilitate sharing data that is centrally managed, supports multiple users, and contains the most up-to-date information.

      ArcGIS Server skills are in demand these days and it’s a key skill to learn if you can. However, learning ArcGIS Server isn’t easy. Installing, managing and operating ArcGIS Server requires knowing a little about how to manage a file server and web server and active directory permissions. Realistically the best way to learn about ArcGIS Server is to take a class. Many in-person and online programs offer a course in ArcGIS Server ESRI’s Virtual Campus has courses in ArcGIS Server as well.

      If you’re not familiar with ArcGIS Server, visit the links below to get a general introduction to ArcGIS Server and its capabilities.

      If you can’t get experience working with ArcGIS Server, one thing you can do (in addition to reviewing the links above) is to register for a free personal account on www.arcgis.com. ArcGIS.com is a subscription based online platform for sharing geographic information and maps. ESRI offers a free personal account that provides limited access to features and 2 GB of storage space. With this account and a copy of ArcGIS you can upload data and maps to ArcGIS.com and experience a little bit of what it’s like to work with an ArcGIS Server from a user perspective.

      In addition, reviewing the samples and information on the ArcGIS Server Javascript API provides a perspective on how to program web applications for ArcGIS Server.

      Yeah, it’s not and ESRI product, but Microsoft Excel can be a critical component of your data scrubbing workflow. I use it often to view, manipulate and clean data before I import it into ArcGIS because it’s powerful, fast and can be used to make many data changes quickly and easily.

      When learning GIS, we work with prepared datasets that have been cleaned and optimized to work in our exercises with minimal issues. In the real-world, data is messy it contains a mixture of values in a variety of formats. Knowing how to quickly clean up a dataset is an essential GIS skill. So I use excel to change data from UPPERCASE to lowercase to replace portions of data with other values, to trim data, and to combine and split data. However, I rarely make these changes manually. Instead I use powerful functions in Excel that automate these corrections across rows and columns.

      While Excel has many functions, I typically use only several for my data cleansing. So learn how to use functions in Excel how to write them, copy and paste them. In particular, start with the following functions, as they are most commonly used to manipulate data:

      • Concatenate
      • Left
      • Right
      • Mid
      • Trim
      • Remplacer
      • Replace
      • Upper
      • Lower

      To learn more about Excel functions, simply search Google or Bing for “learning excel functions”. A good tutorial for getting started is also here: http://blogs.mccombs.utexas.edu/the-most/2009/05/07/learn-excel-functions/

      In my earlier post I recommended learning a scripting language because knowing how to write a script comes in handy when you need to scrub huge databases or perform actions like correcting addresses for better geocoding accuracy, reformatting data, exporting and importing large datasets, and other manually repetitive activities GIS people are routinely tasked with.

      Back in 2009, I suggested that Visual Basic for Applications (VBA) was a good way to get started. Since that post ESRI has deprecated support for VBA in ArcGIS 10.x and VBA is not the preferred way to script in their latest product lines.

      Today, scripting in ESRI is all about Python. Python is a free, cross-platform, open-source programming language that is widely used and supported in the open source and esri GIS environments. It is become the scripting language of choice for geoprocessing users and ESRI has fully embraced Python for ArcGIS. So I would advise anyone in GIS who doesn’t know Python to learn Python. Here are some links to get started learning about Python in ArcGIS:

      Finally, while ESRI may not support VBA anymore, VBA is still widely used in Microsoft’s Office product line though it’s being slowly replaced by Microsoft’s Visual Studio Tools for Applications: http://msdn.microsoft.com/en-us/library/cc175562(v=vs.90).aspx

      Reports for ArcGIS

      In my previous post, I wrote about the virtues of learning Crystal Reports. Crystal Reports is a powerful reporting tool that can read databases and spreadsheets, perform queries, sort and summarize data and generate professional looking PDF or live reports. Crystal Reports used to be included with ArcGIS Desktop, however at ArcGIS 9.3, ESRI stopped including the full Crystal Reports product and the Crystal Reports Wizard is no longer included in ArcGIS 10.x.

      As a replacement, ESRI now offers a reporting application built into ArcGIS Desktop that provides much of the same functionality that Crystal Reports offered. However the reporting application cannot be accessed or used outside of ArcGIS Desktop and must be used from the ArcGIS Desktop user interface.

      You may be wondering whether it is still important to learn Reports for ArcGIS. Yes, because it’s not always about the map in fact, it often isn’t about a map at all. I know us GIS people got into GIS because we like to make great looking maps, but the mistake we make is thinking that everyone else likes maps too. When I started working in government GIS, I was amazed at how often I was asked to create a report showing the results of my analyses (for example, a report containing a table summarizing the number of acres of different vegetation types that will be impacted by a proposed development). No map no polygons on a nice aerial photo – just a table of numbers representing the results of a geographic analysis. There was still a lot of cool GIS analysis that went into generating the report, but the end product wasn’t a map.

      While the software may have changed, the need hasn’t so I’ll continue to recommend learning how to design and create reports of your GIS analyses. Today, we would accomplish this with Reports for ArcGIS. So to learn how to use the integrated reporting tools, see the following links:

      2013 Conclusion

      While I’ve written this post within the context of obtaining skills you need to land a GIS job, these are equally appropriate skills for those already employed in GIS. The industry continues to change rapidly, and you can get rusty pretty fast if you’re not keeping up. Each new software version brings new features that offer new opportunities for learning a new skill or adding to our existing knowledge base. For example, I recently learned how to write and deploy ArcObjects applications in ESRI’s new ad-in framework and plan to learn how to use the new Python ad-in framework in ArcGIS 10.1.

      Learning these employable GIS skills is also a very good investment. GIS jobs are still ranked very high in job growth outlook – the Bureau of Labor Statistics lists an expected 35% growth in jobs for “Geographers” (http://www.bls.gov/ooh/life-physical-and-social-science/geographers.htm). Whether you’re looking for your first GIS job or looking to move to a new organization, these skills will make you much more marketable than your typical competition.

      Finally, I’ve tried to identify those skills that I view as important for obtaining and maintaining a GIS position. I’ve also focused on skills a GIS Analyst or Specialist should know. If you’ve read this and can think of other important skills I didn’t mention, please leave a comment to benefit the larger community.


      Create circles using speed and time

      Tanks were first used by the British Army during the Battle for the Somme in 1916 in an effort to break the trench warfare stalemate. The tanks of the World War I era, compared with today's, were slow and clumsy. During the Meuse-Argonne Offensive, the Americans were equipped with French Renault FT-17 tanks, which had a maximum speed of 7 kilometers per hour in optimal conditions.

      On your map, the U.S. 344th Tank Battalion is located near the town of Apremont. You will determine how long it would take for the battalion's FT-17 tanks to reach Hill 223. You want to find out whether the tanks could arrive in time to help the infantry overcome barbed wire, trenches, and machine guns. To determine travel time, you will use the Distance and Direction tool to plot lines, ellipses, and range rings used to compute the distance between two geographic locations. The tool's accuracy is enhanced by snapping, which ensures features are coincident with each other.

      1. If necessary, open your Meuse-Argonne project.
      2. If necessary, below the map, next to the scale, click Snapping to turn it on.

      The button turns blue to indicate that it is active. You will also set a parameter to specifically snap point features, such as your military symbols.