Suite

Ajuster les étendues pour que les fichiers de formes du même CRS se chevauchent dans QGIS ?


J'ai deux fichiers avec des projections/CRS identiques. En utilisant à la fois l'OTF activé et désactivé, je ne parviens pas à les faire se chevaucher : un fichier de formes contient des polygones côtiers du Massachusetts et l'autre fichier de formes contient des lignes côtières pour MA.

+proj=laea +lat_0=45 +lon_0=-100 +x_0=0 +y_0=0 +a=6370997 +b=6370997 +units=m +no_defs +proj=laea +lat_0=45 +lon_0=-100 +x_0 =0 +y_0=0 +a=6370997 +b=6370997 +units=m +no_defs

cependant les étendues sont

xMin,yMin 2321544.64,258328.06 : xMax,yMax 2333464.74,277553.12

vs.

xMin,yMin -176.685,17.9108 : xMax,yMax -65.224671.3413

J'ai suivi les étapes de http://qgis.spatialthoughts.com/2012/04/tutorial-working-with-projections-in.html , essayé avec OTF activé et désactivé : les calques ne se chevauchent toujours pas.

ÉDITER:

J'ai enregistré la ligne de côte MA SHP (Couche> enregistrer sous) en utilisant chacun desCRS de couche,Projet CRSetSCR sélectionnéoptions : l'étendue reste la même. Autant que je sache, la projection choisie (EPSG:2163) est une PCS, pas une GCS.


Les coordonnées du second are NE PAS en projection laea, mais en degrés.

Vous devez donc faire un clic droit ->Définir le SCR pour le calquepour corriger les fausses informations CRS en WGS84 ou NAD 83 ou NAD27.

Je ne sais pas ce que vous avez fait de mal, mais vous avez peut-être également fait la même erreur avec la première couche, et ils pourraient toujours ne pas s'aligner après avoir désinfecté uniquement la deuxième couche.

Le meilleur moyen serait de repartir de zéro avec un nouveau téléchargement des sources de données dans un nouveau projet qgis.


Ajuster les étendues pour que les fichiers de formes du même CRS se chevauchent dans QGIS ? - Systèmes d'information géographique

Étendues de l'aquifère et des unités de confinement du système aquifère de la plaine côtière atlantique de la Caroline du Nord et du Sud (pp1773_extents) Ensemble de données numériques vectorielles (polygone) Papier professionnel 1773

https://water.usgs.gov/lookup/getspatial?pp1773_extents Campbell, B.G. Coes, A.L.

Disponibilité des eaux souterraines dans la plaine côtière atlantique de la Caroline du Nord et du Sud Publication en ligne Document professionnel 1773

L'étendue de chacune des 16 couches du modèle a été utilisée pour décrire le cadre hydrogéologique des aquifères et des unités de confinement composant la plaine côtière atlantique de la Caroline du Nord et du Sud. Voir les sections sur les méthodes d'investigation du document professionnel 1773 pour plus d'informations sur la façon dont ces données ont été utilisées : Gellici, JA, Lautier, JC, Chapter B. Hydrogeologic Framework of the Atlantic Coastal Plain, North and South Carolina of large work Campbell, BG, et Coes, AL, eds., 2010, Groundwater Availability in the Atlantic Coastal Plain of North Plain of North and South Carolina: US Geological Survey Professional Paper 1773, 241 p., 7 pls.

Les couches représentant les étendues des aquifères et des unités de confinement du système aquifère ont été à l'origine formatées sous forme de fichiers CAO et ont été converties en couvertures Esri propriétaires par Bruce Campbell. Les couvertures ont ensuite été converties en fichiers de formes à des fins d'archivage. date de parution 2010

Aucun prévu -83.310243915 -75.429738739 37.588308642 31.218516725 Thésaurus de l'USGS eaux intérieures eaux souterraines disponibilité des eaux souterraines aquifère unité de confinement hydrogéologie modélisation hydrogéologique modélisation des eaux souterraines cadre hydrogéologique aquifère superficiel Catégorie de sujet ISO 19115 informations géoscientifiques eaux intérieures environnement

Système d'information sur les noms géographiques

U.S. Geological Survey, Région du Sud-Est Adresse postale de Bruce G Campbell Hydrologist 720 Gracern Road Columbia SC

États-Unis 803-750-6161 803-750-6181 [email protected]

https://water.usgs.gov/GIS/browse/pp1773_extents.jpg
Illustration de l'ensemble de données
jpg Cette étude a été financée par le programme des ressources en eaux souterraines de l'U.S. Geological Survey (USGS). Environnement dès la création des métadonnées : Microsoft Windows 7 Version 6.1 (Build 7601) Service Pack 1 ESRI ArcCatalog 10.2 (Build 3497) Service Pack [N/A] (Build [N/A]) Joseph A. Gellici Jeff C. Lautier

Emplacements des forages et altitudes de la surface supérieure de chacune des 16 couches hydrostratigraphiques de la plaine côtière atlantique de Caroline du Nord et du Sud (pp1773_unit_alt_boreholes) Ensemble de données numériques vectorielles (Point) Papier professionnel 1773

https://water.usgs.gov/lookup/getspatial?pp1773_unit_alt_boreholes Bruce G. Campbell Alissa L. Coes Joseph A. Gellici Jeff C. Lautier

Altitude de surface des couches hydrogéologiques de la plaine côtière atlantique de Caroline du Nord et du Sud Ensemble de données numériques vectorielles (polygone)

Une évaluation formelle de l'exactitude des informations de position horizontale dans l'ensemble de données n'a pas été réalisée. Une comparaison visuelle informelle du dessin au trait a indiqué un alignement horizontal correct. Une évaluation formelle de l'exactitude des informations de position verticale dans l'ensemble de données n'a pas été effectuée ou n'est pas applicable.

Le cadre hydrogéologique de la plaine côtière de Virginie Ressources numériques et/ou papier

https://pubs.usgs.gov/pp/2006/1731/ Digital and/or Hardcopy Resources 2006 date de publication PP1731 Unités hydrogéologiques et couches modèles pour la zone d'étude dans le sud de la Virginie Winner, M.D., et Coble, R.W.

Cadre hydrogéologique de la plaine côtière de Caroline du Nord Ressources numériques et/ou papier

http://pubs.er.usgs.gov/publication/pp1404I Digital and/or Hardcopy Resources 1996 date de publication PP 1404-I Unités hydrogéologiques et couches modèles pour la zone d'étude en Caroline du Nord Coes, AL, Campbell, BG, Petkewich, MD et Fine, JM

Simulation de l'écoulement des eaux souterraines dans la plaine côtière de l'Atlantique, en Caroline du Nord et du Sud et dans certaines parties de l'est de la Géorgie et de la Virginie du Sud Prédéveloppement jusqu'en 2004 Ressources numériques et/ou papier

https://pubs.usgs.gov/pp/1773/ Digital and/or Hardcopy Resources 1900 2004 condition du sol PP1773, Chapitre C Unités hydrogéologiques et couches modèles pour la zone d'étude en Caroline du Sud Clarke, JS, Brooks, R., et Faye, RE

Hydrogéologie des systèmes aquifères de Dublin et Midville du centre-est de la Géorgie Ressources numériques et/ou papier

http://ga.water.usgs.gov/publications/ggs/ic-74 Digital and/or Hardcopy Resources 1985 date de publication IC-74 Unités hydrogéologiques et couches modèles pour la zone d'étude dans le centre-est de Georgia Brooks, R., Clarke, JS, et Faye, RE

Hydrogéologie du système aquifère Gordon du centre-est de la Géorgie Ressources numériques et/ou papier

http://ga.water.usgs.gov/publications/ggs/ic-75/ Digital and/or Hardcopy Resources 1985 date de publication IC-75 Unités hydrogéologiques et couches modèles pour la zone d'étude dans le centre-est de la Géorgie

Se référer au PP 1773 pour les méthodes utilisées pour générer les étendues des unités hydrogéologiques.

Données obtenues à partir des archives du projet, projection South Carolina State Plane, datum NAD83 : 1. Couverture polygonale de l'étendue des couches (sortie CAO à l'origine) 2. Tout converti au format de fichier de formes 3. Attributs superflus pour l'archivage supprimé 4. Attribut NAME rempli avec Layer numéro 5. Attribut STRAT ajouté avec le nom de l'aquifère ou de l'unité de confinement tel qu'il est utilisé en Caroline du Nord/Caroline du Sud

Système de coordonnées State Plane 1983 3900 32,5 34,8333333333 -81,0 31,8333333333 1999996.0 0,0


Géoréférencer un raster sur un vecteur

Lors du géoréférencement, vous devez rechercher des objets bien définis dans vos images, tels que des intersections de routes ou des caractéristiques terrestres. De cette façon, vous pouvez être certain de référencer le même emplacement dans les couches raster et alignées. Vous pouvez géoréférencer un jeu de données raster, une couche raster contenant des fonctions raster, un service d'imagerie ou une couche de mosaïque. Certaines des options de géoréférencement peuvent être utiles pour faciliter votre tâche de géoréférencement.

La liste des couches de la barre d'outils Géoréférencement affiche les couches raster et les couches CAO en tant que types de données valides. Les couches doivent être dans le même système de coordonnées que le bloc de données ou n'avoir aucune référence spatiale définie.

  1. Dans ArcMap , ajoutez les couches résidant dans les coordonnées cartographiques et ajoutez le jeu de données raster que vous souhaitez géoréférencer.

L'ajout des données avec le système de coordonnées de la carte est d'abord une bonne pratique, vous n'avez donc pas besoin de définir le système de coordonnées du bloc de données.

Il peut être utile de définir votre commande Etendue utilisée par pleine étendue , dans les propriétés du bloc de données , sur votre zone d'étude afin que l'outil Zoom sur toute l'étendue effectue automatiquement un zoom sur toute l'étendue de votre zone d'étude.

Cela affiche le jeu de données raster dans la même zone que les couches cibles. Vous pouvez également utiliser le décalage et tourner outils pour déplacer le jeu de données raster selon vos besoins. Pour voir tous les ensembles de données, ajustez leur ordre dans la table des matières.

Vous pouvez également ajouter vos liens dans la fenêtre Grossissement ou la fenêtre Visionneuse. Si vous utilisez des polygones comme couche référencée, vous pouvez ouvrir la barre d'outils Effets pour ajuster la transparence lorsque vous ajoutez vos liens.

Vous avez besoin d'au moins 1 lien pour un polynôme d'ordre zéro, 3 liens pour un polynôme de premier ordre ou une transformation d'ajustement, 4 liens pour une transformation projective, 6 liens pour un polynôme de second ordre et 10 liens pour un polynôme de troisième ordre ou transformation spline.

Vous pouvez examiner l'erreur résiduelle pour chaque lien et l'erreur quadratique moyenne (RMS). Si vous êtes satisfait de l'enregistrement, vous pouvez arrêter d'entrer des liens.

Vous pouvez transformer définitivement votre jeu de données raster après le géoréférencement à l'aide de la commande Rectifier (cliquez sur le menu déroulant Géoréférencement et cliquez sur Rectifier ), l'outil Déformer ou l'outil Déformer à partir d'un fichier.

La mise à jour d'une couche raster, d'un service d'imagerie ou d'une couche de mosaïque ne met à jour que la couche dans votre document ArcMap, elle n'enregistre pas les informations de géoréférencement dans la source.


Déterminer les systèmes de coordonnées inconnus : en fonction des valeurs d'étendue spatiale

Je développe actuellement un module Python pour reprojeter des fichiers de formes et des dessins CAO (DWG, DXF) qui ont des systèmes de coordonnées connus et inconnus. Le code ci-dessous traite des systèmes de coordonnées connus des fichiers de formes dont il existe 1500 fichiers de formes et 3600 dessins CAO. Je me rends compte qu'il y a des limites à pouvoir identifier le système de coordonnées correct des fichiers de formesdessins CAO avec des systèmes de coordonnées inconnus. J'ai trouvé les deux articles suivants :

Tables de systèmes de coordonnées projetées : Arc de référence 1960

Tables de système de coordonnées projetées : Datum WGS 84

J'espérais qu'en comparant l'étendue spatiale des fichiers de formesdessins CAD avec l'étendue des systèmes de coordonnées (c'est-à-dire Arc_1960_UTM_Zone_37S, WGS_1984_UTM_Zone_37S), je serais en mesure de déterminer le système de coordonnées correct. Le premier problème est que l'étendue est en degrés décimaux et pour une raison ou une autre, ils sont en WGS 84.

Tables de système de coordonnées projetées : les valeurs sont basées sur WGS84

Si quelqu'un a été en mesure de proposer un flux de travail d'identification de systèmes de coordonnées inconnus en fonction de l'étendue spatiale des fichiers de formesclasses de fonctionnalitésdessins CAO, j'apprécierais vraiment tout conseil.


Ajuster les étendues pour que les fichiers de formes du même CRS se chevauchent dans QGIS ? - Systèmes d'information géographique

L'objectif de travailler avec un dessin géoréférencé dans Vectorworks est d'aligner l'origine interne du dessin, et donc sa géométrie, avec un emplacement spécifique sur Terre. Les options de géoréférencement sont complexes, ce qui fonctionne pour les workflows architecturaux peut ne pas convenir à un workflow de planification. De plus, différentes régions de la Terre ont des exigences géographiques différentes. Puisque la Terre n'est pas une sphère parfaite, ce n'est pas un processus simple de corréler la surface tridimensionnelle de la Terre avec une carte bidimensionnelle. Les systèmes de coordonnées utilisent des formules mathématiques pour traduire la forme de la terre sur une page 2D. Étant donné que la traduction perd des données, différents systèmes de coordonnées sont préférables pour différentes régions du globe.

Un système de coordonnées approprié a un impact important sur les mesures de distance. Une distance dans le dessin et la même distance sur la carte correspondront, plus ou moins, selon le système de coordonnées sélectionné. Plus la correspondance est proche de la région sur laquelle on travaille, plus les mesures et les dimensions sont proches et précises.

Lorsque le géoréférencement est activé, chaque couche de conception enregistre des informations qui décrivent le mappage du système de coordonnées cartésiennes de cette couche sur un système de coordonnées géographiques de latitude et de longitude ou d'abscisse et d'ordonnée. Le décalage d'origine détermine comment le système de coordonnées géographiques se rapporte à l'origine interne (le centre du dessin dans le fichier Vectorworks) ce décalage peut être ajusté au niveau du document ou au niveau du calque.

Les paramètres Géoréférencement   configurent le géoréférencement du document. Normalement, toutes ou la plupart des couches de conception ont les mêmes informations de géoréférencement que celles des couches de document sans géoréférencement activé assument automatiquement les paramètres de géoréférencement du document. Une couche géoréférencée se déplace avec la géolocalisation changeante (essentiellement en restant sur le globe), tandis qu'une couche non géoréférencée reste toujours autour de l'origine interne. Une fois le géoréférencement du document défini, vous pouvez activer et personnaliser différemment les paramètres de géoréférencement individuels d'une couche, mais cela est rarement nécessaire.

Lors de l'importation d'un fichier de formes, le géoréférencement du document peut être automatiquement défini pour correspondre au système de coordonnées du fichier importé.

Pour définir le géoréférencement du document :

La boîte de dialogue Géoréférencement du document s'ouvre.

Ajuster l'origine et l'orientation des données géoréférencées pour correspondre aux coordonnées du document

Ces options affectent la manière dont le dessin Vectorworks (origine interne) se rapporte à l'emplacement géographique. Vous pouvez décaler l'emplacement des données géoréférencées afin qu'il corresponde à la manière dont le système de coordonnées se rapporte à l'origine interne du dessin.

Normalement, ces options doivent être activées et définies à un emplacement proche du site. Cela garantit que votre travail de dessin sur le site se situe dans les limites de double précision requises pour des calculs et des opérations mathématiques précis dans Vectorworks.

Spécifie la latitude et la longitude à l'origine du document (0,0) entrez des degrés décimaux ou des degrés/minutes/secondes (par exemple, 39,18, 39° 10' 32", ou 39d 10m 32s) précédés d'un signe moins (-) le cas échéant

Spécifie quelle direction est au nord de l'origine du document utiliser une mesure de degré d'azimut (0° est le long de l'axe Y, 90° est le long de l'axe X positif)

Sélectionnez un système de coordonnées

Sélectionnez l'un des systèmes de coordonnées  en fonction de l'emplacement géographique du dessin et de l'étendue des paramètres supplémentaires du dessin qui sont nécessaires pour mapper à l'affichage du système de coordonnées sélectionné dans la zone ci-dessous

Utilisez WGS84/Pseudo-Mercator pour une utilisation dans le monde entier

Ce système de coordonnées global convient à des fins générales, mais comme il affiche l'ensemble du globe, la distorsion peut réduire la précision lors de la correspondance des distances Vectorworks et des distances de la carte. Si possible, sélectionnez un système de coordonnées plus spécifique à la région.

Utiliser un code EPSG ou un nom CRS

Utilise le code du jeu de données de paramètres géodésiques EPSG de l'Association internationale des producteurs de pétrole et de gaz ou le nom du système de référence de coordonnées (CRS) pour spécifier le système de coordonnées. Cliquez sur Recherche EPSG/CRS   pour sélectionner le système de référence souhaité dans la boîte de dialogue Recherche EPSG/CRS. Le système sélectionné s'affiche dans la boîte de dialogue Géoréférencement du document.

Saisissez le texte du code EPSG ou du nom CRS dans le champ Filtre pour filtrer la liste.

Utilisez un fichier de projection (.prj) sur votre ordinateur

Si vous avez un fichier de projection spécifique pour le système de coordonnées de géoréférencement, cliquez sur Parcourir pour le sélectionner

Utilisez un système de coordonnées commun ou entrez Well Known Text (WKT)

Sélectionnez l'un des systèmes de coordonnées par défaut de Vectorworks  pris en charge par GDAL (Geospatial Data Abstraction Library), ou choisissez d'utiliser le langage de balisage WKT. Dans la liste Système de coordonnées  , saisissez un ou plusieurs termes dans la zone de recherche pour filtrer la liste.

Selon la sélection, des paramètres supplémentaires s'affichent dans la zone ci-dessous.

Affiche une description des données du système de coordonnées.

Vous pouvez modifier le texte du système de coordonnées et l'enregistrer pour une utilisation future. Cliquez sur Enregistrer   ou Supprimer   pour ajouter/supprimer un élément personnalisé dans la liste Système de coordonnées  , spécifiez un nom CRS unique lors de l'enregistrement si vous ne souhaitez pas remplacer les données existantes.

Cliquez sur Recherche EPSG/CRS pour sélectionner le système de référence souhaité dans la boîte de dialogue Recherche EPSG/CRS.

Sélectionnez l'ellipsoïde de référence approprié utilisé pour créer le système de coordonnées

Pour le système de coordonnées Universal Transverse Mercator (UTM), sélectionnez la zone de grille UTM et l'hémisphère UTM qui s'appliquent à ce dessin

Pour un système de coordonnées State Plane (NAD83 ou NAD27), sélectionnez l'état et la zone qui s'appliquent à ce dessin

Spécifiez la latitude et la longitude du centre du système de coordonnées sélectionné

Pour le système de coordonnées Transverse Mercator, spécifiez le facteur d'échelle le long de la longitude centrale pour le système de coordonnées stéréographique, spécifiez le facteur d'échelle au point central

Pour le système de coordonnées Lambert Conic Conic, entrez les deux parallèles standard à utiliser pour le système de coordonnées

Sélectionnez l'option appropriée pour transformer la géométrie des objets sur la couche si le type de système de coordonnées de la couche change :

● Ne pas transformer la géométrie de ce calque :  Les objets du calque ne seront pas transformés lorsque le système de coordonnées du calque est modifié.

● Transformer toute la géométrie individuellement :  Idéal pour projeter des données géographiques, telles que des limites municipales, des routes, des rivières et des emplacements sur une carte.

Cette option garantit que les éléments de dessin correspondent au géoréférencement du système de coordonnées de la couche. Si vous avez apporté des ajustements manuels au décalage de latitude/longitude ou à l'angle nord, sélectionnez cette option.

● Déplacer et faire pivoter toute la géométrie en groupe :   Idéal pour projeter des objets de dessin non géographiques, tels que des plans architecturaux.

Transformez les images pour qu'elles correspondent au système de coordonnées de la couche

Pour les images géoréférencées importées, s'assure que les pixels de l'image sont à la bonne latitude et longitude pour correspondre au système de coordonnées de la couche lorsqu'ils sont sélectionnés, les objets image sont également transformés si le mode de transformation est modifié.

Ignore toutes les modifications apportées et renvoie tous les champs à leurs anciennes valeurs

2. Activez le géoréférencement pour chaque couche de conception qui en a besoin, comme décrit dans Spécification du géoréférencement de la couche de conception.


Les fichiers texte délimités peuvent être importés en tant que données ponctuelles à condition qu'ils contiennent des valeurs de coordonnées. MAPublisher prend en charge les délimiteurs suivants entre les valeurs de données : virgule, retour, fin de ligne et tabulation. Lors de l'importation de données textuelles délimitées, spécifiez l'encodage et le format des caractères : unités projetées, degrés décimaux, degrés délimités minutes secondes, degrés.minutes, degrés.minutessecondes, DMS compressé avec décimales et DMS compressé. Dans la section Colonnes de coordonnées, spécifiez les champs du fichier source qui contiennent les valeurs de coordonnées appropriées. Les libellés de la liste déroulante affichent Longitude et Latitude ou X et Y, selon le format sélectionné. Si la première ligne du fichier texte contient des en-têtes de colonnes, cochez la case Utiliser la première ligne comme en-tête (MAPublisher le détecte généralement automatiquement). Si le fichier ne semble pas contenir d'en-têtes de colonne, MAPublisher attribuera des noms d'en-tête par défaut (Colonne1 et Colonne2) aux champs choisis lors de l'importation. Attribuez des types de schéma de données aux colonnes d'attributs dans le cadre Sélectionner un schéma.

La plupart des formats ont un paramètre de codage de caractères. Les jeux de caractères étendus et internationaux sont pris en charge en tant qu'attributs lors de l'importation. Pour attribuer un codec de caractères adapté à votre jeu de données sélectionné, choisissez la valeur appropriée dans la liste déroulante Encodage (la première colonne affiche le nom et la deuxième colonne affiche le code ou le nom alternatif, si disponible).


Pour soutenir un projet, nous avons souvent besoin de rassembler des ensembles de données spatiales provenant de différentes sources et/ou des données qui couvrent différentes étendues spatiales . Les données spatiales provenant de différentes sources et couvrant différentes étendues se trouvent souvent dans différents systèmes de coordonnées de référence (CRS).

Certaines raisons pour lesquelles les données sont dans différents CRS incluent :

  1. Les données sont stockées dans une convention CRS particulière utilisée par le fournisseur de données qui peut être une agence fédérale ou un bureau de planification d'État.
  2. Les données sont stockées dans un CRS particulier qui est personnalisé pour une région. Par exemple, de nombreux États préfèrent utiliser un Avion d'état projection personnalisée pour cet état.

Regardez cette courte vidéo qui montre comment les projections cartographiques peuvent donner l'impression que les continents sont proportionnellement plus grands ou plus petits qu'ils ne le sont réellement !

Dans ce tutoriel, nous allons apprendre à identifier et gérer les données spatiales dans différentes projections. Nous apprendrons à reprojeter les données afin qu'elles soient dans la même projection pour prendre en charge le traçage/la cartographie. A noter que ces compétences sont également requises pour tout géotraitement/analyse spatiale. Les données doivent être dans le même CRS pour garantir des résultats précis.


Notre tableau a une valeur nodata, -9999.0 , ce qui provoque l'étirement de la couleur de notre tracé sur une plage trop large. Nous aimerions n'afficher que les valeurs valides, donc avant de tracer, nous pouvons filtrer les valeurs nodata en utilisant la fonction where() et l'attribut .rio.nodata de notre DataArray.

Si nous avions enregistré terrain_HARV_UTM18 dans un fichier et que nous l'avions lu avec l'argument masked=True de open_rasterio, la valeur nodata du raster serait masquée et nous n'aurions pas besoin d'utiliser la fonction where() pour effectuer le masquage avant de tracer.


Recadrer un raster à l'aide de l'étendue vectorielle

Nous pouvons utiliser la fonction crop() pour recadrer un raster dans l'étendue d'un autre objet spatial. Pour ce faire, nous devons spécifier le raster à recadrer et l'objet spatial qui sera utilisé pour recadrer le raster. R utilisera l'étendue de l'objet spatial comme limite de recadrage.

Pour illustrer cela, nous allons recadrer le Canopy Height Model (CHM) pour n'inclure que la zone d'intérêt (AOI). Commençons par tracer l'étendue complète des données CHM et superposer où l'AOI s'y trouve. Les limites de l'AOI seront colorées en bleu et nous utilisons fill = NA pour rendre la zone transparente.

``` ggplot() + geom_raster(data = CHM_HARV_df, aes(x = x, y = y, fill = HARV_chmCrop)) + scale_fill_gradientn(name = "Canopy Height", colours = terrain.colors(10)) + geom_sf(data = aoi_boundary_HARV , couleur = "bleu", remplissage = NA) + coord_sf()

Nous pouvons maintenant tracer les données CHM rognées, ainsi qu'une zone de délimitation montrant l'étendue complète du CHM. Cependant, rappelez-vous, puisqu'il s'agit de données raster, nous devons les convertir en un bloc de données afin de tracer à l'aide de ggplot . Pour obtenir la boîte de limite de CHM, la st_bbox() extraira les 4 coins du rectangle qui englobent toutes les fonctionnalités contenues dans cet objet. Le st_as_sfc() convertit ces 4 coordonnées en un polygone que nous pouvons tracer :

``` CHM_HARV_Cropped_df <-as.data.frame(CHM_HARV_Cropped, xy = TRUE)

ggplot() + geom_sf(data = st_as_sfc(st_bbox(CHM_HARV)), fill = "vert", couleur = "vert", alpha = .2) +
geom_raster(data = CHM_HARV_Cropped_df, aes(x = x, y = y, fill = HARV_chmCrop)) + scale_fill_gradientn(name = "Canopy Height", colours = terrain.colors (10)) + coord_sf()

Nous pouvons regarder l'étendue de tous nos autres objets pour ce site de terrain.

``` st_bbox(CHM_HARV) st_bbox(CHM_HARV_Cropped) st_bbox(aoi_boundary_HARV) st_bbox(plot_locations_sp_HARV)


Changer la symbologie des couches

Prenez un moment pour explorer les deux couches de données. Ouvrez leurs tables attributaires pour savoir quel type de données elles contiennent et quels champs vous pouvez utiliser pour visualiser les données.

N'oubliez pas que les données catégorielles (codes, groupes) peuvent être symbolisées à l'aide de la fonction Catégorisée, tandis que les données de mesure (comptes, distances, population) doivent être visualisées à l'aide de la fonction Graduée.

Visualisez les notes HOLC

Jetez un nouveau coup d'œil aux cartes HOLC sur le site Web Mapping Inequality. Remarquez le schéma de couleurs utilisé par les cartographes :

Dans le panneau Couches, cliquez avec le bouton droit sur la couche cartodb-query et cliquez sur Propriétés , puis accédez à l'onglet Symbologie. À l'heure actuelle, le type de symbologie est défini sur Symbole unique. Remplacez-le par Catégorisé. Pour le champ Valeur, sélectionnez le champ que vous souhaitez symboliser, puis cliquez sur le bouton Classer dans le coin inférieur gauche pour charger toutes les valeurs possibles.

Changez la couleur de chaque grade pour qu'elle corresponde aux cartes HOLC. Il y a plusieurs moyens de le faire:

  1. Mettez l'élément en surbrillance dans la fenêtre Symbologie, puis cliquez sur la petite flèche déroulante à droite de la bande de couleur au-dessus.
  2. Double-cliquez sur chaque petit patch de couleur pour faire apparaître le sélecteur de symboles. Assurez-vous que Remplissage est sélectionné, puis cliquez sur la petite flèche déroulante à droite de la bande de couleur.
  3. Vous pouvez également sélectionner Remplissage simple si vous souhaitez personnaliser le type de remplissage, modifier la couleur et la largeur du contour (trait), etc.

Vous pouvez ajuster la transparence du calque en développant le Rendu du calque dans la fenêtre Symbologie, puis en ajustant le curseur Opacité. 0% est totalement transparent et 100% est totalement opaque.

Enfin, supprimez toutes les autres valeurs en les mettant en surbrillance et en cliquant sur l'icône moins rouge, puis cliquez sur OK .

Visualisez les données du recensement

L'autre couche de données a beaucoup, beaucoup plus de champs qui pourraient être utilisés pour la visualisation. En fait, la table attributaire est un peu écrasante. Il existe des dizaines de champs, mais ils ont tous des titres codés qui n'ont pas beaucoup de sens en eux-mêmes.

Pour décoder le tableau, jetez un œil aux métadonnées du fichier sur le référentiel GitHub de la MGGG. (Notez que le premier groupe de champs de métadonnées est pour un fichier de formes différent… continuez à faire défiler jusqu'à ce que vous voyiez les informations sur le fichier de formes 2012-2016). Selon vous, lequel des champs serait intéressant à cartographier ?

Pour l'instant, explorons les informations démographiques que contient ce fichier. Disons que nous souhaitons cartographier le pourcentage de la population qui s'identifie/ne s'identifie pas comme blanc non hispanique. Un moyen rapide de le faire serait de diviser le champ NH_WHITE : population blanche, non hispanique au recensement de 2010 par le champ TOTPOP : population totale au recensement de 2010 .

Suivez ces étapes pour calculer un nouveau champ dans la table attributaire :

  • Ouvrez la table attributaire de la couche MA_precincts12_16
  • Cliquez sur l'icône en forme de crayon pour commencer à éditer
  • Cliquez sur le bouton Ouvrir la calculatrice de champ
  • Assurez-vous que Créer un nouveau champ est coché
  • Remplacez le nom du champ de sortie par Par_Whi
  • Remplacez le type de champ de sortie par Nombre décimal (réel)
  • Dans la zone Expression, saisissez cette formule : « NH_BLANC » / « TOTPOP »
  • Cliquez sur OK

Assurez-vous d'enregistrer vos modifications et décochez l'icône en forme de crayon pour arrêter les modifications.

Vous pouvez maintenant utiliser ce nouveau champ pour modifier la symbologie de la couche. Ouvrez la fenêtre Symbologie et changez le type de symbologie en Diplômé. Pour Valeur , sélectionnez le nouveau champ que vous venez de créer, puis cliquez sur le bouton Classer dans le coin inférieur gauche pour charger toutes les valeurs possibles. Choisissez une rampe de couleurs que vous préférez.

Astuce : vous pouvez également expérimenter différents modes , qui modifient la façon dont les données sont regroupées. Essayez de changer le mode, puis cliquez sur Appliquer pour voir comment cela affecte la visualisation des données.

Lorsque vous êtes prêt, cliquez sur OK .

Visualisation des catégories HOLC

Visualiser les données démographiques

Explorez les deux couches

Pour terminer! C'est la partie où la magie commence à opérer. Passez un peu de temps à étudier la relation spatiale entre ces deux couches.

  • Quels modèles semblent se démarquer?
  • Existe-t-il des groupes apparents en termes de notes HOLC ou de composition démographique ? Des valeurs aberrantes ?
  • Comment décririez-vous la relation spatiale entre la désignation historique HOLC des quartiers de ces villes et la composition démographique de leurs habitants aujourd'hui ?
  • Quelles hypothèses pourriez-vous approfondir ?

Pour en savoir plus sur le programme de cartographie de la Home Owners' Loan Corporation et les effets à long terme de la ségrégation raciale qui a entraîné des villes à travers les États-Unis, consultez l'introduction du projet Mapping Inequality pour un aperçu et des liens vers des lectures supplémentaires.

N'oubliez pas de sauvegarder votre carte !


Voir la vidéo: Fusionner des fichiers raster jointif rapidement sur QGIS (Octobre 2021).