Suite

Quelle est la plus petite région géographique des États-Unis avec des données sur les revenus ?


Je recherche n'importe quelle région qui est plus petite que les groupes de blocs. Et cela n'a pas à être pour l'ensemble des États-Unis. Cela existe-t-il ? Quelqu'un a-t-il une idée?

J'ai l'impression d'avoir vu quelque part que des données sur les revenus existent au niveau du bloc pour certaines villes, mais je n'ai rien pu trouver…


Des groupes plus petits que des blocs seraient alors sûrement des blocs.

Je suppose que vous avez regardé le recensement? Les données sont disponibles dans des shapefiles mais aussi dans des fichiers csv. Je recommanderais particulièrement de regarder ce dernier, car il contient parfois plus de données.

Esri fournit également des données TIGER qui ont déjà été formatées ; l'utilisation de ces données peut présenter des avantages par rapport à l'utilisation des fichiers de formes du recensement, car certains problèmes ont été résolus. Mais je ne pense pas qu'ils soient facilement disponibles pour le recensement lat encore.

Je peux également recommander l'American Community Survey, qui fournit souvent des informations beaucoup plus détaillées que les données typiques du recensement. Il est également récolté à intervalles irréguliers, vous pourriez donc avoir de la chance si votre zone vient d'être couverte. Je suis presque sûr d'avoir trouvé des données sur le revenu pour le recensement de 2000 là-bas dans le passé.

De plus, je n'ai pas encore utilisé les données City Data, mais cela vaut peut-être le coup !

PS : Quelle est votre zone d'étude, ou quelles villes recherchez-vous ?


La seule mise en garde concernant l'utilisation des données au niveau des groupes de blocs de l'American Community Survey (qui est une excellente ressource !) est que les tailles d'échantillon sont assez petites et que vous devez surveiller vos marges d'erreur, en particulier en ce qui concerne des éléments tels que le revenu médian des ménages, qui peut être faussée dans les petites populations. Si vous êtes intéressé par l'agrégation de zones, voici un outil et une ressource sur les problèmes de l'ACS de l'Université du Michigan.


Systèmes d'information géographique

Dans la région du Sud-Est, nous utilisons des systèmes d'information géographique (SIG) et des données de localisation pour effectuer des analyses spatiales et produire des cartes. Les données spatiales jouent un rôle très important dans la prise de décision. Par exemple, le Service utilise des données de localisation sur les espèces menacées et en voie de disparition pour consulter les développeurs afin d'éviter les impacts sur ces espèces. Nous utilisons des données environnementales pour créer des modèles qui prédisent l'emplacement des espèces rares ou pour hiérarchiser les emplacements à restaurer. Le comité directeur du SIG de la région du Sud-Est se réunit plusieurs fois par an pour faciliter la collecte, le partage et l'analyse spatiale des données. En savoir plus sur les projets SIG dans le Sud-Est.


Contenu

De 1989 à 1996, la superficie totale des États-Unis était de 9 372 610 km 2 (3 618 780 milles carrés) (terres + eaux intérieures uniquement). La superficie totale répertoriée est passée à 9 629 091 km 2 (3 717 813 milles carrés) en 1997 (zone des Grands Lacs et eaux côtières ajoutées), à 9 631 418 km 2 (3 718 711 milles carrés) en 2004, à 9 631 420 km 2 (3 718 710 milles carrés) en 2006, et à 9 826 630 km 2 (3 794 080 milles carrés) en 2007 (eaux territoriales ajoutées). Actuellement, la CIA Factbook du monde donne 9 826 675 km 2 (3 794 100 milles carrés), [7] la Division de statistique des Nations Unies donne 9 629 091 km 2 (3 717 813 milles carrés), [8] et le Encyclopédie Britannica donne 9 522 055 km 2 (3 676 486 milles carrés) (zone des Grands Lacs incluse mais pas les eaux côtières). [9] Ces sources ne considèrent que les 50 États et le District fédéral, et excluent les territoires d'outre-mer. Les États-Unis ont la 2e plus grande zone économique exclusive de 11 351 000 km 2 (4 383 000 milles carrés).

En superficie totale (eau et terre), les États-Unis sont légèrement plus grands ou plus petits que la République populaire de Chine, ce qui en fait le troisième ou le quatrième plus grand pays du monde. La Chine et les États-Unis sont plus petits que la Russie et le Canada en superficie totale, mais sont plus grands que le Brésil. En superficie uniquement (hors eaux), les États-Unis sont le troisième plus grand pays du monde, après la Russie et la Chine, avec le Canada au quatrième rang. Que les États-Unis ou la Chine soient le troisième plus grand pays par superficie totale dépend de deux facteurs : (1) La validité de la revendication de la Chine sur Aksai Chin et Trans-Karakoram Tract. Ces deux territoires sont également revendiqués par l'Inde, ils ne sont donc pas comptés et (2) Comment les États-Unis calculent leur propre superficie. Depuis la publication initiale du World Factbook, la CIA a mis à jour la superficie totale des États-Unis à plusieurs reprises. [dix]

Les États-Unis partagent des frontières terrestres avec le Canada (au nord) et le Mexique (au sud), et une frontière d'eau territoriale avec la Russie au nord-ouest, et deux frontières d'eau territoriale au sud-est entre la Floride et Cuba, et la Floride et les Bahamas . Les quarante-huit États contigus sont par ailleurs délimités par l'océan Pacifique à l'ouest, l'océan Atlantique à l'est et le golfe du Mexique au sud-est. L'Alaska borde l'océan Pacifique au sud et au sud-ouest, le détroit de Béring à l'ouest et l'océan Arctique au nord, tandis qu'Hawaï se situe loin au sud-ouest du continent dans l'océan Pacifique.

Quarante-huit des États se trouvent dans la seule région entre le Canada et le Mexique. Ce groupe est désigné, avec plus ou moins de précision et de formalité, comme le États-Unis contigus, et comme le Inférieur 48. l'Alaska, qui est inclus dans le terme États-Unis continentaux, est situé à l'extrémité nord-ouest de l'Amérique du Nord.

La capitale, Washington, District de Columbia, est un district fédéral situé sur un terrain offert par l'État du Maryland. (La Virginie avait également fait don de terres, mais celles-ci ont été restituées en 1849.) Les États-Unis ont également des territoires d'outre-mer (zones insulaires) avec des niveaux d'autonomie et d'organisation variables : dans les Caraïbes, les territoires de Porto Rico et des îles Vierges américaines, et en le Pacifique, les territoires habités des Samoa américaines, de Guam et des îles Mariannes du Nord, ainsi qu'un certain nombre de territoires insulaires inhabités. Certains des territoires acquis faisaient partie de l'impérialisme américain, ou pour accéder à l'est.

Presque tous les États-Unis se trouvent dans l'hémisphère nord, à l'exception des Samoa américaines et de l'île Jarvis, qui se trouvent dans l'hémisphère sud. [11]

L'est des États-Unis a une topographie variée. Une large plaine côtière plate borde les rives de l'Atlantique et du Golfe de la frontière entre le Texas et le Mexique jusqu'à New York, et comprend la péninsule de Floride. Cette vaste plaine côtière et ces îles-barrières constituent les plages les plus larges et les plus longues des États-Unis, en grande partie composées de sable blanc et doux. Les Florida Keys sont un chapelet d'îles coralliennes qui atteignent la ville la plus au sud des États-Unis (Key West). Les zones plus à l'intérieur des terres présentent des collines, des montagnes et une collection diversifiée de forêts humides et humides tempérées et subtropicales. Certaines parties de l'intérieur de la Floride et de la Caroline du Sud abritent également des communautés de dunes. Les Appalaches forment une ligne de montagnes basses séparant la côte est des Grands Lacs et du bassin du Mississippi. La Nouvelle-Angleterre présente des côtes rocheuses et des montagnes escarpées avec des pics jusqu'à 6200 pieds et des vallées parsemées de rivières et de ruisseaux. Les îles offshore parsèment les côtes de l'Atlantique et du Golfe.

Les cinq Grands Lacs sont situés dans la partie centre-nord du pays, quatre d'entre eux faisant partie de la frontière avec le Canada, seul le lac Michigan est entièrement situé aux États-Unis. Le sud-est des États-Unis, qui s'étend généralement de la rivière Ohio au sud, comprend une variété de forêts humides et humides tempérées et subtropicales chaudes, ainsi que des forêts sèches tempérées chaudes et subtropicales plus proches des Grandes Plaines à l'ouest de la région. À l'ouest des Appalaches se trouve le bassin luxuriant du fleuve Mississippi et deux grands affluents orientaux, la rivière Ohio et la rivière Tennessee. Les vallées de l'Ohio et du Tennessee et le Midwest se composent en grande partie de collines, de hauts plateaux intérieurs et de petites montagnes, de marais et de marécages jungly près de la rivière Ohio, et de terres agricoles productives, s'étendant vers le sud jusqu'à la côte du golfe. Le Midwest a également une grande quantité de systèmes de grottes.

Les Grandes Plaines se trouvent à l'ouest du fleuve Mississippi et à l'est des montagnes Rocheuses. Une grande partie des produits agricoles du pays sont cultivés dans les Grandes Plaines. Avant leur conversion générale en terres agricoles, les Grandes Plaines étaient réputées pour leurs vastes prairies, de la prairie à herbes hautes dans les plaines orientales à la steppe à herbes courtes dans les hautes plaines occidentales. L'altitude augmente progressivement de moins de quelques centaines de pieds près du fleuve Mississippi à plus d'un mile de haut dans les hautes plaines. Le relief généralement bas des plaines est brisé à plusieurs endroits, notamment dans les monts Ozark et Ouachita, qui forment les hauts plateaux intérieurs des États-Unis, la seule grande région montagneuse entre les montagnes Rocheuses et les Appalaches. [12] [13]

Les Grandes Plaines se terminent abruptement dans les Montagnes Rocheuses. Les montagnes Rocheuses forment une grande partie de l'ouest des États-Unis, entrant du Canada et s'étendant presque jusqu'au Mexique. La région des Rocheuses est la région la plus élevée des États-Unis en altitude moyenne. Les montagnes Rocheuses contiennent généralement des pentes assez douces et des sommets plus larges par rapport à certaines des autres grandes chaînes de montagnes, à quelques exceptions près (comme les montagnes Teton dans le Wyoming et la chaîne Sawatch dans le Colorado). Les plus hauts sommets des Rocheuses se trouvent dans le Colorado, le plus haut sommet étant le mont Elbert à 14 440 pieds (4 400 m). De plus, au lieu d'être une chaîne de montagnes généralement continue et solide, elle est divisée en un certain nombre de chaînes de montagnes intermittentes plus petites, formant une grande série de bassins et de vallées.

À l'ouest des montagnes Rocheuses se trouvent les plateaux intermontagnards (également appelés Intermountain West), un grand désert aride situé entre les Rocheuses et les chaînes des Cascades et de la Sierra Nevada. La grande partie sud, connue sous le nom de Grand Bassin, se compose de marais salants, de bassins hydrographiques et de nombreuses petites chaînes de montagnes nord-sud. Le sud-ouest est principalement une région désertique de faible altitude. Une partie connue sous le nom de plateau du Colorado, centrée autour de la région de Four Corners, est considérée comme l'un des paysages les plus spectaculaires au monde. Il est accentué dans des parcs nationaux tels que Grand Canyon, Arches, Mesa Verde et Bryce Canyon, entre autres. D'autres zones intermontagneuses plus petites incluent le plateau de Columbia couvrant l'est de Washington, l'ouest de l'Idaho et le nord-est de l'Oregon et la plaine de la rivière Snake dans le sud de l'Idaho.

Les plateaux intermontagnards se terminent à la chaîne des Cascades et à la Sierra Nevada. Les Cascades sont constituées de montagnes volcaniques en grande partie intermittentes, dont beaucoup s'élèvent bien en évidence dans le paysage environnant. La Sierra Nevada, plus au sud, est une chaîne de montagnes haute, accidentée et dense. Il contient le point culminant des 48 États contigus, le mont Whitney (14 505 pieds ou 4 421 m). Il est situé à la frontière entre les comtés californiens d'Inyo et de Tulare, à seulement 84,6 mi ou 136,2 km à l'ouest-nord-ouest du point le plus bas d'Amérique du Nord dans le bassin de Badwater dans le parc national de Death Valley à 279 pieds ou 85 m sous le niveau de la mer. [14]

Ces zones contiennent également des paysages spectaculaires, comme en témoignent des parcs nationaux tels que Yosemite et Mount Rainier. À l'ouest des Cascades et de la Sierra Nevada se trouve une série de vallées, comme la Central Valley en Californie et la Willamette Valley en Oregon. Le long de la côte se trouve une série de chaînes de montagnes basses connues sous le nom de chaînes de la côte du Pacifique.

L'Alaska contient certains des paysages les plus spectaculaires du pays. De hautes chaînes de montagnes proéminentes s'élèvent brusquement à partir de vastes plaines de toundra plates. Sur les îles au large de la côte sud et sud-ouest se trouvent de nombreux volcans. Hawaï, loin au sud de l'Alaska dans l'océan Pacifique, est une chaîne d'îles tropicales volcaniques, populaire comme destination touristique pour de nombreux habitants d'Asie de l'Est et des États-Unis continentaux.

Les territoires de Porto Rico et des îles Vierges américaines englobent un certain nombre d'îles tropicales dans le nord-est de la mer des Caraïbes. Dans l'océan Pacifique, les territoires de Guam et des îles Mariannes du Nord occupent les îles calcaires et volcaniques de l'archipel des Mariannes, et les Samoa américaines (le seul territoire américain peuplé dans l'hémisphère sud) englobent des pics volcaniques et des atolls coralliens dans la partie orientale de la Chaîne des îles Samoa. [note 3]

Régions physiographiques Modifier

La géographie des États-Unis varie à travers son immense superficie. Aux États-Unis continentaux, il existe huit divisions physiographiques distinctes, bien que chacune soit composée de plusieurs subdivisions physiographiques plus petites. [15] Ces divisions principales sont :

    – une partie du Bouclier canadien qui s'étend jusqu'à la région nord des Grands Lacs des États-Unis. – les régions côtières des parties est et sud comprennent le plateau continental, la côte atlantique et la côte du golfe. – située à l'est des États-Unis, elle comprend les Appalaches, les montagnes Watchung, les Adirondacks et la province de la Nouvelle-Angleterre contenant à l'origine la Great Eastern Forest, une étendue de forêts de montagne subtropicales à température mixte, dont certaines sont des forêts tropicales humides. – une partie de l'intérieur des États-Unis continentaux, elle comprend les Grandes Plaines, ainsi qu'un certain nombre de régions montagneuses et montagneuses, comme les Black Hills, des systèmes de grottes denses, des collines peintes et des caractéristiques de badland. – faisant également partie de l'intérieur des États-Unis continentaux, cette division comprend le plateau Ozark, les montagnes Ouachita et d'autres systèmes montagneux plus petits. Cette région est située en grande partie dans les biomes des forêts humides et sèches tempérées/subtropicales chaudes. – une branche du système de la Cordillère située loin à l'intérieur des terres dans les États de l'ouest. - également divisé en plateau Columbia, plateau du Colorado et province du bassin et de la chaîne, il s'agit d'un système de plateaux, de bassins, de chaînes et de gorges entre les systèmes de montagnes Rocheuses et du Pacifique. C'est le cadre du Grand Canyon, du Grand Bassin et de la Vallée de la Mort. – les chaînes de montagnes côtières et les caractéristiques de la côte ouest des États-Unis.

La côte atlantique des États-Unis est basse, à quelques exceptions près. Les hautes terres appalachiennes doivent leur orientation nord-est-sud-ouest oblique aux déformations de la croûte qui, très tôt dans les temps géologiques, ont donné naissance à ce qui deviendra plus tard le système montagneux des Appalaches. Ce système a connu son apogée de déformation il y a si longtemps (probablement au Permien) qu'il a depuis lors été très généralement réduit à un relief modéré ou faible. Il doit son altitude actuelle soit à des élévations renouvelées le long des lignes antérieures, soit à la survivance des roches les plus résistantes en tant que montagnes résiduelles. La tendance oblique de cette côte serait encore plus prononcée sans un mouvement crustal relativement moderne, provoquant une dépression au nord-est entraînant un empiétement de la mer sur les terres. De plus, la section sud-est a subi une élévation entraînant l'avancée de la terre sur la mer.

Alors que la côte atlantique est relativement basse, la côte pacifique est, à quelques exceptions près, vallonnée ou montagneuse. Cette côte a été définie principalement par des déformations de la croûte géologiquement récentes, et conserve donc encore un relief plus important que celui de l'Atlantique. La côte atlantique basse et la côte pacifique vallonnée ou montagneuse préfigurent les principales caractéristiques de la distribution des montagnes aux États-Unis.

Le système appalachien de la côte est, à l'origine couvert de forêts, est relativement bas et étroit et est bordé au sud-est et au sud par une importante plaine côtière. Le système de la Cordillère du côté ouest du continent est élevé, large et compliqué et comporte deux branches, le système des montagnes Rocheuses et le système des montagnes du Pacifique. Entre ces systèmes montagneux se trouvent les plateaux intermontagnards. Le fleuve Columbia et le fleuve Colorado s'élèvent loin à l'intérieur des terres près des membres les plus à l'est du système de la Cordillère, et traversent les plateaux et les bassins intermontagnards jusqu'à l'océan. Les forêts denses couvrent la côte nord-ouest, mais ailleurs les arbres ne se trouvent que sur les chaînes supérieures en dessous de la région alpine. Les vallées, plateaux et bassins intermontagnards vont de sans arbres au désert, la région la plus aride se trouvant au sud-ouest.

Les hautes terres des Laurentides, les plaines intérieures et les hautes terres intérieures se situent entre les deux côtes, s'étendant du golfe du Mexique vers le nord, bien au-delà de la frontière nationale, jusqu'à l'océan Arctique. Les plaines centrales sont divisées par une hauteur de terre à peine perceptible en une partie canadienne et une partie américaine. C'est du côté des États-Unis que le grand système du Mississippi se déverse vers le sud jusqu'au golfe du Mexique. Le haut Mississippi et une partie du bassin de l'Ohio constituent la région des prairies semi-arides, avec des arbres à l'origine uniquement le long des cours d'eau. Les hautes terres vers les Appalaches ont été incluses dans la grande zone forestière orientale, tandis que la partie occidentale des plaines a un climat si sec que sa flore indigène est rare, et dans le sud, elle est pratiquement stérile.

En raison de leur grande taille et de leur large éventail de caractéristiques géographiques, les États-Unis contiennent des exemples de presque tous les climats mondiaux. Le climat est subtropical au sud des États-Unis, tropical à Hawaï et au sud de la Floride, polaire en Alaska, semi-aride dans les Grandes Plaines à l'ouest du 100e méridien, méditerranéen sur la côte californienne et aride dans le Grand Bassin et le Sud-Ouest. Son climat agricole comparativement favorable a contribué (en partie) à l'ascension du pays en tant que puissance mondiale, avec de rares sécheresses sévères dans les principales régions agricoles, un manque général d'inondations généralisées et un climat principalement tempéré qui reçoit des précipitations adéquates.

La principale influence sur les conditions météorologiques aux États-Unis est le courant-jet polaire qui migre vers le nord au Canada pendant les mois d'été, puis vers le sud aux États-Unis pendant les mois d'hiver. Le courant-jet amène de grands systèmes de basse pression du nord de l'océan Pacifique qui pénètrent sur le continent américain au-dessus du nord-ouest du Pacifique. La chaîne des Cascades, la Sierra Nevada et les montagnes Rocheuses absorbent la majeure partie de l'humidité de ces systèmes lorsqu'ils se déplacent vers l'est. Largement diminuée au moment où ils atteignent les hautes plaines, une grande partie de l'humidité a été sapée par l'effet orographique car elle est forcée sur plusieurs chaînes de montagnes.

Une fois qu'il se déplace sur les Grandes Plaines, un terrain plat ininterrompu lui permet de se réorganiser et peut entraîner d'importants affrontements de masses d'air. De plus, l'humidité du golfe du Mexique est souvent attirée vers le nord. Combiné à un courant-jet puissant, cela peut entraîner de violents orages, surtout au printemps et en été. Parfois, pendant l'hiver, ces tempêtes peuvent se combiner avec un autre système dépressionnaire lorsqu'elles remontent la côte est et pénètrent dans l'océan Atlantique, où elles s'intensifient rapidement. Ces tempêtes sont connues sous le nom de Nor'easters et apportent souvent des pluies abondantes et généralisées, du vent et des chutes de neige en Nouvelle-Angleterre. Les prairies ininterrompues des Grandes Plaines entraînent également certaines des fluctuations climatiques les plus extrêmes au monde. Les températures peuvent monter ou baisser rapidement et les vents peuvent être extrêmes, et le flux des vagues de chaleur ou des masses d'air arctiques progresse souvent sans interruption à travers les plaines.

Le Grand Bassin et le Plateau Columbia (les plateaux intermontagnards) sont des régions arides ou semi-arides situées à l'ombre des Cascades et de la Sierra Nevada. Les précipitations sont en moyenne inférieures à 15 pouces (38 cm). Le sud-ouest est un désert chaud, avec des températures dépassant 100 °F (37,8 °C) pendant plusieurs semaines à la fois en été. Le Sud-Ouest et le Grand Bassin sont également touchés par la mousson du golfe de Californie de juillet à septembre, qui apporte des orages localisés mais souvent violents dans la région.

Une grande partie de la Californie se compose d'un climat méditerranéen, avec des précipitations parfois excessives d'octobre à avril et presque pas de pluie le reste de l'année. Dans le nord-ouest du Pacifique, les pluies tombent toute l'année, mais elles sont beaucoup plus abondantes en hiver et au printemps. Les montagnes de l'ouest reçoivent des précipitations abondantes et de très fortes chutes de neige. Les Cascades sont l'un des endroits les plus enneigés au monde, avec une moyenne de plus de 1 524 cm (600 pouces) de neige par an, mais les altitudes inférieures plus proches de la côte reçoivent très peu de neige.

La Floride a un climat subtropical dans la partie nord de l'État et un climat tropical dans la partie sud de l'État. Les étés sont humides et les hivers sont secs en Floride. Chaque année, une grande partie de la Floride, ainsi que les États du sud profond, sont exempts de gel. Les hivers doux de la Floride permettent à une industrie massive de fruits tropicaux de prospérer dans la partie centrale de l'État, faisant des États-Unis le deuxième producteur mondial d'agrumes après le Brésil.

Un autre effet météorologique important (mais localisé) est la neige d'effet lacustre qui tombe au sud et à l'est des Grands Lacs, en particulier dans les parties vallonnées de la péninsule supérieure du Michigan et sur le plateau Tug Hill à New York. L'effet du lac a déversé plus de 5 pieds (1,52 m) de neige dans la région de Buffalo, New York tout au long de l'hiver 2006-2007. Le front Wasatch et la chaîne Wasatch dans l'Utah peuvent également recevoir d'importantes accumulations d'effet de lac provenant du Grand Lac Salé.

Extrêmes Modifier

Dans le nord de l'Alaska, la toundra et les conditions arctiques prédominent, où la température est tombée jusqu'à -80 °F (-62,2 °C). [16] À l'autre extrémité du spectre, Death Valley, en Californie, a déjà atteint 134 °F (56,7 °C), la température la plus élevée jamais enregistrée sur Terre. [17] [18]

En moyenne, les montagnes des États de l'ouest reçoivent les plus hauts niveaux de chutes de neige sur Terre. Le niveau de chute de neige annuel le plus élevé se trouve au mont Rainier à Washington, à 692 pouces (1 758 cm), le record de 1 122 pouces (2 850 cm) au cours de l'hiver 1971-1972. Ce record a été battu par le mont. Baker Ski Area dans le nord-ouest de l'État de Washington qui a signalé 1 140 pouces (2 896 cm) de chutes de neige pour la saison de neige 1998-99. D'autres endroits avec des chutes de neige importantes en dehors de la chaîne des Cascades sont les montagnes Wasatch dans l'Utah, les montagnes San Juan dans le Colorado et la Sierra Nevada en Californie.

À l'est, la région près des Grands Lacs et les montagnes du nord-est reçoivent le plus de chutes de neige, bien que ces niveaux de chutes de neige ne soient pas proches des niveaux de chutes de neige dans l'ouest des États-Unis. Le long de la côte nord-ouest du Pacifique, les précipitations sont plus importantes que partout ailleurs dans la zone continentale des États-Unis, la forêt pluviale de Quinault à Washington ayant une moyenne de 137 pouces (348 cm). [20] Hawaï en reçoit encore plus, avec 404 pouces (1 026 cm) mesurés annuellement dans le Big Bog, à Maui. [21] Le port de Pago Pago aux Samoa américaines est le port le plus pluvieux du monde (en raison de la montagne Rainmaker de 523 mètres). [19] Le désert de Mojave, dans le sud-ouest, abrite l'endroit le plus sec des États-Unis. Yuma, en Arizona, enregistre en moyenne 2,63 pouces (6,7 cm) de précipitations chaque année. [22]

Dans les parties centrales des États-Unis, les tornades sont plus courantes que partout ailleurs sur Terre [23] et se posent le plus souvent au printemps et en été. Des ouragans meurtriers et destructeurs se produisent presque chaque année le long de la côte atlantique et du golfe du Mexique. La région des Appalaches et le Midwest connaissent les pires inondations, bien que pratiquement aucune région des États-Unis ne soit à l'abri des inondations. Le sud-ouest a les pires sécheresses, on pense qu'elles ont duré plus de 500 ans et ont blessé les peuples ancestraux Pueblo. [24] L'Ouest est affecté par de grands incendies de forêt chaque année.

Les États-Unis sont touchés chaque année par diverses catastrophes naturelles. Bien que la sécheresse soit rare, elle a parfois causé des perturbations majeures, comme lors du Dust Bowl (1931-1942). Les terres agricoles ont échoué dans toutes les plaines, des régions entières ont été pratiquement dépeuplées et des tempêtes de poussière ont ravagé la terre.

Tornades et ouragans Modifier

Les Grandes Plaines et le Midwest, en raison des masses d'air contrastées, connaissent de fréquents orages violents et des épidémies de tornades au printemps et en été, avec environ 1 000 tornades par an. [25] La bande de terre du nord du Texas au nord du Kansas et du Nebraska et à l'est du Tennessee est connue sous le nom de Tornado Alley, où de nombreuses maisons ont des abris contre les tornades et de nombreuses villes ont des sirènes de tornades en raison des formations de tornades très fréquentes dans la région.

Les ouragans sont une autre catastrophe naturelle aux États-Unis, qui peut frapper n'importe où le long de la côte du golfe ou de la côte atlantique ainsi qu'à Hawaï dans l'océan Pacifique. Les côtes du centre et du sud du Texas, la zone allant du sud-est de la Louisiane à l'est jusqu'à l'enclave de Floride, la péninsule de Floride et les Outer Banks de Caroline du Nord sont particulièrement menacées, bien que n'importe quelle partie de la côte puisse être touchée. Les territoires et possessions américains dans les Caraïbes, tels que Porto Rico et les îles Vierges américaines, sont également vulnérables aux ouragans en raison de leur emplacement dans la mer des Caraïbes.

La saison des ouragans s'étend du 1er juin au 30 novembre, avec un pic de la mi-août au début octobre. Certains des ouragans les plus dévastateurs ont inclus l'ouragan Galveston de 1900, l'ouragan Andrew en 1992, l'ouragan Katrina en 2005, et l'ouragan Harvey et l'ouragan Maria en 2017.

Les ouragans (connus sous le nom de cyclones dans l'océan Pacifique) ne parviennent pas à toucher terre sur la côte pacifique des États-Unis en raison de la température de l'eau trop froide pour les soutenir. Cependant, les restes de cyclones tropicaux du Pacifique oriental ont parfois un impact sur l'ouest des États-Unis, apportant des précipitations modérées à fortes.

Inondations Modifier

De graves inondations occasionnelles sont observées. Il y a eu la grande inondation du Mississippi de 1927, la grande inondation de 1993, ainsi que des inondations et des coulées de boue généralisées causées par l'événement El Niño de 1982-1983 dans l'ouest des États-Unis. Les inondations sont toujours répandues, principalement sur la côte est, lors d'ouragans ou d'autres intempéries, par exemple en 2012, lorsque l'ouragan Sandy a dévasté la région. Des inondations localisées peuvent cependant se produire n'importe où, et les coulées de boue causées par de fortes pluies peuvent causer des problèmes dans n'importe quelle région montagneuse, en particulier dans le sud-ouest. De grandes étendues d'arbustes du désert à l'ouest peuvent alimenter la propagation des incendies de forêt. Les canyons étroits de nombreuses régions montagneuses à l'ouest et l'activité orageuse intense pendant l'été entraînent également des crues soudaines parfois dévastatrices, tandis que les tempêtes de neige du nord-est peuvent arrêter l'activité dans tout le nord-est (bien que de fortes tempêtes de neige puissent se produire presque n'importe où).

Géologique Modifier

La côte ouest des États-Unis continentaux fait partie de la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité tectonique et volcanique qui est à l'origine de 90 % des tremblements de terre dans le monde. [ citation requise ] Le nord-ouest américain connaît la plus forte concentration de volcans actifs aux États-Unis, à Washington, en Oregon et au nord de la Californie le long des montagnes Cascade. Il existe plusieurs volcans actifs situés dans les îles d'Hawaï, dont le Kilauea en éruption en cours depuis 1983, mais ils n'affectent généralement pas négativement les habitants des îles. Il n'y a pas eu d'éruption majeure mettant la vie en danger sur les îles hawaïennes depuis le 17ème siècle. Les éruptions volcaniques peuvent parfois être dévastatrices, comme lors de l'éruption du mont St. Helens en 1980 à Washington.

L'anneau de feu rend la Californie et le sud de l'Alaska particulièrement vulnérables aux tremblements de terre. Les tremblements de terre peuvent causer des dommages importants, comme le tremblement de terre de 1906 à San Francisco ou le tremblement de terre du Vendredi Saint de 1964 près d'Anchorage, en Alaska. La Californie est bien connue pour son activité sismique et exige que les grandes structures soient résistantes aux séismes afin de minimiser les pertes de vie et de biens. [26] En dehors des tremblements de terre dévastateurs, la Californie subit régulièrement des tremblements de terre mineurs.

Il y a eu environ 100 tremblements de terre importants chaque année de 2010 à 2012. Les moyennes passées étaient de 21 par an. On pense que cela est dû à l'élimination profonde des eaux usées provenant de la fracturation hydraulique. Aucun n'a dépassé une magnitude de 5,6 et personne n'a été tué. [27]

Autres catastrophes naturelles Modifier

Les autres catastrophes naturelles comprennent : les tsunamis autour du bassin du Pacifique, les coulées de boue en Californie et les incendies de forêt dans la moitié ouest des États-Unis contigus. Bien que la sécheresse soit relativement rare, elle a parfois causé des perturbations économiques et sociales majeures, comme pendant le Dust Bowl (1931 –1942), qui a entraîné des mauvaises récoltes généralisées et des tempêtes de poussière, commençant dans le sud des Grandes Plaines et atteignant l'océan Atlantique.

Les États-Unis détiennent de nombreux domaines pour l'usage et le plaisir du public. Il s'agit notamment des parcs nationaux, des monuments nationaux, des forêts nationales, des zones de nature sauvage et d'autres zones. Pour les listes de domaines, consultez les articles suivants :

En termes de géographie humaine, les États-Unis sont habités par un ensemble diversifié d'ethnies et de cultures.


Midwest

Le Scout surplombant (statue de 108 ans) au centre-ville de Kansas City. Il a été conçu en 1910. Crédit d'image : F11photo/Shutterstock.com

Le Midwest est une région qui attire certains conflits. Ce n'est pas que le Midwest soit en guerre, mais plutôt que les gens ne peuvent pas vraiment s'entendre sur l'emplacement de ses frontières sur une carte. Selon le gouvernement américain, les États de cette région sont le Minnesota, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, l'Iowa, le Nebraska, le Wisconsin, le Missouri, l'Indiana, l'Illinois, le Michigan, l'Ohio et le Kansas. Les grandes villes incluent Detroit, Milwaukee, Kansas City, Chicago, Indianapolis et Omaha.

Une enquête menée par Bloomberg.com auprès de 12 000 personnes a révélé que tout le monde n'était cependant pas d'accord avec le gouvernement, ou entre eux, sur ces frontières. (Oui certaines choses ne changent jamais).

Certains ne peuvent pas s'entendre sur l'endroit où commence le Midwest et où commence une autre région. Certaines choses sont sûres. Presque toutes les personnes interrogées par Bloomberg.com ont convenu que les grandes villes mentionnées ci-dessus ainsi que Minneapolis et Columbus étaient définitivement dans le Midwest. Mais des endroits comme Pittsburgh et Buffalo ont causé des problèmes. Techniquement, ils sont dans le Nord-Est. Certains disent que la culture dans ces régions est plus proche de celle du Midwest, tout comme les accents des gens. Certaines personnes dans ces villes ont trouvé qu'elles se sentaient plus dans le Midwest et d'autres plus dans le Nord-Est.

De même, dans le Dakota du Sud, où le Midwest devient l'Ouest, certaines personnes ont déclaré qu'elles se sentaient attirées par les identités du Midwest, et d'autres par l'Ouest. Ainsi, tout ce qui est officiellement défini comme le «cœur» de l'Amérique peut dépendre de la personne à qui vous parlez.

Pourquoi le Midwest est-il connu ? La majorité des gens ont voté pour le parti républicain aux élections de 2018, et Abraham Lincoln a passé ses années de formation à vivre dans la région.

D'autres personnes célèbres du Midwest incluent Betty White, Marlon Brando, James Dean, Madonna, David Letterman, Michael Jackson et Chi McBride.

La célèbre industrie cinématographique d'Hollywood est basée en Occident. Crédit image : Ingus Kruklitis/Shutterstock.com

L'Ouest américain regorge de folklore. Des cow-boys et des fusillades à midi sur la frontière américaine, à Hollywood et ses feux de la rampe, l'ouest a des histoires à raconter. Aujourd'hui, cette région a le deuxième revenu médian des ménages le plus élevé juste derrière le nord-est à 69 520 $. Elle abrite également plus de 78 millions de personnes, avec des industries majeures qui incluent l'agriculture, des services comme les services financiers et l'hôtellerie, le cinéma et la fabrication. . Somewhat surprisingly, the most profitable industry in the region is that of machinery and mechanical appliances, which generated over $26 billion in 2018.

The states that comprise the American west include Hawaii, Alaska, Idaho, Montana, Colorado, Wyoming, Utah, Nevada, Arizona, California, Washington, Oregon, and New Mexico.


Census Bureau-designated regions and divisions Edit

Since 1950, the United States Census Bureau defines four statistical regions, with nine divisions. [1] [2] The Census Bureau region definition is "widely used . for data collection and analysis", [3] and is the most commonly used classification system. [4] [5] [6] [7]

  • Region 1: Northeast
    • Division 1: New England (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island, and Vermont)
    • Division 2: Mid-Atlantic (New Jersey, New York, and Pennsylvania)
    • Division 3: East North Central (Illinois, Indiana, Michigan, Ohio, and Wisconsin)
    • Division 4: West North Central (Iowa, Kansas, Minnesota, Missouri, Nebraska, North Dakota, and South Dakota)
    • Division 5: South Atlantic (Delaware, Florida, Georgia, Maryland, North Carolina, South Carolina, Virginia, District of Columbia, and West Virginia)
    • Division 6: East South Central (Alabama, Kentucky, Mississippi, and Tennessee)
    • Division 7: West South Central (Arkansas, Louisiana, Oklahoma, and Texas)
    • Division 8: Mountain (Arizona, Colorado, Idaho, Montana, Nevada, New Mexico, Utah, and Wyoming)
    • Division 9: Pacific (Alaska, California, Hawaii, Oregon, and Washington)

    Puerto Rico and other US territories are not part of any census region or census division. [9]

    Standard Federal Regions Edit

    The ten standard federal regions were established by OMB (Office of Management and Budget) Circular A-105, "Standard Federal Regions", in April 1974, and required for all executive agencies. In recent years, some agencies have tailored their field structures to meet program needs and facilitate interaction with local, state, and regional counterparts. However, the OMB must still approve any departures.

    • Region I: Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island, Vermont
    • Region II: New Jersey, New York, Puerto Rico, US Virgin Islands
    • Region III: Delaware, District of Columbia, Maryland, Pennsylvania, Virginia, West Virginia
    • Region IV: Alabama, Florida, Georgia, Kentucky, Mississippi, North Carolina, South Carolina, Tennessee
    • Region V: Illinois, Indiana, Michigan, Minnesota, Ohio, Wisconsin
    • Region VI: Arkansas, Louisiana, New Mexico, Oklahoma, Texas
    • Region VII: Iowa, Kansas, Missouri, Nebraska
    • Region VIII: Colorado, Montana, North Dakota, South Dakota, Utah, Wyoming
    • Region IX: Arizona, California, Hawaii, Nevada, American Samoa, Guam, Northern Mariana Islands
    • Region X: Alaska, Idaho, Oregon, Washington

    Note: OMB Circular A-105 was rescinded on June 8, 1995. [10]

    Federal Reserve Banks Edit

    The Federal Reserve Act of 1913 divided the country into twelve districts with a central Federal Reserve Bank in each district. These twelve Federal Reserve Banks together form a major part of the Federal Reserve System, the central banking system of the United States. Missouri is the only U.S. state to have two Federal Reserve locations within its borders, but several other states are also divided between more than one district.

    Time zones Edit

    Courts of Appeals circuits Edit

    The Federal Circuit is not a regional circuit. Its jurisdiction is nationwide but based on the subject matter.

    Bureau of Economic Analysis regions Edit

    The Bureau of Economic Analysis defines regions for comparison of economic data. [12]

    • New England: Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island and Vermont
    • Mideast: Delaware, District of Columbia, Maryland, New Jersey, New York and Pennsylvania
    • Great Lakes: Illinois, Indiana, Michigan, Ohio and Wisconsin
    • Plains: Iowa, Kansas, Minnesota, Missouri, Nebraska, North Dakota and South Dakota
    • Southeast: Alabama, Arkansas, Florida, Georgia, Kentucky, Louisiana, Mississippi, North Carolina, South Carolina, Tennessee, Virginia and West Virginia
    • Southwest: Arizona, New Mexico, Oklahoma and Texas
    • Rocky Mountain: Colorado, Idaho, Montana, Utah and Wyoming
    • Far West: Alaska, California, Hawaii, Nevada, Oregon and Washington

    Energy Information Administration Edit

    The Energy Information Administration currently uses the PADD system established by Petroleum Administration for War in World War II. [13] It is used for data collection on refining petroleum and its products. Each PADD is subdivided into refining districts.

    • PADD I: East Coast
      • East Coast: Maine, New Hampshire, Vermont, Massachusetts, Rhode Island, Connecticut, New Jersey, Delaware, Maryland, Virginia, North Carolina, South Carolina, Georgia, Florida along with counties in New York east of, north of and including Cayuga, Tompkins, and Chemung and counties in Pennsylvania east of and including Bradford, Sullivan, Columbia, Montour, Northumberland, Dauphin and York.
      • Appalachian No. 1: West Virginia along with counties of Pennsylvania and New York State not mentioned above.
      • Indiana-Illinois-Kentucky: Indiana, Illinois, Kentucky, Tennessee, Michigan, Ohio
      • Minnesota-Wisconsin-North and South Dakota: Minnesota, Wisconsin, North Dakota, South Dakota
      • Oklahoma-Kansas-Missouri: Oklahoma, Kansas, Missouri, Nebraska, Iowa
      • Texas Gulf Coast: The Texan counties of Newton, Orange, Jefferson, Jasper, Tyler, Hardin, Liberty, Chambers, Polk, San Jacinto, Montgomery, Harris, Galveston, Waller, Fort Bend, Brazoria, Wharton, Matagorda, Jackson, Victoria, Calhoun, Refugio, Aransas, San Patricio, Nueces, Kleberg, Kenedy, Willacy and Cameron
      • Texas Inland: Texan counties not mentioned above.
      • Louisiana Gulf Coast: Parishes of Louisiana south of, and including Vernon, Rapides, Avoyelles, Pointe Coupee, West Feliciana, East Feliciana, Saint Helena, Tangipahoa and Washington along with Pearl River, Stone, George, Hancock, Harrison, and Jackson County of Mississippi and Alabama's Mobile and Baldwin County.
      • North Louisiana-Arkansas: Arkansas and parts of Louisiana, Mississippi and Alabama not mentioned above.
      • New Mexico: New Mexico

      PADD I can also be subdivided into 3 Subdistricts:

      • Sub-PAD 1A: New England (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island, Vermont)
      • Sub-PAD 1B: Central Atlantic (Delaware, Maryland, New Jersey, New York, Pennsylvania, District of Columbia)
      • Sub-PAD 1C: Lower Atlantic (Florida, Georgia, North Carolina, South Carolina, Virginia, West Virginia) [15]

      Agricultural Research Service Edit

      The Agricultural Research Service (ARS) is the research arm of the USDA. The ARS has sectioned their work into five geographic regions:


      Part 1: What the Census Bureau Provides

      Broadly speaking, the Census Bureau publishes two types of data: demographic and geographic.

      Demographic Data

      The Census Bureau conducts over 100 Censuses, Surveys and Programs. You can view the full list of programs here.

      It is beyond the scope of this document to detail each of these datasets. Instead, below we describe the five most popular Census programs as measured by a sample of API requests. (The raw data of this sampling can be viewed here).

      American Community Survey (ACS). The ACS regularly gathers information previously contained only in the long form of the decennial census, such as ancestry, educational attainment, income, language proficiency, migration, disability, employment, and housing characteristics. These data are used by many public-sector, private-sector, and not-for-profit stakeholders to allocate funding, track shifting demographics, plan for emergencies, and learn about local communities. Sent to approximately 295,000 addresses monthly (or 3.5 million per year), it is the largest household survey that the Census Bureau administers. (Source: Wikipedia).

      Decennial Census of Population and Housing. The Decennial Census is what most people think of when they think of “The Census”. It counts each resident of the country, where they live on April 1, every ten years ending in zero. The Constitution mandates the enumeration to determine how to apportion the House of Representatives among the states. The Decennial Census is the largest peacetime mobilization in the US. (Source: Decennial Census of Population and Housing).

      Population Estimates Program (PEP). Each year, PEP publishes estimates of the population for the nation, states, counties, state/county equivalents, and Puerto Rico. It estimates the resident population for each year since the most recent decennial census by using measures of population change (i.,e. births, deaths and migration). The resident population includes all people currently residing in the United States. PEP estimates are used for federal funding allocations, as controls for major surveys including the Current Population Survey and the American Community Survey, for community development, to aid business planning, and as denominators for statistical rates. (Source: PEP Methodology Paper).

      Survey of Business Owners. The Survey of Business Owners (SBO) provides the only comprehensive, regularly collected source of information on selected economic and demographic characteristics for businesses and business owners by gender, ethnicity, race, and veteran status. (Source: Survey of Business Owners).

      International Data Base. The International Data Base (IDB) was developed to provide access to accurate and timely demographic measures for populations around the world. The database includes a comprehensive set of indicators, as produced by the U.S. Census Bureau since the 1960s. The IDB is updated on a regular basis to provide information needed for research, program planning, and policy-making decisions, in the U.S. and globally. (Source: International Data Base).

      Geographic Data

      Geography is a central concept to the Census Bureau. Statistics are normally reported for either the entire nation, or some specific geographic subdivision of the country.

      Most Americans can name the State, County and ZIP Code that they live in. But as the diagram below shows, the Census Bureau’s geographic hierarchy is much more complex than that! (Source: Standard Hierarchy of Census Geographic Entities)

      Note that most datasets provide data for only a subset of these geographies. Par example:

      • The Decennial Census publishes data down to Block level (the smallest geography).
      • The American Community Survey (ACS) publishes data down to the Block Group level (the level above Blocks).
      • The Population Estimates Program (PEP) only publishes data down to the county level (two levels above the Block Group level).

      Census provides free access to its geographic data and products such as the TIGER/Line Shapefiles, KMLs, TIGERweb, cartographic boundary files, geographic relationship files, and reference and thematic maps. You can access this data here.

      Data Dissemination

      The primary tools that Census uses to disseminate its data are American FactFinder and their API.

      American Fact Finder

      American FactFinder (AFF) is a web application that can help you navigate the various datasets that Census publishes. In addition to displaying search results on the website, there is an option to download data as a CSV file which you can then import into R.

      The Census Bureau has an API which provides access to many of its datasets. You can learn more about the API, including which datasets are available, here.

      Using the API requires a getting an API Key, which you can get for free here.


      Examples of Our Reports

      Areas of Data Concentration

      Geocoding software allows you to see your customers/clients on a map to easily locate areas of concentration

      Median Income by US Regions

      Median Incomes can vary widely depending upon what region of the country you live in. Some of the discrepancy is based upon local industry specializations (mining vs. Silicon Valley) other factors may include cost of living differentials, ages of the population, etc.

      Comparison Charts

      Sometimes two pictures are worth a thousand words – using our data makes it easy to visually show the difference between two situations.

      Home Owners by Units in Structure
      Renters by Units in Structure

      Our Census based data allows you to easily see geographical differences

      Sometimes you want all the data spelled out in a chart – sometimes mapping the data is easier – you can do both, easily.

      Median Income for the Counties in California

      Visual Cues

      Our Site Report shows you the 3 radii rings that you selected on the map. So not only do you get the data but you get the visual cues to make sense of the data.

      Call GeoLytics for pricing on your own specific research and marketing needs

      à 1-800-577-6717, or email us at [email protected]

      GeoLytics is an industry leader, providing demographic data, census demographics, market research data, and geocoding for social researchers and business marketing since 1996. Our easy-to-use software comes with built-in mapping capabilities that create thematic maps for instant spatial display of your demographic information. Business and marketing personnel use GeoLytics data for target marketing, customer profiling, and business site selection. More than 4,000 libraries, universities, and government agencies trust GeoLytics for our population estimates, population projections, and GIS data.


      Global Geographic Information Systems (GIS) Market to Reach US$10.6 Billion by 2015, According to a New Report by Global Industry Analysts, Inc.

      San Jose, CA (PRWEB) January 17, 2012

      Follow us on LinkedIn – Developments in satellite based mapping over the past few years have led to a drastic rise in available geographic information/data. As a result, GIS technologies are finding application in a wide range of new industrial end uses. Furthermore, data available in GIS engineering applications has become an integral part of the functioning of businesses across several industries. Increasing awareness among organizations about timesaving attribute of GIS and price stabilization at lower levels has contributed in large measure to the widespread adoption of the technology. The healthy growth posted by GIS industry was however interrupted by the global economic crisis during 2009-2010. European governments stopped purchasing GIS technology during the period in anticipation of low tax collections. Meanwhile, the North American GIS market remained comparatively strong, largely due to the efforts of governments to improve homeland security. Expenditures on GIS technology however, rebounded significantly in 2010.

      Global Geographic Information Systems market is expected to witness significant growth driven by increasing adoption of the technology in industries such as oil and gas distribution, electric power, and other government sectors. Presently, GIS is used in wide range of applications including gas and oil exploration, identification of utility lines, and mapping and planning among others.

      Despite the immense popularity garnered over the past few years, certain issues continue to hinder market growth. Integration of the technology with cloud technologies remains one of the major challenges for the industry. A major factor hindering growth of the GIS industry is the high cost associated with the technology. Although, prices have declined in the recent past, the technology is still considered to be expensive for smaller companies. Going forwards, as the significance of geospatial technologies and content increases, conventional markets such as governance and infrastructure sectors would continue to strengthen. Defense is expected to remain the single largest market for geospatial technologies while demand from infrastructure development sector is also expected to grow.

      The research report titled “Geographic Information Systems (GIS): A Global Outlook” announced by Global Industry Analysts, Inc., provides a collection of statistical anecdotes, market briefs, and concise summaries of research findings. The report offers an aerial view of the global Geographic Information Systems industry, identifies major short to medium term market challenges, and growth drivers. Market discussions in the report are punctuated with fact-rich market data tables. Regional markets elaborated upon include North America, Europe, Asia-Pacific, and Rest of World. The report also offers a recapitulation of recent mergers, acquisitions, and corporate developments in addition to an indexed, easy-to-refer, fact-finder directory listing the addresses, and contact details of participating companies worldwide.

      About Global Industry Analysts, Inc.
      Global Industry Analysts, Inc., (GIA) is a leading publisher of off-the-shelf market research. Founded in 1987, the company currently employs over 800 people worldwide. Annually, GIA publishes more than 1300 full-scale research reports and analyzes 40,000+ market and technology trends while monitoring more than 126,000 Companies worldwide. Serving over 9500 clients in 27 countries, GIA is recognized today, as one of the world's largest and reputed market research firms.


      Regional and Geographic Offices

      We have ten Regional offices, each of which is responsible for the execution of our programs within several states and territories. To get information about activities in your Regional office, select the appropriate link.

        – Boston (serving CT, ME, MA, NH, RI, and VT) – New York City (serving NJ, NY, Puerto Rico, and the U.S. Virgin Islands) – Philadelphia (serving DE, DC, MD, PA, VA, WV and 7 federally recognized tribes) – Atlanta (serving AL, FL, GA, KY, MS, NC, SC, and TN) – Chicago (serving IL, IN, MI, MN, OH, and WI) – Dallas (serving AR, LA, NM, OK, and TX) - Kansas City (serving IA, KS, MO, and NE) – Denver (serving CO, MT, ND, SD, UT, and WY) - San Francisco (serving AZ, CA, HI, NV, American Samoa, Commonwealth of the Northern Mariana Islands, Federated States of Micronesia, Guam, Marshall Islands, and Republic of Palau) – Seattle (serving AK, ID, OR, WA and 271 native tribes)

      America's Changing Religious Landscape

      The U.S. population is undergoing a variety of demographic changes. For example, racial and ethnic diversity has been increasing as non-Hispanic whites have declined as a share of the population. And the share of adults who are married has been declining for decades. These broader changes are reflected within many of the major religious groups in the U.S. Since 2007, most religious groups have exhibited a decline in the non-Hispanic white share of their populations and a rise in the Hispanic share. And marriage rates are down among several religious groups.

      Nonetheless, there is some variation among religious groups in the direction and magnitude of demographic changes. For instance, while the evangelical and mainline Protestant traditions have become somewhat more racially diverse, the share of Mormons who are non-Hispanic whites has hardly budged. Hispanics constitute a greater share of the Catholic population than of any other religious group fully one-third of U.S. Catholic adults are Hispanics.

      The data also show that religious groups that are growing tend to be younger than average and getting younger, while religious groups that are shrinking tend to be relatively old and getting older.

      This chapter provides a detailed account of the demographic composition of religious groups in the U.S., highlighting both how religious groups are changing demographically and how they are staying the same. The next chapter examines demographics and religion from the opposite direction, describing the religious composition of various social and demographic groups.

      Age Differences Among Religious Groups

      The religious groups that are growing tend to be relatively young and getting younger, whereas the religious groups that are shrinking tend to be relatively old and getting older. The median age of religiously unaffiliated adults, for example, now stands at 36, down from 38 in 2007. Among self-identified atheists and agnostics, the median age is 34, and roughly four-in-ten adults in these categories are between the ages of 18 and 29. Muslims and Hindus also stand out for their comparative youthfulness the median age of adults in each group is 33.

      By contrast, the median age of Christian adults is 49, up from 46 in 2007. One-in-five Christians (21%) have reached the traditional retirement age of 65, compared with just 9% of the religiously unaffiliated, 5% of Muslims and 4% of Hindus.

      Jews have a median age of 50, the same as in 2007 and on par with Catholics and Protestants as a whole.

      Race and Ethnicity of Religious Groups

      As the United States has become more racially and ethnically diverse in recent years – with fewer whites (as a share of the population) and more Hispanics and other racial and ethnic minorities – so, too, have the racial and ethnic profiles of many religious groups become more diverse. Whites now account for smaller shares of the evangelical, mainline Protestant, Catholic and religiously unaffiliated populations than they did in 2007, while Hispanics have grown as a share of all of these groups.

      Hispanics make up a larger share of the U.S. Catholic population than they do of almost any other religious group. About one-third of Catholics are Hispanic (34%), up from 29% in 2007. And the data suggest that the Hispanic share of the Catholic population is likely to continue to grow at a rapid pace, since Hispanic Catholics are far younger, on average, than non-Hispanic Catholics. The median age of Hispanic Catholic adults is 42, while the median age of non-Hispanic Catholics is 53. And among Catholic Millennials, there are about as many Hispanics as whites. Among older generations of Catholics, there are more whites than Hispanics. 19

      Several religious traditions, including the historically black Protestant tradition, Jehovah’s Witnesses, Muslims, Buddhists and Hindus, are composed mostly of racial and ethnic minorities.

      Two-thirds of religiously unaffiliated adults are white. This includes more than three-quarters of self-identified atheists (78%) and agnostics (79%), as well as 72% of those who say their religion is “nothing in particular” and who further state that religion is unimportant in their lives. By comparison, those who describe their religion as “nothing in particular” but who say religion is at least somewhat important in their lives are much more racially diverse.

      Religion and Immigration

      Fully 96% of Hindus in the U.S. are either immigrants (87%) or the children of immigrants (9%), as are nearly eight-in-ten Muslims (61% immigrants and 17% the children of immigrants). The vast majority of Hindus in the U.S. – 78% – were born in the Asia-Pacific region (India is home to by far the world’s largest Hindu population). Muslim immigrants come from many places around the world, including 27% who were born in the Asia-Pacific region, 12% who were born in the Middle East and North Africa and 12% who were born in sub-Saharan Africa. 20

      Among Christian groups, the Orthodox tradition is most heavily made up of immigrants and the children of immigrants. Four-in-ten Orthodox Christians were born outside the U.S. (including 20% who were born in Europe, 7% who were born in sub-Saharan Africa and 7% who are from the Asia-Pacific region) 23% of Orthodox Christians are the children of immigrants. More than four-in-ten Catholics are either first-generation (27%) or second-generation (15%) Americans. Most Catholic immigrants were born in the Americas (including Latin America and the Caribbean, as well as Canada). 21

      Educational Attainment and Income of Religious Groups

      Hindus and Jews continue to be among the most highly educated religious groups in the U.S., just as they were when the 2007 Religious Landscape Study was conducted. Most adults in each group have at least a bachelor’s degree (77% of Hindus and 59% of Jews). And nearly half of Hindus (48%) and one-third of Jews (31%) have earned a post-graduate degree.

      U.S. Muslims, Buddhists and Orthodox Christians also have relatively high levels of educational attainment, with roughly four-in-ten or more in each group having completed college. Atheists and agnostics have high levels of education as well, with 43% of self-identified atheists and 42% of agnostics saying they have completed college. Others within the religiously unaffiliated category are not as highly educated 30% of those who describe their religion as “nothing in particular” and say religion is unimportant in their lives report having attained a bachelor’s degree, along with 16% of those who say their religion is “nothing in particular” and that religion is at least somewhat important to them.

      A quarter of Catholics have completed college (26%), as have a similar share of Protestants (24%). Mainline Protestants are much more likely than their counterparts in the evangelical and historically black Protestant traditions to have completed college.

      Differences in income across religious traditions largely mirror the differences in educational attainment. Jews and Hindus are among the groups most likely to report an annual household income of $100,000 or more (44% of Jews and 36% of Hindus). By contrast, large shares of members of the historically black Protestant tradition (53%), Jehovah’s Witnesses (48%) and people who say their religion is “nothing in particular” but that religion is at least somewhat important in their lives (47%) report household incomes of under $30,000 a year.

      Catholics and Protestants overall largely mirror the U.S. general public in their income levels, though Protestants in the mainline tradition are somewhat more well-off by this measure than are their counterparts in the evangelical and historically black Protestant traditions.

      Atheists and agnostics tend to be relatively wealthy, with about six-in-ten in each group making $50,000 or more per year. By contrast, those who describe their religion as “nothing in particular” and who say religion is unimportant to them closely mirror the population as a whole, while those who say their religion is “nothing in particular” but that religion is at least somewhat important to them tend to have below-average family incomes.

      Gender Composition of Religious Groups

      As in 2007, women continue to make up more than half of nearly every Christian group. Roughly two-thirds of Jehovah’s Witnesses are women, as are 59% of those who identify with the historically black Protestant tradition, 55% of those in both the evangelical and mainline Protestant traditions and 54% of Catholics and Mormons.

      Most religiously unaffiliated adults, by contrast, are men. Fully two-thirds of self-identified atheists are men, as are 62% of agnostics and 55% of those who identify religiously as “nothing in particular” and further say that religion is unimportant in their lives. Among those who describe their religion as “nothing in particular” but say that religion is at least somewhat important in their lives, however, there are about as many women as men.

      Marital Status and Family Size of Religious Groups

      Since the first Religious Landscape Study was conducted in 2007, the share of Americans who are married has continued to decline, while the share of adults who have never been married has risen sharply. In fact, recent analysis of census data shows that the share of Americans who have never been married now stands at an all-time high.

      These trends are evident across several religious groups. The share of evangelical Protestants, Catholics and religiously unaffiliated respondents who are married declined noticeably between 2007 and 2014.

      Mormons continue to be among the groups most likely to be married. Compared with most other religious groups, there are fewer married people in the historically black Protestant tradition and among the religiously unaffiliated.

      Just as they are more likely than people in most other faiths to be married, Mormons also tend to have larger families than do people in other religious groups. Mormons between the ages of 40 and 59 have had an average of 3.4 children over the course of their lives, significantly above the national average of 2.1 children. Mormons also report that they are currently raising more children than are members of most other religious groups. On average, Mormon adults of all ages report that they are now living with 1.1 children to whom they are parent or guardian. 22

      By contrast, the unaffiliated tend to have smaller families than other groups. Religious “nones” between the ages of 40 and 59 have had an average of 1.7 children during their lives. Atheists have had an average of 1.6 children, and agnostics have had 1.3 children. Mainline Protestants also have below-average fertility rates.

      Regional Distribution of Religious Groups

      Some religious groups are disproportionately concentrated in certain areas of the country, while others tend to be more evenly distributed across geographic regions. Large shares of Protestants in all three major traditions live in the South, including a majority of those in the historically black Protestant tradition (62%), about half of evangelicals (49%) and a plurality of mainline Protestants (37%). A plurality of Jews live in the Northeast (42%).

      Mormons are heavily concentrated in the West, though the share of Mormons in the current survey who reside in the West is down somewhat since 2007 (from 76% to 67%). The change, however, does not seem to be the result of large-scale movement of Mormons from the West to other regions. In fact, Mormons are virtually unchanged since 2007 as a share of the population in the Northeast, Midwest and South. Rather, the change is produced by a slight decline in the share of Westerners who identify as Mormons, from just under 6% in 2007 to just under 5% in 2014. Even such a small decline can result in a large change in the geographic distribution of a relatively small religious group, especially one that is heavily concentrated in a single geographic region. Future surveys will determine whether this small decline in the Mormon share of the Western population is the beginning of a trend or merely an outlier.

      Compared with some other religious groups, Catholics are more evenly dispersed throughout the country, with about one-in-five living in the Midwest (21%) and a quarter or more in the Northeast (26%), South (27%) and West (26%). The geographic center of Catholicism is shifting gradually from the Northeast and Midwest toward the South and West. In 2007, a slim majority of Catholics (53%) resided in the Northeast or Midwest. Today, a slim majority of Catholics live in the South or West (52%). This shift is being driven by the continuing growth of Hispanics as a share of the U.S. Catholic population three-quarters of Hispanic Catholics reside in the South or West, while six-in-ten non-Hispanic Catholics live in the Northeast or Midwest.