Suite

Modification du mot de passe administrateur du géoserveur


Comment puis-je changer le mot de passe par défaut de l'administrateur du géoserveur degéoserveurà autre chose ?

J'ai essayé deux choses différentes, mais aucune n'a fonctionné. La première chose que j'ai essayée en suivant la documentation en ligne est d'aller dans data_dir à l'adresse :

/usr/local/lib/geoserver-2.5/data_dir/security

et je n'ai pu trouver que

dansusergroup/default/users.xml. Mais je ne peux pas éditer un condensé.

La deuxième chose que j'ai essayée est de changer le mot de passe à partir de l'interface d'administration Web dans le menu "Mots de passe" sur le panneau de gauche. Bien que je puisse changer le mot de passe, cela semble changer quelque chose appelé le mot de passe principal. Le mot de passe pouradministrateurreste le même.

J'utilise geoserver2.5 d'osgeolive8.


Vous pouvez modifier le mot de passe via l'interface Web en vous rendant sur le Utilisateurs, groupes et rôles relier:

Une fois là-bas, allez au Utilisateurs/Groupes onglet et sélectionnez l'utilisateur que vous souhaitez modifier

Vous pouvez ensuite modifier les mots de passe ou tout autre détail que vous devez modifier.


Comment installer le GeoServer

Dans ce guide étape par étape, nous verrons comment installer facilement le GeoServer sur vos machines.

GéoServeur est un serveur open source pour le partage de données géospatiales au format vectoriel et raster. Il est conçu pour héberger les principales sources de données, qui peuvent facilement être restituées sur des cartes.

Téléchargez la version stable de GeoServer à installer :

Cliquez sur l'onglet Télécharger et installez la version stable de geoserver. Dans ce tutoriel, nous avons téléchargé GeoServer 2.12.0. Avant l'installation, assurez-vous que vous avez déjà JRE installé. Si vous ne l'avez pas installé, veuillez visiter

pour télécharger JRE (environnement d'exécution Java) et l'installer.

En raison du manque de financement, malheureusement pour les utilisateurs de Windows comme moi, vous n'aurez pas le programme d'installation de l'interface graphique. Au lieu de cela, compilons le code source et récupérons notre programme d'installation.

  1. Téléchargez et installez NSIS.
  2. Installez le plug-in de contrôle d'accès NSIS. Le moyen le plus simple de le faire est de télécharger le zip, d'extraire les fichiers .DLL ( AccessControl.dll ) et de le copier dans le répertoire des plugins NSIS (généralement C:Program FilesNSISPluginsx86-ansi ).
  3. Téléchargez et décompressez le package binaire GeoServer :

Après avoir réussi à compiler le script, un programme d'installation nommé geoserver-[VERSION].exe sera situé à la racine de l'archive décompressée.


Q : J'ai acheté UgCS permis mais mes parcours sont encore limités à 120 m de dénivelé.

Vous pouvez modifier l'altitude maximale dans le profil de votre avion. Cours UgCS, allez dans Menu principal - Profil - recherchez votre drone dans la liste - cliquez sur "Modifier" et modifiez "Altitude max. AMSL, m" ou "Altitude max. AGL, m" à la valeur souhaitée. Cliquez ensuite sur « Enregistrer ». De plus, lors de la création de l'itinéraire, vérifiez que dans Paramètres de l'itinéraire « Altitude maximale au-dessus du sol, m » est réglé sur la valeur souhaitée.


Introduction

Ses praticiens s'imprègnent volontiers des idées et des techniques des territoires intellectuels voisins, voire s'identifient à d'autres professions académiques que la leur (par des publications dans leurs revues, la participation à leurs conférences et l'adhésion à leurs réseaux de communication). (Becher et Trowler 2001, 59).

La collaboration entre la géographie et d'autres disciplines est fréquente, car la géographie prête ses outils et méthodologies à d'autres matières et peut les intégrer de l'extérieur (Clawson et Johnson 2004). Les systèmes d'information géographique (SIG), l'un des outils de la géographie pour les analyses de localisation, peuvent non seulement être considérés comme utiles par d'autres disciplines, mais ont également été considérés comme un outil fondamental pour la recherche (Chen 1998). Pour commencer à comprendre les SIG, les chercheurs doivent apprendre les concepts disciplinaires clés de la science de l'information géographique (GIScience), qui sont nécessaires pour comprendre le langage interne des SIG (Kuhn 2012). Kuhn ( 2012 ) suggère donc le besoin de connaissances géographiques et de concepts SIG pour relier les données et les analyses spatiales aux problèmes de domaine dans toutes les disciplines.

La recherche interdisciplinaire rassemble des personnes de deux disciplines ou plus pour travailler de manière collaborative au-delà des frontières disciplinaires. Cette approche de la recherche facilite la combinaison de différentes méthodologies des disciplines afin d'essayer de répondre à des problèmes multiformes et réels (Aboelela et al. 2007). Le SIG a été utilisé et appliqué dans de nombreuses études interdisciplinaires très citées sur des sujets tels que l'utilisation du maïs comme biocarburant (Sheehan et al. 2003 , cité plus de 550 fois en juillet 2017), prédisant et surveillant les risques de glissement de terrain (Carrara et al. 1999 , cité plus de 350 fois en juillet 2017) et cartographier les épidémies (Nuckols et al. 2004, cité plus de 300 fois en juillet 2017). Ces idées sont explorées plus en détail dans la section « SIG dans la recherche interdisciplinaire ».

De tels projets de recherche interdisciplinaires peuvent être gratifiants pour les chercheurs, même si l'apprentissage et l'application des SIG peuvent être difficiles. Au cœur de cela se trouve la complexité du SIG lui-même, qui, au cours de ses 40 années de développement, a conduit à des fonctionnalités confuses et mal définies et à l'absence de tout cadre conceptuel ou structure organisationnelle (Goodchild 2011). En effet, apprendre à utiliser le SIG peut être difficile pour diverses raisons, qui peuvent inclure des problèmes matériels et logiciels ainsi qu'un manque de formation (Liu et al. 2012). Cependant, même avec les opportunités de formation SIG, les apprenants peuvent considérer les concepts ou le matériel comme ennuyeux et ne pas s'engager avec eux, les considérer comme difficiles à saisir et avoir peur du logiciel (Hualong 2009), ou avoir de très faibles niveaux de rétention des connaissances s'ils ne l'ont pas fait. au moins précédemment "joué" avec le SIG afin de savoir quelles questions poser (Middlestead pas de date). Il est donc impératif que les programmes d'apprentissage ou les programmes d'études SIG examinent attentivement le public et adaptent le matériel en conséquence pour créer un environnement d'apprentissage propice à l'amélioration de l'adoption.

Il existe une communauté internationale croissante et en évolution préoccupée par l'enseignement des SIG qui comprend des personnes dans l'enseignement à temps plein, des consultants, des gouvernements, des universités, des associations éducatives, des organisations à but non lucratif et des entreprises privées (Kerski 2008). En particulier, nous sommes des universitaires en SIG avec une expérience dans la recherche interdisciplinaire et avons vu les difficultés rencontrées par des collègues d'autres disciplines lors de l'apprentissage des SIG. L'un des objectifs de notre recherche est, en étudiant comment les chercheurs interdisciplinaires ont déjà appris les SIG, que nous puissions identifier les concepts qui intéressent ces chercheurs et que nous puissions également évaluer les approches d'apprentissage à partir de cela, nous chercherions à améliorer pratiques pédagogiques et matériels associés pour ces futurs apprenants afin de mieux les accueillir. Étant donné que nous nous intéressons à la façon dont le chercheur interdisciplinaire crée des connaissances, notre recherche s'inscrit dans le constructivisme et explorera les théories d'apprentissage constructivistes possibles à utiliser comme base pour le matériel et les activités, ainsi que pour évaluer les résultats et cadrer la discussion. Un autre objectif de notre recherche est de proposer et de modifier, si nécessaire, un cadre basé sur l'éducation pour servir de structure sur laquelle les concepts SIG peuvent se concentrer et comment transmettre les informations aux chercheurs interdisciplinaires, en utilisant des supports et des plateformes SIG pertinents.

L'objectif de cet article est de savoir comment améliorer l'apprentissage des SIG dans un contexte de recherche interdisciplinaire. Pour explorer cela, nous identifions quelles plates-formes SIG sont utilisées par les chercheurs interdisciplinaires, quels peuvent être les concepts SIG importants et les approches d'apprentissage qui peuvent avoir été utilisées pour apprendre les SIG. Nous commençons par la littérature existante sur la recherche interdisciplinaire, les SIG et les théories éducatives constructivistes, identifiant les domaines qui se chevauchent, et suggérons un cadre qui aborde les aspects pertinents pour l'apprentissage des SIG dans un cadre interdisciplinaire. Ensuite, nous examinons les données collectées à partir d'un sondage en ligne et d'entretiens avec ceux qui avaient déjà entrepris un travail interdisciplinaire avec le SIG. Ces données ont été recueillies entre juillet 2014 et août 2015 auprès d'apprenants adultes qui étaient des chercheurs universitaires principalement du Royaume-Uni, des États-Unis et d'Europe. En raison du faible nombre de participants, ces résultats doivent être considérés comme préliminaires et doivent être utilisés pour éclairer les travaux futurs. Enfin, nous discutons des résultats associés pour rationaliser le cadre proposé pour les meilleures pratiques dans l'enseignement des SIG, ainsi que des lignes directrices sur la façon d'améliorer les futures expériences d'apprentissage des SIG pour les chercheurs interdisciplinaires.


PSexec ne se connecte pas à la machine à l'aide du nom d'utilisateur et du mot de passe fournis

J'essaie de me connecter d'une machine Win 7 à une machine Win2k8R2 à l'aide de la commande :

psexec MACHINE_NAME_HERE -u MACHINE_NAME_HEREAdministrateur -p PASSWORD_HERE bloc-notes

Quand j'essaye ceci, j'obtiens le message d'erreur :

Impossible d'accéder à MACHINE_NAME_HERE L'accès est refusé.

J'ai essayé d'omettre le -p et de saisir manuellement le mot de passe, mais le même problème persiste.

Lorsque je vérifie la machine à laquelle j'essaie d'accéder, je vois que dans l'observateur d'événements de sécurité que la connexion administrateur a réussi, je sais donc que le mot de passe du nom d'utilisateur est correct et que la machine accepte ma connexion, mais j'ai également remarqué qu'elle essaie de me connecter également avec mon compte de domaine, qui ne figure pas dans la liste des administrateurs sur la machine distante. Si j'ajoute mon compte de domaine à la machine distante, tout fonctionne, mais dans ce cas, cela va à l'encontre de l'objectif, parfois j'ai besoin de pouvoir exécuter des commandes sur la machine alors qu'elle n'est pas sur le domaine.

La machine est configurée pour utiliser également le modèle simple pour le partage et la sécurité.


Opérations¶

Toutes les versions de WFS prennent en charge ces opérations :

Opération La description
Obtenir des capacités Génère un document de métadonnées décrivant un service WFS fourni par le serveur ainsi que des opérations et paramètres WFS valides
DécrireFeatureType Renvoie une description des types de fonctionnalités pris en charge par un service WFS
ObtenirFonction Renvoie une sélection d'entités à partir d'une source de données, y compris la géométrie et les valeurs attributaires
Fonction de verrouillage Empêche la modification d'une fonctionnalité via un verrouillage de fonctionnalité persistant
Transaction Modifie les types d'entités existants en créant, mettant à jour et supprimant

Les opérations suivantes sont disponibles dans version 2.0.0 uniquement:

Opération La description
ObtenirValeurPropriété Récupère la valeur d'une propriété de caractéristique ou une partie de la valeur d'une propriété de caractéristique complexe du magasin de données pour un ensemble de caractéristiques identifiées à l'aide d'une expression de requête
ObtenirFonctionAvecLock Renvoie une sélection de fonctionnalités et applique également un verrou sur ces fonctionnalités
Créer une requête stockée Créer une requête stockée sur le serveur WFS
DropStoredQuery Supprime une requête stockée du serveur WFS
ListStoredRequêtes Renvoie une liste des requêtes stockées sur un serveur WFS
Décrire les requêtes stockées Renvoie un document de métadonnées décrivant les requêtes stockées sur un serveur WFS

Les opérations suivantes sont disponibles dans version 1.1.0 uniquement:

Opération La description
ObtenirObjetGML Récupère les fonctionnalités et les éléments par ID à partir d'un WFS

Dans les exemples qui suivent, l'URL fictive http://example.com/geoserver/wfs est utilisée à titre d'illustration. Pour tester les exemples, remplacez l'adresse d'un WFS valide. De plus, bien que la demande soit normalement définie sur une seule ligne sans interruption, des interruptions sont ajoutées pour plus de clarté dans les exemples fournis.


2 réponses 2

Oui, en particulier, si un logiciel malveillant peut apparaître, vous pouvez déjà «être grillé», il n'aura donc pas besoin de le faire car il pourrait simplement installer un enregistreur de frappe et ne pas vous avertir.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les enregistreurs de frappe ou d'autres comportements qui sont des indications plus solides de l'enregistreur de frappe, essayez ReiKey d'Objective-See est excellent.

LuLu et KnockKnock sont excellents ainsi que des outils généraux dans cet espace (malware et PUP):

Lorsque vous êtes invité à saisir le mot de passe, c'est normalement le système d'exploitation qui vous demande votre mot de passe et il y a très peu de chances que votre mot de passe soit sur le point d'être compromis. Un logiciel malveillant pourrait être sur le point de s'exécuter, mais il est peu probable et peu probable qu'il capture votre mot de passe. Le programme demandant le mot de passe n'obtient pas votre mot de passe, juste des droits d'administrateur temporaires.

Ce qu'il fait avec ces droits est la partie inquiétante, malware ou non. Il pourrait installer un enregistreur de frappe ou des processus persistants - ceux-ci sont inquiétants.

Dans le pire des cas, certains logiciels malveillants pourraient créer une boîte de dialogue comme votre mot de passe et vous tromper pour augmenter vos privilèges, mais il s'agit d'un scénario possible peu probable.

Tout est possible, surtout si vous êtes une cible de grande valeur. Pour la plupart des gens, vous tromper ou simplement exécuter quelque chose qui n'est pas signé est le risque ici - ne pas perdre le contrôle d'un mot de passe administrateur fort et unique.


Extrait de code complet

Étant donné que vous avez installé SRS 31468, le processus complet de téléchargement et de conversion des données peut être réalisé avec le script Python suivant :

Toutes nos félicitations! Il y a maintenant des données spatiales qui vous attendent dans SAP HANA !

Nous voulons utiliser GeoServer pour remplir les données d'une manière que QGIS peut comprendre. Le plus souvent, nous utiliserions un Web Feature Service (WFS) pour cela. Nous pouvons utiliser WFS pour exposer les deux ensembles de données - les données ponctuelles d'origine ainsi que la vue contenant les cellules hexagonales et les informations de densité.

Exécutez GeoServer en utilisant l'un des scripts de démarrage dépendant de la plate-forme dans le poubelle annuaire ou en appelant

dans le répertoire GeoServer. Une fois que le serveur a démarré, l'interface utilisateur d'administration dans l'installation par défaut sera accessible via

Le nom d'utilisateur/mot de passe par défaut est admin/geoserver.

GeoServer est maintenant opérationnel !


Il existe un article de Salesforce Knowledge à ce sujet. Elle est causée, comme l'ont dit d'autres auteurs, par le logiciel de protection du serveur de messagerie. Salesforce répertorie Mimecast, la fonctionnalité « Link Protect » de McAfee, Covenant Eyes et toutes les versions d'Outlook. Si vous accédez à un profil, faites défiler jusqu'à Système et sélectionnez Politiques de mot de passe. Ici, il y a une case à cocher que vous pouvez cocher pour ne pas expirer le mot de passe immédiatement dans les e-mails « mot de passe oublié ». Cela contourne les outils de protection du serveur de messagerie et devrait alors permettre aux liens de fonctionner.

Votre e-mail passe-t-il par un antivirus qui vérifie les liens dans les e-mails à la recherche de logiciels malveillants, etc. ? Le lien de réinitialisation de mot de passe qui vous est envoyé expire dès que le lien est visité.

Le fait qu'un administrateur vous envoie un lien de réinitialisation de mot de passe fonctionnera très probablement car il utilise un format différent pour le jeton et le lien n'expire qu'une fois le mot de passe réinitialisé ou 24 heures, selon la première éventualité.

Récemment, j'ai été confronté au même problème. Chaque fois que j'ai cliqué sur le lien de réinitialisation du mot de passe dans mon e-mail de Bureau d'Outlook, J'ai vu

"Votre lien de réinitialisation a expiré après 24 heures ou a déjà été utilisé.".

Une fois que j'ai décoché "Essayez le nouvel Outlook", le prochain lien de réinitialisation de Salesforce était valide. Je n'ai aucune idée de ce qui ne va pas avec le nouveau style d'Outlook Office, mais le problème a été résolu dans mon cas.


OLIVER et les personnalisations

Le Massachusetts OnLIne ViewER (OLIVER) est= un outil de cartographie en ligne créé par le=20 Office of Geographic Information (MassGIS), le=20 Massachusetts Office of Coastal Zone Management (CZM),=20 SeaPlan (anciennement le Massachusetts Ocean Partnership) et =20 Applied Science Associates (ASA),=20 Char= lton Galvarino, et=20 = PeopleGIS. OLIVER peut être utilisé pour rechercher, afficher et partager des données spatiales relatives au Massachusetts. Les utilisateurs peuvent créer et partager rapidement des cartes et = télécharger des données à utiliser dans un système d'information géographique (SIG) de bureau. En = 2011, le système OLIVER a été mis à niveau vers un nouveau client léger basé sur le Web en utilisant = = 20 = GeoExt et = 20 OpenLayers . Il a continué à utiliser = 20 les services de cartographie Web MassGIS basés sur GeoServer. = 20

OLIVER a été développé à l'aide de la technologie open source - la base de code OLIVER = est libre d'utilisation et de modification sous la licence publique générale GNU.&nbs= p Le code OLIVER est stocké sur GitHub ( https://github.com/MassGIS/morisoliver) précédemment at = Google Code sous le nom du projet " morisoliver". Plusieurs organisations ont réutilisé le code OLIVER. Un exemple est la visionneuse de carte = 20 Dela= ware Geologic Information Resource (DGIR). Cependant, les agences ayant une relation avec MassGIS doivent demander à MassGIS de personnaliser et d'héberger une visionneuse OLIVER pour elles, car l'application est à bien des égards configurée pour être hébergée sur le serveur MassGIS.

Types et versions de navigateur : En juillet 2013, OLIVER a été largement = testé dans les dernières versions des navigateurs Firefox 22, Internet Explorer = 10, Chrome 27 et Safari 5.1.7 et il s'est avéré qu'il fonctionne bien dans les 4 = navigateurs . Il devrait également bien fonctionner dans les versions antérieures de ces navigateurs.&= nbsp Il peut également fonctionner dans les navigateurs non testés.

Personnalisations= d'OLIVER

MassGIS peut créer des personnalisations d'OLIVER en modifiant de nombreux aspects de la visionneuse de base. Certaines agences et organisations ont profité de ce service pour fournir à leurs utilisateurs des spectateurs qui sont « marqués » comme étant les leurs.

Façons dont une personnalisation OLIVER peut être faite par MassGIS

Façons = OLIVER peut être personnalisé par un utilisateur

Il existe également plusieurs manières pour un utilisateur de "personnaliser" OLIVER.

Lien permanent - L'utilisateur peut utiliser le bouton P= ermalink pour créer une URL qui représente sa carte complète (incluant les couches de données, l'étendue géographique, les changements de couleur et de transparence, les filtres, le fond de carte et les unités). Cette URL peut devenir un signet ou un favori dans son navigateur Web ou être envoyée par e-mail à une autre personne

Ce lien permanent montre deux couches par défaut Hôpitaux et Paysage pittoresque I= nventory (partiellement transparent), dans le paramètre lyrs. Le premier est le titre, t= hen a

symbole, puis le nom de la couche GeoServer, puis un autre

puis le nom du style = GeoServer. Le paramètre bbox décrit l'étendue avec les coordonnées en bas à gauche = ft et en haut à droite. Le paramètre coordUnit spécifie le système coord= inate - les valeurs disponibles actuellement sont : 'dms','dd','m'. Le paramètre meas= ureUnit définit les unités de mesure par défaut - les valeurs disponibles actuellement sont 'm','mi','nm','yd','ft'. Le paramètre base spécifie le type basema= p. Le paramètre central décrit le point central (ici dans MA S= tate Plane Mainland NAD83 mètres coordonnées) et le paramètre de zoom est le= niveau de zoom pour Google maps. opacity indique l'opacité pour chaque couche l= avec 1 étant opaque et 0 étant complètement transparent. baseO de= affine l'opacité du fond de carte. filt décrit tous les filtres applicables aux couches de données à l'aide de l'outil de filtrage.

Étant donné que le permalien est formé par un ensemble de règles, il serait possible de = construire des permaliens à l'avance pour un groupe de zones géographiques (par exemple = de nombreux comtés) sans avoir à zoomer manuellement sur ces zones dans le visualiseur = et demander le permaliens.

Notez que la valeur du paramètre lyrs est le titre du calque. Thi= s n'est pas le même que le titre GeoServer. Ce titre provient du fichier folders= et XML. Pour MORIS, cet ensemble de dossiers est http://maps.massgis.state.ma.us/temp/moris_folderset.xml. Pour OLIVER t= il folderset est http://maps.massgis.sta= te.ma.us/temp/oliver_folderset.xml. Un titre capture à la fois l'ensemble de données et les informations de style. Par exemple, ces deux permaliens utilisent tous les deux la couche Massgi= s:GISDATA.LANDUSE_POLY GeoServer.

Dans les URL, les espaces ont été codés en URL à la valeur %20. Le titre use= d dans l'exemple 1971 est Land Use 1971 21 Classes et dans l'exemple 1999 i= s Land Use 1999 21 Classes. Ceux-ci peuvent être vus dans le http://maps.massgis.state.ma.us/temp/oliver_folderset.xml=

L'ensemble de dossiers XML doit avoir des titres uniques pour chaque combinaison couche/style. Il n'est donc pas possible de créer un lien permanent pour une combinaison couche/style= e qui n'est pas représentée dans le document XML du jeu de dossiers. C'est une limitation nécessaire basée sur la manière dont le spectateur a été construit. Cependant, des lignes peuvent facilement être ajoutées au document XML de l'ensemble de dossiers. Voir ci-dessous pour = plus d'informations sur le document XML de l'ensemble de dossiers.

Ouvert à une adresse - Une URL peut être créée qui s'ouvrira avec le spectateur zoomé sur une adresse en l'incluant= sur l'URL.

Comment personnaliser = OLIVER

Les personnalisations OLIVER s'exécutent plus facilement sur le serveur de cartes car certains fichiers générés par preg= y sont stockés. Cette documentation est destinée à familiariser les utilisateurs avec les options de configuration disponibles dans OLIVER. MassGIS est disponible pour travailler avec des agences pour concevoir leur propre application "OLIVER" à héberger sur maps.massgis.state.ma.us.

La visionneuse est configurée pour obtenir des cartes et des données cartographiques à partir d'un service de carte Web (WMS) Open = Geospatial Consortium (OGC) et d'un service de fonctionnalités Web (WFS). Actuellement, le WMS/WFS basé sur MassGIS GeoServer à l'adresse giswebservic=es.massgis.state.ma.us est utilisé.

Le fichier .= php

Les couches de données initiales - Quelles couches de données s= comment au lancement de l'application peuvent être configurées à l'aide de la variable defaultLyr= s. La variable contient une liste de couches composée du nom WMS = et du titre (qui sera affiché dans la fenêtre Couches de données actives). Les t= itles des datalayers répertoriés dans le .php doivent correspondre aux titres des dossiers= et. Les couches de données tireront dans l'ordre inverse de la liste. En d'autres termes = s, la première couche de données de la liste sera la couche de données la plus basse dessinée = sur la carte.

Couches WMS externes - Les couches WMS externes peuvent être présentes à partir de serveurs non-MassGIS. Étant donné que le serveur maps.massgis.state.ma.us n'est pas autorisé à accéder à Internet, les documents GetCapabilities pour les services de tuyau t= doivent être téléchargés et stockés localement sur le serveur maps.massgis.s= tate.ma.us. Des serveurs WMS externes proposés en 26986 ou un Web Mercator = projection (900913, 102113, 3857 par exemple) peuvent être supportés. Les couches externes du WMS s'appuieront sur les fonds de carte appropriés.

'custom' - = c'est MA Mainland State Plane NAD83 mètres

,'MassGIS_Basemap' - th= est le fond de carte tuilé mis en cache "Basemaps_MassGISBasemapNoLabels1" Voir= Services de tuiles d'images pré-rendues

Fond de carte initial - T= le fond de carte initial peut être configuré dans la variable defaultBase &n= bsp

Opacité initiale du fond de carte - = defaultBaseOpacity définit l'opacité du fond de carte. Valeurs de 0 à 1, avec = h 1 étant complètement opaque et 0 étant complètement transparent.

Étendue initiale - L'étendue initiale ou = zone géographique qui s'affiche au lancement de l'application peut être configurée dans la variable defaultBbox. Les unités doivent être spécifiées en degrés décimaux, avec la coordonnée inférieure gauche puis la coordonnée supérieure droite, avec une virgule = mas séparant tous les nombres. Échantillon : [-71.863711,41.028298,-69.174525,43.075=512]

Système de coordonnées initial = - Le système de coordonnées initial peut être configuré dans l'ariable defaultCoordUnit v=. Les valeurs disponibles actuellement sont : 'dms','dd','m'. =

Unités de mesure initiales - Les unités de mesure par défaut peuvent être co= nfigurées dans la variable defaultMeasureUnit. Les valeurs disponibles actuellement= sont 'm','mi','nm','yd','ft'.

Titre du navigateur - La valeur dans la barre de titre du navigateur = peut être configurée dans la variable siteTitle. La valeur de cette variable est = également utilisée dans la valeur du menu Aide, choix A propos.

Liens d'aide - La valeur des liens help = (sous le menu Help, choix Help) peut être paramétrée dans les variables helpUrl1 = et helpUrl2. helpUrl1 pointe vers un document HTML et helpUrl2 pointe vers un document PDF comme indiqué sur l'interface utilisateur.

À propos du lien = - La valeur des informations dans le menu Aide / A propos de la boîte de dialogue de choix peut être configurée dans la variable moreInfoHTML. La valeur de la variable doit être HTM= L et peut inclure des tableaux, des balises d'image et des liens. La variable moreInfoWidth = peut être utilisée pour spécifier la largeur de la zone d'information.

URL du site - L'URL du site doit être configurée dans la variable siteURL. Par exemple, si l'application est lancée depuis http://ma= ps.massgis.state.ma.us/map_ol/moris.php, cela devrait également être la valeur = dans la variable siteURL. La variable siteURL est un composant de l'URL permali= nk.

Emplacement WMS= /WFS/WCS/KML - Les téléspectateurs de maps.massgis.state.ma.us pointent vers les services de cartographie Web basés sur MassGIS GeoServer. Cependant, cela peut être c= pendu. Les variables wfsUrl, wmsUrl, wcsUrl, kmlUrl, namespaceUrl et fea= turePrefix peuvent être changées en une autre instance GeoServer ou probablement une autre instance WMS. Remarque : La projection cartographique n'est pas configurable pour le moment, une modification de code supplémentaire serait nécessaire pour modifier la projection cartographique personnalisée des mètres MA State Plane Mainland NAD83 (EPSG 26986) à une autre projection.

= emplacement proxy - En raison de la politique sa= me-origin du navigateur, un script proxy est requis pour que le client (actuellement s= erved de maps.massgis.state.ma.us) pour demander des données XML à partir de giswebservice= s.massgis.state.ma. nous. Si vous hébergez vous-même l'application client, modifiez = y la valeur de la variable proxyLoc. Actuellement, MassGIS utilise un script Python = t appelé proxy.cgi

= Utilisation de Bing - L'application cliente utilise le service Microsoft Bing pour le géocodage. MassGIS a un script Perl appelé get qui aide à t= his. Pour modifier ce paramètre, modifiez la valeur de la variable proxyLocBing.Al= donc, modifiez la valeur de la variable bingKey pour conserver la clé de votre enregistrement Bing. Assurez-vous que la variable bingDisabled est définie sur true si vous utilisez Bin= g.

= Service postal - L'application client utilise un script Perl = appelé mkzip pour compresser les données extraites et les métadonnées de support et les fichiers supplémentaires dans un fichier .zip si les utilisateurs choisissent cette option. Pour changer l'emplacement du script mkzip, modifiez la valeur de la variable mkzipCGI. Le script = mkzip spécifie l'emplacement de la sortie compressée. Il est recommandé qu'un script nettoie périodiquement le contenu de mkzipLoc. La variable mk= zipLoc doit être définie sur le nom du serveur sur lequel l'application est hébergée. Il est utilisé pour créer un lien vers des fichiers téléchargeables.

= Liens OpenLayers, ExtJS et Proj4JS - Si vous exécutez t= son application sur votre propre serveur, il serait sage de pointer vers des copies locales de ces bibliothèques. Modifiez ces valeurs :

Le fichier toolConfig js

Chaque personnalisation OLIVER a un fichier JavaScript toolConfig, par exemple = toolConfig_oliver.js ou toolConfig_moris.js. Qui aussi = ls/bouton apparaissent dans la visionneuse et leurs configurations sont stockées dans ce = fichier.

En plus de modifier le .php pour configurer la visionneuse, un autre fichier = appelé toolConfig_yourname.js peut être édité. Les boutons et les outils peuvent être masqués = n ou affichés ou des listes déroulantes de zoom peuvent être ajoutées. La référence à laquelle le fichier toolConfi= g est utilisé dans une visionneuse est définie dans le fichier .php. Il est recommandé= d'avoir un fichier toolConfig personnalisé pour chaque visionneuse. Voici quelques détails sur les outils configurables :

Outils QuickZoom - Les outils QuickZoom peuvent être configurés. Ce sont des dropdow= ns qui lisent leurs valeurs dans la base de données. OLIVER comprend un QuickZoom pour = permettre à l'utilisateur de zoomer sur une ville. Les outils QuickZoom peuvent également être liés les uns aux autres. Par exemple, si deux couches de données partagent un champ, comme les villes et les écoles s= partagent le champ TOWN_ID, alors une liste déroulante pour les villes peut déclencher un sous-ensemble dans la deuxième liste déroulante. Par exemple, l'utilisateur choisit Malden dans la première liste déroulante, puis les valeurs de la deuxième liste déroulante se rétrécissent pour n'inclure que schoo= ls dans Malden. L'utilisateur choisit alors une école puis le zoom se produit. Alternativement, QuickZoom indépendant (non lié) peut être affiché si l'utilisateur a besoin de zoomer sur plus d'un type d'étendue géographique.

Outil de commentaire - L'outil Commentaire est une option permettant d'entrer des données dans une couche de données = point. Est-il destiné à entrer un commentaire à un endroit particulier. "Ma = maison est ici." "Cette école est fermée." Une seule couche de données peut être commentée par spectateur. Les données sont saisies dans la base de données SDE au moyen d'un script = test_comment.php. Le nom et l'emplacement du script sont spécifiés= dans le fichier toolConfig. De cette manière, est-il différent de Draw/Edit too= ls décrits ci-dessous. Cette méthode est destinée à entrer un point qui ne peut pas être récupéré et réédité. Un sous-ensemble de champs de couche de données peut être spécifié et les champs f= peuvent être rendus obligatoires à remplir. Les listes déroulantes peuvent être renseignées avec des valeurs, mais les valeurs doivent être répertoriées dans toolConfig (elles ne sont pas lues depuis la base de données). Une autre couche de données peut être affichée sur la carte avec un surensemble= du nom, si les valeurs de données d'origine doivent être masquées mais que l'utilisateur doit voir le point apparaître sur la carte (il est donc convaincu qu'il a été entré)= . La démo actuelle n'utilise pas de GeoServer protégé par nom d'utilisateur/mot de passe, mais le test_comment.php pourrait être mis à jour pour s'adapter à cela. Actuellement = la couche de données peut être limitée à une requête d'une seule entité à la fois.

Outils de dessin/édition - Des outils de dessin et d'édition peuvent être ajoutés à une application. La couche de données peut être protégée par un nom d'utilisateur et un mot de passe afin que = seuls les utilisateurs autorisés puissent ajouter ou modifier des données. Plusieurs couches peuvent être modifiées dans une application, mais dans ce cas, elles doivent partager le même nom d'utilisateur = e/mot de passe. Les points, les lignes ou les polygones peuvent être modifiés. Snapping et splitting= peuvent être utilisés (c'est facultatif). Les champs peuvent être en lecture seule, pré-remplis = avec des valeurs, obligatoires ou avoir des valeurs déroulantes. Si le nom d'utilisateur/mot de passe est use= d, alors https doit être utilisé à la fois dans le .php et dans l'URL pour accéder à l'application (et wsgw.mass.gov doit être utilisé à la place de giswebservices.massgis.s= tate.ma.us Bien que les deux noms pointent vers le même serveur, le certificat SSL est associé au nom wsgw.mass.gov. wsgw signifie "= passerelle de services Web"). La capture peut être configurée pour chaque couche de données modifiée. S= la sieste peut arriver à plus d'un calque, y compris le calque en cours d'édition= . L'accrochage se produira même si la couche sur laquelle l'accrochage n'est pas tracée sur la carte. L'accrochage se produira à la fois sur les lignes et les sommets. Lors de l'accrochage, il est demandé à use=r de dessiner une zone géographique dans laquelle l'accrochage doit avoir lieu (pour= collecter les sommets appropriés dans la visionneuse). Cependant, les entités qui = sont sélectionnées par ce rectangle dessiné sont utilisées dans leur intégralité. Actuellement = il est possible de diviser uniquement les lignes avec des lignes.

Outil de géocodage personnalisé MassGIS (correspondance d'adresses) - L'ensemble de données des rues de base peut avoir des informations sur les rues plus récentes que le service de localisation de recherche Bing. Cependant, les adresses doivent être entrées dans un formulaire car l'interprétation du format d'adresse sous forme libre n'est pas disponible. Voir Outil de géocodage personnalisé MassGIS= .

= Le fichier de l'ensemble de dossiers

Chaque personnalisation OLIVER a un fichier XML qui g= recouvre les dossiers, la structure des dossiers et les couches de données qui apparaissent dans la fenêtre "Couches de données disponibles" en haut à droite. Les titres des datalayers = doivent être uniques si des styles différents sont utilisés. Le nom est le nom de la couche GeoServe=r et le style est le style GeoServer. Les noms et les styles correspondent beaucoup aux fichiers tranchés GetCapabilities prégénérés (voir ci-dessous).&nb= sp Les valeurs disponibles pour le type de paramètre incluent pt, line, polygon, = raster, layergroup (cela fait référence à un groupe de couches GeoServer qui est une collection = tion de calques et de styles regroupés sous un même nom). Les autres paramètres incluent shp (true/false), only_project=3D"EPSG:26986" ou autre projection= number (pour éviter que la couche de données ne soit reprojetée dans un fond de carte non personnalisé = s - parfois, les groupes de couches sont trop lents à reprojeter).