Suite

La correction atmosphérique est-elle nécessaire lorsque l'on travaille avec des indices multispectraux ?


Lorsque vous travaillez avec des données Landsat de niveau 1 et que vous calculez des indices, par ex. NDVI, NDBI, SAVI… , les calculez-vous à partir de données brutes (valeur DN du pixel), ou de données corrigées atmosphériquement (réflectance de surface) ?


Cela dépend de l'utilisation prévue des données Landsat. De manière générale, si vous faites des analyses multi-temporelles, vous avez besoin de données corrigées atmosphériquement, sinon le format DN est suffisant. Je recommanderais de lire le document de référence suivant sur le sujet:

Song, C., Woodcock, C.E., Seto, K.C., Lenney, M.P. et Macomber, S.A. (2001). Classification et détection des changements à l'aide des données Landsat TM : quand et comment corriger les effets atmosphériques ?. Télédétection de l'environnement, 75(2), 230-244.

De la conclusion de Song et al. 2001 :

La correction atmosphérique n'est pas toujours nécessaire pour la classification et la détection des changements. Une analyse théorique simple et des résultats empiriques indiquent que ce n'est que lorsque les données d'apprentissage d'un moment ou d'un lieu sont appliquées à un autre moment ou lieu que la correction atmosphérique est nécessaire pour la classification des images et de nombreuses méthodes de détection de changement.


Voir la vidéo: Flaash atmospheric correction Landsat 8 OLI using ENVI 5 2 (Octobre 2021).