Suite

Comment générer des itinéraires qui suivent le réseau routier sous-jacent ?


J'ai un ensemble de points (~ 2300 arrêts de bus) et j'ai un réseau de routes sur lesquelles se trouvent ces arrêts de bus. Lorsque j'ai un itinéraire de bus qui va de A à B, comment puis-je générer l'itinéraire de telle sorte qu'il suive la route sous-jacente et pas seulement la distance directe de la mouche des oiseaux.

Les données routières proviennent d'OSM et les données d'arrêt sont générées par l'utilisateur. Actuellement les données sont hébergées sur :routemaster.hydlab.in


Vous pouvez essayer mon script de routage pour QGIS Processing basé sur la bibliothèque d'analyse du réseau central. Il attend une couche de points et une couche réseau en entrée et renvoie un itinéraire entre les points. :


Comment effectuer une analyse des causes profondes

UNE Analyse de la cause originelle est un processus utilisé pour identifier la source principale d'un problème. Dans la communication pour le changement social et comportemental (CCSC), une analyse des causes profondes est utilisée pour examiner pourquoi il existe une différence entre l'état souhaité d'un problème de santé ou social (vision) et ce qui se passe actuellement (situation actuelle).

Pourquoi effectuer une analyse des causes profondes ?

UNE Analyse de la cause originelle aide à identifier les défis qu'un programme doit relever pour atteindre sa vision. Les stratégies de CCSC qui ne traitent que les aspects évidents ou les plus visibles d'un problème ont peu de chances de réussir. Par exemple, une campagne de planification familiale qui ne fait que sensibiliser les femmes aux contraceptifs n'entraînera probablement pas une utilisation accrue de la planification familiale si les maris ou les belles-mères sont les principaux décideurs concernant l'utilisation de la planification familiale. L'identification des sources – les causes profondes – d'un problème de santé aide les programmes à développer une stratégie plus efficace pour le surmonter.

Qui doit effectuer une analyse des causes profondes ?

Une petite équipe ciblée devrait mener les Analyse de la cause originelle. Les membres devraient inclure le personnel de communication, le personnel des services de santé et sociaux et, si disponible, le personnel de recherche. En règle générale, la même équipe qui effectue l'analyse de la situation effectuera également l'analyse des causes profondes.

Quand doit-on effectuer une analyse des causes profondes ?

UNE Analyse de la cause originelle (ou d'autres formes d'analyse de problème énumérées dans la section des ressources de ce guide) doivent être menées dans le cadre de l'analyse de la situation. Il peut avoir lieu dans le cadre d'un atelier avec les parties prenantes ou, si nécessaire, lors de discussions supplémentaires avec les parties prenantes ou le public.

Les étapes ci-dessous aideront à identifier de nombreux facteurs de causalité possibles, y compris la cause première du problème de santé identifié lors de l'analyse de la situation.


Contenu

La plupart des simultanéités sont simplement une combinaison d'au moins deux numéros de route sur la même route physique. C'est souvent pratique aussi bien qu'économiquement avantageux, il peut être préférable de combiner deux numéros de route en un seul le long des rivières ou à travers des vallées de montagne. Certains pays autorisent la concomitance, cependant, d'autres l'interdisent spécifiquement. Dans les pays qui autorisent les simultanéités, cela peut devenir très courant. Dans ces pays, il existe une variété de concurrences qui peuvent se produire.

Un exemple de ceci est la simultanéité de l'Interstate 70 (I-70) et I-76 sur le Pennsylvania Turnpike dans l'ouest de la Pennsylvanie. L'I-70 fusionne avec le Pennsylvania Turnpike afin que le numéro de route puisse finalement continuer vers l'est dans le Maryland au lieu d'avoir une deuxième autoroute physique construite pour transporter la route, il est combiné avec le Pennsylvania Turnpike et la désignation I-76. [8] Une triple concurrence interétatique se trouve dans le Wisconsin le long de la section de cinq milles (8,0 km) de la I-41, de la I-43 et de la I-894 à Milwaukee, Wisconsin. [9] La simultanéité de la I-41 et de la I-43 sur cette chaussée est un exemple de simultanéité à contresens.

La plus longue simultanéité d'autoroutes inter-États est I-80 et I-90 pour 265 miles (426 km) à travers l'Indiana et l'Ohio. [dix]

Il existe des exemples de simultanéités à huit voies : I-465 autour d'Indianapolis et Georgia State Route 10 Loop autour du centre-ville d'Athènes, en Géorgie. Des portions de l'I-465 de 53 milles (85 km) chevauchent l'I-74, l'US Highway 31 (US 31), l'US 36, l'US 40, l'US 52, l'US 421, la State Road 37 (SR 37) et la SR 67— un total de huit autres itinéraires. Sept des huit autres désignations se chevauchent entre les sorties 46 et 47 pour créer une concurrence à huit voies. [11]

Amérique du Nord Modifier

Aux États-Unis, les simultanéités sont simplement marquées en plaçant des panneaux pour les deux itinéraires sur le même poteau ou sur des poteaux adjacents. Le fédéral Manuel sur les dispositifs uniformes de contrôle de la circulation prescrit que lors du montage de ces panneaux adjacents ensemble, les numéros seront disposés verticalement ou horizontalement par ordre de priorité. L'ordre à utiliser est Interstate Highways, U.S. Highways, State Highways, et enfin les routes de comté, et au sein de chaque classe en augmentant la valeur numérique. [12]

Plusieurs États n'ont officiellement aucune concurrence, mais mettent officiellement fin aux itinéraires de chaque côté de l'un. [a] Il existe plusieurs circonstances dans lesquelles des simultanéités inhabituelles existent le long des frontières des États. Un exemple se produit le long de la frontière entre l'Oklahoma et l'Arkansas. À l'extrémité nord de cette frontière, l'Oklahoma State Highway 20 passe en même temps que l'Arkansas Highway 43 et les deux autoroutes vont du nord au sud le long de la frontière. [14]

On trouve également des concomitances au Canada. La route 5 de la Colombie-Britannique continue vers l'est sur 12 kilomètres (7,5 mi) en même temps que la route 1 et la route 97, à travers Kamloops. Ce tronçon de route, qui relie l'autoroute 97 sud et l'autoroute 5 nord sur la même route (et vice versa), est la seule simultanéité à contresens en Colombie-Britannique. Les concomitances sont également très courantes au Québec. Plus particulièrement, le pont Samuel-de-Champlain est en concurrence avec trois autoroutes : A-10, A-15 et A-20. Un autre exemple est l'A-55, qui circule en même temps que l'A-10, l'A-20 et l'A-40, qui sont toutes des autoroutes principales.

En Ontario, la Queen Elizabeth Way et l'autoroute 403 circulent simultanément entre Burlington et Oakville, formant la seule simultanéité de la province entre deux autoroutes de la série 400. [15] La simultanéité ne figurait pas dans le plan initial qui prévoyait que la QEW et l'autoroute 403 soient parallèles l'une à l'autre, car les tronçons Hamilton-Brantford et Mississauga de l'autoroute 403 devaient initialement être reliés le long d'un corridor (plus tard à péage) maintenant occupé par l'autoroute 407. Pour éviter d'obliger les conducteurs à payer des péages pour utiliser une section de l'autoroute 403 continue, le nouveau lien a été désigné comme un prolongement vers l'ouest de l'autoroute 407 à péage, avec la section Mississauga de l'autoroute 403 prévu d'être renuméroté comme la Route 410. La renumérotation à 410 ne s'est jamais produite, [16] et par conséquent la Route 403 a été signée simultanément le long de la Voie Reine Elizabeth en 2002, remédiant à la discontinuité. Néanmoins, de nombreux panneaux de signalisation de surface faisant référence à cette section d'autoroute avec la simultanéité QEW / autoroute 403 n'utilisent toujours que la désignation originale de la route de QEW, bien que le MTO ait mis à jour les marqueurs d'itinéraire sur la QEW pour refléter la simultanéité. [17]

Au niveau national, la Transcanadienne, qui ne porte pas de numéro uniforme dans les provinces de l'Est, suit diverses routes provinciales. Dans les provinces de l'Atlantique, la principale route désignée de la Transcanadienne suit soit une seule route numérotée à travers chaque province (une exception étant le changement de désignation entre les autoroutes 104 et 105 de la Nouvelle-Écosse), ou comporte des embranchements qui sont signés exclusivement en tant que routes TCH. En Ontario et au Québec, la TCH suit une série d'autoroutes provinciales et possède également des succursales qui suivent des sections d'autres qui ont des concurrentes avec elle, signées avec des boucliers TCH à côté du numéro provincial.

Europe Modifier

Au Royaume-Uni, les itinéraires ne fonctionnent pas simultanément avec d'autres. Là où cela se produirait normalement, la chaussée prend le numéro d'un seul des itinéraires (généralement, mais pas toujours, l'itinéraire le plus important), tandis que les autres itinéraires sont considérés comme présentant un écart et sont signalés entre parenthèses (l'équivalent de " to" en Amérique du Nord). Un exemple est la rencontre de la M60 et de la M62 au nord-ouest de Manchester : les autoroutes coïncident sur les sept miles (11 km) entre les jonctions 12 et 18 mais l'autoroute entre ces points n'est désignée que sous le nom de M60. Les numéros de route européens tels que désignés par la CEE peuvent avoir des simultanéités (par exemple E15 et E30 autour du Grand Londres), mais étant donné que les numéros de route E ne sont ni signés ni utilisés au Royaume-Uni, l'existence de ces simultanéités est purement théorique.

En Suède et au Danemark, les autoroutes les plus importantes n'utilisent que les numéros de route européens qui ont des directions cardinales. En Suède, les routes européennes E6 et E20 courent simultanément sur 280 kilomètres (170 mi). Au Danemark, les E47 et E55 courent simultanément sur 157 kilomètres (98 mi). Il existe des simultanéités plus courtes. Il existe deux tronçons en Suède et au Danemark où trois routes européennes circulent simultanément, à savoir E6, E20 et E22 en Suède, et E20, E47 et E55 au Danemark. Le long de toutes ces concurrences, tous les numéros de route sont affichés avec des panneaux. [18]

En République tchèque, les numéros de route européens ne sont que des suppléments et ils sont toujours en même temps que la numérotation des routes nationales, généralement des autoroutes ou des routes de première classe. Dans le système de numérotation de l'État, les concurrences n'existent que sur les routes de première et de deuxième classe, les routes de troisième classe n'en ont pas. Le terme local pour de telles concurrences est peáž (du mot français péage). Dans le registre routier, l'une des routes est considérée comme la route principale (« source ») et les autres comme la route principale péager routes (invités). La feuille de route officielle permet un maximum de cinq itinéraires simultanés du système de numérotation intra-étatique. [19] Les itinéraires cyclables et les itinéraires de randonnée sont souvent simultanés.

Le Moyen-Orient Modifier

En Israël, deux autoroutes, la Trans-Israel Highway (Highway 6) et la Highway 1 circulent simultanément juste à l'est de l'échangeur Ben Shemen. La simultanéité est officiellement désignée "Daniel Interchange", fournissant la moitié des directions d'échange possibles. Il s'agit d'un segment d'un mile (1,6 km) composé de huit voies offrant un accès à grande vitesse entre les deux autoroutes. L'accès de l'autoroute 1 ouest à l'autoroute 6 sud et de l'autoroute 6 nord à l'autoroute 1 est est assuré par la route 431, tandis que l'accès entre l'autoroute 1 est à l'autoroute 6 nord et l'autoroute 6 sud à l'autoroute 1 ouest sont fournis à l'échangeur Ben Shemen. Les autres mouvements sont assurés par la simultanéité. [20]


Comment créer un plan de marketing

Cet article a été co-écrit par Emily Hickey, MS. Emily Hickey est la fondatrice de Chief Detective, une agence de croissance des médias sociaux qui aide certains des plus grands détaillants et start-ups au monde à faire évoluer leur publicité Facebook et Instagram. Elle a travaillé comme experte en croissance pendant plus de 20 ans et a obtenu sa maîtrise de la Stanford Graduate School of Business en 2006.

Il y a 14 références citées dans cet article, qui se trouvent en bas de la page.

wikiHow marque un article comme étant approuvé par le lecteur une fois qu'il reçoit suffisamment de commentaires positifs. Cet article a reçu 19 témoignages et 87% des lecteurs qui ont voté l'ont trouvé utile, ce qui lui a valu notre statut d'approbation par les lecteurs.

Cet article a été vu 704 542 fois.

Un plan marketing est un plan qui décrit votre stratégie marketing complète pour l'année à venir. Il inclura à qui vous faites du marketing, comment vous allez leur commercialiser et les stratégies que vous utiliserez pour vous connecter avec les clients et attirer des ventes. L'objectif du plan marketing est de décrire comment vous présenterez vos produits et services à votre marché cible.


Comment générer des itinéraires qui suivent le réseau routier sous-jacent ? - Systèmes d'information géographique

Les sujets abordés dans cette section sont :

Une route définit un chemin pour envoyer des paquets via le réseau Internet vers une adresse sur un autre réseau. Une route ne définit pas le chemin complet, seulement le segment de chemin d'un hôte à une passerelle qui peut transférer des paquets vers une destination (ou d'une passerelle à une autre). Il existe trois types de parcours :

itinéraire hôte Définit une passerelle qui peut transférer des paquets vers un hôte ou une passerelle spécifique sur un autre réseau.
itinéraire réseau Définit une passerelle qui peut transférer des paquets vers n'importe quel hôte sur un réseau spécifique.
itinéraire par défaut Définit une passerelle à utiliser lorsqu'un hôte ou un itinéraire réseau vers une destination n'est pas défini autrement.

Les routes sont définies dans la table de routage du noyau , qui peut contenir jusqu'à 32 définitions de route. Ces définitions de route incluent des informations sur les réseaux accessibles depuis l'hôte local, les passerelles pouvant être utilisées pour atteindre les réseaux distants et le nombre de sauts (ou métrique de distance) vers ces réseaux. Lorsqu'une passerelle reçoit un datagramme, elle vérifie les tables de routage pour savoir où envoyer ensuite le datagramme le long du chemin vers sa destination.

Routage statique et dynamique

Dans TCP/IP, le routage peut être de deux types : statique ou dynamique . Avec le routage statique, vous gérez la table de routage manuellement à l'aide de la commande route. Le routage statique est pratique pour un seul réseau communiquant avec un ou deux autres réseaux. Cependant, à mesure que votre réseau commence à communiquer avec davantage de réseaux, le nombre de passerelles augmente, de même que le temps et les efforts nécessaires pour maintenir manuellement la table de routage.

Avec le routage dynamique, les démons mettent à jour automatiquement la table de routage. Les démons de routage reçoivent en permanence des informations diffusées par d'autres démons de routage et mettent ainsi à jour en permanence la table de routage.

TCP/IP fournit deux démons à utiliser dans le routage dynamique, les démons routed et gated. Le démon gated prend en charge le protocole d'information de routage (RIP), le protocole d'information de routage de nouvelle génération (RIPng), le protocole de passerelle extérieure (EGP), le protocole de passerelle frontière (BGP) et BGP4+, le protocole de réseau local de réseau de communications de défense (HELLO), le chemin le plus court ouvert First (OSPF), Intermediate System to Intermediate System (IS-IS) et protocoles de routage Internet Control Message Protocol (ICMP et ICMPv6)/Router Discovery simultanément. De plus, le démon gated prend en charge le protocole SNMP (Simple Network Management Protocol). Le démon routé ne prend en charge que le protocole d'informations de routage.

Les démons de routage peuvent fonctionner dans l'un des deux modes, passif ou actif, selon les options que vous utilisez lors du démarrage des démons. En mode actif, les démons de routage diffusent périodiquement des informations de routage sur leur réseau local aux passerelles et aux hôtes, et reçoivent des informations de routage des hôtes et des passerelles. En mode passif, les démons de routage reçoivent des informations de routage des hôtes et des passerelles, mais n'essaient pas de maintenir les passerelles distantes à jour (ils n'annoncent pas leurs propres informations de routage).

Ces deux types de routage peuvent être utilisés non seulement pour les passerelles, mais également pour d'autres hôtes sur un réseau. Le routage statique fonctionne de la même manière pour les passerelles que pour les autres hôtes. Cependant, les démons de routage dynamique doivent être exécutés en mode passif (silencieux) lorsqu'ils sont exécutés sur un hôte qui n'est pas une passerelle.

Passerelles

Les passerelles sont un type de routeur. Les routeurs connectent deux ou plusieurs réseaux et assurent la fonction de routage. Certains routeurs, par exemple, acheminent au niveau de l'interface réseau ou au niveau physique.

Les passerelles, cependant, acheminent au niveau du réseau. Les passerelles reçoivent des datagrammes IP d'autres passerelles pour les remettre aux hôtes du réseau local et acheminent les datagrammes IP d'un réseau à un autre. Par exemple, une passerelle connectant deux réseaux Token-Ring possède deux cartes adaptateur Token-Ring, chacune avec sa propre interface réseau Token-Ring. Pour transmettre des informations, la passerelle reçoit des datagrammes via une interface réseau et les envoie via l'autre interface réseau. Les passerelles vérifient périodiquement leurs connexions réseau via des messages d'état d'interface.

Les passerelles acheminent les paquets en fonction du réseau de destination, et non en fonction de l'hôte de destination. C'est-à-dire qu'une machine passerelle n'est pas obligée de garder une trace de chaque destination hôte possible pour un paquet. Au lieu de cela, une passerelle achemine les paquets en fonction du réseau de l'hôte de destination. Le réseau de destination se charge alors d'envoyer le paquet à l'hôte de destination. Ainsi, une machine passerelle typique ne nécessite qu'une capacité de stockage sur disque limitée (le cas échéant) et une capacité de mémoire principale limitée.

La distance qu'un message doit parcourir de l'hôte d'origine à l'hôte de destination dépend du nombre de sauts de passerelle qu'il doit effectuer. Une passerelle est constituée de zéro saut d'un réseau auquel elle est directement connectée, d'un saut d'un réseau accessible via une passerelle, et ainsi de suite. La distance du message est généralement exprimée en nombre de sauts de passerelle requis ou en nombre de sauts (également appelé métrique ).

Passerelles intérieures et extérieures

Les passerelles intérieures sont des passerelles qui appartiennent au même système autonome. Ils communiquent entre eux à l'aide du protocole d'information de routage (RIP), du protocole d'information de routage de nouvelle génération (RIPng), du protocole de système intermédiaire à système intermédiaire, du protocole OSPF (Open Shortest Path First) ou du protocole HELLO (HELLO). Les passerelles extérieures appartiennent à différents systèmes autonomes. Ils utilisent le Exterior Gateway Protocol (EGP), le Border Gateway Protocol (BGP) ou le BGP4+.

Par exemple, considérons deux systèmes autonomes. Le premier est l'ensemble des réseaux administrés par la Widget Company. Le second est l'ensemble des réseaux administrés par la Gadget Company. The Widget Company possède une machine, appelée apple, qui est la passerelle de Widget vers Internet. The Gadget Company possède une machine, appelée orange, qui est la passerelle de Gadget vers Internet. Les deux sociétés disposent de plusieurs réseaux différents internes aux sociétés. Les passerelles reliant les réseaux internes sont des passerelles intérieures. Mais la pomme et l'orange sont des portes d'entrée extérieures.

Chaque passerelle extérieure ne communique pas avec toutes les autres passerelles extérieures. Au lieu de cela, la passerelle extérieure acquiert un ensemble de voisins (autres passerelles extérieures) avec lesquels elle communique. Ces voisins ne sont pas définis par la proximité géographique, mais plutôt par leurs communications établies entre eux. Les passerelles voisines, à leur tour, ont d'autres passerelles voisines extérieures. De cette manière, les tables de routage des passerelles extérieures sont mises à jour et les informations de routage sont propagées parmi les passerelles extérieures.

Les informations de routage sont envoyées par paire, (N,D), où N est un réseau et D est une distance reflétant le coût pour atteindre le réseau spécifié. Chaque passerelle annonce les réseaux qu'elle peut atteindre et les coûts pour les atteindre. La passerelle réceptrice calcule les chemins les plus courts vers d'autres réseaux et transmet ces informations à ses voisins. Ainsi, chaque passerelle extérieure reçoit en permanence des informations de routage, met à jour sa table de routage puis transmet ces informations à ses voisins extérieurs.

Protocoles de passerelle

Toutes les passerelles, qu'elles soient intérieures ou extérieures, utilisent des protocoles pour communiquer entre elles. Voici une brève description des protocoles de passerelle TCP/IP les plus couramment utilisés :

HELLO Protocol (HELLO) HELLO est un protocole que les passerelles intérieures utilisent pour communiquer entre elles. HELLO calcule le chemin le plus court vers d'autres réseaux en déterminant le chemin qui a le moins de temps de retard. Routing Information Protocol (RIP) Le Routing Information Protocol est un protocole que les passerelles intérieures utilisent pour communiquer entre elles. Comme le protocole HELLO, RIP calcule le chemin le plus court vers d'autres réseaux. Contrairement à HELLO, RIP estime la distance non pas par le temps de retard, mais par le nombre de sauts. Étant donné que le démon gated stocke toutes les métriques en interne sous forme de délais, il convertit le nombre de sauts RIP en délais. Routing Information Protocol Next Generation RIPng est le protocole RIP amélioré pour prendre en charge IPv6. Open Shortest Path First (OSPF) OPSF est un protocole que les passerelles intérieures utilisent pour communiquer entre elles. Il s'agit d'un protocole à état de liens mieux adapté que RIP pour les réseaux complexes avec de nombreux routeurs. Il fournit un routage multichemin à coût égal. Exterior Gateway Protocol (EGP) Les passerelles extérieures peuvent utiliser le Exterior Gateway Protocol pour communiquer entre elles. L'EGP ne calcule pas le chemin le plus court vers d'autres réseaux. Au lieu de cela, il indique simplement si un réseau particulier est accessible ou non. Border Gateway Protocol (BGP) Les passerelles extérieures peuvent utiliser ce protocole pour communiquer entre elles. Il échange des informations d'accessibilité entre les systèmes autonomes, mais offre plus de capacités que EGP. BGP utilise des attributs de chemin pour fournir plus d'informations sur chaque route afin d'aider à sélectionner la meilleure route. Border Gateway Protocol 4+ BGP4+ est la version 4 du protocole BGP, qui prend en charge IPv6 et présente d'autres améliorations par rapport aux versions précédentes du protocole. Système intermédiaire à système intermédiaire (IS-IS) Les passerelles intérieures utilisent le protocole IS-IS pour communiquer entre elles. Il s'agit d'un protocole à état de liens qui peut acheminer les paquets IP et ISO/CLNP et, comme OSPF, utilise un algorithme « plus court chemin d'abord » pour déterminer les routes.

Planification des passerelles

Avant de configurer les passerelles de votre réseau, vous devez d'abord :

Considérez le nombre de passerelles à utiliser

Le nombre de passerelles que vous devez configurer dépendra de :

  • Le nombre de réseaux que vous souhaitez connecter.
  • Comment vous voulez connecter les réseaux.
  • Le niveau d'activité sur les réseaux connectés.

Par exemple, supposons que les utilisateurs du réseau 1, du réseau 2 et du réseau 3 doivent tous communiquer entre eux (comme illustré dans la figure Exemple de configuration de passerelle). Pour connecter le réseau 1 directement au réseau 2, vous utiliseriez une seule passerelle (passerelle A). Pour connecter le réseau 2 directement au réseau 3, vous utiliseriez une autre passerelle (passerelle B). Maintenant, en supposant que les routes appropriées soient définies, tous les utilisateurs des trois réseaux peuvent communiquer.

Cependant, si le réseau 2 est très occupé, la communication entre le réseau 1 et le réseau 3 peut subir des retards inacceptables. De plus, si la plupart des communications inter-réseaux se produisent entre le réseau 1 et le réseau 3, vous souhaiterez peut-être connecter le réseau 1 directement au réseau 3. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une paire de passerelles supplémentaires, la passerelle C (sur le réseau 1). et Gateway D (sur le réseau 3), avec une connexion directe entre ces deux passerelles supplémentaires. Cependant, cela peut être une solution inefficace, car une passerelle peut connecter plus de deux réseaux.

Une solution plus efficace peut être de connecter la passerelle A à la passerelle B directement, ainsi qu'au réseau 2. Cela nécessiterait une deuxième carte réseau dans la passerelle A et la passerelle B. En général, le nombre de réseaux que vous connectez via une seule passerelle est limité par le nombre de cartes réseau que la machine passerelle peut prendre en charge.

Décider du type de routage à utiliser

Si votre réseau est petit et que sa configuration change rarement, vous souhaiterez probablement utiliser le routage statique. Mais si vous avez un grand réseau dont la configuration change fréquemment, vous souhaiterez probablement utiliser le routage dynamique. Vous pouvez décider d'utiliser une combinaison de routage statique et dynamique. C'est-à-dire que vous voudrez peut-être donner des définitions statiques à quelques routes spécifiques, tout en permettant à d'autres routes d'être mises à jour par les démons. Les routes statiques que vous créez ne sont pas annoncées aux autres passerelles et ne sont pas mises à jour par les démons de routage.

Si vous utilisez le routage dynamique

Choisissez le démon de routage en fonction du type de passerelle dont vous avez besoin et des protocoles que votre passerelle doit prendre en charge. Si la passerelle est une passerelle intérieure et doit uniquement prendre en charge RIP, choisissez le démon routé. Si la passerelle doit prendre en charge tout autre protocole ou est une passerelle extérieure, choisissez le démon gated.

Configuration d'une passerelle

Pour configurer une machine pour qu'elle agisse en tant que passerelle, suivez les instructions ci-dessous. Pour plus de clarté, cette procédure suppose que la machine passerelle connectera deux réseaux, et que la machine passerelle a déjà été configurée au minimum (voir "Configuration TCP/IP") sur l'un des réseaux.

    Si vous souhaitez utiliser le routage statique pour communiquer avec des hôtes ou des réseaux au-delà de ces deux réseaux, ajoutez les autres routes de votre choix.

  1. Le tableau est divisé en colonnes pour l'adresse de destination, l'adresse de passerelle, les indicateurs, le nombre de références (nombre de sauts) et l'interface réseau. (Pour une description détaillée de chacune de ces colonnes, reportez-vous à la commande netstat dans AIX Version 4.3 Commands Reference .) Si les trames n'atteignent pas leur destination et que les tables de routage indiquent la route correcte, il y a de fortes chances qu'un ou plusieurs des les conditions suivantes existent :
    • Le réseau est défaillant.
    • L'hôte distant ou la passerelle échoue.
    • L'hôte distant ou la passerelle est en panne ou n'est pas prêt à recevoir des trames.
    • L'hôte distant n'a pas de route de retour vers le réseau source.
  2. La valeur de destination est l'adresse décimale pointée ou le nom symbolique de l'hôte ou du réseau de destination, et la valeur de la passerelle est l'adresse décimale pointée ou le nom symbolique de la passerelle. (Un itinéraire par défaut spécifie 0 comme destination.)

Restriction de l'utilisation des itinéraires

Les routes peuvent être restreintes afin qu'elles ne puissent être utilisées que par certains utilisateurs. Les restrictions sont basées sur les ID de groupe principal et auxiliaire des utilisateurs. À l'aide de la commande route, vous pouvez spécifier une liste de jusqu'à 32 ID de groupe autorisés ou non à utiliser une route. Si la liste contient des groupes autorisés, tout utilisateur appartenant à n'importe quel groupe de la liste peut utiliser la route. Si la liste contient des groupes non autorisés, seuls les utilisateurs qui n'appartiennent à aucun des groupes de la liste peuvent utiliser la route. L'utilisateur root peut utiliser n'importe quelle route.

Les groupes peuvent également être associés à une interface à l'aide de la commande ifconfig. Dans ce cas, un paquet transmissible peut utiliser n'importe quelle route autorisée pour les groupes associés à son interface entrante.

S'il existe deux routes ou plus vers la même destination, toutes les redirections ICMP reçues pour cette destination seront ignorées et la découverte de MTU de chemin ne sera pas effectuée sur ces routes.

Suppression manuelle des routes dynamiques

Si vous utilisez le démon routé, une route supprimée manuellement n'est pas remplacée par les informations RIP entrantes (puisque les ioctl sont utilisés). Si vous utilisez le démon gated et que l'indicateur -n n'est pas utilisé, la route supprimée manuellement est remplacée par la route découverte dans les informations RIP entrantes.

Configuration du démon routé

Pour configurer le démon routé :

  1. Supprimez le symbole de commentaire (#) et modifiez la clause routed dans le script shell /etc/rc.tcpip. Cela démarre automatiquement le démon routé à chaque démarrage du système.
    • Spécifiez si vous souhaitez que la passerelle s'exécute en mode actif (indicateur -s) ou passif (indicateur -q).
    • Spécifiez si vous souhaitez activer ou désactiver le traçage des paquets (indicateur -t). Le traçage des paquets peut également être activé après le démarrage du démon routé en utilisant la commande kill pour envoyer un signal SIGUSR1 au démon. Ce signal peut également être utilisé pour incrémenter le niveau de traçage sur quatre niveaux. De plus, le traçage des paquets peut être désactivé pendant l'exécution du démon routé en utilisant la commande kill pour envoyer un signal SIGUSR2 au démon. Pour plus d'informations, consultez le démon routed et la commande kill.
    • Spécifiez si vous souhaitez que le débogage soit activé ou désactivé (indicateur -d). Si vous utilisez cet indicateur, spécifiez le fichier journal dans lequel vous souhaitez stocker les informations de débogage ou choisissez qu'elles soient dirigées vers l'affichage de la console.
    • Spécifiez si vous exécutez le démon routé sur une passerelle (indicateur -g).

Configuration du démon gated

Pour configurer le démon gated :

    Décidez quels protocoles de passerelle sont les plus appropriés pour votre système. Les choix de protocoles de routage sont EGP, BGP, RIP, RIPng, HELLO, OSPF, ICMP/Router Discovery et IS-IS. Vous pouvez également utiliser SNMP, un protocole vous permettant de modifier ou d'afficher les informations de gestion d'un élément de réseau à partir d'un hôte distant.

  1. Spécifiez le niveau de sortie de trace souhaité. Si le traçage est nécessaire avant l'analyse du fichier gated.conf, utilisez l'option -t pour activer le traçage au démarrage du démon. Reportez-vous à "Gated Daemon" dans AIX Version 4.3 Commands Reference pour plus d'informations.
  2. Spécifiez les protocoles de routage que vous souhaitez utiliser. Chaque protocole a sa propre déclaration de protocole. Supprimez les symboles de commentaire (#) et modifiez les instructions correspondant aux protocoles que vous souhaitez utiliser.
    • Si vous utilisez EGP :
      • Configurez la clause EGP autonomesystem. Obtenez un numéro de système autonome auprès de l'autorité Internet si vous êtes sur Internet, ou sinon, attribuez un numéro de système autonome en tenant compte des numéros de système autonome des autres systèmes de votre réseau.
      • Définissez l'instruction EGP sur yes .
      • Mettre en place une clause de groupe pour chaque système autonome.
      • Configurez une clause de voisin pour chaque voisin de ce système autonome. Par exemple:
    • Si vous utilisez RIP ou HELLO :
      • Définissez l'instruction RIP ou HELLO sur yes .
      • Spécifiez quiet dans l'instruction RIP ou HELLO si vous souhaitez que la passerelle accepte uniquement les informations de routage, et non les informations de diffusion. Ou spécifiez le fournisseur dans l'instruction RIP ou HELLO si vous souhaitez que la passerelle diffuse les informations de routage et accepte les informations de routage.
      • Spécifiez pointopoint si vous souhaitez que la passerelle diffuse uniquement vers les passerelles source spécifiées dans l'instruction sourcegateways. Sinon, omettez cette valeur. Si vous incluez pointopoint , spécifiez un nom de passerelle ou une adresse Internet en décimal à points dans la clause sourcegateways. Par exemple : Ces deux premiers exemples pourraient tous les deux être actifs dans le fichier gated.conf.
    • Si vous utilisez BGP :
      • Configurez la clause BGP autonomesystem. Obtenez un numéro de système autonome auprès de l'autorité Internet si vous êtes sur Internet, ou sinon, attribuez un numéro de système autonome en tenant compte des numéros de système autonome des autres systèmes de votre réseau.
      • Définissez l'instruction BGP sur yes .
      • Configurez une clause d'homologue pour chaque voisin de ce système autonome. Par exemple:
    • Si vous utilisez SNMP :
      • Définissez l'instruction SNMP sur yes .

Configuration du démon gated pour exécuter IPv6

  1. Exécutez autoconf6 pour configurer automatiquement vos interfaces pour IPv6.
  2. Configurez les adresses locales du site pour chaque interface IPv6 sur laquelle vous souhaitez utiliser le routage IPv6 à l'aide de la commande suivante :

interface Est le nom de l'interface, tel que tr0 ou en0 . n Est-ce un nombre décimal par exemple, 11 adresse Est la partie de l'adresse de l'interface IPv6 qui suit les doubles deux-points par exemple, étant donné l'adresse IPv6 fe80::204:acff:fe86:298d , l'entrée d'adresse serait 204:acff : fe86:298d .

Ainsi, si le token ring tr0 a une adresse IPv6 de fe80::204:acff:fe86:298d , vous devez exécuter la commande suivante :

Voir ndpd-router pour déterminer les indicateurs à utiliser pour votre configuration réseau.

Le démarrage de ndpd-router permettra à votre système d'agir comme un routeur pour le Neighbor Discovery Protocol. Les routeurs Neighbor Discovery Protocol informent les hôtes Neighbor Discovery des informations de routage afin que les hôtes puissent router les paquets IPv6.

Tous les hôtes du réseau que vous souhaitez intégrer au réseau IPv6 doivent exécuter ndpd-host . Les hôtes du réseau qui exécutent ndpd-host se reconnaîtront comme faisant partie d'un réseau IPv6 et utiliseront le Neighbor Discovery Protocol, qui leur permet de déterminer et de surveiller les adresses de couche liaison à la fois pour autoriser le routage voisin et pour trouver des routeurs voisins pour le transfert de paquets.

Consultez ndpd-router , ndpd-host ou lisez RFC 1970, Neighbor Discovery , pour plus d'informations.

  1. Décidez quels protocoles de passerelle IPv6 sont les plus appropriés pour votre système. Les choix pour les protocoles de routage IPv6 sont Border Gateway Protocol amélioré pour IPv6 (BGP4+) et Routing Information Protocol Next Generation (RIPng).
  2. Modifiez le fichier etc/gated.conf pour refléter la configuration souhaitée du démon gated.

Lors de la configuration de BGP4+ ou RIPng, utilisez des adresses IPv6 dans lesquelles la syntaxe spécifie une adresse IP.


Stratégie d'équilibrage de charge

When a route has multiple endpoints, HAProxy distributes requests to the route among the endpoints based on the selected load-balancing strategy. This applies when no persistence information is available, such as on the first request in a session.

The strategy can be one of the following:

roundrobin : Each endpoint is used in turn, according to its weight. This is the smoothest and fairest algorithm when the server’s processing time remains equally distributed.

leastconn : The endpoint with the lowest number of connections receives the request. Round-robin is performed when multiple endpoints have the same lowest number of connections. Use this algorithm when very long sessions are expected, such as LDAP, SQL, TSE, or others. Not intended to be used with protocols that typically use short sessions such as HTTP.

la source : The source IP address is hashed and divided by the total weight of the running servers to designate which server will receive the request. This ensures that the same client IP address will always reach the same server as long as no server goes down or up. If the hash result changes due to the number of running servers changing, many clients will be directed to different servers. This algorithm is generally used with passthrough routes.

The ROUTER_TCP_BALANCE_SCHEME environment variable sets the default strategy for passthorugh routes. The ROUTER_LOAD_BALANCE_ALGORITHM environment variable sets the default strategy for the router for the remaining routes. A route specific annotation, haproxy.router.openshift.io/balance , can be used to control specific routes.


3.1  Quick Search

The Quick Search box in the upper region of every page is useful if you know the name (or part of the name) or database identifier of the object you are searching for. You may use this box to search for genes, proteins, compounds, RNAs, reactions, pathways, operons, and GO terms. If the search string matches a single object, the page for that object will be displayed immediately. If there are multiple matches, the full list of matches will be shown, organized by the type of object (e.g. gene, protein, etc.). Some examples of what can be entered into the Quick Search box include:

The name of a gene, protein, RNA, compound, pathway, operon, extragenic site, or growth medium. Spaces, punctuation and capitalization are ignored. An object will be returned if the query string matches either its common name or one of its synonyms.
Examples: pyruvate, trpA

A substring of one of the above names that is 3 or more characters in length.
Examples: pyr, kinase

The name of an organism for which a database exists within this website.
Examples: pseudomonas aeruginosa DK1

An EC number (full or partial).
Examples: 1.2.3.3, 1.3.99

A PGDB internal object identifier for a gene, protein, RNA, compound, pathway, reaction, transcription-unit, extragenic site, growth medium, or schema class. Correct capitalization may be required.
Examples: CPLX0�, HEMN‑RXN

A PGDB internal object identifier for any compound, gene, protein, pathway, reaction, transcription-unit or schema class in some other PGDB served at the same website, followed by &#[email protected]’ and the PGDB identifier (no spaces).
Examples: [email protected], HEMN&#[email protected]

An identifier from some external database to which we maintain links, e.g., a UniProt identifier or GO term. Correct capitalization and punctuation is required. Note that our set of links is not complete – just because a search for an external ID returns no result does not mean that we do not have the object in our database.
Examples: P00561, NP\_414543, C00047

A compound InChI-key (full or partial).
Examples: CKLJMWTZIZZHCS‑REOHCLBHSA‑M, CKLJMWTZIZZHCS‑REOHCLBHSA, CKLJMWTZIZZHCS

A few additional rules govern Quick Searches:

To match several words or text-fragments simultaneously, type in the words separated by spaces to find an object with all the words in its name, or separated by commas to find objects with any of the words in its name. For example, if you enter nitrate camphor in the Quick Search box, the site will search for a single object that has both nitrate et camphor in its name. However, entering nitrate, camphor would result in a Quick Search for objects having either nitrate ou alors camphor in their names.

Searches may be qualified. Currently we allow two qualifiers:

search:exact
Example Quick Search: trpa search:exact
This Quick Search will be limited to exact matches. In the example given, assuming the current organism is E. coli K-12, without the search:exact qualifier there will be several matches including genes, proteins and transcription units. With the qualifier, the search will take you directly to the trpa gene page.

type:<type-qualifier>
Example Quick Search: atp type:compound
This Quick Search will search the specified type of object only. In this example, assuming the current organism is E. coli K-12, without the type qualifier a large number of results will be returned of various types. With the qualifier, just the seven compounds with ATP in the name will be returned.
Allowable type-qualifiers are pathway, gène, enzyme, rna, go-terms, compound, réaction, operon, et organism.

If your query text is one or two characters in length, only exact text matches will be returned because of the many matches that would otherwise result. For longer text fragments, the search will return all objects that contain the text rather than match it exactly.


Internet exchange points (IXP) tie the backbone together

Backbone ISPs connect their networks at peering points, neutrally owned locations with high-speed switches and routers that move traffic among the peers. These are often owned by third parties, sometimes non-profits, that facilitate unifying the backbone.

Participating Tier 1 ISPs help fund the IXPs, but don’t charge each other for transporting traffic from the other Tier 1 ISPs in a relationship known as settlement-free peering. Such agreements eliminate potential financial disputes that might have the result of slowing down internet performance.


Sample Problem: Outside Network Devices Cannot Communicate with Inside Routers

In this scenario, Router 4 can ping both Router 5 and Router 7, but devices on the 10.10.50.0 network cannot communicate with Router 5 or Router 7 (in the test lab we emulate this by sourcing pings from the loopback interface with the IP address 10.10.50.4). Look at the network diagram:

First, clearly state the expected behavior of NAT. From the configuration of Router 6, you know that NAT is supposed to dynamically translate 10.10.50.4 to the first available address in the NAT pool "test". The pool consists of addresses 172.16.11.70 and 172.16.11.71. From what you learned in the problem above, you can deduce that the packets that Routers 5 and 7 receive either have a source address of 172.16.11.70 or 172.16.11.71. These addresses are on the same subnet as Router 7, so Router 7 should have a directly connected route, however Router 5 needs a route to the subnet if it does not have one already.

You can use the show ip route command to see that the Router 5 routing table does list 172.16.11.0:

You can use the show ip route command to see that the Router 7 routing table lists 172.16.11.0 as a directly connected subnet:

Now that you have clearly stated what NAT is supposed to do, you need to verify that it is operating correctly. Start by checking the NAT translation table and verifying that the expected translation exists. Since the translation you are interested in is created dynamically, you must first send IP traffic sourced from the appropriate address. After a sent ping, sourced from 10.10.50.4 and destined to 172.16.11.7, the translation table in Router 6 shows this:

Since the expected translation is in the translation table, you know that the ICMP echo packets are getting translated appropriately, but what about the echo reply packets? As mentioned above, you could monitor the NAT statistics, but this is not very useful in a complex environment. Another option is to run NAT debugging on the NAT router (Router 6). In this case, you should turn on debug ip nat on Router 6 while you send a ping sourced from 10.10.50.4 destined to 172.16.11.7. Le debug results are below.

Noter: When you use any debug command on a router, you could overload the router which causes it to become inoperable. Always use extreme caution, and if possible never run a debug on a critical production router without the supervision of a Cisco Technical Support engineer.

As you can see from the above debug output, the first line shows the source address of 10.10.50.4 being translated to 172.16.11.70. The second line shows the destination address of 172.16.11.70 being translated back to 10.10.50.4. This pattern repeats throughout the rest of the debug. This tells you that Router 6 is translating the packets in both directions.

Now review in more detail exactly what should be happening. Router 4 sends a packet sourced from 10.10.50.4 destined for 172.16.11.7. Router 6 performs NAT on the packet and forwards a packet with a source of 172.16.11.70 and a destination of 172.16.11.7. Router 7 sends a response with a source of 172.16.11.7 and a destination of 172.16.11.70. Router 6 performs NAT on the packet, which results in a packet with source address 172.16.11.7 and destination address 10.10.50.4. At this point Router 6 should route the packet to 10.10.50.4 based on information it has in its routing table. You need to use the show ip route command to confirm that Router 6 has the necessary route in its routing table.

Problem Summary

First you clearly defined what NAT was supposed to accomplish. Second, you verified that the necessary translations existed in the translation table. Third, you used the debug ou alors spectacle commands to verified that the translation was actually taking place. Finally, you reviewed in more detail what was happening to the packet and what the routers need in order to forward or respond to the packet.


Penetration Tests and Red Team Exercises

11.1: Conduct regular penetration testing of your Azure resources and ensure remediation of all critical security findings

Guidance: Follow the Microsoft Cloud Penetration Testing Rules of Engagement to ensure your penetration tests are not in violation of Microsoft policies. Use Microsoft's strategy and execution of Red Teaming and live site penetration testing against Microsoft-managed cloud infrastructure, services, and applications.


Voir la vidéo: Viisaasti liikkuen Keski-Karjalassa -seminaari (Octobre 2021).