Suite

Pourquoi les données manquent-elles dans mon nouveau shapefile ?


J'ai créé un nouveau shapefile à partir d'une partie d'une table attributaire. J'ai marqué toutes les lignes dont j'avais besoin et cliqué sur "enregistrer la sélection sous", ajouté le nouveau calque dans mon projet. Toutes les données sont manquantes, il n'y a que les titres des colonnes.

J'enregistre le nouveau shapefile comme ceci :

  • Format : fichier de formes ESRI
  • Encodage : Système
  • CRS de couche
  • Et la même projection que toutes les autres couches, SWEREF99 12 00.

J'ai l'habitude de travailler dans ArcMap et je travaille maintenant dans QGIS. Y a-t-il une différence entre les programmes et la façon dont je fais ce genre de chose ?


je pense que tu as coché la case"ignorer la création d'attributs"dansboîte de dialogue enregistrer en tant que calque.


L'avertissement des systèmes de coordonnées géographiques

L'avertissement relatif aux systèmes de coordonnées géographiques apparaît chaque fois que les données que vous ajoutez utilisent un système de coordonnées géographiques différent de celui utilisé dans la carte ou le globe dans lequel vous les ajoutez. Pourquoi cette information est-elle importante? ArcMap et ArcGlobe peuvent convertir des données entre des systèmes de coordonnées. C'est ce qu'on appelle souvent la projection des données. Si les systèmes de coordonnées source et cible n'utilisent pas le même système de coordonnées géographiques, les données peuvent être déplacées de quelques mètres à des centaines de mètres des emplacements corrects.

Le tableau répertorie toutes les sources de données que vous ajoutez et leurs systèmes de coordonnées géographiques. Le système de coordonnées des données ou de la carte/du globe peut être un système de coordonnées projetées comme Universal Transverse Mercator (UTM). Chaque système de coordonnées projetées est basé sur un système géographique. La boîte de dialogue récupère les informations du système de coordonnées géographiques à partir des sources de données et de la carte ou du globe.

La conversion correcte entre deux systèmes de coordonnées géographiques nécessite une transformation géographique ou de référence. ArcMap ne choisit pas automatiquement une transformation pour vous, car plusieurs transformations peuvent souvent être appliquées entre deux systèmes de coordonnées géographiques. Les transformations peuvent différer selon la méthode et les paramètres qui affectent leur précision, ou selon le domaine d'utilisation. A vous de décider quelle transformation est la plus adaptée à vos données et à vos finalités.

À partir d'ArcGIS 10.1 SP1, la transformation géographique (référence), NAD_1927_To_NAD_1983_NADCON, n'est plus ajoutée automatiquement à la liste des transformations actives lors de la création d'une nouvelle carte. Si vous utilisez des données NAD 1927 et NAD 1983 dans les 48 états inférieurs, vous devez définir cette transformation en ouvrant la boîte de dialogue Propriétés du bloc de données, en cliquant sur l'onglet Système de coordonnées, puis sur Transformations . Si la transformation n'est pas définie, les données NAD 1927 et NAD 1983 peuvent être décalées jusqu'à 200 mètres.

Le bouton Transformations ouvre la boîte de dialogue Transformations des systèmes de coordonnées géographiques, où vous pouvez voir quelles transformations déjà définies sont disponibles ou définir une transformation personnalisée ou composée. Les transformations dans la liste déroulante sont classées avec la meilleure option en premier. Ou, si vous préférez, vous pouvez accéder à la boîte de dialogue Transformations des systèmes de coordonnées géographiques via l'onglet Systèmes de coordonnées du bloc de données.

Cette boîte de dialogue Avertissement des systèmes de coordonnées géographiques n'apparaîtra pas si vous ajoutez ultérieurement des données qui n'ont pas le système de coordonnées de la carte ou du globe si vous avez défini une transformation géographique. Si la transformation se situe entre les mêmes systèmes de coordonnées, elle traitera celui défini par défaut.


Activer les métadonnées pour l'organisation

Les administrateurs configurent les métadonnées de l'organisation via les paramètres de la page de l'élément. La configuration inclut le choix du style de métadonnées. Le style contrôle l'apparence des métadonnées et les champs requis et disponibles pour créer les métadonnées sur un élément. L'organisation doit choisir le style de métadonnées qu'elle utilise déjà dans d'autres applications pour créer ses métadonnées.

Si l'organisation désactive les métadonnées, les métadonnées font toujours partie de l'élément, mais vous ne pouvez plus modifier les métadonnées au niveau de l'élément dans ArcGIS Online . Toutes les métadonnées basées sur des normes créées alors que les métadonnées étaient activées pour l'organisation peuvent toujours être consultées à partir de la page de l'élément. Pour supprimer les métadonnées basées sur des normes d'un élément, vous devez supprimer les métadonnées à l'aide de l'éditeur Web pendant que les métadonnées sont activées pour votre organisation.

De plus, les métadonnées associées aux couches dans une couche d'entités hébergée ne sont pas perdues si les métadonnées sont désactivées pour l'organisation, vous pouvez toujours afficher les métadonnées au niveau de la couche.


Limites géométriques

  • Il existe une limite de taille de 2 Go pour tout fichier de composant de fichier de formes, ce qui correspond à un maximum d'environ 70 millions d'entités ponctuelles. Le nombre réel d'entités linéaires ou surfaciques que vous pouvez stocker dans un fichier de formes dépend du nombre de sommets dans chaque ligne ou polygone (un sommet équivaut à un point).
  • Les fichiers de formes ne contiennent pas de tolérance x,y comme le font les classes d'entités de géodatabase. La tolérance x,y est la distance minimale entre les coordonnées avant qu'elles ne soient considérées comme égales. Cette tolérance x,y est utilisée lors de l'évaluation des relations entre les entités au sein de la même classe d'entités ou entre plusieurs classes d'entités. Il est également largement utilisé lors de l'édition d'entités. Si vous effectuez une opération impliquant une comparaison entre des entités, telle que l'utilisation du jeu d'outils Superposition, de l'outil Découper, de l'outil Sélectionner une couche par emplacement ou de tout outil qui prend en entrée deux classes d'entités ou plus, vous devez utiliser la géodatabase classes d'entités (qui ont une tolérance x,y) plutôt que des fichiers de formes.
  • Un fichier de formes peut prendre trois à cinq fois plus d'espace qu'une géodatabase fichier ou SDE en raison des méthodes de compression de forme.
  • Les fichiers de formes prennent en charge les multipatchs mais ne prennent pas en charge les fonctionnalités multipatch avancées suivantes :
    • Coordonnées de la texture
    • Textures et couleur des pièces
    • normales d'éclairage

    Ce processus n'apporte aucune modification permanente à l'emplacement spatial du fichier CAO lui-même. Seul l'affichage des données dans ArcMap est modifié. Voir Fichiers du monde pour les jeux de données CAO.

    Ajouter des données et sélectionner des points de référence

    1. Ouvrez ArcMap avec une nouvelle carte vide.
      1. Clique le Ajouter des données , accédez au répertoire où se trouvent les données CAO et double-cliquez sur l'icône bleue.
      2. Ajoutez uniquement la couche de polylignes à ArcMap.
      1. Clique le Vue menu > Propriétés du bloc de données > Général languette. Met le Unités cartographiques aux unités qui ont été utilisées pour créer le fichier CAO. Les unités sont souvent des pieds ou des mètres, bien que des pouces, des centimètres ou même des millimètres aient pu être utilisés. Si les unités utilisées pour la création du fichier sont inconnues, sélectionnez les pieds.
      2. Après avoir défini les unités de la carte, le Unités d'affichage devient actif. Définissez les unités d'affichage pour qu'elles correspondent aux unités de la carte.
      3. Cliquez sur Appliquer et d'accord dans le Propriétés du bloc de données boite de dialogue.
      4. Aller à Insérer > nouveau bloc de données, en ajoutant un nouveau bloc de données au document ArcMap.
      5. Clique le Ajouter des données et sélectionnez les données de référence. Le jeu de données de référence peut être un fichier de formes, une couverture, une classe d'entités de géodatabase ou même une image. Notez les mises en garde suivantes :
        • Les données de référence doivent contenir des caractéristiques pouvant correspondre exactement aux caractéristiques des données CAO.
        • Les données de référence doivent se trouver dans le système de coordonnées vers lequel les données CAO sont transformées.
        • Les données de référence doivent avoir la projection définie.
        • Les données de référence doivent être projetées dans les mêmes unités que celles utilisées pour créer le fichier CAO.
        • N'utilisez pas de données de référence dans un système de coordonnées géographiques.
      6. Comparez la couche de polyligne CAO avec la couche de référence et identifiez deux points à utiliser pour la transformation.
        • Ces points doivent être aussi éloignés que possible. Par exemple, si un point de référence se trouve dans le coin nord-est des données CAO, le deuxième point doit se trouver dans le coin sud-ouest.

      Créer des marqueurs et copier des coordonnées

      1. En utilisant le Agrandir dans ArcMap, effectuez un zoom avant sur le premier point de contrôle de la couche de polylignes CAO à utiliser pour la transformation. Effectuez un zoom avant jusqu'à ce que l'échelle de la carte affichée sur la barre d'outils standard atteigne 1:1.
      2. Sur le Dessin barre d'outils, cliquez sur la flèche déroulante à côté de Nouveau rectangle outil, représenté par le carré blanc.
      3. Sélectionnez le Nouveau marqueur et cliquez pour créer un nouveau marqueur sur le point dans les données CAO sélectionné à l'étape 1.
      4. Double-cliquez sur le symbole du marqueur et sélectionnez le Taille et position languette.
      5. Ouvrez le Bloc-notes.
      6. Sélectionnez, cliquez avec le bouton droit et copiez le Coordonnée X affiché sur le Taille et position pour le symbole de marqueur ajouté à la carte à l'étape 3. Copiez uniquement le numéro. Ne copiez pas l'espace après le numéro ou l'abréviation des unités d'affichage. Par exemple, si la coordonnée X est 1234,5678 ft., copiez uniquement 1234,5678.
      7. Collez ce numéro dans la première position du fichier Bloc-notes et tapez une virgule après la coordonnée X.
      8. Sélectionnez la valeur de la coordonnée Y dans le Taille et position tab et collez cette coordonnée immédiatement après la virgule suivant la coordonnée X dans le Bloc-notes. Le fichier Bloc-notes est formaté comme suit :
      1. Après avoir collé la coordonnée Y, appuyez sur la touche espace pour ajouter un espace après la coordonnée Y.
      2. Effectuez un zoom sur toute l'étendue de la couche de polyligne CAO et effectuez un zoom avant sur le deuxième point de contrôle utilisé pour transformer les données, comme indiqué à l'étape 1 ci-dessus.
      3. Répétez les étapes 2 à 8, en copiant et en collant les coordonnées du deuxième point de contrôle dans le même fichier Bloc-notes. Le fichier Bloc-notes est maintenant formaté comme suit :
      1. Encore une fois, appuyez sur la barre d'espace après la coordonnée Y sur la deuxième ligne.

      Construire et enregistrer le fichier du monde

      1. Dans le Bloc-notes, accédez à Fichier > Enregistrer sous, et accédez au répertoire sur l'ordinateur où le fichier CAO est enregistré.
      2. Dans la partie inférieure du Enregistrer sous boîte de dialogue, modifier Sauvegarder comme type à Tous les fichiers. L'encodage reste ANSI.
      3. Tapez le nom du fichier, qui ne peut pas contenir d'espaces, et ajoutez une extension .WLD. Par exemple, si le nom du fichier CAO est Parcels020313.dwg, le nom du fichier universel est Parcels020313.wld.
      4. Revenez à ArcMap et activez le nouveau bloc de données. Cliquez avec le bouton droit sur le titre du nouveau bloc de données et sélectionnez Activer dans le menu déroulant.
      5. En utilisant le Agrandir outil, comme décrit dans la section précédente, effectuez un zoom avant sur le point de contrôle dans les données de référence, en lequel le premier point de contrôle du fichier CAO est transformé.
      6. Répétez les étapes 2 à 8 de la section précédente pour capturer les coordonnées du point de contrôle et collez les coordonnées dans le fichier Bloc-notes, comme indiqué ci-dessous. Il y a un espace entre CAD-X, CAD-Y et REF-X, REF-Y. Le fichier Bloc-notes est maintenant formaté comme suit :
      1. Dans le Bloc-notes, cliquez sur Fichier > Enregistrer.
      2. Effectuez un zoom avant sur l'emplacement du deuxième point de contrôle dans les données de référence, comme décrit ci-dessus.
      3. Répétez les étapes pour capturer les coordonnées du deuxième point de contrôle à partir des données de référence.
      4. Copiez et collez ces coordonnées dans le fichier Bloc-notes, sur la deuxième ligne, après CAD-X, CAD-Y (espace). Le fichier Bloc-notes est formaté comme suit :
      1. Dans le Bloc-notes, le fichier terminé se présentera comme suit. Il n'y a pas de rubriques. Cliquez sur Fichier > Enregistrer.

      Transformer les données CAO

      Avec le fichier monde construit et enregistré, il est désormais possible de transformer les données CAO.

      1. Activez le bloc de données qui contient les données CAO.
      2. Cliquez avec le bouton droit sur le nom de la couche CAO et accédez à Propriétés.
      3. Sélectionnez le Transformations onglet et cochez la case dans le coin supérieur gauche intitulé Activer les transformations.
      4. En utilisant le Parcourir , accédez à l'emplacement où le fichier mondial est enregistré, sélectionnez le fichier et cliquez sur Ouvert.
      5. Dans le Propriétés de la couche boîte de dialogue, cliquez sur Appliquer et d'accord. Les fonctions CAO disparaissent du bloc de données.
      6. Faites glisser et déposez la couche de référence du deuxième bloc de données dans le bloc de données contenant les données CAO.
      7. Cliquez avec le bouton droit sur le nom de la couche CAO et sélectionnez Zoom sur le calque. Les données CAO ont été transformées pour se superposer aux autres données dans un système de coordonnées du monde réel.
      1. Exportez la couche DAO vers un fichier de formes ou une classe d'entités de géodatabase et définissez la projection du nouveau jeu de données pour qu'elle corresponde aux autres données. Cliquez avec le bouton droit sur la couche CAO, sélectionnez > Exporter les données Les données.
      2. Accédez à un emplacement approprié pour le nouveau jeu de données, nommez-le et cliquez sur d'accord.

      Pour obtenir des instructions sur la définition de la projection du nouveau fichier de formes ou de la nouvelle classe d'entités, consultez l'article de la base de connaissances Esri sur la compréhension de l'utilisation des projections cartographiques dans ArcGIS dans la section Informations connexes ci-dessous.


      Comment : créer des fichiers de métadonnées de projection (.prj) pour les fichiers de formes

      Dans ArcPad, les outils ou boutons GPS ne sont activés que lorsqu'une couche avec un
      la projection associée, ou fichier .prj, est ajoutée.

      Vous pouvez créer des fichiers .prj de l'une des manières suivantes :

      · La méthode Projection Utility :

      L'utilitaire de projection est un outil autonome qui est installé avec ArcView GIS 3.2. Cet outil basé sur un assistant vous permet de projeter un ou plusieurs fichiers de formes dans un système de coordonnées. Pour utiliser cet outil :

      1. Cliquez sur Démarrer > Programmes > Esri > ArcView GIS 3.2 > Utilitaire de projection.
      2. Cliquez sur Parcourir et sélectionnez un ou plusieurs fichiers de formes.
      3. Cliquez sur Suivant.
      4. Sélectionnez la création de fichiers .prj.

      Pour plus d'informations sur l'utilitaire de projection, consultez l'aide en ligne d'ArcView 3.2. Tapez 'prj files' dans l'onglet Index et sélectionnez 'Foire aux questions.'

      Si vous n'avez pas accès à l'utilitaire de projection, vous pouvez créer un fichier .prj manuellement à l'aide d'un éditeur de texte tel que le Bloc-notes.

      Un système de coordonnées est soit géographique (longitude, latitude) soit projeté (X, Y). Le système de coordonnées est composé de plusieurs objets. Chaque objet a un mot-clé en majuscules (par exemple, DATUM ou UNIT), suivi des paramètres définis et délimités par des virgules de l'objet entre parenthèses. Certains objets peuvent être composés d'autres objets.

      Le moteur de projection ESRI stocke les métadonnées d'un système de coordonnées dans une chaîne ou dans un fichier .prj. La chaîne, également appelée chaîne PE, doit être continue. Une chaîne PE est quelque peu complexe car bon nombre de ses pièces sont explicitement définies. Vous pouvez définir vos propres unités, références et sphéroïdes.

      Si vous créez une chaîne PE à partir de zéro, assurez-vous que l'option 'Word Wrap' n'est pas sélectionnée dans le Bloc-notes. Les exemples de chaînes PE ici sont formatés pour plus de lisibilité.

      La définition Extended Backus Naur Form (EBNF) pour la représentation sous forme de chaîne d'un système de coordonnées est :


      Un système de coordonnées d'un jeu de données est identifié par le mot-clé PROJCS si les données sont en coordonnées projetées, ou par GEOGCS si en coordonnées géographiques. Le mot-clé PROJCS est suivi de toutes les pièces qui définissent le système de coordonnées projeté. Un objet contient le nom du système de coordonnées projeté, suivi du système de coordonnées géographiques, de la projection cartographique, d'un ou plusieurs paramètres de projection et de l'unité de mesure linéaire.

      Tous les systèmes de coordonnées projetés sont basés sur un système de coordonnées géographiques, vous allez donc d'abord décrire les éléments spécifiques à un système de coordonnées projetées. Par exemple, la zone UTM 10N sur le datum NAD83 est définie comme


      Le nom du système de coordonnées géographiques est suivi du datum, du premier méridien et de l'unité de mesure angulaire. La chaîne du système de coordonnées géographiques pour la zone UTM 10N sur NAD 1983 est :


      L'objet UNIT peut représenter des unités de mesure angulaires ou linéaires.


      Le facteur de conversion spécifie le nombre de mètres (pour une unité linéaire) ou le nombre de radians (pour une unité angulaire) par unité et doit être supérieur à zéro.

      La représentation sous forme de chaîne complète de NAD 1983 UTM zone 10N est :


      Les paramètres de projection utilisent les unités de mesure des systèmes de coordonnées projetées et géographiques. Les paramètres linéaires, comme les fausses abscisses et les fausses ordonnées, ont les mêmes unités que l'unité de mesure linéaire répertoriée à la fin de la chaîne du système de coordonnées projeté. Les paramètres angulaires, comme le méridien central, la latitude d'origine et le parallèle standard 1, utilisent l'unité de mesure angulaire répertoriée dans la définition du système de coordonnées géographiques.

      Vous devez utiliser les noms prédéfinis pour la projection cartographique et les objets paramètres afin que Projection Engine puisse les interpréter correctement. Pour tous les autres objets, vous pouvez soit utiliser des noms et des valeurs prédéfinis, soit définir les vôtres. Supposons que vous définissiez le système de coordonnées géographiques suivant :


      La seule différence avec le système de coordonnées géographiques prédéfini NAD 1983 est le nom. Vous obtiendrez les mêmes résultats si vous projetez des données avec l'un ou l'autre GCS, mais le moteur de projection ne prend pas en compte les deux définitions équivalentes.

      La méthode la plus simple pour créer une nouvelle chaîne PE consiste à modifier une chaîne existante. Vous pouvez copier et modifier des pièces selon vos besoins à partir de plusieurs exemples. Les paramètres de projection doivent être dans les mêmes unités que les systèmes de coordonnées. Si vous modifiez un système de coordonnées projetées basé sur des mètres pour utiliser les pieds, assurez-vous d'ajuster les valeurs des paramètres de fausse est et de fausse nord aux pieds. Il s'agit de la zone UTM 10N basée sur le NAD 1983 :


      Pour le changer en pieds d'arpentage américains :

      1. Le nom PROJCS pour identifier facilement les nouveautés. Le nouveau nom sera NAD_1983_UTM_Zone_10N_Feet).

      2. Le nom et la valeur de l'unité linéaire de mesure. La chaîne pour les pieds d'arpentage américains est UNIT["Feet_US",0.30480060960122].

      3. Les valeurs des paramètres de projection linéaire. La valeur de la fausse ordonnée est de 0,0 et reste inchangée. La valeur de fausse abscisse est de 500000,0 mètres. Dans les pieds d'enquête américains,
      la valeur est 1640416.6667.


      N'oubliez pas qu'une chaîne PE est simplement une collection d'objets. Si vous le pouvez, copiez une chaîne de système de coordonnées géographiques qui inclut le datum, le sphéroïde, le premier méridien et l'unité de mesure angulaire. Vous n'avez pas besoin de définir individuellement les chaînes de sphéroïde ou d'unité.


      Pourquoi les données manquent-elles dans mon nouveau shapefile ? - Systèmes d'information géographique

      Le DEP du New Jersey a développé la prochaine génération de NJ-GeoWeb sur la plateforme ArcGIS Online.

      Cette application permet aux utilisateurs d'accéder aux données SIG NJDEP sur Internet. Les utilisateurs peuvent visualiser, interroger et analyser les données SIG du Ministère avec les informations environnementales connexes. Une amélioration majeure est la possibilité de télécharger des fichiers de formes à partir d'un lecteur local et des données à partir d'autres sources pour les afficher dans l'application.

      Remarque : Depuis le 31 juillet 2020, l'application a été mise à niveau vers une nouvelle plate-forme. Nous avons élaboré un guide de démarrage rapide pour vous aider à vous familiariser avec notre nouveau produit.

      Veuillez consulter la clause de non-responsabilité concernant les données.

      Avis concernant les sols SSURGO : Le NJDEP ne fournit plus la couche SIG Soils SSURGO en tant qu'élément ArcGIS Online. La base de données faisant autorité est accessible via la page Web du NJ Office of GIS : usda-nrcs-soil-survey-geographic-ssurgo-database-access. En cliquant sur le bouton Ouvrir, vous serez redirigé vers la passerelle de données géospatiales USDA-NRCS, où vous pourrez télécharger les données localement. Vous aurez besoin d'un logiciel SIG installé sur votre ordinateur pour visualiser ces données, car il n'est pas compatible avec NJ-GeoWeb.


      Méthodes de transformation géographique

      Le déplacement de vos données entre les systèmes de coordonnées inclut parfois la transformation entre les systèmes de coordonnées géographiques.

      Étant donné que les systèmes de coordonnées géographiques contiennent des références basées sur des sphéroïdes, une transformation géographique modifie également le sphéroïde sous-jacent. Il existe plusieurs méthodes, qui ont différents niveaux de précision et de plages, pour la transformation entre les références. La précision d'une transformation particulière peut aller du centimètre au mètre selon la méthode, la qualité et le nombre de points de contrôle disponibles pour définir les paramètres de transformation.

      Une transformation géographique est toujours définie dans une direction particulière. L'image ci-dessus illustre une transformation qui convertit le système de référence nord-américain (NAD) 1927 au système géodésique mondial (WGS) 1984. Lorsque vous travaillez avec des transformations géographiques, si aucune mention n'est faite de la direction, une application ou un outil comme ArcMap gérera la directionnalité. automatiquement. Par exemple, si vous convertissez des données de WGS 1984 en NAD 1927, vous pouvez choisir une transformation appelée NAD_1927_to_WGS_1984_3 et le logiciel l'appliquera correctement.

      (ArcMap charge automatiquement une transformation géographique. Il est conçu pour les 48 états inférieurs des États-Unis et convertit entre NAD 1927 et NAD 1983.)

      Une transformation courante dans les données nord-américaines se produit entre NAD 1983 et WGS 1984, comme entre les systèmes de coordonnées géographiques GCS_North_American_1983 et GCS_WGS_1984. Consultez l'article 24159 de la base de connaissances du support ESRI pour obtenir des conseils sur la façon de déterminer la transformation à utiliser entre NAD 1983 et WGS 1984.

      Une transformation géographique convertit toujours les coordonnées géographiques (latitude-longitude). Certaines méthodes convertissent les coordonnées géographiques en coordonnées géocentriques (X,Y,Z), transforment les coordonnées X,Y,Z et reconvertissent les nouvelles valeurs en coordonnées géographiques.

      Celles-ci incluent les méthodes Geocentric Translation, Molodensky et Coordinate Frame.

      D'autres méthodes, telles que NADCON et NTv2, utilisent une grille de différences et convertissent directement les valeurs longitude-latitude.


      Pourquoi les données manquent-elles dans mon nouveau shapefile ? - Systèmes d'information géographique

      L'USGS est la principale source de données du système d'information géographique (SIG). Nos données et informations sont présentées dans des formats spatiaux et géographiques, y compris la carte nationale, Earth Explorer, GloVIS, LandsatLook, et bien plus encore.

      Cartes des unités hydrologiques

      Les États-Unis sont subdivisés en unités hydrologiques de plus en plus petites qui sont classées en quatre niveaux : régions, sous-régions, unités de comptabilité et unités de catalogage. Chaque unité est identifiée par un code d'unité hydrologique (HUC) unique composé de deux à huit chiffres en fonction de sa classification. Ce site fournit des informations et des données sur les unités hydrologiques actuelles et historiques, les noms et les numéros.

      Hydrogéologie de la région d'Adelaida, comté de San Luis Obispo, Californie

      L'USGS mène une évaluation complète des ressources en eaux souterraines de la région d'Adélaïda. Utilisez cette carte pour explorer l'hydrogéologie de la région, y compris l'utilisation des terres, la géologie et les données hydrologiques de l'USGS par bassin versant ou district de gestion de l'eau.

      Réseau de conditions hydrologiques USGS pour New York

      La carte du réseau des conditions hydrologiques affiche le réseau de surveillance du débit, les puits de surveillance de l'aquifère du substratum rocheux et les puits de surveillance de l'aquifère non consolidé dans les régions de sécheresse de l'État de New York.

      Fichier de formes SIG : utilisation des terres agricoles irriguées du comté de Sarasota, en Floride, pour la saison de croissance 2018

      Cet ensemble de données se compose d'une carte numérique détaillée des champs irrigués individuels et d'un résumé de la superficie irriguée pour la saison de croissance 2018 développée pour le comté de Sarasota, en Floride. Des données d'attributs sélectionnées comprenant le type de culture, le système d'irrigation et la source d'eau principale ont été collectées pour chaque champ irrigué.

      Fichier de formes SIG : Comtés de Citrus, Hernando, Pasco et Sumter, Floride, utilisation des terres agricoles irriguées de janvier à décembre 2019

      Cet ensemble de données se compose d'une carte numérique détaillée de l'étendue des champs et d'un résumé de la superficie irriguée pour la période entre janvier et décembre 2019 compilé pour les comtés de Citrus, Hernando, Pasco et Sumter, en Floride. Les attributs de chaque champ comprennent un type de culture général ou spécifique, un système d'irrigation et une source d'eau principale.

      Résultats de la qualité de l'eau de puits d'approvisionnement public : données et tendances inorganiques, 1974 - 2014 (Californie GAMA-PBP)

      La visionneuse de données GAMA-PBP Public-Supply Well Results permet à l'utilisateur de visualiser et de télécharger les données et les tendances de la qualité de l'eau en Californie pour 1974 - 2014. Les données sur la qualité des eaux souterraines pour 38 constituants inorganiques sont capturées et peuvent être téléchargées pour des sites individuels ou par cellule de grille. .

      Versions d'implémentation CoSMoS

      Le système de modélisation des tempêtes côtières (CoSMoS) fait des prédictions détaillées (à l'échelle métrique) sur de grandes échelles géographiques (des centaines de kilomètres) des inondations et de l'érosion côtières induites par les tempêtes pour les scénarios SLR actuels et futurs, ainsi que les changements et les changements de rivage à long terme. recul de la falaise. Plusieurs versions de CoSMoS ont été implémentées pour les zones de la côte californienne.


      SIG à mi-parcours

      (3) Petite échelle : 1 : 100 000 000 (le monde entier)
      pourrait montrer toute l'Asie avec moins de détails spécifiques.
      les images paraissent plus petites avec moins de détails.
      une carte d'un continent serait une carte à petite échelle
      Les pieds ou les mètres sont l'unité cartographique pour la plupart des applications SIG du gouvernement local

      (1) Points : les informations d'attribut seraient la hauteur du poteau, la dernière date à laquelle le poteau a été entretenu n'ont pas de dimension
      utilisé pour définir les emplacements de petits objets tels que des puits, des bâtiments ou des étangs. (pages 33-34)
      utilise une seule paire de coordonnées pour représenter l'emplacement d'une entité considérée comme n'ayant aucune dimension. Seul l'emplacement est important.
      (2)Lignes/entités linéaires/ou arcs : a 2 paires de coordonnées, rivières EX, routes, limites (p. 33-34)
      Une longue ligne droite peut être représentée par deux paires de coordonnées alors qu'une ligne courbe peut être représentée par trois coordonnées ou plus.
      Point de départ et point d'arrivée (appelés nœuds)
      les points intermédiaires d'une ligne sont appelés sommets.
      Les attributs peuvent être attachés aux lignes entières, aux segments, aux nœuds ou aux sommets.
      (3) Les polygones (entités surfaciques) sont définis par un ensemble fermé de lignes formées par un ensemble de lignes connectées, soit une ligne avec un point de fin qui se connecte au point de départ, soit un ensemble de lignes connectées de début à finir. (p. 36) Parcs EX, plaques d'égout, données d'attributs telles que la zone, le comté et peuvent inclure d'autres polygones.
      peuvent être adjacents à d'autres polygones et ainsi partager des lignes de bord avec d'autres polygones.

      (1) Intervalle égal : EX 100, 200, 300, etc. n'est pas adapté aux distributions de données à pics élevés ou asymétriques, ce qui fait la différence entre chaque intervalle (l'intervalle égal divise la plage de valeurs d'attributs en sous-plages de taille égale)

      (2) Ruptures naturelles (Jenks) : les points de rupture utilisant une méthode de clustering, les plages de classes sont spécifiques à l'ensemble de données individuel, il est donc difficile de comparer les cartes (au lieu de 0,14 - 15,05, arrondissez et faites 0,14 % - 20 %). Les classes sont basées sur des regroupements naturels inhérents aux données.

      (3) Manuel : vous permet de saisir manuellement ce que vous voulez pour vos intervalles

      (5) L'intervalle défini vous permet de spécifier une taille d'intervalle utilisée pour définir une série de classes avec la même plage de valeurs. Par exemple, chaque intervalle s'étendra sur 75 unités

      (6) Quantile : Chaque classe contient un nombre égal de caractéristiques. Différent de l'intervalle égal.

      (7) Géométrique : crée des interruptions de classe basées sur des intervalles de classe qui ont une série géométrique

      Les sorties:
      Raster :
      (1) .bmp, .tif, .jpg
      (2) taille/résolution
      (3) options de couleur

      Vecteur:
      (1) .emf (métafichier amélioré)
      (2) .eps (postscript encapsulé)
      (3) . ai (illustrateur Adobe)
      (4) .lpk (paquets de couches)

      (Récit condensé : dans le panneau de droite d'ArcCatalog, cliquez avec le bouton droit sur la géodatabase dans laquelle vous souhaitez importer le fichier de formes. Sélectionnez Importer. Classe d'entités (unique). Dans la boîte de dialogue Classe d'entités vers géodatabase (unique), cliquez sur le bouton Parcourir uniquement pour à droite du champ Entités en entrée. Accédez au fichier de formes que vous souhaitez importer. Cliquez sur Ajouter. Cliquez sur OK.)

      Problèmes/problèmes courants avec les jointures :
      (1) les types de champs sont différents (par exemple, l'un est numérique et l'autre est du texte)
      EX. les valeurs de texte "left align" tandis que les valeurs numériques "right align" dans les colonnes EX STFID et STFID_NUM)
      Solution : créez un nouveau champ de type numérique et utilisez la calculatrice de champ pour voler les données de l'ancienne valeur de texte, nommez votre nouveau champ, choisissez le type que vous souhaitez, cliquez sur ok. Sous les champs, double-cliquez sur l'ancien champ qui avait une valeur de texte sous les champs, double-cliquez sur l'ancien champ qui avait une valeur de texte sous Types, choisissez Nombre. cliquez sur OK
      (2) Le format des données varie (il faut supprimer les " tirets " entre les chiffres) EX MAPNO 48-S-138 et LOTBLOCK 28G249

      DE KYLE :
      Principes fondamentaux du livre : dans la table des matières, cliquez avec le bouton droit sur une couche. Cliquez sur Jointures et relations. Choisissez le champ de cette couche sur lequel la jointure sera basée. Choisissez le champ de la table sur lequel baser la jointure. Cliquez sur OK.

      EX de Numérique : en calculant le nombre d'Hispaniques 0-5 et 5-17 ans des colonnes de la table attributaire, le calculateur de champ vous donnerait un total : [AGE_UNDER5] + [AGE_5_17]

      (2) Projection sécante : Une projection dont la surface coupe la surface d'un globe. Une projection sécante conique ou cylindrique, par exemple, est encastrée dans un globe

      (2) Mercator transversal (cylindre, puis "déroulé" sur une surface plane) sont les types de projection les plus courants utilisés pour les données spatiales en Amérique du Nord et dans une grande partie du monde p 07

      (3) L'azimut est l'angle formé entre une direction de référence (Nord) et une ligne allant de l'observateur à un point d'intérêt projeté sur le même plan que la direction de référence (un point de référence A, et deux autres points B et C)

      (2) Système de coordonnées universel transversal de Mercator : le système de coordonnées (UTM) est un système de coordonnées global, basé sur la projection transversale de Mercator (utilisée aux États-Unis, en Amérique du Nord et dans d'autres pays113 Le système UTM divise la terre en zones de 6 degrés de large en longitude (numérotées de 1 à 60), et s'étendent
      Mercator transverse universel : Le système de coordonnées Mercator transverse universel est une application spécialisée de la projection Mercator transverse. Le globe est divisé en 60 zones, chacune s'étendant sur six degrés de longitude. Ex. Lorsque vous entendez "UTM Zone 11", c'est là que l'on peut trouver l'Idaho.

      (3) Mercator transversal : Ceci est similaire au Mercator sauf que le cylindre est tangent le long d'un méridien au lieu de l'équateur. Le résultat est une projection conforme qui ne maintient pas les vraies directions.

      (4) Projections continentales et mondiales : inclure des variantes des projections de Mercator, Goode, Mollweide et Miller, entre autres p115
      Aux États-Unis, les systèmes de coordonnées UTM et State Plane définissent un ensemble standard de projections cartographiques largement utilisées p123

      (5) Système de coordonnées géographiques : le système de coordonnées géographiques n'est pas une projection cartographique. La terre est modélisée comme une sphère ou un sphéroïde.