Suite

Exporter la ligne PostGIS vers AutoCAD avec des informations de direction graphique


Il y a quelque temps, j'ai réussi à exporter de PostgreSQL au format AutoCAD DXF une ligne (LINESTRING) à l'aide du programme ogr2ogr avec une requête PostgreSQL, et cela fonctionne (je peux le visualiser par le QuantumGIS).

À présent J'ai vraiment besoin, d'une certaine manière, exporter des informations graphiques sur la direction de cette ligne, comme de petites flèches sur la ligne.

J'ai d'abord essayé avec la fonctionnalité de style OGR "Symbol", en essayant d'inclure un champ de requête OGR_STYLE avec un contenu similaire àSYMBOLE(c:#00FF00,id:"points.sym-45,ogr-sym-7",a:X.xx). Mais je me suis rendu compte que le pilote DXF ne comprend pas et ne dessine pas ces fonctionnalités.

Alors j'ai changé radicalement d'idée et maintenant j'essaye d'exporter, en dehors de la ligne, une autre Fichier DXF avec de petits polygones triangulaires simulant la direction de la ligne, les petites flèches.

  • Premièrement je obtenir tous les points de la ligne par la fonction PostGIS ST_DumpPoints
  • Alors je obtenir chaque point avec son prochain point avec la méthode WINDOW PostgreSQL.
  • Alors je obtenir la direction du point à son prochain point par la fonction PostGIS ST_Azimut
  • Et enfin, pour dessiner le petit polygone du triangle flèche, j'ai besoin de obtenir les 2 autres points du dernier de la paire, en les localisant à X distance de l'original, avec la direction obtenue multipliée par -1 et +X et -X (respectivement pour chacun des 2 nouveaux points).
  • Ensuite, je serais en mesure de faire les petits triangles avec cela 3 points par la fonction PostGIS ST_MakePolygon

Ici, c'est l'idée de Query que j'utiliserais avec le paramètre -sql de la commande ogr2ogr, commeogr2ogr -f DXF line_directions.dxf "PG:host=192.168.1.* user=**** mot de passe=**** dbname=****" -sql "THE QUERY"

SELECT ST_MakePolygon(ST_MakeLine(ARRAY[point1, point2, point3])) AS the_geom FROM ( SELECT *, next_point AS point1, ST_Project(next_point, 10, ((orientation + 1) * (-1))) AS point2, ST_Project( next_point, 10, ((orientation - 1) * (-1))) AS point3 FROM ( SELECT *, ST_Distance(point, next_point) AS distance, ST_Azimut(point, next_point) AS orientation FROM ( SELECT geom_id, path[1] AS path, geom AS point, lead(geom) OVER (PARTITION BY geom_id ORDER BY path ASC) AS next_point FROM ( SELECT a.geom_id, (ST_DumpPoints(a.geom)).* FROM ( SELECT id AS geom_id, line AS geom FROM my_lines_table WHERE la ligne N'EST PAS NULL ) AS a ) b ORDER BY path ASC ) c WHERE next_point IS NOT NULL ) d ) e;

Je sais que dans PostGIS 2.0 il y a la fonction ST_Project qui m'aiderait à le faire mais je travaille avec le PostGIS 1.5.3 et je ne peux pas le mettre à jour.

De l'aide?


D'accord. J'ai finalement obtenu le dessin des flèches de direction des lignes par un peu de trigonométrie dans la requête PostgreSQL(PostGIS) qui génère les géométries de la commande ogr2ogr pour l'exporter vers le fichier DXF.

Le triangle de flèche que j'obtiens n'est pas parfait, il a la queue un peu déplacée mais cela suffira à mes besoins.

  • Premièrement je obtenir tous les points de la ligne par la fonction PostGIS ST_DumpPoints
  • Alors je obtenir chaque point avec son prochain point avec la méthode WINDOW PostgreSQL
  • Alors je obtenir la direction du point suivant au point par PostGIS ST_Azimut et les fonctions degrés, donc je connais le direction où créer les 2 autres points
  • Alors je obtenir également le point médian entre les 2 points de la sous-ligne
  • Alors je créer des constantes multiplicatrices avec une expression de cas sur la valeur de direction (orientation) obtenu par la fonction ST_Azimut+degrés
  • Ensuite, pour dessiner le petit polygone du triangle flèche, je obtenir les 2 autres points à partir du milieu de la ligne, en les localisant à une distance X de l'original, en ajouter ou soustraire les constantes que j'ai obtenues aux coordonnées X,Y du point médian.
  • Puis j'ai finalement faire les petits triangles avec ces 3 points par la fonction PostGIS ST_MakePolygon et ST_MakeLine

C'est ici La requête que j'utiliserai avec le paramètre -sql de la commande ogr2ogr, commeogr2ogr -f DXF line_directions.dxf "PG:host=*.*.*.* user=**** mot de passe=**** dbname=****" -sql "THE QUERY":

SELECT ST_MakePolygon(ST_MakeLine(ARRAY[point1, point2, point3, point1]))::geometry as the_geom FROM ( SELECT middle_point as point1, ST_SetSRID(ST_MakePoint(ST_X(middle_point) + x_mult - (y_mult * 0.25::float), ST_Y (middle_point) + y_mult + (x_mult * 0.25::float)), ST_SRID(middle_point)) comme point2, ST_SetSRID(ST_MakePoint(ST_X(middle_point) + x_mult + (y_mult * 0.25::float), ST_Y(middle_point) + y_mult - (x_mult * 0.25::float)), ST_SRID(middle_point)) as point3 FROM ( SELECT geom_orig, middle_point, distance, orientation, (cas quand (orientation <= 90::float) then (orientation / 90::float) * 1::float quand ((orientation > 90::float) et (orientation <= 180::float)) puis ((180::float - orientation) / 90::float) * 1::float quand (( orientation > 180::float) et (orientation <= 270::float)) puis ((orientation - 180::float) / 90::float) * -1::float else ((360::float - orientation) / 90::float) * -1::float end) * 10::float as x_mult, (cas lorsque (orientation <= 90::float) then ((90::float - ou ientation) / 90::float) * 1::float quand ((orientation > 90::float) et (orientation <= 180::float)) alors ((orientation - 90::float) / 90::float) * -1::float quand ((orientation > 180::float) et (orientation <= 270::float)) then ((270::float - orientation) / 90::float) * -1::float else ((orientation - 270::float) / 90::float) * 1::float end) * 10::float as y_mult FROM ( SELECT geom_orig, point, next_point, ST_Centroid(ST_Collect(ARRAY[point, next_point])) comme middle_point, ST_Distance(point, next_point) comme distance, degrés(ST_Azimuth(next_point, point)) AS orientation FROM ( SELECT geom_orig, path[1] as path, geom as point, lead(geom) OVER (PARTITION BY geom_orig ORDER BY path ASC) as next_point FROM ( SELECT geom as geom_orig, (ST_DumpPoints(geom::geometry)).* FROM ( SELECT line AS geom FROM my_lines_table WHERE line IS NOT NULL ) a ) b ) c ) d WHERE distance >= (10 * 2) ) e ) ogr;

Comme je l'ai dit, PostgreSQL avec PostGIS version 2.0 simplifierait beaucoup cette requête par la fonction ST_Project, jusqu'à ce que je puisse mettre à niveau ici, j'ai ma requête :)

Merci à tous pour vos commentaires et votre aide :)


Exportation

Exportationvers des données netCDF à partir d'une classe d'entités points
Vous pouvez exportation pointez les entités vers un fichier netCDF avec l'outil Entité vers NetCDF. Un champ de la table attributaire d'entités peut être exportationed soit en tant que variable netCDF, soit en tant que dimension.

Exportationla conversion d'un fichier DWG en DGN crée un fichier vide
S'applique à AutoCAD 2013, AutoCAD 2014, AutoCAD 2015, AutoCAD 2016, AutoCAD Architecture 2013, AutoCAD Architecture 2014, AutoCAD Architecture 2015, AutoCAD Architecture 2016, AutoCAD Civil 3D 2013, AutoCAD Civil 3D 2014, AutoCAD Civil 3D 2015, AutoCAD Civil 3D 2016, .

Exportation Dessin - SDTS
La norme de transfert de données spatiales (SDTS) est un format du gouvernement fédéral américain pour l'échange de données spatiales. SDTS peut être utilisé pour exportation dessins en quelques projections seulement (une limitation du format) : latitude/longitude, UTM, UPS et State Plane.

ed au format souhaité (spécifié dans son suffixe de nom de fichier), il peut être ouvert et travaillé par une application qui reconnaît et utilise ce format.

une image 2D d'une vue 3D dans un fichier graphique dans ArcGlobe et ArcScene.

en tant qu'image : vous pouvez transformer la carte en un fichier .png, .jpg, .tif ou tout autre type de fichier image. Ce sera une bonne option si vous ne souhaitez pas modifier la carte à l'avenir et si vous souhaitez l'insérer directement dans votre travail.

Affichez les calques et superpositions sélectionnés dans un xmon (modules d.*) et zoomez sur la zone souhaitée

avec d.out.gpsdrive
Voir la page d'aide d.out.gpsdrive d.out.gpsdrive output=tile_name
Utilisation de gpsfetchmap.pl .

les données du graphique, vous permettant de manipuler et de partager les données du graphique indépendamment des attributs source d'origine.

données de 2 tables à 1 fichier csv, puis importez ce fichier qui séparera ensuite les données et les enregistrera dans les tables appropriées.
Par example:
tblbook a bookid, titre et éditeur
tblbookauthor a bookauthorid, bookid et authorname .

Formater les données afin qu'elles puissent être utilisées par une autre application.
Pour plus d'informations .

. Ces données SPOT VGT du monde entier dépassent -180.

vers VRML pour une visualisation sur Internet. Téléchargez simplement un plug-in VRML pour votre navigateur Web, puis cliquez ici pour voir un exemple.

- Processus utilisé pour déplacer des données d'un programme ou système à un autre, et généralement d'un format de fichier à un autre. [1] .

fenêtre, choisissez Type de fichier : PostScript (EPS).
Accédez à votre répertoire personnel en tapant : $HOME et en appuyant sur le champ Nom de fichier vide.

plusieurs tables à la fois. C'est assez pratique pour partager vos données postgis avec d'autres qui n'ont pas de base de données postgis.

et migration de feuilles de calcul
Les programmeurs ont produit des API pour ouvrir des feuilles de calcul Excel dans une variété d'applications et d'environnements autres que Microsoft Excel. Celles-ci incluent l'ouverture de documents Excel sur le Web à l'aide de contrôles ActiveX ou de plug-ins comme Adobe Flash Player.

les données GPS et caractéristiques dans le système SIG. Au cours de ce processus, une "couche" SIG est créée pour chaque entité dans le travail GPS.

- import de données dérivées et évaluées.
L'interpolation joue un rôle très important dans tous les cas où le SIG traite des phénomènes continus ou quasi continus observés en des points discrets. Presque dans toutes les applications au moins une couche de ce type, la couche des élévations, est présente.

le fichier d'attributs de votre couche dans un certain nombre de formats, y compris dBase et ASCII.

ing tables est un outil très utile, car il vous permet de transférer des données d'ArcView vers d'autres progiciels. Par exemple, imaginez qu'on vous a demandé de développer un modèle prédictif qui explique le nombre d'espèces d'oiseaux (mammifères ou végétales) contenues dans les pays depuis votre dernière mission.

Pour déplacer des données d'un système informatique à un autre, et souvent, dans le processus, d'un format de fichier à un autre.
poste d'exposition.

vers différents formats de fichiers
Reprojection/Rééchantillonnage des données
Manipulation de données vectorielles (fusion/intersection/attributs)
Manipulation de nuages ​​de points à partir de données lidar
Données raster : interpolation, analyse des coûts, .
Analyse d'images : filtres, détection de contours, analyse de clusters, segmentation .

formatage.
MOUSSE
Il s'agit d'un SIG du domaine public développé par le département américain de l'Intérieur.

couches vers et depuis d'autres systèmes
autre SIG raster
entrée d'images du système de télédétection
autres types de SIG .

Utilisez l'option Parcourir pour sélectionner le fichier des zones humides quad Charleston que vous venez de télécharger sur le Web (charl89nwi.e00) comme fichier

Nom de fichier. Pour la source de données de sortie, saisissez uniquement le nom que vous souhaitez appeler le fichier importé. N'incluez pas le nom du lecteur ou une extension.

Pour ce faire, l'utilisateur importe la feuille de calcul des données étrangères dans Lotus, Microsoft Excel ou Microsoft Access , puis

s il dans un format compatible SIG. De cette façon, un fichier ASCII à champ fixe peut être converti en un format ASCII délimité ou dBase.

régions du monde et toutes se trouvent dans la région équatoriale. Les zones spécifiques sont l'Amérique centrale et du Sud, l'Afrique et le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est.

en tant que fichier .dat
Ouvrez 'Data Prep' à partir de la barre d'outils principale d'ERDAS
Cliquez sur créer une surface
Utiliser le fichier
Lis. Choisissez les données ASCII et accédez au fichier .dat.
Suivez les menus pour vous assurer qu'ERDAS sélectionne les colonnes correctes en tant que données x, y et z - cliquez sur OK.
Utiliser Créer
surface pour générer la surface.

De plus, MapCalc dispose de plus de cinquante « outils » pour afficher des cartes, rechercher des données, créer des graphiques, fenêtrer, importer/

et la gestion des couches cartographiques. Toutes les interactions avec le logiciel se font via des interfaces utilisateur graphiques et des icônes Windows standard, notamment des boutons, des listes de défilement, des champs actifs, etc.

Comment créer des cartes pour Internet avec HTML

Un fichier d'échange ArcInfo, également appelé fichier

fichier, est un format de fichier utilisé pour permettre le transfert d'une couverture, d'une grille ou d'un TIN et d'une table INFO associée entre différentes machines. Les fichiers d'échange ArcInfo ont une extension .e00, qui s'incrémente en .e01, .

À la fin du 20e siècle, la croissance rapide de divers systèmes avait été consolidée et standardisée sur relativement peu de plates-formes et les utilisateurs commençaient à

le concept de visualisation des données SIG sur Internet, nécessitant un format de données et des normes de transfert.

De plus, avec le logiciel approprié, vous pouvez

mises en page aux programmes de dessin populaires et aux formats graphiques.
Page associée
Utilisation des outils ArcView : Propriétés d'affichage de la mise en page
[Précédent] - Thèmes ArcView Graphiques - [Suivant] .

Fréquemment vous souhaitez effectuer une opération sur toutes vos données, comme par exemple les convertir toutes dans un format différent,

eux, ou calculer des résumés statistiques. Prenez l'habitude d'effacer d'abord la sélection afin qu'ArcView ne limite pas son fonctionnement à la sélection ! .

La base de données spatiale et non spatiale mise à jour sur le système SIG municipal aide la municipalité concernée à

et imprimez les cartes générées pour tout usage spécifique par l'agent de terrain concerné ou le propriétaire foncier à tout moment, économisant ainsi du temps et des coûts.

ArcGIS : [logiciel] ArcGIS est un progiciel SIG produit par l'Environmental Systems Research Institute (Esri) qui vous permet de collecter, stocker, gérer, visualiser,

Vous pouvez également dessiner un chemin souhaité dans Geokov Map Maker sur une carte topographique ou des cartes de base Google Maps. Le dessin peut alors être

ed sous la forme d'un fichier kml. Enregistrez le fichier avec l'extension .kml et importez-le dans Google Earth. Procédez comme ci-dessus pour dessiner le profil d'élévation du chemin.

Les fonctions de base du SIG
Données SIG et gestion des données
Présentation d'ArcGIS
Les bases de la cartographie
Travailler avec des attributs
Sélection et

fonctionnalités
Caractéristiques de symbolisation
Création de mises en page de carte
Travailler avec des systèmes de coordonnées
Placer du texte
Création de requêtes.

Les deux fichiers sont utilisés pour contenir du texte (principalement) et vous pouvez importer et

à volonté, mais ils ont des structures sous-jacentes différentes qui vous sont, la plupart du temps, invisibles. De même, les couvertures et les fichiers de formes sont tous deux utilisés pour contenir des données géographiques de type vectoriel.

Apprendre à convertir ou

un type de fichier à un autre est également une compétence très utile et précieuse à obtenir. À cet égard, être capable de reconnaître et de savoir identifier des types de fichiers différents et inconnus augmentera sans aucun doute votre maîtrise des ordinateurs et des SIG.

Terra Data développe, commercialise et soutient Geocart, le programme de projections cartographiques pour Macintosh. Geocart permet aux utilisateurs de créer des cartes et d'afficher, d'imprimer ou

les utiliser avec d'autres applications. La société vend également une gamme de bases de données haute résolution à utiliser avec Geocart.

Les documents dans la plupart des traitements de texte ne sont pas des fichiers texte uniquement, car ils incluent des informations d'en-tête codées et des caractères de formatage. Cependant, la plupart des traitements de texte importent des fichiers ASCII et ont un

, utilitaire d'enregistrement/texte uniquement ou d'impression dans un fichier qui convertit un document au format ASCII. (Voir aussi ASCII) .

Extraire les entités sélectionnées dans un nouveau jeu de données
Supprimer les entités du jeu de données existant
Créer un rapport qui agrège les attributs des entités sélectionnées
Modifier en bloc les attributs de l'ensemble de sélection
Créer une impression du jeu de sélection

les entités sélectionnées dans une feuille de calcul .

Les logiciels SIG incorporant une base de données relationnelle doivent être conformes à la norme Structured Query Language (FIPS 127-2) décrite dans la norme Database Management Systems for Multi-user Applications Standard. Un logiciel SIG n'utilisant pas de base de données relationnelle devrait pouvoir

Le point clé est que les algorithmes de navigation inertielle traditionnels reposent sur des capteurs très précis. L'IMU que mon équipe a utilisée pour le Grand Challenge 2007 de la Defense Advanced Research Project Agency (DARPA) était restreinte à l'ITAR, ce qui signifie que la qualité du capteur est suffisamment élevée pour que le gouvernement américain contrôle le

L'interopérabilité, dans le contexte de la spécification OpenGIS, consiste en des composants logiciels fonctionnant réciproquement (travaillant les uns avec les autres) pour surmonter les tâches fastidieuses de conversion par lots, d'importation/

les obstacles et les barrières d'accès aux ressources distribuées imposées par des environnements de traitement hétérogènes et des données hétérogènes.


Glossaire des termes AutoCAD

Par:

Ces entrées de glossaire couvrent les produits basés sur AutoCAD sur Windows et Mac. Bien que certaines fonctions et certains types d'objets ne soient pas disponibles dans tous les produits, les fichiers de dessin peuvent être partagés entre les produits et peuvent contenir des objets ou impliquer des fonctions d'autres produits.

Les commandes associées aux définitions sont indiquées entre parenthèses à la fin de la définition.

  • G0 (Position) - Les courbes ou surfaces se rejoignent au même endroit (position uniquement) qu'elles touchent. Mais la tangence et la courbure ne correspondent pas.
  • G1 (Tangente) - La position et la tangence entre les surfaces correspondent. Ceci indique la continuité G1 (position et tangence) entre les surfaces.
  • G2 (Courbure) - La position, la tangence et la courbure entre les surfaces correspondent. Cela indique la continuité G2 (position, tangence et courbure) entre les deux surfaces.

Dans la fonction de capture de réalité, l'intensité est un type d'attribut de point contenu dans le fichier de balayage brut qui est la réflectance de chaque point du retour laser.

Dans la fonction de rendu, l'intensité spécifie la luminosité d'une lumière. Le nombre de candelas (cd) est l'unité SI d'intensité lumineuse (puissance perçue émise par une source lumineuse dans une direction particulière).


À propos de la définition de l'emplacement géographique

Par:

L'insertion d'informations d'emplacement géographique dans un fichier de dessin fait correspondre les points du dessin aux emplacements géographiques à la surface de la Terre.

Les informations d'emplacement géographique dans un fichier de dessin sont construites autour d'une entité connue sous le nom de marqueur géographique. Le marqueur géographique pointe vers un point de référence dans l'espace modèle qui correspond à un emplacement sur la surface de la terre de latitude et de longitude connues. Le programme capture également la direction du nord à cet endroit. Sur la base de ces informations, le programme peut dériver les coordonnées géographiques de tous les autres points du fichier de dessin.

Généralement, un emplacement géographique est défini par ses coordonnées (par exemple, latitude, longitude et altitude) et le système de coordonnées (par exemple, WGS 84) utilisé pour définir les coordonnées. De plus, les coordonnées d'un emplacement peuvent différer d'un système de coordonnées SIG à un autre. Par conséquent, lorsque vous spécifiez l'emplacement géographique du marqueur géographique, le système capture également les détails du système de coordonnées SIG.

Les dessins CAO sont généralement sans unité et sont dessinés à l'échelle 1:1. Vous êtes libre de décider de l'unité linéaire qu'une unité de dessin représente. Les systèmes SIG, d'autre part, permettent au système de coordonnées de décider des unités linéaires. Afin de mapper les coordonnées CAO aux coordonnées SIG, le système doit interpréter les unités de dessin CAO en termes d'unités linéaires. Le système utilise le paramètre stocké dans la variable système INSUNITS comme mesure linéaire par défaut d'une unité de dessin. Cependant, lorsque vous insérez des informations d'emplacement géographique, vous avez la possibilité de spécifier une mesure linéaire différente (pour une unité de dessin).

Après avoir inséré un marqueur géographique dans un dessin, vous pouvez :

  • Faites en sorte que le programme détermine automatiquement l'angle de la lumière solaire lorsque vous effectuez une simulation du soleil et du ciel (études photométriques).
  • Insérez une carte à partir d'un service de cartes en ligne dans une fenêtre.
  • Réaliser des études d'environnement.
  • Utilisez des marqueurs de position pour marquer des emplacements géographiques et enregistrer des notes connexes.
  • Localisez-vous sur la carte en temps réel sur des systèmes prenant en charge la détection de localisation.
  • Exportez vers AutoCAD Map 3D et attendez-vous à ce que le modèle se positionne automatiquement.
  • Importez des fichiers raster contenant des informations d'emplacement géographique et attendez-vous à ce qu'ils se positionnent automatiquement (cela nécessite AutoCAD Raster Design).

Vous pouvez supprimer les informations d'emplacement géographique d'un fichier de dessin à l'aide de la commande GEOREMOVE. Le marqueur géographique et le système de coordonnées SIG sont supprimés du fichier de dessin. Cependant, les marqueurs de position restent dans le fichier de dessin.


Spatial Manager™ for AutoCAD - FAQ : Exportation (édition "Professional" uniquement)

Vous pouvez exporter des objets AutoCAD en tant qu'entités spatiales dans des fichiers ou des bases de données en exécutant la commande "SPMEXPORT" de Spatial Manager™ pour AutoCAD, que vous trouverez dans le ruban AutoCAD "Spatial Manager". Cela lancera l'assistant "Exporter" de l'application, qui partage certaines étapes avec l'assistant d'importation. La commande exporte non seulement les objets sélectionnés, mais enregistre leurs données d'entité étendue (EED/XDATA) sous forme de tableaux de données (voir ci-dessous). À la fin de tout processus d'exportation vers un fichier, vous pouvez ouvrir directement l'emplacement du fichier. Lors de l'exportation vers un fichier KML ou KMZ, vous pouvez choisir d'ouvrir le fichier dans Google Earth (s'il est installé)



Lors de l'exécution de l'assistant « Exporter », vous pouvez sélectionner les paramètres d'exportation qui correspondent à vos besoins :


  • Exporter la sélection
    • Sélectionner tous les objets: tous les objets du dessin seront exportés
    • Uniquement les objets sélectionnés: seule une sélection d'objets sera exportée. Vous pouvez sélectionner les objets avant d'exécuter la fonction Exporter ou en utilisant les boutons de sélection de cette fenêtre
      • Sélection manuelle
      • Select by Query : sélectionnez des objets en fonction du résultat d'une requête de données simplex ou composée (Voir "Sélection par requête")
      • Sélectionner par table : sélectionnez les objets qui ont été précédemment attachés à une table de données spécifique (Voir "Sélection par tableau")
      • Remarque : Comme vous pouvez sélectionner les objets précédemment pour exécuter cette commande, en plus de l'utilisation des options de sélection incluses ci-dessus ou en combinaison avec elles, vous pouvez utiliser d'autres outils d'application de sélection avancée, sélectionner des objets dans la grille de données ou toute autre méthode de sélection disponible dans AutoCAD (Quick Select, etc.). Notez également que, comme la plupart des commandes avancées d'application ou de sélection AutoCAD vous permettront d'appliquer la sélection à la sélection actuelle, le nombre de combinaisons possibles pour sélectionner ce qui vous intéresse est presque illimité
      • Remarque : Lorsque vous choisissez l'option d'exportation de tous les objets du dessin, les objets qui se trouvent dans des calques verrouillés, désactivés ou gelés ne seront pas inclus. Si les objets sont sélectionnés par quelque moyen que ce soit avant l'exportation et que l'option d'exporter les objets sélectionnés est choisie, ils seront exportés même s'ils se trouvent dans des calques verrouillés, désactivés ou gelés
      • Champ de clé unique: lorsqu'elle est cochée, la table de données inclura un nouveau champ de clé unique (numérique consécutif) ('AdSPMKey'). Ce champ sera défini comme clé primaire, si le fournisseur de données cible utilise des clés (SQL Server Spatial, PostGIS, SQLite, etc.)
      • Données d'entité étendue (EED): le tableau des données exportées inclura les données des objets (EED/XDATA). Vous pouvez choisir quels tableaux et/ou champs seront exportés
      • Général: lorsque coché l'un des éléments suivants, le tableau de données inclura de nouveaux champs pour les propriétés d'objet AutoCAD correspondantes
        • Poignée ('dwg_handle')
        • Couleur ('Couleur')
        • Couche ('Couche')
        • Type de ligne ('Type de ligne')
        • Épaisseur de ligne ('Épaisseur de ligne')
        • Lien hypertexte ('Lien hypertexte')
        • Épaisseur ("Épaisseur")
        • Nom et attributs ('BlkName') ('Noms d'attributs')
        • Rotation ('BlkRotation')
        • Échelles ('BlkXscale', 'BlkYscale', 'BlkZscale')
        • Contenu ('TxtString')
        • Rotation ('TxtRotation')
        • Hauteur ('TxtHeight')
        • Nom ('HPatName')
        • Angle ('HPatAngle')
        • Échelle (espacement pour les modèles utilisateur) ('HPatScale')
        • Double (modèles utilisateur) ('HPatDouble')
        • Élévation: lorsqu'elle est cochée, la table de données inclura un nouveau champ ('élévation') dont la valeur sera l'élévation des objets
          • Remarque : Quelle que soit cette option, l'application utilisera l'élévation de l'objet comme coordonnée Z lors de l'exportation de tout objet XY uniquement (cercles, polylignes, etc.)
          • X
          • Oui
          • Z
          • Remarque : si les coordonnées sont transformées au cours du processus d'exportation (voir ce paragraphe), les valeurs transformées seront exportées à la place des valeurs d'origine
          • Traiter les polylignes fermées comme des polygones: lorsqu'elle est cochée (valeur par défaut), toutes les polylignes fermées du dessin seront exportées vers la cible en tant qu'entités polygonales. La plupart du temps, les polylignes fermées représentent des éléments polygonaux dans le format de données cible et cette conversion peut être automatique
            • Remarque : Sachez que, afin d'éviter d'oublier des objets, dans ce cas et dans tout autre cas où des objets polygonaux sont exportés vers une cible de type polyligne, les contours du polygone seront exportés sous forme de polylignes
            • Si non coché (valeur par défaut) : lorsque vous exportez vers une table cible avec une structure de champs uniforme (comme les Shapefiles SHP), la table inclura tout champ ayant une valeur non nulle dans au moins un objet de la sélection d'exportation. Lorsque vous exportez vers une table cible avec une structure de champs non uniforme (comme KML), chaque objet n'inclura que les champs qui ont une valeur non nulle pour l'objet lui-même
            • Si coché : dans tous les cas, chaque objet et donc l'ensemble du tableau, comprendra tous les champs (null ou non nul)


            Quand les champs en double seront-ils automatiquement renommés (en ajoutant un suffixe corrélatif) dans les tableaux exportés ?

            • Lorsqu'il y a des champs qui peuvent être trouvés dans différentes tables ayant le même nom mais un type différent. Ainsi, celles que l'on peut trouver dans des Tables différentes mais ayant le même Nom et le même Type sont considérées comme un seul champ
            • Lorsqu'un Champ (par exemple "X") existe déjà pour n'importe quel objet, et que les options d'export obligent à ajouter un Champ du même nom (comme la coordonnée "X" des points)


            Bouton "Précédent" : Comme dans les autres assistants d'application, vous retrouverez le bouton "Précédent" à chaque étape des assistants afin de modifier ou d'ajouter tout paramètre introduit précédemment. Dans le cas de l'assistant "Exporter", ce bouton est présent même dans la dernière étape de l'assistant et est applicable même une fois le processus d'exportation terminé. Ainsi, si vous détectez que l'exportation a échoué ou a été incomplète en raison d'un paramètre erroné ou partiel, vous pouvez confortablement répéter le processus en modifiant le(s) mauvais paramètre(s) sans avoir à modifier aucun autre

            • Astuce : Cet outil peut être un gain de temps intéressant lorsque vous exportez plusieurs types d'objets vers une cible qui ne prend en charge qu'un seul type d'objet particulier. Par exemple, supposons que vous souhaitiez exporter tous les objets du dessin (linéaires, polygonaux, points) vers des fichiers de formes. Vous pouvez choisir d'exporter "Tous les objets", mais lorsque vous définissez le type d'entité que le Shapefile contiendra, vous ne pouvez choisir qu'un seul type, car il s'agit d'une limitation des Shapefiles. L'application filtrera les objets pouvant être exportés vers le type de fichier de formes choisi. Mais, une fois l'export terminé, le bouton "Retour" vous permettra de choisir un autre type de fonctionnalité pour le Shapefile cible sans modifier aucun autre paramètre (paramètres d'objet, transformation de coordonnées, etc.) pour exporter rapidement les nouveaux objets de type vers un autre Fichier de formes
              • Remarque : L'option "Automatique" que l'on peut trouver lors de l'exportation vers des fichiers de formes simplifie également cette tâche car le processus d'exportation créera automatiquement un fichier de formes différent pour chaque type d'objet (point, polyligne, etc.)


              Comment puis-je configurer la cible spatiale lors de l'exportation à partir d'AutoCAD ?

              Lorsque vous exportez à l'aide de Spatial Manager™ pour AutoCAD, vous devez sélectionner la destination d'exportation. Si besoin, vous devez également sélectionner le fournisseur de données et ses paramètres


              Tout d'abord, vous sélectionnez la destination des données exportées : un fichier ou une table à l'intérieur d'un fichier ou d'une base de données (ou à l'intérieur d'un schéma d'un fichier ou d'une base de données)


              Ensuite, vous sélectionnez un type de fichier (le fournisseur de données). Cette étape n'est pas obligatoire si vous avez sélectionné une destination basée sur l'UDS qui définit son propre fournisseur de données et les paramètres du fournisseur (comme une table SQLite, une table PostGIS, un UDS pour un fichier simple, etc.)


              Ensuite, vous configurez les paramètres de connexion du fournisseur de données d'exportation, si nécessaire (Image : exemple du fournisseur de données des fichiers KML/KMZ)


              Remarque : bien que la palette principale de l'application (voir Sources de données) soit l'outil principal pour gérer les ressources et les accès, créer/modifier des raccourcis et des sources de données utilisateur (UDS) et d'autres fonctions connexes, les menus contextuels (clic droit) dans cette exportation fenêtre, vous permettra également d'exécuter plusieurs de ces fonctions "à la volée", sans avoir à revenir à la palette principale


              Comment définir une Transformation de coordonnées lors de l'export ?

              Lorsque vous exportez des objets AutoCAD en tant qu'entités spatiales à l'aide de Spatial Manager™ pour AutoCAD, vous verrez que vous pouvez choisir une transformation des coordonnées de la source vers la cible, dans l'assistant "Exporter". Cela signifie que l'application calculera une transformation géométrique entre les données source et cible, qui dépendra du SCR choisi pour les données source (dessin) et pour les données cibles (entités sortantes). Vous pouvez choisir les CRS appropriés en cliquant sur « CRS catalog. », dans la liste déroulante des CRS pour la source ou pour les données cibles. Dans le catalogue CRS, vous pouvez :

              • Filtrez les SCR par type (Géocentrique, Projeté, etc.)
              • Choisissez un SIR en cliquant sur sa ligne dans le Catalogue
              • Recherchez les SCR en saisissant les critères de recherche dans la case « Rechercher ». Vous pouvez taper autant de mots que vous le souhaitez ici, séparés par des blancs. L'application trouvera toutes les lignes qui incluent tous ces mots dans n'importe quelle colonne du Catalogue

              Après avoir choisi une paire de CRS valides pour une Transformation, vous pouvez choisir la Zone géographique à laquelle l'appliquer (l'application choisira par défaut la Zone la plus courante pour cette Transformation)

              Si l'application « connaît », « devine » ou « peut assumer » le SCR des données source et/ou cible, elles seront choisies par défaut. Vous pourrez modifier ce choix, sauf dans les cas où un seul CRS est valide par exemple, pour un fichier KML ou un fichier KMZ le seul choix valable est le CRS WGS84 (SRID 4326), car ces types de fichiers sont toujours définis à l'aide de ce CRS

              Vous pouvez affecter un SCR au dessin, ou le modifier, en utilisant la commande 'SPMSETCRS'. En exécutant cette commande, vous accéderez au Catalogue CRS de l'application, décrit dans les lignes précédentes. Dans ce cas le Type "Projeté" sera sélectionné par défaut car c'est le choix le plus courant

              • Lors de l'exportation :
                • Ces objets sans CRS assigné adopteront le CRS du dessin dans la Transformation des coordonnées
                • Si tous les objets à exporter ont le même SCR attribué et le dessin n'a pas de SCR attribué, la Transformation des coordonnées prendra le SCR des objets comme SCR source par défaut

                Remarque : Pour désaffecter (dédéfinir) le système de coordonnées du dessin, choisissez "SCR non défini" (EPSG 0)

                • Remarques:
                  • Pour désaffecter (dédéfinir) le système de coordonnées du dessin, choisissez "CRS non défini" (EPSG 0)
                  • Comme vous le verrez, les listes déroulantes des SIR comprendront de plus en plus de SIR au fur et à mesure qu'elles ont été précédemment choisies dans d'autres opérations de Transformation, afin que vous puissiez choisir vos SIR « derniers utilisés » directement dans la liste déroulante sans avoir à accéder au Catalogue des SIR tout le temps. De plus, la fenêtre Catalogue CRS qui s'affiche lorsque vous exécutez 'SPMSETCRS' pour affecter un SCR au dessin, ou le modifier, comprend également une liste des CRS « utilisés en dernier lieu » (le cas échéant) dans la zone supérieure





                  • Remarques sur les fichiers de grille de transformation :
                    • Certaines transformations de coordonnées (NTv2, etc.) nécessitent un ou plusieurs fichiers Grid pour être traitées. Certains des fichiers Grid les plus couramment utilisés dans le monde sont inclus dans l'application, mais vous pouvez voir que d'autres vous indiquent où télécharger les fichiers Grid non inclus avec l'application (généralement une URL de téléchargement).
                    • D'autre part, même si le ou les fichiers Grille requis existent déjà (inclus en standard dans l'application, ou préalablement téléchargés par l'utilisateur), l'application permet à l'utilisateur de choisir un ou plusieurs fichiers Grille alternatifs afin qu'il puisse utiliser des transformations de grille plus précises ou mises à jour lorsque des fichiers plus appropriés sont disponibles. This custom choice for a Grid file is kept by default for a work session, but will not be memorized when exiting and re-entering the application


                    Can I quickly Export the current drawing status (Publish) to Google Earth ("Standard" and "Professional" editions)

                    Oui, vous pouvez. Regardless of the advanced Export capabilities of Spatial Manager™ for AutoCAD which can be found in the "Professional" edition, the "Standard" and "Professional" editions of the application include a specific command (SPMCREATEKML) designed to Export all or part of the objects in the drawing and their data, to a KML or KMZ file (Google Earth) through a one-click operation. This exportation process considers the current Layers organization and the properties of the Layers and objects

                    • The elements in the KML/KMZ file will assume the colors, line weights, etc. of the objects in the drawing. A subdivision based on the type(s) of the objects in the Layers will also be created for each Layer, allowing you a high level of visibility control in Google Earth
                    • The values for the NAME and DESCRIPTION of the elements in the KML/KMZ file will be automatically taken from the data fields "Name" and "Description" if those exist
                    • The Text objects will display their content as a Label in Google Earth (automatic Field "TxtString")



                    The Exported (KML/KMZ) file can now be opened in Google Earth. As an extra, if Google Earth is installed on the computer where the Export process was performed you can even open it using a button in the Export report window. Nevertheless, upon completion of the Export process you can open the file location directly




                    You can export all the objects in a drawing, a selection of objects (Manual, by Query ou alors by Table), or all the objects in a Layer

                    • Remarques:
                      • Please take a look at the notes in the first article of this chapter in order to read more about many other advanced selection options
                      • When choosing the option to export all objects in the drawing, those objects that are in locked, off or frozen layers will not be included. If the objects are selected by any means before exporting and the option to export the selected objects is chosen, they will be exported even if they are in locked, off or frozen layers



                      As an additonal parameter, you can select the option to Fill the closed Polylines as if they were Polygons. Note that if you check this option, and a Polyline is already filled in the drawing (using a Hatch, for example) you will get two polygon elements for this Polyline in the exported KML/KMZ file



                      In addition, if the set of objects to be published includes any AutoCAD raster images, you can reduce their size by a percentage while processing. This can help you solve some of the problems in Google Earth concerning large images, which cause them to be missed or cropped



                      The application needs to know the Coordinate System (CRS) of the drawing for Exporting, as in most cases this will be necessary to perform an automatic coordinate transformation to the CRS used in Google Earth. You will see a Warning window if the process cannot be carried out and you may need to assign a CRS to the drawing



                      You can read about CRSs, the CRS Catalog and the Transformation of coordinates in the previous article

                      Is there any limitation or modification in the original objects when exporting?

                      Yes, there are some limitations and there may also be automatic changes in the objects when they are exported using Spatial Manager™ for AutoCAD

                      • Limitations:
                        • Filtering of incompatible objects: there are a few object types not supported by the export processes (such as Texts, MTexts or complex 3D objects), which are automatically filtered. The filter result is displayed before exporting on the "Objects report" of the first exporting wizard window
                        • Some objects, such as Blocks or External References, are exported as Point Features (Insertion Points). In the case of the Blocks or XRef, you must Explode them before exporting if you want to export their internal objects. The "Objects report" in the first exporting wizard window also warns the user about the number of Blocks and XRef Insertions if any have been selected to export
                        • Automatic complex geometric operations: the application will review and edit the selected objects in order to export geometries accommodated in the target format


                        Sample: segmentation of an AutoCAD Circle when exported to a Polygons Shapefile (SHP)

                        How are the Extended Entity Data (EED/XDATA) exported?

                        If the selected objects to be exported have attached data (XDATA / EEDs), this object data will also be exported as data tables linked to the outgoing Features, if the Target supports these data tables. The EED/XDATA can be attached when the objects are imported, by hand using the Data Structure Management tools or can be there by a combination of both cases. As you can see at the beginning of this chapter, you can choose which Tables and/or Fields will be exported


                        Can I export 'AutoCAD Architecture' (AEC) objects?

                        Yes, Spatial Manager™ for AutoCAD allows you to export 'AutoCAD Architecture' (AEC) objects. The main purpose of this functionality is exporting AEC "Spaces", which will be treated as closed Polylines in any exporting process

                        The export usefulness for these objects is limited because the AEC Properties are not exported


                        Can I Export directly from a data source to another without first importing into AutoCAD?

                        Yes, you can directly Export/Convert from a data source to any supported data target by using the data sources contextual menu (righ-click) in the Main Spatial Manager™ for AutoCAD palette. This functionality allows you to run Export processes without having to previously import the elements from the source data table into an AutoCAD drawing, and you will find similar options (coordinate system transformation, etc.) to those you can find when exporting AutoCAD objects


                        Best way to convert gis data from one postgis table to another for simplification

                        I have dumped a lot of shapefiles into a postgis database and will be using this for a GIS application through QGIS. Now, I have developed a data dictionary that is sensible and intuitive for the end user on the trimble gathering data. So this is how the initial table is generated, with end user on trimble being top priority. Now when I use this gathered data in qgis the attribute column that shows up for selected points on some feature classes are not very simplified.

                        For example, we are a pipeline utility, and I have the trimble set up so that when they select a nominal pipe diameter, it gives options for different wall thicknesses based on that pipe size. This works well on the trimble, but then I get 8 or 9 blank values for every piece of pipe in the map. So if I select a 2" main, the attributes display the size, and wall thickness fields for every size from 3/4" to 10" but the only one that has a value is for the 2". What I would like to do, is create a new table that simplifies this, and then run the data from the table housing the trimble generated data, and dump it into the new table. This will not only require importing the data from one postgres table "Main" in the db "GIS" into a new table "Main" in my trial database, but will also require some code to search through columns a b c d etc. to find the one that that isn't null, and send it to the new table's Wall Thickness column.

                        I have several properties, and several tables that have these problems, but I think if someone can help or at least point me in the right direction on this particular situation, I can do the rest of them. This is seriously the last step in my GIS build before we are ready to start rolling it out, and I would really appreciate if someone could help me clean this up a bit.

                        I have pgadmin 4, qgis 2.18, some knowledge on SQL and can manipulate data from the command line, and I see that qgis has a built in python console that may be able to help. I know python a bit, and could probably get by if the best route is through it. Just a bit of information on myself to help you guys determine my best route. Thanks again!


                        File Format (GIS)

                        File formats define in which way the geographical features are stored. Raster and vector data are stored in different formats.

                        There are numerous formats available for both raster and vector data. It is important to consider the file format of GIS data because software programs rarely support all file types. If you want to use GIS data that was saved in a particular format not supported by your GIS program, you must either find a way to transform the data or simply use another GIS program.

                        Nearly all GIS programs have their own file format. These file formats were created to optimise the efficiency of the program itself, and were not designed to be used in other external programs. Nevertheless, most GIS programs support other formats by having functions to import and export datasets. These functions are usually well documented and standardised.

                        Below is a list of some GIS file formats, in alphabethic order. It should be noted that this list is far from being complete!

                        Vector FormatsARC, Esri generate line

                        Simple ASCII format which can handle point and line data.

                        DGN, MicroStation Design Files:

                        DGN is an intern format for MicroStation, a CAD program (CAD means “Computer-Aided Design”). This format is well documented and standardised, which makes it possible to use it an import/export format. DGN files contain detailed visualisation information (display).

                        DLG, Digital Line Graphs

                        DLG is used by the US Geological Survey (USGS) for handling vector information from printed paper maps. It contains very precise coordinate information and sophisticated information about object classification, but no other attributes. DLG does not contain any visualisation information (display). This format is mainly used by the USGS and other American agencies, which have used it for publication of many digital maps.

                        DWG, Autodesk Drawing Files

                        DWG is an intern format for AutoCAD. AutoCAD can convert DWG files to DXF files without loosing graphic information. There are many possibilities for saving attribute data in DWG files. A common standard method uses Extended Entity Data (EED) to link attributes, but other methods are possible. Because of the lack of standards for linking attributes, problems may occur while converting this format between systems.

                        DXF, Autodesk Drawing eXchange Format

                        DXF is a common transfer format for vector data. It contains visualisation information and is supported by nearly all graphic programs. There are many ways for saving attribute data in DXF format and to link DXF objects to external attributes (see DWG above). Nearly all programs can successfully import this format because of high standards.

                        E00, ARC/INFO interchange file

                        E00 is a transfer format available both as ASCII and binary form. It is mainly used to exchange files between different versions of ARC/INFO, but can also be read by many other GIS programs. It is a common format for GIS data found on the Internet.

                        GML, Geography Markup Language

                        XML-standard for exchanging and saving geographical vector data. It is used in the Open GIS Consortium.

                        KF85, Kommunförbundets transfereringsformat (ISOK)

                        Is a format, which can handle point, line and polygon data, as well as text and symbols. But it is not possible to convert and exchange attribute data.

                        MIF/MID, MapInfo Interchange Format

                        MIF/MID is MapInfo’s standard format, but most other GIS programs can also read it. The format handles three types of information: geometry attributes and visualisation.

                        SDTS, Spatial Data Transfer System

                        SDTS is a transfer format developed in the USA and is designed for handling all types of geographical data. SDTS can be saves as ASCII or binary. In principle, all geographical objects can be saved as SDTS, including coordinates, complex attributes and visualisation information. These advantages nevertheless increase complexity. To simplify it, many standards have been developed as “co-projects” to SDTS. The first of these standards is Topological Vector Profile (TVP), used to save some types of vector data.

                        SHP, ESRI shapefile

                        Shape is ArcView’s internal format for vector data. Associated to the Shape file (*.shp), there is a file to handle attributes (*.dbf) and an index file (*.shx). Nearly all other GIS programs can import this format.

                        SVG, Scalable Vector Graphics

                        XML-standard for presentation of vector on the Internet. It is approved in the World Wide Web Consortium.

                        TIGER, Topologically Integrated Geographic Encoding and Referencing Files

                        TIGER is an ASCII transfer format made by the US Census Bureau to save road maps. It contains complete geographic coordinates and is line-based. The most important attributes include road names and address information. TIGER has its own visualisation information.

                        VPF, Vector Product Format

                        VPF is a binary format made by the US Defense Mapping Agency. It is well documented and can easily be used internally or as a transfer format It contains geometry and attribute information, but no visualisation information. VPF files are also named VMAP product. The Digital Chart of the World (DCW) is published in this form.

                        VXP, Idrisi32 ASCII vector export format

                        IDRISI 32’s vector export format (ASCII).

                        WMF, Microsoft Windows Metafile

                        WMF is a vector file format for Microsoft Windows Operation Systems. WMF files are actually a compilation of GDI (Graphics Device Interface).

                        Raster Formats

                        Raster files are used to store images like, for example, a scanned paper map, digital photographs or satellite images, but also to store variables which vary continuously in space, like topography and temperature. Images from satellites, or other aircrafts, are known as remote sensing data. The resolution of raster data refers to the area on the ground covered by one pixel. This differs to other image data, where the resolution is given in dots per inch (dpi).

                        ADRG, Arc Digitized Raster Graphics

                        ADRG is a format created by the US military to save paper maps in raster format.

                        BIL, Band Interleaved by Line

                        BIL is a computer compatible tape (CCT) format that stores all bands of remotely sensed data in one image file. Scanlines are sequenced by interleaving all image bands. The CCT header appears once in a set.

                        BIP, Band Interleaved by Pixel

                        When using the BIP image format, each line of an image is stored sequentially, line 1 all bands, line 2 all bands, etc. For example, the first line of a three-band image would be stored as p1b1, p1b2, p1b3, p2b1, p2b2, p2b3, where p1b1 indicates pixel one, band one, p1b2 indicates pixel one, band two, etc.

                        BSQ, Band Sequential

                        BSQ is a computer compatible tape (CCT) format that stores each band of satellite data in one image file for all scanlines in the imagery array. The CCT headers are recorded on each band.

                        DEM, Digital Elevation Model

                        DEM is a raster format created by the USGS (US Geological Survey) for saving elevation data. In contrast to other raster formats where the cell values represent the colour intensity, the cell values in DEM represent the elevation for that position on the Earth’s surface.

                        *.dem, *.hdr, DEM ArcInfo

                        ArcINFO:s (ESRI) elevation data format.

                        GTOPO30, Global 30 Arc Second Elevation Data Set

                        GTOPO30 is a global, digital elevation model with a horizontal cell size of approx. 1km (30 seconds). GTOPO30 was created from different raster and vector sources.

                        GeoTIFF

                        GeoTIFF is a form of TIFF (Tag Image File Format) format for georeferenced raster data.

                        GRIB, GRid In Binary

                        GRIB is the World Meteorological Organisation’s (WMO) standard for grid-based meteorological data.

                        PCX, PC Paintbrush Exchange

                        PCX is a common raster format found in many scanners and graphic programs.

                        SDTS, Spatial Data Transfer Standard

                        SDTS is a format for transferring geographical information. A SDTS variant is specifically made for transferring raster data.

                        TIFF, Tagged Image File Format

                        Like PCX, TIFF is a common raster format produced by drawing programs and scanners. TIFF format gives a relatively big data file, but compresses the data without loss of information.

                        Both raster and vector formats

                        Today more and more geographical data are stored in spatially extended database systems. These can store and manage both raster and vector data.


                        RELATIVE COORDINATE ENTRY

                        For relative coordinates, AutoCAD does not count from 0,0. Instead, the reference point is the previous point in the drawing. Let’s draw another line, and see what it looks like compared to the old one:

                        1. Taper L on the command line and press enter
                        2. Taper 4,6 on the command line and press enter
                        3. Taper @5,3 on the command line and press enter
                        4. Press enter to finish the line command

                        AutoCAD recognizes the @ symbol as instructions to count using relative coordinates.

                        Notice the difference. While both lines made thus far started at the same point, this time, for the second vertex, AutoCAD counted 5 over and 3 up from the first vertex, and made the line between those two locales.


                        PROCESS OVERVIEW

                        DEFINE THE DATA

                        Enter the table name "PARCEL".

                        Enter a field name "NAME", choose Character as its Type, and click Add.

                        Enter another field name "ZONING", choose Character as its type, and click Add again.

                        (You may have to click outside the Field Name box to get the Add button active.)

                        Click OK to finish the definition of this data table.

                        Click Close to finish defining tables.

                        ATTACH THE DATA

                        Use the ADEATTACHDATA command:

                        EDIT THE DATA

                        Fill in the data for each object using PROPERTIES.

                        EXPORT THE DATA

                        Make a folder for your GIS export. I will export to the DesktopGIS-Parcel folder.

                        Use the MAPEXPORT command:

                        Choose ESRI Shapefile (*.shp) file type, browse to the place you want to put your export, and enter "Parcel" for the Shapefile name.

                        In the Selection tab of the MAPEXPORT form, I chose Polygon and Select manually. Then I picked the polylines that have the data.

                        In the Data tab of the MAPEXPORT form, click Select Attributes. Expand Object Data and pick the fields you want to export. Then click OK.


                        The DLLs and code you mentioned are used to create plugins for AutoCAD.

                        But you may need to get started with the API, see a basic tutorial at http://www.autodesk.com/myfirstautocadplugin

                        To meet the requirements of your post, you can opt for third party plugins (which allow you to export DWGs to PNG, JPG etc) and associate the chosen plugin with your Visual Studio Solution to allow you to export DWGs to PNG, JPG etc . However, under Autodesk's point of view, the recommendation will always be to consume the API for you to develop plugins and / or achieve your requirements through the API I particularly prefer to go and spoil the manufacturer's native solutions and then think about using a third-party solution. It is worth mentioning that I am a Developer and I develop plugins for AutoCAD software but I am not from Autodesk and I do not win today to defend this point of view.

                        The only aspects that are separators in your choice is to know if the DWGs are linked from Database Servers or not. And, in case DWGs are independent of Database Server, if the third-party plugin is free or you have to pay to take advantage of the features you need.

                        Here is an example code I use to drive AutoCAD through an external application (Console Application Project) as Autodesk develops its products using also COM interfaces, allows us developers to consume the features intrinsic to Autodesk Softwares that can be executed by the external application. At the code bellow, open the AutoCAD application by your Program ID and iterate throw all DWG files using a native command named JPGOUT.

                        Premise to use this source code example (this was tested and is in using):

                        a) Have an AutoCAD product installed (if you do not have a license and will use a student version to download the 2018 version because the 2019 has license-based encryption to open the DWG will always throw an exception)

                        b) Create a Visual Studio project of type Console Application with build in x64 processing architecture


                        In a Digital World…

                        … a career in GIS can take you where you want to go.

                        Environmental Management. Land Use Planning. Engineering. Natural Resource Management. Transportation. Real Estate. Utilities. Business and Marketing. Mineral Exploration. Health and Social Services.

                        La liste continue. The potential uses of GIS technology are numerous and diverse, and are found everywhere – from local government to the United Nations, from community organizations to global corporations, in the public and private sectors.

                        Geospatial technology use is growing at a rapid pace around the world and exciting opportunities for well educated and trained people are increasing.

                        Whether you are a recent university or college graduate getting started in a career, or an experienced professional seeking new employment opportunities or career advancement, we invite you to explore our programs and courses to learn more.

                        The Advanced Certificate in GIS is designed for a person with a full-time career, (e.g. engineer, urban planner, retail analyst), who needs to add some GIS knowledge to their existing skill set, but not be a major component of their job. After completion of the Advanced Certificate, there is an opportunity for the person to take either the Advanced Diploma or the Bachelor of Technology in GIS.

                        The Advanced Diploma program in GIS is aimed at university or college graduates who seek an intensive technical education that will prepare them for a career in GIS.

                        The Bachelor of Technology in GIS covers the same courses as the Advanced Diploma, with additional studies in management and liberal arts, and includes a GIS work experience. The BTech in GIS is a degree completion program for those with an associate degree or college diploma who need a baccalaureate education.

                        Our GIS courses can be completed in either a full-time or part-time format. All part-time courses are available through online learning.

                        Program Entrance and Laddering Options

                        View our entrance and laddering options in a PDF format.

                        Noter: This information session was held May 21, 2020 and topics discussed in this session are subject to change without notice.


                        Voir la vidéo: Créer un système de coordonnées et importer un shapefile dans AutoCAD Civil 3D (Octobre 2021).