Suite

Comment créer et servir des tuiles de carte ?


J'ai un fichier de formes trop volumineux pour être utilisé comme vecteur. De plus, j'en ai besoin uniquement comme tuile d'arrière-plan, pas comme couche avec des attributs.

J'ai pensé à créer des tuiles dans MapTiler car je l'ai déjà acheté. Je vois que MapTiles accepte l'entrée raster. Où dois-je créer des rasters à partir d'un fichier de formes ? J'en ai besoin pour seulement 3-4 niveaux de zoom. Quelle serait la prochaine étape ? J'ai un très bon serveur, dois-je le télécharger sur mon serveur ? Dois-je le traiter via Geoserver en tant que WMS ? Quelle serait la meilleure approche si j'en ai besoin dans l'application Leaflet ?


Vous pouvez utiliser le logiciel QGIS et son plugin appelé Qtiles pour convertir votre shapefile en tuiles. https://plugins.qgis.org/plugins/qtiles/. Une autre façon de générer des tuiles consiste à utiliser TileMill en exportant un fichier de formes.


Créer un cache de carte

La meilleure façon de créer des services de carte rapides est de les mettre en cache. Lorsque vous mettez en cache un service de carte, le serveur dessine la carte à un ensemble de niveaux d'échelle que vous définissez et enregistre les images. Lorsque le serveur reçoit une demande de carte, il est beaucoup plus rapide de renvoyer l'une de ces images mises en cache que de dessiner à nouveau la carte.

La mise en cache est appropriée pour les fonds de carte et les cartes qui ne changent pas souvent. Pour les cartes qui ne changent qu'occasionnellement, des outils sont disponibles pour mettre à jour le cache. Pour obtenir des performances optimales, vous devez mettre en cache autant de couches que possible. Vous trouverez peut-être utile de créer deux cartes et de séparer les couches appropriées pour la mise en cache des couches qu'il ne serait pas possible de mettre en cache. Par exemple, vous pouvez créer un service de carte mis en cache à partir des couches de fond de carte et un service de carte non mis en cache à partir de couches mises à jour en temps réel ou de couches qui changent à la suite d'une analyse ou d'une modélisation.

La création d'un cache de carte efficace nécessite un travail de conception et de création minutieux avant de créer le cache. Cette rubrique décrit le processus de planification et de création d'une carte qui sera mise en cache. Vous publierez ensuite un service de carte et spécifierez quand le cache doit être créé. Enfin, vous testerez le cache dans une application cliente.


Comment créer et servir des tuiles de carte ? - Systèmes d'information géographique

1) Comment partager des cartes en ligne

Liste des sujets vidéo :

Détails des paramètres :

  • Niveaux de zoom: Déterminez l'échelle maximale.
    * Pour chaque zoom/"niveau de détail" augmenté le temps de publication double.
    * Le niveau de zoom 9 est recommandé dans la plupart des cas, dépend du niveau de détails de la carte [1].
  • Nom du référentiel: définissez le nom du référentiel pour stocker les fichiers de carte.
  • Client Git: Le paramètre git doit être le chemin de l'exécutable git. S'il n'est pas défini, le plugin le téléchargera automatiquement (Windows uniquement pour l'instant). Le client git peut être téléchargé à l'adresse https://git-scm.com/downloads.
  • Télécharger des cartes pour un téléchargement ultérieur: Le Github permet d'uploader des fichiers binaires, mais ces fichiers sont limités à 2Go. Nous générons un zip pour tous les fichiers associés à la carte et téléchargeons ce zip dans la section de publication du référentiel GitHub.
  • Nom d'utilisateur:: Pour utiliser ce service, vous devez créer un compte sur GitHub et utiliser ce compte pour le plugin Mappia QGIS.

2) Personnalisez vous-même un projet de carte

Obtenir le lien des cartes publiées

Les cartes que vous souhaitez publier peuvent être partagé via un lien ou alors intégrer aux sites Web comme nous l'avons intégré au projet AMAZONES. Vous pouvez personnaliser tous les aspects : mise en page, informations cartographiques, légendes et même créer des interactions intéressantes. Mappia est entièrement documenté avec des exemples de travail.
Toutes les plateformes créées dans Mappia ont un mode éditeur, et sont accessibles en remplaçant le '/calculator/' par '/editor/' dans l'url de la plateforme.

Partagez le projet à l'aide d'un lien interne ou intégrez-le à un site Web :

Après avoir finalisé la publication, le 'Mappia Publisher' (plugin QGIS) génère et ouvre une fenêtre de navigateur avec un lien. Pour partager le lien est simple pour afficher votre propre plate-forme interactive Mappia en utilisant les données fournies.
Pour intégrer la plate-forme personnalisée Mappia sur un site Web, il vous suffit de copier et coller le code HTML suivant, copiez-collez ce code HTML, remplacez simplement l'url 'src' par la plate-forme personnalisée (code HTML):
<iframe src="https://maps.csr.ufmg.br/calculator/?&queryid=19%20width="100%"></iframe>

Modifiez ou affichez simplement un code de plate-forme, changez simplement l'URL du lien de '/calculator/' en '/editor/'. Par exemple:
La plateforme : https://maps.csr.ufmg.br/ calculateur /?queryid=188
peut être modifié : https://maps.csr.ufmg.br/ editor /?queryid=188 .
Ce projet est axé sur le travail colaboratif et a été conçu pour faciliter l'accès et le partage de cartes pour toute la communauté.
Jetez un œil à notre personnalisation complète de la documentation et combinez les cartes du référentiel WMS/WMT/GitHub, sans limitations supplémentaires.

3)Comment fonctionne la plateforme

Exemple de plateforme créée dans QGIS

Comment fonctionne la publication ?

Ce service est composé de trois composants principaux : QGIS pour le rendu cartographique, GitHub pour le stockage de fichiers et Mappia pour l'intégration et l'affichage des résultats.

QGIS pour le rendu cartographique :

Cette étape consiste principalement à générer des tuiles (les tuiles sont une représentation graphique d'une petite partie de la carte) pour un affichage en ligne à travers une gamme de niveaux de zoom. À chaque position et échelle données, une tuile est affichée et toutes les tuiles réunies créent la visualisation de la carte. Le style de la carte est le même que celui de QGIS, vous pouvez donc définir le style de la carte dans QGIS et le visualiser en ligne.
Le plugin développé dans QGIS générera les tuiles et les téléchargera sur GitHub.


Contexte

La norme de mise en œuvre du service de tuile de carte Web OpenGIS® s'appuie sur des efforts antérieurs pour développer des services évolutifs et hautes performances pour la distribution Web de cartes cartographiques. WMTS s'inspire de la spécification du service OSGeo Tile Map. L'équipe qui a travaillé sur cette norme a également envisagé des initiatives similaires, telles que Google Maps et NASA OnEarth. Cette norme OCG® inclut à la fois les styles architecturaux axés sur les ressources (approche RESTful) et les procédures (codage KVP et SOAP) dans le but d'harmoniser cette norme d'interface avec la spécification du service OSGeo Tile Map.

WMTS complète les efforts antérieurs visant à développer des services pour la distribution de cartes cartographiques sur le Web. L'OCG®-WMTS fournit une approche complémentaire à l'OGC® Web Map Service (WMS) pour le carrelage des cartes. WMS se concentre sur le rendu de cartes personnalisées et constitue une solution idéale pour les données dynamiques ou les cartes personnalisées (combinées avec la norme OGC® Styled Layer Descriptor (SLD)). WMTS troque la flexibilité du rendu de carte personnalisé pour l'évolutivité possible en servant des données statiques (cartes de base) où le cadre de délimitation et les échelles ont été contraints à des tuiles discrètes. L'ensemble fixe de tuiles permet la mise en œuvre d'un service WMTS à l'aide d'un serveur Web qui renvoie simplement les fichiers existants. L'ensemble fixe de tuiles permet également l'utilisation de mécanismes de réseau standard pour l'évolutivité, tels que les systèmes de cache distribués.

La norme WMTS a été structurée comme une norme autonome, mais partage de nombreux concepts avec le service de carte Web (WMS).

Fondation Géospatiale Open Source (OSGeo)

L'Open Source Geospatial Foundation (OSGeo) a été créée pour soutenir et créer des logiciels géospatiaux open source de la plus haute qualité. Leur objectif est d'encourager l'utilisation et le développement collaboratif de projets menés par la communauté. Le Wiki communautaire de l'OSGeo est le lieu où des documents peuvent être créés de manière collaborative (c'est-à-dire processus d'adoption, conseils d'utilisation, suggestions, notes de comité, etc.).

La spécification Tile Map Service (TMS) a été l'œuvre d'une communauté restreinte de participants intéressés par les solutions de mappage client/serveur qui utilisent des pyramides d'images multi-résolutions. Il s'agit d'une référence pour la mise en œuvre d'un logiciel de cartographie client/serveur. Il ne s'agit pas d'un « standard officiel » et n'est pas non plus approuvé par l'OSGeo en tant que projet ou produit officiel de la Fondation.

Méthodologie WMTS

La norme de mise en œuvre WMTS fournit une solution standard pour servir des cartes numériques à l'aide de tuiles d'images prédéfinies. Le service annonce les tuiles dont il dispose par le biais d'une déclaration standardisée dans le Métadonnées de service document commun à tous les services web OGC®. Cette déclaration définit les tuiles disponibles dans chaque couche (c'est à dire. chaque type de contenu), dans chaque style de représentation graphique, dans chaque format, dans chaque référentiel de coordonnées, à chaque échelle et sur chaque fragment géographique de la superficie totale couverte. le Métadonnées de service document déclare également les protocoles de communication et les encodages à travers lesquels les clients peuvent interagir avec le serveur. Les clients peuvent interpréter le Métadonnées de service document pour demander des tuiles spécifiques.

Le standard WMTS complète le standard Web Map Service (WMS) existant. La norme WMS se concentre sur la flexibilité dans la demande du client, permettant aux clients d'obtenir exactement l'image finale qu'ils souhaitent. Un client WMS peut demander au serveur de créer une carte en superposant un nombre arbitraire de couches de carte proposées par le serveur, sur une limite géographique arbitraire, avec une couleur d'arrière-plan arbitraire à une échelle arbitraire, dans tout système de référence de coordonnées pris en charge. Le client peut également demander que les couches cartographiques soient rendues à l'aide d'un style spécifique annoncé par le serveur ou même utiliser un style fourni par le client lorsque le serveur WMS implémente la norme OGC® Styled Layer Descriptor (SLD). Cependant, toute cette flexibilité a un prix : le traitement des images du serveur doit évoluer avec le nombre de clients connectés et le potentiel de mise en cache des images entre le serveur et le client est limité car la plupart des images sont différentes.

Les clients des services Web étant devenus plus puissants, il est désormais possible d'envisager une stratégie alternative qui oblige les clients à effectuer eux-mêmes des superpositions d'images, et qui limite les clients à demander des images cartographiques qui ne sont pas exactement à la bonne position, obligeant ainsi les clients à mosaïque les tuiles obtenues du serveur et découpe l'ensemble de tuiles dans une image finale. Cette restriction des demandes d'images à un ensemble fixe et prédéfini permet aux serveurs d'évoluer en fonction des capacités de traitement des communications plutôt que des capacités de traitement des images, car les serveurs peuvent pré-rendre certaines ou toutes leurs images et peuvent utiliser des stratégies de mise en cache d'images. L'ensemble fixe d'images permet également aux fournisseurs de réseau de mettre en cache des images entre le client et le serveur, réduisant ainsi la latence et l'utilisation de la bande passante. Les implémentations commerciales populaires, non standardisées de cette approche (telles que Google Maps, Microsoft Virtual Earth et Yahoo! Maps) ont déjà montré que l'adoption de cette méthodologie présente des avantages évidents en termes de performances.

Certains serveurs WMS se sont déjà engagés dans cette voie, développant leurs propres structures de tuilage construites en contraignant WMS ObtenirCarte demandes à un ensemble fixe, puis annonce ces contraintes dans leurs métadonnées de service. Bien que ce mécanisme permette à ces serveurs d'évoluer comme il vient d'être décrit, la structure de tuilage et les mécanismes de publicité et de découverte ne sont pas standardisés. Cela limite malheureusement l'interopérabilité et oblige les développeurs à construire, pour chaque serveur, des clients spéciaux qui peuvent comprendre les contraintes annoncées par le serveur et limiter le WMS ObtenirCarte les requêtes émises par le client correspondent exactement aux requêtes comprises par le serveur particulier. Le standard WMTS propose une approche standardisée pour déclarer les images qu'un client peut demander à un serveur, permettant de développer un seul type de client pour tous les serveurs. Bien que le développement d'un profil de WMS ait été initialement envisagé, limiter un WMS de la manière importante pour permettre un accès efficace aux tuiles pouvant être mises en cache s'est avéré difficile, tandis que forcer les implémenteurs à lire à la fois une norme et un profil semblait moins efficace que de développer la spécification WMTS autonome.

WMTS spécifie la norme en deux étapes :

  1. Une spécification abstraite décrit la sémantique des ressources offertes par le serveur et demandées par le client. Cette définition abstraite précise la sémantique du Métadonnées de servicedocument, de la Tuileimages ou représentations, et de l'option FonctionnalitéInfodocuments fournissant des descriptions des cartes à des endroits spécifiques.
  2. Plusieurs mécanismes d'échange concrets différents entre les clients et les serveurs, dans deux styles architecturaux différents, sont spécifiés. WMTS définit le Obtenir des capacités, ObtenirTile et en option GetFeatureInfo opérations pour les approches basées sur les styles architecturaux orientés procédures utilisant plusieurs codages de messages différents, y compris les messages codés à l'aide de paires clé-valeur (KVP), les messages XML ou les messages XML intégrés dans des enveloppes SOAP. WMTS définit également les mécanismes de demande et la stratégie de publication des points de terminaison pour permettre un style architectural axé sur les ressources basé sur des points de terminaison d'URL Web, permettant aux clients de demander simplement le Métadonnées de service, Tuile, et FonctionnalitéInfo ressources sous forme de documents.

Ce style d'architecture orienté ressources offre des avantages clés en termes de facilité de déploiement, d'évolutivité et d'effets réseau des services Web. Le modèle RESTful permet de configurer simplement des serveurs WMTS conformes. Si toutes les images sont pré-rendues, un serveur WMTS pourrait même être créé sans aucune logique de traitement d'image, en s'appuyant uniquement sur un serveur Web normal pour renvoyer la statique. Métadonnées de service document XML et de fournir les fichiers de tuiles d'image. Ceci est important à des fins de déploiement, car de nombreux fournisseurs de services Internet (en particulier les gratuits) autorisent l'hébergement de pages Web et de contenu statique, mais n'autorisent pas l'utilisation de CGI, ASP ou d'applications plus avancées pour des raisons de sécurité. L'approche RESTful permet donc aux petites organisations de fournir des données géographiques à l'aide de services facilement disponibles ou de simples configurations de serveur Web. Cette approche évolue également considérablement puisque les problèmes de desserte de ressources fixes en grands volumes ont été continuellement abordés au cours des dernières décennies. Enfin, cette approche peut bénéficier des effets de mise à l'échelle du réseau puisque les images sont considérées par le protocole HTTP comme des ressources Web standard, et les fournisseurs de réseau peuvent tirer parti de leurs technologies existantes pour améliorer le flux de ces ressources vers les clients demandeurs.


Nous avons notre propre serveur de cartes qui sert un ensemble de tuiles couvrant l'ensemble des îles britanniques, y compris toute l'Irlande et l'île de Man. Nous appelons ces tuiles Cartes de route et ils sont une bonne alternative au serveur OpenSpace Pro d'Ordnance Survey si vous utilisez trop de tuiles pour vous en tenir à leur serveur OpenSpace gratuit (qu'ils ont maintenant déprécié d'ailleurs).

Nous sommes également beaucoup moins chers et, contrairement à Ordnance Survey qui ne couvre que l'Angleterre, l'Écosse et le Pays de Galles, nous couvrons toute l'Irlande, au nord comme au sud.


Syntaxe

Le dossier dans lequel le jeu de données de cache est créé ou le chemin d'accès à un cache de tuiles existant.

Le mode de gestion du cache.

  • RECREATE_ALL_TILES —Les tuiles existantes seront remplacées et de nouvelles tuiles seront ajoutées si l'étendue a changé ou si des couches ont été ajoutées à un cache multicouche.
  • RECREATE_EMPTY_TILES —Seules les tuiles vides seront créées. Les tuiles existantes resteront inchangées.
  • DELETE_TILES —Les tuiles seront supprimées du cache. La structure du dossier du cache ne sera pas supprimée.

Nom de l'ensemble de données de cache à créer à l'intérieur de l'emplacement de cache.

Un jeu de données raster, une mosaïque ou une carte.

Ce paramètre n'est pas requis lorsque DELETE_TILES est spécifié dans le paramètre manage_mode.

Un document ArcMap ( .mxd ) ne peut pas contenir de service de carte ou d'imagerie.

Un paramètre facultatif pour spécifier la structure de tuile.

  • ARCGISONLINE_SCHEME —Utilise la structure de tuile par défaut d'ArcGIS Online.
  • IMPORT_SCHEME —Importe une structure de tuile existante.

Chemin d'accès à un fichier de schéma existant ( .xml ) ou importé à partir d'un service d'imagerie ou d'un service de carte existant.

Les niveaux d'échelle auxquels vous allez créer ou supprimer des tuiles lors de l'exécution de cet outil, en fonction de la valeur du paramètre manage_mode. La taille du pixel est représentée sur la base de la référence spatiale du schéma de tuile.

  • Par défaut, seules les échelles dans min_cached_scale et max_cached_scale seront utilisées lors de la génération du cache.
  • La modification de la valeur des paramètres min_cached_scale ou max_cached_scale changera les échelles utilisées lors de la génération du cache.
  • Les échelles qui existent mais ne sont pas comprises dans la plage min_cached_scale ou max_cached_scale sont ignorées lors de la génération du cache.

Définit une zone d'intérêt à contraindre où les tuiles seront créées ou supprimées.

Il peut s'agir d'une classe d'entités ou d'une entité que vous définissez de manière interactive dans ArcMap.

Ce paramètre est utile si vous souhaitez gérer des tuiles pour des zones de forme irrégulière. C'est également utile dans les situations où vous souhaitez mettre en cache certaines zones et laisser les zones moins visitées non mises en cache.

La valeur qui définit la visibilité de la source de données pour laquelle le cache sera généré. Par défaut, la valeur est vide.

  • Pour les niveaux de cache qui se situent dans les plages de visibilité de la source de données, le cache est généré à partir de la source de données.
  • Pour les niveaux de cache qui ne relèvent pas de la visibilité de la source de données, le cache est généré à partir du niveau de cache précédent.

Si la valeur est supérieure à zéro

  • Pour les niveaux dont la taille des cellules est inférieure ou égale à la taille maximale de la cellule source ( max_cell_size ), le cache est généré à partir de la source de données.
  • Pour les niveaux dont la taille des cellules est supérieure à la taille maximale de la cellule source ( max_cell_size ), le cache est généré à partir du niveau de cache précédent.

L'unité de la valeur Taille maximale de la cellule source doit être la même que l'unité de la taille de la cellule de l'ensemble de données source.

L'échelle minimale à laquelle vous souhaitez créer des tuiles. Il ne doit pas s'agir de la plus petite échelle de votre structure de tuilage. Votre échelle de cache minimale déterminera quelles échelles sont utilisées lors de la génération de cache.

L'échelle maximale à laquelle vous souhaitez créer des tuiles. Cela ne doit pas nécessairement être la plus grande échelle de votre structure de tuilage. L'échelle maximale du cache déterminera les échelles utilisées lors de la génération du cache.


Infographie : Une carte étonnante de chaque rivière d'Amérique

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

Nelson Minar ne voulait pas vraiment créer une œuvre d'art. Lorsque l'ingénieur logiciel basé en Californie a commencé à travailler sur Toutes les rivières, un regard magnifiquement détaillé sur les voies navigables dans les 48 États contigus, c'était vraiment juste une pratique en informatique. Minar, qui se décrit lui-même comme un " nerd informatique dans l'âme ", voulait simplement créer une carte vectorielle (une carte composée de données du système d'information géographique) à l'aide de données open source. « La seule carte All Rivers était juste pour moi une gaffe pour voir à quoi elle ressemble », a-t-il déclaré à Wired.

Ça a l'air plutôt cool. Inspiré de celui de Ben Fry Toutes les rues affiche, la version de Minar montre un vaste réseau de veines bleues s'étendant à travers les États-Unis. Les zones riches en rivières comme le Mississippi sont denses en bleu, mais plus surprenant, il en va de même des zones notoirement sèches comme le Nevada et l'Arizona.

Créer Toutes les rivières, Minar a d'abord recueilli des informations de NHDPlus (National Hydrography Dataset) et les a mises dans une base de données. Il a extrait le nombre de Strahler, une mesure de l'importance d'un ruisseau, pour déterminer la taille des rivières qui apparaîtraient sur la carte. À partir de là, il a construit un serveur Web qui lui permettrait de servir les données de la ligne de flux sous forme de tuiles de carte vectorielle, et finalement il a écrit un programme JavaScript qui a effectué la plupart du travail de cartographie pour lui.

Minar gardé Toutes les rivières assez simple, en utilisant uniquement le nombre de Strahler comme variable. Mais il dit qu'il est possible de rassembler plus d'informations à inclure sur les futures cartes. "Pour être une carte hydrographique utile, elle doit contenir des informations sur le volume, la taille, la saisonnalité, etc. de la rivière", a-t-il déclaré. « C'est beaucoup de données à entasser dans une seule image. Je ne sais pas comment faire ça et le faire bien paraître.

Les fichiers et la méthodologie de Minar sont bien présentés sur GitHub, afin que les gens puissent jouer avec les données vectorielles et créer leur propre version. Il note qu'une meilleure projection aiderait à rendre la carte plus précise, et oui - il est conscient qu'il y a deux états manquants.

"Mes excuses à l'Alaska, à Hawaï et à tous ceux qui se sont sentis exclus", a-t-il déclaré. « J'ai dessiné toutes les données que j'avais ! »


Pourquoi la 3D est-elle difficile ?

Big data à grande échelle

Ces ensembles de données peuvent être très détaillés avec des résolutions allant jusqu'à 20 cm et sont donc extrêmement volumineux. Par exemple, les données de terrain raster couvrant 100 kilomètres carrés à une résolution de 20 cm représentent environ 20 Go de données. Cartographier une zone d'une ville typique comme Berlin générerait environ 180 Go de données. Cela représente un défi. Les cartes Web et mobiles doivent récupérer les données de terrain à l'emplacement et à la résolution corrects, et les transférer sur le réseau dans un délai raisonnable.

Une fois que les données sont arrivées au client, elles doivent être rendues pour produire des images visuellement attrayantes et réalistes. Si nous voulons utiliser des graphiques à accélération matérielle, nous avons besoin de maillages triangulaires. Les données de hauteur sont cependant généralement stockées sous forme de données raster, elles doivent donc être converties en premier. Bien faire cela, de manière optimale, est non trivial et gourmand en temps d'exécution.


Types de superposition

Il est important de déterminer avec quel(s) type(s) de format(s) de données vous allez travailler avant de créer une carte. Le NPMap Builder (alias "Builder") prend en charge huit types de calques :

Chaque type a ses propres forces et faiblesses. Le tableau suivant décrit les capacités de chacun des types de couche.

Type de calque Cliquez sur Flotter Regroupement Coiffant Interrogation
Serveur ArcGIS X
CartoDB X X X X
CSV X X X X
GeoJSON X X X X
KML X X X X
Boîte à cartes X X
ENDROIT X X X X
Carrelage

Serveur ArcGIS

ArcGIS Server est une solution côté serveur pour la publication de données géospatiales via des services Web. Sa principale force est son intégration avec ArcGIS Desktop - la solution de bureau incontournable pour de nombreux professionnels du SIG.

ArcGIS Server prend en charge la publication de données de deux manières différentes : les services de carte et les services d'entités.

Services de carte

Les services de carte ArcGIS Server servent des tuiles raster qui peuvent être utilisées par des cartes Web et d'autres clients. Les tuiles raster peuvent être pré-générées ("en mosaïque") ou générées à la volée ("dynamique").

Pour ajouter un service de carte ArcGIS Server à Builder, entrez l'URL du service et choisissez la sous-couche du service que vous souhaitez utiliser dans la liste déroulante. Notez que l'URL doit se terminer par "MapServer".

Services de fonctionnalités

Les services d'entités ArcGIS Server « vous permettent de diffuser des entités sur Internet. » (http://resources.arcgis.com/en/help/main/10.1/index.html#//0154000002w8000000). Les services d'entités ne diffusent pas de tuiles raster. Ils servent plutôt des données vectorielles brutes dans une variété de formats.

Les services d'entités peuvent être ajoutés via Builder en utilisant le type de couche "GeoJSON". Si un service d'entités est hébergé sur ArcGIS Online, vous pouvez simplement spécifier le paramètre "?f=geojson" dans l'URL de la couche. Cependant, ArcGIS Server ne prend pas encore en charge GeoJSON, vous devrez donc transmettre le service d'entités via un proxy.

ArcGIS en ligne
Serveur ArcGIS

CartoDB

CartoDB est une solution hébergée pour la publication et la diffusion d'ensembles de données géospatiaux et tabulaires. Il diffère des autres fournisseurs en ce qu'il vous donne la possibilité d'utiliser des requêtes SQL complètes sur vos ensembles de données.

Pour ajouter une couche CartoDB, vous devez saisir le "Nom d'utilisateur" et le "Nom de la table" pour votre compte et votre table CartoDB. Vous pouvez également (facultatif) entrer une chaîne de requête SQL pour filtrer les données de votre carte.

Le National Park Service a un accord de licence avec CartoDB. Si vous souhaitez utiliser CartoDB dans un projet, envoyez un e-mail à [email protected] et nous vous fournirons un compte.

Les informations représentées dans les fichiers de valeurs séparées par des virgules (CSV) sont séparées par des virgules. Ces fichiers peuvent être créés par la plupart des tableurs de bureau et Web, notamment Microsoft Excel et Google Sheets. Après avoir créé un fichier CSV, vous pouvez obtenir une URL pour celui-ci en le téléchargeant sur le système de gestion de contenu NPS.gov ou GitHub.

Il est important de noter que la première ligne de votre fichier CSV doit contenir les noms de champs de votre fichier. Votre fichier CSV doit également contenir des colonnes "lat" et "lng" pour fonctionner correctement dans Builder.

Si vous rencontrez des problèmes avec le formatage CSV, vous pouvez le convertir en GeoJSON en faisant glisser et en déposant votre fichier CSV sur la page Web http://geojson.io.

Vous pouvez télécharger un exemple de fichier CSV à partir du référentiel de données GitHub du National Park Service.

GeoJSON

GeoJSON est "un format pour coder une variété de structures de données géographiques". Il s'agit d'un standard ouvert conçu pour stocker des entités géographiques simples. Il prend en charge les primitives géométriques "Point", "LineString" et "Polygon".

Il existe de nombreux outils qui peuvent vous aider avec la création et la syntaxe GeoJSON. Le site Web geojson.io est un outil multifonctionnel permettant à la fois de créer des données GeoJSON à partir de zéro et de convertir des données existantes (KML, GPX, CSV et TopoJSON) au format GeoJSON. Consultez la section d'aide sur geojson.io pour apprendre à utiliser l'outil.

GeoJSON Lint est un outil qui peut être utilisé pour valider et tester la syntaxe de votre GeoJSON. Si vous n'êtes pas familier avec le vocabulaire de la programmation, un « lint » est un programme d'analyse de code qui signale un code suspect ou une syntaxe incorrecte.

KML est un format créé par Google qui a d'abord été pris en charge par l'application Google Earth. Elle est désormais considérée comme une spécification ouverte.

Notez que Builder ne prend pas en charge les fichiers KMZ. Pour convertir de KMZ en KML, décompressez simplement le fichier.

Si vous rencontrez des problèmes pour charger un fichier KML dans Builder, une autre approche consiste à le convertir en GeoJSON à l'aide de http://geojson.io.

Boîte à cartes

Les tuiles Mapbox peuvent être créées de l'une des deux manières suivantes :

  1. En utilisant l'éditeur Mapbox pour créer un fond de carte personnalisé.
  2. En utilisant TileMill ou Mapbox Studio pour créer des ensembles de tuiles personnalisés avec vos propres données sources.

Quelle que soit l'approche que vous utilisez, vous devrez utiliser l'identifiant de carte que Mapbox vous donne une fois que votre couche est disponible sur leur site Web pour ajouter votre couche à Builder.

L'équipe NPMap maintient un accord de licence avec Mapbox pour le National Park Service, alors n'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez héberger vos données sur Mapbox.

De nombreux parcs nationaux déploient des dispositifs satellites SPOT avec le personnel du parc (gardes forestiers, équipes de traîneaux à chiens, opérateurs de chasse-neige, etc.) pour des raisons de sécurité. Si l'accès public est activé pour un appareil SPOT, vous pouvez utiliser l'ID de l'appareil pour ajouter une couche de suivi en temps réel à Builder.

Carrelage

Les couches tuilées sont lues dans une URL modélisée pour ajouter un jeu de tuiles de base à votre carte. Il existe de nombreux ensembles de tuiles de ce type, y compris des ensembles de tuiles de Stamen, Mapquest, OSM et des organisations gouvernementales.


Gis_leaflet.png

Carte thermique des murs d'escalade extérieurs en Californie, aux États-Unis. Construit avec le plugin Leaflet et Heatmap.

4. Turf.js

Turf.js est une puissante bibliothèque géospatiale à inclure dans votre boîte à outils. Vous pouvez effectuer des fonctions géospatiales courantes, telles que tester si un point se trouve à l'intérieur d'un polygone, ou effectuer un calcul de k-moyennes plus complexe pour préparer vos données pour une carte thermique.

Par exemple, ce qui suit calculerait la distance entre San Francisco et l'aéroport de Tokyo Narita :

5. OpenStreetMap

OpenStreetMap, fondé par Steve Coast en 2004, est le plus grand projet de cartographie collaborative au monde. Semblable à Wikipedia, la plate-forme permet à des personnes comme vous et moi de cartographier facilement le monde qui nous entoure en ajoutant et en marquant des routes locales, des autoroutes, des bâtiments, des rivières, etc. Ces données cartographiques, disponibles sous licence ouverte, sont une mine d'or pour les applications SIG ! Notre application de tutoriel se connectera directement aux serveurs API REST d'OpenStreetMap pour obtenir tous les châteaux de Prague. Les utilisateurs commerciaux peuvent télécharger son « fichier planète hebdomadaire », une exportation de l'ensemble de sa base de données, un fichier de données d'environ 40 Go.

Viaduc-Turbo

Overpass-turbo est un site interactif pour tester des requêtes sur la base de données OpenStreetMap. Pour voir tous les châteaux à moins de 10 km du centre-ville de Prague, entrez la requête suivante, puis cliquez sur Exécuter. Notez que la carte ne zoome pas automatiquement sur nos résultats de recherche. Vous devez entrer Prague dans le champ de recherche pour centrer la carte.


Voir la vidéo: Maitriser lart de servir le plat et le vin? (Octobre 2021).