Suite

Les couches d'entités n'apparaissent pas dans le résultat d'impression ?


J'ai un problème quand j'imprime ma carte, quand j'affiche le résultat je ne trouve qu'une caractéristique sur vingt. le résultat ne contient pas toutes les fonctionnalités. J'ai utilisé esri/dijit/PrintTask

verifier: function(){ //verifier() est un événement onClick d'un bouton var url= 'the way/arcgis/rest/services/Utilities/PrintingTools/GPServer/Export%20Web%20Map%20Task'; var printTask=new PrintTask(url); var params = new PrintParameters(); params.map = this.map; printTask.execute(params, this.printResult); },printResult : function(event) { console.log(event); window.open(event.url, "_blank") }

les couches d'entités qui n'apparaissent pas sur le résultat de l'impression sont celles où les URL ne sont pas des liens de service de carte, mais un lien vers des servlets java qu'ils connectent au service de carte (un servlet pour chaque service de carte).

peut-être que la tâche d'impression ne fait pas la redirection, elle recherche le serviceMAP à partir de l'url dans la définition de la couche de fonctionnalités et comme c'est le lien de la servlet.

Désolé pour mon anglais car je suis plus français qu'anglais.


Les couches d'entités n'apparaissent pas dans le résultat d'impression ? - Systèmes d'information géographique

  • Fundamentos de Electrónica Basica.
    Éditorial académique espagnol.
    P.D. Rosero-Montalvo, D.H. Peluffo-Ordóñez.
    ISBN-13 : 978-3-8417-6554-3. ISBN-10 : 3841765548. EAN : 9783841765543. Catégorie : Electrónica, electrotécnica, la tecnología de las comunicaciones. Voir le résuméVoir l'article complet

no y la implementación de un dispositivo electrónico de bajo costo y portable para apoyo en terapias psicológicas por estrés o ansiedad. El dispositivo se basa en la estimación de la actividad mecánica del corazón mediante técnicas pletismográficas, esto debido a que muchas de las respuestas fisiológicas humanas ante estados psicológicos como el estrés y la ansiedionad resultan del en variaco El dispositivo propuesto está compuesto por etapas comprendidas entre la adquisición de la se

nal mediante fotopletismografía, la adecuación de la señal mediante filtros analógicos, el procesamiento digital de la señal y estimación del ritmo hearto mediante un algoritmo implementado en una tarjeta arduino, y finalmente una interfaz hombre-dispositivo un algoritmo implementado en una tarjeta arduino, y finalmente una interfaz hombre-dispositivo un procesación visuel y auditive. Las pruebas y los resultados experimentales muestran la aplicabilidad del dispositivo manteniendo su bajo costo y portabilidad.


À propos des cartes, des couches et des graphiques

Vous pouvez accéder à des cartes, des couches et des graphiques à partir d'ArcCatalog.

Un document cartographique est essentiellement une carte imprimée stockée sur disque. Il peut contenir des données géographiques, des encarts, des titres, des légendes et des flèches nord. Vous pouvez utiliser des modèles personnalisés pour créer une série de cartes avec la même mise en page. Vous pouvez incorporer des cartes dans d'autres documents, par exemple dans Microsoft Word. Les cartes publiées peuvent rendre votre travail accessible à un public plus large en permettant aux utilisateurs d'interagir avec vos cartes et de les imprimer à l'aide d'ArcReader. Vous pouvez créer une carte publiée à l'aide de l'extension ArcGIS Publisher.

Les couches incluent la symbologie, l'affichage, l'étiquetage, les requêtes et les informations sur les relations, qui définissent toutes la manière dont les données géographiques sont dessinées sur une carte. Par exemple, une couche peut sélectionner des villes spécifiques dans un fichier de formes, les dessiner sous forme de carrés bleus et les étiqueter avec du texte stocké dans une table associée. Les couches n'incluent pas les données elles-mêmes, elles font référence à des sources de données stockées ailleurs.

Les couches peuvent être stockées à l'intérieur d'une carte ou sous forme de fichiers de couches individuels. Ils sont un outil de communication efficace qui peut être partagé dans une organisation. Par exemple, vous pouvez placer des couches prédéfinies dans un dossier partagé sur le réseau. En utilisant ces couches, d'autres peuvent ajouter des données à leurs cartes sans avoir à savoir où les données géographiques sont stockées, comment les joindre à une table associée ou ce que signifie chaque colonne.

Plusieurs calques peuvent être combinés pour former un groupe de calques. Par exemple, vous pouvez créer un groupe de calques représentant tout le matériel d'arrière-plan d'un ensemble de cartes afin de pouvoir l'ajouter facilement à chaque carte. De même, vous pouvez combiner des fichiers de formes de route, de chemin de fer et de ferry en un seul thème de transport.

Dans ArcMap, vous pouvez créer des graphiques illustrant les attributs d'entités ou d'enregistrements dans une table. Par exemple, votre graphique pourrait illustrer la densité de population dans les régions qui apparaissent sur la carte. En enregistrant un graphique dans un fichier, vous pouvez ajouter des graphiques avec le même format à une série de cartes. Lorsqu'il est ajouté à une carte, le graphique établit un lien avec les données et change dynamiquement pour refléter les entités ou enregistrements actuellement sélectionnés.


Combien de couches pouvez-vous ajouter ?

Deux fonctionnent bien. Trois? Oui, pas de problème du tout. Quatre ? Pas de fin en vue. Cinq? Je vais faire court : je ne connais pas le maximum absolu, mais j'ai essayé jusqu'à 33 couches, et cela a toujours fonctionné comme un charme. Notre imagination est notre limite ! Et bien sûr, ce que l'utilisateur est capable de retirer de la visualisation à la fin. Je suppose que plus de 3 à 6 couches sur une vue cartographique peuvent être un peu trop, selon le type de données.

Tant de couches peuvent devenir un peu difficiles à naviguer, c'est alors qu'une autre nouvelle fonctionnalité de couche de carte se met en place : nous pouvons renommer chaque couche en double-cliquant sur le titre ou en choisissant Renommer dans le menu déroulant situé à côté du titre :

Oui, vos yeux ne vous ont pas trompé il y a une petite icône d'oeil visible dans la capture d'écran, à gauche du titre du calque Villes. L'œil apparaît lorsque vous survolez le calque et remplace le type de repère. En cliquant dessus, la couche sera masquée de notre vue cartographique :

Pourquoi avons-nous besoin de ça ? Il y a plusieurs raisons : nous pouvons avoir beaucoup de champs géographiques que nous voulons avoir dans notre vue parce qu'ils fonctionnent bien ensemble, mais nous ne voulons pas toujours les voir tous en même temps. Oui, nous pouvons supprimer une couche de carte, mais la rajouter, après avoir peut-être à l'origine 15 champs sur la couleur, l'étiquette et les détails avec des calculs de table et une mise en forme distincte, est une tâche très fastidieuse. Un clic sur Masquer/Afficher est beaucoup plus rapide et beaucoup plus pratique.

Il en va de même pour rendre la vue un peu plus dynamique. Tous les tableaux de bord ne seront pas publiés et de nombreuses analyses sont effectuées dans Tableau Desktop où les utilisateurs sont des créateurs et peuvent masquer et afficher des couches.


Couches Web hébergées

Je ne peux pas publier une couche de tuiles hébergée à partir d'une couche d'entités hébergée.

Vous ne pouvez pas générer de tuiles de carte pour une couche de tuiles hébergée publiée à partir d'une couche d'entités hébergée si la couche d'entités hébergée est configurée avec certains styles et enregistrée dans l'élément de couche d'entités hébergée.

De plus, ce workflow n'est pris en charge que si votre portail dispose d'un magasin de données relationnelles ( ArcGIS Data Store ) configuré avec son serveur d'hébergement.

Je ne peux pas publier mon fichier .txt en tant que couche d'entités hébergée.

Les fichiers CSV doivent être formatés et enregistrés au format .csv . Les autres fichiers texte ne sont pas pris en charge.

Lorsque je télécharge un fichier .tpk et que j'essaie de le publier en tant que couche de tuiles hébergée, je reçois l'erreur Unrecognized service type.Image service .

Les paquetages de tuiles créés avec une structure de tuilage qui utilise la compression LERC aboutissent à des couches d'altitude hébergées lorsqu'ils sont publiés dans ArcGIS Online . Ils ne peuvent pas être chargés et publiés sur Portal for ArcGIS .

Je ne vois pas d'option de publication sur le portail de mon organisation à l'aide d'ArcGIS Desktop .

Les critères suivants doivent être remplis pour publier sur le portail de votre organisation à l'aide d'ArcMap ou d'ArcGIS Pro :

  • ArcGIS Desktop doit être connecté au portail approprié. Par défaut, ArcGIS Desktop se connecte à ArcGIS Online . Utilisez l'administrateur ArcGIS pour vous connecter au portail de votre organisation depuis ArcMap . Pour obtenir des instructions complètes, consultez Utiliser ArcMap avec votre portail. Dans ArcGIS Pro , ajoutez le portail de votre organisation à votre projet et faites-en le portail actif.
  • Vous devez être connecté au portail de votre organisation pour publier sur celui-ci. Dans ArcGIS Pro , le portail actif et votre statut de connexion sont affichés en haut du projet. Dans ArcMap , vous cliquez sur le menu Fichier si vous voyez l'option Connexion disponible, vous n'êtes pas connecté.
  • Vous devez être membre d'un rôle autorisé à publier sur le portail de votre organisation. Vous pouvez vérifier votre rôle de membre en vous connectant au site Web du portail et en sélectionnant votre nom. Cela ouvre votre profil de membre et révélera votre rôle dans l'organisation.
  • Le portail de votre organisation doit être configuré avec un serveur d'hébergement. Un serveur d'hébergement permet aux membres du portail de publier des couches de tuiles, d'entités et de scènes hébergées sur le portail. Si aucun serveur d'hébergement n'est présent, vous ne pouvez pas publier sur le portail. Contactez l'administrateur du portail de votre organisation pour déterminer si un serveur d'hébergement a été configuré. Pour en savoir plus sur les couches Web hébergées, consultez À propos des couches Web hébergées.

Je souhaite mettre à jour ma couche d'entités hébergée.

Si vous avez activé la mise à jour sur une couche d'entités hébergée, vous pouvez modifier les entités et leur affichage dans la visionneuse de carte.

Si vous avez publié une couche d'entités hébergée à partir du site Web, vous pouvez supprimer la couche d'entités, utiliser l'option Mettre à jour sur la page d'élément du fichier source associé pour mettre à jour le fichier, puis utiliser l'option Publier pour créer une nouvelle couche d'entités hébergée à partir du fichier mis à jour. . La couche d'entités ne sera pas mise à jour automatiquement après la mise à jour de son fichier source.

Pour mettre à jour les données dans les couches d'entités hébergées publiées à partir d'une géodatabase fichier, d'un fichier de formes, de GeoJSON ou d'un fichier CSV contenant des informations de latitude et de longitude, remplacez les données par les données d'un fichier source mis à jour à l'aide de l'option Remplacer disponible sur la page d'élément de la couche d'entités hébergée.

L'option Écraser est uniquement disponible pour les portails avec un serveur d'hébergement qui utilise un magasin de données relationnelles.

Si vous avez publié la couche d'entités hébergée à partir d'ArcMap, écrasez le service à partir d'ArcMap.

La publication d'une couche de tuiles hébergée prend beaucoup de temps.

En général, le temps nécessaire pour rendre les tuiles d'une carte particulière est basé sur l'étendue spatiale de la carte à mettre en cache et le nombre de couches dans la carte, ainsi que la charge sur le système au moment où la carte est être en cours de traitement. Le système est conçu pour évoluer automatiquement (en ajoutant des machines) à mesure que la charge augmente. Cependant, des décalages sont possibles dans les cas où le système subit une charge drastique.

Lorsque j'essaie de publier une couche Web hébergée sur le portail, la publication échoue avec le message ERREUR 001369 : Échec de la création du service. Échec de l'exécution (PublishServiceDefinition). Échec de l'exécution (Publier le service de portail).

Si le nom de la couche que vous essayez de publier contient des caractères de langue qui ne correspondent pas au jeu de caractères configuré pour la base de données gérée du serveur d'hébergement, la publication échouera. La langue des caractères utilisés dans le nom du service doit correspondre au jeu de caractères configuré pour la base de données.

Pour contourner ce problème, renommez la couche pour utiliser les mêmes caractères de langue utilisés par la base de données. Contactez votre administrateur de portail pour déterminer quel jeu de caractères a été configuré avec la base de données gérée du serveur d'hébergement.

La publication d'un fichier de définition de service ( .sd ) que je télécharge sur mon portail échoue avec le message Impossible de publier l'élément. Cet élément ne peut pas être publié sur le service en ligne .

Les fichiers de définition de service pour les services Web ArcGIS Server sont différents des fichiers de définition de service pour les couches de tuiles hébergées. Ce à quoi vous vous connectez lorsque vous enregistrez le fichier de définition de service détermine le type de fichier de définition de service qui est créé.

Lorsque vous enregistrez un fichier de définition de service dans ArcGIS Desktop , vous devez choisir Mes services hébergés lorsque vous choisissez une connexion pour enregistrer un fichier de définition de service pouvant publier une couche de tuiles hébergée. Vous ne pouvez pas vous connecter à un serveur ArcGIS ou choisir Aucune connexion disponible .

Lorsque j'essaie d'ouvrir les propriétés du service pour mes couches hébergées dans ArcGIS Desktop, je reçois le message d'erreur Impossible d'afficher ou de modifier les propriétés du service. Veuillez essayer d'accéder directement aux propriétés du service via le serveur. .

Si la couche a été créée sur le site Web du portail, vous ne pouvez pas afficher les propriétés à partir du nœud Mes services hébergés dans l'arborescence du catalogue. Vous pouvez afficher les propriétés du service en vous connectant au serveur d'hébergement dans ArcGIS Desktop ou afficher les propriétés de la couche directement sur le site Web du portail.


Importante mise à jour 2018

Je ne sais pas quelle mise à jour de QGIS 2.x et 3.x l'a changé, mais à partir de novembre 2018 et probablement plus tôt, le style de symbologie du générateur de géométrie Est-ce que être exporté avec l'exportateur natif QGIS dxf. Les géométries de polygones générées stylisées avec un contour uniquement seront exportées sous forme de polylignes, bien qu'avec encore de nombreux sommets.

Ainsi, tout ce qui suit n'est plus nécessaire.

Répondre à ma propre question : j'ai trouvé un moyen de générer dynamiquement les couches mentionnées ci-dessus à l'aide de couches virtuelles, qui ne nécessitent même pas que vos données source soient dans une base de données. Essentiellement, j'ai traduit ce qui précède en syntaxe Spatialite du mieux que j'ai pu.

J'ai testé cela avec spatialite, des fichiers de formes, même des données sources xlsx. Je pense que cette solution contourne également la limitation apparente selon laquelle Spatialite elle-même n'autorise pas les vues d'un type de géométrie différent de la table d'origine?

Allez dans Couche > Ajouter une couche > Ajouter/Modifier une couche virtuelle, la boîte de dialogue ci-dessus devrait apparaître. Donnez à votre couche un nom approprié.

Importer la couche de données de l'arborescence

Utilisez l'une des requêtes suivantes, adaptée aux noms de vos champs, avec les autres champs que vous souhaitez sélectionner (par exemple, treeid, rpz_m dans ce cas), et tous les filtres (WHERE . ) Voici ce que j'ai utilisé :

RPZ (polygone circulaire)

RPZ (ligne) - notez que j'ai mis la ligne en tant que calque séparé car cela facilite grandement l'étiquetage, de sorte que vous pouvez éventuellement exporter uniquement le cercle en tant que polygone

RPZ (cercle contour + ligne)

Zone de la Couronne (polygone) - exporte même la couronne sous forme de cercle (CASE WHEN. ), sinon (ELSE) sous forme de polygone

Zone de la Couronne (polygone à coque convexe - pas dans le message d'origine mais développé ici, se référer au lien pour les limitations de précision) (comme ci-dessus, exporte même la couronne étalée en cercle)

Modifier (30 déc. 2017): Code d'origine modifié pour inclure la fonction case pour convertir tous les 0 en 0,1 (ou tout autre nombre minimum). Sinon, si vous avez une valeur 0 dans l'un des champs de propagation de la couronne, cela ne fonctionnera pas. Dans tous les cas, si vous avez un 0 dans un seul champ, le polygone résultant ne sera pas précis. (voir lien ci-dessus). Notez également la division par 2.0, et non par 2, pour éviter que le résultat ne soit converti en entier.

Bien sûr, si vous avez des arbres sans données d'étalement de la couronne, assurez-vous que les valeurs sont NULL au lieu de 0.

(Facultatif) Vous souhaiterez peut-être forcer la géométrie appropriée juste pour être sûr - en particulier si vous n'incluez pas "Géométrie AS" dans le code ci-dessus, sinon il pourrait apparaître comme une collection de géométrie que QGIS ne peut pas styliser.

Testez le fonctionnement du code, s'il indique Aucune erreur, chargez-le

Stylisez les calques de manière appropriée, ajoutez une étiquette à la ligne.

Résultats (dans AutoCAD) : Violet = exportation DXF sous forme de polylignes - notez le nombre de sommets sur les cercles !


J'ai trouvé qu'une base à double paroi semble donner de meilleurs résultats que d'essayer de rendre la base très épaisse. Toute imperfection dans l'impression ou toute fissuration causée par le retrait de l'impression peut entraîner des fuites - mais s'il y a une couche/remplissage/couche, le résultat semble être meilleur pour moi.

Le mode vase peut être efficace (bien qu'il ne soit pas facile à combiner avec ce qui précède à moins que vous ne découpiez votre modèle en plusieurs parties), et j'ai eu du succès en utilisant le mode vase à 100 % pour que les vases retiennent l'eau. Cela démontre qu'une seule épaisseur de paroi est suffisante pour obtenir une impression étanche.

Lors de la conception de l'objet, vous devez vous assurer que votre objet est complètement fermé (évidemment). Lors de l'impression, essayez d'augmenter la température d'impression pour que les couches collent bien les unes aux autres. Le plus important est la température d'impression, car si les couches n'adhèrent pas bien les unes aux autres, vous aurez une fuite. L'épaisseur de la paroi de l'objet peut être mince, tant qu'elle n'est pas si mince qu'elle a trop peu de force pour tenir quoi que ce soit.


Les couches d'entités n'apparaissent pas dans le résultat d'impression ? - Systèmes d'information géographique

Deux concepts SIG que vous devez connaître

Beaucoup de gens passent des années à se renseigner sur la technologie des systèmes d'information géographique. Mais puisque nous avons promis de garder ce bref, nous allons nous résumer aux deux concepts SIG de base que vous devez connaître avant de pouvoir utiliser efficacement les cartes Web Geocortex.

Concept SIG n°1 : les entités ont des attributs qui leur sont associés

Imaginez un arbre. Comment garderiez-vous une trace et communiqueriez-vous des informations sur cet arbre à d'autres personnes qui ont besoin de tout savoir à son sujet ? Vous pouvez utiliser une base de données pour garder une trace de son espèce, de son âge, de sa taille, de sa santé et de tout autre attribut (caractéristiques) important. Cet arbre est un enregistrement dans une base de données. Nous appelons chaque catégorie (par exemple, la hauteur de l'arbre) un champ .

Figure 1. Exemple d'enregistrement dans une base de données

IDENTIFIANT: Taper: Âge: Hauteur:
12 Cèdre 110 67'

Imaginez maintenant un bosquet d'arbres dont vous devez garder une trace des attributs. Parce que nous avons maintenant affaire à plus d'un arbre, il devient pertinent où se trouve chaque arbre afin que nous sachions quelles informations se rapportent à quel arbre.

Figure 2. Base de données avec plusieurs enregistrements

IDENTIFIANT: Taper: Âge: Hauteur:
12 Cèdre 110 67'
13 Pin 135 80'
14 Épicéa 120 72'
15 Cèdre 120 70'
16 Épicéa 105 65'
17 Pin 115 75'

Nous cartographions l'emplacement de chaque arbre et identifions quels attributs appartiennent à quel arbre. C'est le fondement du SIG. Un SIG nous dit quelque chose est et ce que c'est. Les ordinateurs sont synonymes de SIG, et en utilisant un ordinateur, nous pouvons avoir des centaines de champs (attributs différents) pour des millions d'enregistrements (arbres).

Figure 3. Cartographie des emplacements

Vous pourrez examiner les attributs de diverses caractéristiques en utilisant une carte Web Geocortex.

Concept SIG n°2 : les informations sont séparées en couches

Nous pouvons également avoir d'autres couches d'informations dans notre SIG. Nos informations sur les arbres constitueraient une couche d'informations. Nous pourrions également avoir une couche avec les rivières et une couche avec les types de sols (Figure 4). Toute information peut être représentée sous forme de couche.

Une carte représente le paysage de manière artificielle. Les couches vectorielles représentent les entités de plusieurs manières :

Vous pourriez entendre des gens parler de couvertures, thèmes, ou alors fichiers de formes . Tous ces termes sont d'autres noms pour des couches d'informations.

Parfois, une couche d'informations peut être une couche raster , c'est-à-dire une grille contenant des informations. Des rangées et des rangées de pixels forment une grille. Si vous voyez une photo d'en haut sur une carte Web, il s'agit d'une couche raster. En fait, c'est ainsi que toutes les images d'appareils photo numériques sont stockées. Les couches raster n'ont pas d'attributs qui leur sont associés comme les couches vectorielles, bien qu'elles contiennent toutes des valeurs de pixels. Cette valeur unique peut être la couleur d'une tuile de toit, ou il peut s'agir d'une mesure de la force d'un ouragan pour un endroit, ou à peu près n'importe quoi d'autre.

Figure 5. Une couche raster (à gauche) contient des valeurs de pixels (à droite)

Avec des couches individuelles, nous pouvons effectuer une analyse entre les couches ou, par exemple, afficher uniquement les couches qui nous intéressent. Lorsque vous travaillez avec des cartes Web Geocortex, vous pourrez activer et désactiver différentes couches selon vos besoins.

Devinez quoi? Vous en avez fini avec la théorie ! Avec cela sous votre ceinture, vous êtes prêt à utiliser ces connaissances.


Définir les catégories par couche

L'assistant est contextuellement piloté par la carte active et utilise les propriétés du contenu de la carte pour préremplir les paramètres. Les catégories créées par l'assistant persistent dans la couche de carte sélectionnée, donc la modification de la carte active après l'ouverture de l'assistant réinitialise l'assistant et supprime les modifications non terminées.

  • L'assistant prend en charge la création de catégories par défaut pour les couches symbolisées à l'aide d'un symbole unique ou d'une symbologie de valeurs uniques. Pour les couches avec une symbologie de symbole unique, l'assistant crée une seule catégorie. Pour les couches avec une symbologie de valeurs uniques, il crée autant de catégories qu'il y a de valeurs de symboles, à moins que vous n'utilisiez une classe de symboles de toutes les autres valeurs.
  • Si la symbologie d'une couche est basée sur un champ qui ne fait pas partie du schéma de cette couche, elle n'apparaît pas en tant qu'option dans l'assistant et vous ne pouvez pas créer de catégories par défaut à partir de celle-ci. Assurez-vous que la symbologie de la couche est mise à jour lorsque vous mettez à jour le schéma de la couche.
  • Définissez un champ de texte pour l'option Champ d'affichage du calque dans la boîte de dialogue Propriétés du calque. Seuls les champs de texte sont pris en charge par les applications Indoors pour la fonctionnalité de recherche et de suggestion de recherche.

Suivez ces étapes pour créer des catégories par défaut pour une couche à l'aide de l'assistant Créer des catégories intérieures par défaut :

  1. Démarrez ArcGIS Pro.
  2. Ouvrez ou créez une carte ArcGIS Indoors.
  3. Cliquez sur l'onglet Affichage et cliquez sur Intérieur > Configurer les catégories Intérieur .

Le volet Configurer les catégories en intérieur s'affiche.

L'assistant Créer des catégories d'intérieur par défaut s'affiche.

Le volet Définir répertorie les couches de points et de polygones existantes dans la carte active qui sont symbolisées à l'aide d'un symbole unique ou d'une symbologie de valeurs uniques.

  • Cliquez sur le bouton Créer des catégories d'intérieur par défaut dans la vue Explorer ou Couches.
  • Cliquez avec le bouton droit sur une couche dans la vue Couches et cliquez sur Créer des catégories d'intérieur par défaut .

Gardez les points suivants à l'esprit lorsque vous choisissez une couche :

  • La configuration de la catégorie reflète la couche choisie et la modification de la couche choisie réinitialise les paramètres de l'assistant.
  • Les couches de carte avec des sources de données rompues ne s'affichent pas dans la liste des couches. Réparez les couches de carte pour les rendre visibles dans le volet Définir.

La liste affiche les catégories Indoors existantes. Par défaut, l'outil définit un groupe de catégories basé sur le nom du calque. S'il n'existe pas de groupe de catégories portant le même nom que la couche, l'assistant en crée un et lui associe des catégories.

Vous pouvez éventuellement créer des catégories autonomes en définissant la valeur par défaut sur Aucun .


Sélection d'un sous-ensemble d'entités pour l'affichage des couches

Souvent, il sera judicieux de sélectionner un sous-ensemble d'entités dans une classe d'entités pour créer un affichage cartographique. Par exemple, vous pouvez sélectionner un sous-ensemble d'entités dans un jeu de données plus vaste pour une zone d'intérêt (par exemple, les comtés d'un état particulier à partir d'un jeu de données national), ou des entités qui représentent une sous-classe d'informations (par exemple, les autoroutes d'un ensemble de données sur les routes).

Pour créer un sous-ensemble de données pour une couche, définissez une requête de définition dans la boîte de dialogue Propriétés de la couche.


Voir la vidéo: Tulostaminen Repetier-ohjelmalla - 3D-tulostus (Octobre 2021).