Suite

Faire une carte qui peut être facilement redimensionnée ou mise à l'échelle


J'ai récemment eu affaire à un demandeur de carte qui souhaite redimensionner des cartes à la toute dernière minute - de 8,5 x 11 à 22 x 34, ou de la taille d'une grande affiche à "quelque chose qui peut tenir dans un rapport" (les plus vagues sont les meilleurs ). Évidemment, il y a des choses de « gestion des personnes » que je peux faire pour l'aider à mieux planifier ses projets et ses demandes, mais au-delà, je dois toujours produire plusieurs tailles de la même carte avec un minimum d'investissement en temps.

Il est fastidieux d'ajuster manuellement tous les éléments -- légende, titre, étiquettes, divers champs de texte -- pour créer une nouvelle mise en page. J'ai trouvé "Mettre à l'échelle les éléments de la carte proportionnellement aux modifications de la taille de la page" dans la boîte de dialogue Configuration de la page et de l'impression :

Cependant, il me reste encore des choses à faire :

  1. Cela ne fonctionne pas sur tous les éléments de la carte (en particulier les rectangles de texte)
  2. Il ne fait rien aux étiquettes dans la carte ; les étiquettes de police à 16 points qui sont idéales pour les grandes cartes d'affiches sont beaucoup trop grandes pour les petites figures (et problème d'échelle similaire si la carte est plus grande)

Quelles sont les stratégies supplémentaires pour rendre une mise en page ArcMap plus facilement évolutive ? (Mon objectif est d'avoir le moins possible de réglages de taille de police.)


Je pense qu'il y a plusieurs façons d'aborder cette question.

  1. Vous pouvez le voir d'un point de vue purement mathématique et procédural de quel facteur dois-je multiplier les choses pour changer la taille de cette mise en page de petite à grande.
  2. Regardez-le d'un point de vue cartographique. Qu'est-ce que cela signifie pour la mise en page, l'apparence de la carte et les informations que vous essayez de transmettre, lorsque vous changez l'échelle de petite à grande, ou vice-versa ?

Je vais prendre des risques et dire qu'il n'y a pas de bouton facile sur lequel appuyer pour faciliter le passage d'une échelle à une autre. Mon raisonnement derrière cela est qu'il y a certains éléments qui fonctionnent d'une certaine manière, et sont appropriés à une échelle, qui ne fonctionnent pas de la même manière à une échelle différente.

Un exemple en est un titre. Dans un graphique plus grand, vous souhaiterez peut-être avoir un grand titre centré sur une carte. Cela pourrait lui permettre d'être visible de loin si la carte est à l'avant d'une pièce ou sur un mur. Cette même carte, mise à l'échelle pour tenir sur du papier de format lettre, ne nécessitera pas un titre de la même taille. En fait, vous voudriez faire le contraire de l'avoir grand, centré et proéminent. Vous voudrez probablement le déplacer sur le côté et l'installer dans une zone plus petite. Avec une taille de carte plus petite, vous souhaitez maximiser la zone de la carte, et donc les caractéristiques que vous essayez de montrer, par opposition aux informations du titre.

Voici un exemple de carte que j'ai créée récemment. On m'a spécifiquement demandé de fournir la carte en deux tailles différentes, l'une standard 8.5x11, et l'autre une taille d'affiche à monter et à afficher. J'ai lié aupdfpour les voir en taille réelle.

Carte 8.5x11 : Carte des tailles d'affiche :

Avec les différences de structure de mise en page inhérentes aux différentes tailles de cartes, il n'y a pas de moyen facile de mettre à l'échelle l'une de l'autre. Il y a cependant des choses qui facilitent les choses.

  1. Entraine toi - Plus vous travaillez longtemps avec les fonctions cartographiques dans ArcMap, QGIS, etc, plus elles seront faciles à utiliser. Plus vous travaillez à différentes échelles, vous commencerez à trouver quelles dimensions fonctionnent le mieux pour les bordures, quelles largeurs de ligne, quelles tailles de texte, etc. sont appropriées à différentes échelles. Une fois que vous commencez à le reconnaître, il devient rapide d'ouvrir une nouvelle mise en page de carte et de créer une bordure, un bloc de titre, un logo, etc., avec les largeurs et l'espacement standard pour cette taille.
  2. Dispositions standard - Les deux mises en page sur mes exemples sont celles que je duplique essentiellement pour toutes les cartes que je crée dans ces tailles générales. Les tailles des étiquettes, le cartouche, l'espacement du contour de la carte par rapport à la bordure sont tous les mêmes. Créez des modèles de différentes tailles et réutilisez-les tout le temps.
  3. Utiliser l'automatisation - Créez autant d'étiquettes que possible sur la carte, la symbologie, les éléments de texte, etc., en fonction des couches de la carte. Si vous faites cela, vous n'avez pas besoin d'aller sélectionner un certain nombre d'éléments de texte lorsque vous modifiez une échelle. Vous pouvez simplement modifier l'échelle de référence, puis accéder à la section des étiquettes d'un calque et modifier la taille du texte souhaitée. Si vous utilisez la suggestion @Mapperz des pages dynamiques dans ArcGIS, cela vous permet de mettre encore plus d'éléments de texte pilotés par les données.

La principale raison pour laquelle il est difficile d'utiliser simplement un facteur d'échelle pour modifier la taille des éléments lors de la modification de la taille d'une carte, est que différents éléments doivent modifier des quantités différentes. Dans les exemples ci-dessus, alors que la taille du texte a changé presque du double entre les deux graphiques, certaines des bordures ont changé de moins que cela et une partie de l'espacement a changé par un facteur différent.

Chaque carte que vous créez a un objectif spécifique, mettre en évidence des données ou des analyses spécifiques. Vous voulez vous assurer que ce sont toujours le point central de la carte. Pour ce faire, vous voulez vous assurer que tous les autres éléments sont cohérents, équilibrés et réguliers. Lorsque vous avez quelque chose de légèrement décalé, comme une carte mise à l'échelle d'un côté, au lieu du centre, créant ainsi une dimension inégale sur la carte, cela attire votre attention et détourne le point réel de cette carte.

Voici quelques bonnes références de conception cartographique :

  • Cartalk : Un forum public pour la cartographie et le design
  • Peterson GIS : ressources cartographiques et supports d'apprentissage pour les cartographes

Une option qui pourrait aider à redimensionner les étiquettes plus facilement à une nouvelle échelle consiste à changer l'échelle de référence. Une fois que vous avez adapté votre carte à la nouvelle page, à l'aide des propriétés du bloc de données, onglet général, allez en bas où se trouve un menu déroulant appelé "échelle de référence", et sélectionnez (ou tout autre paramètre d'échelle plus spécifique). cela peut être une solution assez rapide pour les tailles d'étiquettes lors du redimensionnement fréquent de la carte


Suggestion au cas où quelqu'un d'autre rencontrerait ce fil/problème comme moi :

Dans la vue de mise en page d'ArcMap, regroupez les éléments auxiliaires dans votre carte actuelle, puis copiez > collez-les dans l'autre taille de carte dont vous avez besoin. Une fois que vous avez collé, développez l'image en faisant glisser l'un des coins vers l'extérieur. Vous pouvez ensuite dissocier ces éléments et il ne vous reste plus qu'à redimensionner votre carte !

Bonne cartographie !


Au lieu d'apporter des modifications au fichier .mxd, exportez-le vers un fichier .pdf et agrandissez ou réduisez la page selon vos besoins.


Tenez compte de ce que Mapperz a dit à propos des échelles.

Ce à quoi j'essaie de penser lors du redimensionnement, c'est le rapport hauteur/largeur. Par exemple, 8.5x11 à 22x34 n'est pas une solution facile car :

22 / 8.5 = 2.59 34 / 2.59 = 13.13 =/= 11

Afin de redimensionner facilement une carte, il est utile que le rapport soit similaire. Ce que je fais dans cette situation, c'est d'augmenter l'espace blanc autour des marges si je travaille dans ArcMap et de déplacer mes éléments pour les adapter. En règle générale, je sélectionne ensuite tout le texte/la légende, etc. et j'augmente la police du même montant.

Cependant, je comprends tout à fait d'où vous venez lorsqu'un collègue pense simplement que la technologie/le SIG fonctionne en un claquement de doigts, donc s'il le demande, il doit le faire dans ce qu'il juge approprié (très peu probable) Plage de temps.

Dans des cas comme celui-ci, je ne fais pas une priorité pour que la carte soit jolie - s'ils vous pressent après que vous leur ayez donné un produit fini (joli!) Ils doivent comprendre qu'ils doivent spécifier ces dimensions AVANT ou au moment du développement. Dans des cas comme ceux-ci où vous êtes pressé, cela se résume à :

Choisis en deux

  1. Précision
  2. Rapide
  3. Attractif

    J'essaierais de communiquer cela efficacement à mes collègues, ce qui en soi peut tomber dans l'oreille d'un sourd.

Une autre approche consiste à exporter votre carte au format pdf/png/jpeg et à la redimensionner à partir d'un logiciel d'image tel que photoshop ou adobe. Je trouve que l'impression et le redimensionnement peuvent très bien fonctionner en dehors d'ArcMap si vous en avez besoin vif, mais pas nécessairement exacte.


La légende peut être particulièrement problématique. Parfois, vous pouvez prendre une capture d'écran du bloc de légende ou un instantané d'un fichier PDF que vous avez exporté, et le coller dans votre nouvelle carte et le dimensionner pour qu'il s'adapte. Les autres choses peuvent être gérées par les suggestions déjà faites comme l'échelle de référence. Si vos deux cartes ne sont pas trop différentes en taille et en forme, vous pouvez même exporter l'intégralité de la carte plus grande vers un tif haute résolution, puis l'insérer dans une nouvelle mise en page en tant que seul calque et l'exporter au format pdf, si la rastérisation est assez bonne . J'ai aussi parfois sélectionné tous les éléments de la légende, les ai regroupés puis redimensionnés avec les poignées pour s'adapter à une mise en page différente.


Échelle de texte - Pages basées sur les données

" Vous pouvez également représenter l'échelle de votre carte avec du texte à l'échelle. Le texte à l'échelle indique l'échelle de la carte et des entités sur la carte. Le texte à l'échelle indique au lecteur de carte combien d'unités au sol sont représentées par une unité de carte - par exemple, 1 centimètre équivaut à 100 000 mètres.

Le texte à l'échelle peut également être un rapport absolu indépendant des unités, tel que 1:24 000. Cela signifie qu'une unité sur la carte est égale à 24 000 des mêmes unités au sol. L'avantage du texte à l'échelle absolue est que les lecteurs de cartes peuvent l'interpréter avec toutes les unités qu'ils souhaitent.

Un inconvénient du texte à l'échelle est que si une copie imprimée de la carte est dupliquée à une autre échelle (agrandie ou réduite), le texte à l'échelle sera erroné. Les barres d'échelle ne souffrent pas de cette limitation. De nombreuses cartes ont à la fois un texte d'échelle et une barre d'échelle pour indiquer l'échelle de la carte.**

http://resources.arcgis.com/en/help/main/10.1/index.html#/Map_elements/00s900000002000000/


13 options logicielles SIG gratuites : cartographiez le monde en open source

Vous n'avez pas à payer la rançon d'un roi pour cartographier le monde. En effet, vous pouvez tout faire avec un logiciel SIG gratuit.

Ces logiciels SIG gratuits vous donnent la puissance de feu pour finis le travail comme si vous travailliez avec un logiciel SIG commercial.

Nous avons classé les 30 meilleures applications logicielles SIG. Mais ces 13 règnent en maître pour logiciel de cartographie gratuit.

1 . QGIS 3

Lorsque QGIS publie une nouvelle version, c'est un gros problème. Parce que les héros méconnus des logiciels SIG open source sont de retour ! C'est leur troisième grande sortie. QGIS 3 !

L'open source coule dans l'ADN de QGIS 3. Il a été génétiquement adapté pour briser le moule des SIG commerciaux.

Pas seulement parce qu'il est maintenant en 3D. Mais les plugins QGIS vous donnent toujours le pouvoir d'analyser comme l'Incroyable Hulk.

QGIS 3 est la version la plus inventive. Par exemple, il apporte un tout nouvel ensemble de cartographie, 3D, et toute sa commodité qui vaut son pesant d'or.

2 . QGIS 2 (SIG quantique)

Après la bataille épique des logiciels SIG dans l'histoire des SIG entre ArcGIS et QGIS, nous avons illustré avec 27 différences pourquoi QGIS est sans aucun doute le n ° 1 progiciel SIG gratuit.

QGIS regorge de trésors cachés à portée de main. Par exemple, vous pouvez automatiser la production de cartes, traiter les données géospatiales et générer des figures cartographiques dignes de la bave. Il n'y a aucun autre logiciel de cartographie gratuit sur cette liste qui vous permet carte comme une rock star que QGIS.

Les plugins QGIS propulsent ce logiciel de cartographie dans un état épique. Si l'outil n'existe pas, recherchez un plugin développé par la communauté QGIS.

L'effort bénévole est la clé de son succès. La prise en charge de QGIS Stack Exchange est impressionnante. Si vous recherchez toujours un logiciel SIG gratuit, vous seriez fou de ne pas télécharger le logiciel SIG gratuit QGIS. Voici votre guide du débutant sur QGIS pour vous mettre les pieds dans l'eau.

3 . gVSIG

Après QGIS, gvSIG est la deuxième meilleure option pour les logiciels SIG gratuits. Ses caractéristiques sont sous-estimées. Par exemple, il dispose d'une application de terrain, de capacités 3D et d'une application de bureau.

Malgré son manque de documentation en anglais, le projet gvSIG est toujours facile à prendre en main et à utiliser. Nous illustrons dans ce guide gvSIG et examinons pourquoi nous l'aimons tant.

  • Le Table de navigation est agile en ce sens qu'il vous permet de voir les enregistrements un par un verticalement.
  • Le Outils de CAO sont impressionnants sur gvSIG. Grâce aux outils OpenCAD, vous pouvez tracer des géométries, éditer des sommets, accrocher et diviser des lignes et des polygones.
  • Si vous avez besoin de SIG sur votre téléphone mobile, gvSIG Mobile est parfait pour le travail sur le terrain grâce à son interface et ses outils GPS.

4 . SIG HERBE

GRASS GIS (Geographic Resources Analysis Support System) a été développé par l'US Army Corps of Engineers en tant qu'outil de gestion des terres et de planification environnementale.

Il est devenu une option logicielle SIG gratuite pour différents domaines d'étude.

Les universités, les consultants en environnement et les agences gouvernementales (NASA, NOAA, USDA et USGS) utilisent GRASS GIS en raison de son interface graphique intuitive et de sa fiabilité.

Il a plus de 350 outils de manipulation de vecteurs et de trames à toute épreuve. Pas très utile dans la conception cartographique, GRASS GIS excelle principalement en tant qu'option logicielle SIG gratuite pour l'analyse, le traitement d'images, la manipulation numérique du terrain et les statistiques.

5 . ILWIS

Les utilisateurs de logiciels SIG gratuits se réjouissent. Autrefois logiciel SIG commercial, maintenant transformé en SIG open source. ILWIS (Gestion intégrée de l'information sur les terres et l'eau) est un bon vieux temps mais un bonbon.

L'ILWIS à l'épreuve de l'extinction est un logiciel SIG gratuit pour les planificateurs, les biologistes, les gestionnaires de l'eau et les utilisateurs géospatiaux. ILWIS maîtrise les bases – numériser, éditer, afficher des données géographiques. De plus, il est également utilisé pour la télédétection avec des outils de classification d'images, d'améliorations et de manipulation de bandes spectrales.

Au fil du temps, il a amélioré la prise en charge des séries chronologiques, de l'analyse 3 et de l'animation. Dans l'ensemble, j'ai eu du mal à faire certaines des bases comme l'ajout de couches. Cependant, la documentation est complète avec un suivi assez décent pour l'utilisation.

6 . SIG SAGA

SAGA GIS (System for Automated Geoscientific Analyses) est l'un des classiques dans le monde des logiciels SIG gratuits.

Cela a commencé principalement pour l'analyse du terrain comme l'ombrage, l'extraction des bassins versants et l'analyse de la visibilité.

Aujourd'hui, SAGA GIS est une centrale électrique car il fournit un ensemble de méthodes géoscientifiques à croissance rapide à la communauté géoscientifique.

Activez plusieurs fenêtres pour présenter toutes vos analyses (carte, histogrammes, nuages ​​de points, attributs, etc.). Il fournit à la fois une interface graphique et une API conviviales.

Ce n'est pas particulièrement utile en cartographie, mais c'est une bouée de sauvetage dans l'analyse du terrain.

Il est facile de combler les lacunes dans les jeux de données raster. Les outils de morphométrie sont uniques, notamment l'indice d'humidité topographique SAGA et la classification de la position topographique. Si vous avez un DEM et que vous ne savez pas quoi en faire, vous DEVEZ consulter SAGA GIS.

Globalement, c'est rapide, fiable et précis. Considérez SAGA GIS comme un choix de choix pour la modélisation environnementale et d'autres applications.

7 . GéoDa

GeoDa est un logiciel SIG gratuit principalement utilisé pour initier les nouveaux utilisateurs à l'analyse de données spatiales. Son principal la fonctionnalité est l'exploration de données dans les statistiques.

L'une des choses les plus intéressantes à ce sujet est la façon dont il contient des exemples de données que vous pouvez tester. Des simples boîtes à moustaches aux statistiques de régression, GeoDa dispose d'un arsenal complet de statistiques pour faire presque n'importe quoi dans l'espace.

Sa base d'utilisateurs est forte. Par exemple, les universités de Harvard, du MIT et de Cornell ont adopté ce logiciel SIG gratuit pour servir d'introduction en douceur à l'analyse spatiale pour les non-utilisateurs de SIG. Du développement économique à la santé et à l'immobilier, il a également été utilisé comme une analyse passionnante dans les laboratoires.

8 . Boîte blanche GAT

Oui, Whitebox GAT (Geospatial Analysis Toolbox) est n°8 sur la liste des logiciels SIG gratuits et open source. Incroyablement, Whitebox GAT n'existe que depuis 2009, car il se sent si bien réglé lorsque vous le voyez en action.

Il y a un thème hydrologique autour de Whitebox GAT. Il a en fait remplacé le système d'analyse de terrain (TAS) - un outil pour les applications hydro-géomorphiques. Whitebox GAT est vraiment un progiciel complet de SIG et de télédétection à accès ouvert.

Là où ça brille, c'est LIDAR ! Sans barrières, Whitebox GAT est le couteau suisse des données LiDAR.

La boîte à outils LiDAR est une bouée de sauvetage. Par exemple, LAS to shapefile est un outil incroyablement utile. Mais vous aurez peut-être besoin d'une mise à jour Java pour fonctionner à plein régime.

Les outils logiciels de cartographie cartographique sont primitifs par rapport à QGIS. Mais dans l'ensemble, Whitebox GAT est solide avec plus de 410 outils pour découper, convertir, analyser, gérer, mettre en mémoire tampon et extraire des informations géospatiales. Je trouve incroyable que ce logiciel SIG gratuit soit presque inconnu dans l'industrie des SIG.

Obtenez des connaissances plus utiles sur le blog Open Source Whitebox GAT.

9 . FenêtreCarte

En 2000, MapWindow était un logiciel SIG propriétaire. Cependant, il a été rendu ouvert par un contrat avec l'US EPA appelé « Basins ». À ce stade, le code source a été rendu public.

Maintenant que MapWindow 5 est sorti, il a étonnamment un sérieux coup de poing. Par exemple, MapWindow fait environ 90 % de ce dont les utilisateurs de SIG ont besoin – visionneuse de carte, identification des caractéristiques, outils de traitement et mise en page d'impression.

Il dispose d'outils de niveau supérieur tels que TauDEM pour la délimitation automatique des bassins versants. Tandis qu'HydroDesktop pour la découverte, le téléchargement, la visualisation et l'édition de données, DotSpatial pour les programmeurs SIG. En outre, il dispose d'une architecture de plugin extensible pour la personnalisation.

Dix . uCreusez

uDIG est un acronyme pour aider à mieux comprendre en quoi consiste ce logiciel SIG gratuit.

  • vous signifie interface conviviale
  • signifie bureau (Windows, Mac ou Linux). Vous pouvez exécuter uDIG sur un Mac.
  • je représente la norme de consommation orientée Internet (WMS, WFS ou WPS)
  • g signifie GIS-ready pour des capacités analytiques complexes.

Lorsque vous commencez à creuser dans uDig, c'est une belle option de logiciel SIG open source pour la cartographie de base. Mapnik de uDig vous permet d'importer des cartes de base avec le même réglage qu'ArcGIS

Plus précisément, il est facile à utiliser, le catalogue, la symbologie et la fonctionnalité Mac OS sont quelques-uns des points forts. Mais il a des outils limités et les bogues l'enlisent pour vraiment l'utiliser comme un progiciel SIG gratuit vraiment complet.

11 . OpenJump

Anciennement JUMP GIS, OpenJump GIS (JAVA Unified Mapping Platform) a commencé comme un projet de fusion de première classe. C'est réussi. Mais finalement est devenu quelque chose de beaucoup plus grand. En raison de la croissance de son grand effort communautaire, OpenJUMP est devenu un progiciel SIG gratuit plus complet.

L'un de ses points forts est la façon dont il gère bien les grands ensembles de données. Le rendu est au-dessus du niveau avec toute une série d'options de mappage. Par exemple, vous pouvez générer des camemberts, des tracés et des cartes choroplèthes.

Les plugins OpenJUMP GIS améliorent ses capacités. Il existe des plugins pour l'édition, le raster, l'impression, le traitement Web, l'analyse spatiale, le GPS et les bases de données. La fusion des données est une autre option avec beaucoup plus de ses plugins.

12 . FalconVoir

L'objectif initial de FalconView est d'être un logiciel SIG gratuit et open source. Georgia Tech a construit ce logiciel ouvert pour afficher divers types de cartes et de superpositions référencées géographiquement.

Désormais, la plupart des utilisateurs de FalconView proviennent du département américain de la Défense et d'autres agences nationales de renseignement géospatial. C'est parce qu'il peut être utilisé pour la planification des vols de combat.

En mode SkyView, vous pouvez Voler à travers même en utilisant des fichiers MXD. Il prend en charge divers types d'affichage comme l'élévation, le satellite, le LiDAR, le KMZ et le MrSID.

13 . OrbisGIS

OrbisGIS est un travail en cours. Son objectif est d'être un progiciel SIG open source multiplateforme conçu par et pour la recherche.

Il fournit quelques techniques SIG pour gérer et partager des données spatiales. OrbisGIS peut traiter des modèles de données vectorielles et raster.

Il peut exécuter des processus tels que des cartes de bruit ou des processus hydrologiques sans aucun module complémentaire. Les plug-ins Orbis GIS sont disponibles mais sont très limités pour le moment.

Les développeurs travaillent toujours sur la documentation. Vous voudrez peut-être chercher ailleurs jusqu'à ce que ce projet devienne solide.

14 . Diva SIG

Biologistes utilisant le SIG, unissez-vous ! Celui-ci est spécialisé dans la cartographie de la richesse biologique et de la distribution de la diversité, y compris les données ADN.

Diva GIS est un autre logiciel SIG gratuit pour la cartographie et l'analyse des données. Diva GIS fournit également des données SIG utiles et gratuites chaque jour pour vos besoins de cartographie.

Il est possible d'extraire des données climatiques pour tous les emplacements sur la terre. À partir de là, il existe des techniques d'analyse statistique et de modélisation avec lesquelles travailler.

Pour le biologiste en vous, cela vaut la peine d'être longuement recherché par les biologistes du monde entier. Sinon, vous devriez regarder l'une des meilleures options ci-dessus.


Mesurer des distances sur une carte

Les élèves utilisent une échelle de carte pour mesurer la distance entre les villes et d'autres lieux sur une carte de votre état. Ils créent et échangent des quiz et utilisent une carte interactive pour vérifier leurs réponses.

Liens

Interactif
Site Internet

1. Engagez les élèves avec une énigme.

Demander: Où peut-on trouver deux villes entières dans l'espace d'un pouce ? (Sur une carte !)

2. Démontrez l'utilisation de l'échelle sur votre carte d'état.

Projetez la carte de votre état à l'aide de MapMaker 1-Page maps, et fournissez à chaque élève une version imprimée de la carte qui montre les villes. Demandez-leur d'utiliser une règle pour mesurer la distance sur la carte entre les villes. Demander: Voyez-vous deux villes à moins d'un pouce l'une de l'autre ?

Montrez comment mesurer la distance à l'aide de l'échelle de la carte. Alignez un morceau de papier ordinaire de sorte que son bord soit égal à l'échelle de la carte sur la carte projetée. Marquez au crayon le début et la fin de l'échelle. Écris le nombre de milles (ou kilomètres) que représente cette distance. Expliquez que la mesure sur le papier fonctionne n'importe où sur cette carte, mais que l'échelle sera probablement différente sur une autre carte. Trouvez deux endroits sur la carte qui sont à peu près à la distance de l'échelle de la carte que vous venez de copier et indiquez-les aux élèves. Demandez aux élèves de faire la même tâche avec du papier, un crayon et leurs cartes d'état. Demander: Pourquoi la longueur de votre papier est-elle beaucoup plus courte que la mienne, si nous regardons la même carte ? (Le projecteur agrandit la carte beaucoup plus, donc la barre d'échelle de la carte est aussi plus grande.)

3. Entraînez-vous à mesurer des distances plus courtes et plus longues que l'échelle.

Expliquez que la distance entre deux villes ne sera pas toujours la longueur exacte de l'échelle. Parfois, il tombera entre le début et la fin de l'échelle, et vous estimez ensuite la distance. Trouvez une distance qui correspond à environ la moitié de la longueur de l'échelle et demandez aux élèves de l'estimer.

Pour les distances plus longues que l'échelle, montrez comment vous pouvez étendre la longueur de l'échelle en ajoutant des segments à votre morceau de papier. Pour le deuxième segment, doublez la longueur. Ajoutez à nouveau la longueur pour le troisième, et ainsi de suite. Référez les élèves à la galerie de photos fournie, Comment étendre une échelle de carte, au besoin.

4. Montrez aux élèves comment mesurer à l'aide de la carte interactive.

Demandez aux élèves s'ils ont déjà utilisé ou vu un adulte utiliser un ordinateur, un smartphone ou un GPS pour tracer l'itinéraire et la distance jusqu'à une destination. Expliquez que les cartes interactives en ligne ont des capacités de mesure qui permettent de trouver facilement la distance d'un endroit à un autre.

Projetez le National Geographic Mapmaker Interactive et zoomez sur votre état. Sélectionnez l'outil de ligne dans la barre d'outils de dessin. Ensuite, cliquez sur votre point de départ, tel que votre ville natale, puis faites glisser et double-cliquez sur un autre point. L'outil tracera une ligne avec la distance étiquetée. Vous pouvez également cliquer et déplacer le curseur plusieurs fois pour mesurer une distance courbe.

5. Demandez aux élèves de créer des questionnaires sur les mesures.

Demandez aux élèves de travailler par paires ou indépendamment pour créer un questionnaire de mesure de carte à l'aide de leur carte d'état. Demandez-leur d'écrire dix questions de mesure. Ils peuvent ensuite utiliser leurs balances papier pour trouver les réponses et créer un corrigé séparé. Avant d'échanger les quiz, demandez aux élèves de se rendre aux ordinateurs et de vérifier leurs réponses à l'aide de la carte interactive et de son outil de mesure. Une fois qu'ils ont échangé et terminé leurs quiz, demandez-leur de les rendre et de vérifier les réponses. Discutez de la façon dont une réponse est « correcte » ? En d'autres termes, à quel point doit-elle être proche ?

Évaluation informelle

Vérifiez l'exactitude des barres d'échelle que les élèves dessinent au fur et à mesure qu'ils les créent. De plus, demandez aux élèves d'utiliser la carte simple des États-Unis fournie pendant qu'ils remplissent la feuille de travail Mesurer les distances aux États-Unis pour vérifier leur compréhension. Si le temps le permet, demandez aux élèves de vérifier leurs réponses à l'aide de MapMaker Interactive pour s'entraîner davantage à mesurer avec la carte en ligne.


1. SIG en cartographie : La cartographie est une fonction centrale du système d'information géographique, qui fournit une interprétation visuelle des données. Le SIG stocke les données dans la base de données, puis les représente visuellement dans un format mappé. Les gens de différentes professions utilisent la carte pour communiquer. Il n'est pas nécessaire d'être un cartographe qualifié pour créer des cartes. La carte Google, la carte Bing, la carte Yahoo sont le meilleur exemple de solution de cartographie SIG basée sur le Web.

2. Services Télécoms et Réseaux : Le SIG peut être un excellent outil de planification et de prise de décision pour les industries des télécommunications. GDi GISDATA permet aux organisations de télécommunications sans fil d'incorporer des données géographiques dans la conception, la planification, l'optimisation, la maintenance et les activités du réseau complexe. Cette technologie permet aux télécommunications d'améliorer une variété d'applications telles que les applications d'ingénierie, la gestion de la relation client et les services basés sur la localisation.

3. Analyse des accidents et analyse des points chauds : Le SIG peut être utilisé comme un outil clé pour minimiser les risques d'accidents sur les routes, le réseau routier existant doit être optimisé et les mesures de sécurité routière doivent également être améliorées. Ceci peut être réalisé par une bonne gestion du trafic. En identifiant les lieux des accidents, des mesures correctives peuvent être planifiées par les administrations de district pour minimiser les accidents dans différentes parties du monde. La conception du réacheminement est également très pratique à l'aide du SIG.

4. Urbanisme : La technologie SIG est utilisée pour analyser la croissance urbaine et sa direction d'expansion, et pour trouver des sites appropriés pour un développement urbain ultérieur. Afin d'identifier les sites adaptés à la croissance urbaine, certains facteurs doivent être pris en compte, à savoir : le terrain doit avoir une accessibilité appropriée, le terrain doit être plus ou moins plat, le terrain doit être vacant ou avoir une faible valeur d'usage actuellement et il doit avoir une bonne offre de l'eau.

5. Planification des transports : Le SIG peut être utilisé pour gérer les problèmes de transport et de logistique. Si le service des transports planifie un nouveau chemin de fer ou un itinéraire routier, cela peut être effectué en ajoutant des données environnementales et topographiques dans la plate-forme SIG. Cela produira facilement le meilleur itinéraire pour le transport sur la base de critères tels que l'itinéraire le plus plat, le moins de dommages aux habitats et le moins de perturbations de la part des populations locales. Le SIG peut également aider à surveiller les systèmes ferroviaires et les conditions routières.

6. Analyse d'impact environnemental : L'EIE est une initiative politique importante pour conserver les ressources naturelles et l'environnement. De nombreuses activités humaines produisent des effets environnementaux négatifs potentiels, notamment la construction et l'exploitation d'autoroutes, de voies ferrées, de pipelines, d'aéroports, l'élimination des déchets radioactifs et plus encore. Les déclarations d'impact environnemental doivent généralement contenir des informations spécifiques sur l'ampleur et les caractéristiques de l'impact environnemental. L'EIE peut être effectuée efficacement à l'aide du SIG, en intégrant diverses couches SIG, l'évaluation des caractéristiques naturelles peut être effectuée.

7. Applications agricoles : Le SIG peut être utilisé pour créer des techniques agricoles plus efficaces et efficientes. Il peut également analyser les données du sol et déterminer : quelles sont les meilleures cultures à planter ?, où aller ? comment maintenir les niveaux de nutrition pour tirer le meilleur parti de la culture à planter ?. Il est pleinement intégré et largement accepté pour aider les agences gouvernementales à gérer des programmes qui soutiennent les agriculteurs et protègent l'environnement. Cela pourrait augmenter la production alimentaire dans différentes parties du monde afin d'éviter la crise alimentaire mondiale.

8. Gestion et atténuation des catastrophes : Aujourd'hui, des systèmes SIG bien développés sont utilisés pour protéger l'environnement. Il est devenu un outil intégré, bien développé et efficace dans la gestion et l'atténuation des catastrophes. Le SIG peut aider à la gestion et à l'analyse des risques en affichant les zones susceptibles d'être sujettes à des catastrophes naturelles ou causées par l'homme. Lorsque de telles catastrophes sont identifiées, des mesures préventives peuvent être développées.

9. Zonage des risques de glissement de terrain à l'aide du SIG : Le zonage du risque de glissement de terrain est le processus de classement des différentes parties d'une zone en fonction des degrés de danger réel ou potentiel des glissements de terrain. L'évaluation du risque de glissement de terrain est une tâche complexe. Il est devenu possible de collecter, de manipuler et d'intégrer efficacement une variété de données spatiales telles que les caractéristiques géologiques, structurelles, de couverture de surface et de pente d'une zone, qui peuvent être utilisées pour la zonage des risques. L'ensemble de la couche ci-dessus peut bien s'intégrer à l'aide du SIG et l'analyse pondérée est également utile pour trouver la zone sujette aux glissements de terrain. Avec l'aide du SIG, nous pouvons évaluer les risques et réduire les pertes de vies et de biens.

10. Déterminer les changements d'utilisation des terres/couverture des terres : L'occupation du sol désigne la caractéristique qui recouvre la surface stérile. L'utilisation du sol désigne la zone de la surface utilisée pour un usage particulier. Le rôle de la technologie SIG dans les applications d'utilisation des terres et de couverture des terres est que nous pouvons déterminer les changements d'utilisation des terres/d'occupation des terres dans les différentes zones. Il peut également détecter et estimer les changements dans le modèle d'utilisation des terres/d'occupation des sols dans le temps. Il permet de découvrir des changements soudains dans l'utilisation des terres et la couverture des terres, soit par des forces naturelles, soit par d'autres activités comme la déforestation.

11. Navigation (routage et planification) : Les cartes de navigation Web encouragent une navigation sûre dans les voies navigables. Les chemins de ferries et les routes maritimes sont identifiés pour un meilleur acheminement. ArcGIS prend en charge un système de navigation sécurisé et fournit des données topographiques et hydrographiques précises. Récemment, la Division des ressources côtières du MRN a commencé à localiser, documenter et cataloguer ces épaves sans aucun historique avec le SIG. Cette division fournit des informations publiques qui sensibilisent les citoyens à l'emplacement de ces navires grâce à une carte Web. La carte Web sera régulièrement mise à jour pour tenir les plaisanciers informés de ces dangers côtiers afin de minimiser les risques de collision et de blessures.

12. Estimation des dommages causés par les inondations : Le SIG aide à documenter le besoin de fonds fédéraux de secours en cas de catastrophe, le cas échéant, et peut être utilisé par les agences d'assurance pour aider à évaluer la valeur monétaire des pertes de propriété. Un gouvernement local doit cartographier les zones à risque d'inondation pour évaluer le niveau potentiel d'inondation dans la zone environnante. Les dégâts peuvent être bien estimés et montrés à l'aide de cartes numériques.

13. Gestion des ressources naturelles : Grâce à la technologie SIG, les ressources agricoles, aquatiques et forestières peuvent être bien entretenues et gérées. Les forestiers peuvent facilement surveiller l'état des forêts. Les terres agricoles comprennent la gestion du rendement des cultures, la surveillance de la rotation des cultures, etc. L'eau est l'un des constituants les plus essentiels de l'environnement. Le SIG est utilisé pour analyser la répartition géographique des ressources en eau. Ils sont interdépendants, c'est-à-dire que le couvert forestier réduit le ruissellement des eaux pluviales et que la canopée des arbres stocke environ 215 000 tonnes de carbone. Le SIG est également utilisé dans le boisement.

14. Solutions SIG dans le secteur bancaire : Aujourd'hui, le secteur bancaire connaît un développement rapide. Il est donc devenu plus axé sur le marché et réactif au marché. Le succès de ce secteur dépend en grande partie de la capacité d'une banque à fournir des services axés sur les clients et le marché. Le SIG joue un rôle important dans la planification, l'organisation et la prise de décision.

15. Cartographie des sols : La cartographie des sols fournit des informations sur les ressources d'une zone. Il aide à comprendre l'aptitude du sol à diverses activités d'utilisation des terres. Il est essentiel pour prévenir la détérioration de l'environnement liée à l'utilisation abusive des terres. GIS Helps to identify soil types in an area and to delineate soil boundaries. It is used for the identification and classification of soil. Soil map is widely used by the farmers in developed countries to retain soil nutrients and earn maximum yield.

16. GIS based Digital Taxation: In Local Governments, GIS is used to solve taxation problems. It is used to maximize the government income. For example, for engineering, building permits, city development and other municipal needs, GIS is used. Often the data collected and used by one agency or department can be used by another. Example Orhitec ltd can supply you with a system to manage property tax on a geographic basis that can work interactively with the municipal tax collection department. Using GIS we can develop a digital taxation system.

17. Land Information System: GIS based land acquisition management system will provide complete information about the land. Land acquisition managements is being used for the past 3 or 4 years only. It would help in assessment, payments for private land with owner details, tracking of land allotments and possessions identification and timely resolution of land acquisition related issues.

18. Surveying: Surveying is the measurement of location of objects on the earth’s surfaces. Land survey is measuring the distance and angles between different points on the earth surface. An increasing number of national and governments and regional organizations are using GNSS measurements. GNSS is used for topographic surveys where a centimeter level accuracy is provided. These data can be incorporated in the GIS system. GIS tools can be used to estimate area and also, digital maps can prepared.

19. Wetland Mapping: Wetlands contribute to a healthy environment and retain water during dry periods, thus keeping the water table high and relatively stable. During the flooding they act to reduce flood levels and to trap suspended solids and attached nutrients. GIS provide options for wetland mapping and design projects for wetland conservation quickly with the help of GIS. Integration with Remote Sensing data helps to complete wetland mapping on various scale. We can create a wetland digital data bank with spices information using GIS.

20. GIS Applications in Geology: Geologists use GIS in a various applications. The GIS is used to study geologic features, analyze soils and strata, assess seismic information, and or create three dimensional (3D) displays of geographic features. GIS can be also used to analyze rock information characteristics and identifying the best dam site location.

21. Detection of Coal Mine Fires: GIS technology is applied in the area of safe production of coal mine. Coal mine have developed an information management system, the administrators can monitor the safe production of coal mine and at the same time improve the abilities to make decisions. Fire happens frequently in coal mines. So it can assessed spontaneous combustion risk using GIS tools.(Kun Fang, GIS Network Analysis in Rescue of Coal Mine)

22. Assets Management and Maintenance: GIS helps organizations to gain efficiency even in the face of finite resources and the need to hold down the cost. Knowing the population at risk enables planners to determine where to allocate and locate resources more effectively. Operations and maintenance staff can deploy enterprise and mobile workforce. GIS build mobile applications that provide timely information in the field faster and more accurate work order processing.

23. GIS for Planning and Community Development: GIS helps us to better understand our world so we can meet global challenges. Today GIS technology is advancing rapidly, providing many new capabilities and innovations in planning. By applying known part of science and GIS to solve unknown part, that helps to enhance the quality of life and achieve a better future. Creating and applying GIS tools and knowledge allow us integrating geographic intelligence into how we think and behave.

24. GIS in Dairy Industry: Geographic Information System is used in a various application in the dairy industry, such as distribution of products, production rate, location of shops and their selling rate. These can be monitored by using GIS system. It can be also possible to understand the demand of milk and milk products in different region. GIS can prove to be effective tool for planning and decision making for any dairy industry. These advantages has added new vistas in the field of dairy farm and management.

25. Tourism Information System: GIS provides a valuable toolbox of techniques and technologies of wide applicability to the achievement of sustainable tourism development. This provide an ideal platform tools required to generate a better understanding, and can serve the needs of tourists. They will get all the information on click, measure distance, find hotels, restaurant and even navigate to their respective links. Information plays a vital role to tourists in planning their travel from one place to another, and success of tourism industry. This can bring many advantages for both tourist and tourism department.

26. Irrigation water management: Water availability for irrigation purposes for any area is vital for crop production in that region. It needs to be properly and efficiently managed for the proper utilization of water. To evaluate the irrigation performance, integrated use of satellite remote sensing and GIS assisted by ground information has been found to be efficient technique in spatial and time domain for identification of major crops and their conditions, and determination of their areal extent and yield. Irrigation requirements of crop were determined by considering the factors such as evapotranspiration, Net Irrigation Requirement, Field irrigation Requirement, Gross Irrigation Requirement, and month total volume of water required, by organizing them in GIS environment. (A. M. Chandra, ‎S. K. Ghosh, Remote Sensing and Geographical Information System)

27. Fire equipment response distance analysis: GIS can be used to evaluate how far (as measured as via the street network) each portion of the street network is from a firehouse. This can be useful in evaluating the best location for a new firehouse or in determining how well the fire services cover particular areas for insurance ratings.(Himachal Pradesh, Development Report)

28. Worldwide Earthquake Information System: One of the most frightening and destructive phenomena of nature is the occurrence of an earthquake. There is a need to have knowledge regarding the trends in earthquake occurrence worldwide. A GIS based user interface system for querying on earthquake catalogue will be of great help to the earthquake engineers and seismologists in understanding the behavior pattern of earthquake in spatial and temporal domain. (A. M. Chandra, S. K. Ghosh Remote Sensing and Geographical Information System)


Making the scale bar the right length in ArcMap

I’ve addressed issues of scale bars in a couple of our earlier blog entries (Choosing the best way to indicate map scale and Back to the Issue of Scale Bars). In this one I tell you how you can make sure that the scale bar you insert is the right length on your map. But before I do, I want to first point out that for the most part the only maps that should include scale bars are those for a smaller extent and therefore generally at a large scale. If you map a larger extent then the scale distortion over that extent will mean that the scale bar is not valid for the entire area mapped. A complicating factor is the differing scale in different directions on small scale maps — another reason not to put scale bars on small scale maps. We generally define “large scale” as 1:250,000 or larger for just these reasons – on maps at these scales, you can make accurate distance and area measurements.

The scale bar you insert in ArcMap will be the correct length if your data do not extend much farther north and south than your data frame – again, for maps that do not cover a large extent. If your data do have a larger north-south extent than the data frame, you need to edit the scale bar so that it is the correct length for the area shown on your map. This is easily done by converting the scale bar to graphics and then resizing it. I’ve given you the step-by-step instructions for doing this below.

But first I want to explain why the scale bar might need to be edited. A scale bar in ArcMap is true for the center of the north-south extent of all the data used to make your map. If, for example, you are using global data (as in the example of the blog entry on Printing Wall Maps from the World Topographic Community Basemap) then the scale bar you insert for any location will correctly reflect the scale at the equator. Most likely the north-south extent of the area shown on your map is not centered exactly at the equator, so the scale bar will be too short. In fact, the farther north you go, the shorter the scale bar will be relative to the correct length.

So here are the instructions for how to correct the length, if necessary:

1. Insert a scale bar as you normally would and make any edits that you want so that it appears as you would ultimately like it to – remember that you will need to make the scale bar bigger so you may want to use slightly smaller text sizes, thinner lines, smaller gaps, and shorter lengths for the tics.

2. Right click the scale bar and click Convert to Graphics.

3. Click on the ruler at the top (if you don’t see one, right click in Page Payout view and click Rulers then click Rulers again to display the page rulers) to add a vertical guide towards the left side of your data frame to be used as a starting point for measuring the distance your scale bar should represent.

4. Click the Measure tool on the Tools toolbar and then, if you have not used it yet in this ArcMap session, click inside the Layout View so that the tool appears.

5. Click the Measure a Line button , click the down arrow in the middle of the toolbar to choose the units, click Distance, and set the units to whatever you used in your scalebar (e.g., kilometers or miles).

6. Click the down arrow on the right side of the Measure toolbar to set the measurement type to Geodesic – this is the distance on the earth’s surface.

7. Now, use the tool to measure the distance shown on your scale bar. Start measuring at the location of the guide.

8. Make a mental note of where the end of the line is that reflects the distance your scale bar should be. If it helps, you can add a second guide at or near the location that corresponds to the end of the line.

9. Now rescale the graphic scale bar so that its length corresponds to the correct length that you just measured.

10. Save your ArcMap document.

Thanks to David Barnes, Cartographic Product Engineer, and Melita Kennedy, Senior Product Engineer for Map Projections and Transformations, and Jon Kimerling, Professor Emeritus of Geography at Oregon State University, for their help with this blog entry.


What Is the Future of GIS?

All things taken together, the future of GIS is very optimistic. It’s poised for even wider scale adoption than we’ve seen in recent decades, as more organizations learn how much business value can come from geospatial data. As trends like data analytics, mobility, AR, and IoT continue to take off around the world, we can expect geographic information science and technology not only to be transformed but also to help change the way organizations utilize these technologies.

One of the key philosophies behind the graduate GIS degrees and certificates at USC is to prepare students for the future, regardless of the way the relevant technologies evolve. For this reason, our programs focus on teaching students spatial thinking skills that they can apply in any technology environment and to more effectively manage and use spatial data. Read more about our GIS education programs below, or request a free brochure.

About USC’s Online GIS Graduate Programs

The University of Southern California offers a comprehensive selection of online GIS programs, including GIS master’s degrees and GIS graduate certificates. This gives our students the ultimate flexibility in tailoring their education for their career goals. Click on the programs below to learn about our leading geographic information science education.

Online GIS Master’s Degrees

Online GIS Graduate Certificates

Request Brochure

Fill out the information below to learn more about the University of Southern California’s online GIS Graduate Programs and download a free brochure . If you have any additional questions, please call 877-650-9054 to speak to an enrollment advisor.

The University of Southern California respects your right to privacy. By submitting this form, you consent to receive emails and calls from a representative of the University of Southern California, which may include the use of automated technology. Consent is needed to contact you, but is not a requirement to register or enroll.


The Greatest Paper Map of the United States You’ll Ever See

American mapmaking’s most prestigious honor is the “Best of Show” award at the annual competition of the Cartography and Geographic Information Society. The five most recent winners were all maps designed by large, well-known institutions: National Geographic (three times), the Central Intelligence Agency Cartography Center, and the U.S. Census Bureau. But earlier this year, the 38 th annual Best of Show award went to a map created by Imus Geographics—which is basically one dude named David Imus working in a farmhouse outside Eugene, Ore.

At first glance, Imus’ “The Essential Geography of the United States of America” may look like any other U.S. wall map. It’s about 4 feet by 3 feet. It uses a standard, two-dimensional conic projection. It has place names. Political boundaries. Lakes, rivers, highways.


So what makes this map different from the Rand McNally version you can buy at a bookstore? Or from the dusty National Geographic pull-down mounted in your child’s elementary school classroom? Can one paper wall map really outshine all others—so definitively that it becomes award-worthy?

I’m here to tell you it can. This is a masterful map. And the secret is in its careful attention to design.

These days, almost all the data cartographers use is provided by the government and is freely available in the public domain. Anybody can download databases of highways, airports, and cities, and then slap a crude map together with the aid of a plotter. What separates a great map from a terrible one is choosing which data to use and how best to present it.

How will you signify elevation and forestation? How will you imply the hierarchy of city sizes? How big must a town (or an airport, or a body of water) be to warrant inclusion? And how will you convey all of this with a visual scheme that’s clean and attractive?

According to independent cartographers I spoke with, the big mapmaking corporations of the world employ type-positioning software, placing their map labels (names of cities, rivers, etc.) according to an algorithm. For example, preferred placement for city labels is generally to the upper right of the dot that indicates location. But if this spot is already occupied—by the label for a river, say, or by a state boundary line—the city label might be shifted over a few millimeters. Sometimes a town might get deleted entirely in favor of a highway shield or a time zone marker. The result is a rough draft of label placement, still in need of human refinement. Post-computer editing decisions are frequently outsourced—sometimes to India, where teams of cheap workers will hunt for obvious errors and messy label overlaps. The overall goal is often a quick and dirty turnaround, with cost and speed trumping excellence and elegance.

By contrast, David Imus worked alone on his map seven days a week for two full years. Nearly 6,000 hours in total. It would be prohibitively expensive just to outsource that much work. But Imus—a 35-year veteran of cartography who’s designed every kind of map for every kind of client—did it all by himself. He used a computer (not a pencil and paper), but absolutely nothing was left to computer-assisted happenstance. Imus spent eons tweaking label positions. Slaving over font types, kerning, letter thicknesses. Scrutinizing levels of blackness. It’s the kind of personal cartographic touch you might only find these days on the hand-illustrated ski-trail maps available at posh mountain resorts.

A few of his more significant design decisions: Your standard wall map will often paint the U.S. states different colors so their shapes are easily grasped. But Imus’ map uses thick lines to indicate state borders and reserves the color for more important purposes—green for denser forestation, yellow for population centers. Instead of hypsometric tinting (darker colors for lower elevations, lighter colors for higher altitudes), Imus uses relief shading for a more natural portrait of U.S. terrain.

Left: Imus map of Cincinnati. Right: National Geographic map of Cincinnati

Consider these two views of the Cincinnati area. On the right, a National Geographic map employs a featureless white background and arbitrarily colors the state borders purple, green, and orange. On the left, Imus’ map uses a thick green line to indicate all state boundaries—allowing us to more easily recognize that it’s the Ohio River that defines those boundaries. Meanwhile, Imus uses colored shading to reflect the relative forestation level of the area and to accurately capture its gently rolling terrain.

Imus has also taken care to ensure that his map is densely packed with useful information yet still easy to read. Every major locale gets a list of key attractions such as universities, museums, and neighborhoods. Every airport gets its three-letter code.


Potential use cases

This solution applies to many areas:

  • Processing, storing, and providing access to large amounts of raster data, such as maps or climate data.
  • Identifying the geographic position of enterprise resource planning (ERP) system entities.
  • Combining entity location data with GIS reference data.
  • Storing Internet of Things (IoT) telemetry from moving devices.
  • Running analytical geospatial queries.
  • Embedding curated and contextualized geospatial data in web apps.

Equal area projections preserve the area of displayed features. To do this, the other properties—shape, angle, and scale—are distorted. In Equal area projections, the meridians and parallels may not intersect at right angles. In some instances, especially maps of smaller regions, shapes are not obviously distorted, and distinguishing an Equal area projection from a Conformal projection is difficult unless documented or measured.

Equidistant maps preserve the distances between certain points. Scale is not maintained correctly by any projection throughout an entire map. However, there are in most cases, one or more lines on a map along which scale is maintained correctly. Most Equidistant projections have one or more lines in which the length of the line on a map is the same length (at map scale) as the same line on the globe, regardless of whether it is a great or small circle, or straight or curved. Such distances are said to be true. For example, in the Sinusoidal projection, the equator and all parallels are their true lengths. In other Equidistant projections, the equator and all meridians are true. Still others (for example, Two-point Equidistant) show true scale between one or two points and every other point on the map. Keep in mind that no projection is equidistant to and from all points on a map.


1) Get a custom marker image.

2) Create a canvas in RAM and draw this image on it

3) Write anything above it

4) Get raw data from canvas and provide it to Google API instead of URL

Google Maps version 3 has built-in support for marker labels. No need to generate your own images anymore or implement 3rd party classes. Marker Labels

It's quite feasible to generate labeled icons server-side, if you have some programming skills. You'll need the GD library at the server, in addition to PHP. Been working well for me for several years now, but admittedly tricky to get the icon images in synch.

I do that via AJAX by sending the few parameters to define the blank icon and the text and color as well as bgcolor to be applied. Here's my PHP:

It's invoked client-side via something like the following: var image_file = "./our_icons/gen_icon.php?blank=" + escape(icons[color]) + "&text mt24">

30ms to generate each marker on our setup. Merci d'avoir partagé. &ndash Eric L. Aug 19 '13 at 15:40

My two cents showing how to use the Google Charts API to solve this problem.

Based on @dave1010 answer but with updated https links.

You can use Marker With Label option in google-maps-utility-library-v3.

I discovered the best way to do it. Use Snap.svg to create the svg and then use the function toDataURL() that creates the graphics data to include as icon. Note that I use the SlidingMarker class for the marker that gives me nice movement of the marker. With Snap.svg you can create any kind of graphics and your map will look fantastic.

EASIEST SOLUTION - USE SVG

Works in: in IE9, IE10, FF, Chrome, Safari

(if you are using other browsers please "Run code snippet" and place a comment)

No external dependencies besides Google Maps API!

C'est assez easy provided that you have your icon in .svg format. If that is the case just add appropriate text element and change its content to fit your needs with JS.

Add something like this to your .svg code (this is text "section" which will be later changed with JS):

Exemple: (partially copied from @EstevãoLucas)

Important: Use correct <text> tag properties. Note text-anchor="middle" x="50%" y="28" which center longer numbers (more info: How to place and center text in an SVG rectangle)

Use encodeURIComponent() (this probably ensures compatibility with IE9 and 10)

Perhaps there are those still looking for this but finding Google Dynamic icons deprecated and other map-icon libraries just a little bit too ugly.

To add a simple marker with any number inside using a URL. In Google Drive using the Google My Maps, it creates numbered icons when using a map layer that is set to 'Sequence of Numbers' and then adding markers/points on the map.

Looking at the source code, Google has their own way of doing it through a URL:

I haven't played extensively with it but by changing the hex color codes in the 'highlight' parameter(color parameter does not change the color as you may think), the 'text' value can be set to any string and you can make a nice round icon with any number/value inside. I'm sure the other parameters may be of use too.

One caveat with this approach, who knows when Google will remove this URL from the world!