Suite

Comment créer un curseur temporel à l'aide d'arcgis javascript qui n'affiche qu'une année à la fois ?


Je regarde cet exemple sur la façon de créer un curseur temporel à l'aide de l'API javascript arcgis. Au lieu d'afficher les données cumulatives à partir de la date de début. Je veux juste montrer les données pour cette année particulière. J'ai essayé de changer le ThumbCount à 1, mais tout ce qui fait est de définir l'heure de début sur l'heure de début. A part ça, je n'arrive pas à trouver plus d'informations sur la façon d'obtenir le comportement que je veux.

Je comprends que je peux utiliser 2 pouces sur le curseur temporel afin d'obtenir le résultat souhaité. Cependant, je cherche à voir si c'est possible en utilisant seulement 1 curseur de pouce.


J'ai dû le manquer dans la documentation APi. Il existe une fonction appeléesingleThumbAsTimeInstant(createTimeInstants)pour le curseur temporel. Une fois que vous avez défini cela sur true, il n'affichera que les éléments à ce moment précis. La documentation est ici.


Notes de version pour 4.13

Le DictionaryRenderer construit chaque symbole à la volée en fonction d'une ou plusieurs valeurs d'attribut, et gère également un nombre presque infini de combinaisons uniques. Vous pouvez désormais symboliser des couches à l'aide d'un dictionnaire de symboles configuré avec plusieurs attributs. Par exemple, vous souhaiterez peut-être symboliser les stations-service alternatives afin que chaque symbole reflète le type de carburant, le type de réseau, le type de connecteur, etc. Cette approche est utilisée lorsque les spécifications de symboles conduisent à de nombreuses permutations de symboles qui seraient inappropriées pour UniqueValueRenderer.

Un moteur de rendu de dictionnaire applique des symboles aux entités via un style de symbole de dictionnaire associé. Le style contient tous les composants du symbole ainsi que les règles d'affichage du symbole. Plus d'informations sur la création d'un style de symbole de dictionnaire : Création d'un style de symbole de dictionnaire.

À chaque version, nous consacrons un temps considérable à l'amélioration des performances. Celles-ci se concentrent sur plusieurs domaines :

  • Améliorations de VectorTileLayer :
    • Le VectorTileLayer a été amélioré avec un dessin progressif (y compris la fusion de symboles).
    • Réduction du nombre de requêtes réseau pour VectorTileLayer avec une meilleure mise en cache des tuiles.
    • Dans les vues de scène 3D, les performances de rendu améliorées de VectorTileLayer permettent désormais une navigation fluide dans les scènes affichant des fonds de carte vectoriels.

    Nous avons effectué plusieurs mises à jour pour moderniser et renforcer l'API :

    • 96% du code de base est écrit en TypeScript.
    • Nous prévoyons de faire en sorte que l'API renvoie la promesse native par défaut à 4.14, puis de supprimer complètement la promesse Dojo à 4.15. Un nouvel indicateur has a été mis à disposition pour activer les promesses JavaScript natives dans 4.12 afin d'activer ce comportement. Plus de détails sur cette fonctionnalité seront disponibles dans un prochain article de blog.
    • Nous avons effectué quelques travaux préparatoires pour supprimer la dépendance au module de déclaration de Dojo. Les classes de l'API ArcGIS pour JavaScript sont créées à l'aide de dojo/_base/declare . Nous migrons pour tirer parti du système de classe JavaScript (et TypeScript) uniquement. La première étape de cette migration est d'arrêter d'utiliser l'héritage multiple et d'adopter le modèle mixin. Consultez la page de guide mise à jour sur la mise en œuvre d'Accessor pour plus de détails.

    Le widget Swipe fournit un outil simple pour afficher une partie d'une couche ou des couches au-dessus d'une carte. Les calques peuvent être balayés verticalement ou horizontalement pour comparer facilement deux calques ou voir ce qui se trouve sous un calque. Ce widget fonctionne actuellement avec toutes les couches à l'exception de VectorTileLayers.

    Le widget BasemapLayerList est similaire au widget LayerList, mais cible les fonds de carte. Il permet d'afficher une liste de couches de fond de carte et d'activer et de désactiver leur visibilité. Les couches de base et les couches de référence sont divisées en sections distinctes et, lorsque l'édition est activée, disposent d'une fonctionnalité de glisser-déposer et de renommage du titre.

    Le widget ScaleRangeSlider permet à l'utilisateur de définir une échelle maximale et minimale en fonction de plages d'échelle nommées. Lorsqu'une couche est fournie au widget, minScale et maxScale sont définis sur la plage d'échelle de la couche.

    Widget de mesure et améliorations des mesures

    Le widget Mesure est conçu pour simplifier l'expérience utilisateur et maximiser la flexibilité. Un seul widget de mesure peut désormais être utilisé à la fois en 2D et en 3D, et mesurer la distance et la surface en encapsulant les capacités des widgets AreaMeasurement3D, DirectLineMeasurement3D, AreaMeasurement2D et DistanceMeasurement2D. Ce widget permet aux développeurs de configurer l'interface utilisateur pour qu'elle corresponde au mieux à leurs besoins spécifiques.

    Nous avons supprimé la propriété mode des widgets AreaMeasurement2D et DistanceMeasurement2D et ViewModels, ce qui rend l'expérience de mesure 2D plus similaire à la 3D. Les widgets calculeront les zones et les périmètres géodésiquement pour les systèmes de coordonnées géographiques et Web Mercator. Pour les systèmes de coordonnées projetées (mercator non Web), les calculs seront effectués de manière planimétrique pour les distances jusqu'à la distance seuil définie par la propriété geodesicDistanceThreshold du widget ViewModel, et au-delà du seuil seront calculés géodésiquement.

    Le widget Signets prend désormais en charge l'ajout, la modification, la suppression et la réorganisation des signets dans le widget en définissant la propriété editEnabled sur true . Vous pouvez également ajouter de nouveaux signets manuellement à l'aide de la fonction createBookmark() dans le BookmarksViewModel.

    PointCloudLayers prend désormais en charge les fenêtres contextuelles. Sélectionnez des points individuels pour inspecter des propriétés telles que la classification ou l'élévation. Les fonctionnalités existantes telles que les expressions PopupTemplate ou Arcade vous permettent de créer une mise en page contextuelle personnalisée. En utilisant hitTest, vous pouvez mettre en évidence ou rassembler des statistiques pour plusieurs points.

    Rendu amélioré dans les scènes 3D

    Lorsque vous définissez qualityProfile sur high , un nouveau modèle d'éclairage et d'ombrage améliore les visualisations de vos scènes existantes en ajoutant plus de contraste et de définition à votre contenu 3D.

    Le rendu des modèles glTF prend désormais en charge les matériaux PBR. Un changement également disponible dans les couches de scène, améliore la qualité visuelle et ajoute des reflets aux surfaces en verre ou métalliques.

    Les tuiles vectorielles et raster 3D, y compris les fonds de carte, l'altitude et l'imagerie, chargent et affichent désormais un niveau d'échelle plus homogène. Les rues, les étiquettes et autres contenus drapés affichent désormais le même niveau de détail dans de grandes parties de la vue, même lorsqu'ils sont inclinés.

    Les améliorations de la transparence dans les couches de scènes 3D rendent désormais correctement les objets opaques derrière les transparents, de même que les polygones adjacents partageant des faces extrudées ne clignotent plus.

    Améliorations de la cartographie intelligente

    Générez des moteurs de rendu basés sur n'importe quel fond de carte : Les versions précédentes vous permettaient de générer des moteurs de rendu dont les dégradés de couleurs par défaut étaient déterminés en fonction des fonds de carte Esri sous-jacents. À 4.13, des schémas de couleurs par défaut intelligents peuvent être générés pour n'importe quel fond de carte ou couleur d'arrière-plan dans les vues de carte 2D. Cela inclut les couches qui seront rendues au-dessus d'un fond de carte de tuiles vectorielles avec un style personnalisé ou aucun fond de carte du tout. Cela signifie que le schéma de couleurs du rendu de sortie sera choisi en fonction de n'importe quel arrière-plan, pas seulement des fonds de carte Esri. Vous devez spécifier une vue au lieu d'un fond de carte (ce paramètre est désormais obsolète) pour que cela fonctionne.

    Zoomez sur les curseurs : Nous avons ajouté zoomOptions aux curseurs de cartographie intelligents, vous permettant de zoomer sur des plages plus petites dans une piste de curseur sans perdre la gamme complète de données dans le contexte du curseur. Cela permet aux utilisateurs de supprimer l'influence des valeurs aberrantes lors du style des couches avec des jeux de données asymétriques. Voir les images ci-dessous pour un exemple de cela.

    Zoom arrièreZoomé

    ImageryLayer a été mis à jour avec les améliorations suivantes :

    Système de coordonnées de l'image : Vous pouvez afficher des images dans ImageryLayer dans leur système de coordonnées d'origine en spécifiant imageCoordinateSystem du MapView 2D. Cela vous permettra de visualiser vos images sans aucune distorsion dans sa forme originale. Pour voir cela en action, consultez ImageryLayer - exemple de système de coordonnées d'image.

    Rendu côté client : Lorsque le format de la couche d'imagerie est défini sur lerc , le client récupère les données d'image brutes. Un moteur de rendu par défaut est appliqué au calque, sauf si vous spécifiez une fonction pixelFilter. Le moteur de rendu par défaut exploite les informations d'imagerie disponibles pour le meilleur résultat d'affichage. Dans les versions précédentes de l'API, la valeur par défaut était une image en niveaux de gris, sauf si vous avez spécifié une fonction pixelFilter. Si le moteur de rendu par défaut ne répond pas à vos besoins, un moteur de rendu peut être appliqué à la couche.

    Chargement de couche optimisé : Il y aura moins de fichiers demandés à partir de CDN et les applications avec des couches d'imagerie se chargeront plus rapidement.

    Ajout de classes, propriétés, méthodes, événements

    • Ajout de la classe esri/rasterRenderers.
    • Ajout de la classe esri/renderers/DictionaryRenderer.
    • Ajout de la classe esri/renderers/RasterStretchRenderer.
    • Ajout de la classe esri/renderers/smartMapping/statistics/predominantCategories .
    • Ajout de la classe esri/renderers/smartMapping/statistics/summaryStatisticsForAge .
    • Ajout de la classe esri/renderers/smartMapping/statistics/support/ageUtils .
    • Ajout de la classe esri/views/BasemapView.
    • Ajout de la classe esri/views/layers/PointCloudLayerView.
    • Ajout de la classe esri/views/support/colorUtils.
    • Ajout de la classe esri/widgets/BasemapLayerList.
    • Ajout de la classe esri/widgets/BasemapLayerList/BasemapLayerListViewModel.
    • Ajout de la classe esri/widgets/Measurement.
    • Ajout de la classe esri/widgets/Measurement/MeasurementViewModel.
    • Ajout de la classe esri/widgets/ScaleRangeSlider.
    • Ajout de la classe esri/widgets/ScaleRangeSlider/ScaleRanges.
    • Ajout de la classe esri/widgets/ScaleRangeSlider/ScaleRangeSliderViewModel.
    • Ajout de la classe esri/widgets/Swipe.
    • Ajout de la classe esri/widgets/Swipe/SwipeViewModel.
    • Ajout de la propriété imageCoordinateSystem à esri/geometry/SpatialReference.
    • Ajout de la propriété displayField à esri/layers/CSVLayer.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/layers/ElevationLayer.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/layers/FeatureLayer.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/layers/ImageryLayer.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/layers/MapImageLayer.
    • Ajout de la propriété portalItem à esri/layers/OpenStreetMapLayer.
    • Ajout des propriétés fieldIndex, outFields, popupEnabled, popupTemplate à esri/layers/PointCloudLayer.
    • Ajout de fonctionnalités de propriétés, sourceJSON vers esri/layers/StreamLayer.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/layers/TileLayer.
    • Ajout de la propriété portalItem à esri/layers/WebTileLayer.
    • Ajout d'une info-bulle de propriété à esri/popup/content/support/ChartMediaInfoValueSeries.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/portal/Portal.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/portal/PortalItem.
    • Ajout de la propriété sourceJSON à esri/portal/PortalUser.
    • Ajout des propriétés processExtent, returnM, returnZ à esri/tasks/Geoprocessor.
    • Ajout de la propriété basemapView à esri/views/MapView.
    • Ajout de la propriété basemapView à esri/views/SceneView.
    • Ajout de la propriété basemapView à esri/views/View.
    • Ajout de la propriété iconClass à esri/widgets/AreaMeasurement3D.
    • Ajout des propriétés bookmarkCreationOptions, editEnabled, visibleElements à esri/widgets/Bookmarks.
    • Ajout de la propriété iconClass à esri/widgets/DirectLineMeasurement3D.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/HistogramRangeSlider/HistogramRangeSliderViewModel.
    • Ajout de la propriété respectLayerVisibility à esri/widgets/Legend.
    • Ajout de la propriété defaultZoomScale à esri/widgets/Search/LocatorSearchSource.
    • Ajout de propriétés désactivées, inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/Slider.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/Slider/SliderViewModel.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/ClassedColorSlider/ClassedColorSliderViewModel.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/ClassedSizeSlider/ClassedSizeSliderViewModel.
    • Ajout de la propriété zoomOptions à esri/widgets/smartMapping/ColorSizeSlider.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/ColorSizeSlider/ColorSizeSliderViewModel.
    • Ajout de la propriété zoomOptions à esri/widgets/smartMapping/ColorSlider.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/ColorSlider/ColorSliderViewModel.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/HeatmapSlider/HeatmapSliderViewModel.
    • Ajout du style de propriétés, zoomOptions à esri/widgets/smartMapping/OpacitySlider.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/OpacitySlider/OpacitySliderViewModel.
    • Ajout du style de propriétés, zoomOptions à esri/widgets/smartMapping/SizeSlider.
    • Ajout des propriétés inputFormatFunction, inputParseFunction, thumbsConstrained à esri/widgets/smartMapping/SizeSlider/SizeSliderViewModel.
    • Ajout de la propriété zoomOptions à esri/widgets/smartMapping/SmartMappingSliderBase.
    • Ajout des méthodes whenEqual, whenEqualOnce à esri/core/watchUtils.
    • Ajout des méthodes getField, getFieldDomain à esri/layers/CSVLayer.
    • Ajout des méthodes getCatalogItemICSInfo, getCatalogItemRasterInfo à esri/layers/ImageryLayer.
    • Ajout des méthodes createPopupTemplate, getFieldDomain, queryCachedStatistics à esri/layers/PointCloudLayer.
    • Ajout de la méthode queryCachedStatistics à esri/layers/SceneLayer.
    • Ajout de la méthode flipSizes à esri/renderers/visualVariables/SizeVariable.
    • Ajout de la méthode renderColorRampPreviewHTML à esri/symbols/support/symbolUtils.
    • Ajout de la méthode waitForJobCompletion à esri/tasks/Geoprocessor.
    • Ajout de la méthode de JSON à esri/tasks/support/AreasAndLengthsParameters.
    • Ajout de la méthode de JSON à esri/tasks/support/FindParameters.
    • Ajout de la méthode de JSON à esri/tasks/support/IdentifyParameters.
    • Ajout de la méthode createBookmark à esri/widgets/Bookmarks/BookmarksViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/HistogramRangeSlider/HistogramRangeSliderViewModel.
    • Ajout de la méthode destroy à esri/widgets/Sketch/SketchViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/Slider/SliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/ClassedColorSlider/ClassedColorSliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/ClassedSizeSlider/ClassedSizeSliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/ColorSizeSlider/ColorSizeSliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/ColorSlider/ColorSliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/HeatmapSlider/HeatmapSliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/OpacitySlider/OpacitySliderViewModel.
    • Méthodes ajoutées defaultInputFormatFunction, defaultInputParseFunction, getBoundsForValueAtIndex à esri/widgets/smartMapping/SizeSlider/SizeSliderViewModel.
    • Ajout de modifications d'événements à esri/layers/GeoJSONLayer.
    • Ajout d'une nouvelle valeur supérieure pour PathSymbol3DLayer.anchor.
    • Ajout de haloColor à MapView.highlightOptions.
    • HaloColor ajouté à SceneView.highlightOptions.
    • Ajout de deux nouveaux paramètres de tri, sortField et sortOrder , à utiliser avec la méthode PortalUser.fetchItems().
    • Le StretchRenderer est supprimé et remplacé par le RasterStretchRenderer.
    • La classe Geoprocessor a été modernisée, ce qui a nécessité plusieurs changements :
      • Suppression de la propriété updateDelay.
      • Suppression de la méthode cancelJobStatusUpdates().
      • La méthode submitJob() renvoie désormais immédiatement une promesse qui résout un JobInfo, dès que le travail est soumis avec succès au serveur. Auparavant, la promesse renvoyée n'était résolue qu'une fois la demande réussie. Vous pouvez maintenant utiliser la méthode waitForJobCompletion() pour être averti de l'achèvement du travail et éventuellement de l'état du travail.
      • La méthode getResultMapImageLayer() renvoie désormais une promesse qui, une fois résolue, renvoie un MapImageLayer. Auparavant, un MapImageLayer était renvoyé.
      • Lorsque la méthode getResultData() demande des données à GPFeatureRecordSetLayer ou GPRecordSet, elle renvoie un DataFile lorsqu'une propriété url est détectée.

      Veuillez vous référer à la rubrique du guide Breaking Changes pour une liste complète des dernières modifications dans toutes les versions de l'API 4x.

      • Les classes liées à ArcGIS Workflow Manager sont obsolètes à partir de la version 4.13. Leur suppression est prévue dans la version 4.14.
      • Le paramètre de fond de carte a été déprécié au profit de la vue sur toutes les méthodes smartMapping dans esri/renderers/smartMapping/creators qui s'en servaient auparavant.
      • Les événements de changement de valeur et de changement de valeurs sont obsolètes sur le widget Slider.
      • L'extension de plusieurs classes est obsolète. Voir Modernisation de l'API pour plus de détails.

      Corrections de bugs et améliorations

      • BUG-000124199, BUG-000122310 & BUG-000124535 : Correction d'un problème où les couches de fond de carte raster affichaient des étiquettes pixélisées lors de la modification de la taille du navigateur plus grande ou plus petite.
      • BUG-000123655 & BUG-000123678 : Correction d'un problème avec la modification de la propriété d'unité des widgets AreaMeasurement2D et DistanceMeasurement2D.
      • BUG-000123621 : ImageryLayer fonctionne désormais correctement avec les clauses set where.
      • ENH-000124403 et GEONET-237519 ont mis en œuvre une solution de contournement pour les appareils qui ne respectent pas la précision élevée de l'échantillonneur.
      • BUG-000123651 : Correction d'un problème où QueryTask.execute(query) ne transférait pas automatiquement le paramètre de requête vers un objet Query.
      • BUG-000121530 : Correction d'un problème où les méthodes de configuration sur Array.prototype bloquaient la SceneView.
      • BUG-000123917 : Correction d'un problème où la modification de la visibilité d'un calque avec des étiquettes activées générait une erreur dans la console.
      • BUG-000123726 : Correction d'un problème où les fonctionnalités ne s'affichaient pas par intermittence après l'application de filtres à un LayerView.
      • BUG-000123921 : Correction d'un problème où DotDensityRenderer n'affichait pas les points comme prévu sur les appareils iOS.
      • BUG-000124012 : Correction d'un problème où normalizeUtils.normalizeCentralMeridian() ne fonctionnait pas comme prévu.
      • BUG-000124127 : le widget Sketch fonctionne désormais comme prévu dans Chrome avec l'accélération matérielle désactivée.
      • BUG-000124369 : Correction d'un problème où l'ajout et la suppression de graphiques ne signalaient pas la propriété MapView.updating.
      • BUG-000124796 : Correction d'un problème où l'activation d'esri-native-promise générait des erreurs dans une SceneView.
      • BUG-000124627 : Correction d'un problème où PathSymbol3DLayer avec un profil de cercle ne fonctionnait pas comme prévu.
      • BUG-000123750 : Correction d'un problème dans Chrome où la génération et la suppression continues de graphiques provoquaient une fuite de mémoire.
      • BUG-000122719 : Correction d'un problème où le dessin d'un polygone avec un SimpleFillSymbol renvoyait un message d'erreur dans l'onglet Console.
      • BUG-000119872 - Correction d'un problème où les mesures ne pouvaient pas être quittées ou réinitialisées avec le widget AreaMeasurement2D et le widget DistanceMeasurement2D.
      • BUG-000125342 & BUG-000124213 : Correction d'un problème avec la gestion de l'utilisation de la mémoire lors de l'ajout de graphiques aux couches de tuiles.
      • BUG-000121127 : Correction d'un problème avec ClassBreaksRenderer sur un MapImageLayer ne restituant pas correctement les symboles.
      • BUG-000125265 : Correction d'un problème où le zoom avant/arrière sur les services sécurisés à l'aide d'OAuth provoquait le plantage des navigateurs Safari et iOS.
      • BUG-000124153 : Correction d'un problème où l'interrogation d'un FeatureLayerView renvoyait un nombre incorrect d'entités.
      • BUG-000123007 : Correction d'un problème où la carte ne parvenait pas à se déplacer lors d'un panoramique vertical avec deux doigts sur des appareils mobiles tactiles.
      • BUG-000118872 & BUG-000118872 : Les lignes semi-transparentes s'affichent désormais correctement près des sommets. : Correction d'un problème où le widget de recherche ne fonctionnait pas dans un environnement hors ligne. : Correction d'un problème où les étiquettes du widget TimeSlider se déplaçaient vers la gauche lorsque fullTimeExtent est défini.
      • Correction d'un problème où SceneView.updating n'était pas toujours fiable.
      • Correction d'un problème où le widget de recherche ne pouvait pas rechercher le champ GlobalID à partir d'un FeatureLayer à l'aide de la source personnalisée.
      • Correction d'un problème où l'état des widgets AreaMeasurement2D et DistanceMeasurement2D ne rapportait pas correctement.
      • Correction d'un problème avec l'interface du calendrier du widget Directions lors de l'utilisation du format de droite à gauche (RTL).
      • Correction d'un problème où il était possible de créer des zones négatives avec le widget AreaMeasurement2D.
      • Correction d'un problème où l'utilisation de la barre de défilement pour faire défiler les résultats du widget de recherche ne fonctionnait pas avec les applications intégrées dans le navigateur Web Safari.
      • Correction d'un problème avec le widget Directions où les arrêts ne pouvaient pas être réorganisés sur un écran tactile.
      • Correction d'un problème où une expression Arcade non valide dans labelExpressionInfo empêchait les fonctionnalités de s'afficher.
      • Correction d'un problème où les poignées pour les faits saillants n'étaient pas correctement honorées. Désormais, une surbrillance pour une fonctionnalité donnée continuera d'être affichée jusqu'à ce que toutes les poignées faisant référence à cette fonctionnalité aient été supprimées.

      La version 4.13 de l'API ArcGIS pour JavaScript utilise ArcGIS Arcade 1.8 (depuis 4.13), Dojo 1.14.2 (depuis 4.11), dgrid version 1.2.1 (depuis 4.5) et dstore version 1.1.2 (depuis 4.5). A partir de Dojo 5, nous utilisons @dojo/framework version 5.0.4 (depuis 4.12).


      Travailler avec des filtres existants

      Si une couche d'entités cartographiques contient un filtre, vous voyez une vue filtrée des entités. Seules les entités qui répondent aux critères de filtrage apparaissent sur la carte. Par exemple, un auteur de carte peut avoir configuré un filtre sur une couche d'écoles qui contient des écoles élémentaires, intermédiaires et secondaires pour n'afficher que les écoles élémentaires (par exemple, Type est Élémentaire ). Dans ce cas, les collèges et les écoles secondaires sont filtrés de l'affichage de la carte. Si l'auteur de la carte a configuré un filtre interactif sur la couche des écoles, vous pouvez modifier la valeur en Moyen et voir maintenant uniquement les écoles intermédiaires de la région.

      Vous pouvez accéder au filtre pour afficher les expressions, modifier les expressions interactives du filtre et modifier le filtre. Toutes les modifications que vous apportez ne s'appliquent qu'à votre vue de la carte (sauf si vous possédez la carte, auquel cas, vous pouvez enregistrer vos modifications).

      1. Ouvrez la carte avec la couche filtrée dans Map Viewer Classic .
      2. Cliquez sur Détails et cliquez sur Contenu .
      3. Accédez à la couche d'entités avec le filtre existant et cliquez sur Filtrer .
      4. Changez, modifiez ou affichez le filtre.
        • Dans l'onglet Modifier, vous pouvez appliquer une nouvelle valeur à un filtre interactif existant. Entrez une nouvelle valeur pour l'expression et cliquez sur le bouton Appliquer le filtre. L'affichage de la carte est mis à jour avec la nouvelle vue filtrée de la couche d'entités. L'onglet affiche également des versions conviviales des expressions dans le filtre. Cet onglet apparaît s'il y a des expressions interactives dans le filtre. Si le filtre ne contient pas d'expressions interactives, vous voyez à la place un onglet Affichage avec des versions conviviales des expressions dans le filtre.
        • Dans l'onglet Modifier, vous pouvez mettre à jour les expressions. Voir la section suivante pour plus de détails sur la façon de mettre à jour les expressions.

      Travailler avec les services Web ArcGIS Server

      Web AppBuilder intégré à ArcGIS Online prend en charge l'authentification ArcGIS Server pour l'ajout et l'accès à des services sécurisés. Pour les services sécurisés avec authentification au niveau Web, les administrateurs doivent configurer des serveurs approuvés qui permettent à ArcGIS Online de transmettre automatiquement les informations d'identification. Lorsque les serveurs de confiance sont mis à jour, vous devez modifier l'application et enregistrer les informations mises à jour en conséquence. Reportez-vous aux services Web ArcGIS Online ArcGIS Server pour plus d'informations.


      Recherche de données spatiales

      Capture d'écran Légende : Téléchargement du dossier compressé à partir de la page Google Drive liée. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

      Tout d'abord, nous allons importer les données dont nous avons besoin pour notre projet. Les données statistiques historiques peuvent être téléchargées dans un dossier zippé ici, et les fichiers ferroviaires historiques SIG sont disponibles sur dataverse ici au format shapefile compatible SIG. Dans le dossier zippé, vous trouverez un fichier Excel intitulé « Cordwood in Sessional Papers of Canada 1876-1890, Firewood for Lesson3 », le fichier Documentation_CordwoodSessionalPapersCanada1876-1903.rtf et le fichier Documentation_HR_rails_NEW.doc. Dans le dossier à partir duquel vous téléchargez vers les données, vous trouverez un certain nombre de fichiers compressés (dont un fichier de formes intitulé « HR_rails_new.shp »), ainsi qu'un fichier .dbf intitulé « hr_codes ».

      • Télécharger le dossier zippé ArcGIS_Leçon3 à votre ordinateur Téléchargements dossier.
      • Accédez au dossier Téléchargements de votre ordinateur, cliquez avec le bouton droit sur le dossier compressé et cliquez sur Extraire tout….
      • Cliquez sur Parcourir.
      • Accédez à C:Users<username>ArcGIS, puis cliquez sur Sélectionner un dossier.
      • Sous "Les fichiers seront extraits dans ce dossier", il devrait maintenant indiquer C:Users<username>ArcGIS.
      • Cliquez sur Extraire.
      • Après avoir extrait le dossier compressé, le chemin du fichier doit être C:Users<username>ArcGISArcGIS_Lesson3
      • Ajoutez le dossier des fichiers historiques SIG ferroviaires que vous avez téléchargés (il devrait s'appeler dataverse_files) de Dataverse au même ArcGIS_Leçon3 dossier que vous venez de créer

      Concept clé : SIG temporel. Comme l'explique le guide d'ESRI sur « Travailler avec des données temporelles dans ArcGIS », il existe au moins quatre types de données SIG temporelles. Fonctionnalités mobiles sont ceux qui se déplacent dans l'espace, comme une tornade ou un ouragan dont le centre se trouve souvent à un endroit différent toutes les heures. Discret Les événements peuvent contenir des données sur des caractéristiques qui se produisent généralement à un seul endroit et à un seul moment, comme un accident de voiture. Stationnaire les fonctionnalités contiennent des données sur un seul endroit au fil du temps, comme un capteur, et changement/croissance les entités représentent une entité qui change de taille, comme un feu de forêt ou, dans le cas de cet exercice, des voies ferrées.


      Travailler avec du texte dynamique de date

      Il existe une variété de formats de date disponibles qui peuvent être utilisés indépendamment ou en combinaison. S'ils sont utilisés en combinaison, tous les espaces utilisés pour séparer chaque élément de format apparaissent dans la chaîne de sortie. Le format est sensible à la casse. Ils doivent être en majuscules ou en minuscules comme indiqué dans le tableau, par exemple, MM, pas mm. Les caractères de la chaîne de format qui sont placés entre guillemets simples apparaissent au même emplacement et inchangés dans la chaîne de sortie.

      <dyn type="date" format="jjj MMM aa"/>

      Formats de date

      Mois, jour et année sous forme de chiffres sans zéro non significatif pour les jours à un chiffre.

      Mois et jour sous forme de texte avec l'année.

      Jeudi 7 septembre 2009

      Jour du mois sous forme de chiffres sans zéro non significatif pour les jours à un chiffre.

      Jour du mois sous forme de chiffres avec un zéro non significatif pour les jours à un chiffre.

      Jour de la semaine sous forme d'abréviation à trois lettres. La fonction utilise la valeur LOCALE_SABBREVDAYNAME associée aux paramètres régionaux spécifiés.

      Jour de la semaine comme nom complet. La fonction utilise la valeur LOCALE_SDAYNAME associée aux paramètres régionaux spécifiés.

      Mois sous forme de chiffres sans zéro non significatif pour les mois à un chiffre.

      Mois sous forme de chiffres avec un zéro non significatif pour les mois à un chiffre.

      Mois sous forme d'abréviation de trois lettres. La fonction utilise la valeur LOCALE_SABBREVMONTHNAME associée aux paramètres régionaux spécifiés.

      Mois comme nom complet. La fonction utilise la valeur LOCALE_SMONTHNAME associée aux paramètres régionaux spécifiés.

      Année avec les deux derniers chiffres, mais sans zéro non significatif pour les années inférieures à 10.

      Année avec les deux derniers chiffres, mais avec un zéro non significatif pour les années inférieures à 10.

      Année représentée par quatre ou cinq chiffres complets, selon le calendrier utilisé. Les calendriers bouddhistes thaïlandais et coréens ont tous deux des années à cinq chiffres. Le modèle aaaa affichera cinq chiffres pour ces deux calendriers et quatre chiffres pour tous les autres calendriers pris en charge.

      Chaîne de période/ère. La fonction utilise la valeur CAL_SERASTRING associée aux paramètres régionaux spécifiés. Cet élément est ignoré si la date à formater n'a pas de chaîne d'ère ou de période associée.


      Les modes de fusion sont utilisés pour fusionner des calques pour créer un effet intéressant dans un calque, ou même pour produire ce qui semble être un nouveau calque.

      Effect fournit diverses fonctions de filtre qui peuvent être exécutées sur le calque pour obtenir différents effets visuels similaires au fonctionnement des filtres d'image.

      Toute l'étendue de la couche.

      L'identifiant unique attribué à la couche.

      Indique comment la couche doit s'afficher dans le widget LayerList.

      Indique si les ressources de la couche ont été chargées.

      L'objet Error renvoyé si une erreur s'est produite lors du chargement.

      Représente l'état d'une opération de chargement.

      Une liste des avertissements qui se sont produits lors du chargement.

      L'échelle maximale (la plus zoomée) à laquelle la couche est visible dans la vue.

      L'échelle minimale (la plus réduite) à laquelle la couche est visible dans la vue.

      L'élément de portail à partir duquel la couche est chargée.

      Le titre de la couche utilisée pour l'identifier dans des endroits tels que le widget LayerList.

      L'URL accessible au public pour un fichier .kml ou .kmz.

      Indique si le calque est visible dans la vue.

      Détails de la propriété

      Les modes de fusion sont utilisés pour fusionner des calques pour créer un effet intéressant dans un calque, ou même pour produire ce qui semble être un nouveau calque. Contrairement à la méthode d'utilisation de la transparence qui peut entraîner une couche supérieure délavée, les modes de fusion peuvent créer une variété de résultats très dynamiques et intrigants en mélangeant un calque avec le ou les calques situés en dessous.

      Lors de la fusion de calques, un calque supérieur est un calque auquel un mode de fusion est appliqué. Tous les calques sous le calque supérieur sont des calques d'arrière-plan. Le mode de fusion par défaut est normal où le calque supérieur est simplement affiché sur le calque d'arrière-plan. Bien que ce comportement par défaut soit parfaitement acceptable, l'utilisation de modes de fusion sur les calques ouvre un monde de possibilités infinies pour générer des cartes créatives.

      Les couches d'un GroupLayer sont mélangées ensemble indépendamment du reste de la carte.

      Dans les captures d'écran suivantes, la couche de relief ombré vintage est affichée sur une couche d'imagerie du monde luciole. Le mode de fusion des couleurs est appliqué au relief ombré vintage et le résultat ressemble à un nouveau calque.

      Limitations connues

      Les facteurs suivants affecteront le résultat du mélange :

      • Ordre de toutes les couches
      • Opacité du calque
      • Opacité des entités dans les calques
      • Visibilité des calques
      • Par défaut, la couche la plus basse d'une carte est dessinée sur un fond transparent. Vous pouvez modifier la couleur d'arrière-plan de MapView.

      Modes de fusion éclaircis :

      Les modes de fusion suivants créent des résultats plus clairs que tous les calques. Dans les modes de fusion éclaircis, les couleurs noires pures de la couche supérieure deviennent transparentes, laissant transparaître la couche d'arrière-plan. Le blanc dans la couche supérieure restera inchangé. Toute couleur plus claire que le noir pur va éclaircir les couleurs de la couche supérieure à des degrés divers jusqu'au blanc pur.

      Les modes de fusion Eclaircir peuvent être utiles pour éclaircir les couleurs sombres du calque supérieur ou pour supprimer les couleurs noires du résultat. Les modes plus , éclaircir et écran peuvent être utilisés pour éclaircir les calques qui ont des couleurs fanées ou sombres sur un fond sombre.

      Mode de fusion La description
      alléger Compare les couches supérieures et d'arrière-plan et conserve la couleur la plus claire. Les couleurs du calque supérieur deviennent transparentes si elles sont plus foncées que les couleurs qui se chevauchent dans le calque d'arrière-plan, ce qui permet au calque d'arrière-plan d'apparaître complètement. Peut être considéré comme le contraire du mode de fusion assombrir.
      briquet Les couleurs des calques supérieur et d'arrière-plan sont multipliées par leurs valeurs alpha (opacité du calque et opacité des données du calque. Ensuite, les couleurs résultantes sont additionnées. Toutes les couleurs intermédiaires qui se chevauchent sont éclaircies dans le calque supérieur. L'opacité du calque et des données du calque affectera le résultat du mélange. .
      plus Les couleurs des couches supérieure et d'arrière-plan sont additionnées. Toutes les couleurs de milieu de gamme qui se chevauchent sont éclaircies dans la couche supérieure. Ce mode est également connu sous le nom d'ajout ou d'esquive linéaire .
      filtrer Multiplies inverted colors in top and background layers then inverts the colors again. The resulting colors will be lighter than the original color with less contrast. Screen can produce many different levels of brightening depending on the luminosity values of the top layer. Can be thought of as the opposite of the multiply mode.
      color-dodge Divides colors in background layer by the inverted top layer. This lightens the background layer depending on the value of the top layer. The brighter the top layer, the more its color affects the background layer. Decreases the contrast between top and background layers resulting in saturated mid-tones and blown highlights.

      Darken blend modes:

      The following blend modes create darker results than all layers. In darken blend modes, pure white in the top layer will become transparent allowing the background layer to show through. Black in the top layer will stay unchanged. Any color that is darker than pure white is going to darken a top layer to varying degrees all the way to pure black.

      The multiply blend mode is often used to highlight shadows, show contrast, or accentuate an aspect of a map. For example, you can use multiply blend mode on a topographic map displayed over hillshade when you want to have your elevation show through the topographic layer. See the intro to layer blending sample.

      The multiply and darken modes can be used to have dark labels of the basemap to show through top layers. See the darken blending sample.

      The color-burn mode works well with colorful top and background layers since it increases saturation in mid-tones. It increases the contrast by tinting pixels in overlapping areas in top and bottom layers more towards the top layer color. Use this blend mode, when you want an effect with more contrast than multiply or darken .

      The following screenshots show how the multiply blend mode used for creating a physical map of the world that shows both boundaries and elevation.

      Blend mode La description
      darken Emphasizes the darkest parts of overlapping layers. Colors in the top layer become transparent if they are lighter than the overlapping colors in the background layer, allowing the background layer to show through completely.
      multiply Emphasizes the darkest parts of overlapping layers by multiplying colors of the top layer and the background layer. Midrange colors from top and background layers are mixed together more evenly.
      color-burn Intensifies the dark areas in all layers. It increases the contrast between top and background layers, by tinting colors in overlapping area towards the top color. To do this it inverts colors of the background layer, divides the result by colors of the top layer, then inverts the results.

      Contrast blend modes:

      The following blend modes create contrast by both lightening the lighter areas and darkening the darker areas in the top layer by using lightening or darkening blend modes to create the blend. The contrast blend modes will lighten the colors lighter than 50% gray ([128,128,128]), and darken the colors darker than 50% gray. 50% gray will be transparent in the top layer. Each mode can create a variety of results depending on the colors of top and background layers being blended together. The overlay blend mode makes its calculations based on the brightness of the colors in the background layer while all of the other contrast blend modes make their calculations based on the brightness of the top layer. Some of these modes are designed to simulate the effect of shining a light through the top layer, effectively projecting upon the layers beneath it.

      Contrast blend modes can be used to increase the contrast and saturation to have more vibrant colors and give a punch to your layers. For example, you can duplicate a layer and set overlay blend mode on the top layer to increase the contrast and tones of your layer. You can also add a polygon layer with a white fill symbol over a dark imagery layer and apply soft-light blend mode to increase the brightness in the imagery layer.

      The following screenshots show an effect of the overlay blend mode on a GraphicsLayer. The left image shows when the buffer graphics layer has the normal blend mode. As you can see, the gray color for the buffer polygon is blocking the intersecting census tracts. The right image shows when the overlay blend mode is applied to the buffer graphics layer. The overlay blend mode darkens or lightens the gray buffer polygon depending on the colors of the background layer while the census tracts layer is shining through. See this in action.

      Normal blend mode Overlay blend mode
      Blend mode La description
      overlay Uses a combination of multiply and screen modes to darken and lighten colors in the top layer with the background layer always shining through. The result is darker color values in the background layer intensify the top layer, while lighter colors in the background layer wash out overlapping areas in the top layer.
      soft-light Applies a half strength screen mode to lighter areas and and half strength multiply mode to darken areas of the top layer. You can think of the soft-light as a softer version of the overlay mode.
      hard-light Multiplies or screens the colors, depending on colors of the top layer. The effect is similar to shining a harsh spotlight on the top layer.
      vivid-light Uses a combination of color-burn or color-dodge by increasing or decreasing the contrast, depending on colors in the top layer.

      Component blend modes:

      The following blend modes use primary color components, which are hue, saturation and luminosity to blend top and background layers. You can add a feature layer with a simple renderer over any layer and set hue , saturation , color or luminosity blend mode on this layer. With this technique, you create a brand new looking map.

      The following screenshots show where the topo layer is blended with world hillshade layer with luminosity blend mode. The result is a drastically different looking map which preserves the brightness of the topo layer while adapting the hue and saturation of the hillshade layer.


      Blend mode La description
      hue Creates an effect with the hue of the top layer and the luminosity and saturation of the background layer.
      saturation Creates an effect with the saturation of the top layer and the hue and luminosity of the background layer. 50% gray with no saturation in the background layer will not produce any change.
      luminosity Creates effect with the luminosity of the top layer and the hue and saturation of the background layer. Can be thought of as the opposite of color blend mode.
      color Creates an effect with the hue and saturation of the top layer and the luminosity of the background layer. Can be thought of as the opposite of luminosity blend mode.

      Composite blend modes:

      The following blend modes can be used to mask the contents of top, background or both layers.

      • Destination modes are used to mask the data of the top layer with the data of the background layer.
      • Source modes are used to mask the data of the background layer with the data of the top layer.

      The destination-in blend mode can be used to show areas of focus such as earthquakes, animal migration, or point-source pollution by revealing the underlying map, providing a bird’s eye view of the phenomenon. Check out multiple blending and groupLayer blending samples to see composite blend modes in action.

      The following screenshots show feature and imagery layers on the left side on their own in the order they are drawn in the view. The imagery layer that contains land cover classification rasters. The feature layer contains 2007 county crops data. The right image shows the result of layer blending where destination-in blendMode is set on the imagery layer. As you can see, the effect is very different from the original layers. The blended result shows areas of cultivated crops only (where both imagery and feature layers overlap).


      Blend mode La description
      destination-over Destination/background layer covers the top layer. The top layer is drawn underneath the destination layer. You'll see the top layer peek through wherever the background layer is transparent or has no data.
      destination-atop Destination/background layer is drawn only where it overlaps the top layer. The top layer is drawn underneath the background layer. You'll see the top layer peek through wherever the background layer is transparent or has no data.
      destination-in Destination/background layer is drawn only where it overlaps with the top layer. Everything else is made transparent.
      destination-out Destination/background layer is drawn where it doesn't overlap the top layer. Everything else is made transparent.
      source-atop Source/top layer is drawn only where it overlaps the background layer. You will see the background layer peek through where the source layer is transparent or has no data.
      source-in Source/top layer is drawn only where it overlaps with the background layer. Everything else is made transparent.
      source-out Source/top layer is drawn where it doesn't overlap the background layer. Everything else is made transparent.
      xor Top and background layers are made transparent where they overlap. Both layers are drawn normal everywhere else.

      Invert blend modes:

      The following blend modes either invert or cancel out colors depending on colors of the background layer. These blend modes look for variations between top and background layers. For example, you can use difference or exclusion blend modes on two imagery layers of forest covers to visualize how forest covers changed from one year to another.

      The invert blend mode can be used to turn any light basemap into a dark basemap to accommodate those who work in low-light conditions. The following screenshots show how setting the invert blend mode set on a feature layer with a simple renderer turns the world terrain basemap into a dark themed basemap in no time.


      Blend mode La description
      différence Subtracts the darker of the overlapping colors from the lighter color. When two pixels with the same value are subtracted, the result is black. Blending with black produces no change. Blending with white inverts the colors. This blending mode is useful for aligning layers with similar content.
      exclusion Similar to the difference blend mode, except that the resulting image is lighter overall. Overlapping areas with lighter color values are lightened, while darker overlapping color values become transparent.
      minus Subtracts colors of the top layer from colors of the background layer making the blend result darker. In the case of negative values, black is displayed.
      invert Inverts the background colors wherever the top and background layers overlap. The invert blend mode inverts the layer similar to a photographic negative.
      réfléchir This blend mode creates effects as if you added shiny objects or areas of light in the layer. Black pixels in the background layer are ignored as if they were transparent.

      Possible Values : "average" | "color-burn" | "color-dodge" | "color" | "darken" | "destination-atop" | "destination-in" | "destination-out" | "destination-over" | "difference" | "exclusion" | "hard-light" | "hue" | "invert" | "lighten" | "lighter" | "luminosity" | "minus" | "multiply" | "normal" | "overlay" | "plus" | "reflect" | "saturation" | "screen" | "soft-light" | "source-atop" | "source-in" | "source-out" | "vivid-light" | "xor"


      Showing multiple months helps when people need to be looking at longer stretches of times. When the calendarType is set to 'month' the month count can be set through the pages option. By setting pages: 1 , pages: 2 , the calendar will render the exact number of months regardless of the width of the parent container. Passing pages: 'auto' renders as many months as can be fitted in the parent container.

      You can dynamically change the number of months or switch between month and week view without the need for recycling the whole component.


      How to create a time slider using arcgis javascript that only shows a year at a time? - Systèmes d'information géographique

      Количество зарегистрированных учащихся: 19 тыс.

      Участвовать бесплатно

      Welcome to the last course of the specialization (unless your continuing on to the capstone project, of course!). Using the knowledge you’ve learned about ArcGIS, complete technical tasks such raster calculations and suitability analysis. In this class you will become comfortable with spatial analysis and applications within GIS during four week-long modules: Week 1: You'll learn all about remotely sensed and satellite imagery, and be introduced to the electromagnetic spectrum. At the end of this week, you'll be able to find and download satellite imagery online and use it for two common types of analysis: NDVI and trained classification. Week 2: You'll learn how to use ModelBuilder to create large processing workflows that use parameters, preconditions, variables, and a new set of tools. We'll also explore a few topics that we don't really have time to discuss in detail, but might whet your appetite for future learning in other avenues: geocoding, time-enabled data, spatial statistics, and ArcGIS Pro. Week 3: In week three, we'll make and use digital elevation models using some new, specific tools such as the cut fill tool, hillshades, viewsheds and more. We'll also go through a few common algorithms including a very important one: the suitability analysis. Week 4: We'll begin the final week by talking about a few spatial analyst tools we haven't yet touched on in the specialization: Region Group to make our own zones, Focal Statistics to smooth a hillshade, Reclassify to change values, and Point Density to create a density surface. Finally, we'll wrap up by talking about a few more things that you might want to explore more as you start working on learning about GIS topics on your own. Take Geospatial and Environmental Analysis as a standalone course or as part of the Geographic Information Systems (GIS) Specialization. You should have equivalent experience to completing the first, second, and third courses in this specialization, "Fundamentals of GIS," "GIS Data Formats, Design, and Quality", and "Geospatial and Environmental Analysis," respectively, before taking this course. By completing the fourth class you will gain the skills needed to succeed in the Specialization capstone.

      Получаемые навыки

      Geographic Information System (GIS), Imagery Analysis, Spatial Analysis, satellite imagery, Gis Applications

      Рецензии

      Very good course, but certain topics evaluated in this course were not well explain, specially remote sensing images processing (downloading and managing them to GIS)

      An amazing course! well organized, very informative, and rich with resources and useful materials, with an excellent discussion forum to discuss the course subjects.

      ModelBuilder and Other Topics

      In this module, we will learn about ModelBuilder, a drag and drop tool for automating, and reusing workflows in ArcGIS. We'll explore how models are constructed, build our own models, and undertake building a large processing workflow together in ModelBuilder that uses parameters, preconditions, variables, and a set of tools we haven't used before to work. In the second half of the module, we'll take a brief look at a few topics you should know about, but that we won't have time to explore in depth. You'll be introduced to geocoding, time enabled data, spatial statistics, and ArcGIS Pro. These are little teasers of potential capabilities you might want to explore more in the future on your own.


      Abstrait

      This study involves the adoption of the Geographic Information System (GIS) modeling approach to determine the quickest routes for fresh vegetable delivery. During transport, fresh vegetables mainly deteriorate on account of temperature and delivery time. Nonetheless, little attention has been directed to transportation issues in most areas within Kuala Lumpur. In addition, perishable food normally has a short shelf life, thus timely delivery significantly affects delivery costs. Therefore, selecting efficient routes would consequently reduce the total transportation costs. The regression model is applied in this study to determine the parameters that affect route selection with respect to the fastest delivery of fresh vegetables. For the purpose of this research, ArcGIS software with network analyst extension is adopted to solve the problem of complex networks. The final output of this research is a map of quickest routes with the best delivery times based on all variables. The variables tested from regression analysis are the most effective parameters to make the flow of road networks slower. The objective is to improve the delivery services by achieving the least drive time. The main findings of this research are that Land use such as residential area and population as variables are the effective parameters on drive time.