Suite

Créer une carte de groupe de sols hydrologiques à l'échelle de l'État


C'est peut-être mieux pour l'ingénierie ? Pas certain.

Contexte: Auparavant, j'ai téléchargé les données de sol SSURGO pour l'État de Pennsylvanie en téléchargeant chaque comté et en fusionnant les fichiers de formes. J'ai ensuite combiné les tables mapunit et muaggatt et les ai jointes aux données spatiales basées sur le nom du sol (par exemple "GbC", "WhB"). Je l'utilise pour créer des cartes thématiques de la classification des terres agricoles et des conditions hydriques par programmation à l'aide d'arcpy.

But: Maintenant, j'aimerais faire de même pour créer des cartes thématiques de la classification hydrologique des sols. Il semble que la table appropriée soit comp.txt, mais cette table ne semble pas avoir un champ de nom de sol similaire.

Question: Est-ce que quelqu'un a déjà fait ça ? C'est-à-dire que les données spatiales du sol SSURGO sont liées aux tableaux appropriés pour afficher la classification hydrologique des sols ? Ou quelqu'un a-t-il des conseils sur les voies qu'il serait préférable d'examiner ?

Comme indiqué dans la réponse à la question liée ci-dessous, certains ont utilisé PostgreSQL pour se connecter au SIG (ce serait fantastique) mais je n'ai aucune expérience de l'utilisation des bases de données et je ne trouve aucune description de la manière exacte de procéder. Puis-je télécharger l'intégralité de la base de données NRCS SSURGO ?


Le Soil Data Viewer du NRCS rend l'interrogation d'attributs uniques à partir des données SSURGO relativement facile.


J'utilise le Gridded Soil Survey Geographic (gSSURGO) par les données d'État fournies par la passerelle de données géospatiales. Deux géodatabases sont fournies avec le téléchargement (gSSURGO_PA.gdb, valu_fy2016.gdb) ainsi qu'un guide de l'utilisateur sur la façon d'utiliser les données.

À l'intérieur du fichier gSSURGO_PA.gdb, vous trouverez un raster appelé "MapunitRaster_PA_10m" et une classe de fonctionnalités appelée "Map Unit Polydons - PA". Les deux éléments ont des champs « mukey » dans leurs tables attributaires pour joindre les données.

À l'intérieur de valu_fy2016.gdb, il y a une table appelée "value1". Le champ qui régit les cotes hydriques s'appelle pwsl1pomu. Joignez simplement le champ au raster ou au polygone en fonction des champs « mukey ». Les métadonnées du champ 'pwsl1pomu' sont les suivantes :

Les « paysages potentiels des sols humides » (PWSL) sont exprimés en pourcentage de l'unité cartographique qui répond aux critères PWSL. L'indice hydrique (variable de composante du sol « hydricrating ») est un indicateur de sols humides. Pour la version 1 (pwsl1), les composants de sol qui répondent aux critères suivants sont marqués comme PWSL et leurs valeurs comppct_r sont additionnées pour chaque unité cartographique. Les composants du sol avec hydricrating = 'OUI' sont considérés comme PWSL. Les composants du sol avec hydricrating = "NO" ne sont pas PWSL. Les composants du sol avec hydricrating = « NON CLASSÉ » sont testés à l'aide d'autres attributs et seront considérés comme PWSL si l'une des conditions suivantes est remplie : des expressions « drainé » ou « non drainé » ou « canalisé » ou « protégé » ou « en étang » ou « inondé ». Si ces critères ne déterminent pas le PWSL pour un composant et hydricrating = 'UNRANKED', alors l'unité cartographique sera classée comme PWSL si le nom de l'unité cartographique contient l'une des phrases "drained" ou "undrained" ou "channeled" ou " protégé" ou "en étang" ou "inondé". Pour la version 1 (pwsl1), les plans d'eau sont identifiés comme « 999 » lorsque les noms d'unités cartographiques correspondent à une liste de termes qui identifient l'eau ou les eaux intermittentes ou que les unités cartographiques ont une somme de comppct_r pour « Eau » égale ou supérieure à 80 %. Les valeurs NULL sont présentées lorsque les données sont incomplètes ou non disponibles.


Utilisez mukey pour lier les sols, pas musym (le nom du sol).

Si vous rencontrez des problèmes persistants, contactez le spécialiste des sols NRCS de l'État concerné pour obtenir de l'aide. Ils auront quelqu'un dans le personnel qui peut aider avec des questions plus spécifiques.

Lorsque nous réalisons des cartes des sols du groupe hydrologique, nous n'utilisons pas les ventilations du Web Soil Survey (WSS). Nous les redéfinissons en des ventilations moins larges. WSS est sympa, mais trop général.


Bien que l'utilisation du Soil Data Viewer soit excellente. J'ai pu comprendre comment accomplir ce que j'avais initialement prévu de faire. Ce document était une bonne ressource. Extraction des commandes de sol de STATSGO

Au lieu d'obtenir des ordres de sol, je voulais des groupes hydrologiques. J'ai utilisé du python pour combiner tous lescomp.txtdossiers pour l'état de pennsylvanie. J'ai ensuite introduit cela dans Excel et trié parmukey(colonne 108) puis par pourcentage (décroissant).

Comme expliqué dans le document, cela est nécessaire car chaquemukeyest divisé en plusieurs lignes, chacune représentant un pourcentage de l'unité de la carte. Je veux obtenir le groupe de sol hydrologique (colonne 80) pour le pourcentage dominant. Ainsi, le tri par ordre décroissant place le pourcentage le plus élevé de chaque groupe en tête. J'utilise ensuite l'outil de suppression des doublons et cela conserve la première entrée qui est ce que je veux.

Je peux maintenant utiliser cette table pour faire une jointure avec la carte des sols PA basée surmukey

Une note à garder à l'esprit est qu'il existe un nombre limité d'unités cartographiques qui ont des parts égales comme dominantes (25 % est le pourcentage le plus élevé pour deux ou trois types de sols différents au sein de cette unité cartographique). Je viens d'en choisir un.


MUKEY est votre colonne de jointure. Utiliser un composant sql dominant sur le site Soil Data Access

sélectionnez m.mukey, hydgrp de la légende l jointure interne mapunit m sur l.lkey=m.lkey et areasymbol comme le composant de jointure interne 'PA%' c sur m.mukey=c.mukey et c.cokey = (SELECT TOP 1 composant .cokey FROM composant WHERE component.mukey=m.mukey ORDER BY component.comppct_r DESC) ORDER by mukey

Importez les résultats dans votre session SIG, puis joignez-vous au spatial.


Cartographie de la vulnérabilité et des risques des eaux souterraines à l'aide d'un SIG, d'une modélisation et d'un outil de logique floue

Une évaluation de la vulnérabilité des eaux souterraines et de la cartographie des risques, basée sur une approche source-voie-récepteur, est présentée pour un aquifère côtier urbain du nord-est du Brésil. Une version modifiée de la méthodologie DRASTIC a été utilisée pour cartographier la vulnérabilité intrinsèque et spécifique des eaux souterraines d'une zone d'étude de 292 km 2 . Une méthodologie de hiérarchie floue a été adoptée pour évaluer l'indice de source potentielle de contaminants, y compris les sources diffuses et ponctuelles. Une modélisation numérique a été réalisée pour la délimitation des zones de capture de puits, en utilisant MODFLOW et MODPATH. L'intégration de ces éléments a permis d'évaluer les risques de pollution des eaux souterraines et d'identifier les zones à privilégier en termes de surveillance des eaux souterraines et de restriction d'utilisation. Un indice de qualité des eaux souterraines basé sur les concentrations de nitrate et de chlorure a été calculé, qui avait une corrélation positive avec l'indice de vulnérabilité spécifique.


UTILISATION D'UN SYSTÈME D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG) POUR MODÉLISER L'INSTABILITÉ DES PENTES ET LES RISQUES D'ÉCOULEMENT DE DÉBRIS DANS LE BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE FRANÇAISE BROAD, CAROLINE DU NORD Anne Carter Witt Dept.

SINMAP (et l'équation de la pente infinie) . SINMAP convient parfaitement aux études préliminaires de stabilité des pentes sur de vastes zones (c'est-à-dire à l'échelle du comté). Références &ndash Présentation PowerPoint PPT

PowerShow.com est l'un des principaux sites Web de partage de présentations/diaporamas. Que votre application soit commerciale, pratique, éducation, médecine, école, église, vente, marketing, formation en ligne ou simplement pour le plaisir, PowerShow.com est une excellente ressource. Et, mieux encore, la plupart de ses fonctionnalités intéressantes sont gratuites et faciles à utiliser.

Vous pouvez utiliser PowerShow.com pour rechercher et télécharger des exemples de présentations PowerPoint ppt en ligne sur à peu près n'importe quel sujet que vous pouvez imaginer afin que vous puissiez apprendre à améliorer vos propres diapositives et présentations gratuitement. Ou utilisez-le pour trouver et télécharger des présentations PowerPoint ppt de haute qualité avec des diapositives illustrées ou animées qui vous apprendront à faire quelque chose de nouveau, également gratuitement. Ou utilisez-le pour télécharger vos propres diapositives PowerPoint afin de pouvoir les partager avec vos enseignants, votre classe, vos étudiants, vos patrons, vos employés, vos clients, vos investisseurs potentiels ou le monde entier. Ou utilisez-le pour créer des diaporamas de photos vraiment sympas - avec des transitions 2D et 3D, des animations et votre choix de musique - que vous pouvez partager avec vos amis Facebook ou vos cercles Google+. C'est tout gratuit aussi!

Pour une somme modique, vous pouvez obtenir la meilleure confidentialité en ligne de l'industrie ou promouvoir publiquement vos présentations et diaporamas avec les meilleurs classements. Mais à part ça c'est gratuit. Nous convertirons même vos présentations et diaporamas au format Flash universel avec toute leur splendeur multimédia originale, y compris l'animation, les effets de transition 2D et 3D, la musique intégrée ou autre audio, ou même la vidéo intégrée dans les diapositives. Le tout gratuitement. La plupart des présentations et des diaporamas sur PowerShow.com sont gratuits, beaucoup sont même téléchargeables gratuitement. (Vous pouvez choisir d'autoriser les gens à télécharger vos présentations PowerPoint et diaporamas photo originaux moyennant des frais ou gratuitement ou pas du tout.) Découvrez PowerShow.com aujourd'hui - GRATUITEMENT. Il y a vraiment quelque chose pour chacun!

présentations gratuites. Ou utilisez-le pour trouver et télécharger des présentations PowerPoint ppt de haute qualité avec des diapositives illustrées ou animées qui vous apprendront à faire quelque chose de nouveau, également gratuitement. Ou utilisez-le pour télécharger vos propres diapositives PowerPoint afin de pouvoir les partager avec vos enseignants, votre classe, vos étudiants, vos patrons, vos employés, vos clients, vos investisseurs potentiels ou le monde entier. Ou utilisez-le pour créer des diaporamas de photos vraiment sympas - avec des transitions 2D et 3D, des animations et votre choix de musique - que vous pouvez partager avec vos amis Facebook ou vos cercles Google+. C'est tout gratuit aussi!


Auteurs

La cartographie prédictive de la végétation peut être définie comme la prévision de la distribution géographique de la composition de la végétation à travers un paysage à partir de variables environnementales cartographiées. La cartographie prédictive informatisée de la végétation est rendue possible par la disponibilité de cartes numériques de la topographie et d'autres variables environnementales telles que les sols, la géologie et les variables climatiques, et des logiciels de système d'information géographique pour manipuler ces données. Les variables climatiques interpolées liées aux tolérances physiologiques et les variables topographiques, dérivées des grilles d'élévation numériques, liées au bilan énergétique et hydrique du site, sont particulièrement importantes pour la cartographie prédictive de la végétation. La cartographie prédictive de la végétation est fondée sur la théorie des niches écologiques et l'analyse des gradients, et motivée par la nécessité de cartographier les modèles de végétation sur de vastes zones pour la planification de la conservation des ressources et de prédire les effets des changements environnementaux sur la répartition de la végétation. La cartographie prédictive de la végétation a progressé au cours des deux dernières décennies, en particulier en conjonction avec le développement de la cartographie de la végétation basée sur la télédétection et l'analyse numérique de l'information géographique. Un certain nombre de méthodes statistiques et, plus récemment, d'apprentissage automatique ont été utilisées pour développer et mettre en œuvre des modèles prédictifs de végétation.


Introduction

La géographie est l'étude des environnements créés à la surface de la terre par la nature et les hommes. Les éléments physiques et biologiques de ces environnements, ainsi que leur structure économique et sociale, leur développement historique, leur organisation spatiale, leurs interrelations, leur gestion et leur planification constituent le sujet de la géographie. La géographie est donc étroitement liée à d'autres domaines des sciences naturelles, des sciences sociales et des sciences humaines, et les géographes suivent des cours dans ces domaines connexes avec leurs cours de géographie. Les étudiants qui se spécialisent dans d'autres matières choisissent souvent un ou plusieurs cours de géographie pour approfondir leur compréhension de la base de ressources, de la culture et de l'économie des régions du monde qui les intéressent.

Des opportunités d'emploi pour les géographes existent dans de nombreuses branches d'organisations internationales, du gouvernement, de l'industrie et de l'éducation. Les géographes travaillent à tous les niveaux des services gouvernementaux, en particulier dans les agences responsables de la gestion de l'environnement analyse des terres et des ressources développement des quartiers et des sites historiques planification des transports urbains planification du développement urbain et régional promotion du commerce services sociaux communautaires conception de systèmes géographiques et analyse de données conception de réseaux de transport et traitement des informations d'archives, d'enquête et cartographiques. En affaires, les géographes travaillent dans le marketing, l'analyse de l'emplacement, le développement des ressources et dans des cabinets de conseil engagés dans l'évaluation de projets, l'aménagement du territoire et la conservation du patrimoine naturel. Ils trouvent aussi souvent du travail dans le secteur à but non lucratif en tant qu'analystes de politiques, cartographes et spécialistes des sciences de l'information géographique, organisateurs communautaires et éducateurs.

Les étudiants qui étudient la géographie peuvent prendre soit un H.B.A. ou H.B.Sc., selon les sujets qu'ils souhaitent mettre l'accent. Le département offre des programmes de spécialisation, de majeure et de mineure en géographie, et contribue aux cours de divers programmes départementaux et collégiaux, y compris les études américaines, l'anthropologie, l'archéologie, les études canadiennes et les études sur la paix et les conflits. Relations et études européennes. Des conseils et des conseils peuvent être obtenus auprès du président associé, du premier cycle ou du conseiller du premier cycle.

Chaire associée, premier cycle :
Professeur M. Farish, Sidney Smith Hall, pièce 5040 (416-978-6671), [email protected]

Conseiller de premier cycle :
K. Giesbrecht, Sidney Smith Hall, pièce 5044 (416-978-6455), [email protected]

Renseignements généraux : 416-978-3375

Concernant les programmes de géographie et d'urbanisme

L'admission aux programmes de majeure et de spécialisation sera déterminée par la note de l'étudiant en 0,5-1,0 crédits GGR au niveau 100 et/ou 200. Voir les descriptions des programmes pour plus de détails sur les conditions d'entrée. Ce sont des programmes à inscription limitée qui ne peuvent accueillir qu'un nombre limité d'étudiants. L'obtention des notes requises ne garantit pas nécessairement l'admission au programme pour une année donnée.

Les doubles majeures en géographie ne peuvent chevaucher que 1,0 crédit. Les étudiants combinant l'un de nos programmes mineurs avec un programme spécialisé/majeur ne seraient normalement autorisés à chevaucher que 1,5 crédit vers les deux programmes. Les doubles mineurs peuvent chevaucher 1,0 crédit. Les étudiants combinant le Focus in Planning et le Focus in Urban Geography peuvent chevaucher 1,5 crédit. Les étudiants qui choisissent de se spécialiser ou de se spécialiser dans l'un des trois programmes de géographie ne peuvent pas se spécialiser dans le même programme mais peuvent le faire dans un autre programme de géographie.

En règle générale, les étudiants ne peuvent obtenir que 1,0 crédit d'un projet de recherche indépendant pour les exigences de leur programme.


Mots clés

Dr Brett A. Bryan est coordinateur de l'éducation au GISCA, le Centre national pour les applications sociales des SIG à l'Université d'Adélaïde, en Australie-Méridionale. Il a obtenu sa maîtrise en études environnementales et son doctorat en écologie du paysage et systèmes d'information spatiale à l'Université d'Adélaïde. Il coordonne des cours de premier cycle et de troisième cycle en sciences de l'information spatiale. Cette recherche a été menée dans le cadre de sa thèse de doctorat sur la planification stratégique de la revégétalisation.


Horaire du premier cycle de l'automne 2020

Le cours se concentrera sur les processus qui conduisent au changement environnemental et comment les sociétés passées ont répondu aux contraintes qu'ils imposent. L'accent est mis sur l'interglaciaire actuel, l'Holocène, et sur la façon dont l'augmentation de la population et de la technologie a affecté les interactions homme-environnement.

GGR107H1F : Environnement Aliments et personnes
Examine les relations entre la nourriture, la nature et la société. La nourriture est fondamentale pour l'existence humaine et, au cœur de la plupart des cultures, elle a également des effets importants et étendus sur les environnements physique et social. La nourriture est utilisée comme une lentille pour explorer les interactions homme-environnement au niveau local et mondial. Sert d'introduction à la géographie environnementale et humaine.

GGR112H1F : Géographies de la mondialisation, du développement et des inégalités
Le développement économique et le sous-développement prennent forme dans un contexte mondial de plus en plus interconnecté. Ce cours examine les approches géographiques du développement du tiers-monde, de la mondialisation économique, de la pauvreté et des inégalités. Il accorde une attention particulière aux rôles de la migration rurale-urbaine et internationale dans la formation de paysages de développement spécifiques.

GGR124H1F : Villes et vie urbaine
Offre une introduction aux villes nord-américaines et à l'urbanisation dans un contexte mondial. Il explore les forces, les processus et les événements sociaux, culturels, politiques et économiques qui façonnent l'urbanisme contemporain. Le cours adopte le prisme de la « fixité » et du « flux » pour examiner comment le mouvement des personnes, des idées, des biens et des capitaux, ainsi que leur confinement dans l'infrastructure et l'espace de la ville, donnent lieu à des formes urbaines.

GGR197H1F : Nature, conservation et justice
Chaque jour, nous lisons sur le changement climatique, l'extinction d'espèces, la dégradation de l'environnement et la nécessité de préserver la nature. Il devient de plus en plus évident que les problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui découlent d'une crise plus profonde liée aux manières humaines de voir et de se connecter à la nature. Ce cours demande comment nous pouvons retravailler les manières humaines de se rapporter à la nature, tout en interrogeant l'idée de « nature » et en remettant en question les approches dominantes de la conservation de la nature. Il demande comment les préoccupations concernant la nature et les autres espèces peuvent être équilibrées avec celles concernant les moyens de subsistance et le bien-être humains ? Comment réduire les inégalités en matière de répartition des biens et des maux environnementaux ? Comment les citoyens et les communautés des différentes parties du monde luttent-ils contre les injustices environnementales et protègent-ils leur environnement local ? Comment ces mouvements locaux exigent-ils justice et quelles visions articulent-ils pour un monde plus juste et plus durable ? Comment les visions du monde indigènes offrent-elles des ressources conceptuelles pour repenser la nature et nos manières de nous rapporter à la nature ? Le cours explorera ces questions à l'aide de conférences, de discussions en classe, de vidéos et de présentations d'étudiants. Réservé aux étudiants de première année. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR198H1F : Espaces politiques
L'espace est-il politique ? De quelle manière? Quelles sont les implications de penser la politique géographiquement ? Comment les conflits politiques invoquent-ils et transforment-ils à la fois l'espace et le lieu ? Quels types de relations politiques alternatives à l'espace et de cartographies alternatives pouvons-nous imaginer ? Ce cours tentera de répondre à ces questions tout en explorant un large éventail de contextes possibles dans lesquels les espaces politiques sont évidents. Ceux-ci peuvent inclure : les conflits sur les espaces intimes du corps, de l'identité et de la maison la racialisation et le genre de l'espace la politique des villes et de l'urbanisation les limites de l'espace public et privé les luttes pour la terre, la propriété, les ressources et la « nature » la politique géographies du travail, citoyenneté et migration mondialisation des marchés économiques et cartographies économiques politiques et sociales alternatives frontières, géopolitique et politique territoriale de l'empire et projets géographiques du colonialisme, de la post-colonialité, de la modernité et de la modernisation. Réservé aux étudiants de première année. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR205H1F : Introduction à la science du sol
Introduction à la science du sol traitant des propriétés chimiques, physiques et biologiques des sols formation et développement du sol la classification des sols et l'application de la science du sol aux problèmes environnementaux, agricoles et forestiers. Coût de la sortie sur le terrain : 20 $.

GGR206H1F : Introduction à l'hydrologie
Introduction au cycle hydrologique en mettant l'accent sur les processus physiques, y compris les précipitations, l'interception, l'évaporation, le ruissellement, les eaux souterraines et les eaux du sol. Des modèles hydrologiques de base seront pratiqués. Coût de la sortie sur le terrain : 20 $.

GGR217H1F : Paysages urbains et planification
Examine le rôle de la planification dans la formation du paysage urbain à travers des exemples historiques et contemporains qui illustrent l'interaction des approches modernistes et post-modernistes de la construction urbaine. Retrace les origines, les rationalités concurrentes et les effets persistants de la planification dans la production de l'espace urbain. Aborde les possibilités d'engager la planification de manière critique pour relever les défis de la justice sociale et environnementale dans les villes d'aujourd'hui.

GGR221H1F : Nouveaux Espaces Économiques
Fournit une introduction à la géographie économique et à la théorie de la géographie économique à partir des années 1970, illustrant les différentes façons dont les géographes ont conceptualisé la restructuration des industries des ressources, de la fabrication et des services. La crise du fordisme et l'émergence de nouveaux modèles de production seront particulièrement étudiées, ainsi que la réorganisation de la finance, l'essor des industries culturelles et la mondialisation des filières. De nouveaux régimes de gouvernance de l'économie seront également envisagés.

GGR254H1F : Géographie des États-Unis
Après un bref aperçu historique de la fabrication de l'Amérique, ce cours se concentre sur les problèmes contemporains de la société américaine, de l'économie, de la politique, de la race, des distinctions et disparités régionales, du développement urbain. GGR254 Syllabus Automne 2019

GGR270H1F : Introduction aux méthodes analytiques
Théorie et application pratique de techniques quantitatives élémentaires en géographie mettant l'accent sur l'analyse statistique descriptive, inférentielle et spatiale, la probabilité et l'échantillonnage.

GGR272H1F : Information géographique et cartographie I
Introduction à la cartographie numérique et à l'analyse spatiale à l'aide de systèmes d'information géographique (SIG). Les étudiants apprennent à utiliser un logiciel SIG pour rechercher, modifier, analyser et cartographier des données géographiques afin de créer leurs propres cartes, d'analyser des problèmes géographiques et d'utiliser des techniques pouvant être appliquées à une variété de domaines.

GGR301H1F : Géomorphologie fluviale
Éléments de morphologie et d'hydrologie des bassins versants, classification des cours d'eau, modèles de cours d'eau et géométrie hydraulique. Éléments de l'écoulement du canal ouvert, du transport des sédiments et de la paléohydrologie des systèmes fluviaux. Ajustements des canaux fluviaux aux changements environnementaux, à l'impact humain et à la gestion/conception des habitats fluviaux. Les exercices comprennent l'expérimentation dans un canal de laboratoire. Habituellement offert tous les deux ans. Coût de la sortie sur le terrain : 20 $.

GGR308H1F : Environnements arctiques et subarctiques canadiens
Nous explorerons la géomorphologie climatique, les sols, l'hydrologie, le cycle biogéochimique, la limnologie et les structures du réseau trophique de l'Arctique et du Subarctique. Les stress actuels du changement climatique et de la pollution sont discutés ainsi que des solutions scientifiques et politiques.

GGR326H1F : Refaire l'économie mondiale
Examine les liens entre l'intégration économique mondiale et le développement économique géographiquement inégal. Se concentre sur les débats et les études empiriques sur les réseaux de production mondiaux (GPN) et les problèmes associés tels que la délocalisation, l'externalisation et la mise à niveau. Mélange l'analyse de la théorie et de la pratique des entreprises commerciales et du développement régional. Cherche à développer une compréhension approfondie des acteurs clés à l'origine de la transformation économique mondiale contemporaine, au sein de « l'espace transnational » constitué et structuré par les entreprises transnationales, les institutions étatiques et les idéologies.

JGE331H1F : Théorie des ressources et de l'environnement
Introduction et évaluation critique des principales idées et traditions conceptuelles qui sous-tendent la politique et la réglementation de l'environnement et des ressources naturelles. Les sujets comprennent : les parcs et les aires protégées, la réglementation environnementale basée sur le marché, les droits de propriété et la conservation, le malthusianisme et la conservation de la biodiversité. L'accent est mis sur la lecture critique des textes primaires.

GGR334H1F : Gestion des ressources en eau
Gérer les liens entre la demande et l'offre entre la qualité de l'eau et la santé humaine. Études de cas du monde industriel et des pays en développement, ruraux et urbains. Implications de la croissance démographique et du changement climatique pour la gestion des ressources en eau.

GGR336H1F : Géographie historique urbaine de l'Amérique du Nord
Ce cours explore l'émergence et la reproduction des espaces sociaux de classe et de race, le développement de nouveaux espaces économiques et l'importance croissante des mouvements de réforme et de planification. L'accent est mis sur le développement métropolitain entre 1850 et 1950.

GGR337H1F : Télédétection environnementale
Principes de la télédétection optique, active et passive par hyperfréquences, orbite des satellites et caractéristiques des capteurs, techniques de traitement et d'analyse d'images et applications logicielles et de télédétection environnementale.

GGR341H1F : Géographie de l'Amérique latine
Cherche à développer une compréhension générale de l'Amérique latine actuelle en se concentrant sur les interactions homme-environnement, passées et présentes. Des études de cas sont utilisées pour comprendre la diversité des paysages latino-américains (physiques et culturels) et leur évolution dans le contexte de la mondialisation.

GGR3421H1F : Géographie de l'Asie du Sud-Est
Examine les changements dans la géographie sociale, politique et économique des pays d'Asie du Sud-Est. Des exemples tirés de la Thaïlande, de Singapour, de l'Indonésie, du Vietnam et des Philippines alors que ces pays émergents nouvellement industrialisés entrent dans le 21e siècle. Accent mis sur l'économie politique, l'urbanisation et l'environnement depuis 1950.

JGI346H1F : Le processus de planification urbaine
Aperçu de la façon dont les outils et les pratiques de planification façonnent la forme bâtie des villes. Ce cours présente la planification physique du vingtième siècle dans ses contextes historique, social, juridique et politique. Les questions de design communautaire et urbain sont abordées à l'échelle locale et régionale et dans les villes-centres et les banlieues. L'accent est mis sur Toronto et l'expérience canadienne, avec des exemples comparatifs d'autres pays, principalement les États-Unis. Frais de transport : 20 $.

GGR373H1F : Systèmes d'information géographique avancés
Théorie, techniques et applications avancées dans les systèmes d'information géographique (SIG), y compris l'interpolation, la géostatistique, la modélisation et l'analyse raster et vectorielle. Conception et mise en œuvre de projets SIG.

GGR390H1F : Méthodes de champ
Introduction aux méthodes de terrain en géomorphologie, cartographie/analyse de la végétation, sols, hydrologie et climatologie. Le cours comprend des exercices et un projet de groupe lors d'un camp de terrain d'une semaine, un peu de préparation au cours de l'été précédent et des travaux pratiques et/ou séminaires complémentaires au trimestre d'automne. Chaque étudiant est tenu de payer les frais de transport et d'hébergement (coûts de la sortie scolaire : 300 $). Ce cours répond aux exigences de terrain des programmes de géographie physique et environnementale. Le camp de terrain dure normalement une semaine à la fin du mois d'août. Les étudiants doivent s'inscrire auprès du Département avant avril. Consulter le ministère en cas de conflit ou de préoccupations. Le cours peut être limité par la taille. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR393Y1Y : Expérience professionnelle en géographie
Entreprendre un stage professionnel correspondant aux intérêts académiques et aux objectifs de carrière. Les étudiants se rencontrent régulièrement au cours de l'année en classe pour couvrir des sujets tels que: l'écriture réflexive, la gestion de projet, la planification de carrière et l'application des compétences académiques dans des contextes professionnels. Projet de recherche requis qui relie un sujet lié au placement avec la littérature universitaire. Normalement, un jour par semaine passé sur le site de placement. Pour les étudiants en dernière année d'un programme d'études majeures ou spécialisées en géographie, ou de la mineure GIS. Satisfait aux exigences du programme en fonction du placement. Espace limité. Les demandes sont examinées au début du printemps. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR414H1F : télédétection avancée
S'appuyant sur la télédétection environnementale GGR337H1 avec des théories et des techniques avancées pour la cartographie de la couverture terrestre, la récupération des paramètres biophysiques et biochimiques de la végétation, la télédétection optique et thermique de l'environnement urbain et l'application de la télédétection par satellite à l'estimation du cycle terrestre de l'eau et du carbone. Les théories de base du transfert radiatif telles qu'appliquées à la végétation seront présentées en détail comme base pour diverses applications de télédétection. Des instruments optiques pour mesurer les paramètres structuraux de la végétation seront démontrés sur le terrain.

GGR416H1F : Étude d'impact environnemental
Évaluation de l'impact environnemental (EIE) en tant que mécanisme permettant d'éviter ou de compenser les coûts potentiels de développement. Le cours se concentre sur la théorie et la pratique de l'EIE au Canada en général et en Ontario en particulier. En utilisant une définition large de l'environnement, diverses composantes de l'EIE sont abordées, en mettant l'accent sur les principes, les cadres juridiques et institutionnels, les étapes du processus et les techniques analytiques spécifiques.

GGR419H1F : Justice environnementale
Examine comment les problèmes environnementaux affectent différemment les personnes, les communautés et les sociétés et comment les communautés et les personnes marginalisées supportent souvent le poids des coûts environnementaux, tout en contribuant peu à leur création. Il utilise des lectures et des études de cas du monde entier pour aborder la production d'injustices environnementales et la lutte pour la justice environnementale.

GGR458H1F : Thèmes choisis en géographie urbaine
Ce cours se concentre sur un sujet particulier en géographie urbaine et le couvre plus en profondeur que ce ne serait le cas dans un cours axé sur l'enquête. L'objectif est d'utiliser ce sujet unique comme un véhicule pour comprendre comment les idées géographiques urbaines sont produites plus largement. Consultez le site Web du département pour le thème (mis à jour chaque année).

GGR491Y1Y : Projet de recherche
Spécialement conçu pour les étudiants souhaitant acquérir de l'expérience dans la conduite de recherches dans leur domaine de spécialisation. D'une valeur particulière pour les géographes intéressés par des études supérieures ou des postes au sein du gouvernement, des entreprises de planification et de conseil où les compétences en recherche peuvent être un atout. Les étudiants choisissent un problème de recherche et réalisent un projet sous la supervision d'un membre du corps professoral. L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur de la faculté et d'un président associé. Une discussion précoce de premier cycle avec un superviseur probable est encouragée. L'inscription peut être complétée à tout moment jusqu'en septembre ouvert aux étudiants dans un programme spécialisé ou majeur parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR492H1F : Stage sénior
Les étudiants conçoivent et mettent en œuvre un projet indépendant de géographie appliquée/planification en consultation avec un employeur (rémunéré ou bénévole), qui agira comme leur « client ». L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur du personnel et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants inscrits dans un programme de spécialisation ou de majeure parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR492H1Y : Stage sénior
Les étudiants conçoivent et mettent en œuvre un projet indépendant de géographie appliquée/planification en consultation avec un employeur (rémunéré ou bénévole), qui agira comme leur « client ». L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur du personnel et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants inscrits dans un programme de spécialisation ou de majeure parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR492Y1Y : Stage sénior
Les étudiants conçoivent et mettent en œuvre un projet indépendant de géographie appliquée/planification/SIG en consultation avec un employeur (rémunéré ou bénévole), qui agira comme leur « client ». L'inscription nécessitait l'autorisation écrite d'un superviseur du personnel et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants qui ont terminé 10 FCE et qui sont inscrits dans un programme de spécialisation, de majeure ou de mineure en SIG parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR493Y1Y : Expérience professionnelle en géographie
Entreprendre un stage professionnel correspondant aux intérêts académiques et aux objectifs de carrière. Les étudiants se rencontrent régulièrement au cours de l'année en classe pour couvrir des sujets tels que: l'écriture réflexive, la gestion de projet, la planification de carrière et l'application des compétences académiques dans des contextes professionnels. Projet de recherche requis qui relie un sujet lié au placement avec la littérature universitaire. Normalement, un jour par semaine passé sur le site de placement. Pour les étudiants en dernière année d'un programme d'études majeures ou spécialisées en géographie, ou de la mineure GIS. Satisfait aux exigences du programme en fonction du stage. Espace limité. Les demandes sont examinées au début du printemps. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR496H1F : Recherche indépendante
Extension de la recherche indépendante à l'un des cours déjà suivis en systèmes d'information géographique. L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur de la faculté et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants qui ont terminé 10 FCE et qui sont inscrits au programme SIG parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR497H1F : Recherche indépendante
Extension de la recherche indépendante à l'un des cours déjà suivis en géographie environnementale. L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur de la faculté et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants qui ont terminé 10 FCE’s et qui sont inscrits dans un programme spécialisé ou majeur parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR498H1F : Recherche indépendante
Extension de la recherche indépendante à l'un des cours déjà suivis en géographie physique. L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur de la faculté et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants qui ont terminé 10 FCE et qui sont inscrits dans un programme de spécialisation ou de majeure parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.

GGR499H1F : Recherche indépendante
Extension de la recherche indépendante à l'un des cours déjà suivis dans une branche des sciences sociales ou humaines de la géographie. L'inscription nécessite l'autorisation écrite d'un superviseur de la faculté et d'un président associé, premier cycle. Ouvert uniquement aux étudiants qui ont terminé 10 FCE et qui sont inscrits dans un programme de spécialisation ou de majeure parrainé par le Département de géographie. Non éligible à l'option CR/NCR.


Abstrait

L'Afrique subsaharienne est depuis longtemps en proie à l'insécurité alimentaire. Investment in small-scale irrigation may provide a solution to address the challenge by extending crop production into the dry season. We present an agent-based modeling system to assess the potential of dry-season small-irrigation development in Sub-Saharan Africa with an application to Ethiopia. We identify significant potential for investing in dry-season small-scale irrigation in Ethiopia and map geographic domains with highest investment opportunities.


Geography professors talk about GIS technology in Iowa Now article


More and more humanities scholars, especially at the University of Iowa, are using geographic information system (GIS) technology to create digital maps that answer exciting new questions and engage the public. One example: the University of Iowa Museum of Art Mapping Project pins artworks from the museum’s collections to their places of origin.

If you’ve used Google Maps recently—with options to view a city’s weather, terrain, traffic conditions, bike trails, even videos, photos, and relevant Wikipedia articles—you know a map can tell you a whole lot more than where you are and where you’re going.

Geographers know this better than anyone. For more than a century, they’ve built and used maps to study the physical, climatic, economic, political, and cultural characteristics of different regions, and the relationships between them. Maps are especially essential for identifying patterns: even if you know the rates of, say, soil erosion across 10 Iowa counties over the past five years, the data may not resonate until you see it represented on a map. Plot multiple sets of data alongside each other, and suddenly patterns emerge and questions arise: Could erosion be linked to urban sprawl?

GIS is still used primarily in the applied sciences, and in some interesting ways at the University of Iowa. Kathleen Stewart, UI associate professor of geographical and sustainability sciences, used it to create HawkEvac for campus flood planning after the 2008 flood, and Dave Bennett, professor and chair of that department, uses it to study the processes and effects of environmental decision-making.

Now, a new, some might say unlikely, group of scholars are using digital mapping technology to answer their own questions:

  • "Would Robert E. Lee have been able to see Union forces on the far side of the battlefield when he ordered the notorious Pickett’s Charge?"
  • "Why did African American families settle almost exclusively on the near north side of St. Louis in the 1940s?"
  • "How and where did globetrotting, 17th-century Dutch traders leave marks of their flourishing culture?"

Humanities researchers—historians, linguists, philosophers, cultural studies researchers, and literary scholars—are increasingly taking a spatial look at what they do, and the interactive, richly sourced maps they’re creating are opening up new opportunities for humanities scholarship, teaching, and outreach.

Maps, maps, everywhere

Simply put, a digital map is a front-end mapping application (think Google Earth) married to a geographic information system, or GIS, a powerful computer system that stores, displays, and analyzes data associated with a geographic location.

Originally developed for environmental scientists, geographers, resource managers, and urban planners in the early 1960s, GIS was primarily used to map geographic areas, store geographically referenced data (precipitation or pollution levels, say), and use that data to generate layers that could be used to build further maps. Researchers could then study the spatial patterns that emerged.

But, says Dave Bennett, professor and chair of the UI Department of Geographic and Sustainability Sciences, GIS software was expensive in those days and required specialized computers to run. It was only in the mid- to late-'90s, he says, with the arrival of more powerful and affordable micro-computers, that GIS really took off. Social and political scientists began using the software to map and analyze census data, even starting to explore its use for political redistricting. Archeologists also came onboard quickly, using GIS to map data at excavation sites, predict the location of other sites, and study the relationship between topography and the distribution of artifacts in an area.

Then, right around the turn of the 21st century, the Esri company released ArcGIS (now the industry standard geographic information system) for Microsoft Windows AOL introduced MapQuest the first consumer GPS navigation devices came onto the market and the National Spatial Data Infrastructure initiative began digitizing and freely distributing mapped data produced by the U.S. Census Bureau, the U.S. Geological Survey, and other U.S. agencies.

Interest in digital mapping exploded, including among humanities researchers, who quickly found uses for GIS. They embraced in particular the opportunity to create “deep maps,” or digital maps that could contain, in addition to quantitative data, photographs, video, audio, archival records, even relevant bibliographies. Maps that could synthesize material from various disciplines, reveal patterns and relationships in both time and space, and provide a dynamic new way to conduct and share research.


The ability to toggle overlays on and off is a key feature of GIS, and one that makes digital maps so useful to a variety of audiences. Colin Gordon's St. Louis map has more than 50 overlays that can be applied separately or simultaneously.

50 layers of St. Louis and 400 years of Dutch art

“GIS allows us to test spatial relationships and change over time in ways that we couldn’t before,” says Colin Gordon, UI professor of history in the College of Liberal Arts and Sciences.

He created an interactive digital map to accompany his 2008 book Mapping Decline: St. Louis and the Fate of the American City. The map uses archival, demographic, and political data to trace the transformation of metropolitan St. Louis in the 20th century. Gordon’s map contains more than 50 overlays—transparent layers of information that users can view superimposed on one of several maps of the city—containing demographic data, zoning maps, poverty maps, and even photographs associated with the different locations.


Colin Gordon

“The important thing for me wasn’t just the ability to carte things,” Gordon says, “but the ability to pull up different layers and see the relationship between them”—between factory closings and poverty rates in a certain part of town, for instance, or between minority population figures and race-restrictive deed covenants.

The ability to toggle overlays on and off is a key feature of GIS, and one that makes digital maps so useful to a variety of audiences. Gordon has presented Mapping Decline to St. Louis planning groups, transportation planners, engineers, and the Equal Opportunity Housing Council, in addition to fellow academics: “They’re all able to go in and use the parts of the project that best fit their needs.”

Practically speaking, a project like his pouvait have been done 50 years ago, using transparency film as overlays—but, Gordon smiles, “It would have taken longer.” And not only that: it probably would have been too expensive to print.


Julie Hochstrasser's "The Dutch in the World" will eventually identify important sites of 17th-century Dutch trade and provide a spatially contextualized, visual catalog of Dutch-influenced objects found at those sites.

Julie Hochstrasser, UI professor of art history, turned to the digital realm for her research project The Dutch in the World, wanting to plot her data geographically as well as include video footage.

Anticipating that the project would require technical expertise beyond her own, she applied for and received an early UI Digital Arts and Humanities Initiative grant (offered through the Digital Arts and Humanities Initiative and the Iowa Digital Library), which provided her with web development support.

“The Dutch in the World” is still in its early stages, but it will eventually identify important sites of 17th-century Dutch trade and provide a spatially contextualized, visual catalog of Dutch-influenced objects found at those sites—i.e., hundreds of photos and videos, taken by Hochstrasser, of objects that “register an exchange between early modern Dutch traders and various cultures—everything from painting, drawing, and sculpture to architecture, furniture, and porcelain.” Once the site is finished, Hochstrasser says she’d like to use the data to develop a mobile app for people to use when traveling to the different locations.


Julie Hochstrasser

“The way you can crystallize data and visualize historical transformation with digital mapping is really exciting,” she says, recalling the emergence of an early picture of globalization as she and her team compiled their data. “We usually talk about the present when we talk about globalization, but when you look at a map like this, you can see that the process started long, long ago.”

Pitching in, sharing results

Because digital maps are often developed online, it’s easy for multiple researchers to contribute to the projects, and from all corners of the world.

As Hochstrasser puts it, “GIS can make huge projects so easy. We’re talking about work that would take a single scholar a lifetime to achieve. But with the new technology, everyone can pitch in, and the results are visible in the blink of an eye.”

She’s referring both to collaborative scholarship among colleagues and to crowdsourcing, or inviting the public to contribute relevant data via the web.

Gordon’s newest mapping project, Digital Johnson County (which, when finished, will document the social, natural, and political history of Johnson County, Iowa) will allow students and others to log in, upload photographs, and create layers using the plat maps and survey data that they’ve gathered.

Hochstrasser, too, uses her GIS project in the classroom, both as a pedagogical tool and as a research opportunity.

Bennett says that as GIS becomes more and more ubiquitous in our daily lives, we’ll see more “community-based research, where people put information onto the map,” either manually or via sensor networks feeding back into spatial databases.

Finally, digital maps provide an ideal way to communicate spatial information. “People are much more responsive to visual evidence than they are to other kinds of evidence,” notes Gordon. “And that’s especially true when it’s delivered in an everyday and accessible medium, like a map. This kind of research combines historical imagery and data with familiar geographies and landmarks.” This is what makes digital maps such useful tools for sharing scholarship with the public—and for helping to raise funds for humanities research.

GIS fever

Faculty aren’t the only UI community members excited about GIS.

According to Bennett, “There’s a groundswell of interest on campus. Students in the humanities, political science, sociology, geoscience, environmental sciences—we see them in our classes they’re wanting to use GIS.”

In fact, the classes are so popular that the Department of Geographical and Sustainability Sciences has just added a GIS minor, whose curriculum includes courses in remote sensing, global positioning, and GIS software.

“We believe the minor will help students not only to find their first job,” he says, “but also as they grow past that it’s a skill that can complement a wide variety of disciplines.”

The department also offers three-hour GIS workshops for any member of the UI community who wants to learn the basic functions of ArcGIS. (Contact Marc Linderman for information and a schedule of upcoming workshops.)

Another campus resource for students, faculty, and staff looking to explore digital research projects, including GIS mapping, is The Studio for Public Digital Arts and Humanities. Directed by Jon Winet, professor of Intermedia in the UI School of Art and Art History, "The Studio" as it's called in short, provides project development and technical support for public digital humanities research, scholarship, and learning. Their first project was the geospatial City of Lit Mobile App.

In spring 2013, the group collaborated with Mark Hale of ITS, the Department of Geographical and Sustainability Sciences, and many other UI units to organize GIS-A-Palooza, a free, campus-wide event featuring GIS lectures, discussions, and demonstrations it was such a success that they’re already planning another.


Greg Prickman’s Atlas of Early Printing traces the expansion of printing in 15th-century Europe using an animated map.

Other spatial humanities projects at Iowa include Björn Anderson’s digital map of the sites of Levantine ceramics Bob Cargill’s digital reconstruction of the Biblical city of Azekah, Israel the University of Iowa Museum of Art Mapping Project, which pins artworks from the museum’s collections to their places of origin AIDS Quilt Touch, a mobile web app created by studio staff that lets users search and navigate the 48,000 blocks of the AIDS Memorial Quilt and Greg Prickman’s Atlas of Early Printing, which traces the expansion of printing in 15th-century Europe using an animated map.

Room to grow

Esri president Jack Dangermond has a well-known saying: “The application of GIS is limited only by the imagination of those who use it.” Humanities scholars—an imaginative bunch—know that’s not quite the case (at least, not yet).

As with any product used by a population for whom it wasn’t developed, the technology has its limitations. Some are practical and will likely be addressed as the software improves, such as ArcGIS’s still-beta animation of change over time. Others are inherent and more difficult to address. One such concern is that GIS maps are built using geometric space and a Western spatial perspective. Some humanities scholars worry that GIS can’t sufficiently render different—more subjective, less mathematical— conceptions of space, or non-Western views of the world.

Gordon articulates another drawback, but it’s one that he admits can also be a benefit: “It’s hard to control the narrative. A generation ago, this kind of research was much more an exercise in cartography: maps were a static product. People didn’t zoom around on them or change their layers. But with a digital map, if I want to say that the fundamentally important thing is the relationship between A and B, who’s to prevent someone else from saying, no, it’s the relationship between B and C, or A and C, or something else?” Digital maps can tell a lot of stories and allow various interpretations—sometimes for better, sometimes for worse.

For all that, though, digital mapping offers exciting possibilities for humanities scholarship, outreach, and teaching. It’s also a perfect avenue for interdisciplinary collaboration—between, say, humanities researchers new to GIS and spatial scientists who’ve been using it for decades.

In Bennett’s words, “Many of us geographers would be interested in working with humanities researchers. If we work together, maybe we can find even more creative ways to use GIS.”

For more detailed discussion of the use of GIS in the humanities, see the book The Spatial Humanities: GIS and the Future of Humanities Scholarship (Indiana UP, 2010 Bodenhamer, Corrigan, Harris, eds).


FUTURE OF PHYSICAL GEOGRAPHY

The following describes some of the important future trends in physical geography research:

Applied geography. Continued development of applied physical geography will help analyze and correct human-induced environmental problems. A student of applied physical geography uses theoretical information from the field of physical geography to manage and solve problems related to natural phenomena found in the real world.

Remote sensing. Advances in technology have caused the development of many new instruments for the monitoring of the Earth's resources and environment from airborne and space platforms. The most familiar use of remote sensing technology is to monitor the Earth's weather for forecasting.

Geographic Information Systems. A GEOGRAPHIC INFORMATION SYSTEM (GIS) merges information in a computer database with spatial coordinates on a digital map. Geographic Information Systems are becoming increasingly more important for the management of resources.


Voir la vidéo: WELCOME TO AFRY (Octobre 2021).