Suite

Définir le symbole de marqueur d'image pour une couche avec arcpy (ArcGIS)


J'ai une carte ArcGIS avec une couche symbolisée par Catégories > Valeurs uniques. Je souhaite mettre à jour la symbologie de cette couche en spécifiant un chemin vers un symbole de marqueur d'image pour chaque valeur unique. Je peux le faire manuellement en cliquant sur chaque symbole par défaut dans les propriétés de la couche > Symbologie, puis sur Modifier le symbole > type = Symbole de marqueur d'image et en naviguant jusqu'au fichier requis.

j'ai une liste devaleur de l'attribut -- nom du fichier .bmp sur le disque.

Existe-t-il un moyen de le faire de manière automatisée avec ArcGIS/arcpy ?


Je suppose que ce n'est pas (encore ?) possible. Voir la documentation ArcGIS 10.2 :

Pour accéder à l'ensemble complet des propriétés et des paramètres de symbologie de couche, par exemple, la modification de symboles individuels pour des classes individuelles, il est nécessaire de créer ces modifications dans l'interface utilisateur d'ArcMap, puis d'enregistrer ces modifications dans un fichier de couche. Ces paramètres personnalisés peuvent ensuite être appliqués aux calques existants à l'aide de la fonction UpdateLayer.


Utiliser les paramètres d'URL pour modifier les cartes

Une carte créée avec Map Viewer (anciennement Map Viewer Beta ) ou Map Viewer Classic (anciennement Map Viewer ) contient des couches de données de fond de carte, une étendue, une légende et des outils de navigation tels que zoom, panoramique, recherche de lieux et signets. De nombreuses cartes contiennent également des éléments interactifs tels qu'une galerie de fonds de carte, des outils de mesure, des fenêtres contextuelles et des boutons pour lire les données au fil du temps.

Au lieu de créer des cartes avec Map Viewer ou Map Viewer Classic , vous pouvez créer et modifier des cartes directement avec des paramètres d'URL.

Par exemple, voici comment vous pouvez construire une carte avec des paramètres d'URL qui montre les hauts-fonds au large des côtes du Maryland.


Syntaxe

Une variable qui référence un objet MapDocument.

Une chaîne qui représente le chemin et le nom de fichier du fichier d'exportation de sortie.

Une variable qui fait référence à un objet DataFrame. Utilisez la chaîne/constante "PAGE_LAYOUT" pour exporter la mise en page de la carte au lieu d'un bloc de données individuel.

(La valeur par défaut est PAGE_LAYOUT)

Un nombre qui définit la largeur de l'image d'exportation en pixels pour une exportation de bloc de données. df_export_width n'est utilisé que lors de l'exportation d'un bloc de données. L'exportation d'une mise en page utilise la largeur de page de la carte au lieu de df_export_width .

Un nombre qui définit la hauteur de l'image d'exportation en pixels pour une exportation de bloc de données. df_export_height n'est utilisé que lors de l'exportation d'un bloc de données. L'exportation d'une mise en page utilise la hauteur de page de la carte au lieu de df_export_height .

Un nombre qui définit la résolution du fichier d'exportation en points par pouce (DPI).

Chaîne qui définit la qualité de l'image en sortie, la résolution de dessin des couches de carte qui sont dessinées sous forme de rasters.

  • MEILLEUR —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 1.
  • MIEUX —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 2.
  • NORMAL —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 3.
  • PLUS RAPIDE —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 4.
  • LE PLUS RAPIDE —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 5.

(La valeur par défaut est BEST)

Si défini sur True , une exportation compressée sera créée. Pour SVG, l'ensemble du document est compressé et l'extension de fichier devient *.svgz.

(La valeur par défaut est Faux)

Chaîne qui définit si les marqueurs d'image et les remplissages d'image seront convertis en vecteurs ou rastérisés en sortie.

  • RASTERIZE_BITMAP — Rasterize les calques avec des marqueurs/remplissages bitmap.
  • RASTERIZE_PICTURE —Rasterize les calques avec n'importe quel marqueur/remplissage d'image.
  • VECTORIZE_BITMAP —Vectorise les calques avec des marqueurs/remplissages bitmap.

(La valeur par défaut est RASTERIZE_BITMAP)

Un booléen qui contrôle la conversion des symboles ponctuels basés sur des caractères en polygones. Cela permet aux symboles d'apparaître correctement si la police des symboles n'est pas disponible ou ne peut pas être incorporée. Cependant, la définition de ce paramètre sur True désactive l'incorporation de polices pour tous les symboles de marqueurs basés sur des caractères, ce qui peut entraîner une modification de leur apparence.

(La valeur par défaut est Faux)

Un booléen qui contrôle l'incorporation des polices dans les fichiers d'exportation. L'incorporation de polices permet d'afficher correctement le texte et les marqueurs de caractères lorsque le document est affiché sur un ordinateur sur lequel les polices nécessaires ne sont pas installées.

(La valeur par défaut est Faux)


メ ソ ッ ド の 概要

Exporte un ensemble spécifié de pages vers un document PDF de plusieurs pages pour un document ArcMap ( .mxd ) pour lequel les pages dynamiques sont activées

Renvoie une valeur d'index de pages dynamiques en fonction du nom de la page

Imprime des pages spécifiques à partir d'un document cartographique compatible avec les pages dynamiques ( .mxd ) vers une imprimante spécifiée

Actualise une série existante de pages dynamiques

Une chaîne qui représente le chemin et le nom de fichier du fichier d'exportation de sortie.

La valeur de chaîne qui désigne le mode d'impression des pages, similaire à l'onglet Pages dans la boîte de dialogue ArcMap Export Map pour les documents PDF.

  • ALL : toutes les pages sont exportées.
  • CURRENT —La page active est exportée.
  • RANGE —Seules les pages répertoriées dans le paramètre page_range_string seront exportées.
  • SELECTED —Les entités/pages de la couche d'indexation sélectionnées sont exportées.

Une chaîne qui identifie les pages à imprimer si l'option RANGE dans le paramètre page_range_type est utilisée (par exemple, 1, 3, 5-12 ).

Une option pour contrôler la façon dont le PDF de sortie est créé. Par défaut, toutes les pages sont exportées dans un seul document de plusieurs pages. Vous pouvez également spécifier que les documents PDF d'une seule page soient exportés à l'aide de deux options différentes.

  • PDF_MULTIPLE_FILES_PAGE_NAME : exporte des documents d'une seule page en utilisant le nom de page comme nom de fichier de sortie.
  • PDF_MULTIPLE_FILES_PAGE_INDEX : exporte des documents d'une seule page à l'aide de la valeur d'index de page pour le nom du fichier de sortie.
  • PDF_SINGLE_FILE : exporte un document de plusieurs pages.

Entier qui définit la résolution du fichier d'exportation en points par pouce (ppp).

Une chaîne qui définit la qualité de l'image de sortie.

  • MEILLEUR —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 1
  • MIEUX —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 2
  • NORMAL —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 3
  • PLUS RAPIDE —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 4
  • LE PLUS RAPIDE —Un taux de rééchantillonnage de la qualité de l'image de sortie de 5

Une chaîne qui définit l'espace colorimétrique du fichier d'exportation.

Un booléen qui contrôle la compression des portions vectorielles et textuelles du fichier de sortie. La compression d'image est définie séparément.

Chaîne qui définit le schéma de compression utilisé pour compresser les données image ou raster dans le fichier de sortie.

  • ADAPTATIF —Sélectionne automatiquement le meilleur type de compression pour chaque image de la page. JPEG sera utilisé pour les grandes images avec de nombreuses couleurs uniques. DEFLATE sera utilisé pour toutes les autres images.
  • JPEG —Une compression de données avec perte.
  • DEFLATE —Une compression de données sans perte
  • LZW —Lempel-Ziv-Welch, une compression de données sans perte
  • NONE —Compression non appliquée
  • RLE —Compression codée sur la longueur d'exécution

Chaîne qui définit si les marqueurs d'image et les remplissages d'image seront convertis en vecteurs ou rastérisés en sortie.

  • RASTERIZE_BITMAP — Rasterize les calques avec des marqueurs/remplissages bitmap.
  • RASTERIZE_PICTURE —Rasterize les calques avec n'importe quel marqueur/remplissage d'image.
  • VECTORIZE_BITMAP —Vectorise les calques avec des marqueurs/remplissages bitmap.

Un booléen qui contrôle la conversion des symboles ponctuels basés sur des caractères en polygones. Cela permet aux symboles d'apparaître correctement si la police des symboles n'est pas disponible ou ne peut pas être incorporée. Cependant, la définition de ce paramètre sur True désactive l'incorporation de polices pour tous les symboles de marqueurs basés sur des caractères, ce qui peut entraîner une modification de leur apparence.

Un booléen qui contrôle l'incorporation des polices dans un fichier d'exportation. L'incorporation de polices permet d'afficher correctement le texte et les marqueurs de caractères lorsque le document est affiché sur un ordinateur sur lequel les polices nécessaires ne sont pas installées.

Une chaîne qui contrôle l'inclusion du calque PDF et des données d'objet PDF (attributs) dans le fichier d'exportation.

  • LAYERS_ONLY —Exporte uniquement les calques PDF.
  • LAYERS_AND_ATTRIBUTES : exporte les calques PDF et les attributs d'entités.
  • NONE : aucun paramètre n'est appliqué.

Un booléen qui permet d'exporter les informations du système de coordonnées pour chaque bloc de données dans le fichier PDF de sortie.

Un nombre qui contrôle la valeur de qualité de compression lorsque image_compression est défini sur ADAPTIVE ou JPEG. La plage valide est de 1 à 100. Un jpeg_compression_quality de 100 fournit les images de meilleure qualité mais crée de gros fichiers d'exportation. La plage recommandée est comprise entre 70 et 90.

Un booléen qui contrôle si la symbologie de sélection doit être affichée dans la sortie.

Les pages dynamiques sont exportées vers un document PDF de plusieurs pages. Les pages dynamiques doivent être activées sur le document ArcMap. Les fichiers PDF sont conçus pour être systématiquement visibles et imprimables sur différentes plates-formes. Ils sont couramment utilisés pour diffuser des documents sur le Web et deviennent un format d'échange standard pour la diffusion de contenu. Les fichiers PDF ArcMap sont modifiables dans de nombreuses applications graphiques et conservent les données d'annotation, d'étiquetage et d'attribut pour les couches cartographiques de la table des matières d'ArcMap. Les exportations PDF à partir d'ArcMap prennent en charge l'intégration des polices et peuvent donc afficher correctement la symbologie même si l'utilisateur n'a pas installé les polices Esri. Les exportations PDF d'ArcMap peuvent définir des couleurs dans les valeurs CMJN ou RVB.

Reportez-vous à la rubrique Exportation de votre carte dans l'aide d'ArcGIS for Desktop pour des discussions plus détaillées sur l'exportation de cartes.

Une valeur dans la couche d'index qui correspond au champ Nom qui a été utilisé pour configurer les pages dynamiques

De nombreuses propriétés et méthodes des pages dynamiques utilisent une valeur d'index interne plutôt que les noms littéraux des pages utilisées pour créer la couche d'index. Les valeurs d'index sont générées automatiquement en fonction des champs Nom et Tri. Il peut ne pas être évident quelle valeur d'index représente une page spécifique. La méthode getPageIDFromName fournit un mécanisme pour cette traduction.


Paramètres

La couche d'entités en entrée avec les propriétés d'affichage 3D définies.

La classe d'entités en sortie avec les entités 3D. Les points extrudés seront exportés sous forme de lignes 3D. Les points avec des symboles 3D, des lignes extrudées et des polygones seront exportés en tant qu'entités multipatch.

Le champ de texte de l'entité en entrée qui sera utilisé pour fusionner plusieurs entités en entrée dans la même entité en sortie. Les attributs restants de la sortie résultante seront hérités de l'un des enregistrements d'entrée.

Spécifie si les propriétés de couleur et de texture seront conservées lors de l'exportation d'une couche 3D vers une classe d'entités multipatch.

  • Coché : les couleurs et les textures ne seront pas stockées dans le cadre de la définition multipatch. C'est la valeur par défaut.
  • Non coché : les couleurs et les textures seront préservées avec le multipatch.

La couche d'entités en entrée avec les propriétés d'affichage 3D définies.

La classe d'entités en sortie avec les entités 3D. Les points extrudés seront exportés sous forme de lignes 3D. Les points avec des symboles 3D, des lignes extrudées et des polygones seront exportés en tant qu'entités multipatch.

Le champ de texte de l'entité en entrée qui sera utilisé pour fusionner plusieurs entités en entrée dans la même entité en sortie. Les attributs restants de la sortie résultante seront hérités de l'un des enregistrements d'entrée.

Spécifie si les propriétés de couleur et de texture seront conservées lors de l'exportation d'une couche 3D vers une classe d'entités multipatch.

  • ENABLE_COLORS_AND_TEXTURES — Les couleurs et les textures seront préservées avec le multipatch.
  • DISABLE_COLORS_AND_TEXTURES — Les couleurs et les textures ne seront pas stockées dans le cadre de la définition multipatch. C'est la valeur par défaut.

Exemple de code

L'exemple suivant illustre l'utilisation de cet outil dans la fenêtre Python.

L'exemple suivant illustre l'utilisation de cet outil dans un script Python autonome.


Présentation de la méthode

Méthode appelée après la création du LayerView et juste avant qu'il ne commence à dessiner le contenu du calque.

Liez la surface de sortie de rendu désignée et restaurez la fenêtre d'affichage correcte.

Méthode appelée après la suppression de la couche et la suppression de LayerView.

Obtenez la surface de sortie de rendu désignée et la configuration de la fenêtre correspondante.

Méthode à implémenter qui est chargée de fournir les objets touchés aux coordonnées d'écran spécifiées.

isFulfilled() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est accomplie (résolue ou rejetée).

isRejected() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est rejetée.

isResolved() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est résolue.

La méthode à mettre en œuvre qui est chargée de dessiner le contenu de la couche.

Le LayerView peut appeler cette méthode pour demander au MapView de planifier une nouvelle image de rendu.

Tesseler une étendue dans un rectangle.

Tesseler un multipoint en quads (marqueurs).

Tesseler un point dans un quad (marqueur).

Tesseler un polygone en triangles.

Tesseler une polyligne en triangles.

Méthode à implémenter, qui notifie les tuiles ajoutées ou supprimées pour l'état d'affichage actuel.

when() peut être utilisé une fois qu'une instance de la classe est créée.

Détails de la méthode

Méthode appelée après la création du LayerView et juste avant qu'il ne commence à dessiner le contenu du calque. Généralement, cette méthode est implémentée pour commencer à observer les modifications de propriétés sur la couche et pour initialiser les objets WebGL tels que les shaders.

Liez la surface de sortie de rendu désignée et restaurez la fenêtre d'affichage correcte.

Cette méthode peut être utilisée après que l'état de WebGL a été modifié par un appel à gl.bindFramebuffer() pour restaurer le framebuffer qui contient la trame composite finale, c'est-à-dire celle qui est garantie d'être liée juste avant que le contrôle ne soit remis au rendu (). Notez que ce peut ou non être le framebuffer par défaut MapView peut utiliser diverses surfaces pour la composition d'images et il n'y a aucune garantie que lorsque render() est appelé, le framebuffer lié est celui par défaut.

Avec le framebuffer, une fenêtre d'affichage pleine taille correspondante est également restaurée.

Méthode appelée après la suppression de la couche et la suppression de LayerView. En règle générale, cette méthode est implémentée pour libérer des ressources telles que des observateurs et détruire des objets WebGL tels que des programmes de shader.

Obtenez la surface de sortie de rendu désignée et la configuration de la fenêtre correspondante.

L'objet renvoyé est la même cible de rendu qui est restaurée par un appel à bindRenderTarget().

Méthode à implémenter qui est chargée de fournir les objets touchés aux coordonnées d'écran spécifiées. Cette méthode est appelée en interne par MapView à chaque fois que sa méthode hitTest() est appelée.

La coordonnée x dans l'espace de l'écran du hit souhaité.

La coordonnée y dans l'espace de l'écran du hit souhaité.

isFulfilled() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est accomplie (résolue ou rejetée). S'il est rempli, true sera renvoyé.

Taper La description
booléen Indique si la création d'une instance de la classe a été effectuée (résolue ou rejetée).

isRejected() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est rejetée. S'il est rejeté, true sera renvoyé.

isResolved() peut être utilisé pour vérifier si la création d'une instance de la classe est résolue. S'il est résolu, true sera renvoyé.

La méthode à mettre en œuvre qui est chargée de dessiner le contenu de la couche. Cette méthode est appelée à chaque fois que l'état de MapView change, ou si requestRender() a été appelé.

Le contexte WebGL ou WebGL 2. Son type concret dépend de la configuration du système. Chaque fois que render() est appelé, l'API réinitialise automatiquement WebGL à un état conventionnel qui est presque celui par défaut, les deux seules choses qui peuvent ne pas être par défaut sont le framebuffer lié et la fenêtre d'affichage, qui est définie pour correspondre à l'ensemble du framebuffer. Le corps de render() ne doit pas modifier ces paramètres.

L'état stationnaire de MapView .

L'objet qui décrit l'état d'affichage.

Le LayerView peut appeler cette méthode pour demander au MapView de planifier une nouvelle image de rendu.

Tesseler une étendue dans un rectangle.

Tesseler un multipoint en quads (marqueurs).

La géométrie d'entrée. Ce sont les points géographiques où chaque marqueur sera ancré.

Le rectangle qui décrit la géométrie de chaque marqueur. Les coordonnées x et y peuvent être considérées comme étant dans l'espace-écran, par rapport à la projection dans l'espace-écran du point géographique.

Tesseler un point dans un quad (marqueur).

La géométrie d'entrée. C'est le point géographique où le marqueur sera ancré.

Le rectangle qui décrit la géométrie du marqueur. Les coordonnées x et y sont la position du coin supérieur gauche du marqueur et peuvent être considérées comme étant dans l'espace écran, par rapport à la projection dans l'espace écran de la largeur et de la hauteur du point géographique en pixels. Voir Rect pour une explication visuelle de la géométrie des marqueurs.

Tesseler un polygone en triangles.

La géométrie d'entrée. La géométrie doit être simple si la géométrie d'entrée n'est pas simple, vous devez d'abord en créer une version simplifiée à l'aide de geometryEngine et transmettre la géométrie simplifiée à tessellatePolygon .

Tesseler une polyligne en triangles.

La géométrie d'entrée. La géométrie doit être simple si la géométrie d'entrée n'est pas simple, vous devez d'abord en créer une version simplifiée à l'aide de geometryEngine et transmettre la géométrie simplifiée à tessellatePolyline .

La largeur de la ligne sera utilisée pour mettre à l'échelle xOffset et yOffset.

Méthode à implémenter, qui notifie les tuiles ajoutées ou supprimées pour l'état d'affichage actuel. Cette fonction peut être implémentée pour démarrer et arrêter la récupération de nouvelles données, ou pour allouer et éliminer des ressources.

Objets de tuile ajoutés pour la fenêtre de vue courante.

Les objets de tuile supprimés de la fenêtre de vue.

when() peut être utilisé une fois qu'une instance de la classe est créée. Cette méthode prend deux paramètres d'entrée : une fonction de rappel et une fonction d'erreur. Le rappel s'exécute lorsque l'instance de la classe se charge. L'errback s'exécute si l'instance de la classe ne parvient pas à se charger.

La fonction à appeler lorsque la promesse est résolue.

La fonction à exécuter lorsque la promesse échoue.

Taper La description
Promettre Renvoie une nouvelle promesse pour le résultat du rappel qui peut être utilisée pour chaîner des fonctions supplémentaires.

Je suggère souvent aux utilisateurs de se soumettre à une version d'essai d'ArcGIS Pro de 21 jours et je leur propose des exercices basés sur les données du didacticiel ArcGIS pour Desktop téléchargeables sur my.esri.com.

J'ai toujours supposé que l'essai de 21 jours déverrouillait l'accès aux données du didacticiel ArcGIS for Desktop, mais quelqu'un m'a demandé de vérifier si c'était le cas, et n'ayant jamais entrepris moi-même un essai de 21 jours, je n'en suis pas certain.

Pouvez-vous confirmer si quelqu'un qui entreprend une version d'essai de 21 jours d'ArcGIS Pro est en mesure de télécharger les données du didacticiel ArcGIS pour Desktop depuis my.esri.com ?


Rookie python : comment interagir avec des calques avec une boucle imbriquée

J'ai traité le code ci-dessous avec un si long moment. Je dois montrer dans une image raster le résultat du calcul du coût de l'électricité pour une centrale solaire. Le fait est que je dois interagir une couche "DNI" (irradiation normale directe) avec la formule, et la valeur de la formule change avec un facteur pour chaque année (costReductionFactorPlant) pendant les 30 ans de la vie de la plante. Les facteurs sont indiqués ci-dessous.

Lorsque j'exécute le code, je reçois l'erreur suivante :

J'ai peur qu'il y ait quelque chose qui ne va pas lors de l'appel de la couche "DNI". Mais aucune idée. Peut-être qu'il y a aussi une erreur avec la boucle. J'ai essayé de le regarder aussi, pour moi ça a l'air bien, mais je ne suis pas un expert.

J'utilise ArcGis 10.1. Toutes les suggestions sont plus que bienvenues.


Définir le symbole de marqueur d'image pour une couche avec arcpy (ArcGIS) - Systèmes d'information géographique

Le réseau Stack Exchange se compose de 177 communautés de questions-réponses, dont Stack Overflow, la communauté en ligne la plus importante et la plus fiable pour que les développeurs apprennent, partagent leurs connaissances et construisent leur carrière.

Communauté actuelle

Vos communautés

Plus de communautés d'échange de piles

Connectez-vous et partagez vos connaissances au sein d'un emplacement unique, structuré et facile à rechercher.

Spécialiste SIG - GISP
Python
PhP
J'aime faire partie de la communauté d'échange de piles SIG

Meilleurs messages du réseau

Garder un profil bas.

Cet utilisateur n'a pas encore posté.

Insignes (2)

Argent

Bronze

Le plus rare

conception du site / logo © 2021 Contributions des utilisateurs de Stack Exchange Inc sous licence cc by-sa. rév 2021.6.29.39606

En cliquant sur "Accepter tous les cookies", vous acceptez que Stack Exchange puisse stocker des cookies sur votre appareil et divulguer des informations conformément à notre politique en matière de cookies.


Propriétés

Afficher la couche d'installation : lorsque coché, la carte affichera l'installation de la session actuelle. Si aucune installation de session n'est sélectionnée, affichera l'installation sélectionnée ci-dessous.

La fonction Session continuera à s'afficher si ce bouton est désactivé. Afin de ne pas afficher une couche d'installation, assurez-vous qu'aucune installation de session n'est sélectionnée en plus de ne pas sélectionner le bouton Afficher la couche d'installation.

Installation : sélectionnez l'installation à visualiser sur la carte si aucune installation de session n'est sélectionnée. (FacilityChooser). De plus, sélectionnez un groupe d'emplacements. Cette option n'est visible que si Show Facility Layer est coché.

Remarque : Un groupe d'emplacements ne sera pas tracé si le group_code contient un espace vide supplémentaire à la fin du groupe d'installations.

Toutes les installations : affiche toutes les installations auxquelles un utilisateur a accès. Cette option n'est visible que si Show Facility Layer est coché.

Renommer la couche des installations : permet aux utilisateurs de renommer la couche des emplacements des installations dans la table des matières. Cette option n'est visible que si Show Facility Layer est coché.

Cluster Facility Layer : Cette option crée des clusters pour les couches d'emplacement des installations en utilisant le paramètre Distance comme diamètre. La couche créée combine les entités contenues dans le diamètre en une seule entité et affiche le nombre d'entités contenues sous forme d'étiquette sur le dessus. L'activation de cette fonctionnalité désactivera les étiquettes, car la couche d'étiquettes est utilisée pour afficher le nombre de fonctionnalités et nécessite également un rechargement complet du widget si la fonction de session est modifiée.

Modèle d'informations personnalisé : cette option permet à l'utilisateur de définir un modèle d'informations personnalisé (popup lorsque vous cliquez sur l'emplacement d'un établissement). Le HTML est acceptable avec le CSS en ligne. JavaScript n'est pas pris en charge. Une liste des colonnes disponibles s'affiche sur le côté droit. Il est possible d'inclure des informations de localisation en référençant l'emplacement sur lequel on a cliqué comme suit : $<[field name]>. Par exemple : $.

Fond de carte : définissez le fond de carte pour le widget de carte. Les fonds de carte gratuits de base d'Esri sont disponibles à partir d'une liste de tuiles ou vous pouvez entrer le vôtre en modifiant l'URL.

Pour ajouter une nouvelle couche par défaut basée sur un service publié, sélectionnez le type de couche approprié, saisissez l'URL de l'API Web pour la couche dans le champ URL du service, définissez son titre et sa visibilité par défaut, puis cliquez sur "Ajouter une couche". Vous pouvez ajuster l'opacité par défaut du calque à l'aide du curseur.

• User Report - un rapport EQuIS existant ou nouveau.

• Couche d'entités - une couche d'entités Esri, définie par une URL.

• Couche de service de carte dynamique ArcGIS Server - une couche dynamique ArcGIS Server, définie par une URL.

• ArcGIS Tiled Layer - une couche d'images en mosaïque, définie par une URL. Il est possible de définir un niveau de détail personnalisé pour les calques en mosaïque en cochant la case "Niveau de détail personnalisé".

• GeoRSS Layer - GeoRSS est un flux Web en direct qui inclut des caractéristiques et des emplacements géographiques. Par exemple, un service des transports peut maintenir un GeoRSS des accidents de véhicules actuels dans sa région.

• Couche KML - une couche KML Esri, définie par URL. L'URL DOIT être accessible par Esri (et non par l'intranet ou l'emplacement protégé par un pare-feu).

• Couche WMS - Un service de carte Web (WMS) est un protocole standard permettant de diffuser (sur Internet) des images cartographiques géoréférencées qu'un serveur de cartes génère à l'aide des données d'une base de données SIG. Ceci n'est pas aussi bien pris en charge par Esri que d'autres types de couches, et certaines fonctionnalités disponibles dans d'autres systèmes SIG peuvent ne pas être disponibles.

• Image Layer - une couche Esri Image Service.

• Couche de tuiles vectorielles - une couche de tuiles vectorielles Esri. L'URL peut être l'URL de la couche ou l'URL json de style. En option, les niveaux d'affichage peuvent être définis sous forme de liste séparée par des virgules (11,12,13,14) et l'échelle min et l'échelle max peuvent être définies.

• Service de fonctionnalités (expérimental) : un service de fonctionnalités Esri est divisé et chaque couche de fonctionnalités sous-jacente est ajoutée individuellement. Cela peut être très gourmand en ressources.

Vous pouvez éventuellement définir un infoTemplate à utiliser pour les couches d'entités en sélectionnant un modèle dans la liste déroulante. Pour ajouter une nouvelle couche par défaut basée sur un rapport, sélectionnez un rapport (Sélecteur de rapport) et configurez les options du rapport, puis configurez le schéma de classification. L'éditeur de widget tentera d'exécuter le rapport pour afficher les valeurs minimales et maximales, ainsi que le nombre total de résultats renvoyés. Vous pouvez également définir un nom de calque différent et ajuster la visibilité et l'opacité du calque par défaut.

Des modèles d'informations personnalisés sont disponibles pour les rapports d'utilisateurs et les couches d'entités. Pour configurer un infoTemplate personnalisé, sélectionnez "Custom" sous InfoTemplate. Le HTML est acceptable avec le CSS en ligne. JavaScript n'est pas pris en charge. Une liste des colonnes disponibles s'affiche sur le côté droit. Il est possible d'inclure des informations de localisation en référençant l'emplacement sur lequel on a cliqué comme suit : $<[field name]>. Par exemple : $.

Des moteurs de rendu personnalisés sont disponibles pour les rapports utilisateur et les couches d'entités. Quelques rendus de pauses de classe prédéfinis peuvent être générés automatiquement pour les rapports d'utilisateurs, puis chaque étape peut être ajustée et de nouvelles étapes peuvent être ajoutées. Des moteurs de rendu de valeur simples et uniques sont également disponibles. Un moteur de rendu doit être défini pour qu'une couche de rapport utilisateur fonctionne.

1. Lors de l'ajout d'une couche de rapport au widget Carte, cliquez sur le bouton Sélectionner dans le coin inférieur droit du widget.

2. Une fois le bouton cliqué, dessinez un polygone pour inclure les emplacements.

3. Double-cliquez pour fermer le polygone. Dès que vous double-cliquez, vous verrez la section « Résultats » pour ces emplacements, comme illustré dans la capture d'écran ci-dessous.

Etiquettes (activées uniquement si Show Facility Layer est coché)

• Afficher les étiquettes d'emplacement - contrôle si les étiquettes d'emplacement (pour l'installation sélectionnée) sont affichées.

• Nom de la couche d'emplacement - le nom de la couche d'étiquettes d'emplacement pour la table des matières.

• Couleur de l'étiquette - la couleur des étiquettes d'emplacement. Assurez-vous que cela est lisible dans l'étendue de votre installation.

• Taille de la police - taille de la police pour les étiquettes d'emplacement. Utilisez des valeurs CSS appropriées (%, pt, px, em).

• Font Family - famille de polices pour les étiquettes d'emplacement. Utilisez des valeurs CSS appropriées (http://www.w3schools.com/cssref/css_websafe_fonts.asp).

• Poids de police - poids de police pour les étiquettes d'emplacement. Utilisez des valeurs CSS appropriées (http://www.w3schools.com/cssref/pr_font_weight.asp).

• Colonne d'étiquette - la colonne de VW_LOCATION à utiliser pour les étiquettes d'emplacement. Réglez sur CUSTOM pour activer le modèle d'étiquette déposé.

• Modèle d'étiquette (facultatif) - définissez le modèle pour les étiquettes d'emplacement en utilisant des combinaisons de champs (par exemple, "$ - ").

• Angle d'étiquette - contrôle la rotation des étiquettes d'emplacement. Le point central de la rotation est le coin inférieur gauche de l'étiquette (par exemple, une valeur de -30 ferait pivoter les étiquettes de 30 degrés dans le sens inverse des aiguilles d'une montre).

• Décalage X pour l'étiquette - contrôle le décalage X des étiquettes en unités d'écran.

• Y-Offset for label - contrôle le décalage y des étiquettes en unités d'écran.

• Couleur du halo - contrôle la couleur du halo autour de chaque lettre. La valeur par défaut est le blanc.

• Taille du halo - la largeur en pixels du halo autour de chaque lettre. La valeur par défaut est zéro - pas de halo.

Symbologie (activée uniquement si Show Facility Layer est coché)

Cet onglet définit la symbologie des emplacements des installations. Pour l'utiliser, configurez un code de symbole (ex. BIEN DE SURVEILLANCE) et un symbole pour chaque type d'emplacement et cliquez sur "add symbol" pour ajouter la définition de symbologie. Les champs de ce formulaire changent en fonction du type de symbole. Lisez ici pour une illustration sur la façon d'utiliser la symbologie pour montrer un sous-ensemble d'emplacements pour l'installation sélectionnée.

• Colonne de définition - à utiliser pour la définition du type.

• Code de symbole - ex. BIEN SURVEILLER. Ce champ est sensible à la casse et doit être renseigné en conséquence. Par exemple, pour ajouter la colonne de définition : loc_type, le code de symbole : est MONITORING WELL (pas Monitoring Well) si DT_LOCATION.LOC_TYPE = MONITORING WELL.

• Type de symbole - soit un symbole de marqueur simple, un symbole de marqueur de texte ou un symbole de marqueur d'image.

• Style (symbole de marqueur simple ou symbole de marqueur de texte) - cercle, carré, losange, croix, x pour symbole de marqueur simple. Italique ou oblique pour le symbole de marqueur de texte.

• Taille (tous types) - taille du symbole.

• Couleur (symbole de marqueur simple et symbole de marqueur de texte) - couleur du symbole ou du texte.

• Police (symbole de marqueur de texte) - police du symbole de marqueur de texte.

• Texte (symbole de marqueur de texte) - texte ou caractère unique pour le symbole.

• Variante (symbole de marqueur de texte) - variante de texte. Normales ou petites majuscules.

• Poids (symbole du marqueur de texte) - normal, plus léger, plus gras, plus gras.

• URL de l'image (symbole du marqueur d'image) - URL vers l'image, peut être relative à la racine de l'application.

• Largeur (symbole de marqueur d'image) - largeur de l'image.

• Hauteur (symbole du marqueur d'image) - hauteur de l'image.

Cet onglet définit l'étendue par défaut du widget. Les options sont :

• Application Default - fait référence à la valeur définie dans ST_CONFIG.

• Installation sélectionnée - fait référence à l'étendue définie ou calculée de l'installation configurée dans l'onglet Général.

• Toute couche ajoutée - répertoriée par nom de couche.

Cet onglet contrôle la disponibilité de l'histogramme dans le widget Web Map. Pour afficher l'histogramme, cliquez sur le bouton "Histogramme" sur la surface du widget. Un seul histogramme sera visible par tableau de bord, même si plusieurs widgets compatibles avec les histogrammes sont présents. Il s'agit d'une limitation ESRI.

• Activer l'histogramme - active le contrôle de l'histogramme

• Intervalle de temps - définit l'intervalle de temps à utiliser pour le contrôle de l'histogramme

• Champ d'heure - définit le champ de rapport à utiliser pour les informations d'heure. Il est possible de saisir un nom de champ personnalisé dans un champ à droite de la liste déroulante.

• Liste des rapports - L'histogramme n'est disponible pour le moment que pour les couches de rapport EQuIS, et pour qu'il fonctionne correctement, au moins une couche de rapport doit être configurée dans le widget et elle doit être sélectionnée pour être utilisée pour le histogramme. Sélectionnez une couche en cochant la case à côté de celle-ci.


Voir la vidéo: Marker - Rendu marqueur automobile (Octobre 2021).