Suite

Définir l'encodage lors de l'utilisation d'ogr2ogr pour exporter de la base de données Oracle vers la table MapInfo ?


J'essaie d'automatiser l'exportation de données spatiales à partir de une base de données oracle à mapinfo .tab fichiers. En utilisant ce fil, j'ai fait mon script. Cependant, je ne vois pas comment régler l'encodage correctement.

Mes données ont latin1 codage. Mais ce n'est pas le cas dans le fichier de sortie. Je reçois des avertissements concernant les caractères invalides lors de l'exécution du script et les caractères locaux comme æøå ne sont pas intacts dans la sortie.

C'est mon code :

REM Tentative infructueuse de modification de l'encodage : SET PGCLIENTENCODING = LATIN1 SET OGR_FORCE_ASCII = NO C:OSGeo4Winogr2ogr.exe -f "MapInfo File" C:OUTPUTPATH	est.TAB OCI :"/@(DESCRIPTION = (ADDRESS_LIST = (ADRESSE = (PROTOCOLE = TCP)(HOST = )(PORT = )))(CONNECT_DATA = (SID =))):

Le pilote OGR pour Oracle (pilote OCI) accède à la base de données comme n'importe quel autre client, et son comportement concernant le jeu de caractères est donc le même que pour tout autre client.

En particulier, le jeu de caractères dans lequel la base de données enverra les chaînes au client (ici ogr2ogr via son plugin OCI) est influencé par le paramétrage de la variable d'environnement NLS_LANG. Sous Windows, cette variable (comme les autres) est dans le registre. Il se peut que cette variable soit mal configurée dans votre environnement, ou peut-être qu'elle manque complètement si vous utilisez le "client léger" Oracle léger.

Les caractères locaux comme æøå ne sont pas intacts dans la sortie.

Voulez-vous dire qu'ils sortent comme "?" personnages ? Si tel est le cas, cela signifie probablement que vous n'avez pas défini de NLS_LANG, et donc la bibliothèque cliente applique la valeur par défaut de US7ASCII (qui est incapable de coder ces caractères).

Confirmez d'abord que votre base de données est correctement configurée avec le bon jeu de caractères. Que montre la suivante ?

SQL> sélectionnez la valeur dans nls_database_parameters où parameter="NLS_CHARACTERSET" ;

Si votre base de données est sous Windows et que vous l'avez configurée pour ISOLatin1, vous devriez obtenir quelque chose comme WE8MSWIN1252. Si c'est sur Unix/Linux (également ISOLatin1) alors vous devriez voir WE8ISO8859P1.

Essayez ce qui suit : avant d'exécuter ogr2ogr, définissez les éléments suivants :

SET NLS_LANG=AMERICAN_AMERICA.WE8MSWIN1252

Cela garantira que le plugin OCI récupère les chaînes dans ISOlatin1. Et vous ne pouvez alors qu'espérer que ogr proprement dit ne joue aucun tour avec ces chaînes et les transmet au plugin Mapinfo (en espérant aussi que cela les laisse également passer sans mélange).

PGCLIENTENCODING n'a évidemment aucun effet : c'est uniquement pour PostgreSQL

OGR_FORCE_ASCII est également préférable d'omettre : selon la doc, il remplacera tous les caractères non-ASCII7 par "?" - précisément ce que vous ne voulez pas. Mais là encore, cela ne s'applique qu'aux formats XML et dérivés - pas votre cas en tout cas.


Cela fonctionne pour moi (pour Windows):

SET NLS_LANG=.CL8MSWIN1251 ogr2ogr [… ]

Formats de données pris en charge¶

QGIS utilise la bibliothèque OGR pour lire et écrire des formats de données vectorielles, notamment ESRI Shapefiles, MapInfo, les formats de fichiers Microstation et bien d'autres. La prise en charge des vecteurs GRASS, PostGIS, MSSQL Spatial et Oracle Spatial est fournie par les fournisseurs de données QGIS natifs. Les données vectorielles peuvent également être chargées en mode lecture à partir des archives zip et gzip dans QGIS. A la date de ce document, 69 formats vectoriels sont supportés par la librairie OGR (voir OGR-SOFTWARE-SUITE Littérature et références Web). La liste complète des formats de données vectorielles pris en charge par la bibliothèque OGR (voir OGR-SOFTWARE-SUITE Littérature et références Web) est disponible sur http://www.gdal.org/ogr/ogr_formats.html.

Tous les formats répertoriés peuvent ne pas fonctionner dans QGIS pour diverses raisons. Par exemple, certains nécessitent des bibliothèques commerciales externes ou l'installation GDAL/OGR de votre système d'exploitation n'a pas été conçue pour prendre en charge le format que vous souhaitez utiliser. Seuls les formats bien testés apparaîtront dans la liste des types de fichiers lors du chargement d'un vecteur dans QGIS. D'autres formats non testés peuvent être chargés en sélectionnant *.* .

Le travail avec les données vectorielles GRASS est décrit dans la section Intégration SIG GRASS.

Cette section décrit comment travailler avec plusieurs formats courants : ESRI Shapefiles, couches PostGIS, couches SpatiaLite, vecteurs OpenStreetMap, etc. De nombreuses fonctionnalités disponibles dans QGIS fonctionnent de la même manière, quelle que soit la source de données vectorielles. C'est par conception et comprend les fonctions d'identification, de sélection, d'étiquetage et d'attributs.


Formats d'importation, d'exportation et d'accès direct

Le tableau suivant n'est qu'un résumé des formats de données.

Pour obtenir des instructions spécifiques sur l'importation de données dans des ensembles de données INTREPID, consultez Importation dans des ensembles de données INTREPID (T05).

Pour des instructions spécifiques sur l'exportation de données à partir d'ensembles de données INTREPID, consultez Exportation à partir d'ensembles de données INTREPID (T07).

Pour des instructions spécifiques sur l'accès aux ensembles de données INTREPID par d'autres progiciels, voir « Accès aux ensembles de données et outils INTREPID à l'aide d'autres logiciels » dans Configuration et utilisation d'INTREPID (R04)

Pour des instructions spécifiques sur l'accès direct d'INTREPID à d'autres formats de données, voir « Accès aux données créées par d'autres logiciels » dans Configuration et utilisation d'INTREPID (R04).

À propos du tableau des formats

Le tableau ci-dessous contient les informations suivantes, si disponibles, sur chaque format de données auquel INTREPID peut accéder, importer ou exporter :

  • Nom du format
  • Brève description
  • Lien vers les informations générales sur le format
  • Extensions de nom de fichier utilisées
  • Compatibilités des fichiers INTREPID : importation et exportation, sélectionnées dans cette liste :
  • Importer:
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de polygones INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • Si vous devez importer à partir de ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.
  • Exportation:
  • INTREPID peut enregistrer directement des jeux de données vectorielles dans ce format.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.
  • L'assistant de détection des contours à plusieurs échelles exporte vers ce format.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Tableau des formats d'accès direct, d'import et d'export

Le tableau suivant contient une liste de formats de données que vous pouvez utiliser avec INTREPID : .

Le format de bande ARGUS est une norme d'échange de données géophysiques développée depuis de nombreuses années par AGSO. Le système ARGUS a maintenant été remplacé par INTREPID, mais le format de bande est toujours utilisé. Le fichier BMRStandardChannels dans le Le répertoire /config contient les spécifications de champ pour ce format.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format Binary Argus est actuellement utilisé par AGSO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Le format AGSO Binary Basos est un ancien format qui n'est actuellement pas utilisé par AGSO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Le format AGSO RAF est un format d'archive compressé qui est généralement interne à AGSO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.
Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des jeux de données vectorielles dans ce format.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.
  • L'assistant de détection des contours à plusieurs échelles exporte vers ce format.

Le format des colonnes ASCII est destiné aux fichiers texte de longueur de champ délimitée ou fixe.

Pour l'importation, les fichiers DDF (Data Description Format) contiennent des spécifications de champ pour le fichier d'importation. Voir Le format INTREPID DDF (R08) pour plus de détails.

Pour l'exportation, les fichiers de spécifications d'exportation contiennent des spécifications de champ pour le fichier texte d'exportation résultant.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de polygones INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.
  • L'assistant de détection des contours à plusieurs échelles exporte vers ce format.

ASCII XYZ est un format pour les données de ligne de cheminement. Il se compose de lignes de texte (enregistrements). Les données d'une ligne de cheminement se composent d'un enregistrement d'en-tête avec le numéro de ligne, suivi d'enregistrements au format libre X, Y, Z. Les données de la ligne de cheminement se terminent par un enregistrement vide. Ce format est compatible avec les fichiers Geosoft XYZ.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Format d'échange de dessins AutoCAD. Nous l'utilisons pour décrire une surface triangulée.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Les fichiers d'exportation ECS GPCBASE ont des coordonnées X, Y, un champ de numéro de ligne et un champ de signal. INTREPID utilise des alias pour identifier X, Y et le numéro de ligne, et vous demande le champ de signal.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Échange de données informatisé (pour la magnétotellurique)

Utilisation pour la magnétotellurique. Les composants incluent des tenseurs 2D.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format Shapefile de l'Environmental Systems Research Institute (ESRI) stocke la géométrie non topologique et les informations attributaires des entités spatiales d'un jeu de données.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de polygones INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des jeux de données vectorielles dans ce format.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.
Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de polygones INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.

Logiciel de géosolutions. Les fichiers peuvent être de type ligne ou de type point.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format. (jeu de données de ligne uniquement)

Format GoCAD décrivant un ensemble de points connectés d'une manière ou d'une autre.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format GoCAD PLine décrit une courbe

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format GoCAD TSurf décrit une surface

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Les fichiers de l'instrument radiométrique Exploranium GR 820 ont un format binaire. INTREPID peut importer des blocs de données binaires GR 820 dans un format de jeu de données vectorielles prédéterminé. Les blocs de données binaires peuvent être seuls dans un fichier ou intégrés dans un fichier de colonnes ASCII.

Si vos fichiers GR 820 contiennent des informations supplémentaires, contactez notre service d'assistance technique pour obtenir de l'aide sur la personnalisation du processus d'importation.

Voir « Importation Exploranium GR820 » dans Le format INTREPID DDF (R08) pour plus d'informations sur l'importation de données GR820 intégrées dans des fichiers de colonnes ASCII.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Hierarchical Data Format (HDF) est un ensemble de formats de fichiers (HDF4, HDF5) conçus pour stocker et organiser de grandes quantités de données. Développé à l'origine au National Center for Supercomputing Applications, il est soutenu par The HDF Group, une société à but non lucratif dont la mission est d'assurer le développement continu des technologies HDF5 et l'accessibilité continue des données stockées dans HDF.

Disponible depuis INTREPID Version 6

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Keyhole Markup Language (KML) est une notation XML permettant d'exprimer des annotations et des visualisations géographiques dans des cartes Internet bidimensionnelles et des navigateurs terrestres tridimensionnels.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

MapInfo Interchange Format est un format de fichier d'exportation de cartes et de bases de données du produit logiciel MapInfo.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • INTREPID peut exporter dans ce format.
  • L'assistant de détection des contours à plusieurs échelles exporte vers ce format.

La mousse est un format de polygone souvent utilisé au gouvernement pour les limites des concessions minières et de prospection. Il est similaire au format Geosoft XYZ.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

NetCDF est un format de données auto-descriptif qui convient à l'échange de données entre des progiciels indépendants. NetCDF est également parfois utilisé comme format d'archivage de données. Vous pouvez obtenir des informations et du code pour implémenter ce format sur Internet. Aspect XYZ.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de points INTREPID.
  • Importe dans un jeu de données de polygones INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des jeux de données vectorielles dans ce format.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.

Les bases de données relationnelles Oracle sont au format défini par Oracle Corporation

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • INTREPID peut enregistrer directement des jeux de données vectorielles dans ce format.

PicoDAS est un système de données d'acquisition d'aéronefs utilisé par les entrepreneurs. Il peut être utilisé pour les données radiométriques et magnétiques.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Pico Envirotec fabrique des systèmes d'acquisition de données.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

SEGY est un format de ligne sismique utilisé par l'industrie pétrolière. Contactez notre service d'assistance technique pour plus d'informations sur ce format si nécessaire.

Le format de ligne sismique SEG-Y est l'une des nombreuses normes développées par la Society of Exploration Geophysicists (SEG) pour le stockage des données géophysiques. Il a été développé à l'origine pour stocker des données sismiques.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données vectorielles (ligne, point ou polygone selon le cas).
  • Importe dans un jeu de données de ligne INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.

VoxelGeo est une boîte à outils pour l'interprétation du volume des voxels.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Langage de balisage de réalité virtuelle

Extension de nom de fichier : *.wrl , *.wrz

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format d'échange de grille ASCII AGSO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format d'échange de grille binaire AGSO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.
Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Les grilles ARC/INFO et INTREPID ont le même format. Pour générer des informations d'en-tête INTREPID, importez une grille ARC/INFO en tant qu'image binaire. INTREPID peut générer un fichier d'en-tête ARC/INFO pour n'importe quel jeu de données de grille afin que ARC/INFO puisse y accéder. Pour les données réelles (4 octets), nous vous suggérons d'exporter les données sous forme d'image ASCII, puis de les importer dans ARC/INFO. Contactez notre service d'assistance pour plus d'informations.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Un fichier image ASCII se compose d'une séquence de nombres en texte ASCII (éventuellement séparés par des espaces). Chaque nombre représente la valeur d'une cellule de la grille. Les grilles exportées dans ce format peuvent être importées en tant que grilles ASCII vers ARC/INFO.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format d'image ASCII XYZ a des valeurs X, Y et Z pour chaque cellule de la grille. Les données sont stockées en lignes d'ouest en est.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

ASEG GXF (Geophysics Exchange Format) est un format ASCII compressé avec des mots-clés d'en-tête suivis des données. Il est originaire du Canada et est utilisé pour l'échange de grille entre les progiciels.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Bande entrelacée par format de ligne

Une image est un type de données spatiales basées sur des lignes et des colonnes, où une seule information est stockée dans chaque pixel (ou cellule de grille). Un fichier image « BIL » (.bil), qui signifie « bande entrelacée par ligne », est un fichier non compressé contenant les valeurs réelles des pixels d'une image. ( https://sedac.uservoice.com/knowledgebase/articles/41626-what-is-a-bil-image-file-format )

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format d'image binaire utilise une séquence de nombres codés binaires, chaque valeur représentant une cellule de la grille. Ce format est indépendant du logiciel et n'utilise pas de fichier d'en-tête.

Vous pouvez importer des grilles d'octets et d'entiers (2 octets) ARC/INFO et ERDAS Imagine en tant qu'images binaires.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Le format CGAL est un format de maillage non structuré avec des polylignes attribuées. Il n'est actuellement disponible qu'en 3D GeoModeller. Un visualiseur gratuit disponible chez CGAL

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Systèmes de données océanographiques distribuées (DODS)

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Vous pouvez également accéder à ces données via JetStream . Voir Open Data Access Protocol et JetStream (R17)

Algorithme de cartographie des ressources terrestres

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Cartographie des ressources terrestres ECW

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Grilles 3D Eclipse (Schlumberger) (GRDECL)

ECLIPSE est un logiciel Schlumberger pour la simulation de réservoir.

Extension de nom de fichier : *.GRDECL (fichiers au format ASCII de grille Eclipse)

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Un fichier image Encom est un fichier binaire composé d'un en-tête de 240 octets suivi des valeurs de la grille en lignes à partir d'une origine de départ dans le coin inférieur gauche.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

ERDAS IMAGINE (grilles d'octets et d'entiers (2 octets))

Les grilles ERDAS IMAGINE et INTREPID ont le même format. Pour générer des informations d'en-tête INTREPID, importez une grille ERDAS IMAGINE en tant qu'image binaire. INTREPID peut générer un fichier d'en-tête ERDAS IMAGINE pour n'importe quel ensemble de données de grille afin qu'ERDAS IMAGINE puisse y accéder. Contactez notre service d'assistance pour plus d'informations.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Les formats de grille ERMapper et INTREPID sont identiques. INTREPID maintient automatiquement les fichiers d'en-tête ERMapper avec tous les ensembles de données de grille. ERMapper et INTREPID peuvent s'accéder l'un à l'autre

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.
Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Geosoft GRD est un format de grille Windows. INTREPID peut distinguer automatiquement le format MS–DOS du format GIPSI (Linux)

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.
Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.

GIPSI GRD est un format de grille Linux. Les fichiers de grille GIPSI contiennent des données binaires avec un en-tête de 512 octets suivis des données de grille. INTREPID peut automatiquement distinguer les les fenêtres format (voir ci-dessus) du format GIPSI (Linux).

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Les données du logiciel GEOPAK ont ce format.

Extension de nom de fichier : *.gpk —Fichier de base de données de géométrie coordonnée GEOPAK

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Format de grille stratigraphique GoCAD

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Format GoCDAD décrivant les données dans un espace en 3 dimensions

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Fichier d'échange de grille Geosoft

Extension de nom de fichier : *.gxf , *.gasc

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Les données du logiciel Geosolutions ont ce format.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Extension de nom de fichier : *.jpg , *.jpeg

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Le format Indigo Mesh (IGMesh) permet de stocker des grilles irrégulières

Extension de nom de fichier : *.igmesh

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
Compatibilité des fichiers avec INTREPID

NetCDF est un format de données auto-descriptif qui convient à l'échange de données entre des progiciels indépendants. NetCDF est également parfois utilisé comme format d'archivage de données. Vous pouvez obtenir des informations et du code pour implémenter ce format sur Internet.

Extension de nom de fichier : *.nc , *.cdf

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • INTREPID peut enregistrer directement des ensembles de données de grille dans ce format.

Ce format de grille développé par un associé d'Intrepid Geophysics, peut contenir des données scalaires ou tensorielles. Il n'est pas nécessaire que toutes les cellules contiennent des données.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Extension de nom de fichier : *.tif , *.tiff

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • Si vous avez besoin d'exporter vers ce format, veuillez contacter notre service d'assistance.

Le United States Geological Survey (USGS) fournit des images de télédétection dans une variété de formats

Extension de nom de fichier : *.dem , *.sdts

Compatibilité des fichiers avec INTREPID

Zmap est un format de grille sismique standard de l'industrie pétrolière contenant des données ASCII.

Compatibilité des fichiers avec INTREPID
  • S'ouvre directement dans INTREPID en tant que jeu de données de grille.
  • Importe dans un jeu de données de grille INTREPID.
  • INTREPID peut exporter dans ce format.

Comment vérifier si INTREPID peut accéder à un jeu de données

Le moyen le plus rapide de vérifier la prise en charge d'Intrepid IO est d'utiliser le gestionnaire de projet et de parcourir les métadonnées, les statistiques, l'histogramme et la vignette des vignettes. Si toutes ces vues fonctionnent correctement, cela signifie que le support INTREPID est en place dans tous les outils.


Information géographique – Métadonnées (iso19115-3.2018)¶

L'objectif de l'ISO 19115 est de fournir un modèle pour décrire des informations ou des ressources qui peuvent avoir des étendues géographiques. La présente partie de l'ISO 19115 est destinée à être utilisée par les analystes de systèmes d'information, les planificateurs de programmes et les développeurs de systèmes d'information, ainsi que par d'autres afin de définir les principes et exigences de base pour une description normalisée des ressources d'information. La présente partie de l'ISO 19115 définit les éléments de métadonnées, leurs propriétés et les relations entre les éléments, et établit un ensemble commun de terminologie, de définitions et de procédures d'extension des métadonnées.

Bien que l'objectif principal de la présente partie de l'ISO 19115 soit de décrire des informations numériques qui ont une étendue géographique, elle peut être utilisée pour décrire tous les types de ressources, y compris les documents textuels, les initiatives, les logiciels, les capteurs, les informations non géographiques, les spécifications de produits et les référentiels. , c'est-à-dire qu'il peut être utilisé pour décrire des ressources d'information qui n'ont pas d'étendue géographique. Certains domaines ont leurs propres normes de métadonnées, comme le Dublin Core pour les bibliothèques. Si nécessaire, ces normes et cette partie de l'ISO 19115 pourraient être profilées pour créer un schéma communautaire.

Ce schéma comprend également :

Décrire les données d'imagerie (couvertes par ISO19115-2)

Intégrer le modèle de données (catalogue de fonctionnalités) dans l'enregistrement de l'ensemble de données (couvert par ISO19110)

Qualité des données décrite à l'aide d'ISO19157

Cette norme est maintenue sur https://github.com/metadata101/iso19115-3.2018 et est disponible par défaut dans GeoNetwork 3.8+. Le TC211 maintient le XSD pour cette norme sur https://github.com/ISO-TC211/XML.

Exemple de catalogues utilisant cette norme :

Metawal - Catalogue pour l'information géographique de Wallonie utilise ISO19115-3 comme norme par défaut pour toutes les notices. Les principaux avantages sont : les catégorisations des documents connexes (par exemple, les sources en ligne, les rapports DQ, les styles SIG, les modèles de données), une meilleure description de l'organisation / des parties et des rôles, restent conformes à la directive INSPIRE en se convertissant à ISO19139 via CSW.

Sextant - Checkpoints utilise ISO19115-3 pour la description de la qualité des données des spécifications / produits et des données en amont.


Le gestionnaire de connectivité de données

Le gestionnaire de connectivité de données est un outil qui permet aux utilisateurs de se connecter à des sources de données locales ou distantes, de récupérer des données, de fusionner les données et de stocker les données fusionnées. Cet article explique comment exécuter le Gestionnaire de connectivité de données et utiliser son interface utilisateur graphique (GUI) prête à l'emploi.

Démarrage du gestionnaire de connectivité de données

Avant de pouvoir travailler avec Data Connectivity Manager, vous devez d'abord :

Décompressez les fichiers de distribution LuciadFusion LuciadFusion_*.zip à l'emplacement de votre choix.

Pour décompresser les deux fichiers et installer le fichier de licence en même temps, double-cliquez sur le fichier install.jar et démarrez une installation automatisée. Une fenêtre de lancement LuciadFusion s'ouvre à la fin du processus d'installation. Si vous utilisez l'installation automatisée, vous pouvez ignorer l'étape suivante.

Le résultat est un dossier avec LuciadFusion et le numéro de version LuciadFusion dans son nom, et un certain nombre de sous-dossiers.

Si vous installez manuellement LuciadFusion, copiez votre fichier de licence LuciadFusion dans le sous-dossier des licences.

Démarrez le serveur de données par défaut. Vous pouvez le démarrer de deux manières :

Depuis le lanceur LuciadFusion ( start.jar ), cliquez sur le bouton Serveur de fusion bouton.

Depuis le répertoire racine de votre installation LuciadFusion, cliquez sur FusionServer.bat (pour Windows) ou FusionServer.sh (pour Linux et MacOS).

Une ligne de commande ou une fenêtre de navigateur s'ouvre et affiche le processus de démarrage. Le serveur est opérationnel lorsque le message Jetty a démarré sur le(s) port(s) 8081 (http/1.1) apparaît.

Démarrez Data Connectivity Manager en cliquant sur Gestionnaire de connectivité de données dans le lanceur LuciadFusion ou en cliquant sur DataConnectivityManager.bat sous Windows ou DataConnectivityManager.sh sous Linux et MacOS à partir du dossier supérieur LuciadFusion.

Le gestionnaire de connectivité de données démarre et la boîte de dialogue de connexion Tile Store s'affiche, comme illustré à la Figure 6, &ldquoLa boîte de dialogue permettant d'ouvrir un Tile Store&rdquo. Saisissez l'Uniform Resource Identifier (URI) du Tile Store auquel Data Connectivity Manager doit se connecter ou sélectionnez-en un dans la liste des favoris stockés. Cliquez sur d'accord pour afficher le gestionnaire de connectivité de données comme dans la figure 3, &ldquoL'interface graphique du gestionnaire de connectivité de données&rdquo.

L'interface graphique est basée sur le composant d'application Luciad&rsquos, et contient les éléments de base suivants :

Le panneau de connectivité des données

Le panneau Propriétés des données

À l'exception de la connectivité des données et du panneau Propriétés des données, tous ces éléments font également partie de l'interface graphique de Lucy. Pour une description complète des éléments partagés avec Lucy et leur utilisation, reportez-vous à la Guide de l'utilisateur de Lucy. Cet article se concentre sur l'utilisation des éléments de l'interface graphique spécifiques à LuciadFusion.

Le panneau de connectivité des données

Le panneau Data Connectivity contient les onglets suivants :

Gérant de magasin de carrelage: pour gérer les ressources

Gestionnaire d'emplois: pour gérer les jobs de fusion

Importateur de données: pour importer des données dans les actifs et les couvertures

Vous pouvez activer ou désactiver ces onglets depuis le menu Outils| La fusion. Les informations et fonctionnalités fournies par chacun de ces onglets sont répertoriées ci-dessous. Un cas d'utilisation typique de Data Connectivity Manager décrit un cas d'utilisation typique de travail avec Data Connectivity Manager.

Le responsable du magasin de carrelage

Le Tile Store Manager vous permet de gérer les Tile Stores, les couvertures, les actifs et les thèmes. Les icônes dans l'en-tête de l'onglet Tile Store Manager offrent les fonctionnalités suivantes :

ajoute un Tile Store, une couverture ou un thème à l'arborescence

actualise une vue Tile Store

valide les modifications apportées à un Tile Store sur le serveur

configure la réplication des données à partir d'un autre Tile Store

supprime une ressource sélectionnée

annule un changement local

ouvre l'onglet avec les métadonnées d'une couverture, d'un actif ou d'un thème sélectionné

crée une couche de carte à partir d'une ressource

démarre les tâches de fusion pour les couvertures sélectionnées

arrête les tâches de fusion pour les couvertures sélectionnées

configure les tâches de fusion pour les couvertures sélectionnées

développe l'arborescence réduite

réduit l'arborescence développée

recherche de ressources spécifiques

Le gestionnaire de travaux

Le gestionnaire de tâches vous permet de gérer les tâches de fusion. Une tâche de fusion est nécessaire lorsque des actifs ont été ajoutés à une couverture et que la couverture a été validée dans le Tile Store. L'onglet Tâches affiche les tâches de fusion qui n'ont pas encore été exécutées. Les icônes dans l'en-tête de l'onglet Job Manager fournissent les fonctionnalités suivantes :

démarre les tâches de fusion sélectionnées. Cliquez sur un ou plusieurs travaux dans la liste pour sélectionner le(s) travail(s).

arrête les travaux de fusion démarrés. Vous pouvez redémarrer le travail arrêté plus tard.

supprime les tâches de fusion sélectionnées.

signale les erreurs fatales ou non fatales qui se sont produites pendant le travail de fusion sélectionné.

L'importateur de données

L'importateur de données vous permet de sélectionner des ensembles de données avec plusieurs fichiers à partir d'une source de données. L'importateur de données est particulièrement utile lors du chargement de fichiers batch ou d'énormes référentiels. Sinon, vous pouvez charger des actifs et créer des couvertures comme décrit dans Chargement de nouvelles données. Les icônes dans l'en-tête de l'onglet Importateur de données offrent les fonctionnalités suivantes :

vous permet de rechercher des données locales ou distantes.

importe les données sélectionnées.

Le panneau Propriétés des données

Les propriétés des données vous permettent d'afficher et de modifier les métadonnées d'une ressource sélectionnée dans la Éditeur de métadonnées.

Voir la section suivante pour une explication des informations et des fonctionnalités fournies par l'éditeur de métadonnées. Un cas d'utilisation typique de Data Connectivity Manager décrit un cas d'utilisation typique de travail avec Data Connectivity Manager.

L'éditeur de métadonnées

L'onglet Éditeur de métadonnées affiche des métadonnées sur une couverture, une ressource ou un thème actuellement sélectionné dans l'onglet Gestionnaire de magasin de tuiles. Gardez à l'esprit qu'un actif fait référence aux données source d'origine et à la couverture des données fusionnées.

Les modifications que vous apportez dans l'éditeur sont automatiquement appliquées aux métadonnées. Les modifications ne sont cependant stockées que localement, vous devez donc les valider dans le Tile Store. Utilisez le comme décrit dans Validation des modifications dans le Tile Store. Si nécessaire, vous pouvez également annuler vos modifications avec le action.

Une fois que vous avez validé les modifications d'une ressource, vous ne pouvez modifier que les valeurs de Nom et Résumé. Modifiez l'une des autres propriétés de métadonnées avant de valider une nouvelle ressource. Voir Modification des couvertures engagées pour plus d'informations sur la modification d'une ressource engagée.

Les icônes dans l'en-tête de l'onglet Éditeur de métadonnées offrent les fonctionnalités suivantes :

rend une couverture conforme à l'OGC WMTS Compatible avec GoogleMaps échelle bien connue. L'action ajustera automatiquement la géoréférencement, le cadre de délimitation, la disposition des tuiles et la taille des tuiles pour correspondre aux valeurs prédéfinies Compatible avec GoogleMaps structure pyramidale en tuiles. Cela permet de publier la couverture fusionnée via un service OGC WMTS.

Éditeur de métadonnées d'actif

L'onglet Éditeur de métadonnées affiche les informations suivantes pour un actif:

identifiant: l'ID LuciadFusion de l'actif. Chaque fois qu'un actif est ajouté à un Tile Store, LuciadFusion lui attribue un identifiant unique. Vous pouvez modifier l'ID donné en entrant une autre valeur dans la zone de texte.

Nom: le nom de l'actif tel que donné par LuciadFusion. Par défaut, il s'agit du nom du fichier sans extension. Vous pouvez modifier le nom en saisissant un autre nom dans la zone de texte.

Abstrait: une brève description de l'actif. Vous pouvez saisir une nouvelle description ou modifier une description donnée en saisissant un nouveau texte dans la zone de texte.

Lieu: l'emplacement source et le nom de fichier de l'actif. For a multi-part asset, the Location box displays the text Multiple locations , and the locations cannot be edited.

Type: the data type of the asset, this can be RASTER, IMAGE, or ELEVATION (height data).

Geo reference: the reference system of the asset. For a description and an overview of the possible reference systems refer to the Lucy User&rsquos Guide.

Bounding box: the geographic area covered by the asset and given in the coordinates of the reference system of the asset.

Clipping shape: the availability for fusion of a more limited area clipped out of the full area covered by an asset. For more information, see Limiting the asset area to be fused.

SLD styling: allows you to select a Symbology Encoding (SE) file with an .sld extension that specifies the desired styling for the asset. The styling will be applied to the coverage asset served to WMS clients. If you define more than one styling by adding more than one SLD file, the WMS client users will be able to choose the styling they prefer for the data.

The term Symbology Encoding, or SE, refers to the description of the feature styling. The term Styled Layer Descriptor, or SLD, refers to the XML schema used to encode the styling descriptions only, but is frequently used interchangeably with SE. To learn more about OGC SE and SLD, and about using them for feature styling, see http://www.opengeospatial.org/standards/se. The LuciadLightspeed developer&rsquos guide also offers information about OGC styling and filtering.

Minimum scale: indicates the minimum scale at which the asset should become visible, when fused to an image coverage. Normally you do not need to change this setting. You should only change it in specific cases where you&rsquore not happy with the default settings and you want to override them manually. It can be used to tweak visibility of multilevel rasters.

Compilation scale: the scale the asset is compiled at, which is a measure for the asset&rsquos data resolution. For raster assets, the compilation scale is derived from the pixel density, which expresses the number of pixels in the unit of the raster&rsquos reference system. The concept of a compilation scale is equivalent to pixel density, but it is more intuitive and independent of any reference system.

Parameters: an optional set of parameters indicating the type of values stored in the raster data. For example, temperature or cloud coverage percentages. Note that this only applies to raster assets.

Sampling mode: the sampling mode of the asset, this can be AREA or POINT. Elevation data is typically point-sampled, image data typically area-sampled. This only applies to raster coverages.

Band selection: select a corresponding color channel for the bands in a multi-band asset. As a result, image coverages will preserve only the selected bands as red, green, or blue color information. In raster coverages, however, all bands will be preserved, along with the color mapping of three of those bands for visualization purposes. For more information, see Fusing multi-band data.

ISO 19115 Metadata: the available features or a list of all features. Select Available features to see only the features for which a value is available. Select All features to see all features, even if no value is available.

Coverage metadata editor

The Metadata Editor tab displays the following information for a coverage:

ID: the LuciadFusion ID of the coverage. LuciadFusion gives the coverage a unique ID if you don&rsquot specify it when creating the coverage.

Nom: the current name of the coverage. You can change the name by entering another name in the text box.

Abstrait: a short description of the coverage. You can enter a new description or change a given description by entering a new text in the text box.

Type: the data type of the coverage. This can be RASTER, IMAGE, or ELEVATION (height data).

Geo reference: the reference system of the coverage. For a description and an overview of the possible reference systems refer to the Lucy User&rsquos Guide.

Bounding box: the geographic area covered by the coverage, given in the coordinates of the reference system of the coverage.

SLD styling: allows you to select a Symbology Encoding (SE) file with an .sld extension that specifies the desired styling for the coverage. The styling will be applied to the coverage served to WMS clients. If you define more than one styling by adding more than one SLD file, the WMS client users will be able to choose the styling they prefer for the data.

Level-0 rows: specifies the tile layout by indicating the number of rows of the least detailed tile level of the coverage.

Level-0 columns: specifies the tile layout of the number of columns of the least detailed tile level of the coverage.

Tile MIME type: identification for the content type of the fused data (the tiles) based on the Multi-Purpose Internet Mail Extensions (MIME) protocol.

Scales: the scales to use for visualizing this coverage. By default, the scales are chosen so that for raster data, a pixel in the coverage data corresponds to a pixel on the screen (no resampling). They are a metadata concept for the (visualization) client, but they are not used to limit the visible range of data when the coverage is fused. Snapping to scales with CTRL-zoom uses these scales to snap to.

Checksum algorithm: the name of the message digest algorithm selected for checksumming the individual tiles in a coverage (optional). Checksums are stored locally with the tiles at the client side, where you can use them for coverage consistency checking if you want to.

Data density: a rendering hint which affects how the coverage is rendered in 3D.

DETAIL hints to load more detailed tiles in the foreground, at the expense of detail towards the horizon. You should use DETAIL for small features such as streets and buildings. OVERVIEW hints to load a more homogeneously detailed set of tiles, at the expense of detail in the foreground. You should use OVERVIEW for large features such as countries.

Tile size: the size of each tile in pixels. This only applies to raster coverages.

Parameters: the parameters for this coverage. It combines the U- and V- components of the wind variable in weather data in a single coverage, and also combines unrelated variables such as temperature and pressure in a coverage. If you are fusing to a RASTER coverage, this concept is replaced with band semantics.

Sampling mode: the sampling mode of the coverage, this can be POINT or AREA. Elevation data is typically point-sampled, image data typically area-sampled. This only applies to raster coverages.

Dimensional filters: when you are fusing multi-dimensional data, you can select the range of preserve for each dimension. The list contains all the possible dimensions and their values provided by the assets. When the coverage type is RASTER, all possible values for all dimensions are selected by default, meaning the coverage will preserve all the multi-dimensional information of the source data. You can multi-select a subset of values to reduce the number of possible combinations. When the coverage type is IMAGE, only a single combination of values can be selected.

Maximum level: the maximum (most-detailed) level of the coverage. For raster coverages, the maximum level is also automatically determined based on the compilation scale of the assets.

ISO 19115 Metadata: the available features or a list of all features. Select Available features to see only the features for which a value is available. Select All features to see all features, even if no value is available.

ECDIS Display Settings: only visible if the coverage contains ECDIS data. The display settings allow you to change the styling of the ECDIS data on the map. For more information about fusing ECDIS data and the ECDIS display settings, see Fusing ECDIS data.


The following element types are supported in reading:

Cell Header (2): used for polygons with holes

Line (3): Line (2 points) geometry.

Line String (4): Multi segment line geometry.

TextNode (7): Container of Text elements.

Curve (11): Approximated as a line geometry.

ComplexString (12): Treated as line string or compound curve.

ComplexShape (14): Treated as polygon or curve polygon.

Ellipse (15): Approximated as a line geometry or a circular string.

Arc (16): Approximated as a line geometry or a circular string.

Text (17): Treated as a point geometry.

B-Spline (21): Treated as a line geometry.

PointString (22): Treated as multi point.

Shared cell reference (35): Treated as point.

Generally speaking any concept of complex objects, and cells as associated components is lost. Each component of a complex object or cell is treated as a independent feature.


What is surveillance?

The word &ldquosurveillance&rdquo has been used by epidemiologists for some considerable length of time, often interchangeably with &ldquomonitoring&rdquo, and it is only recently that serious thought has been given to defining the two words.

Surveillance may be thought of as having a broad definition, in the sense of watching a population closely in order to see if a disease makes an incursion. The object of surveillance is early detection of disease. For the purposes of this manual, a definition of surveillance could then be given as:

&ldquoAll regular activities aimed at ascertaining the health status of a given population with the aim of early detection and control of animal diseases of importance to national economies, food security and trade&rdquo.

Monitoring, on the other hand is a more specific activity/ies that will follow as part of an early reaction should surveillance activities indicate introduction of disease. It will focus more specifically on the identified disease in order to ascertain changes in prevalence level, rate and direction of spread. Monitoring can thus be defined as:

&ldquoAll activities aimed at detecting changes in the epidemiological parameters of a specified disease&rdquo.

It should be pointed out that many of the techniques used to implement monitoring can be used in surveillance, and vice versa - and in fact, in practice, the distinction between the two often becomes blurred. As this is a practical book, the blurring will be noticeable in the text that follows. Readers will find much that is value in these pages, no matter whether they are anxiously waiting for a disease that they hope will never appear, or nervously following the progress of a disease they wish hadn't broken out. The distinction is more in the objectives than in the techniques applied.

Surveillance efforts, although as all-encompassing as possible are by their nature, are often not planned to be aiming at a particular confidence level in their execution, whereas monitoring is usually mathematically planned and aims to follow disease dynamics with a certain measure of precision. Readers should be aware that doors are open for bias and error in both monitoring and surveillance, and should consult reputable textbooks on epidemiology to ascertain sources of error and bias, and how these are best counteracted. Mention will be made of many of the pitfalls of the different activities in the text. As mentioned earlier, this is a practical &ldquohow to&rdquo manual on information gathering and management, and the reader will want to make use of other texts for a fuller background on many of the concepts introduced here.


Graphical information organizers

  • 3DT — 3D Topicscape The database in which the meta-data of a 3D Topicscape is held. A 3D Topicscape is a form of 3D concept map (like a 3D mind-map) used to organize ideas, information and computer files.
  • ATY — 3D Topicscape file, produced when an association type is exported by 3D Topicscape. Used to permit round-trip (export Topicscape, change files and folders as desired, re-import them to 3D Topicscape). – Linear Reference System. — 3D Topicscape file, produced when a fileless occurrence in 3D Topicscape is exported to Windows. Used to permit round-trip (export Topicscape, change files and folders as desired, re-import them to 3D Topicscape).
  • MGMF — MindGenius Mind Mapping Software file format.
  • MM — FreeMind mind map file (XML). — Mind Manager mind map file. — 3D Topicscape file, produced when an inter-Topicscape topic link file is exported to Windows. Used to permit round-trip (export Topicscape, change files and folders as desired, re-import them to 3D Topicscape).

Saving or Exporting

Manifold users have a variety of options to save or to export data from their projects:

  • Save entire project - Use File - Save or File - Save as to save the entire project using native Manifold .map format.  Results in hyper-fast .map project files that open instantly and which can be nested within multiple levels of linked, data sources with no loss of performance.
  • Export entire project to an archive - Use File - Export Project to save the entire project into a Manifold .mxb archival, compressed format.   Takes longer to create and then longer to open, but usually much smaller than a .map file.   A great format for archival storage and for sharing project files across Internet.
  • Automatic update of linked data source - When a data source is linked into a project and it is read/write, any changes made within that data source are automatically saved and updated within that data source, automatically when they are made in the case of most databases and when the project is saved in case of some cached data sources.    There is no need to "export" in such cases because all changes are live and are saved within the external data source as they happen.
  • Copy / Paste between Manifold sessions - To copy one or more components from one Manifold project into another, we can simply open both projects in two different Manifold sessions and then copy and paste between them.  We can copy an entire folder hierarchy of components from one project and paste it into another project.
  • Copy / Paste into linked data sources - To "export" data from a Manifold project into a database like Oracle or PostgreSQL, we simply link the database into our project as a data source.  We can then Copy the table or other component in the Project and then Paste it into the data source.    We can also copy and paste between different data sources.   For example, if we want to copy a table from an Oracle database and put it into a PostgreSQL database, we link both databases into our project and then we copy the table from the Oracle data source and paste it into the PostgreSQL data source.
  • Export to a file - If the component to be exported is open in a window, we click on the window to ensure the focus is on that window or layer and then we choose File - Export .   We can export directly from the Project pane by right-clicking on the component and choosing Export .   This works for exporting from data sources as well.  Navigate into the data source hierarchy to the item desired, right-click on the item to be exported and choose Export .

General configuration¶

MapServer services are configured through the use of Mapfile templates (*.map). You can use a single Mapfile to configure a service, or you can use a master file that includes other files. The benefits of using multiple files include ease of maintenance across multiple similar services, and readability. Here we will use multiple files to show how the various parts of a MapServer (OGC) service need to be configured. You can configure multiple service types through a single configuration, if desired.

The start of a Mapfile begins with a CARTE statement and ends with an END statement

Comments are shown by lines beginning with a # signer

The order of statements in the Mapfile doesn't matter, here we tend to group alphabetically for readability.

For further details on Mapfile configuration options available see http://mapserver.org/mapfile/map.html

Le WEB section of the Mapfile (extract shown below) sets general information for your web service including a general description, contact information, etc.

In any METADATA section instead of the "WMS_" prefix you may use "OWS_" prefix. The "OWS_" prefix is used by WMS, WFS, WCS, GML, and other services, so you only have to specify that metadata type once. If you have "OWS_ABSTRACT" and "WMS_ABSTRACT", the "OWS_ABSTRACT" will be used by any WFS / WCS service whilst the "WMS_ABSTRACT" will be used by the WMS.

You may use the "WMS_ONLINERESOURCE" (and "OWS_ONLINERESOURCE" etc) metadata sections to change the service endpoint for your service. For example, you can do this to force users (clients) to always use the IP version of your service rather than the server name (or vice versa), or to force them to always use the cgi-bin version rather than the fcgi-bin version (or vice versa), or to get them to use a different server. That is, you can have an initial GetCapabilities response document that itself advertises a different service endpoint for the subsequent GetMap requests. There are several reasons why you might want to do this one such reason is when you have an existing service that has multiple layers only some of some of which are conformant to OneGeology and in which the service metadata doesn't otherwise conform to the OneGeology WMS profile. In such an example, you can set up a service that has a GetCapabilities document that is conformant to the OneGeology WMS profile and which advertises only some of the layers of the other service through the use of the "WMS_ONLINERESOURCE" metadata.

The SRS specifies the coordinate system (spatial reference system) that the WMS can serve data in. These are commonly specified using EPSG codes and must include EPSG:4326 so that all services have at least one coordinate system in common. We would like if you could specify the Spherical Mercator projection (EPSG:3857) to allow your service to be used in Google Maps. You may specify other systems that are appropriate for your region if you wish for example we would expect most European services to support either (or both of) EPSG:4258 and EPSG:3034 to ensure compliance with INSPIRE coordinate system requirements.

Adding alternate character set support¶

If you are serving a non-English language service, you may need or want to change the font and character sets.

To specify a font set you need to use the FONTSET keyword which references a file that contains the mappings from the font name aliases, which you will use in your Mapfile, to the actual font file names on your computer. See the MAP section above for an example of referencing a fontset file (fontset.lst)

You only need one font specified in your Mapfile but you may list as many as you like in your fontset file.

The below example shows how you could modify the LABEL section of the LEGEND, to allow you to display Chinese characters.

The important parts to note in the above example are:

  • TYPE truetype (the default is TYPE bitmap)
  • FONT "msgothic" (the font alias we set up in our fontset.lst file)
  • SIZE 8 (size should be specified in points, you can’t use words like “small” or “medium” which you do with bitmap fonts.)
  • ENCODING "UTF-8" (You must also save your Mapfile in this character set encoding).

Creating your own symbology¶

symbols.sym, is a set of defined symbols that can be used to style your map layers.

Example include files¶

Debugging common errors¶

This section is added to help you debug common errors in your Mapfile.

Symbol definition error¶

getString(): Symbol definition error. Parsing error near (matching text):(line line-number)

This error may occur when your layer classes have a name which includes an apostrophe or other quotation mark that matches the quotation marks used to delimit the CLASS name. For example if your class name is delimited using single quotes such as below and your class name includes a word with a single quote (d'Irma), you will get this error.

You can correct the error by swapping the file name delimiters to double quotes (as below), in the CLASS name causing the problem you don’t need to change all the delimiters in all the CLASS names in the Mapfile, just the one(s) with the problem.

Unknown identifier¶

loadLayer(): Unknown identifier. Parsing error near (matching text):(line line-number)

This error can occur when you are missing an enclosing KEYWORD in the Mapfile. For example in the below example, the CLASS keyword has been commented out, leaving the STYLE section uncommented STYLE is now found in an unexpected position in the Mapfile, resulting in an error.

Missing magic string¶

When running a GetFeatureInfo request with the info_format set as text/html, you will get an error like the below, if you do not include a magic string in each of your HTML template documents.

Content-type: text/xml isValidTemplate(): Web application error. Missing magic string, template-file doesn’t look like a MapServer template.

You need to add <!-- MapServer Template --> to the top of ALL templates.

Example the exemplar template query_footer.html is:

The recently updated exemplar service kits include this NEW requirement, but those updating from older services might miss this.

Connecting to a database¶

If your data is stored in a database you can access it by setting the CONNECTION and CONNECTIONTYPE directives (to specify the connection) and the DATA directive (to specify the data you want to retrieve or query). These directives are put in the LAYER section of your map file.

The below example shows a typical connection to a PostgreSQL/PostGIS database. Such a connection might be shared across several layers in your service.

The below two examples show the types of query that you might want to do to provide your layer. The first example is a query to retrieve some data from a table based on an attribute value. The second example is a more straight forward query that you might use when you want to retrieve all the data from a table.

If your MapServer software has been compiled to include Oracle Spatial then you can connect and query the database like in the below example.

If you have your data in a file geodatabase, then similarly you could connect like below. Note you may also need to set the CONFIG "PGEO_DRIVER_TEMPLATE" and CONFIG "OGR_SKIP" directives in the MAP section of the map file, as shown in the General map configuration section.

For more details on connecting to a database see the MapServer Data Input pages

We provide two exemplar MapServer services, the first is based on a simple raster file, and is used to illustrate a basic WMS, the second uses a vector datasource (shapefiles) to illustrate how to configure a more advanced WMS (and may also be used for a Simple Feature WFS).

Raster image data exemplar (LAYER configuration)¶

An example of adding a PNG layer is included in the BGS_Bedrock_Raster_Map application. The LAYER section is reproduced below for reference. This data was simply created as a raster from the bedrock shapefile for the purposes of serving as an example. In this case we won’t be setting up a response to GetFeatureInfo request we are just returning a coloured map. There is more detailed documentation , in particular as regards efficient serving of large images, using 8-bit vs. 24-bit images, tiling etc.

Example extract from Mapfile below:

Vector data exemplar (LAYER configuration)¶

The example file includes the following shapefile based layers:

  • UK bedrock geology classified by lithology, lithostratigraphy, and age
  • UK superficial geology classified by lithology and lithostratigraphy.

These are typical of the sorts of layer expected for OneGeology but you may have slightly different theme layers and slightly different available classification schemes. Please consult with the OneGeology helpdesk if you are uncertain about exactly what layers and classifications to serve.

The fields you will need to edit for each LAYER section are described below. The NAME must be unique for each layer. This is a identifier used by WMS clients to select layers rather than being for human consumption. It is recommended that the NAME does not contain spaces, special characters, or begin with a number (which could cause problems through interfaces such as OGC services. The OneGeology catalogue service requires that the NAMEs are unique within all the OneGeology layers we have decided some naming conventions as shown in the example. These are described explicitly in the OneGeology Profile .

DATA should specify the name of your shapefile. The HEADER, TEMPLATE, and FOOTER values refer to files with snippets of HTML template which format the results of GetFeatureInfo requests when requested in text/html format. The examples have been written for the data fields in the example shapefiles it should be straightforward for you to edit them to match the fields in your shapefiles. The PROJECTION section should specify the coordinate system that your data is actually in. This might not be EPSG:4326 if you have your data in some regional projected system. However, as most OneGeology clients will want to retrieve your data in the EPSG:4326 system we suggest it will be better for performance reasons to convert your data files to EPSG:4326 rather than have MapServer convert them on-the-fly in response to requests.

In the METADATA section you should edit the following values:

WMS_TITLE the human readable layer name and should follow the conventions in the OneGeology Profile WMS_ABSTRACT expands on the title with any extra information you feel would be useful. WMS_SRS These values specify which coordinate systems your WMS can supply the data in and MUST include at least EPSG:4326. Other coordinate systems are up to you for example you may wish to include the EPSG:3857 (spherical mercator) coordinate system, which is used by several web mapping clients such as Bing Maps, Google Maps, and Yahoo maps. GML_INCLUDE_ITEMS and WMS_INCLUDE_ITEMS These items will depend on the data fields in your shapefile and which ones you wish to make available by a GetFeatureInfo request. Items should be a comma separated list of field names. These should be the same as the fields included in the HTML templates above. It is optional to include any information here but obviously if you have fields with geological unit names or ages they would be useful to include. The GML prefix applies to the GML response only and the WMS prefix applies to the plain text response only. WMS_METADATAURL_HREF and WMS_DATAURL_HREF are supposed to contain URLs for web pages which describe the dataset used for the layer in more detail. It is possible that you may already have suitable web pages on your organization’s website, or you may wish to create suitable pages to be served by this same server. These URL’s give users of your WMS service quick and easy links back to your web pages that may describe your available data offerings in more detail. The differences between the metadataurl and dataurl are: WMS_METADATAURL_HREF the metadataurl must only link to a page which describes your layer data corresponding to either the TC211/ISO:19115:2003 or FGDC-STD-001-1998 metadata standards. See onegeology_profile.html#core-tc211-iso-19115-2003-metadata of this cookbook for the core metadata required to be TC211/ISO:19115:2003 compliant WMS_DATAURL_HREF the dataurl is to be used when you have some layer metadata that doesn’t conform to either of these standards.

The UK geology layer examples point to some pre-existing web pages on the BGS website which were suitable so that you can get an idea of what you might use for your own data.

The CLASS related items are the most complicated. These sections are setting up the legend and colour scheme of your map polygons, lines and points. You will need a separate item for each rock type or lithology you have in your data. This will depend on your data and which field in your shapefile (or other datasource) you are going to use for colouring the map. The example below specifies that the RCS_D field will be used for specifying which colour to use with the CLASSITEM VALUE. Then for each CLASS section the EXPRESSION specifies the value of RCS_D this colour will apply to and the COLOR and BACKGROUNDCOLOR give the respective RGB colour values.

Colour codes for the lithostratigraphical and lithology layers are specific to the British Geological Survey, you should use the codes used by your geological survey. However, for OneGeology it has been agreed, where possible, to serve a chronostratigraphic age layer using the new IUGS 2009 colour scheme . This will give some form of harmonization between the different chronostratigraphic layers served by the contributing geological surveys and this is only possible where such an internationally agreed scheme exists. In this case the British Geological Survey had to refine, re-allocate, and ‘map’ its internal ages to fit the IUGS 2009 one. The file ‘ICSClasses.txt’ contains a full list of names and CLASS definitions for the appropriate colours for all the IUGS 2009 colours. In the Mapfile we have commented out the terms that are not actually used in the BGS map please do the same for your map.

Configuring HTML query templates¶

All templates must include the <!-- MapServer Template --> statement on the first line of the file.

You may include any HTML and even some JavaScript in your templates, all entities must be properly encoded.

The output of attribute values from the datasource or environment variables are denoted by square brackets, so in the below example we are outputting the value of the RCS_D attribute as part of an HTML table in the bedrock lithology layer of our exemplar service.

The following are examples of how we might configure our WMS GetFeatureInfo responses

Debugging your requests¶

In this example we are using MapServer environment variables to help us debug the request that was used to generate the response

Handling fields for which you have no data¶

As GeoSciML-Lite requires data (or URIs pointing to null value reasons) for data that was not required in the OneGeology-Europe services, you have a few options with MapServer if you don't have the required data (for example a specification_uri for all features). Option 1 would be to create a column in the data source and populate the rows with null value URIs (such as for example with the value http://inspire.ec.europa.eu/codelist/VoidReasonValue/Unknown/). Option 2 would be to populate the missing values within the GetFetaureInfo request template, such as below:

Using JavaScript¶

Here we embed some JavaScript into a response to give a TimeSeries schart for the data point selected

Configuring group layering¶

In some situations, for example when you have too many individual layers, or if you have to comply with some strict naming conventions (such as INSPIRE) you may need to consider configuring group layering. In group layering you nest one set of layers inside another (group) layer, you can still call (e.g. make a GetMap request on) any of the individual grouped layers or you can call all the grouped layers at the same time using the grouping layer. For example in the below MapServer GetCapabilities response on a service with group layers you could make a GetMap request on the group layer called GE.GeologicFault and would get a map comprising both the grouped layers (GE.GeologicFault_GBR_BGS_EN_1M_Surface and GE.GeologicFault_GBR_BGS_EN_1M_Bedrock), or you could perform a GetMap request on either of the individual layers.

Group layering in a GetCapabilities response

To configure group layering in MapServer first you need to configure a service with all the layers that need to be grouped. The next step is to add a GROUP keyword (with the name of the group layer) into the LAYER section of all the layers you want to be grouped together. Finally, in ONE of the METADATA sections of the layers you want to group you need to add a WMS_GROUP_TITLE and a WMS_GROUP_ABSTRACT value. For example in the MapServer service configuration file for the above GetCapabilities response we have the following configuration:


FalconView Alternatives

Garmin BaseCamp is a navigation map and Geographic Information System (GIS) software package primarily intended for use with Garmin GPS navigation devices. You can use this as a full features navigation application for planning your next biking, hiking, motorcycling, driving off, or road trip. It shows maps, plan routes, mark waypoints, and tracks to transfer them on any other device. A highlighting feature is the Track Draw feature that allows you to trace your planned route and see the elevation changes. This helps you determine the difficulty of a hike or bike ride.

BaseCamp shows your topographic map information in 2-D or 3-D on your computer display with contour lines and elevation profiles. BaseCamp software allows you to geotag pictures, connecting them with exact waypoints. You can see the precise scenery at the location you want to go to. With BaseCamp and a BirdsEye Satellite Imagery feature, you can transfer an unlimited amount of satellite images to your device and seamlessly integrate those images into your maps to get a true representation of your surroundings. All in all, Garmin BaseCamp is an advanced navigation system that you can use for traveling and planning trips.

#2 QGIS 3

QGIS 3 is an open-source, cross-platform desktop geographic information 3D navigation system that supports viewing, editing, and analysis of geospatial data. QGIS can display multiple layers containing different sources or depictions of sources. It has a simulation of landscape areas in 3D, supports vector layers, raster layers, vector data support in the form of line, point, or polygon. QGIS 3 separates itself as a leader in cartography as it places practicality and usability above all.

The previous versions lagged with some functions, but panning and zooming with large data from the Geo package is smooth on QGIS 3 with the fast cached labeling and redraw time. You can place the labels manually in case it is overlapping in automatic mode. QGIS 3 introduces some new tools that make your workflow smoother. The tools include tracing at offsets, tracking edits from multiple users, editing features that stick to topology, easier shapes with new CAD tools, add queries between numerical values. All in all, QGIS 3 is an advanced navigation tool that you can use as a professional user.

#3 gVSIG

gVSIG is an open-source, powerful, and user-friendly interoperable geographic information system GIS that you can use anywhere in the world. The application is made in Java for Windows, macOS, and Linux that can be used for capturing, handling, storing, developing, and analyzing any kind of geographic information for solving complex management and planning problems. You can access vector and raster graphics directly from the interface. The software includes a wide variety of tools for working with geographic formation, including layout creation tools, query tools, networks, geoprocessing, etc.

The raster and remote sensing methods include statistics, filters, histogram, scale range, enhance, save to raster file, vectorization, Region of Interest (ROI) definition, general components, georeferencing, geo-location, supervised classification, band algebra, image profiles, decision tree, main components, tasseled cap, image fusion, scatter diagram, and mosaics.

You can integrate both databases and remote data in the same view through OGC standards. It also includes a plugin system to further extend the application’s functionality or to develop tailor-made solutions. Some other features include pan, zoom, locator, and selectable frame rate in UI selection methods include point selection, rectangle, layer, polygon, polyline, circle, buffer zone, and inverted selection.